-50%
Le deal à ne pas rater :
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
19.99 € 39.90 €
Voir le deal

Re: Duck's stories

Mar 19 Avr 2022 - 13:05

Quelque chose clochait. Rien de trop inquiétant, évidemment, mais Daemon était plus qu’intrigué par le comportement inhabituel de sa fiancée. C’était bien la première fois qu’elle venait à le réveiller en pleine nuit pour une crampe, sans même réellement être capable de lui donner une réelle explication. Mais le maçon ne s’en formalisait pas. À dire vrai, il était tellement mordu d’elle, tellement impatient de se marier avec elle et de devenir papa qu’il lui passerait toutes les excentricités et autres caprices du monde.  

Lui, il venait presque à s’amuser de la situation. Malgré ce réveil inattendu, Daemon était curieusement détendu et d’humeur taquine, sans perdre des yeux le bien-être de sa future épouse. Il ne se rendait compte de rien, du moins pas du désir brûlant qu’éprouvait Alex. Ce fût donc tout innocemment qu’il se retrouva allongé sur elle, après s’être battu avec la couverture, le visage bien trop proche du sien. Il resta un court instant à la scruter, à détailler ses traits sans réaliser qu’elle, était attachée à ses lèvres.  

Retenu sur l’un de ses avant-bras, le trentenaire demeurait dans cette position, le sourire toujours aux lèvres à écouter la jeune femme bredouiller.  

- C’est bien ce que je dis... souffla-t-il j’ai le plaisir ou le regret, je sais pas, de t’apprendre que vous avez parlé de sexe avec Faith répéta-t-il, décidemment amusé  

Puis, soudain, son regard croisa celui d’Alex. Il s’y ancra même. Son sourire se figea un instant alors qu’il s’efforça de décrypter cette lueur dans les yeux émeraude. Il connaissait ce regard et cette lueur mais jamais il ne l’avait vu aussi brillante. Et l’ardeur semblait se mêler au déshonneur. C’est là qu’il y eut ces quelques mots, presque timides, qui filtrèrent entre les lèvres de sa fiancée. Ces quelques mots qui venaient lui souffler que ce fût bien le désir qui l’avait poussé à le réveiller. D’abord perplexe, Daemon entrouvrit à peine la bouche.  

- Oh... Oh! finit-il par lâcher  

Tout était maintenant plus évident et toutes ces bizarreries trouvaient alors un sens, une logique. Alex l’avait donc expressément sorti de son sommeil pour assouvir son désir, pour coucher avec lui. C’était bien une première et Daemon ne savait pas trop quoi en penser. Il était surpris bien-sûr et forcément un peu échauffé à cette idée de savoir que l’envie de sa fiancée était si forte. Mais il avait toujours cette humeur taquine, joueuse en lui. Cette envie de se jouer gentiment de la brune, pour qu’elle ne craque complètement.  

Son visage se rapprocha alors encore un peu plus du sien et sa main libre glissa sous la couverture.  

- Je comprends pas... Si elle est pas au mollet ta crampe...

Délibérément, il frôla du bout de ses doigts la poitrine d’Alex avant de glisser sur son ventre, s’arrêtant sur son estomac.  

- Elle est ici ta crampe ? demanda-t-il faussement innocent  

Et tout en parlant, il avança encore son visage. Ses lèvres effleurèrent celles de sa fiancée avant de se détourner pour venir se poster au creux de son oreille.  

- Tu sais ce qu’elle voulait savoir ? chuchota-t-il à son oreille, sans prononcer le prénom de Faith Savoir comment est-ce qu’on laisse parler nos corps  

Il avait murmuré cette phrase presque lascivement alors que, ce disant, son corps se pressa à celui d’Alex. Ses lèvres vinrent embrasser le lobe de son oreille avant qu’il ne se redresse légèrement.

- T’as raison, je devrais peut-être me rendormir finalement
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Mar 19 Avr 2022 - 14:44

Celle qui ne sait pas demander les choses


Mon cœur bat tellement fort que j’ai l’impression qu’il raisonne dans toute la pièce et que Daemon doit le sentir bondir dans ma poitrine. Rien qu’à cette idée, des images de ses mains sur la dite poitrine m’assaillent et arrivent encore a me faire rougir un peu plus. Je suis vraiment une femme en perdition. Silencieuse, mes lèvres gonflées d’avoir été tant mordillées nerveusement, brulante d’envies inavouables, je reste le souffle cours a fixer celui qui me met dans cet état. Mécaniquement alors que mon esprit se complait dans le fil presque lubrique de mes fantasmes décuplés par sa proximité, je lui réponds, alors qu’il évoque Faith :

« En quoi parler de tes gouts de glace ou si tu as des menottes a un rapport avec du sexe… ? »

En vrai, la je pense que me parler de n’importe quoi aurait un rapport avec de l’intimité de couple tellement je bouillonne a l’intérieur devant la présente bien trop masculine de mon fiancé. Ses lèvres… je les imagine partout sur mon corps et surtout contre les miennes pour des baisers qui n’ont rien de chastes alors qu’il trouble cette vision presque sauvage de ce que je voudrais sans l’assumer avec son « Oh... Oh! ».Comme la femme coupable que  je suis, je relève les yeux vers les siens avec crainte d’être jugée et qu’il prenne mal que je l’ai réveillé parce que je suis une dépravée. Je vois un éclat dans son regard sans être capable de le déchiffrer tellement tout mon être hurle de frustration. Quand il me demande ou est la crampe si elle n’est pas au mollet, je pense que je vais mourir de honte et puis, je réalise que c’est d’autres choses que je vais mourir alors que ses doigts frôlent mes seins sans vraiment s’y attarder assez pour ne faire plus qu’allumer un nouveau brasier dans cet incendie qu’est tout mon corps.

Je me cabre presque avec un gémissement alors ses mains se posent sur mon estomac, me retenant a grand peine de lui dire de descendre plus bas. Puis, ses lèvres caressent presque les miennes sans me laisser le temps de voler ce baiser qui nourrit tant d’images indignes. C’est autant sa voix que son souffle sur ma peau qui me donne des frissons. Je suis incapable de lui répondre, ne comprenant toujours pas le rapport avec la vanille et ce qui se passe, de toute façon, je suis bien loin de ce souci, n’étant qu’anticipation de l’étreinte qui pourrait enfin me délivrer de ce qui me consume tout entière. Il n’y a pas une seule parcelle de peau qui n’est pas avide de la suite qui s’annonce, sauf que, sans que je ne sache pourquoi, tel un couperet qui s’abat sur moi Daemon me parle de se rendormir.

Pas la peine de dire que je me fige a cette idée, presque douloureuse, et me je retiens a peine de hurler un « NON NON NON NON » désespéré. Je ne vois pas un monde ou je pourrais survivre a cet état. Mon visage se tourne vers le sien, le scrutant avec inquiétude sans savoir comment réagir. En fait tout est si nouveau.

« Je… tu… c’est… enfin… tu as envie de te rendormir ? »


J’ai vraiment un ton de toute petite fille perdue et c’est un peu ce que je suis dans cette situation ou je ne maitrise même plus mon corps ou mes pensées. Je le veux lui, je ne veux pas qu’il se rendorme, je veux qu’il termine ce qu’il a commencé en posant juste ses yeux sur moi, parce que j’en suis vraiment rendu là. Mais a coté de ça, je l’aime plus que tout, moi y compris. Je me sens affreusement détestable d’avoir sacrifié des heures de son sommeil a cause de ma lubricité. Cela l’emporte sur tout car il passera forcement avant moi, sans que je m’en rende compte, dans mes décisions.

« Tu… excuse moi… je suis égoïste… tu es fatigué… je… je vais peut être aller prendre un bain… »

Oui, un très froid, avec des glaçons et je suis sur que je ferais bouillonner l’eau dans les 5 minutes au regard de la chaleur que je dégage. Ceci dit en passant, pour le moment, je ne fais rien pour me soustraire a sa présence, déjà, parce que je n’en ai vraiment pas envie mais surtout parce que j’en suis incapable.

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Mer 20 Avr 2022 - 22:12

Duck's stories - Page 2 Tenor


Peut-être ne devrait-il pas s’amuser autant de la situation. Peut-être devrait-il simplement aider sa fiancée à assouvir ce désir qui semblait tant la consumer. Peut-être devrait-il aussi tenter de la rassurer, de lui expliquer qu’il n’y avait aucune honte à avoir et que jamais il ne la jugerait. Oui, c’était sans doute ce qu’il aurait dû faire. Mais Daemon n’était pas d’humeur à être concilient si rapidement. Bien sûr, la proximité de leurs corps et la simple idée de savoir que sa fiancée l’avait réveillé pour cela ne pouvait que lui faire de l’effet et dans le fond, il savait qu’il ne lui faudrait pas bien longtemps avant de céder.  

Mais le maçon voulait la faire languir, seulement un petit peu. Il voulait la pousser doucement dans ses retranchements, se faire désirer peut-être aussi. Laisser les minutes s’étirer dans le temps, tout en jouant lentement de son corps pour que l’explosion ne soit que plus savoureuse. Il avait lui-même été de trop nombreuses fois dans cette situation avec elle, qu’il était le mieux placé pour savoir de quoi il parlait. Les rôles étaient, pour cette unique fois, inversés et Daemon voulait gentiment en profiter, ne serait-ce que quelques secondes.  

À dire vrai, il se plaisait à la sentir se cambrer de frustration sous lui. Il se plaisait à sentir son souffle s’affoler, jusqu’à ce que sa respiration ne devienne erratique alors que sa main, comme ses lèvres, se baladaient dans une fausse innocence sur elle, sur ce corps qu’il aimait tant. C’était telle une délicieuse torture, un moyen de faire monter le désir par vague. Jusqu’à ce qu’il ne rompe ce contact qui tenait plus de l’effleurement qu’autre chose et qu’il déclare vouloir finalement se rendormir ; quand bien même il n’en avait pas la moindre intention. Le timbre de la voix de sa fiancée le fît presque abdiquer sur le champ.

- Je sais pas trop... répondit-il, faussement pensif Toi, tu as envie de quoi ? Que je me rendorme?

Et à mesure que le maçon parlait, la main posée sur l’estomac de la jeune femme reprit sa lente course et descendit sur son ventre.  

- Ou pas ?

Ses lèvres se rapprochèrent des siennes avant d’à nouveau dévier, légèrement, déposant un baiser sur le coin de sa bouche. Mais il se figea en l’entendant s’excuser et se qualifier d’égoïste. Il était bien faible, Daemon. Il ne supportait pas l’entendre parler d’elle ainsi, moins encore de la voir si honteuse et soudainement, le jeu n’était plus si amusant.  

- Dis pas ça, s’il te plaît murmura-t-il en collant à nouveau son corps contre elle Si tu vas prendre un bain, je viens avec toi

Un sourire vint alors fendre ses lèvres.  

- Ou on peut aussi rester ici et soulager ta crampe  

Sa main descendit alors encore un peu plus bas. Et ses lèvres retrouvèrent enfin celles d’Alex, lui offrant sans le savoir ce baiser peu chaste qu’elle désirait tant.  

- Tu préfères quoi ? demanda-t-il tout bas, entre deux baisers.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Sam 23 Avr 2022 - 9:42

Celle qui se lache un peu trop

Je reste les yeux dans les siens, avec ce sentiment extrême d’être anormale, mauvaise, égoïste et décevante. Les hormones qui m’enflamment le corps ne m’aident pas, non plus, a garder la tête claire ou prendre du recul. Je ne me rends absolument pas compte a quel point je suis leur esclave alors que je suis déjà les yeux piquant de larmes a redouter de dégouter l’homme que j’aime. J’ai un regard qui en dit long sur le fait que je suis perdue quand il me demande ce que j’ai envie. En vrai, je sais ce que j’ai envie, beaucoup trop, et que Daemon se rendorme n’en fait pas partie DU TOUT, mais plus que tout je ne veux pas qu’il me subisse.

« Je veux que tu sois bi… qu’est ce que tu… ??? »


Je suis incapable de parler et déjà en train de me cambrer alors que sa main descend lentement vers une zone de mon corps qui irradie presque d’anticipation.  Son « ou pas » me fait vibrer d’espoir. Alors qu’il me demande de ne plus dire que je suis égoïste et me propose même d’aller dans le bain avec moi, je suis incapable de lui répondre ou me concentrer sur ces mots. Sa main va trop lentement a mon gout et je suffoque presque de frustration. Mes yeux verts plongent dans les siens, d’abord plein d’étonnement, puis, se plissant légèrement avec suspicion, quand il parle de soulager ma crampe. A-t-il bien compris ce que j’entendais par crampe ? Je suis incapable de lui rendre son sourire tant toutes les fibres de mon être semble n’être qu’un grand cri de frustration. Je n’ai pas le temps d’essayer de bafouiller quelque chose que ses lèvres viennent sur les miennes, c’est comme une pluie d’été sur un assoiffé… c’est doux, c’est léger, c’est magique, et ca a un gout de trop peu.


Le silence à peine troublé par nos respirations s’étire doucement a mesure que je réalise de plus en plus ma conduite et me sens de plus en plus mal. Je mets du temps a oser prendre la parole, pas vraiment certaine que mon fiancé a apprécié mon comportement. Incapable de le regarder, c’est plus a son torse qu’a lui que je confesse :

« Je… je suis désolée… je… je ne sais pas ce qui m’arrive ces derniers temps…je… enfin, tu … tu me rend folle… je... je n’arrête pas de penser a .. enfin… a nous… mais tout nus… je… excuse moi je dois te paraitre folle. »


Surement parce que je le suis. C’est d’une voix suppliante que je continue :

« Je… tu crois que tu veux bien oublier ce qui s’est passé et qu’on n’en parle plus jamais ? »


Je cherche une diversion rapidement sans vraiment y croire :

« Tu sais que je ne sais toujours pas si la vanille est ton parfum préféré… et… mon Dieu, dis moi que ne me juge pas trop mal… je t’en prie… »



Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Mer 27 Avr 2022 - 21:52

Cette situation était inédite. Du moins, avec Alex. C’était presque comme s’il pouvait sentir, ressentir même, le désir émaner d’elle. Sous les draps et dans les bras de Daemon, la brune était loin d’être la prude que les autres s’amusaient à voir et pourtant, cette fois-ci, tout semblait différent. Tout semblait plus intense. La flamme qu’il lisait habituellement dans ses yeux était devenue brasier, tel un incendie prêt à tout dévaster sur son passage. Les frissons désireux qu’il sentait habituellement sur sa peau étaient devenus désespérément quémandeurs. La cambrure habituellement délicieuse de son corps était devenue une courbe impétueuse. Le maçon ne comprenait pas et, à dire vrai, il n’avait pas envie de comprendre à cet instant précis.  

Le trentenaire s’en amusait sans même y trouver une logique. Peut-être que, plus tard, il s’en interrogerait mais à ce moment-là, il voulait simplement en profiter. En profiter pour la tourmenter lascivement mais surtout en profiter, de ce feu dévastateur, pour se brûler un peu les ailes avec elle. Un sourire satisfait vint étirer ses lèvres dès lors que la main de sa fiancée se posa sur la sienne pour le forcer à parcourir ces quelques courts centimètres qui le séparer de son intimité. Si elle ne l’avait pas demandé avec les mots, elle venait de le réclamer avec les gestes. Et Daemon, lui, ne se fit pas prier.  



Les endorphines libérées dans chacun de leurs corps aidant, les bras du maçon s’enroulèrent un instant autour de la jeune femme avant qu’ils ne s’abaissent, tout comme le peptide. Seule l’une de ses mains resta accrochée aux cheveux d’Alex, les caressant doucement. Daemon se complaisait dans ce silence et ses yeux commençaient à se fermer, tout comme son souffle commençait à s’apaiser, alors que la voix de sa fiancée le ramena à son état d’éveil. Il rouvrit un œil, puis l’autre et le coin de ses lèvres se redressa en un sourire attendri.  

- Tu sais que ce n’est pas la première fois que tu me demandes ça ? D’oublier dit-il à voix basse  

Il faisait bien entendu allusion à ses trois jours sur le toit de la caravane chez les Divas, alors qu’il lui avait promis qu’il pouvait aisément jouer à l’amnésique si elle le lui demandait.  

- Je pensais qu’on avait dépassé ce stade, celui de la honte souffla-t-il doucement Tu sais que ce qui se passe entre toi et moi, reste entre toi et moi ? Mais si tu veux oui, je peux rejouer à l’amnésique, même s’il n’y a rien d’honteux précisa-t-il en espérant la rassurer  

Il se doutait bien que pour elle, beaucoup de choses étaient tabou. Mais pas pour lui.  

Un bref rire lui échappa devant la tentative de diversion d’Alex.  

- Tu n’as toujours pas compris que je ne te jugerai jamais ? Jamais répéta-t-il en déposant un baiser sur son front  

Sa main remonta finalement caresser du bout des doigts le bras de sa fiancée  

- J’adore la vanille mais des fois, c’est bien de surprendre son palais en changeant un peu de saveur... De temps à autre. Et c’est là que les menottes interviennent dit-il en riant  

Nul doute qu’Alex ne comprendrait pas de suite mais il n’avait aucun problème à le lui expliquer.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Ven 29 Avr 2022 - 14:23

Celle qui est pas sure de suivre

Le bien être autant lié aux orgasmes que d’être contre lui, baignée dans son odeur et sa chaleur, vacille facilement devant la tempête de hontes et d’incertitudes qui se bouscule dans ma tête. Je me rends parfaitement compte que ce qui s’est passé est aussi inhabituelle que mes envies, pour ne pas dire plus, mes besoins et cela me fait peur.

Je redresse la tête timidement vers lui quand il me parle, me maudissant de me dire, au passage, que son torse est un appel aux caresses. Quoiqu’il m’arrive c’est inquiétant. Il arrive à me faire sourire en me rappelant notre première nuit a deux. La moins confortables de toutes et pourtant, elle reste la plus magique pour moi. Avec un air de petite fille coupable, j’avoue :

« Je n’ai pas l’impression que ton sort d’amnésie ait bien marché la première fois… et je crois que j’en suis contente… »


En fait je même certaine que je ne voudrais pas oublier la moindre seconde de cette nuit, du moins, de ce que je m’en rappelle. Souvent je me demande ce qui se serait passé si j’avais été moins sur la défensive, si je m’étais laissé guidée par mes sens sur ce toit de caravane. Quand il me dit que ce qui se passe ici restera ici, je me rends compte qu’il n’a pas bien compris pourquoi je suis si gênée. J’ose a peine bouger contre lui, ma main posée sur la cicatrice au fer rouge. J’ai un visage reconnaissant quand il essaye de me rassurer et me détends un peu quand il me dit qu’il ne me jugera jamais. Avec maladresse, je tente de m’expliquer :

« Je.. je crois que je me juge pour deux… C’est surtout que j’aimerais… j’aimerais être vraiment la femme que tu mérites, pas une affreuse mégère égoïste qui te réveille pour… enfin… tu vois… ? »


Je suis écarlate et incapable de mettre des mots sur mon comportement a cette confession. Le pire est que je crois qu’une part de moi a adorer ce qui s’est passé et je ferme les yeux en me rendant compte que je suis réellement en train de me demander si on pourrait pas retenter. Ca va devenir ingérable si je n’arrive pas a me calmer. J’essaye de me caler contre lui, la tête sur son torse pour pouvoir plonger mon regard inquiet dans le sien, essayant de trouver du réconfort dans son calme amusé.

« Je suis tellement désolée… je ne sais pas ce qui m’arrive, vraiment pas, je vais essayer de me reprendre, mais j’ai l’impression que c’est de pire en pire. Les autres nuits j’ai réussi a prendre sur moi-même si c’était dure… Peut être…. Peut être qu’il faudrait que je dorme ailleurs pour … heu…. te laisser tranquille la nuit ? »


Il passe avant tout sans que je m’en rende compte, avant moi, avant ce que mon corps réclame. Je frissonne et ses doigts laissent une trainée de chaire de poule sur ma peau qui ne semble toujours pas rassasiée de lui. En même temps, une vie ne suffirait pas pour que je sache me lasser de cet homme, c’est une certitude. Je ferme les yeux une seconde pour savourer ce contact avec un air de chat satisfait alors qu’il me parle de ses gouts. Cette diversion salutaire après un sujet gênant et plus que bien accueillie. Je suis a réfléchir a comment essayer de reproduire une saveur vanille sans avoir des gousses quand je me redresse vivement et le regarde avec interrogation. J’ai du mal comprendre ? En même temps, l’association menotte vanille revient souvent je trouve trop pour que ca soit moi qui ai mal entendu.

« Daemon, tu sais que des menottes, ca ne se mange pas a ce que j’en sais… a moins que ça ne soit une métaphore pour autre chose ? Est-ce… est ce que c’est encore quelque chose que je suis censée savoir mais qui m’échappe un peu ? On parle bien cuisine au moins ? »




Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Mer 4 Mai 2022 - 17:17

Ses doigts se perdaient dans les cheveux d’ébène, s’entortillant de temps à autre autour de fines mèches ébouriffées par l’effort. La fougue redescendait, laissant place à l’éternelle tendresse que Daemon portait à sa fiancée. Son souffle se callait inconsciemment sur la respiration d’Alex qui tendait à se calmer et qui, sans qu’il ne s’en rende réellement compte, venait le bercer. Si ses paupières étaient lourdes et que tout son corps criait au sommeil, son esprit restait accroché aux lèvres de la brune qui semblait être d’humeur loquace. Et puisqu’elle passait avant ses propres envies et besoins, il n’était pas question pour lui de reprendre la route pour les pays des rêves.  

Un fin sourire, à la fois amusé et fatigué, vint étirer ses lèvres lorsqu’Alex déclara croire qu’elle était finalement heureuse que l’amnésie n’ait pas frappé le maçon après leur première nuit.  

- Tu vois qu’avec le temps, tu regrettes pas que je n’ai pas oublié alors dis toi que ça sera pareil pour cette nuit souffla-t-il  

À dire vrai, Daemon ne comprenait pas réellement ce qu’il était censé oublier mais surtout, il ne comprenait pas pourquoi était-il censé oublier. Il n’arrivait pas à saisir la complexité de la réflexion purement féminine. Pour lui, il n’y avait rien d’honteux mais il n’oubliait pas que le sexe était un sujet particulier pour Alex. Au-delà des horreurs sexuelles qu’elle avait vécues, il n’oubliait pas non plus son manque d’expériences sur ce point. Peut-être était-elle seulement effrayée ou gênée par la découverte d’une libido débordante ? Il ne saurait dire. Mais bien vite, ses interrogations silencieuses trouvèrent réponses dans les dires timides de la brune. Comme bien souvent, le maçon fronça légèrement les sourcils.  

- C’est vraiment ça qui te pose problème? demanda-t-il, incrédule Va vraiment falloir que tu te vois enfin comme je te vois, à ta juste valeur. Tu es tellement mieux, tellement plus que “la femme que je mérite”

Ses yeux vinrent se poser sur elle, sur sa peau rougissante, comme à chaque fois qu’elle était mal à l’aise. Mais bien vite, il se mit à secouer la tête de gauche à droite.  

- ça va pas non, t’iras dormir nulle part ailleurs dit-il en la serrant sans doute un peu trop fort entre ses bras en riant doucement tu sais on a tous des périodes où on est plus... excité que d’autre ? Y’a pas mort d’homme et je vais pas me plaindre, crois-moi

Du moins, c’était ce qu’il pensait à cet instant. Quel homme viendrait se plaindre d’avoir une femme à la libido débordante ?  

- C’est peut-être lié à ta grossesse ? Comme quand t’avais toujours envie des biscuits au gingembre de Seb ou la légende qui dit que les femmes enceintes veulent toujours manger des fraises ? P’tétre que c’est moi ta fringale du moment lâcha-t-il en riant à nouveau  

Il se rendait bien compte que ce sujet inquiétait la jeune femme mais il préférait lui montrer à quel point ce n’était pas grave pour lui, qu’elle ne devait pas s’en faire un sang d’encre. Au contraire. Mais malheureusement, son rire ne s’estompa pas. Il redoubla même alors qu’Alex venait à lui demander s’ils parlaient bien de cuisine. Il le lui avait pourtant dit, qu’elles avaient parlé de sexe avec Faith.  

- Ha bon ? T’es sûre que les menottes ça se mange pas ? Même si elles sont à la vanille ? On peut parler de cuisine oui, certains aiment bien impliquer la nourriture, moi ça me dérange pas, enfin je m’adapte dit-il, toujours en riant  

Daemon était persuadé que la question d’Alex était en fait ironique jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il était en réalité le seul à rire.  

- Pardon, c’était une vraie question ? demanda-t-il, presque gêné On parle autant de cuisine que d’une réunion de travail autour d’un verre dit-il en souriant timidement Je te l’ai dit, vous avez parlé de sexe
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duck's stories

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum