Le Deal du moment : -28%
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
Voir le deal
279.99 €

2 participants

Nick - I’m looking for my daughter

Jeu 16 Avr 2020 - 9:32

NICKOLAS « NICK »
LIETSHARDS

WHO AM I
- Informations personnage -
Nom : Lietshards
Prénom(s) : Nickolas, « Nick »
Âge : 42 Ans
Date de naissance : 27/12/1977
Lieu de naissance : Portland, Oregon
Nationalité : Americaine
Groupe : Travellers
Ancien métier : Scientifique à l’Académie des Sciences de New-York City
Célébrité : Ryan Reynolds
- Défauts -
SOLITAIRE
IDÉALISTE
MENTEUR
UTOPISTE
MALADROIT
- Qualités -
VAILLANT
MÉFIANT
DRÔLE
INTELLIGENT
SARCASTIQUE

WHAT'S IN MY HEAD

- Psychologie du personnage -

SOLITAIRE / MALADROIT
Avant toute cette histoire Nick n'a jamais vraiment été très solitaire, mais traverser le pays d'une côte à l'autre en pleine apocalypse vous pousse forcément à vous fermer un peu. Il est vrai qu'il a voyagé en compagnie d'autre travellers depuis bientôt 5ans, mais il ne s'attache jamais vraiment. La solitude fait dorénavant partie de son quotidien et cela lui convient très bien. Il aide les autres, il laisse les autres l'aider mais il ne développe aucun lien affectif avec personne. Maladroit de naissance, il ne sait pas véritablement s'exprimer, il a toujours eu des liens très conflictuels avec ses proches, il ne sait pas comment montrer ce qu'il ressent et il le fait souvent de la plus mauvaise des manières, soit en étant méchant, soit en jouant de son sarcasme légendaire, ce que tout le monde ne comprend pas forcément.

IDEALISTE / UTOPISTE
Nick est un homme de sciences, il ne croit que ce qu'il voit, il est très terre à terre et a la tête bien sur les épaules. Pourtant, il a toujours été très idéaliste, comme ci il était à la poursuite de quelque chose que lui seul pourrait maitriser, ce qui explique sans doute son choix de carrière. Il a toujours suivit SON ideal, cru en des valeurs d'ordres moral, social et intellectuel pour améliorer la société ou l'Homme. Eternel utopiste, il s'efforce de croire que toute cette situation n'est qu'une mascarade (mascarade qui dure depuis bientôt 5ans tout de même), il pensent qu'un jour le monde se réveillera et que tout sera à nouveau "normal", malgré que rien ne pourra jamais plus être normal. Il construit de façon imaginaire et rigoureuse une société idéale depuis plusieurs années et cette apocalypse ne fait que nourrir se désir surréaliste impossible.

MENTEUR / MEFIANT
Il n'est pas un grand menteur, disons que ce n'est pas son trait de caractère le plus poussé, mais il pense qu'un petit mensonge vaut mieux qu'une grosse vérité. Depuis le début de la pandémie il s'est surpris a plus mentir qu'auparavant. Son plus gros mensonge, son métier. Nick n'a jamais dit a qui que se soit qu'il a rencontré sur la route qu'il est un ancien scientifique de l'Académie des Sciences de New-York. Son observation lui a démontré qu'il vaut mieux être personne en temps de crise apocalyptique plutôt que de faire partie de près ou de loin au milieu médical. Il préfèrera prétendre avoir été plombier, garagiste, professeur ou même technicien plutôt que de parler de son passé de scientifique puisque de toute manière il n'a jamais été impliqué de près ou de loin a de quelconques recherches bactériologiques ou autre et il n'a aucune réponses a apporter aux multiples questions que vous pourriez vous poser. Toute cette psychose le poussera plus tard a devenir extrêmement méfiant, il ne fait pas confiance facilement, il ne fait pas confiance tout court, de toute façon son côté solitaire le poussera toujours a se mettre en retrait face a n'importe quelle situation. Il ne croit personne, et n'importe qui peut devenir un ennemi facilement. S'est d'ailleurs sa méfiance qui le guide depuis 5ans et la raison pour laquelle il ne s'est greffé a aucun groupe de survivants. Cela ne l'a pas empêché de se déplacer en compagnie d'autre survivants, mais toujours sur la réserve et de la plus prudente des manière.

DROLE / SARCASTIQUE
Nick a toujours été considéré comme quelqu’un de très drôle, pas pessimiste pour un sous il aime prendre les événements de la vie du bon côté et tourne toujours tout à la rigolade, encore plus depuis l’évolution de la situation, il ne se prend pas vraiment au sérieux et pense que l’humour est un bon remède contre la morosité. Le sarcasme est son atout fort, et ce qui lui a causé bien des problèmes dans son couple et ses relations par le passé, il n’a pas vraiment de filtres et dis tout haut ce que les autres pensent tout bas de manière peu orthodoxe. Certains apprécie ce côté bout en train, d’autre ont appris à vivre avec, car il ne changera pas. Après tout, s’est normal de ne pas apprécié une personne qui vous tourne en dérision juste pour son propre plaisir.

VAILLANT / INTELLIGENT
Etre vaillant ne veut pas dire "se jeter dans la gueule du loup corps et âmes". Nick n'est pas un peureux, il fait partit de ces gens près a se mettre en danger pour obtenir quelque chose. Cela peut passer par une mission de ravitaillement compliquée, tenir tête a un leader, combattre une horde de morts vivants... Cependant Nick reste un intellectuel, il analyse tout! Absolument tout, il ne se jettera jamais a corps perdu dans une mission suicide ou dans une quelconque situation qui pourrait lui causer du tort. Il préféra toujours peser les pours et les contres de chaque situation de manière méthodique et rigoureuse.


Évolution psychologique et caractériel de Nick depuis l’épidémie
Globalement il est devenu plus solitaire qu’il ne pouvait l’être avant, il fait moins confiance et par conséquent sa méfiance est au plus haut. Il a côtoyé beaucoup de monde au fil des années mais n’a noué de liens affectifs avec presque personne. Son sarcasme lui a valut plus d’ennuis que d’amis mais son humour le rend attachant aux yeux des autres. Comme il s’est construit une barrière émotionnelle autour de lui, le fait que certaines personne s’attache à sa personnalité lui pose problème, s’est là raison pour laquelle il ne reste jamais trop longtemps au même endroit, cela lui permet également de ne pas se perdre dans ses mensonges, puisqu’il ne côtoie jamais les mêmes personnes. Même si il n’a pas peur de ce qu’il se passe dehors, sa maladresse lui a valut quelques frayeurs. Si par le passé il s’agissait principalement d’une maladresse émotionnelle, dehors dans le monde dans lequel nous vivons il a transformé cela en un défaut d’habilité dans ses actions, souvent en contradiction avec son intelligence. Nick s’assure toujours de mettre les pieds dans ce qu’il connaît et ne prend pas de risque inutile. Son utopie idéaliste le pousse à croire qu’avoir traversé le pays pour retrouver sa fille était la chose la plus judicieuse a faire.


WHAT AM I MADE OF

- Physique / équipement -

→ Condition et particularités physique: Nick est plutôt grand (1m88) et son poids se situe plus ou moins entre 80-85kg. Il est plutôt musclé et athlétique, ce n’est pas un homme frêle ou en surpoids. Avant l’épidémie, il courrait régulièrement dans Central Park, il est en bonne condition physique, mais ses antécédents cardiaques le fatigue plutôt rapidement, il peut courir une trentaine de minutes mais pas de manière trop intense pendant une heure par exemple. Il a une large cicatrice à la poitrine d’environ 15/20cm du milieu de ses pectoraux en redescendant vers le bas. Il a subit une greffe de cœur quand il avait 7ans, s’est la seule marque sur son corps.

→ Tenues, Equipement, Armes, Véhicule: Nick est toujours affublé de noir, à croire qu’il enterre quelqu’un chaque jours -ironique vu le contexte. Il porte quotidiennement un pantalon cargo noir, des chaussures de randonnée noire, un t-shirt et un pull en coton noir. Qu’il vente, qu’il neige ou qu’il fasse 45° il ne découvre aucune partie de son corps, ses bras et ses jambes sont constamment couverts, sauf quand il estime qu’il est en sécurité. Nick ne transporte pas beaucoup d’equipement, pour la simple et bonne raison qu’il n’a pas de sac, il trouve cela beaucoup trop encombrant. Il a une lampe torche et la photo de sa fille. Il est armé d’une mitraillette automatique qu’il garde dans son dos tenue avec un harnais (il l’a récupéré de son premier compagnon de survie, à Atlanta, après sa mort), il a également un cran d’arrêt a la taille (ce couteau il l’avait chez lui quand tout a commencé, un cadeau de son père).
Il y a 2 ans Nick a trouvé un 4x4 type truck près de Denvers, il en fait sa propriété, 2 places assises à l’avant et une large remorque à l’arrière. Dans sa voiture il a 2 chargeurs plein, quelques conserves, une couverture et un jerricane d’essence.


HEAR MY STORY


Je suis venu au monde un 27 Décembre, il y a 42 ans dans l’état de l’Oregon, un matin d’hiver en pleine période hivernale. Je suis le seul et unique enfant de Katherine et Marcus LIETSHARDS.
Ma naissance fut une joie immense pour mes parents, enfin surtout pour ma mère. Quelques années auparavant un médecin lui avait dit qu’elle serait dans l’incapacité d’enfanter  a moins d’un miracle, je suis donc arrivé au monde en tant que miracle.
Enfin ça c’était juste le début de ma vie, la suite ne fut pas si rose.
Je suis issue d’une famille modeste, on vivait dans une ferme agricole, mon père s’occupait du bétail et maman gérait tout le reste. Au début tout allait très bien, maman s’occupait très bien de moi et papa me donnait beaucoup d’amour, la vie rêvée, une famille soudée.
Lorsque j’ai eu 5ans on m’a diagnostiqué une maladie cardiaque, mon petit coeur avait du mal à battre d’après ce qu’ils disaient. Alors papa et maman on commencé à chercher des spécialistes, des docteurs qui pourrait réparer mon coeur. En Juillet 1983 après de nombreuses recherches ils ont finalement trouvés l’aide tant attendue en la personne du Dr. DYADENIS, le problème s’est que ce docteur du coeur se trouvait à New York, alors papa a vendu la ferme, maman s’est occupée du reste.
Le 14 Novembre 1983, alors que j’allais bientôt avoir 6ans, on a déménagé à New York, tous ensemble, papa et maman louait un petit studio en retrait de la ville, le temps que les docteurs me soignent pour pouvoir ensuite reprendre notre vie là où elle s’était arrêté, à Portland. Le problème quand vous êtes malade du coeur s’est quil ne suffit pas de venir à l’hôpital et de demander à la dame de l’accueil un nouveau coeur. Alors que mon état de santé se détériorait de jour en jour j’ai du être hospitalisé de manière permanente à partir de Mars 1984. En un claquement de doigts j’étais devenu le petit patient de la chambre 406 en attente d’un nouveau petit coeur.
En un rien de temps les factures d’hôpital ont commencés à s’en piller, et les disputes entre papa et maman se fessaient de plus en plus présentes. Au plus les dettes s’entassaient, au moins leur amour survivrait. S’est vers l’été 1984 que papa a arrêté de venir me voir à l’hôpital, et que maman a commencé à ne faire que pleurer. Les mois se suivaient et se ressemblaient, j’étais ce petit corps allongé sur ce lit d’hôpital en attente d’un coeur, j’étais ce petit corps allongé sur ce lit d’hôpital qui devait regarder sa maman pleurer, j’étais ce petit corps allongé sur ce lit d’hôpital qui n’avait plus de papa...

Le 5 Février 1985 on m’a enfin trouvé un nouveau petit coeur, ce jour là maman a pleuré, mais l’expression de son visage avait changé. Les docteurs m’ont réparés ce jour là, ils ont réparés mon coeur.
A mon réveil, maman était là et elle ne pleurait plus, le sourire sur son visage m’avait grandement manqué, mais ce qui me manquait le plus n’était pas à mon chevet, mon papa.
Cela faisait maintenant plus de 6 mois que je ne l’avait plus vu, ce qu’en je ne savait pas en revanche, s’est que je n’en le reverrai plus jamais.

Après l’opération je suis resté à l’hôpital pendant 3ans et plus je guérissais plus je voyais que maman, elle, sombrait.

Lorsque j’ai eu 11ans, les rôles se sont inversés, c’était à présent elle qui se trouvait sur le lit d’hôpital. On lui avait diagnostiqué un cancer, 1 an auparavant, elle ne m’avait rien dit, elle ne voulait pas prendre le risque de briser mon nouveau coeur. S’est a ce moment que tout a changé à nouveau, comme papa n’était jamais revenu et que maman n’était plus en mesure de s’occuper de moi, on m’a confié aux services sociaux. J’avais presque 12 ans quand le système m’a confié à Marie et John PIETERS, cette année là maman est morte, seule sur son lit d’hôpital.

Marie et John étaient un couple de riches New Yorkais bientôt à la retraite, lui est expert en Art, elle était une ancienne reine de beauté qui restait à la maison. Cela faisait des années, qu’ils accueillaient chez eux des enfants des services sociaux, je n’étais qu’un enfant de plus sur leur longue liste de petits en détresse. Ils m’ont progressivement intégré au système scolaire, puisque je faisais l’école à la maison du à mon hospitalisation, cette année là j’ai commencé l’école, comme tous les autres petits enfants. Je n’ai jamais été un enfant turbulent et j’ai toujours été très assidue à l’école, mes notes’ etaient bonnes et mon implication élevée. Quand j’ai eu 14 ans, les PIETERS ont décidés de m’adopter, peut être avaient ils eu pitiés de moi, peut être s’étaient ils tout simplement entichés de moi. La raison m’importait guère à cette époque, j’avais de nouveau une famille. L’année de mes 16 ans, ils  ont accueillis un nouvel enfant a la maison maison, j’avais dorénavant une petite sœur, Lia, 10 ans.

Lorsque j’ai eu 18 ans je suis sortie diplômé du lycée, le temps était venu pour moi d’intégrer une université, je suis allé à l’Université de Cornell, il faut dire que faire partie d’une famille riche m’a grandement aidé à rentrer dans le cercle très fermé de l’Ivy League, s’est là bas que j’ai commencé mon programme en science et qu’en je me suis spécialisé dans la recherche des maladies cardiaque. S’est egalement la bas que j’y ai rencontré ma femme, une jeune femme originaire de Portland qui avait quitté sa famille et ses amis pour venir faire de grande études à New York. J’avais à peine 18 ans quand nous sommes mariés et pas plus de 20 lorsque nous avons eu notre fille.
S’est à ce moment que nous avons quittés le campus pour nous installer ensemble, les mois ont passés, les années également. Notre fille avait 7 ans lorsque j’ai décroché un petit poste d’assistant à l’académie des Sciences de New York, tout allait pour le mieux, nous avions une belle vie.

Mais les belles choses ne durent jamais longtemps et notre mariage s’est détérioré au fil des années pour des raisons qui m’échappe encore.

Nous sommes en 2013 lorsque notre divorce fut prononcé, dans les semaines qui suivent mon ex femme prit la décision de rentrer ce qu’elle appelait « chez elle » à Portland, en emmenant ma fille bien entendu. La première année fut plutôt délicate, mais nous réussissions a garder contact. A la fin de l’année 2014, nos contacts se sont interrompus, elle avait alors 17 ans, je ne l’ai jamais revu depuis.


OCTOBRE 2015 / AOUT 2016NEW YORK, début de l’épidémie.
Tout est partie en couille cette année là, j’veux dire à la base ça devait être un jour comme un autre, une semaine comme une autre, une année normale au milieu de toutes ces autres années normales, mais non.
J’ai vite compris que le monde partait en vrille, non parce qu’a l’échelle New Yorkaise rien d’alarmant a la base, quelques mecs qui s’agrèssent, un chaos général, rien de bien nouveau. Mais cette fois ci tout était différent pourtant. L’armée n’intervient jamais dans les rues, alors quand ils se sont pointés sur leur beaux petits chars d’assauts, armés jusqu’aux couilles, c’était sur qu’à ce stade rien n’allait plus.
Au début, tu te dis que ça ne va pas durer, que s’est passager, la belle connerie! J’me suis cloîtré dans mon penthouse quelques mois au début. L’immeuble était de plus en plus désert, il faut dire que sest pas un mythe, les premiers à se barrer en cas d’apocalypse s’est toujours les riches!
Du coup c’était plutôt calme, enfin du moins à l’intérieur parce qu’à l’extérieur tout devenait de plus en plus noir. Jusqu’à mi-août, j’étais seul et c’était bien mieux, enfin soyons honnête, dans la panique les gens deviennent souvent très cons. Jusqu’au jour où elle a frappé à ma porte, j’men souviens comme si c’était hier, on était le 17 Août quand Jodie a littéralement tout foutu en l’air.
J’la connaissais à peine cette gamine, elle habitait l’étage du dessous avec sa famille, un couple de trou du cul qui pétait plus haut que son cul! Mais cette gamine, j’sais pas pourquoi j’laimais bien... Enfin jusqu’à ce jour là! Quand j’ai ouvert la porte elle pleurait tellement qu’on voyait à peine ses yeux bleus tellement ils étaient rouges, la morve lui coulait du nez jusqu’à la bouche, un truc vraiment degueulasse. J’ai rapidement compris que ses charmants parents nous avaient quittés - quel dommage.
Mais bon elle, c’était qu´une gamine, du coup j’lai faite rentrer.
Ce soir là, j’ai tué pour la première fois depuis le début de cette merde, Jodie s’est transformé en un truc pas très catholique assoiffé de sang, assoiffé de MON sang. J’lai laissé là, son petit corps étendu au milieu du salon, j’ai rassemblé quelques affaires rapidement et j’suis partit. En voyant cette gamine étendue par terre, j’me suis dit qu’il était peut-être temps d’essayer de retrouver la mienne, alors j’ai pris la route cette nuit là, direction Portland. Ce que je ne savais pas encore, s’est que ça me prendrai 5 ans.

18 AOUT 2016WASHINGTON D.C., le début de la fin.
J’ai conduis jusqu’à Washington cette nuit là, j’suis passé par les ptites villes, pour éviter les grands axes. Ça m’a prit presque 6h pour atteindre la ville.
Pourquoi Whasington? J’en sais rien! J’ai pensé au CDC, à la Maison Blanche, j’me suis dis que peut-être les choses étaient différentes la bas, ça aussi c’était une connerie!
La ville était presque déserte, alors j’me suis éloigné du centre, j’me suis réfugié dans une banlieue, j’ai trouvé une belle petite maison et j’my suis installé quelques temps. A ce stade, j’me doutais bien que les choses allaient empirer, les villes désertes, les morts qui se relèvent, faut pas être Einstein pour comprendre ça. J’ai croisé quelques personnes aux alentours de la ville, ils parlaient de camps, de survie, d’un avenir, mais moi jm’en foutais, j’voulais juste rejoindre la côte et qu’on me foute la paix! Début Septembre j’ai repris la route, en direction d’Atlanta, j’ai toujours aimé cette ville, mais ca on s’en tape!

AUTOMNE 2016  — ATLANTA, a deux on ira plus loin.
Ça m’a prit un mois pour gagner Atlanta, en temps normal Washington-Atlanta ça se fait en 10h de bagnole, là ça m’avait prit 30 jours.
Ça devenait de plus en plus compliqué de trouver de la bouffe, alors j’ai du m’arrêter plusieurs fois sur la route, trouver des solutions, et puis ces saloperies avaient compris que toute la chair fraîche avait quitté les villes, alors ils s’en éloignaient eux aussi, se regroupant dans les zones rurales.
Quand j’suis arrivé à Atlanta, j’suis tombé sur un mec, un étranger plutôt sympa, il parlait presque pas. Ça faisait bientot 1 an que je n’avait côtoyé personne, appart les quelques abrutis qui parlait de survie à Washington, mais eux ils comptaient pas. Alors du coup, on est resté ensemble, on s’était réfugiés dans un immeuble de la ville, sur le toit.
Lui il parlait de rejoindre le Mexique, alors du coup on a décidé d’avancer ensemble, ça c’était sans compter sur les morts qui rôdaient en ville. Un matin on est partit en mission pour trouver des vivres, plus tard je suis rentré seul, il était mort. Alors je lui est pris sa mitraillette et j’ai repris la route...

AVRIL 2017DALLAS, de la Géorgie au Texas.
Ça m’a prit 2 jours cette année là pour gagner Dallas, j’suis passé par l’Arkansas et une chose était sur, les morts se relevaient toujours. Il a fait chaud cet été là, très chaud, tellement chaud que la bagnole n’a pas supporté. La survie allait maintenant prendre un autre tournant pour moi, puisque j’étais à pieds à présent. J’ai passé plusieurs semaines, plusieurs mois à essayer de trouver une autre voiture, mais en vain, tout avait été pillé et le peu qu’il restait n’était pas en état de rouler.
Fin Juin j’me suis dis que piéton il était plus prudent de rester en mouvement, alors j’suis partit pour Denver.

SEPTEMBRE 2017 / JANVIER 2019DENVER, les hommes contre les hommes.
Après 3 mois de marche j’apercevais enfin Denver au loin, quelques heures plus tard j’atteignais le centre, tout était tellement différent, la nature avait gagné du terrain sur le bitume. C’était jolie, mais ça n’engageait rien de bon d’après moi. S’est ce jour là que j’ai rencontré Edward, un bon gars. Il faisait partie d’un groupe installé dans le centre commercial de Denver, il m’a proposé de les rejoindre. En temps normal j’aurais dis non, mais 2 ans plus tard là solitude se faisait pesante et je n’étais pas contre un peu d’aide.
Alors jl’ai aient rejoins, au début ça devait durer que quelques jours ou quelques semaines, j’suis finalement resté plus d’1 an. La bas chacun vivait sa vie, personne n’empiétait sur votre espace personnel, tout le monde se débrouillait bien tout seul et les femmes du camp étaient plutôt canons, alors pourquoi partir?
Courant 2018 une rumeur courrait comme quoi il y aurait quelqu’un d’immunisé vers Seattle, une personne qui aurait réussit à combattre l’infection, ça tombait bien puisque c’était la bas que j’allais.
Au début de l’année 2019, tout allait très bien pour le camp, j’avais même des amis, des gens sur qui tu peux compter, des gens pour qui tu comptes et qui comptent aussi pour toi, un genre de famille. S’est à la fin du mois de Janvier que tout a basculé, un groupe de mecs - très vivants - a rejoins notre camp, se faisant passer pour une bande de faibles en détresses, finalement il s’est avéré que c’était nous les faibles. En moins de 2h ils ont prit d’assaut ce qu’on appelait notre « maison », certains d’entre eux ont violés nos femmes et tués nos hommes. C’était la première fois depuis le début de cette merde que... c’était vraiment la merde! Et c’était aussi la première fois que je devais tuer un homme, un homme pas infecté j’veux dire! Le premier d’une longue liste à venir.
J’ai sauté dans la voiture d’Edward, déjà mort, et jaì foutu le camp sans me retourner! J’me suis alors dis qu’il vaudrait mieux ne plus s’attacher, le monde tel qu’on le connaissait n’avait plus rien à voir avec celui dans lequel on vivait car l’homme est un loup pour l’homme.

28 JANVIER 2019SALT LAKE CITY, la descente aux enfers.
J’ai conduis d’une traite cette nuit là, 12h sans dormir, sans m’arrêter appart pour remettre de l’essence dans la bagnole, arrivé à Salt Lake City, tout avait changé,,, disons que j’étais devenu quelqu’un d’autre.
Après le carnage de Denver, j’ai eu du mal à me remettre d’aplomb et chaque personne sur mon chemin, morte ou vivante, était devenu mon ennemis, alors je ne regardais plus, je ne faisais que tirer, tirer à vue sur la moindre chose sur mon passage, j’me souviens même d’avoir tiré sur gamine, j’me souviens aussi qu’elle ne faisait pas partie des morts. Mon esprit avait légèrement basculé du côté obscur de mon âme, je ne sais pas combien de gens sont morts durant ces quelques mois, j’sais juste qu’ils le sont tous.

MARS 2019 / DÉCEMBRE 2019SACRAMENTO, un détour sanglant.
A la base mon chemin devait lier Salt Lake City à Portland, mais ma soif de sang et ma perte de foi en l’humanité m’a poussé à faire un détour plus au Sud, Sacramento. S’est là bas que mon âme s’est perdue, j’y suis resté plusieurs mois dans le seul but de tuer tout ce qui marchait encore, mort ou vivant.
J’ai creusé un fossé entre le bon en moi et le mauvais, inutile de préciser que le mauvais était à la surface pendant que le bon continuait de s’enfuir au plus profond de moi. A présent, je ne valais pas plus que cette bande de fils de pute qui avait prit d’assaut le semblant de bonheur que j’avais pu toucher à Denver, je n’étais rien de plus qu’une sombre merde qui cohabitait tant bien que mal avec sa propre existence.
Du printemps à l’automne j’ai tué plus de personnes que mon coeur ne pouvait en contenir et alors que je touchais le fond, je ressentait enfin du bonheur. S’est à ce moment précis que j’ai compris que je ne serai plus jamais le même.

25 DÉCEMBRE 2019PORTLAND, un Noël en famille.
S’est à l’hiver 2019 que j’ai prit le chemin de Portland, il était à peine 8h le matin de Noël quand j’ai passé la porte de la maison de mon ex femme. L’utopiste que je suis pensait certainement retrouver sa famille attablé autour d’une dinde avant de pouvoir ouvrir ses paquets, enfaite c’était moi la dinde.
La maison a avait été saccagée, les placards étaient vides, le plancher souillé et les murs recouverts d’une substance encore inconnue, avec du recul je pense que la mort les recouvraient. J’ai trouvé le corps sans vie de mon ex femme allongé dans son lit, au côté d’un homme dont je ne connaissais pas l’existence, peut être avait elle enfin trouvé le bonheur? Peut être...
Je suis resté cloîtré des semaines dans cette maison avant de pouvoir en sortir, la seule chose qui me revenait s’en cesse, s’est que ma fille, elle, ne s’y trouvait pas. Alors toutes ces putains d’images me sont revenues, chaque visages, chaque homme, chaque femme, chaque enfant morts sur ma route par ma faute, et si elle en avait fait partie? Si elle aussi, n’avait été qu’une victime collatérale de ma colère?

FIN AVRIL 2020ÉTAT DE WASHINGTON, je cherche ma fille.
Je suis assis sur le peron de cette maison et j’me pose beaucoup trop de questions au vue de la situation, j’me dis qu’il n’y a pas d’avenir et puis j’me reprends en main, j’me convainc qu’il y a forcément une option pour combattre tous ça. J’recharge mon arme et j’reprends la route, dernier arrêt, Seattle.
Elle étudiait à l’Université de Washington, au nord de Seattle, 5 ans, 5 ans que cette merde nous avait tous changés et que chaque être humain c’était retrouvé orphelin. Il y avait seulement deux options, mais je ne voulait en accepter qu’une seule, alors j’suis partie pour Seattle.
Je suis Nickolas LIETSHARDS et je cherche ma fille, vous ne l’auriez pas vu par hasard?


S’est plutôt compliqué d’établir une journée type dans mon cas, j’veux dire l’essentiel de ma survie s’est justement la survie. Faire en sorte de pouvoir voir le jour suivant, et de pouvoir le vivre surtout.

Depuis 5ans j’suis sur la route, j’ai eu l’occasion d’appartenir à un groupe ou même de pouvoir me déplacer en ptit commité, à cette époque chacun avait plus ou moins une fonction particulière pour la survie du camp, je m’occupait principalement des ravitaillements, je sortais de manière régulière afin de pouvoir ramener différentes vivres au camp. Depuis que je suis à nouveau seul il est vrai que mon organisation a quelque peu changé. J’veux dire maintenant il n’y a plus que moi pour compter sur moi, globalement les journées se suivent et se ressemblent.

Chaque matin je me lève à l’aube, j’aime bien regarder le jour se lever, j’me dis que peut-être je n’aurait pas cette chance demain. Alors j’regarde le soleil en pensant à ma fille, en me persuadant qu’elle est quelque part ici en vie.
Ensuite je fais un peu d’exercices, rien de trop physique mon coeur ne me le permettrait pas, alors je cours une’ vingtaines de minutes, et puis je fais des pompes, des conneries comme ça, pour me garder en forme.
Pour le reste, rien n’est jamais trop sûr, on se contente de vivre au jour le jour, certaine fois je sors me ravitailler, d’autre fois je me repose.


Time to meet the devil

• Pseudo (sur internet) : Emyrst
• Âge irl : 28 Ans
• Présence : 7/7 #confiné
• Personnage : Inventé [X ] / scénario/prédef [ ]
• Code du règlement : code validée par Selene

• Comment avez-vous découvert le forum ? :
J'ai cherché et cherché et cherché et puis j'ai trouvé XD
• Qu'est-ce qui vous a convaincu de vous inscrire ? :
Le monde post apo remplis de zombies, les intrigues, et surtout l'activité.
• Crédits (avatar et gifs) :
Eärithralia, Whiskey Lullaby and tumblr.



passeport :
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nick - I’m looking for my daughter

Jeu 16 Avr 2020 - 9:39

Ouaaaais Ryan Reynolds!
Bienvenue ici!



si le soleil se lève sur les autres
On a dévalé la pente en moins d'deux, on a fait comme si on savait pas. On a évité les regards ambigus, on a fait comme si on pouvait pas. On a dessiné la zone, évité les roses, repoussé la faune, compliqué les choses. Mais maudit ami, je veux plus : Danser ce slow avec toi
Johanna L. Gordon
Johanna L. Gordon
Sanctuary Point
Administratrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nick - I’m looking for my daughter

Jeu 16 Avr 2020 - 9:57

Bienvenue à bord !! Nick - I’m looking for my daughter 3867377882

Bon courage pour la rédaction ! =D
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nick - I’m looking for my daughter

Jeu 16 Avr 2020 - 10:51

Bienvenue à toi Smile



bienvenue sur le forum !

Te voilà fraîchement inscrit sur The Walking Dead RPG ! Après avoir lu consciencieusement le règlement du forum, voilà quelques petites choses à retenir pour tes débuts parmi nous :

1 – Le délai pour finir ta fiche est de 10 jours. Un délai supplémentaire peut être accordé par un membre du staff sur demande.

2 – Si tu as oublié de le faire avant de t'inscrire, jette un petit coup d’œil aux bottins des noms, des prénoms, des métiers et des avatars.

3 – Lors du choix de ton avatar, il est important de bien respecter ces deux points du règlement : Les images choisies doivent être cohérentes avec le contexte, et l'âge de ton personnage avec l'aspect physique de ta célébrité.

4 – Afin d'éviter les RP répétitifs d'intégration dans un camp, nous te conseillons d'intégrer ton personnage à un groupe dès son histoire ! Si tu choisis d'intégrer le groupe des Travelers, il te faudra conserver ce statut durant 1 mois minimum avant de pouvoir t'installer dans l'un des groupes sédentaires.

5 – Si tu comptes jouer un Remnants et que ton personnage est intégré au camp avant juillet 2019 dans son histoire, il se peut que celui-ci ait été vacciné contre le virus qui transforme en rôdeur. Pour savoir si c'est le cas, rendez-vous ici.

6 – Si ton histoire comporte des personnages que tu souhaiterais proposer en Scénario, sache qu'il faudra également patienter 1 mois et être actif en zone RP.

7 – Une fois ta fiche terminée, signale le dans ce sujet AVERTIR ▬ FICHE TERMINÉE.



Bonne rédaction !


Tu as déjà trouvé le chemin de mes MPs, n'hésite pas si tu as d'autres questions Razz
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nick - I’m looking for my daughter

Jeu 16 Avr 2020 - 11:15

Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! :smile3:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nick - I’m looking for my daughter

Jeu 16 Avr 2020 - 13:18

Bienvenue Nick !! Bonne fin de rédaction !!
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nick - I’m looking for my daughter

Jeu 16 Avr 2020 - 13:24

Bienvenue ! :MisterGreen:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nick - I’m looking for my daughter

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum