-50%
Le deal à ne pas rater :
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
19.99 € 39.90 €
Voir le deal

Re: A l'est d'Eden

Jeu 9 Mar 2023 - 14:23

« Je suis sûre qu'il serait fier de toi » murmure Tasya en posant une main sur son épaule. Oui, Mason peut être fier de ce qu'il fait ici. Il aide, soutient, accompagne les autres. Elle ne sait pas d'où il tire encore toute son énergie. Lorsque son ami affirme qu'il espère être l'homme que son père aurait aimé qu'il devienne, elle secoue doucement la tête. « Tu es mieux que ça, tu es toi » La mexicaine lui fait un clin d’œil. Elle est certaine que ce serait la plus belle récompense qu'il pouvait faire à son père. Être l'homme qu'il est tout en marchant dans ses traces. « Le mien est mort lorsque j'avais 6 ans... » continue-t-elle alors. « Mais je me souviens de ma mère comme quelqu'un de fort. A la mort de son mari, elle a tout géré et a tout fait pour qu'on ne manque de rien. Je me suis toujours dit que je voudrais lui ressembler. Que si un jour, j'ai des enfants, je ferais tout pour les protéger et qu'ils ne manquent de rien, eux aussi » Elle hausse les épaules tandis que sa voix se brise. C'est pitoyablement raté. Ses enfants, Elio et Eva, sont à Walla Walla. Il n'y a pas un jour où elle ne pense pas à eux évidemment, mais elle a déjà loupé plus de la moitié de leur vie. Ils vont bientôt fêter leurs 10 mois et elle n'a pas été présente à leurs côtés pendant presque 6 mois.. La mexicaine peut-elle encore prétendre être leur mère ou a-t-elle perdue ce droit à leurs yeux ?

Quand Mason lui demande si elle accepterait de ne rien faire à sa place, Tasya esquisse une grimace : non, bien sûre qu'elle ne pourrait pas rester sans rien faire. La seule différence, c'est que ses amis ne semblent pas attirer tous les malheurs du monde et les pires situations ! Alors elle se contente de hausser une épaule, pas vraiment convaincue.  « Peut-être » murmure-t-elle  « Mais s'ils vous arrivent quelque chose par ma faute, je ne me le pardonnerais jamais.. » Et en ce sens, elle préférait mille fois qu'ils restent tous les deux à l'écart de ses propres ennuis.

Mason affirme qu'il doit y avoir d'autres solutions. « J'ai déjà tourné la situation dans tous les sens.. Je ne trouve pas » avoue-t-elle, presque honteuse d'avoir songé à comment tuer cet homme. C'est la vérité, pourtant, elle y pense chaque nuit quand elle entend le souffle d'Alec à ses côtés. « Il me fait peur » chuchote Tasya. Elle donnerait tout pour être avec les autres, dans les dortoirs et pas là-bas, dans sa chambre, avec lui. Son seul réconfort c'est que tant qu'il est avec elle, à dormir à ses côtés, il n'est pas en train de faire du mal à une autre, à Elliot par exemple. Son regard se pose sur son ventre arrondi qu'elle vient caresser. Le bébé s'agite, faiblement. « Je ne sais pas quels sont ses plans pour le bébé. Il ne pourra pas le garder, pas en étant célibataire et en vivant ici... » Et ça l'effraie. Et si au dernier moment, ce monstre décidait tout simplement de le tuer car son fils ou sa fille va lui être enlevé ? Et si c'était une petite fille alors qu'il est persuadé du contraire ? Alec est si impulsif. « L'autre nuit, il s'est agacé car il ne sent jamais le bébé bouger » Mais comment pourrait-il en être autrement quand le corps de sa mère se tend dès que l'homme se rapproche d'elle ? Le bébé le sent forcément. Ce ne sont que des bribes de l'enfer qu'elle vit au quotidien, de la peur, de la souffrance.. Certes, bien différentes de ce que vivent les autres disgraciés mais peut-être tout aussi peu enviable.

Tasya esquisse un sourire quand elle voit les noms inscrits sur le bras de Mason. Elle sort de sa poche une feuille pliée en 4 et la lui tend. A l'intérieur, un portrait de ses deux enfants, dessinés au charbon. « Je les dessine pour ne pas les oublier » Mais, ils ont dû tellement changer, grandir... Et Jacob.. Au souvenir de son mari, elle a envie de s'effondrer, une nouvelle fois.

***

Tasya s'arrête et fixe Mason qui part en courant arrêter l'électricité. Dès qu'il lui fait signe, la mexicaine se précipite au chevet de l'homme. Le verdict tombe vite : « Il ne respire plus ! » Son cœur ne bat plus mais elle refuse d'abandonner. Il n'est peut-être pas trop tard. La brune commence alors un massage cardiaque. Elle sent pourtant qu'elle ne va pas tenir sur la durée. Elle est faible, son ventre la gêne. « Je vais avoir besoin d'un relais » lance-t-elle en direction des gardes... Eux sont forts, ils mangent à leur faim après tout. Ils la regardent et haussent les épaules avant de tourner les talons. Elle s'arrête pour lui insuffler de l'air. Et c'est là qu'elle perçoit le mince souffle qui passe enfin entre ses lèvres. « Il respire » Elle se tourne alors vers Mason : « On doit le conduire au dispensaire ! » Il faut le porter, ce dont elle n'est pas capable.

Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'est d'Eden

Mer 29 Mar 2023 - 14:42

Un soupir silencieux en retour, alors qu’elle me dit que mon père serait fier de moi. « Peut-être… » Et je lui rends tout de même un sourire au reste. Je ne sais pas si c’est vraiment mieux d’être moi mais, au moins, je suis désormais totalement honnête envers moi-même. Et si demain tout doit s’arrêter, je sais que j’aurais suivi mes valeurs jusqu’au bout. C’est une consolation acceptable. Même si j’aimerais autant que ce ne soit pas la fin de mon propre film.

Du reste, j’ai un silence, l’écoutant quand elle me parle de sa mère. De ses enfants par la même occasion. Et je suis incapable de répondre quoi que ce soit d’intelligent. L’idée même que mon fils naisse sans que je sois là pour le voir, pour l’élever avec Anjali me serre le cœur tous les jours. Ne pas revoir mes autres petits, qui ont pris une telle place dans ma vie, me donne juste envie de lâcher prise pour de bon. Pourtant, on ne peut pas abandonner. Pas comme ça. Pas déjà.

J’ai un froncement de sourcils au reste de nos échanges. « Ce ne sera pas de ta faute s’il nous arrive quelque chose. Mais de la leur. Ce sont eux les monstres Tasya. Ce n’est pas parce qu’on essaie de t’aider que ça te rend responsable de quoi que ce soit. » Et j’ajoute, un brin plus léger. « Et puis, on est encore capables de faire nos propres choix tu sais. » Il nous reste au moins ça.

Concernant Alec, je hoche la tête, mâchoires contractées. « Il fait peur à tout le monde. Parce qu’on sait qu’il est capable de tout. » Surtout du pire. Je repense encore à l’état dans lequel il les a laissées toutes les deux avec Phoebe et la colère flamboie un instant, avant de retomber, laissant la place à une certaine résignation. Sa grossesse protège la brune, mais après, il se passera quoi ? J’ai tout de même un haussement de sourcils au reste. « Il a déjà bougé avec nous pourtant. » Donc c’est vraiment lié à Alec. « Ce bébé a déjà un bon instinct de survie. » Et le silence finit par envahir la pièce, alors que je regarde le dessin qu’elle a fait de ses enfants. Il n’y a pas grand-chose à dire de plus de toute façon. Notre mémoire, nos souvenirs, c’est tout ce qu’on a pour nous faire tenir dans cet enfer.

***

Souvenirs qu’il faut remiser dans la journée, quand nous devons juste nous contenter de faire ce qu’il faut pour survivre jusqu’au coup de sifflet qui nous permettra de rentrer dans nos baraques. Sauf que la situation dérape, une fois de plus. C’est limite si je dois me battre avec le garde pour couper l’électricité et, déjà, il me regarde d’un œil noir quand je me retiens de l’envoyer balader. Ca va qu’il y a plus pressant, mais je sens que je vais avoir droit à des représailles quand je m’y attendrais le moins.

Quand je les vois tourner les talons, je laisse filer un juron entre mes dents, un de ceux que m’a appris Anjali dans sa langue natale. Pour le coup, c’est bien pratique, ils ne risquent pas de comprendre ce que je raconte. Je suis à peu près certain qu’elle en apprécierait l’utilisation, même dans ces circonstances. « J’arrive. » Alors que Tasya demande de l’aide, je m’agenouille devant le type évanoui, cherchant de l’aide des yeux tant bien que mal. Finalement, c’est un gars d’une autre baraque, voisine de la mienne qui vient m’aider à le porter. « Humpf… on ne va pas aller loin comme ça. » Le dispensaire me parait soudain au bout du monde, mais on arrive à suivre la mexicaine tant bien que mal, laissant tomber l’homme inerte sur un lit avant d’aller souffler dehors. Je tapote l’épaule de mon camarade d’infortune, lui proposant de passer ce soir à la baraque pour lui offrir un morceau de pain en remerciement et de mon côté, j’attends. Espérant que Tasya sortira vite de là avec une bonne nouvelle.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'est d'Eden

Mer 29 Mar 2023 - 21:11

La mexicaine pince ses lèvres, elle a conscience que les seuls responsables, ce sont les dirigeants de Colville, de New Eden dans sa généralité et tous les monstres qui sèment la terreur ici, mais si elle prend une initiative déraisonnée et que les conséquences tombent sur Mason et Elliot, elle s'en sentira coupable, forcément. « Je sais » souffle-t-elle doucement. Ils peuvent choisir de la suivre ou non, mais elle se doute qu'ils n'hésiteraient pas à se mettre en danger pour elle aussi et ça, ça la terrifie.

Alec fait peur à tout le monde, c'est une certitude oui. L'homme est tellement instable, colérique et capable de tout. Tasya hoche la tête, doucement, en effet, le bébé bouge beaucoup quand il est avec eux. « Il aime tout particulièrement les cours de chants... » Un petit sourire soulève ses lèvres. Ce sont les seuls moments où elle est détendue. Le bébé doit le ressentir, c'est une évidence.

Mason affirme que le bébé a déjà un bon instinct de survie. « Il en aura besoin... » Les yeux de Tasya s'assombrissent un bref instant, elle lutte pour ne pas s'effondrer encore. Elle voudrait tant pouvoir protéger le petit être qui grandit en elle, mais dès qu'elle aura accouché, son sort ne sera plus entre ses mains. Elle a conscience aussi que si ce bébé la protège, il l'handicape aussi de bien des manières. Elle est plus vulnérable forcément. Ses pensées rejoignent ce qu'il lui a dit un peu plus tôt, qu'ils s'aident forcément les uns les autres. « Je veux que tu me fasses une promesse, Mason » souffle la mexicaine en plantant un regard sombre dans celui de son ami. « Si tu as l'occasion de sauver ta vie, n'hésite pas.. Fonce sans te retourner » Elle glisse une main dans la sienne. « Si l'un de nous peut s'en sortir, il doit le faire, pour les autres » Et s'il lui en fait la promesse, elle en sera soulagée, c'est certain.

****

Tasya reste occupée au chevet de l'homme pendant une bonne vingtaine de minutes. Avec Line, elle surveille son rythme cardiaque, ses réflexes et elles s'assurent qu'il reste au chaud. Lorsqu'elle ressort enfin du dispensaire, la pluie s'est arrêtée. « Il est sauvé » murmure-t-elle à Mason et à l'homme inconnu en s'appuyant contre le muret. « Je vais le garder en observation ici mais il a échappé au pire... » Elle est épuisée, sa tête tourne. « Vous savez quel est son dortoir ? Il faudra prévenir le milicien qui en est chargé, pour qu'ils ne se mettent pas à sa recherche... » Inutile de provoquer un branle-bas de combat pour rien.

Son regard se pose sur les environs, sur la crasse au sol, sur la boue qui passe entre les ruelles, sur les baraquements insalubres et sur les fils d'électricité mal fixés. « Il y aura d'autres accidents de ce genre... » soupire-t-elle. Toutes les installations sont tellement rudimentaires, c'est un miracle qu'il n'y en ait pas plus souvent. Il n'y a aucune mesure qui est prise pour éviter tout ça. Une brève lueur d'espoir traverse son regard quand elle a une idée. « On pourrait faire quelques travaux, vous pensez que ça sera accepté ? » Les miliciens présents ici ne feront rien pour améliorer leurs conditions de vie, alors s'ils s'en chargeaient eux-même ?
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'est d'Eden

Mar 4 Avr 2023 - 11:57

Un sourire attendri alors que je fixe l’arrondi du ventre de Tasya. Si en cet instant, encore plus que d’habitude, Anjali et les enfants me manquent, j’essaie de profiter au moins de ce que la vie peut offrir. Et imaginer que ce bébé apprécie la musique, c’est déjà plus que je ne pouvais espérer. J’essaie d’ignorer la douleur que cette discussion fait naitre, fronçant les sourcils quand elle enchaine. « Quoi ? Pourquoi tu dis ça ? » Comme si on pouvait avoir une chance de nous échapper de là, de foncer sans nous retourner. J’ai beau essayer d’être optimiste, en cet instant, c’est un peu difficile, pour ne pas dire impossible, à imaginer. « Je… c’est promis. Mais toi aussi. Si tu peux t’échapper de cet enfer, fais-le. Sans hésiter. » J’inspire longuement, serrant ses doigts entre les mains, sans savoir à quel point cette promesse pourrait nous coûter à tous les deux.

***

La journée se termine enfin, même si elle a semblé durer une éternité. On s’en sort bien au final, alors que j’ai un bref hochement de tête à la question de la brune. « On va se débrouiller pour le trouver, ne t’en fais pas pour ça. » Et je me relève, serrant l’épaule de Tasya quelques secondes. « Essaie de te reposer un peu d’accord ? »

***

Si j’essaie de faire de même de mon côté, j’ai surtout l’impression d’être à bout de forces, autant physiquement que mentalement. Je m’écroule sur ma paillasse avant même que la nuit tombe et j’ai bien du mal à me relever le lendemain. C’est uniquement parce que Riley me secoue que je me force à quitter mon lit. Il y a des jours plus difficiles que d’autres et celui-là en fait partie. Une absence d’envie de continuer, cette impression que ça ne sert à rien, que chaque journée sera juste pire que l’autre jusqu’à ce qu’ils finissent par nous tuer.

J’essaie d’éviter autant que faire se peut mes proches dans ces moments-là. Je n’ai pas envie de leur faire subir une baisse d’humeur et puis, ce n’est pas comme s’ils pouvaient réellement faire quelque chose. Je vais travailler en silence, charriant les derniers cadavres de l’épidémie au bûcher le plus proche. Foulard sur la bouche, brouette entre les mains, je travaille comme un automate, sans chercher à comprendre réellement la portée de ce que je fais. Comme à chaque fois, je fais leurs poches avant de les brûler, récupérant un objet personnel, quelque chose qui permettra de les identifier si, un jour, nous sortons de cet enfer. Pour qu’ils ne soient pas totalement oubliés.

Finalement, c’est Elohim qui me traine dehors après la journée de travail, faisant fi de mon refus. Histoire que je prenne un peu l’air. Et, avant que j’ai le temps de répliquer quoi que ce soit, j’ai droit à un « et pas de l’air pollué par les cadavres. T’en as besoin, t’as vu ta tête ? » Une grimace en réponse, alors que je me contente de soupirer, me laissant trainer sans même chercher à lutter. Finalement, c’est Tasya qu’on finit par rejoindre et je me contente de m’assoir en silence, attrapant un reste de cigarette que j’ai récupéré d’un des gardes ce matin. Je lance un regard dubitatif à Tasya et j’ai un haussement d’épaules à sa question. « Tu penses à quoi au juste ? Parce qu’il faut que ça ne leur coûte rien. Et qu’on fasse ça sur notre temps libre. » Une poignée d’heures çà et là, que beaucoup utilisent pour dormir. Je fronce les sourcils, mon regard se perdant dans le vide. Cet accident-là ou un autre, autant dire que ça ne change pas grand-chose à mes yeux.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'est d'Eden

Jeu 6 Avr 2023 - 21:06

Tasya se détourne assez rapidement, préférant éviter une conversation douloureuse.
« Comme ça. » ment-elle. « Je ne dors pas avec vous, alors, si vous avez la chance de pouvoir vous enfuir en pleine nuit, ou un truc dans le genre... » Elle hausse les épaules. La vérité ? Elle ne veut surtout pas être un boulet et ralentir tout le monde. Elle a conscience qu'avec sa grossesse, elle est plus faible, plus lente que les autres. Le terme se rapproche à grands pas et elle ne s'est jamais sentie aussi vulnérable. La mexicaine hoche la tête à son tour. « C'est promis. » Elle ne sait pas de quoi sera fait l'avenir, s'ils auront l'occasion de s'enfuir ou s'ils mourront dans cet enfer.

***

Mason ne semble pas particulièrement emballé par l'idée de faire des travaux pour améliorer leur quotidien. Il a probablement raison, même s'ils améliorent l'électricité ou le confort des habitations, ils seront toujours plongés dans cet enfer et leur vie ne tiendra toujours qu'à un fil. « Ok, mauvaise idée alors... » soupire Tasya. « C'est pas comme si ça pouvait changer quelque chose de toute manière. » Elle s'assoit en silence à côté des deux hommes et sort de sa poche deux barres de céréales. Un petit luxe que lui a rapporté Alec le matin-même. « Tenez.. » De son côté, elle a eu la chance de pouvoir manger des fruits frais et ça lui suffit amplement. « Et ça aussi » Elle sort une gourde de jus d'oranges. Ces derniers temps, le milicien se montre un peu plus généreux. Il sent peut-être que l'accouchement se rapproche. Il est plus distant aussi ce qui est un réel soulagement pour la brune. La majorité de la nuit, elle la passe seule.

« On ne te voit plus trop ces temps-ci... » fait remarquer Tasya à son ami. Mason ne passe plus au dispensaire après le boulot. Ses yeux le sondent brièvement, se demandant s'il s'est passé autre chose depuis. Elle ne veut pas lui en faire le reproche mais, bien malgré elle, le ton n'est pas forcément le plus amical. Elle se sent plus sur les nerfs aussi ces derniers temps, plus émotive aussi. La fin de sa grossesse est une source d'angoisse qu'elle peine à contrôler.

Leur plan pour protéger les malades semble fonctionner, mais Tasya a réellement peur qu'ils se fassent tous attraper. La nuit dernière, Alec lui a raconté l'exécution de deux disgraciés, deux hommes soupçonnés d'avoir fait du trafic au bidonville. Il a insisté sur la manière dont il s'est amusé à les torturer. Elle n'a pas eu d'autres choix que de l'écouter, ne pouvant pas se boucher les oreilles pour ne pas entendre toutes ces horreurs. Et le reste de la nuit, elle a eu réellement peur qu'un de ces deux hommes soit Mason justement. Si le revoir après ces quelques jours d'absence, est un immense soulagement, elle se sent aussi en colère. Ah la joie de la grossesse et de ces fichus hormones.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'est d'Eden

Ven 7 Avr 2023 - 19:51

Je me contente d’un pseudo-grognement à sa remarque, sans faire plus de commentaire. En effet, ça ne changera rien de toute façon. Sans compter que oui, je n’ai pas la force aujourd’hui de chercher quoi que ce soit de possible, de positif ou j’en passe. Cette lueur d’espoir que j’alimente tous les jours depuis que nous sommes arrivés dans cet enfer s’est essoufflée. J’ai envie de croire que ce sera temporaire, parce que si je n’ai plus ça, si je n’ai plus cet espoir totalement surréaliste de sortir d’ici en vie, je ne vois même pas comment je pourrais tenir un jour de plus.

Mais aujourd’hui, je n’y arrive pas. Et à la réplique un brin acerbe de Tasya, j’ai un rire sans joie. « Il faut dire que ma compagnie est d’une qualité rare, je comprends qu’elle te manque. » Oui, je sais, pour Tasya, je devais faire un effort. Un bref regard en direction d’Elohim qui lui s’est contenté de remercier la brune et dévore la barre de céréales sans se faire prier. De mon côté, je me contente de la garder dans la main, sans vraiment me décider. Et j’ai un froncement de sourcils en regardant le jus d’orange. « C’est le grand luxe aujourd’hui. Il y a eu combien de morts cette nuit pour qu’il soit aussi généreux ? » C’est à peu près la seule chose qui peut rendre Alec aussi généreux dans la mesure où il n’y a eu, sauf erreur de ma part, aucune femme abusée la nuit dernière.  

J’ai tout juste le temps de tout planquer quand deux gardes passent. Ils nous prêtent à peine attention alors qu’ils discutent tous les deux avec animation. « Hé, mais on est le 5 mars, tu pars demain en perm’ toi ! Veinard ! » L’autre acquiesce, visiblement ravi, ne jetant qu’un bref regard à Tasya avant de murmurer quelque chose à son camarade, non sans un sourire grivois. De mon côté, je me suis figé, le regard dans le vide. Et je me contente juste d’attendre qu’ils s’en aillent, avant de bafouiller, en direction de mes deux amis. « Je… je peux pas. Désolé. Pas aujourd’hui. » La barre de céréales et la gourde se retrouvent entre les mains de Tasya alors que je pars précipitamment, le cœur battant à tout rompre et tremblant des pieds à la tête.

Bon anniversaire de mariage Anja.

***
Je réussis à me planquer suffisamment bien pour qu’Elohim, accompagné de Riley dans la foulée, n’arrivent pas à me trouver malgré leurs appels. Les deux lâchent quelques insultes bien senties à mon intention et même Jude s’y met. Sans surprise, il me trouve assez facilement lui, probablement parce que c’est l’endroit où nous discutons tous les deux le plus souvent. Et, alors que nos regards se croisent, je me contente de secouer la tête à son attention. Il me répond par un simple sourire, un peu triste, avant de s’éloigner en silence.

Les heures défilent. La nuit tombe et je suis toujours incapable de bouger. Comme si je n’en avais plus la force. Je remonte la manche de mon pull pour fixer, au clair de lune, ces prénoms que j’écris régulièrement. Mais là. Plus rien. Ils ont été effacés. Et c’est une vague de panique totalement irrationnelle qui m’envahit. Le reste est un peu plus flou. Très flou même.

Je sais juste que je me retrouve, au petit matin, un linge enroulé autour de mon avant-bras, à toquer à la porte du dispensaire, espérant vaguement que ce ne sera pas Tasya. Je ne sais pas si je suis prêt à répondre à la moindre question. Sauf que c’est bien la silhouette de la brune que je reconnais aussi sec. Je renifle un coup, le regard rougi par l’absence de sommeil et par les larmes, avant de souffler, un peu hésitant. « Je… tu peux … soigner un truc ? S’il te plait. » Heureusement, les lieux sont vides. Pour le moment en tout cas.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'est d'Eden

Sam 8 Avr 2023 - 18:46

A la réplique de Mason, Tasya pince ses lèvres et tente de ne pas prendre cette remarque pour elle. Effectivement, Alec se montre plus généreux lorsqu'il est satisfait. Après une nuit de meurtres, un viol, ou tout simplement lorsqu'elle a répondu au moindre de ses désirs, et si elle se déteste pour ça, la mexicaine sait aussi que ça lui permet de survivre et d'en faire profiter les autres. Ses yeux se détournent pour ne pas croiser ceux de Mason. Ont-ils tort de se remplir le ventre quand ils le font sur le dos des plus miséreux ? Elle pince ses lèvres avant de lâcher. « Ils ont vidé le dortoir cette nuit. » Alec est revenu couvert de sang. Il s'est probablement acharné sur les cadavres. C'est peut-être cela qui l'a rendu aussi généreux justement.

Lorsque les deux gardes s'attardent sur elle, Tasya détourne le regard. Elle a l'habitude des blagues de mauvais goût, des moqueries. Elle sait qu'à leurs yeux, elle n'est que la putain d'Alec, celle qu'ils ne doivent pas toucher.  L'habitude pourtant, n'efface pas le sentiment de honte et de culpabilité. Ses joues sont rouges et elle a bien envie de se faire toute petite. Si Alec lui confère une certaine immunité vis à vis des autres miliciens, pour autant, elle ne le vit pas bien du tout.

Ses yeux suivent Mason qui se lève et part précipitamment. Qu'est-ce qu'il se passe ? Est-ce que ça a un rapport avec les gardes et ce qu'ils ont dit ? « Ce n'est pas toi.. » souffle Elohim. « Mason est un peu à bout en ce moment. » Tasya hoche doucement la tête. Elle se demande ce qu'il s'est passé. Ils ont tous des hauts et des bas ici et si elle aimerait faire plus pour remonter le moral de Mason, elle manque de moyens pour le faire. « Je dois y aller. » finit-elle par souffler, décontenancée par l'attitude de son ami. Et puis, elle a du travail au dispensaire. « Dis-lui qu'il peut venir me voir s'il a besoin de parler... » Elle se détourne à son tour.

****

Après cette confrontation, Tasya fuit la foule à son tour. Elle passe de la chambre d'Alec au dispensaire. Elle soigne les blessés, continue à veiller les malades de la peste en faisant un tri avec Elohim. Les plus malades restent dans le dortoir de la mort, tandis que ceux qui ont une chance de survivre, elle les transfère ailleurs. Régulièrement, les miliciens reviennent et exécutent les mourants. A chaque fois, c'est le même cauchemar. Elle y croise souvent Alec d'ailleurs.

Cette nuit, le milicien est rentré tard et au petit matin, sa présence empêche la mexicaine de se rendormir. Elle n'est jamais sereine à ses côtés. Tasya se glisse avec prudence hors du lit puis sort à l'extérieur. Elle prend la direction du dispensaire où elle sera bien plus utile que dans cette chambre. Tant pis si elle loupe le petit déjeuner, elle n'avait pas très faim de toute manière.

Quelques minutes après son arrivée, quelqu'un toque déjà à la porte. La mexicaine s'avance pour ouvrir et a la surprise de voir Mason. Cela fait quelques jours qu'ils ne se sont pas croisés. Ses yeux se posent sur le linge enroulé autour de son bras puis scrute l'ancien milicien qui a l'air particulièrement affaibli et au bout du rouleau. « Rentre. » souffle-t-elle avant de s'effacer pour le laisser passer.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'est d'Eden

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum