Re: On the road, our hearts connect.

Mar 21 Nov 2023 - 22:29

Elle commence son récit et je vois bien qu'elle le fait avec une sorte de retenue. Est-ce que je peux lui en vouloir ? Absolument pas non. Je prends ça pour une marque de confiance totale, parce qu'il fallait bien du courage pour parler de son passé, aussi douloureux soit-il. Alors je me contente d'écouter, surtout dans un premier temps. Il y a beaucoup de choses auxquelles j'aurais à répondre, mais je ne me vois pas lui manquer de respect en la coupant alors qu'elle me livre son passé avec autant d'émotions dans sa voix, je le ressens bien. J'aimerais aussi la prendre dans mes bras pour la rassurer, lui dire que tout ça est derrière elle mais je me retiens parce qu'elle arrive au moment où elle parle de châtiments corporels. Je ne suis pas né de la dernière pluie, je me doute malheureusement fortement de ce que certaines femmes, voire toutes les femmes ont subi là bas. Ce n'était pas pour rien que j'avais tout tenté pour faire sortir Olivia de là bas, mais je n'avais pas les moyens d'y arriver.

Elle me parle de ces châtiments qu'ils lui ont infligés, sur cette place publique. Et à ce moment-là, c'est moi qui tourne la tête pour ne pas la regarder. J'ai des images, par flash qui me reviennent en tête. Celle de Kait, que j'avais fouetté de mes propres mains. Son dos meurtrie que j'avais tenté d'aider à soigner. Et le reste est pire. Encore de nouveaux flashs, des sons surtout. Des hurlements, des pleurs. Quand elle m'indique qu'elle a baissé les bras, j'ai envie de vomir. Je sens mon souffle qui devient plus difficile, mon cœur qui se serre à tel point que j'ai l'impression qu'il va exploser. C'est le regarde de cette femme que j'ai prise contre son gré qui me reviennent en mémoire. Son regard, quand j'avais compris que je ne lui avait pas volé que son corps, mais son âme aussi.

J'attends qu'elle termine et je me lève brusquement. Je ... J'ai besoin d'air. Je ne peux pas lui demander de continuer, c'est trop pour moi. Trop de savoir qu'elle avait subis ce que j'avais fait subir à d'autres. Trop pour avoir le respect de rester avec elle dans la même pièce, à ses côtés. Je suis le même monstre que celui qui l'avait torturé. Je ne mérite pas sa présence à mes côtés. Je me dégoûte. Et je quitte le couloir qui mène aux différentes cellules, je dois prendre l'air. Je me retrouve dehors, comme un lion en cage, je tourne sur moi-même. Tourne en rond, me passe la main dans mes cheveux, nerveusement. Je n'arrive pas à rester concentré. Je ... Je suis emplie d'une telle colère. Voilà ce que j'avais fais à cette femme, sur cette plateforme. J'avais fait la même chose à Roksana.

Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: On the road, our hearts connect.

Mar 21 Nov 2023 - 23:05

Elle n’a même pas besoin de lever les yeux vers lui pour savoir qu’elle en a beaucoup trop dit, parce que tout son langage corporel trahit le malaise qu’il ressent, mais il est à présent beaucoup trop tard pour regretter. Il se lève brusquement, comme si sa proximité l’avait soudainement brûlé, et la brune doit se faire violence pour ne pas tressaillir lorsqu’il s’éloigne en expliquant avoir besoin de prendre l’air. Pas étonnant qu’il ait besoin de prendre ses distances après de pareilles révélations, elle-même peut difficilement supporter de se regarder dans un miroir sans se sentir dégoutée partout ce qu’elle a subi, alors elle peut difficilement lui en vouloir. Mais malgré toute la lucidité dont elle peut faire preuve par rapport à sa situation, la réaction de Roman la blesse beaucoup plus qu’elle ne l’aurait imaginé, et beaucoup plus qu’elle n’accepterait de l’admettre. Elle chasse bien vite cette pensée de son esprit, se frappant doucement l’arrière du crâne contre le mur en fermant les yeux. Elle n’avait pas le droit de lui infliger un truc pareil, et maintenant, il faut absolument qu’elle répare ses conneries.

Elle prend encore quelques secondes pour essayer de calmer les battements de son cœur, puis se relève en emportant la couverture avec elle, se sentant encore plus coupable face à toute la gentillesse dont il fait sens cesse preuve à son égard. Elle traverse le couloir desservant les cellules sans le voir, et ce n’est que lorsqu’elle arrive dans la cour qu’elle l’aperçoit enfin, occupé à faire les cent pas tout en se passant une main dans les cheveux. Il semble littéralement bouleversé, et l’ancienne militaire n’ose pas s’approcher trop près de lui, de peur de le faire fuir. « Je suis désolée… » offre-t-elle piteusement en serrant ses bras autour d’elle dans un geste visant inconsciemment à se protéger, son visage reflétant toute l’intensité de la culpabilité qu’elle ressent. « Je… » Merde, qu’est-ce qu’on peut bien pouvoir dire dans une situation pareille ? « J’aurais jamais dû te raconter tout ça, c’était stupide. Et égoïste. » Elle fait un pas de plus dans sa direction, s’attendant presque à le voir bondir en sens inverse si elle venait à se montrer trop brusque.


queen of spades
"Don't call it a comeback, I been here for years, I'm rockin' my peers, puttin' suckers in fear, makin' the tears rain down like a monsoon" (c) alaska.  


Awards:
Roksana Horlenko
Roksana Horlenko
Junk Town
Championne du WriMo
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: On the road, our hearts connect.

Mar 21 Nov 2023 - 23:34

Comment est-ce que j'ai pu penser un seul moment que je pourrais avoir le droit d'être bien à nouveau ? Je ne suis qu'un monstre, un homme qui ne sait faire que souffrir les autres. Mes tentatives de me repentir resteront veines pour toujours. Je ne mérite pas ça. Je ne mérite même pas d'être en compagnie de personnes aussi bonnes et aussi belles. A qui est-ce que je mens à part à moi-même. Et alors que je pensais qu'elle resterait dans la chambre parce que je ne mérite pas qu'elle vienne me voir, elle est là. Devant moi, ou plutôt à coté. Et elle fait quoi ? Elle s'excuse ? Alors j'éclate de rire. Roks c'est ... Et je secoue la tête de gauche à droite, j'crois que l’hôpital se fout de la charité. Je m'arrête enfin de marcher, je me pose devant elle. Roks, je t'en supplie ne t'excuse pas. Je me mords la lèvre. C'est ... Je ... Je ne mérite pas d'être là, avec toi. Pas après ce que j'ai fait. Et forcément, soit j'en ai trop dit, soit pas assez.

Je me remets à marcher, de gauche à droite. Les monstres qui t'ont fait ça ... C'est ... J'suis pareil qu'eux. J'ai ... J'ai fait subir à des femmes, ce que tu as subis alors par pitié Roksana, ne t'excuse pas. Et je sais pas si c'est toute l'émotion que je retiens depuis tout ce temps qui sort enfin mais j'crois bien que je commence à sentir des larmes monter à mes yeux. Parce que de voir la brune en face de moi, aussi désarmée et fragile, à lui balancer ce que j'avais pu faire, ça me fait encore plus mal que tout ce que j'avais subi. Il n'y a pas de mensonges dans son regard, dans son histoire, dans sa voix. Juste moi, mis en face de ce que j'avais fais. Et c'était la chose la plus douloureuse que j'avais vécu. Comme si Flora était la devant moi et qu'elle apprenait ce que j'avais fait. Ce lien, si fragile entre nous, brisé par les atrocités commises dans mon passé récent. Comme si c'était moi qui lui avait subir tout ça et je n'arrive pas à le gérer. Mon cœur ne peut pas le supporter.

Pour autant, je le sais, elle mérite une meilleure explication mais comment avouer à la femme qui nous plait qu'on était un monstre qui avait tout autant fauté que ses propres monstres à elle ? Alors j'essaie de reprendre mes esprits. Sur la plateforme, il y avait un homme. Ulrich. Il n'avait plus rien d'humain, il ... Il aimait faire souffrir gratuitement toutes les personnes qui refusaient de lui obéir. Je ... Je n'ai pas eu le choix tu sais, c'était ... C'était faire ce qu'il demandait ou il le faisait subir aux filles prisonnières avec moi et ... Je te jure Roks ... J'ai ... J'ai essayé de trouver un autre moyen pour le contenter mais ... Et j'crois que les larmes sortent, c'est beaucoup trop dur de tout balancer, surtout à la seule personne dont j'avais besoin en ce moment. Si tu avais vu son regard ... Je ne mérite pas d'être ici, pas avec toi, pas avec ce que tu as vécu, c'est ... C'est trop dur pour moi.

Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: On the road, our hearts connect.

Mer 22 Nov 2023 - 0:32

Elle s’attend à beaucoup de choses lorsqu’elle s’excuse – principalement à ce qu’il la congédie froidement ou bien à ce qu’il l’ignore purement et simplement avant de la planter ici pour aller trouver refuge dans la voiture, mais pas au rire qui lui échappe. Elle n’a pourtant pas le temps de se sentir blessée, parce qu’il embraye directement pour tenter péniblement de lui expliquer qu’il se considère lui-même comme le problème dans cette histoire, se postant finalement face à elle. Roksana ne comprend évidemment rien à ce qu’il essaye de lui faire comprendre, et c’est accablée par un profond sentiment d’impuissance qu’elle le regarde recommencer à faire les cent pas comme un lion en cage. Elle veut pouvoir dire quelque chose, envisage même l’espace d’un instant de le toucher dans l’espoir de l’apaiser ne serait-ce qu’un peu, mais elle suspend son geste lorsqu’il finit par lui avouer qu’il s’est rendu coupable des mêmes crimes que ceux qu’elle vient de décrire. Cette révélation inattendue lui fait l’effet d’un uppercut en plein dans l’estomac, lui coupant le souffle au point de l’empêcher de prononcer le moindre mot tandis qu’elle le dévisage en sentant les larmes lui monter aux yeux. Inconsciemment, ses ongles viennent s’enfoncer dans la paume de ses mains qu’elle garde crispées le long de son corps tandis qu’elle lutte contre la soudaine et violente envie de vomir qui menace de la submerger toute entière. Le simple fait d’imaginer Roman à la place de ces hommes qui lui ont fait tant de mal par le passé lui est physiquement douloureux, mais il semble tellement bouleversé par cet aveu qu’elle ne peut que le croire.

Des milliers de questions se bousculent contre ses lèvres serrées l’une contre l’autre dans une grimace affligée, mais aucune ne parvient à les franchir, parce qu’elle est beaucoup trop déboussolée par cette révélation. Une petite voix à l’arrière de son esprit lui hurle que tout cela est impossible, et qu’il y a forcément une explication à tout ça, mais les blessures de la brune sont encore trop profondes pour accepter de l’écouter. Elle sursaute presque en l’entendant reprendre la parole après de longues secondes d’un silence extrêmement pesant – surement autant pour lui que pour elle, mais les détails sordides qu’il lui offre jette un regard nouveau sur toute cette histoire. La brune sent son cœur se serrer dans sa poitrine lorsqu’il lui explique ce qu’on l’a forcé à faire, et elle se fait violence pour ne pas l’interrompre malgré ce besoin impérieux de lui dire qu’il n’est en rien responsable de toutes ces horreurs. Elle ne comprend que trop bien ce qu’il ressent. Durant son trop long séjour à Colville, les soldats avaient pris un plaisir sadique à les forcer à se violenter les uns les autres, et la certitude qu’ils s’exposeraient tous à bien pire en refusant les avait poussés à obéir. Le voir pleurer comme ça lui donne envie de le serrer contre elle, et c’est à peu près à ce moment qu’elle réalise qu’elle pleure aussi. Pour lui. Pour elle. Pour tout ce qu’ils ont vécu. « Ce n’était pas ta faute… » murmure-t-elle d’une voix étranglée et si basse qu’elle n’est même pas sûre qu’il l’ait entendue. Elle s’approche en douceur, incertaine de la meilleure marche à suivre. « Roman » Timidement mais avec beaucoup de tendresse, le bout de ses doigts vient effleurer les siens. « Ce n’était pas ta faute. »


queen of spades
"Don't call it a comeback, I been here for years, I'm rockin' my peers, puttin' suckers in fear, makin' the tears rain down like a monsoon" (c) alaska.  


Awards:
Roksana Horlenko
Roksana Horlenko
Junk Town
Championne du WriMo
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: On the road, our hearts connect.

Mer 22 Nov 2023 - 12:22

Ses gestes ne trompent pas, elle essaie de se protéger, contre moi surement vue ce que je suis en train de lui raconter. Je lui dévoile ce que je n'ai jamais eu le courage de dire à qui que ce soit, pas même à Alice. Ni même Démétra qui m'avait recueilli sans poser de question. Personne. Voilà que je me mettais à nu devant cette femme. Peut-être parce qu'elle était la seule qui me permettrait d'enfin me libérer de tout ce poids sur mes épaules. De toute cette culpabilité qui me ronge depuis des mois. Ce serait peut-être tellement plus simple si elle me giflait, qu'elle me hurlait dessus sa colère. Parce que je la vois comme cette femme que j'ai fait souffrir et j'aurais besoin qu'elle me hurle à la figure combien je la dégoute. Combien je suis un monstre. Combien je mérite de souffrir comme elle l'a fait.

Je la vois pleurer. Je m'attends à ce qu'elle s'en aille, qu'elle me laisse seul, comme je le mériterais, mais elle s'avance vers moi avec une douceur inattendue. Je la regarde, comme un animal blessé qui sait que sa mort est proche et qui a accepté son sort. Qui a accepté que la seule femme qui m'avait vraiment touché depuis de longs mois, cette femme qui était le portrait craché de Flora, finisse par me haire. Et elle aurait tous les droits de le faire. Je ne m'attends d'ailleurs à aucune autre réaction de sa part.

Mais elle se rapproche un peu plus encore et ce qu'elle me dit me brise le cœur un peu plus encore. Non, elle a tort, tout était entièrement de ma faute. Toute cette situation. Si j'avais eu le respect de ne pas poser mes yeux sur elle. De ne pas penser à elle en permanence, de ne pas commencer à l'aimer déjà pour ce qu'elle était. Alors quand ses doigts frôlent les miens, je n'arrive plus à me retenir. J'ai besoin d'elle et j'ai besoin qu'elle me pardonne. Qu'elle me pardonne ce que j'ai fait. Roks ... Un murmure perdu entre mes larmes. Je glisse mes mains autour de son cou pour lui faire relever la tête, pour affronter son regard. Mes doigts glissent sur ses joues d'où s'écoulent ses propres larmes. Nos visages sont quasiment collés l'un à l'autre. Je suis tellement désolé Roks que je lui chuchote, mes yeux sombres plantés dans les siens. Je t'en prie, pardonne-moi. Pour tout ce que j'ai pu faire. Pour tout ce que tu as du vivre. Comme une supplique envoyée pour toutes les personnes que j'avais fait souffrir. Pour qu'elle me délivre enfin de ce mal qui me rongeait. Pour qu'elle ne soit plus que la seule personne qui puisse avoir le droit de vie ou de mort sur moi. Comme une offrande, c'était mon cœur et mon âme que je lui donnais en cet instant. Qu'elle seule pouvait bien décider de ce qu'elle allait en faire. Décider si elle allait les jeter pour que je purge ma peine telle que je la méritais, ou si, au contraire, elle en prendrait soin comme je jure en cet instant de prendre soin de celle qui en en quelques secondes était devenue la personne qui m'était la plus précieuse au monde.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: On the road, our hearts connect.

Mer 22 Nov 2023 - 14:39

Roksana n’a jamais été douée avec les mots, et ceux qu’elle prononce dans l’espoir d’apporter une forme d’apaisement à Roman ont évidemment l’effet inverse, ne venant qu’accentuer la détresse profonde qu’il ressent en cet instant. Démunie, elle glisse le bout de ses doigts le long des siens dans un geste tendre mais hésitant, probablement parce que c'est la première fois qu’elle ose véritablement le toucher sans que ça ne soit accidentel ou inévitable. Il y a tellement de douleur dans la manière dont il murmure son prénom que des milliers d’éclats d’émotions viennent la poignarder en plein cœur, et ce n’est que parce qu’il vient délicatement prendre son visage en coupe entre ses mains qu’elle ne s’effondre pas devant lui. Un long frisson la traverse lorsqu’elle sent sa peau chaude se poser contre la sienne comme si c’était la chose la plus naturelle du monde, et elle se demande l’espace d’un instant s’il peut sentir les battements de son cœur qui s’affole dans sa poitrine. Leurs visages sont si proches que leurs fronts se touchent presque, et, mues par une volonté propre, sa main droite vient s’enrouler autour de son avant-bras tandis que l’autre s’agrippe au niveau du col de son pull.

Quand son regard se plonge dans le sien, tout disparaît autour et le temps interrompt sa course folle ; elle a soudainement le sentiment que les yeux de cet homme sont les seules fenêtres à s’ouvrir sur son monde. Il la voit telle qu’elle est vraiment, malgré toutes les faiblesses et les fêlures qu’elle a déposé à ses pieds un peu plus tôt comme une offrande, et cette certitude vient se déposer sur son cœur comme une goutte de miel pour apaiser son âme meurtrie. « Il faut que tu te pardonnes, Roman » murmure-t-elle dans un souffle entre ses larmes, glissant doucement la main accrochée à son pull contre sa nuque, juste à la naissance de ses cheveux. « Tu n’es pas responsable de ce qui t’est arrivé. Pas plus que moi… » Elle se sent fautive pour une large partie de ce qui lui est arrivé à Walla Walla, et plus tard à Colville, mais ça Roman l’ignore, et elle se figure que cette comparaison l’aidera peut-être à réaliser qu’il se montre trop dur envers lui-même. « Tu n’avais pas le choix » reprend-elle en insistant sur chaque mot, réduisant finalement les quelques centimètres les séparant encore pour poser son front contre le sien.

Cela fait des années que plus personne ne l’a touchée autrement que dans le but de lui faire du mal, et cette étreinte qu’ils partagent est tellement intense que la brune a peur que ses jambes se dérobent sous elle. Le souffle chaud du brun se pose sur elle à chaque expiration comme une douce caresse, et elle ferme les yeux pour en apprécier toutes les nuances, laissant ses doigts s’aventurer entre les mèches de ses cheveux avec beaucoup moins d’hésitation qu’au début. Lovée ainsi tout contre lui, elle se sent en sécurité, et elle réalise qu’elle lui voue une confiance pleine et entière qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir retrouver pour un homme après toutes ces épreuves traversées. Ses lèvres cherchent les siennes sans jamais oser les trouver vraiment, les effleurent et les frôlent comme pour en graver la forme jusque dans sa chair, et ce ballet intime la rend soudainement avide de choses qu’elle ignorait vouloir posséder. Elle n’est pas certaine d’avoir encore quoi que ce soit de valeur à offrir, mais elle réalise en cet instant qu’elle voudrait pouvoir tout lui donner afin de tout effacer pour reconstruire quelque chose de beau et d’unique, quoiqu’un peu cabossé. Quelque chose à leur image.


queen of spades
"Don't call it a comeback, I been here for years, I'm rockin' my peers, puttin' suckers in fear, makin' the tears rain down like a monsoon" (c) alaska.  


Awards:
Roksana Horlenko
Roksana Horlenko
Junk Town
Championne du WriMo
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: On the road, our hearts connect.

Mer 22 Nov 2023 - 16:44

L'attente de ses mots semblent être infini. Comme si, en prenant cette décision j'avais soudainement envie de reculer. De lui dire que tout ceci n'était qu'une vaste blague, que ce n'est pas moi et pourtant, impossible de faire machine arrière. Je suis là, devant elle, nu et aussi faible qu'elle et pourtant, je la trouve si forte, si belle à venir me tenir les mains comme elle le fait. Et son regard, comme le parfait reflet du miens. Comme si nous avions été faits pour nous retrouver aujourd'hui, sous ce ciel parfaitement clair et étoilé. Comme si nous étions destinés à nous trouver pour nous aider à surmonter nos démons. Ensemble.

Elle ne me rejette pas, c'est même tout le contraire mais pourquoi ? Pourquoi ne me déteste-elle pas ? Je ne mérite pas toute cette attention, ses doigts dans mes cheveux, contre ma peau. Sa chaleur et sa douceur. Et pourtant, elle est là, devant moi à me dire que je n'avais pas le choix. Et qu'elle non plus. Que nous avons dû faire face à ce qu'il s'était fait de pire en termes d'humanité. Que nous avions dû faire des choix et qu'il fallait désormais simplement en assumer les conséquences. Ne plus fuir ni même en avoir honte, simplement s'accepter, tels que nous étions tous les deux. Deux âmes blessées à la recherche de leur sœur pour enfin pouvoir nous reposer.

Elle a été la victime, j'ai été le bourreau. Nous voilà tous les deux à nous rassurer sur ce que nous sommes vraiment, des êtres humains brisés, prêt à se reconstruire ensemble. C'est en tout cas, ce que je crois percevoir dans ses mots, dans ses gestes, dans le fait qu'elle rapproche ses lèvres des miennes et que, pour la première fois depuis ce qui me semble des années, je n'ai qu'une envie, que cet instant ne s'éteigne jamais, que ce contact que j'avais tellement redouté ne finisse jamais. Qu'elle reste contre moi, son corps et sa chaleur pour toujours. Et j'ai peur, peur qu'après cela, la réalité ne me revienne en plein visage, que ce n'était que dans ma tête, que mon esprit perdu m’a joué un tour. Alors je la serre un peu plus contre moi, comme pour prouver que tout ceci n'est pas un simple rêve. Et mon regard se perd à nouveau dans le sien, j'aimerais pouvoir lui dire à quel point elle m'est désormais essentielle, qu'elle a décidé en me prenant contre elle de mon sort prochain. Que je serais désormais à elle, et rien qu'à elle car elle aura su me comprendre, m'écouter et me pardonner. Mais aucuns mots ne pourraient être assez fort pour décrire ce que je ressens à travers tout mon corps. Tous mes muscles, toutes mes cellules.

C'est avec une passion non cachée mais malgré tout encore un peu pudique que je viens finalement poser mes lèvres sur les siennes. Un baiser pour sceller cet accord tacite entre nous. Que désormais, plus rien ne pourrait nous arriver tant que nous serions là, l'un pour l'autre.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: On the road, our hearts connect.

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum