Le deal à ne pas rater :
Coffret dresseur d’élite ETB Pokémon EV06 Mascarade Crépusculaire
56.90 €
Voir le deal

+2
Neela J. Yeo-Jeong
Anjali Agarwal
6 participants

Carla Gomes

Ven 29 Avr 2022 - 19:45


CARLA GOMESsometimes, good people can do bad things

prénom(s) : Carla
nom : Gomes
date de naissance : 29 Juin 1999
âge : 22 ans

ville de naissance : Seattle.
métier : Lycéenne.
groupe : Travelers (camp de référence The Haven)

avatar : Camila Mendes.

what i am

qualites
Diplomate
Compréhensive
Discrète
Patiente
Observatrice
defaults
Méfiante
Curieuse
Renfermée
Susceptible
Rancunière
Equipement :
Hachette (+2) : Offerte par un ancien survivant qui a lui même trouvé cette arme lors d'une exploration.

Un sac à dos noir, devenu grisâtre avec le temps, avec un trou dans la petite poche avant. On peut y trouver à l'intérieur une lampe de poche aux piles bientôt usées, quelques serviettes hygiéniques et tampons, un carnet de note ne lui appartenant pas et un stylo.
     
Details physiques :
1m57 , 52kg | Autrefois une jolie jeune femme, cherchant toujours à se mettre en valeur dans diverses tenues et maquillages; elle ne passait pas inaperçue. Pour elle, le style passait avant tout, jusqu'à en oublier le froid. Elle a toujours eu une taille fine, faisant attention à ce qu'elle mangeait, allant à la salle de sport pour être en forme Quant à son visage, il a toujours arborer un magnifique sourire angélique, illuminant chacune des pièces dans laquelle elle se trouvait. Un véritable rayon de soleil, disant-on d'elle.

Aujourd'hui, elle a bien changé. Le confort avant tout. Son style ne l'intéresse plus, elle se contente d'éviter d'avoir froid ou trop chaud, d'avoir des vêtements pratiques. Elle a beaucoup maigris au milieu de l'épidémie actuelle et pour cause, le manque de nourriture. Par chance elle a pu rebondir sur ce manque grâce à des échanges de services et de vivres. Elle aurait pu mourir de faim et de soif, enfin c'est ce qu'elle pensait. Elle n'était pas anorexique mais s'en approchait.
Pour ce qui est de son sourire, il a complètement disparu. Elle essaye de paraître froide auprès des autres survivants pour éviter qu'on ne la prenne pour une jeune naïve ou que l'on profite d'elle. Des connards, elle en a connu, surtout en ces temps-ci.

Psychologie

Si je devais me décrire, je dirai que je suis forte, plus forte que ce que j'aurai imaginé. Pendant ces cinq ans, beaucoup de choses se sont passées. Cette nouvelle vie m'a enseignée pas mal de choses, comme la patience, que rien ne peut venir sur un plateau et que pour obtenir certaines choses, il faut attendre. J'ai dû me faire discrète par moment, que cela soit dans une conversation avec des inconnus ou pour aller piller des camps abandonnés infestés de rôdeurs. J'ai également appris que la curiosité est un véritable défaut. Il ne faut pas poser n'importe quelle questions, ouvrir n'importe quelle porte : on peut avoir de mauvaises surprises. J'ai dû être observatrice, cherchant chaque détails susceptibles de me donner des informations, surtout lors d'exploration.

Ma naïveté a été assez difficile à gérer au départ. Pourquoi est-ce qu'on souhaiterai me faire du mal ? Si le monde va mal, on doit se serrer les coudes. Ce que je pensais et croyais dur comme fer. Pourtant on m'a trahi, abusé de moi. Les gens sont égoïstes, alors j'ai dû être méfiante. Il y a plusieurs catégories de personnes, avec le temps, j'ai pu les reconnaître. Manipulateurs, hypocrites, menteurs, je les ai à l'œil. Je l'avoue, j'ai fini par me renfermer sur moi-même, moins on en sait sur ma personne, plus la chance de me blesser est minime. J'ai toujours eu cette peur d'être seule, pourtant, c'est ce que je fais. Je me sers de la solitude comme protection. Fini les trahisons, fini les mots qui blesse, car oui, je suis susceptible, un vrai cœur d'artichaud. Fais moi du tort, je m'en souviendrais à vie, oui je suis rancunière et j'ai du mal à pardonner. Qui nous dit que la personne ne recommencera pas après tout ? Comme on peut le voir, ma sociabilité a bien chuter comparé à ma vie d'antan.

Mais à tout cela, je peux noter deux points positifs. La compréhension, des survivants j'en ai tellement croisés, des situations difficiles j'en ai tellement vécues, que j'ai l'impression de pouvoir me mettre à la place de tout le monde. Je peux comprendre que l'on arrive à tuer par haine, je comprends que l'on puisse abandonner ses proches, je comprends que l'on n'arrive pas à se remettre d'un décès. On a tous notre passé, notre présent et notre futur. Il n'y a pas de bons comme de mauvais choix, nous sommes humains, et j'ai appris à le comprendre.
Quant à mon second point, c'est la diplomatie, utile pour survivre. Quand vous appartenez dans un camp, et que vous en rencontrez un autre, ou bien qu'il y ait un quiproquos, il faut bien quelqu'un pour gérer tout cela. Alors j'ai commencé à faire des compromis, trouver des solutions, rendu des services. Je ne dis pas que tout se passait comme prévu, mais que si on arrive à comprendre un problème, c'est la moitié de sa solution.

Pour résumé, je suis fière de qui je suis, je compte continuer à évoluer et à survivre dans ce monde.




Story of survival


Né de parents aux revenus modestes et aimants, Carla n'a pas eu à se plaindre. Elle et son petit-frère étaient heureux et ne manquaient de rien. Ils avaient même un petit chien dans la famille, Pompidou. À l'école, Carla était joviale, avenante et toujours très sûre d'elle. Lorsqu'elle voulait quelque chose, elle faisait tout pour. Elle n'a pas eu à se plaindre, elle était assez banale.

Là où sa vie a commencé à réellement bouger, c'était au lycée. L'apparence a toujours été important à cette période là. Alors elle a suivie le mouvement, a commencé à prendre soin d'elle et à s'entretenir en commençant par s'inscrire à la salle de sport. Pour être honnête, elle y allait pas tant que ça au départ, mais à fini par réellement y aller toute la semaine quand elle a pu motiver ses amies à venir avec elle. Seule, elle a du mal à se motiver.
Côté cœur, c'est dans cette période là qu'elle a découvert sa bisexualité, tombant follement amoureuse des courbes féminines tout comme la virilité d'un homme. Elle n'a pas eu beaucoup de relations, seulement trois : un garçon et deux filles. Pourquoi se sont-elles finis ? Les raisons classiques, plus la même vie, tromperie et perte de sentiments. Sûrement était-elle trop jeune pour ça.

En dehors des cours, elle occupait ses journées avec le sport, les sorties,  les jeux-vidéos de temps en temps et les séries. Un peu de lecture également avant de dormir.

De cette vie pré-apocalypse elle en garde un bon souvenir. Les gens sont gentils, altruistes et de confiance. Même si elle a eu quelques petites mauvaises expériences dans ses anciennes relations, elle sait que tout le monde n'est pas comme ça. Elle reste positive.


Octobre 2015  •
Les débuts étaient difficiles, la panique, l'incompréhension, le chaos. Des aggressions, des lieux en quarantaine, les gens deviennent fous. Ma première réaction a été d'aller voir mes parents et mon petit-frère. Je suis restée avec eux jusqu'au bout. On a fini par rencontrer notre premier rôdeur. C'était un voisin, ma mère lui demandait de l'aide et il l'a aggressé. Mon père a décidé de la défendre en frappant au visage le voisin. Mais il ne lâchait rien. Il continuait de mordre son cou jusqu'au sang. Après l'avoir relâché, ma mère est tombée au sol. Le voisin s'est ensuite jeté sur mon père qui a finalement pu se dégager. Moi ? J'étais terrorisée, incapable d'agir. C'est mon petit-frère qui a agit. Il a prit la main de mon père et a insisté pour que l'on parte. Abandonner ma mère ? Je ne le voulais pas mais je le devais. Elle était déjà morte. Et le voisin commençait à nous poursuivre. On a dû s'enfuir dans la voiture, sans même prendre le temps de faire nos bagages ou de prendre de quoi survivre. Alors on est parti, plus loin.

Novembre 2015
Nous sommes allés dans un camp de réfugié. Là où j'ai pu y retrouver une de mes amies de lycée. Elle me disait avoir perdu sa famille entière, et moi que j'avais perdu ma mère. Au lieu d'une retrouvaille à se raconter nos bons moments, on se racontait nos malheurs, malheurs partagés avec le reste du camp.

Hiver 2016
La situation au sein du camp devenait tendu, le froid, le manque d'eau, les réfugiés en colère.. Tous commençaient à se rebeller et à dégénérer. Certains on essayer de prendre possession du camp. Alors on a fuit, prenant avec nous quelques vivres. Ça, c'était ma première mauvaise action. Sans même penser aux autres, on a chercher à en prendre un maximum pour notre propre survie. Vêtements, nourritures, essence. Nous n'étions pas les seuls à y avoir penser alors on s'est alliés avec eux. Avec ce nouveau groupe, nous avions décidés d'aller dans les petites villes, moins fréquentés afin d'améliorer nos chances de survies.

Été 2016
Notre groupe avait rétrécie, passant de 15 survivants à 9 en l'espace de quelques mois. On avait réussi à sécuriser un hôtel ainsi que ses deux premiers étages. Au dessus, on n'avait pas pu y accéder. Trop de rôdeurs et pas assez d'armes. Cette période était la plus rassurante pour moi. On était au chaud, on avait sécuriser les lieux, on avait une petite communauté soudée. Tout se passait pour le mieux. Cependant pour le moral.. on commençait à se dire que plus jamais nous ne verront notre vie d'avant. Mon lycée me manquait, c'était mieux qu'ici.

Printemps 2017
Presque un an est passé et la communauté a bien changé depuis ses débuts. Des survivants sont morts, d'autres nous ont rejoint. Mais l'ambiance n'était plus la même à cause de David. David, c'était le mec un peu macho et sûr de lui qui veut tout gérer. Il a fini par y arriver, se servant des plus forts comme alliés. Derrière son sourire d'ange se trouvait un vrai connard, prêt à tout pour survivre sans penser aux autres. Tu es inutile au groupe ? Alors tu dégages. Certains on désertés mais moi et ma famille sommes restés, pour pouvoir améliorer nos chances de survie.
David avait un plan, il voulait sécuriser une rue entière pour pouvoir accueillir plus de survivants et ainsi se servir d'eux. Alors on partait en expéditions par petit groupe de quatre. Il n'a suffit que d'un coup de feu sur un rôdeur pour y amener une horde. Un rôdeur seul, ça va, mais quand on se fait encercler, c'est la mort assurer. David s'est enfuis avec d'autres, cherchant à sauver leur peau en premier. Cherchant à fuir à notre tour, on s'est vu ralentir par un rôdeur qui a mordu mon petit-frère au bras. On a pu le sortir de là, et retourner à l'hôtel avec lui. Mon père voulait cacher sa morsure, se disant qu'il y a sûrement une solution. Quant à moi j'avais trop peur de mentir et d'en subir les conséquences alors j'ai tout avoué à David. Suite à cela nous avons eu une réunion. Mon petit-frère devenu fiévreux, il s'est rapidement pris un coup de batte dans le visage, jusqu'à la mort. Silence total. Mon père pète un câble et commence à s'en prendre à David, mais il se fait rapidement descendre. Et moi? Putain je reste silencieuse, tremblante de peur. Ce n'est pas possible. Je viens de tout perdre en l'espace d'un instant, je me sens coupable. Et si j'avais menti ? Non, j'aurai pu y passer aussi..
David vient me voir, me remerciant de lui avoir tout dit. Sous le coup, je l'insulte mais il me rappelle que c'est de ma faute, que je suis la seule fautive dans l'histoire. Il me laisse même le doute qu'ils auraient pu vivre tout deux. Quel connard.

Automne 2019
Je fais toujours partie de ce groupe. Après tout j'ai personne, où est-ce que j'aurai pu aller ? Visiblement David m'a prise sous son aile, il a l'air de m'apprécier, pour je ne sais quelle raison. J'ai de l'importance dans le groupe, je gère le stockage, je m'occupe de former les nouveaux arrivants. Depuis le début de tout ça, je sens que j'ai évoluée. Je ne suis plus aussi joviale qu'avant, mais beaucoup plus froide. Et ma façon de penser.. catastrophique. Je cherche à trouver les meilleurs moyens pour survivre, oubliant la morale. J'ai dû prendre d'horrible décisions, comme abandonner un enfant de 13 ans, laisser mourir un de nos camarades pour pouvoir accéder à des provisions. Leurs regards appeurés me hantent. Leurs cris me hantent. Je me sens de plus en plus coupable et pour me protéger j'enfouis tout cela, me donnant des excuses à tout cela, faisant de moi mon prorpe avocat du diable.

Printemps 2020
On a abandonné la ville. Se réfugiant dans la campagne. Nous n'étions plus que six, suite à une invasion du lieu par d'autres survivants. Ils nous avaient tout prit, nous laissant plus rien. Après plusieurs jours de marches, nous avons finalement trouver un refuge, une ferme. Ils avaient réussis à avoir de l'électricité grâce à des petits générateurs alimentés par de l'essence. Etrangement ils étaient heureux de nous voir et nous ont accueillit à bras ouverts. Nous les avons rejoins avec méfiance. Ils avaient de la nourriture, un élevage.. le Paradis. J'y avais rencontré un jeune homme de mon âge, avec qui j'ai flirté puis fini par sortir avec. Cela me faisait du bien d'être avec quelqu'un, de me sentir protéger et aimer. J'ai même fini par envisager vivre pour toujours ici.
Quelques mois étaient passés, réussissants à me rappeler que le Paradis n'existaient pas. Notre élevage n'avait pas tenue, les vaches avaient été mangés par un rôdeur qui se trouvait être l'un des notres. Un vieux de la ferme qui avait passé l'arme à gauche. Suite à cela beaucoup de tensions au sein du groupe, le stress, la panique. Et par miracle, le gérant du lieu avait trouvé une solution. Dans l'une des granges fermées à clé, se trouvait des cochons. On pouvait se nourrir grâce à eux.
Mike, un des survivants étaient parti en expéditions pour des médicaments, il devait revenir le lendemain. Pendant ce temps, lors du repas. Quelque chose clochait. Je me sentais observée pendant que je mangeais. Le porc avait un goût différent de ce que j'avais connu, plus fade. Ils savent pas cuisiner ? Le repas a été interrompu par un cri, venant de l'extérieur. Nous nous sommes tous précipités. Mon petit copain avait ouvert la grange, y trouvant Mike, les jambes en moins, agonisant. Ce que l'on venait de manger était humain. Certains ont vomis, d'autres étaient amusés. Mon regard s'est directement porté sur David, qui était amusé par la situation. C'était lui qui avait eu cette idée en réalité. Je l'ai confronté, me servant de la hachette de mon petit copain pour le tuer, vivant. C'était la première fois que je tuais quelqu'un de vivant.

Le cri et les engueulades avaient ramenés les rôdeurs jusqu'à nous. J'ai fuis, encore une fois.

Hiver 2020
J'ai fini par rompre avec mon petit copain, qui était parti avec moi. Nous ne nous entendions plus, depuis la ferme. Alors j'ai coupé les ponts, en l'abandonnant sur les routes. C'est depuis ce moment là que j'ai commencé à vivre seule. J'en ai eu marre des groupes, marre des mensonges. Je ne pouvais que compter sur moi-même. J'ai beaucoup plus appris en étant seule qu'avec un groupe. J'ai fouillé des bâtiments, trouver des vivres seules. Je fouillais les récents cadavres, à la recherche de choses utiles. C'est là que j'ai trouvé mon sac à dos. A l'intérieur, un carnet, du survivant. Il y notait toutes ses expériences. Comment il avait apprit à se défendre, à survivre. J'ai pu en apprendre un peu plus grâce à ses écrits, et comprendre certaines choses sur les groupes affluents, les rôdeurs et commencer passer au travers une horde.

Été 2021
Pour survivre seule, j'ai dû m'allier au camp The Haven, leur rendant divers services en échanges de vivres et même d'arme. Pourquoi ne pas les avoir rejoins? J'en avais trop peur, être seule évite les mésaventures. Alors on s'échangeait des services. Ma vie était devenue à peu près stable, allant de squat en squat. Mais une menace venait d'arriver, les sprinteurs. Comme leur noms l'indiquent, plus rapides, et ils étaient plus intelligents. Certes je reste plus intelligente qu'eux, mais lorsqu'ils sont en groupe, c'est l'enfer. Je tente tant bien que mal de survivre, quitte à m'allier à plusieurs survivants.


Dès le lever du jour, je me lève, vérifiant toujours les environs afin d'être sûre que personne ne s'est introduit dans le bâtiment ou l'endroit où je dors. Je m'assure qu'aucun rôdeur ne se trouve à proximiter puis je bouge ; restant rarement au même endroit pendant plus d'une semaine. Je suis constamment en mouvement, à la recherche de vivre et de matériaux. Tout ce qui peut me servir, je prends. J'ai également toujours l'arme de mon ex petit-copain, sa hachette qui m'est très utile.
Je mange assez tôt pour être sûre d'avoir assez d'énergie pour la journée. Il m'arrive parfois de croiser des survivants, de me faire voler ou d'en voler d'autres, le tout basé sur un rapport de force. Par moment je passe la journée ou quelques jours avec des survivants. J'ai besoin de sociabilité et de parler à quelqu'un alors j'en profite. Certains appartiennent à des groupes, d'autres sont seuls comme moi. On me propose de les rejoindre mais je refuse. Je ne pense pas à être prête à rejoindre d'autres survivants, j'ai besoin de me sentir en sécurité et être sûre que tout ira bien. Et mon côté fouine en dérange plus d'un. Pour ce qui est d'écouter quelqu'un, j'ai du mal également, je n'aime pas que l'on m'impose quelque chose, que l'on m'ordonne de faire telle ou telle chose, sauf en cas d'utilité.

Je suis libre, même si avoir un peu de compagnie de temps en temps ne me dérange pas.


time to meet the devil

• Pseudo (sur internet) : unknow
• Âge irl : 21 ans
• Présence : Variable, minimum deux fois par semaine
• Personnage : Inventé [✔ ] / scénario/prédef [ ]
• Comment avez-vous découvert le forum ? Topsite
• Qu'est-ce qui vous a convaincu de vous inscrire ? L'univers du forum, le fait qu'il soit actif.
• Voulez-vous un parrain pour vous aider sur le forum Oui [✔] / Non [ ]
• Crédits (avatar et gifs)  .cranberry ♡

• Code du règlement Ok - Maddie

fiche (c) langouste.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carla Gomes

Ven 29 Avr 2022 - 19:47

Bienvenue a toi et bon courage pour ta fiche Wink
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carla Gomes

Ven 29 Avr 2022 - 19:53

Bienvenue Carla ! :smile7:




Don't worry. We'll find each other again.
ANAPHORE
Anjali Agarwal
Anjali Agarwal
Modératrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carla Gomes

Ven 29 Avr 2022 - 19:57

Merci à vous deux ! Carla Gomes 1342238320
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carla Gomes

Ven 29 Avr 2022 - 20:15

Welcome Carla ! Very Happy Courage pour La fiche ! Razz
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carla Gomes

Ven 29 Avr 2022 - 20:42

Bienvenue Carla !
Je répare le petit pète de ta fiche, dans 2 secondes ça sera nickel !





Light this world

ANAPHORE
Neela J. Yeo-Jeong
Neela J. Yeo-Jeong
Administratrice
She-Hulk
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carla Gomes

Ven 29 Avr 2022 - 21:19

Bienvenue Carla !
J'aime beaucoup la bouille de ton fc ** hâte de lire la suite de ta fiche Carla Gomes 2451098191


ready for the fight
and fate


Awards:
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
The Exiles | Leader
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carla Gomes

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum