Le deal à ne pas rater :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 édition limitée du manga Blue ...
12 €
Voir le deal

Re: I have faults myself, so i wouldn’t presume to judge others

Sam 9 Sep 2023 - 12:52

Ah oui ? On est vieux, quand on a la vingtaine ? Il ne sait pas. Par ses traits juvéniles, Lukas a toujours eu l'impression de ne pas être du bon âge de toute façon. Il a toujours fait moins, et les remarques qu'on lui adresse vont en conséquence. Les dernières années ont cependant durci son regard sombre, les cicatrices témoignent de son passif. Il écoute simplement Diaz et demande avec une certaine naïveté : C'est loin, non ? Tijuana. Il ne se rend pas compte. En avion, il imagine que ça prendrait quelques longues heures. Dix peut-être ? Alors en voiture, ça se compte en jour sans doute.

Oui, c'est bien de voler. On se sent libre, admet-il. C'est peut-être là que son expression se détend, et que la lueur éteinte de son regard se rallume soudainement. Il ne développe pas son émotion mais, celle-ci est sincère et positive. Piloter est pour lui la chose la plus évidente sur terre. Peut-être que si tu nous accompagnes un jour dehors et qu'on doit se rendre loin, tu pourras voler aussi, souffle-t-il. Une sorte de carotte ? Pour lui, ça fonctionnerait. Mais pour ça, tu dois te plier à l'entrainement, ajoute-t-il simplement.

Peut-être qu'il la met au défi, pour la motiver. Si ça marche avec Diaz, alors il y a de fortes chances qu'elle s'accomplisse finalement, et qu'elle trouve sa place pour rejoindre une équipe au dehors. Vétérinaire, répète-t-il comme s'il apprenait le terme. Lui qui n'est pas à l'aise avec les chiens n'est pas sûr de comprendre mais... Il ne juge pas. C'est bien, c'est utile, de savoir s'en occuper, soigner. Tu peux sans doute aider à la clinique aussi, non ? Ce n'est qu'une manière de faire la conversation pour sa part, il n'a aucun avis sur la question à dire vrai.

Tout peut être nettoyé, c'est dépendant de l'accessibilité et des outils que tu as, reprend-t-il en se concentrant. Avec un coton tige, tu pourrais tout faire normalement, mais ça n'est pas le moment pour ça : On voit ça après, promet-il en se relevant, invitant Diaz a en faire autant. Ils s'éloignent du banc pour venir se placer face aux cibles. Elles sont faites de bois, usées pour la majorité. Dans la semaine, on les changera sans doute. Fais comme moi, lui demande-t-il en prenant déjà position.

Et puis tout en le faisant, il explique pour qu'elle suive : Bras perpendiculaire au corps, soutenu par l'autre, il s'exécute en le faisant. Les deux yeux ouverts, certains font l'erreur d'en fermer un, en pensant mieux viser. Mais non, il faut voir bien, et des deux globes. Le doigt est sur la gâchette seulement quand tu es prête à tirer, pour ne pas que ça parte trop vite. Tu peux retirer la sécurité, lui annonce-t-il. Corps légèrement en biais, il se place en conséquence, les jambes écartées : Position des pieds, il lui signifie de regarder par elle-même. Tiens-toi droite, et le silence revient. Il attend, qu'elle retienne la position.




Dis-leur que l'avenir
ne se fera pas sans moi
Lukas S. Yoon
Lukas S. Yoon
Administratrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: I have faults myself, so i wouldn’t presume to judge others

Sam 9 Sep 2023 - 13:27

Il fallait deux bons jours pour y aller, mais ça valait vraiment l'coup. Si elle avait pu y aller, si ses dernières vacances avaient été avancées de quelques semaines, alors elle serait sans doute avec ses grands parents à l'heure H. Mais bon la nostalgie ne permettait nullement d'envisager sereinement l'avenir puis Lukas était là lui, bien présent face à elle, vivant, plus important donc que les personnes disparues. Il reprenait d'ailleurs suite à sa question. Voler c'était se sentir libre, un fine esquisse étira la commissure de ses lèvres parce qu'il semblait s'illuminer en parlant de ça. Elle aurait aimé connaître cette sensation et alors qu'il lui disait que c'était possible, si toutefois elle se pliait consciencieusement à l'entraînement, la brune mordilla sa lèvre. On motivait les troupes comme on pouvait et, à dire vrai, Diaz préférait davantage la manière de Lukas que celle dont usait et abusait l'Adonaï autrefois. Ayant terminé de remonter la réplique de Glock, elle sourcilla un instant. J'sais pas … enfin, pas qu'j'aiderai pas si il le fallait mais, le corps humain est différent d'celui d'un chat, d'un chien, d'un cheval. Elle avait dû étudier l'anatomie humaine certes mais elle s'était rapidement penchée sur celle des animaux. Remarque pour désinfecter des plaies et mettre un pansement, ça devrait aller.


Puis déjà le brun reprenait quant à sa dernière interrogation à propos de quoi nettoyer ou pas. Ils verraient ça plus tard mais, attentive, Diaz imprima que les cotons tiges seraient bien utiles.  L'arme était remontée, elle continuerait à s'entraîner avec l'arme factice qu'elle empoigna de nouveau tout en le suivant vers le stand à deux pas. Et puisqu'il l'y invitait, elle observa chacun de ses gestes et se plia à les imiter du mieux possible. Chaque information fut prise comme s'il s'agissait d'une chose capitale, et ça l'était capital si elle désirait aider hors des murs. Tout autant survivre et ne pas être un poids pour les gens qui la suivraient à l'extérieur. Elle obtempéra, sans un mot, subitement bien plus sérieuse qu'elle ne l'était durant la conversation. La légèreté passée il fallait désormais montrer son envie de réussir, sa soif de s'élever au delà du rang dont l'avait affublé James.

Silencieuse, consciencieuse, la trentenaire se plaça comme le faisait Luka, jetant un œil à la manière dont étaient positionnés ses pieds pour en faire de même. Elle redressa les épaules et inspira une bonne goulée d'air pour respirer ensuite plus posément. Elle ne devait pas fermer un œil sur les deux, étrangement elle avait pourtant envie de le faire car fixer la mire la faisait presque loucher mais, doucement, elle prenait ses marques. Bras tendus, arme au poing, son doigt effleurait la gâchette sans encore la presser.

Je m’entraînerai à ça aussi, faudra que ça devienne un automatisme. Lâcha-t-elle davantage pour elle même que pour briser le silence. Peut-être qu'un miroir lui permettrait de mieux voir comment se positionner sans se sentir tordue ou mal à l'aise. A nouveau Wilson inspira, tâchant de respirer normalement sans bloquer ses souffles puis, suite à une œillade échangée avec lui, la jeune femme pressa la détente pour voir la bille traverser la cible. Manque de pot, elle n'avait pas atteint la silhouette mais bien la zone vierge tout autour d'elle. Je dois sûrement ajuster quelque chose ?
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: I have faults myself, so i wouldn’t presume to judge others

Sam 9 Sep 2023 - 14:33

C'est ce qu'on met pour aller à Spokane, deux jours. C'est long, surtout quand on veut arriver. Il imagine que Diaz a ressenti la même chose à l'époque en débarquant à Tijuana que lui aujourd'hui quand il rêve de quitter Walla Walla. En voiture, en tout cas, et quand tout se passe bien, ajoute-t-il. Et "bien se passer", c'est toujours un peu étrange quand on sait que ça n'a rien d'évident.

Et puis devant la mesure de Diaz, lui réagit : Tu aurais eu besoin de deux ou trois ans de plus pour être vétérinaire, alors tu peux toujours les prendre ici pour faire ce que tu voulais à la base, il l'imagine plus intelligente qu'elle ne l'est peut-être. Dans tous les cas, Lukas a toujours eu tendance à croire les autres capables, là où lui n'est pas apte à s'accorder un peu d'estime. Une manière de voir le monde où il n'est pas sur le devant de la scène. Peut-être que ça l'arrange, alors que sa personnalité reste celle de quelqu'un d'effacé.

Ils sont debout, l'un à côté de l'autre, et lui a un regard pour vérifier la position de Diaz. Elle tire, loupe. Questionne. Oui, il y a à revoir, il baisse son arme et s'approche, passant dans son dos. Il fait des gestes visibles, saisit les côtes de Diaz pour lui faire pivoter le haut du corps. Un petit coup dans le talon et il écarte sa jambe gauche. Reste solide ici, dit-il en posant ses paumes sur ses épaules. Il ne la relâche que pour lui dire : Et ne retiens pas ton souffle, et s'écarter d'un pas : Si tu as les poumons vides, tu seras moins crispée, donc les muscles moins tendus, ils trembleront pas, annonce-t-il.

Il revient à sa place pour attraper deux casques anti-bruit. Le premier, il le tend à la brune : A chaque fois que tu tires, tu relâches ton air, annonce-t-il. Met ça, ils s'entendront moins avec mais ça protègera leurs oreilles, ça n'est pas plus mal. Les tirs de Diaz ont été étouffé, mais ceux qu'il tirera ne le seront pas. Un signe de la tête qui signifie "Regarde", Lukas se place. Plus de trace de douceur sur ses traits, il lève les bras et tire, deux fois. Bam. Bam. La cible, dessinée grossièrement, est touchée en plein coeur, la seconde balle a éclaté l'oeil présumée. Il se tourne. Nouveau regard : Tu réessaies ?




Dis-leur que l'avenir
ne se fera pas sans moi
Lukas S. Yoon
Lukas S. Yoon
Administratrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: I have faults myself, so i wouldn’t presume to judge others

Sam 9 Sep 2023 - 15:27

Les conditions des trajets actuels étaient bien différentes de ceux d'antan, le danger permanent en somme. Les Hommes, la menace rôdeurs, la voirie qui n'était plus celle qu'ils connaissaient autrefois, finalement en songeant à tout ça, Diaz comprenait un peu mieux pourquoi Lukas préférait la voie des airs. Mais là, elle ne devait plus songer à rien d'autre qu'à ce qu'elle faisait. S'il lui avait certifié que ce n'était pas bien difficile, du moins bien moins compliqué que ce à quoi elle s'attendait, elle devait se concentrer un minimum pour assimiler un maximum.

Son premier tir fut, évidemment, un bel échec. Pas mal ce serait-elle dit, en ayant visé le blanc et pas le noir de la cible, si les temps avaient été moins durs mais, là, il valait mieux savoir mettre dans le mille. D'un mouvement souple, elle dénoua un peu ses épaules, pas que la position était difficile à tenir simplement qu'elle n'avait peut-être pas encore la bonne position. La réponse de Lukas le lui certifia bien d'ailleurs, elle l'observa donc s'approcher d'elle.

Elle appréciait l'attention qu'il mettait à ne pas être brusque, ainsi elle pouvait anticiper ses gestes et ne pas réagir brutalement. Diaz n'aimait pas la proximité masculine, du moins elle ne la tolérait plus depuis les sévices subis. Peut-être un jour serait-elle plus à l'aise avec cela, puisque tout ici, dans les intentions du jeune homme, ne visait qu'à la préparer, la former, pas du tout à l'humilier ou la blesser. Plus tendue malgré tout, elle tâchait de respirer calmement tandis qu'il disparaissait dans son dos pour lui intimait comment se tenir. Les bras toujours tendus, elle réenclencha néanmoins la sécurité de l'arme et pinça les lèvres lorsque ses mains rencontrèrent ses côtes. Il la poussa à basculer légèrement le buste et, son coup dans le talon de sa bottine, l'invita à écarter un peu plus les jambes. Opinant, tandis que les mains du brun gagnaient furtivement ses épaules, elle remua sommairement ces dernières puis inclina, tout aussi brièvement, la nuque afin de gagner un peu en souplesse. Droite mais pas rigide. Elle comprenait sans qu'il ait à le lui dire. Quant à la respiration, là encore elle trouvait ça logique, mieux valait être souple et sans tension.

Lukas de nouveau à sa place, elle baissa l'arme puis récupéra le casque qu'il lui tendait. Le Glock factice rejoignit la plaque devant eux, qui les séparait de quelques mètres des cibles, et le reprit uniquement lorsqu'elle eut lové l'objet contre ses oreilles. Les sons étaient étouffés, pas totalement coupés puisqu'elle pu entendre, et pas sans surprise malgré tout, la détonation du tir dont il lui fit la démonstration. Cœur, globe oculaire, si le premier tir ne tuait pas un cadavre il pouvait ôter la vie d'un homme, quant au second, il pouvait éradiquer les deux. Ce militaire, qui des années plus tôt les avait tiré du stade, le lui avait dit, il fallait viser la tête en ce qui concernait les morts ambulants. Les yeux rivés sur l'exploit du brun, elle inspira et tendit de nouveau les bras, se positionnant comme il le lui avait intimé plus tôt et refit un essai après avoir ôté la sécurité. A contrario de l'arme que tenait Lukas, elle n'entendit rien en pressant la gâchette. Néanmoins, cette fois, et bien qu'elle ne s'imaginait pas capable de ça avant de bonnes semaines, la cible fut trouée à l'entrejambe. Diaz en pinça les lèvres en émettant un bref rictus.

Ça n'achèvera pas un rôdeur mais, il y a du mieux. Lâcha-t-elle, légèrement rieuse, assez fort pour qu'il puisse l'entendre. Plus satisfaite, elle se reprit et tenta de nouveau, elle calibrait déjà mieux ses tirs, la position incombé par le jeune homme l'y aidait grandement, restait encore à viser un peu plus juste. Les prochains tirs redressèrent la barre jusqu'au nombril. Faut qu'je garde en tête le poids du vrai revolver, j'dois sûrement redresser encore un peu les bras. Lukas était doué, à croire qu'il avait fait ça toute sa vie. T'es doué, et … merci pour ton aide, pas grand monde aurait dit oui à ma demande, ça m'touche beaucoup Lukas.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: I have faults myself, so i wouldn’t presume to judge others

Sam 9 Sep 2023 - 16:19

Elle écoute, rectifie sa position et ajuste ses tirs suivants. Lukas scrute le résultat avec un air mitigé. Pas parce que c'est mauvais - à dire vrai, toucher les parties intimes n'est pas la pire chose face à un homme qui nous agresse, au contraire. Disons que ça n'est pas orthodoxe et que par empathie, le garçon est plutôt du genre à se dire qu'il n'aimerait pas en être la victime. Hmm... fait-il, placé aux côtés de Diaz, à scruter toujours sa cible. Je préfère t'avoir avec moi que contre moi quand je vois ça, admet-il dans la foulée avec une grimace.

Et puis devant la remarque de la brune, il hoche la tête : Viser la tête, c'est compliqué, souffle-t-il. Moi j'y arrive une fois sur deux, à moins de dix mètres, il n'est pas le meilleur dans ça, il y a des gens plus compétents encore qui peuvent faire du tir à distance et toucher à chaque fois. Tout ça demande de la patience, de la précision, Lukas est plutôt du genre à se consacrer à des passions précises déjà chronophages, pas l'occasion de se plonger dans autre chose que ça. Quand tu vois, c'est à peine plus que notre distance, là, fait-il en désignant la place qu'il avait, quelques instants plus tôt.

Qu'elle réalise que ce qu'elle entreprend n'a rien de simple. Il ne veut pas la décourager, plutôt qu'elle se rende compte que ça n'est simple pour personne d'être doué immédiatement. C'est du travail, de l'application, il n'y a aucun miracle. Il y en a qui sont capables de faire mieux, c'est impressionnant, mais ceux sont des années d'entrainement aussi, explique-t-il. C'est pour ça qu'il ne faut rien lâcher, et puis. Il songe à ce qu'elle lui dit. Ses remerciements le gênent un peu. C'est rien, c'est le minimum que je puisse faire, souffle-t-il tout bas, en enfermant son émotion en lui.

Je suis sûr que d'autres finiront pas comprendre que c'est ce qu'il faut, de vous apprendre à vous défendre, ajoute-t-il. On est là pour le bien du groupe, pour protéger ceux qui en ont besoin. Ceux qui sont volontaires doivent avoir l'enseignement qu'il faut pour aider, tout simplement. Et puis : Si tu réussis à t'améliorer, et même à devenir meilleure que moi, tu leurs prouveras à tous que donner une chance de faire leurs preuves à ceux qui ont été méprisé, c'est la chose à faire, souligne-t-il en retournant l'arme pour lui tendre la crosse : Tu veux essayer avec la vraie arme ?

Spoiler:




Dis-leur que l'avenir
ne se fera pas sans moi
Lukas S. Yoon
Lukas S. Yoon
Administratrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: I have faults myself, so i wouldn’t presume to judge others

Dim 10 Sep 2023 - 7:22

Il ne s'agissait que de billes, mais étant donné le point d'impact de celles-ci, c'aurait été douloureux si la cible avait été vivante. D'ailleurs la réflexion de Lukas l'invita à hausser un sourcil, lui devait forcément parfaitement s'imaginait la douleur. Elle aurait pu tout autant lui retourner la chose, vu sa précision précédente, Diaz aussi préférait l'avoir dans son camp plutôt que face à elle.  Derechef elle enclencha la sécurité de l'arme, ce point ci, une base très importante, la trentenaire l'avait parfaitement assimilé.

Le brun auprès d'elle reprenait. Difficile de viser la tête, elle le constatait par elle même, il fallait prendre en compte le poids de l'arme pour cibler parfaitement ce qu'on désirait et ici c'était déjà bien plus simple que s'il avait s'agit d'une cible mouvante. Les rôdeurs, les hommes, eux, ne resteraient pas sagement plantés en attendant qu'on leur ôte la vie. Dix mètres, reprit-il … La Mexicaine évalua la distance qu'il disait être celle-ci. Ce n'était pas grand chose et malgré tout, certains d'entre eux savaient viser juste à plus grande distance que ça.

Y a du boulot ... Soupira-t-elle pour son propre compte. Il y avait un sacré chemin à faire en effet mais elle se débrouillerait pour y parvenir. La jeune femme n'avait jamais été défaitiste, tout s'apprenait et il suffisait d'y travailler assez pour obtenir ce qu'on désirait. Instinctivement, elle songea à ce qu'il lui avait dit plus tôt lorsqu'elle lui avait parlé de ses ambitions de l'autre époque. Il n'avait pas tort du tout, là aussi, et bien qu'il n'y avait plus d'université ou de véritables cabinets vétérinaires, elle pouvait encore évoluer. J'peux pas te laisser dire que c'est « rien », Le reprit-elle tandis qu'il minimisait les efforts fournis pour elle. Si …. si cet abruti de Colonel avait pensé comme toi, pas mal de morts et d'horreur auraient été évitées. C'était rare qu'elle évoque l'ancien régime parce qu'il valait mieux se tourner vers l'avenir que de restait figé dans le passé. Mais, j'ai pas la prétention de devenir meilleure que toi, au moins m'approcher d'tes capacités serait vraiment bien.

Diaz esquissa un sourire à son attention avant de baisser les yeux sur l'arme qu'il lui proposait d'essayer. On ne parlait plus d'un jouet là, mais elle accepta. L'arme factice déposée sur la planche qui les séparait des cibles, Diaz récupéra celle dont ce servait Lukas et reprit sa position. C'était plus lourd mais elle appliqua ce qu'il lui avait enseigné plus tôt. Souple, inspirations mesurées, elle visa et pressa la détente à trois reprises. Cette fois il y eut du recul, entre le premier et le troisième tir son corps avait forcément bougé, ce qui lui prouva qu'elle devait être plus solide encore sur ses épaules. Évidemment le résultat fut laborieux.

Baissant le canon, après avoir replacé la sécurité, elle sourcilla. J'espère que t'es patient Lukas. Plaisanta-t-elle.

Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: I have faults myself, so i wouldn’t presume to judge others

Dim 10 Sep 2023 - 10:56

L'invective de Diaz semble soudainement plus vive, plus intense, alors qu'elle le contredit. Lukas fronce les sourcils et sans afficher vraiment d'émotion à ce sujet, il l'écoute plaider que les choses auraient dû être différente. Sans doute, lui n'est sûr de rien. La période faste de Richardson s'est faite au profil des malades, des femmes, des faibles. Mais comme dans beaucoup de régime autoritaire, il y a les temps glorieux et ceux difficiles avant le crash. On ne peut pas refaire ce qui a été fait, souffle-t-il en temporisant l'aigreur de Diaz.

Il ne sait pas ce qu'il s'est joué pour elle. Mais pour connaitre un peu son ex-compagnon et en particulier la manière qu'il a eu de fermer les yeux sur les tortures, il est facile d'établir qu'il n'a pas épargné sa femme. On doit composer avec et avancer, c'est la seule solution pour l'instant, et la seule chose qui permettra d'aller vers de beaux jours. On peut regretter que le Colonel Richardson n'ait pas agi comme il fallait, mais désormais, il ne s'agit plus de lui : le Grand Général Phillips s'échiner à prouver qu'il peut faire mieux que ça, plaide-t-il.

Son admiration pour Armand Phillips est trop sincère pour être feinte, il faut dire. Ca passe par ces petits rien, ajoute-t-il. Ce n'est rien, parce que c'est normal de t'aider, pour lui en tout cas. Et progressivement, cette normalité deviendra celle de tout le monde. Nos positions seraient inversées, je pense que tu ferais la même chose, il l'interroge du regard. A-t-il tort ? Et si tu approches mes capacités, ça sera déjà excellent, de toute évidence. Il n'en demande pas plus que ça à dire vrai.

Alors quand il voit le résultat de ses tirs, Lukas affiche une moue de circonstances : Tu peux faire mieux que ça, Diaz, il troque la vraie arme contre la fausse pour qu'elle ne gâche pas des munitions précieuses : Concentre-toi, essaie jusqu'à ce que le chargeur soit vide, lui demande-t-il comme exercice. Lui se tient en retrait, pour pouvoir l'observer avec un pas de côté, aviser de sa position, de ses gestes, de sa respiration. Tout ça prend du temps et le rendu est mitigé. Mais elle débute. Certaines touchent, d'autres sont à côté, certaines manquent.

Quand finalement, le percuteur clique. Lukas s'approche, de la poche arrière de son treillis, il sort un objet métallique : Je te montre comment changer le chargeur, sous les yeux de la brune a qui il vient de reprendre l'arme, voilà qu'il lui explique avec précaution comment s'y prendre. Du regard, il l'interroge et lui rend l'arme en remettant l'ancien chargeur. Il n'y a qu'en faisant qu'elle s'en sortira : Tiens, essaie aussi, lui demande-t-il fermement en lui fourrant l'arme dans les mains.




Dis-leur que l'avenir
ne se fera pas sans moi
Lukas S. Yoon
Lukas S. Yoon
Administratrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: I have faults myself, so i wouldn’t presume to judge others

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum