Le Deal du moment :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : ...
Voir le deal
14.50 €

Build a wall, break down others.

Lun 11 Sep 2023 - 14:25

J’ai l’impression que c’est toujours la même chose qui se passe. Je rejoins un camp, un nouveau groupe qui devient rapidement une nouvelle famille pour finalement me rendre compte qu’elle est menacée. Voila le schéma qui se reproduit à nouveau avec les habitants à temps plein de Junk Town. Ce n’est en soit pas réellement une surprise, je dois l’admettre et je serais quelqu’un de bien naïf de croire que ce n’est pas comme ça que cela se passe toujours. La nature humaine à fait de nous des prédateurs, des hommes et des femmes qui n’ont de cesse de vouloir reprendre un peu de ce qu’ils avaient perdu après les horreurs que nous avions tous subis. Certains de manière bien plus vicieuse que d’autres.

Après les récents événements, on avait décidé de faire en sorte de ne plus se faire surprendre par qui que ce soit, Oblivions, Croatans ou rôdeurs alors le mot d’ordre avait été de se préparer en amont et de fortifier les défenses du camp. J’avais proposé à Roks de m’accompagner parce que j’avais bien vu qu’il y avait des choses qui l’avaient touchées ces derniers jours et je dois dire qu’elle a réussi à attiser ma curiosité. Ce sera aussi sûrement l’occasion de pouvoir en apprendre plus sur elle. J’ai beaucoup de questions concernant le groupe d’où elle vient. Et sur un tas d’autres choses. Je crois qu’il y a quelque chose qui m’attire chez elle. Un côté sauvage et malgré tout en retenue.

Je finis de préparer les outils qui seront nécessaires à la construction de défense et de pièges autour du camp et finis par me diriger vers là où crèche la brune. Il est encore assez tôt et j’ai pas mal de choses à terminer encore avec Dario à la forge. Je toque délicatement : Roks, c’est Roman. T’es prête ? Et en attendant que la brune ne sorte de chez elle, je me pose sur un banc et me mets déjà à réfléchir sur les différents objectifs de la journée. Je dois dire que je ne les vois pas passer ces derniers temps et ce n’est pas plus mal car cela m’évite d’avoir trop de temps pour laisser revenir mes idées et pensées sombres. J’arrive même parfois à commencer à l’accepter. A me dire que tout était justifié, mais on est encore loin de ma rémission complète.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Build a wall, break down others.

Mar 12 Sep 2023 - 0:26

L’ancienne militaire n’avait pas spécialement prévu de faire de vieux os dans ce campement isolé de tout, le considérant plutôt de prime abord comme un espace d’accueil provisoire le temps de se remettre sur pieds et de reprendre du poil de la bête. Quelques semaines plus tard, et après les récents événements, ce n’est évidemment plus la même chanson. Un seul mot d’ordre à travers le campement depuis l’attaque heureusement avortée des Oblivions quelques jours plus tôt : Sécuriser les lieux avant l’automne. Ces connards vont revenir – comme le lui a si gentiment indiqué l’un des deux hommes qu’elle s’était chargée de mettre à la question comme un foutu membre de l’Inquisition – et c’est dès maintenant qu’il faut se retrousser les manches. Le poste de surveillance doit être protégé, les murs renforcés, les alentours sécurisés, … La liste est loin d’être exhaustive. Même si Roksana n’est pas encore tout à fait certaine de ce qu’elle compte faire à moyen terme, elle ne partira certainement pas sans donner un coup de main. Parce qu’elle pense à la sécurité des petites, au bébé de Max et celui de Liam, à Lily et ses fleurs. Elle cherche à se persuader qu’elle n’agit que par sens du devoir – comme une sorte de déformation professionnelle – mais si parfois elle oublie de se servir de sa tête, son cœur est à la bonne place. Allongée toute habillée sur son lit, elle aiguise la lame de son poignard tout en réfléchissant à la meilleure façon de procéder pour espérer fortifier les lieux et le rendre moins perméable aux attaques.

Junk Town est une véritable passoire, et c’est déjà presque un miracle en soi que ce premier raid n’ait pas occasionné plus de dégâts que ça. C’est probablement ce qui l’a poussée à accepter d’accompagner Roman aujourd’hui pour faire le tour de la ferraille par l’extérieur et tenter de la sécuriser au mieux avec les moyens du bord. Et peut-être qu’elle est un peu curieuse aussi à l’idée d’en apprendre plus sur cet homme au sang-froid visiblement à toute épreuve. Elle sait qu’il est censé venir la trouver ce matin, mais ça ne l’empêche pas de se raidir légèrement lorsqu’elle entend des bruits de pas devant le Love Shack, parce que certaines habitudes ont malheureusement la peau dure. Le poignard est rengainé dans sa ceinture avant même qu’il ne frappe à la porte, et la brune s’affaire à serrer les lacets de ses rangers histoire qu’elle lui tienne bien aux pieds. « J’arrive ! » Comme d’habitude, ses longs cheveux bruns sont nattés pour éviter qu’ils ne lui glissent dans les yeux au moment le moins opportun, et c’est avec une sacoche contenant plusieurs outils qu’elle sort de son antre pour marcher jusqu’à l’ancien homme de main. Juste un petit regard par-dessus son épaule pour s’assurer que les rideaux de la caravane des petites sont toujours tirés, et la voilà prête à se concentrer. « Bien dormi ? » Juste histoire de faire un peu la conversation et de se prouver qu’elle peut agir et réagir comme un être humain fonctionnel.


queen of spades
"Don't call it a comeback, I been here for years, I'm rockin' my peers, puttin' suckers in fear, makin' the tears rain down like a monsoon" (c) alaska.  


Awards:
Roksana Horlenko
Roksana Horlenko
Junk Town
Championne du WriMo
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Build a wall, break down others.

Jeu 14 Sep 2023 - 18:09

J’observe la brune sortir de chez elle, cheveux nattés comme à son habitude, qui lui vont bien d’ailleurs. Je ne suis pas spécialement surpris quand elle me demande si j’ai bien dormi mais tout le monde le sait, enfin, ceux qui me connaissent du moins que je suis loin d’être la meilleure personne pour parler de la pluie et du beau temps. Si je suis une oreille attentive, débiter des paroles sans arrêt à la minute, très peu pour moi. Mais il parait que c’est la base de la socialisation, que de se poser des questions dont les réponses ne nous intéressent pas réellement. Alors je la regarde, presque comme un con. Oui, ça va. Et toi ? que je demande à mon tour. Pas que cela m'intéresse réellement.

Et puis parce qu’on ne me refera clairement pas, j’attaque dans le vif du sujet. J’ai un semblant de plan des alentours du camp. On a regardé rapidement avec Liam pour trouver les endroits les plus fragiles et ceux qui laisseraient passer un éléphant sans qu’on ne le remarque. Je sors un plan, clairement fait à la va-vite. Je te propose d’aller ici et … Je pointe l’endroit avec mon doigt. Ici. Je la laisse prendre connaissance des endroits et une fois que c’est fait, je range la carte dans l’une de mes poches. Je me racle la gorge parce que je sais que le malaise commence déjà à s’installer. Enfin, surtout pour moi à dire vrai. On y va ? Oui, très bien joué merci.

On se déplace alors vers le premier endroit qui laisse clairement à désirer c’est un fait. Putain, tu m’étonnes qu’on ait rien vu venir avec un trou pareil. Mais ce n’est pas un reproche, mais une constatation de l’énorme masse de travail qu’il reste à faire pour sécuriser correctement cet endroit. On peut commencer par là si tu veux que je lui lance. Toujours aussi froid, fermé et professionnel. Je pense que ça en ferait frissonner plus d’un. Une tige de fer qu’on arrive clairement pas si facilement à faire plier.

Et on commence notre ouvrage. Et puis, évidemment, aussi maladroitement que possible je demande : Ça va, tu commences à prendre tes marques ici ? Et j’ai envie de me mettre des claques, parce que bordel, plus naze tu peux difficilement faire. Mais à dire vrai, et je pense que le Dieu miséricordieux des handicapés de la drague m’a fait une fleur à ce moment-là, je n’ai pas le temps de continuer de passer pour un pauvre type qu’un bruit, derrière nous, se fait entendre. Je me retourne aussitôt, sur mes gardes, la main déjà sur mon arme. Tu as entendu ? que je demande à voix basse à Roks.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Build a wall, break down others.

Dim 17 Sep 2023 - 11:54

Roman a l’air aussi à l’aise qu’elle avec les échanges de platitudes qu’elle ne l’est, ce qui n’augure que du positif pour cette matinée qu’ils s’apprêtent à passer ensemble à l’extérieur du campement pour en sécuriser les accès. Passé le moment de gêne où elle réalise qu’elle aurait mieux fait de se taire, et celui de léger soulagement lorsqu’il prend malgré tout la peine de lui répondre après un long moment de silence à la dévisager comme si une moustache lui était apparue sur le visage pendant la nuit, l’ancienne militaire hoche la tête. « Hm. » Est-ce que c’est la vérité ? Non. Est-ce que c’est réellement important ? Pas vraiment. Le sommeil léger est une conséquence de son passé professionnel, et la récente attaque sur le campement n’a évidemment rien fait pour arranger les choses de ce côté-là. Entre le stress ambiant, les cauchemars récurrents, les inlassables allées et venues pour les échanges de tours de garde et les deux bambins braillards ayant pris résidence dans la ferraille, le sommeil est clairement devenu un luxe que Roksana n’est pas en mesure de s’offrir. Heureusement, ça ne l’affecte pas plus que ça, et ce matin, elle déborde autant d’énergie que si elle venait de faire le tour du cadran. Elle se penche pour examiner le schéma rudimentaire que lui montre l’ancien homme de main, soulagée de rentrer directement dans le vif du sujet et se gardant bien de faire le moindre commentaire sur sa façon de dessiner. Pas besoin d’un putain de plan d’architecte pour comprendre que l’endroit est un moulin ouvert à tous les vents.

Est-ce qu’il y a un genre de malaise qui est en train de s’installer entre eux pour aucune foutue raison ? C’est en tout l’impression que donne ce petit instant de flottement entre le moment où Roman range son plan et finit par se râcler nerveusement la gorge. Pas beaucoup plus à l’aise, Roksana se gratte l’arrière de la nuque sans prononcer le moindre mot. Et puis le voir qui propose de s’y mettre, comme si elle avait la moindre raison de répondre par la négative. « J’te suis. » Evidemment. Est-ce que valait vraiment la peine de le dire à haute voix ? Probablement pas. Elle s’avance derrière lui et elle doit puiser dans tout ce qu’elle a encore de volonté pour ne pas se frapper le plat de la main sur le front d’exaspération. Un être humain fonctionnel, on a dit. Ça fonctionne avec Max, ça fonctionne avec les petites, pas de raison que ça coince avec ce mec qui ne lui témoigne pas plus d’intérêt que nécessaire. Elle se mure dans un silence confortable, se contentant de hocher la tête face aux constatations de Roman sur l’état de la grille et de se mettre au travail sitôt qu’il lui désigne l’endroit par lequel commencer. Le bricolage, c’est clairement son truc, et le simple fait d’être en terrain connu lui redonne de l’assurance. Elle se paye même le luxe de répondre de façon naturelle à la question que le brun finit par lui poser. « Doucement. Encore un peu tôt pour dire que j’me sens chez moi, mais c’est en bonne v- »

Un bruit la force à s’interrompre, et elle se retourne en même temps que son acolyte, main sur le manche de son couteau, prête à le dégainer en cas de menace manifeste. Un animal ? Ou peut-être quelques rôdeurs en vadrouille ? C’est en tout cas ce que l’ancienne militaire espère, parce qu’elle n’est clairement pas suffisamment équipée pour se défendre contre des attaquants plus intelligents et plus organisés. Trop tard pour regretter de ne pas au moins avoir pris son arme de poing avec elle, même si elle réalise à l’instant à quel point c’était stupide de sa part de ne pas anticiper d’éventuels problèmes. Si ce sont les Oblivions qui se pointent à la fête avec un temps d’avance, ça risque de ne pas se passer aussi bien que la première fois, et cette idée la pousse à s’accroupir dans l’espoir de faire une cible moins évidente. Dans un geste réflexe, ses doigts s’enroulent autour du poignet de Roman pour l’inciter à adopter la même position, et ce n’est que lorsqu’elle réalise qu’elle le touche – la pulpe de ses doigts contre sa peau nue – qu’elle le relâche. Pas le temps de se sentir gênée. « Ça venait de par-là. » Elle chuchote et désigne la rangée d’arbre qui les sépare de l’autoroute bordant le campement, plissant les yeux pour tenter d’apercevoir quelque chose entre l’épaisse végétation. « Tu veux faire quoi ? » Elle n’a pas oublié que la dernière fois qu’elle a foncé bille en tête, le brun a bien failli prendre une balle, alors même si cela va contre tous ses instincts, elle préfère s’en remettre à lui.

Spoiler:


queen of spades
"Don't call it a comeback, I been here for years, I'm rockin' my peers, puttin' suckers in fear, makin' the tears rain down like a monsoon" (c) alaska.  


Awards:
Roksana Horlenko
Roksana Horlenko
Junk Town
Championne du WriMo
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Build a wall, break down others.

Mer 27 Sep 2023 - 18:42

On pourra dire ce que l’on veut, l’échange de banalité n’est de loin pas une compétence que je maîtrise pleinement et cela à toujours été comme ça avec moi. Pas totalement handicapé, mais pas loin, alors je suis content de voir que Roks répond à ma question, ou du moins, commence à le faire.

Mais la conversation est coupé courte quand on entend tous les deux un bruit venant de derrière nous. Sa main sur mon poignet me fait frissonner, aussi bien pour la surprise de ce geste que pour le contact avec ses doigts. Comme une petite piqûre de rappel sur ce que le contact physique, autre que pour la violence pouvait bien faire ressentir à mon corps et mon esprit. Mais ce n’est que furtif, aussitôt que je copie sa position accroupie. Si je n’ai qu’entendu des bruits, la brune, elle, semble savoir d’où il provient. Elle me demande alors ce que je veux qu’on fasse. Je suis surpris, elle m’avait plutôt habitué à foncer tête baissée, mais je suis rassuré aussi, qu’elle ne le fasse pas cette fois.

J’observe avec attention l’endroit qu’elle m’indique et repère rapidement un ombre se presser. Je ne sais pas avec précision, mais cela me semble un peu trop rapide pour n’être qu’un rôdeur. Je pose mes yeux sur elle et lui fait signe discrètement, c’est rapide, soyons prudents. Approchons nous au maximum et on avisera. Ne fonce pas sans être sûr que je ne sois pas derrière toi ou devant pour te couvrir ok ? Pas de fausses notes si possible, je ne voudrais pas me faire attaquer bêtement, ni devoir aller l’aider en catastrophe. Séparons nous juste un peu, histoire de prendre ce truc qui bouge rapidement dans un piège, mais ne t’éloignes pas trop non plus. Et je me mets en route.

Mais autant demander à un éléphant de marcher sans rien casser dans un magasin de porcelaine. Évidemment, je suis tout sauf discret et l’ombre fuse à toute vitesse dans la direction opposée. Et merde, que je lâche entre mes dents. J’espère discrètement que Roks n’a pas vu tout ça, sinon, je suis bon pour me faire bâcher pendant un moment et je me sentirais vraiment mal à l’aise. Encore plus. J’arrive à l’endroit d’où venait le bruit et observe les environs. J’attends que la brune me rejoigne et l’avise de ce que j’ai trouvé. La regarde, des branches brisées, des traces fraîches, suivons les pour en savoir un peu plus.

HRP:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Build a wall, break down others.

Jeu 2 Nov 2023 - 20:42

Roman a l’air surpris de ne pas la voir foncer dans le tas comme un chien dans un jeu de quilles sans réfléchir, mais il a pourtant l’obligeance de ne faire aucune réflexion. Elle ne l’aurait pourtant pas volé, pour être honnête. Les choses s’étaient enchainées si vite après l’attaque du campement que l’ancienne militaire n’avait pas trouvé l’occasion de s’excuser, et maintenant que plusieurs jours s’étaient écoulés, l’idée de le faire lui paraissait ridicule. De toute façon, à présent qu’ils sont tous les deux accroupis à scruter la végétation pour tenter d’apercevoir quelque chose, la nécessité de reconnaître ses torts vient de faire une chute magnifique au pied de la liste de ses priorités. En dehors de la sécurité toute relative offerte par la grille entourant le campement, et surtout sans ses armes sur elle, la mécanicienne se sent vulnérable, et c’est un sentiment auquel elle n’est clairement pas habituée. Impossible d’évaluer le degré de menace tant qu’ils ne sauront pas à quoi ils ont à faire, et franchement, elle n’est pas spécialement pressée de le découvrir. Bien que plus habituée à donner des ordres qu’à en recevoir, elle se contente de hocher la tête en silence tandis qu’il lui intime l’ordre d’être prudente avant de suggérer qu’ils se séparent pour prendre l’ennemi en tenaille. « Compris. » Il se montre protecteur à son égard – un trait de caractère qu’elle pensait réservé aux plus jeunes membres de leur groupe, et l’émotion qui vient pointer le bout de son nez lorsqu’elle en prend conscience ressemble à tout sauf à de l’agacement.

Roman se met en route, et Roksana se force se concentrer avant de partir à sa suite, déviant de sa trajectoire en cours de route pour s’en tenir au plan et tenter de piéger… La personne ? Le rôdeur ? L’animal ? Putain, ne pas savoir la rend folle. Peu désireuse de se faire prendre par surprise en débusquant la menace, elle dégaine son couteau de combat et avance à pas prudents pour tenter d’être le plus discrète possible. Mais vu le bordel infame que fout son acolyte en progressant à travers la végétation, elle pourrait tout aussi bien courir en jouant des maracas. « Oh, tu cherches à rameuter tout… » La fin de sa phrase meurt sur ses lèvres lorsque son propre pied se pose sur une épaisse branche morte dans un craquement tout sauf discret. Par réflexe, elle se recule, et l’arrière de sa tête vient se cogner contre une branche basse, faisant s’envoler plusieurs oiseaux confortablement nichés dans l’arbre. « Aïe, putain, mais c’est une blague. » Consternée par sa maladresse, et persuadée que son égo ne survivrait pas à la vue d’un rictus moqueur, elle évite soigneusement de croiser le regard de Roman, se concentrant plutôt sur la piste qu’il lui indique au sol. « J'sais pas c'que c’est, mais c’est parti par-là, et ça s’déplace super vite. » Elle désigne une direction entre les arbres et se frotte discrètement l’arrière du crâne.

Spoiler:


queen of spades
"Don't call it a comeback, I been here for years, I'm rockin' my peers, puttin' suckers in fear, makin' the tears rain down like a monsoon" (c) alaska.  


Awards:
Roksana Horlenko
Roksana Horlenko
Junk Town
Championne du WriMo
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Build a wall, break down others.

Lun 20 Nov 2023 - 19:34

J'ai l'impression qu'elle essaie de me faire une petite remarque sur le fait que je ne suis pas le plus discret. Je ne relève pas, elle n'a pas tout à fait tort, mais surtout, alors qu'elle avance elle aussi se prend les pieds dans des branches et pire, elle fait s'envoler des oiseaux. J'ai envie d'éclater de rire, vraiment, mais je me retiens car cela n'ajoutera rien à notre discrétion déjà clairement pas si discrète que ça. Mais du coup, en m'intéressant un peu trop à Roksana, je perds clairement ma concentration et surtout la piste de ce que nous poursuivons actuellement. Merde. J'ai beau chercher partout, je ne vois rien. Alors, pas trop le choix, je dois y aller au feeling.

Je continue d'avancer et cette fois-ci, je suis aussi discret que possible. Je dois bien jouer à celui qui réussit un peu quelque chose non ? Et, en continuant d'avancer je tombe finalement sur l'ombre que nous poursuivons. C'est pas vrai ... Une biche ? C'est tout ? Je suis presque déçu, mais, en même temps, je suis rassuré que ça ne soit rien de plus. Alors je me retourne vers la brune pour tenter de lui indiquer ma trouvaille sauf que, derrière elle, c'est bien un morfale que je repère. Attention ! Derrière toi ! que je lui indique, presque en hurlant. Tant pis pour la discrétion, sa protection avant tout. Et je me rue vers elle. Je passe à ses côtés, pose ma main droite sur son ventre en la poussant légèrement contre un arbre derrière elle pour finalement enfoncer ma lame dans le crâne du morfale. Il tombe très facilement. Je récupère mon couteau. Il n'a rien de frais celui-ci, je ne pense que ce soit lui que l'on a repéré avant. J'ai vu une biche un peu plus loin, peut-être elle. Après tout, ces animaux étaient vifs. Et alors que je me retourne vers mon accompagnatrice du jour, je lui indique aussi : Méfies-toi, ce n'est peut-être pas le seul. Avançons encore un peu, juste pour être sur. Je ne veux laisser aucune chance à qui que ce soit de venir trop proche du campement.

HRP:

Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Build a wall, break down others.

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum