-33%
Le deal à ne pas rater :
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur rapide
99.99 € 149.99 €
Voir le deal

Re: Duck's stories

Ven 10 Juin 2022 - 18:12

Tout ne semblait plus qu’être un lointain souvenir. À l’instant même où les yeux clairs de Daemon se posèrent sur la femme qui faisait battre son cœur, plus rien n’avait d’importance. Rien, mise à part elle. La colère, la peur, l’angoisse, la fatigue, la soif et la faim n’étaient plus qu’une simple réminiscence. L’espace de quelques secondes, un intense soulagement était venu succéder à tous ses maux. Elle seule avait ce pouvoir presque mystique sur lui. Ça avait toujours été comme ça, entre eux. Même derrière les barreaux de sa bien trop petite cage, toutes ses peines ne devenaient que détails dès lors que ses yeux s’accrochaient aux verts émeraude. Elle était son refuge, son médicament, son monde.  

Sentir Alex contre lui, bien vivante, suffit à lui donner un second souffle. Le temps reprenait sa course, le monde pouvait à nouveau tourner. La vie de son épouse était saine et sauve et il n’en fallut pas plus au maçon pour retrouver un brin d’énergie. Un long soupir de soulagement lui échappa alors que la voix de sa femme lui parvint enfin aux oreilles. Si sentir sa chaleur et son parfum était une preuve suffisante du fait qu’il ne l’avait pas perdue, le son de sa voix rendu ce miracle encore un peu plus palpable. Un maigre sourire vint alors étirer ses lèvres, rapidement balayé par les larmes et l’inquiétude qu’il lut sur le visage de sa bien-aimée.  

- Alex... murmura-t-il simplement je l’aurais fait, même si tu ne me l’avais pas demandé... C’était la seule solution pour éloigner la horde et...

Il s’interrompît, déposant un baiser sur les lèvres asséchées par les larmes d’Alex.

- Je suis pas mort et j’ai pas l’intention de mourir en te laissant toi et notre enfant. Je vous abandonnerai jamais

Elle, cet enfant qu’elle portait ; ils étaient sa raison de vivre. Sa raison de survivre et à chaque fois qu’il venait flirter avec la mort, c’était eux qui s’imposaient à son esprit et qui lui donnaient la force de se battre et de continuer.  

- Tu sais que pour vous, j’en fais serment, je me bagarre éperdument jusqu’au bout ?

Lorsque la main du maçon se posa sur le ventre arrondi, il put sentir sous le tissu de légers coups. Ce n’était pas la première fois qu’il sentait leur enfant bouger ou réagir à ses gestes et à sa voix mais cette fois-ci eut une saveur particulière. Parce que malgré la catastrophe passée, cet enfant continuait à bouger, à grandir, à vivre. Instantanément, son cœur s’accéléra et ses yeux s’humidifièrent légèrement. Jusqu’à ce qu’Alex ne parle à nouveau.  

Ses sourcils se froncèrent, tout en faisant fi des autres informations que la brune distilla. Daemon se moquait bien de ce qui avait pu se passer pour les autres, il resta bloqué sur le fait qu’elle avait eu des contractions. Il hocha la tête doucement. Bien-sûr qu’il était épuisé, bien-sûr qu’il était affamé. Il se voyait déjà regagner enfin sa caravane aux côtés de la jeune femme, se requinquer un peu avant de s’affaler dans leur lit. Mais le destin était une nouvelle fois joueur. À l’instant où il sentit sa fiancée se raidir contre lui, Daemon se figea.  

- Une nouvelle contraction ? demanda-t-il, incertain  

D’instinct, la main sur le ventre partit chercher la main d’Alex, la serrant délicatement.  

- Serres ma main aussi fort que tu veux et respires comme moi

Sa voix trahissait la panique qui montait en lui. Nerveusement, il regarda autour de lui.  

- Il... Il faut... Faith, elle est là ? Il faut qu’on aille la voir c’est... C’est trop tôt pour...

Daemon passa un bras autour d’elle, le deuxième demeurant devant elle en serrant sa main et se mit à marcher. Difficilement, tant son corps venait de subir trois jours de presque privation.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Lun 13 Juin 2022 - 0:05


Je ne suis pas sûr de bien réaliser qu’il est là, qu’il est vraiment la. J’ai besoin de le toucher, de sentir son odeur, d’entendre sa voix, d’être sûre que ce n’est pas mon esprit torturé par l’angoisse qui me trompe. Mes mains ne savent pas quitter son corps, son visage, alors que mes yeux sont humides de larmes de soulagement ont du mal a se détacher de lui aussi. Il est là, il est vraiment là. Mon cœur s’étouffe de soulagement à mesure ou mon cerveau accepte qu’il est bien là devant moi. Certes, j’ai des contractions violentes et douloureuses, paiement de ces 3 jours d’angoisse pure d’avoir perdu l’homme que j’aime le plus au monde.

Alors que je me contracte dans ses bras au grès de ce ventre qui devient plus dur que de la pierre et me fait souffrir mais moins que ces nuits a l’imaginer perdus ou morts. Je sais que je l’aime éperdument et que je n’aurais pas la force de survivre dans un monde ou il ne serait plus. A son serment de toujours nous revenir, je n’arrive qu’a lui souffler :

« Je t’aime tellement…  »

Sa main sur mon venter calme un peu les choses mais, rapidement, cette sensation de poignard dans mon bas ventre me saisie a nouveau et le comble pour cet homme qui n’a surement ni manger ni bu, ni dormi depuis trop longtemps est qu’il se retrouve a me soutenir. J’hoche la tête en reprenant mon souffle comme je le peux pour lui répondre par l’affirmatif quand il me parle de nouvelle contraction. Quand sa main trouve la mienne, je l’agrippe et la serre fort le temps que cela se calme, calant ma respiration a la sienne comme il me le demande. J’entends son inquiétude et dès que je suis en état de parler, je lui caresse le visage et plante mon regard dans le sien :

« Daemon, je ne suis pas malade ou foldinguo, c’est juste l’émotion, ce que j’ai besoin, c’est de rentrer me reposer avec mon fiancé et m’assurer que tu peux te restaurer. Je vais rester te coller le temps d’être sûre que tu n’es pas un mirage …. Même sous la douche. »

Je lui lance un petit regard mutin, sa main toujours dans la mienne, le tirant doucement vers notre chez nous. Bucky a du nous entendre arrivé car le chiot fini par déboulé avec sa démarche précipitée pour faire une fête de tous les diables a son maitre.

« Il n'y a pas qu'a moi que tu as manqué. Attends toi aussi a te faire poulper par les enfants, ils t'ont cherché a grand renfort de "dadadadadadada". »

Je lui offre un nouveau sourire plein de tendresse, sans me remettre bien de notre séparation. il me faudra du temps pour reussir a m'apaiser. A quelques mètres a peine, une autre secousse me déchire le ventre je serre les dents et prends sur moi :

« Ca… Ca va … passer…. Je… j’ai besoin juste de m’allonger un peu et d’être avec toi… »


J’attends une nouvelle fois que ca passe pour reprendre avec le plus d’assurance possible malgré ma voix fatiguée et un regard digne d'un chaton suppliant :

« C’est juste un peu douloureux, et je te promets que si ca ne passe pas après ton repas et ta douche, on ira voir Faith. Tu es d’accord ? »

Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Mer 22 Juin 2022 - 21:46

- Je t’aime aussi souffla-t-il en la serrant doucement contre lui  

Daemon mourrait presque d’envie de la serrer si fort contre lui que jamais plus ils ne pourraient se retrouver éloignés mais il était évident qu’il ne le pouvait pas. S’il pouvait sentir leur enfant bouger contre sa main, il pouvait surtout aisément ressentir et lire la douleur sur le visage de sa femme. Et, à ses yeux, il n’y avait rien de pire que de la savoir souffrante et de se savoir impuissant face à cela. Il ne pouvait que lui offrir sa main, elle aussi impuissante, seulement bonne à être broyée si Alex en ressentait le besoin.  

C’était elle qui souffrait, c’était elle dont il devait s’occuper et pourtant, fidèle à elle-même ; la brune caressa le visage du maçon, tâchant tant bien que mal de le réconforter. Un fin sourire à la fois attendri et inquiet vint étirer les lèvres du trentenaire. Au contact de la main d’Alex, le derme de sa joue s’agitât d’un léger frisson.  

- Je peux t’assurer que tu auras tout le temps d’une vie pour rester coller à moi Alex, même sous la douche répondit-il avec une espièglerie naissante dans la voix Tout comme tu auras toute la journée pour te reposer avec moi après mais d’abord, je veux vraiment que tu...

Mais Daemon fût interrompu dans sa phrase par l’arrivée en trombe de Winter. Le chien semblait comme surexcité, remuant son postérieur, aboyant doucement et se mettant debout le long de la jambe du maçon.  

- Toi aussi tu m’as manqué mon p’tit père, je suis là maintenant dit-il avec une voix presque gaga en gratifiant le chien de plusieurs caresses  

Il reporta un regard tendre vers sa fiancée qui mentionnait les enfants.  

- Ils vont bien ? Tous ? J’ai hâte de les revoir aussi, t’imagine pas... dit-il en souriant  

Ses gestes étaient lents et il sentait bien qu’il ne pourrait pas jouer la comédie bien longtemps mais pourtant, il puisait dans ses dernières forces pour rester debout, aux côtés de la femme qu’il aimait.  Jusqu’à ce qu’elle ne se torde à nouveau de douleurs. Sa fatigue lui sembla alors soudainement bien dérisoire et l’adrénaline l’aida à soutenir la jeune femme. Il secoua vivement la tête à la négative.  

- Non, non, non répondit-il nerveusement Je... J’suis désolé si je pue et que j’ai besoin d’une douche mais ça attendra. Je... Je vais juste passer prendre une bouteille d’eau et une barre de céréales et.. Et on va directement voir Faith. Et promis après ça je... Je ferais tout ce que tu me diras

Le maçon s’efforçait de sourire mais Alex ne le connaissait que trop bien. Elle pouvait facilement deviner toute l’inquiétude qui se cachait derrière la courbure de ses lèvres. Drainé par ce regain d’énergie que lui offrait l’angoisse, Daemon attrapa à la va-vite une collation et de quoi boire. Il aurait préféré ne pas avoir à perdre ces précieuses minutes mais c’était le seul compromis qu’Alex accepta.  

- ça ira plus vite comme ça! dit-il en soulevant très doucement Alex

Il la porta, telle la princesse qu’elle était à ses yeux et son pas se pressa vers le cabinet de Faith. Il toqua une fois à la porte et, sans attendre de réponse, entra. Le maçon allongea délicatement son épouse sur la table d’auscultation et s’assit à ses côtés. Nerveusement, sa jambe venait battre un rythme invisible et frénétique. Sa main droite demeurait accrochée à celle d’Alex alors que la gauche ne se détachait pas du ventre arrondi. Et, pour tromper le stress, il se mit à déblatérer, le temps que Faith ne prépare le matériel.  

- Tu sais ce que je rêverais de manger là ? Des frites bien grasses ! Et tu sais ce qu’ils mettent en Hollande avec les frites ? De la Mayonnaise ! Les salauds !

Un bref rire nerveux lui échappa alors que ses yeux lançaient déjà des appels à l’aide vers la sexologue, se demandant bien ce qui lui prenait autant de temps


Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Ven 24 Juin 2022 - 11:34


« Une vie ne sera pas assez à mon gout tu sais… »

J’a un air a la fois malicieux et tendre en disant cela. La peur de l’avoir perdue est trop fraiche, je pense que je ne compte plus accepter d’être séparée de lui une seule minute. J’entends bien qu’il veut qu’on aille tout de suite voir Faith mais il vient a peine de rentrer, il est épuisé, je refuse qu’il ne prenne pas du temps pour lui et qu’il se restaure avant qu’on fasse quoique ce soit ?

« Ca va aller je te le jure…. »


Winter nous offre diversion avec son arrivée joyeuse. Lui aussi a eu des émotions entre les morts dans le camp et la disparition de son maitre. Quand Daemon reporte son regard vers moi et me demande si tout le monde va bien, je me sens pâlir et j’ai du mal a garder mes yeux dans les siens. On s’était promis plus de mensonges…

« Les enfants vont bien, Leo a assuré pour veiller sur eux pendant qu’on gérait les super zombies mais…   Hope a été mordue, j’ai du l’amputée en catastrophe en plein combat, depuis elle souffre de fièvre. Je … je n’ai pas été a la hauteur. »

Je me sens particulièrement coupable de cette situation. Je ne manque pas de voir dans ses gestes la faiblesse et l’épuisement qui l’habitent, même entre deux contractions qui me secouent. Même s’il est fatigué, il est là, a me soutenir comme jamais et, quelques soient les douleurs qui sont les miennes, mon cœur se gonfle a la fois d’amour et de fierté pour cette homme qui est a mes côtés. Quand je comprends qu’il veut aller tout de suite voir Faith, au mépris de son bienêtre, je secoue vigoureusement la tête mais sans que cela ne serve a grand-chose : Daemon Brody est lancé, plus rien ni personne ne pourra l’arrêter.

« S’il te plait…. Daemon… »


Je vois bien qu’il est inquiet mais je le suis tout autant que lui qu’il ne prenne pas un peu de temps pour souffler. Avant que je puisse plus protester, il a déjà pris une frugale collation et revient me prendre en princesse. Par réflexe je m’accroche a lui goutant, malgré moi, a la joie de me sentir contre lui, dans ses bras, le seul endroit ou j’ai envie d’être dans tout cet univers. Néanmoins, je culpabilise quand même plus qu’un peu.

« Daemon ! Tu es épuisé !! »

Il nous faut peu de temps pour arriver au cabinet de Faith et Deamon assure plus qu’un super héros malgré mes craintes. Je fini rapidement sur la table a coté de l’appareil et je sens mon angoisse grimpée malgré la main de Daemon dans la mienne. Son autre main est sur mon ventre et la chaleur qu’elle diffuse trompe les coups de poignards des contractions. L’idée qu’on nous annonce une mauvaise nouvelle me serre la gorge. Quand il se met a me parler de frites, je relève les yeux vers lui avec un air épuisé mais amusé :

« Je ne te savais pas si cultivé quant aux traditions Hollandaises, mais promis, si tu veux des frites, je t’en ferais autant que tu veux et sans mayonnaise. »


J’ai un petit frisson quand on pose le gel froid sur mon ventre et que Faith applique la sonde de l’échographie. Je serre fort les doigts de mon futur époux durant les quelques secondes les plus longues de la vie et puis… et puis on l’entend. Ce petit cœur au battement si rapide, ce chant si doux a nos oreilles. Sans y penser, je sens une larme de soulagement coulée le long de ma joue alors que mes yeux cherchent ceux de Deamon pendant qu’on nous annonce que tu vas bien.

« Tu vois, c’est juste un peu de fatigue… »


Notre doctoresse confirme et lâche un « votre fils se porte a merveille » qui me surprend, je ne m’attendait pas a découvrir le sexe du bébé. Un fils ? On va avoir un fils ? Elle prend le temps de nous montrer plus le petit visage de celui qui ne tient pas en place dans mon ventre et lui donne du fils a retorde. Son petit nez parfait, ses petites mains avec lesquelles il semble jouer et aussi ce petit indice qui ne ressemble pas a grand-chose pour moi qui la rend sure d’elle : c’est un garçon. L’émotion me serre tellement la gorge que je n’arrive pas a parler avant que nous n’arrivions à notre caravane. C’est presque rêveuse et pleine de tendresse que j’arrive enfin a m’exprimer tout en me mettant au fourneau pour remplir le ventre de l’homme de ma vie avec des frites et de la viande :

« J’ai l’impression de me sentir un peu plus près des étoiles, là où les rêves n'ont pas de frontière…. Tu te rends compte, je suis en train de faire un mini toi ! »


Fille ou garçon, en vrai, tout me va, tant que c’est notre bébé je sais que je l’aimerais de toute mon âme et qu’il va arriver dans une famille bienveillante ou il sera bien entouré. Je me rends compte que mon fiancé ne partage peut-être pas ma vision des choses, dans notre bonheur d’avoir cet enfant, on n’a jamais parlé du sexe. Avec précaution, je lui demande :

« Tu…. Tu es content ? »



Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Jeu 28 Juil 2022 - 13:10

Une vie ne serait pas assez. Sans doute était-ce cliché, peut-être même un peu bateau et pourtant, rien ne sonnait plus véridique, plus juste que cette phrase aux oreilles de Daemon. L’entièreté de sa vie était dédiée à la femme qu’il tenait contre lui. Et que cette vie soit tristement courte ou bien heureusement longue, cela ne serait pas suffisant pour lui offrir tout l’amour qu’il ressentait, qu’il avait à lui offrir. Elle avait été sa renaissance, son second souffle. Il s’était comme senti renaître sous son regard clair ; comme si son existence ne tenait qu’aux reflets qu’il voyait dans les prunelles émeraude, qu’à l’amour qu’il y lisait. Il l’avait toujours su, dans le fond, à l’instant où leurs regards s’étaient accrochés mais avoir passé ces trois jours loin d’elle, dans l’incertitude n’avait fait que lui confirmer l’évidence. Alex était son monde. Il n’y avait qu’elle et il n’y aurait qu’elle, pour toujours et plus encore.  

Tout, en sa présence, était décuplé. Son amour, son bonheur. Mais aussi et surtout, à cet instant, son inquiétude et ses peurs. Le maçon ne pouvait s’empêcher de s’en faire pour la belle brune, intensément. Tout comme il avait cette sensation d’absorber chaque émotion qu’elle véhiculait, quand bien même elle tâchait de les dissimuler. Il grimaça légèrement en apprenant le sort d’Hope avant de secouer la tête, sa main remontant caresser la joue de son épouse.  

- Tu as été plus qu’à la hauteur Alex. Sans toi, ce ne serait pas la fièvre dont il faudrait s’inquiéter. Sans toi, elle aurait été condamnée à errer sans âme ou pire, elle aurait peut-être attaqué les autres, peut-être même que vous auriez dû l’achever devant sa fille... Tu l’as sauvé Alex dit-il spontanément la fièvre va redescendre, j’en suis sûr

Si Daemon l’espérait sincèrement, ses préoccupations étaient à dire vrai toutes autres à cet instant précis. Il n’irait pas jusqu’à dire qu’il se moquait du sort de la sulfureuse blonde mais les douleurs que semblaient éprouver Alex surpassaient les siennes, surpassaient celles des autres. Car après tout, il l’avait assez répété, elle passait et passerait avant tout le reste. Toujours.  

Ce fût donc tout naturellement qu’il ne chercha pas à en savoir plus sur l’état des autres expendables ni même des fuckers et qu’il ignora sciemment ses propres peines et ses faiblesses physiques pour porter la jeune femme auprès de Faith. S’il pensait être angoissé avant, à l’instant où la porte du cabinet se referma dans son dos, tout son stress monta en flèche. Il sentait son cœur tambouriner dans sa poitrine et ses mains fourmiller. Pourtant, il s’efforçait de ne rien montrer, tenant les mains de sa femme, blablatant sur des sujets légers telle que les frites. Mais à l’intérieur, il était proche de l’implosion. Il luttait même contre l’envie d’hurler sur Faith, lui crier de se dépêcher, de ne pas être si nonchalante. Mais il n’en fît, bien-sûr, rien. Il regarda Alex, hochant vigoureusement la tête.  

- Hein ? Quoi ? Ha oui ! J’ai des connaissances aussi étranges qu’inutiles sur les frites et la Hollande dit-il, la voix nerveuse qui ne parvenait presque plus à dissimuler son anxiété

Jusqu’à ce que, soudainement, ce ne fût plus les battements frénétiques de son propre cœur qui résonna dans ses tympans mais quelque chose de bien plus mélodieux, bien plus doux. Instinctivement, le silence s’abattu et sa main serra encore un peu plus fort celle d’Alex. Un large sourire vint étirer ses lèvres, sans même qu’il ne s’en rende compte et son regard passa frénétiquement du petit écran sombre au visage angélique de son épouse.  

- C’est... enfin.... notre... j’veux dire... c’est... magique...

Séché, muet. Rien ne voulait sortir autre que des mots sans grand sens. Jamais, ô grand jamais, il n’avait ressenti une telle émotion. Bien sûr, le maçon avait conscience que le bébé était là. Il le sentait bouger sous ses mains, à plusieurs reprises. Il le sentait réagir au son de la voix d’Alex, au son de la sienne. Mais c’était la première fois qu’il l’entendait, qu’il le voyait. Et puis, sans prévenir, Faith prononça la phrase tant attendue.  

- Notre fils ? répéta-t-il, trop enjoué, trop fort, ravivant les mouvements du petit être On va avoir un petit garçon ??

Et à cet instant, c’était lui qui retrouvait un air de petit garçon. Le regard pétillant, les yeux humides, la voix bien trop aiguë, le sourire bien trop large.  

- On va avoir un petit garçon !! s’exclama-t-il

Ses lèvres vinrent se plaquer sur celles d’Alex puis son regard partit se poser une dernière fois sur le petit écran avant que Faith ne l’éteigne. Le maçon remercia vivement la sexologue et les deux amoureux quittèrent le cabinet pour se rendre à leur caravane.  

Daemon était sur un petit nuage, oubliant tout le reste. Alex s’attelait déjà aux fourneaux et il se glissa dans son dos, enroulant ses bras autour d’elle. Il déposa un baiser dans sa nuque.  

- Un mini nous rectifia-t-il  

Il embrassa une nouvelle fois le cou de la femme qui faisait battre son cœur alors que spontanément, l’une de ses mains se posa une fois de plus sur le ventre arrondi.  

- Si je suis content ? Je crois que j’ai jamais été aussi content madame Alex Lockwood Brody ! Je suis tellement content que je suis sûr que ça fait rire les oiseaux, ça fait chanter les abeilles, ça chasse les nuages et fait briller le soleil ! On va avoir un petit garçon tu te rends compte ! Un jour, il va courir juste ici, dans tes jambes quand tu seras en train de faire la cuisine parce que je serais entrain de l’arroser avec l’eau de la vaisselle ! Et toi, tu essaieras de faire les gros yeux en voulant nous engueuler mais ça te fera rire qu’on y croira même pas! Tu nous pointeras du doigt en disant “ça suffit ! Daemon ! D...  

Le maçon s’arrêta, fronçant les sourcils, réalisant qu’ils n’avaient jamais émis l’idée de prénom.  

- Tu... as déjà réfléchi à un prénom ? C’est quoi le prénom que tu as envie de dire quand tu voudrais nous rouspéter ?demanda-t-il en souriant tendrement

Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Ven 29 Juil 2022 - 0:45


Je sens les doigts de Daemon me serrer un peu plus la main et mes yeux quitte le petit écran où se dessine le visage de notre bébé pour aller sur celui de mon fiancé. Malgré la fatigue de ses traits, ce que je vois dans ses yeux, sur ses lèvres encore entrouvertes de la surprise de découvrir notre enfant, me donne un sourire tendre. Il y a quelque chose de magique dans cette « première rencontre » à trois avec cette petite vie que nous avons faite a deux. Pensivement, sans détacher mes prunelles de son visage de plus en plus radieux, je souffle juste.

« Magique, c’est le mot… »


Que cela ait été une fille ou un garçon, ce bébé a déjà élargie mon cœur pour y prendre toute sa place. Depuis que je me savais enceinte, je me projetais avec cet enfant qui grandit en moi sans forcement me rendre compte que c’était peut etre plus intangible pour son papa. A part mon ventre et les petits coups du bébé, c’était surement plus difficile pour Daemon de réaliser que, dans quelques mois, il allait être papa. Le voir, connaitre le sexe et entendre son cœur rendait tout plus concret : dans quelques moi, il aurait son fils dans ses bras. Quant à moi, de partager ce moment après tant d’angoisses, voir, comme entendre, le bonheur de mon futur époux suffit à me transporter de joie et a me tirer les larmes entre deux baisers.

Ce n’est que lorsque nous rentrons, que nous nous retrouvons enfin seuls, que j’arrive, enfin, a retrouver ma capacité a parler, tout en préparant un repas digne de ce nom au futur papa qui semble aussi émotionné que moi. Quand je me sens enlacée, je pose doucement ma tête contre la sienne, nichée dans mon cou et ma main lâche la poignée de la casserole pour rejoindre la sienne sur ventre, savourant autant cette étreinte que ses baisers.

« J’ai du mal a réaliser que dans quelques mois, il sera là… qu’après tout ce que nous avons traversé, on a réussi a se trouver et a fonder une famille… . Comme quoi, , on peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière ou de trouver le plus merveilleux des maçons. ».


J’ai ce petit sourire au coin des lèvres qui en dit plus que mes mots sur l’amour et la joie que je ressens en cet instant. La simple évocation de ce nom de femme mariée m’arrache un sourire lumineux. L’idée même d’etre sa femme et que nous allions accueillir, bientôt, notre fils, me suffit pour oublier toutes les horreurs, les angoisses et épreuves qui nous on conduit jusqu’ici. Les paroles pleines d’émotions de mon fiancé, faisant écho aux miennes, suffit a me faire rêver de ce moment tout simple que j’ai hâte de vivre.

« Qui te dit que je n’en profiterais pas pour vous arroser tous les deux ? »


J’ai bien vu qu’il butait sur le prénom, comme s’il prenait conscience seulement que nous n’en avions pas encore parler. Je me retourne doucement pour lui faire face et me blottir un peu plus contre lui, avant de lui glisser, espiègle :

« Disons que pour notre petit caneton, puisqu’on est censé etre des canards, je me disais que David ou Jacskon Brody Locwood, ca pourrait etre pas mal… mais tu as peut etre d’autres idées pour notre Ducky ? »



===============

Des jours que Daemon est rongé par la maladie et délirant. Des jours que je me sens impuissante pour soulager les maux qui le rongent alors qu’il est à peine conscient, prisonnier de cauchemars fiévreux, me reconnaissant a peine et respirant avec difficulté. Il souffre énormément, sa respiration est sifflante entre deux quintes de toux. Je fais au mieux pour bassiner son corps afin de le rafraichir, me battre avec lui pour qu’il puisse s’hydrater et manger un minimum et a veiller sur lui jours et nuits dans l’espoir d’une amélioration.

Une pneumonie, voila ce que la tempête a apporter avec elle. Chercher les enfants sous la pluie et dans le vent a eu des conséquences pour mon époux qui est rapidement tombé malade. Je me souviens encore de sa toux, du fait qu’il m’a dit ne pas se sentir bien avant de s’ecrouler presque dans mes bras, brulant. La météo toujours aussi folle, nous coince ici et on ne peut compter que sur les herbes médicinales ou les médicaments stockés pour le soigner, autant dire que nous manquons de toux. Mais je ne baisse pas les bras et je reste a ses cotés dans ce combat contre cette mauvaise fièvre.

Parfois il m’appelle Ema, parfois Ana, souvent je n’arrive même pas a comprendre ce qu’il essaye de me dire et dans ses trop rares moment d’éveils il semble confus et perdu, comme s’il ne reconnaissait rien autour de lui. Le voir aussi perdu et vulnérable m’inquiète presque autant que ses poumons sifflants. Il faudrait une hospitalisation, des vrais médicaments et un médecin qui n’est pas juste une électricienne qui a été formé sur le tas pas une sexologue.

J’essaye de ne pas désespérer, ne pas me laisser aller aux pensées noires qu’il va peut-être m’être arrachée par cette maladie qui ne veut pas le laisser tranquille. Je prie beaucoup, m’en remettant a Dieu pour veiller sur lui et lui donner la force de se battre.

Cela fait quelques jours que la fièvre semble enfin baisser, je reste vigilante, craignant un nouveau pique mais sa poitrine ne semble plus lui arracher des grimaces de douleur a chaque fois qu’il respire et il a l’air, enfin, de pouvoir se reposer sans être harcelé par de mauvais rêves. Comme a chaque fois, je me permets de prendre un peu de sommeil en me lovant contre lui, espérant qu’il est sur la voix guérison.

Je somnole, bercé par le vent et sa respiration quand je l’entends gémir, immédiatement je suis aux aguets et avise qu’il a les yeux ouverts et tente de se redresser :


« Attends, je vais t’aider… »


Je l’aide en callant des coussins dans son dos, osant a peine y croire. Il a les traits tirés de ce combat qui a duré si longtemps mais il a l’air réveillé pour de bon. Il a été plus fort que la pneumonie. Je lui tends un verre d’eau :

« Comment tu te sens ? »

Je pose d’autorité ma main sur son front qui me semble frais. Mon cœur n’est pas loin d’exploser de joie devant ce qui a l’air d’être une victoire. J’ai un sourire lumineux malgré la fatigue :

« Je crois que tu es enfin guéri, on pourra dire que tu sais ménager tes effets. »

C’est seulement la que j’avise d’une lueur dans son regard que je ne sais pas vraiment décrypter. Avec prudence, pour cacher mon inquiétude, je lui demande :

« Daemon… ca va ? »




Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Sam 13 Aoû 2022 - 10:36

Un sourire aussi large que sincère étirait ses lèvres alors qu'elles se posaient sur le derme de la nuque de son épouse. Les deux canards heureux n'avaient jamais réellement évoqué le futur. S'ils savaient qu'ils vivraient ensemble et heureux pour toujours, ils se laissaient un peu porter, vivant au jour le jour. Il n'était pas chose aisée que de se projeter plus loin que le lendemain dans ce monde dévasté et pourtant, ce soir, après cette échographie, Daemon osait enfin. Il osait enfin s'imaginer plus loin, s'imaginer avec ce petit garçon qui serait le sien, avec sa femme qui resterait sienne comme il serait sien. Il osait enfin toucher ses rêves du bout des doigts. Des rêves simples, d'amour et de famille.

Un bref rire lui échappa d'ailleurs, à l'idée de cette scène qui n'était pas encore arrivée.

- Oh je suis sûr que tu nous arroseras mais tu feras d'abord semblant de faire les gros yeux, pour qu'on baisse notre garde lui et moi souffla-t-il joyeusement

Puis, soudainement, le maçon sentit les battements de son cœur s'accélérer à l'évocation du prénom de leur futur enfant.

- Jackson ? répéta-t-il, incrédule

Bien sûr, il y avait déjà pensé à plusieurs reprises, Jackson étant l'homme qui avait le plus marqué sa vie, positivement. Mais qu'Alex le propose d'elle-même, qu'elle ait   cette si douce attention, il n'y avait rien de plus touchant pour lui.

- Et pourquoi pas David Jackson Brody Lockwood aka David J. Brody Lockwood aka Ducky ? dit-il en souriant

Ses lèvres vinrent trouver celles de la brune qui s'était finalement tournée et blottie contre lui.

- Tu sais que je voudrais rester comme ça, avec toi, jusqu'à la fin de ma vie ? Et je te dirais jusqu'au bout moi je ne verrai plus que toi. Le temps qui nous a rendus vieux n'a pas changé mon cœur pour ça

x x x


Les jours qui venaient de défiler, à la fois trop lentement et trop rapidement par instant, n'étaient qu'un amas noués de souvenirs flous. La douleur s'imprégnant de chacun de ses tissus, inondant ses veines. Daemon avait perdu toute notion du temps. Le jour se mélangeait avec la nuit, les minutes devenaient heures. Le passé s'entremêlait étroitement avec le présent. La frontière du réel flirtait avec l'irréel. Par intermittence, le maçon voyait le visage d'Alex qui le maintenait à la réalité. Puis, ce doux visage prenait ensuite la forme d'Emma, d'Ana, parfois même de sa mère.

Jusqu'à ce que tous ces visages ne s'effacent, net. Que seule l'obscurité ne s'offre à lui. Rien, plus rien que le noir. Une voix lointaine, étrangère l'interpella. Difficilement, l'homme ouvrit les yeux. Une brune était assise en face de lui. Elle semblait s'activer, calant quelque chose dans son dos, venant toucher son front. Il grimaça, non pas de douleur mais d'incompréhension. Il zyeuta le verre d'eau, secouant la tête.

La jeune femme s'arrêta, s'adressant directement à lui. Lui, il regarda nerveusement à droite, puis à gauche.

- C'est... à moi que tu parles ?

Il se redressa, maladroitement, la panique commençant à le gagner.

- J'suis où ? T'es qui ?? Qui est Daemon ??


Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum