Le Deal du moment :
Carte mémoire Micro SDXC Sandisk Extreme Plus ...
Voir le deal
19.99 €

Gentleman célibataire

Ven 25 Aoû 2023 - 8:03

- David... Je crois qu'il va falloir envisager de me chercher un nouveau logement...
- Je m'en suis un peu douté, Président, répondit son assistant à Armand. Cela faisait déjà effectivement presque une dizaine de jours que ce dernier dormait dans son bureau. A son domicile, les conditions étaient devenues trop tendues. Ou simplement trop claires.

***

A son retour à Walla Walla, après son expédition vers la cité d'Émeraude, un mois plus tôt, Armand avait décidé de prendre les choses en main. Sa vie. Son mariage. Après tous les sacrifices qu'il avait du faire ces dernières années, l'heure n'était plus aux faux semblants. Au diable la politique et les conseils de certains de ses proches : quelle image ça va donner de toi ? Tu as un poste important, les gens ont besoin d'une figure robuste, inébranlable. Ne fais pas ça. Non, il ne laisserait pas son rôle actuel au sien de son groupe dicter ce qu'il pouvait se permettre. Il avait le droit à la même liberté que ses concitoyens. Point.

Il avait ainsi pris le temps de discuter longuement avec sa jeune épouse. Glisser son message, d'abord subtilement, pour guetter ses réactions, puis beaucoup moins. Dire que ça s'était bien passé serait mensonger. Le quadragénaire avait la boule au ventre depuis des semaines. Tara les yeux gonflés. Mais ça devait être fait.

***

- Ela, un scoop, ça t'intéresse ? Une collègue de l'israélienne l'avait alpaguée au sein du bâtiment qui hébergeait leur récent comité de femmes. Elle fit un mouvement de la main vers la brune pour l'inviter à la rejoindre près de son bureau. Elle lui présenta une chemise cartonnée. C'est passé ce matin. Ça s'est bouclé en deux heures.

Sur le dossier de divorce, était noté le nom de Phillips. Le cas n'était pas litigieux. Pas de véritables biens, pas d'enfant. Même les status depuis quelques mois n'existaient plus. Il n'y aurait pas de scandale. Officiellement, Tara était la demandeuse, c'était leur accord.

***

Il avait sonné au domicile de la jeune femme. La nuit du mois d'août était douce, encore chaude. Il n'était pas tard mais la nuit était noire. Armand avait ainsi réussi à se glisser dans les rues sans se faire trop remarquer.

- Je ne te dérange pas ?

Son regard noir se fit perçant devant le visage d'Ela qui apparut devant la porte. Sur ce dernier mois, ils ne s'étaient vus réellement qu'une seule fois : au début du mois à l'apparition d'Adrienne auprès de Walla Walla. Quand Armand avait dû prendre une décision capitale en ce qui concernait l'avenir de Fort Ward.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gentleman célibataire

Ven 25 Aoû 2023 - 17:18

Un scoop ? L’israélienne était sans doute la plus éloignée des amatrices de potins - surtout compte tenu du rôle qu’elle et les autres femmes du Comité tenaient - mais personne n’était parfait. Lydia n’avait de toute façon qu’Ela sous la main pour réagir à ce qu’elle venait de recevoir. Un léger soupir, un hochement de tête et la voilà dans le bureau de sa collègue sur-excitée qui lui met le dossier cartonné dans les mains. Il lui faut quelques secondes pour percuter que le nom sur le dossier est bien celui qu’il semble être. Philips. Elle se fige. Si elle entend vaguement Lydia jacasser sur la nouvelle, l’israélienne n’entend que son sang battre à ses tempes. Elle ouvre le dossier, y jette un bref coup d'œil avant de réaliser que ça ne la regardait pas. Le dossier se referme brusquement sous le nez de sa collègue. « Ils ont le droit au même traitement que les autres, ce qui inclut le respect de la vie privé aussi. » Le dossier est reposé sur le bureau et, assurément, Lydia s’est sûrement dit que l’israélienne était vraiment du genre coincée.

****

La maison était silencieuse. A l’étage, Daisy, Sylvia et les enfants dormaient - tous - à poings fermés. Ela ne trouvait pas le sommeil avant tard le soir. Alors, à la lueur d’une bougie, elle lisait. Mais elle revenait sans cesse en arrière, l’esprit préoccupé par bien d’autres choses. Ils n’avaient pas trouvé les Remnants le mois dernier. Les rumeurs l’avaient rendue anxieuse et inquiète. L’arrivée d’Adrienne avait anéanti les derniers espoirs. L’aviatrice n’en avait pas cru ses yeux, mais elles avaient eu le temps, depuis son arrivée, de mettre Ela au courant de tout ce qu’elle avait manqué. Ainsi June était réellement morte - cette fois-ci. Zelda avait disparu, récemment. La communauté avait tout simplement… éclaté. Et l’épidémie rongeait à présent les rues et les bâtiments qu’ils avaient mis tant d’années à réhabiliter.

L’arrivée de la française n’avait pas été le seul événement clé de ce mois-ci, il y avait également eu la décision du Président Philips pour endiguer cette épidémie meurtrière. Fort Ward avait finalement volé en éclat sous les explosifs lancés par l’aviation de New Eden. Si c’était la seule et unique chose à faire, l’israélienne avait accusé le coup. Sans doute l’accusait-elle encore, d’une certaine manière. Que restait-il d’eux aujourd’hui ?

Puis il y a quelques coups à la porte et c’est la silhouette d’Armand qui se dessine sur son seuil. Des sentiments ambivalents l’assaillent, comme presqu’à chaque fois qu’elle pose son regard sur lui. « Je… Non, entre. » Elle s’efface pour le laisser entrer, par réflexe, elle observe la rue mais il n’y a personne dehors sous cette nuit noire. Alors elle referme la porte et l’invite à la suivre jusque dans le salon où elle veille bien à refermer la porte donnant vers les escaliers. « Les enfants dorment à l’étage… J’habite avec Daisy et Sylvia ici. » La maison était grande, heureusement. Elles avaient choisi de demeurer dans l’ancien District 2 pour les résidences adaptées aux familles nombreuses.

C’est là qu’elle réalise. Ils sont seuls tous les deux. Libres. Heureusement, la pénombre masque le rouge qu’elle sent monter à ses joues. « Je vais allumer d’autres bougies… » Une excuse pour se détourner de lui, deux minutes. Elle était en train d’allumer un chandelier pour le ramener sur la table du salon quand elle remarque sa mine sérieuse. « Dis-moi, il s’est passé quelque chose ? » Qu’elle lui demande, finalement.


My mother's child is a savage, she looks for her omens in the colors of stones, in the faces of cats, in the falling of feathers, in the dancing of fire, in the curve of old bones
❝I am my mother's savage daughter❞

Nata Atoka
Nata Atoka
Survivor
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gentleman célibataire

Dim 27 Aoû 2023 - 12:13

Les nouvelles au sujet des Remnants les avaient tous secoués. Phelbs décédée, le groupe ravagé par une vilaine épidémie, Armand lui-même avait du accuser le coup. Il avait eu d'autres projets pour eux. Il ne pouvait s'empêcher de penser aux victimes, aux innocents. C'était la mort d'une civilisation, voire d'une époque. Ça réglait un soucis, mais perturbait l'équilibre et laissait surtout un grand vide. Comme un rappel douloureux de l'issue qui les attendait peut-être. Avaient-ils endigué ce nouveau virus ? Devaient-ils craindre de nouveau un fléau ?

Mais pour Ela, la situation était différente encore. Armand avait craint sa réaction, il ne pouvait pleinement imaginé ses sentiments. Il n'aurait pas envisagé d'envoyer ses avions, de raser Fort Ward et de lancer son offensive sans lui en parler. Loin du flirt qu'ils avaient partagé sur les chemins loin de Walla Walla, ils avaient discuté plusieurs heures la mine grave. Ça ne changeait pas grand chose, mais il avait besoin de sa bénédiction. L'avait-il reçue ? A quel point en souffrait-elle encore aujourd'hui ? Il tenta de sonder ses émotions à travers son regard, mais la jolie brune se déroba.

La jeune femme l'invita à entrer et l'homme obtempéra rapidement. Il hocha la tête, alors qu'elle parlait. Elle allumait un candélabre, les traits de son visage éclairés faiblement par la lueur des bougies et il la trouva simplement belle. Une partie de son air sérieux ne venait que de là.

- Non. Je venais voir comment tu allais. Depuis... tout ça. Ces dernières semaines ont été intenses... Il ne se cherchait pas d'excuse. Ils s'étaient séparés un mois plus tôt avec cette promesse muette qu'avant toute chose, lui devait faire du tri dans sa vie. C'était chose faite aujourd'hui. Tu m'en veux ? Enchaîna-t-il pour ôter un doute. L'heure n'était plus à connaître son ressentiment vis-à-vis des New Eden. Il n'était plus question que de lui. J'ai quitté Tara, ajouta-t-il dans la foulée.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gentleman célibataire

Jeu 14 Sep 2023 - 13:39

Non. Je venais voir comment tu allais. Sa mâchoire se crispe malgré elle et ses bras viennent se refermer autour d’elle - un geste de protection, peut-être. Elle s’assied dans le canapé alors qu’il continue. Pour être intense, ça l’avait été. C’était la deuxième fois qu’elle devait faire le deuil des siens… Et il n’y aurait personne pour venir la détromper cette fois-ci. Cet ordre de bombarder Fort Ward… Elle l’avait accepté. Parce qu’il n’y avait pas d’autres issues. Tu m’en veux ? Son regard se relève rapidement vers lui : « Non. » La réponse est spontanée. « Non, je ne t’en veux pas. » Elle réalise que peut-être, son attitude montre le contraire alors elle se force à décroiser les bras, posant ses mains sur ses genoux. « Oui je sais… Votre… Dossier m’est parvenu. » Le silence s’installe de nouveau, peut-être un peu embarrassé de non-dits et d’attentes.

« Assieds-toi… » Finit-elle par dire, en lui faisant de la place sur le canapé. « Je ne t’en veux pas… Je sais qu’il n’y avait pas d’autres solutions. » Ils y avaient passé des heures. Il l’avait convié à prendre cette décision et elle lui en était reconnaissante. Ca avait été une décision difficile à accepter, mais c’était aussi la seule. « J’ai juste… Je les perds… Pour de bon cette fois. Et ceux que je pensais encore en vie ont définitivement disparu. » C’était beaucoup à encaisser, et ses traumatismes n’étaient pas si loin que ça finalement. Si elle avait eu l’espoir de les retrouver, elle n’en avait plus aujourd’hui. Certes, une communauté subsistait mais… Qu’en était-il de ceux qu’elle considérait comme sa famille, là-bas ? Disparus. Probablement dévorés par la maladie ou les rôdeurs. « J’ai… J’ai eu l’impression de les condamner une deuxième fois… Même si je sais que ce n’est pas de ça dont il s’agit. » Confie-t-elle ensuite. Elle avait encore du chemin à faire. Mais, elle s’en remettrait. Il le fallait bien.

Aussi se redresse-t-elle un peu, voulant lui montrer que si elle avait besoin de temps, elle ne se laissait pas abattre. « Comment… Comment ça s’est passé avec Tara ? » Demande-t-elle, en se tournant un peu plus vers lui pour le scruter, avec un peu plus d’attention. Ils auraient dû avoir cette conversation il y a longtemps déjà, mais le temps avait filé bien plus vite qu’ils ne l’avaient pensé. Qu’en serait-il d’eux à présent ? Maintenant que plus aucun réel obstacle - physique ou moral - les empêchait de se tenir là, ensemble ? Sa propre pudeur l’empêche de se rapprocher davantage, mais elle sait qu’une barrière est tombée entre eux. Ne restait plus que le courage dont ils feraient preuves pour aller ou non au bout de ce qui se dessine comme histoire.


My mother's child is a savage, she looks for her omens in the colors of stones, in the faces of cats, in the falling of feathers, in the dancing of fire, in the curve of old bones
❝I am my mother's savage daughter❞

Nata Atoka
Nata Atoka
Survivor
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gentleman célibataire

Ven 22 Sep 2023 - 12:00

La trentenaire lui répondit, pragmatique, mais sensible. Armand hocha son visage compréhensif. Il pinça les lèvres, conscient qu’il ne saurait rien dire, vraiment, pour apaiser la frustration et surtout le chagrin qu’elle devait ressentir. Il comprenait. Il pouvait imaginer. Un peu. Il n’avait cependant pas l’intention d’enfoncer de nouveau le couteau dans la plaie et de s’éterniser sur le sujet qui les avait réunis la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Il n’était pas question d’enterrer définitivement le sujet des Remnants et l’homme espérait sincèrement qu’ils auraient encore moultes occasions de l’évoquer, mais ce n’était pas ce qui l’avait amené.

Il s’était assis sur le canapé et elle avait pris place près de lui. La maison d’Ela, bien que peuplée, était silencieuse. Naturellement, ils parlaient à voix basse. La lumière qui les éclairait doucement apportait une intimité certaine à cette rencontre. Accentuée évidemment par ce nouveau sujet qu’ils abordaient et tout ce qu’il sous-entendait. L’afro-américain, quadragénaire et accessoirement élevé au rang de Président, se sentait comme un adolescent. Il lui semblait que son sang bouillonnait dans ses veines, alors que son cœur battait vivement. Ils approchaient de l’instant fatidique, non ? Il pinça légèrement les lèvres.

- Ce n’était pas une partie de plaisir… commença-t-il, avant de trancher, plus honnêtement. Ça a été vraiment dur. Voir Tara l’insulter, le supplier, pleurer. Trouver les arguments pour se défendre. Pour ne pas passer pour le salop qu’il était. Pour lui laisser le temps d’accepter aussi, de digérer. C’était ce que ce dernier mois avait représenté. Je m’en doutais mais… Il releva ses yeux sombres vers l’ancienne architecte. Elle avait le dos droit et il ressentit sa tension. Mais je suis content, précisa-t-il.

Il tendit alors l’une de ses mains pour se poser sur celles d’Ela, qui étaient à sa portée. Il les prit franchement pour les serrer. Un geste que seule la jeune femme avait su faire vers lui au cours de cette dernière année. Deux petites fois uniquement. Il se souvenait précisément de chacune d’entre elles. La dernière fois était au début de leur expédition vers Junk Town et Seattle. Les trois semaines suivantes, ils avaient flirté. Ils s’étaient frôlés, beaucoup, sans jamais vraiment se retoucher. Le contact de son épiderme contre le sien, pourtant chaste, lui provoqua comme une décharge.

- Pardon de débouler comme ça à l'improviste. Je sais que je te prends par surprise, j'avais juste envie de te le dire et... Il n'acheva pas sa phrase. Ils n'étaient plus des enfants, elle savait. Dis le moi si je dois m'en aller, souffla-t-il, son regard plongé dans le sien. Cette remarque n’était rien d’autre que la demande d’un dernier consentement. Pour l’attirer davantage contre lui, glisser une main dans ses cheveux peut-être. Et approcher ses lèvres.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gentleman célibataire

Ven 6 Oct 2023 - 22:03

Dans l’obscurité, le noir de sa peau paraissait plus sombre encore, les lignes de sa mâchoire à peine dessinée par l’éclat des bougies qu’elle avait allumé. Elle se sentait troublée. D’abord par sa présence près d’elle - comme chaque fois, à vrai dire - mais c’était plus intense encore. Puis il y avait les interdits qui avaient été levés. Les lois abolies de l’Adonaï et maintenant, leurs divorces respectifs enfin prononcés. Il lui avait fallu un peu plus de temps mais… Elle ne lui en avait pas voulu pour ça non plus.

Elle hoche la tête quand il évoque les difficultés liées à son divorce. « Je suis désolée… » Vraiment ? Elle n’était pas tout à fait certaine. Une part d’elle avait attendu que ça arrive - patiemment et avec résilience - mais… Elle avait attendu que ça arrive. Elle était désolée que son amie ait à en pâtir mais du reste. D’ailleurs, Tara serait-elle encore son amie quand elle prendra connaissance des sentiments qu’Ela nourrissait depuis longtemps pour son ex-mari ? Tout ne pouvait être aussi simple. Et tous les mariages de Walla Walla n’étaient pas des désastres. Quand Armand exprime son contentement cela dit, elle reste silencieuse. Mais un timide sourire vient lui répondre. Mais quel âge avait-elle, au juste ?

Beaucoup moins que ce que disaient ses papiers en tous cas, quand on voyait le rouge monter à ses joues et qu’on entendait les battements affolés de son cœur quand il vient poser sa main sur les siennes pour s’en saisir. Un geste franc et sans détour. Parce qu’aujourd’hui, rien ne les en empêchait finalement. Si ce n’était la crainte d’un jugement, du côté d’Ela. Il s’excuse et demande implicitement. « Non… Reste… S’il te plait. » Répond-elle, en sentant cette attraction l’emmener irrémédiablement vers lui. Le militaire se tend vers elle et l’accueille avec timidité. Ses doigts glissent dans ses cheveux alors qu’elle se perd dans son regard noir, ses lèvres viennent se poser sur les siennes et elle se fond à ce baiser. Elle se sent gauche, maladroite et surtout, intimidée. Sans doute parce qu’elle n’a plus embrassé personne depuis des années - exception faite de Luther, une seule et unique fois. Parce qu’elle n’a plus laissé ce genre de sentiment l’habiter depuis qu’elle avait perdu Merl. Cinq ans. C’est long.

Pour autant, elle laisse ces dits-sentiments s’exprimer, justement trop longtemps brimés et jamais assouvis. Ses lèvres s'entrouvrent légèrement et sa main vient chercher sa joue pour le toucher enfin. L’embrasser enfin. Se laisser aller contre lui… Enfin. Leurs lèvres se séparent qu’elle se rend compte que l’espace qui les séparait s’est considérablement réduit. « Je suis désolée je… » Elle s’interrompt, baisse les yeux un instant. « Je ne sais pas pourquoi je m’excuse, en fait. » Gênée ? Non. Amusée, en réalité. D’ailleurs, son sourire s’étire et c’est un rire qu’elle cherche à contenir qui s’échappe de ses lèvres. L’émotion peut-être ? « Pardon ce… Ce n’est pas de toi que je ris je… » Elle a du mal à se reprendre. « Je crois… Je crois que c’est… tout ça… » Et elle rit, encore. Entre l’euphorie, le soulagement, les sentiments qui s’entremêlent et s’entrecroisent. Mais Ela qui rit aussi franchement, c’était assez rare.


My mother's child is a savage, she looks for her omens in the colors of stones, in the faces of cats, in the falling of feathers, in the dancing of fire, in the curve of old bones
❝I am my mother's savage daughter❞

Nata Atoka
Nata Atoka
Survivor
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gentleman célibataire

Sam 21 Oct 2023 - 23:27

Le cœur en branle, Armand ne pensait plus aux Remnants, ou à son ex-femme. Il ne faisait pas partie de ces gens qui se torturaient l’esprit inutilement. La culpabilité l’empêchait rarement de dormir et il avait fait dans sa vie tellement pire que de décevoir une conquête. Tara survivrait. Fin de l’histoire. Il savait être égoïste pour ne penser qu’au fruit de ses désirs. Et ce dernier n’avait rien d’un caprice et ne résultait pas une seconde d’un coup de tête. Il murissait en son sein depuis des mois. C’était une récompense. Pour une année horriblement difficile. Secouée par des renversements inattendus. Des prises de risque désespérées. L’avenir était un grand flou, mais même celui-ci n’avait plus d’importance en cet instant. Seul comptait ce balbutiement qui l’invitait à rester.

Il prit une inspiration, redressant son buste. Le premier contact de leurs lèvres se trouva presque pudique. Le baiser s’affirma cependant rapidement, libérant avec lui cette interminable attente. La main d’Armand avait quitté les cheveux de la brunette, pour attraper en douceur son visage. Il la maintint alors qu’ils se séparaient. Un sourire se dessina sur ses lèvres.

- Ce n’est pas nécessaire, clairement, répondit-il, amusé, aux excuses gênées de l’ancienne architecte. Une gêne qui n’en était pas vraiment et qui se transforma pour elle aussi en rire. Non, l’homme n’avait pas l’intention de se vexer. Ses yeux se firent également rieurs et il resta la regarder s'exclaffer. Il se demanda s’il ne l’avait jamais vraiment vue si lumineuse. Leur relation avait toujours été si sérieuse, si austère. Tu es tellement belle quand tu es joyeuse.

Il n’avait pas pu retenir le compliment. Cette vérité lui avait sauté aux yeux et lui explosait la cage thoracique. Elle n’avait rien de réducteur. C’était l’expression du corps, seulement. Sans lui demander une nouvelle fois l’autorisation, il fondit de nouveau vers elle, pour lui arracher un nouveau baiser. Sa main avait quitté son visage pour s’enrouler autour de sa taille. Il voulait la sentir contre lui. Il la respectait bien trop cependant pour initier davantage. Le plaisir se devait d’être savouré, n’est-ce pas ? Quand ils reprirent un peu de recul, il soutint son regard.

- Tu le sais déjà, mais j’en pince vraiment pour toi, Ela.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gentleman célibataire

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum