Le deal à ne pas rater :
Soldes d’été 2024 : trouvez les meilleures promos !
Voir le deal

The Game of the Sparrowhawk

Mar 18 Juil 2023 - 8:59



Depuis quelques jours maintenant, Jordane s'est mise au service de la communauté. Au service de ce qui se voulait une nouvelle communauté. Armand à la tête de New Eden avait plus ou moins promis du changement et certains d’entre eux avaient effectivement vu le jour. Les portes n’étaient plus closes, les départs, réguliers mais les arrivées également. L’ancienne amish avait pris le temps de discuter de tout ce qu’elle avait appris auprès de Neela et des autres femmes avec Victor et la conclusion avait été assez simple, elle s’occuperait désormais d’aider les enfants délaissés, ceux ayant besoin de retrouver un foyer aimant, ceux ayant besoin de soin, ceux ayant simplement besoin de survivre après qu’on leur ai tout pris, ou presque. Et des enfants dans cette situation, il y en avait. C’est pour cela qu’elle avait décidé de faire régulièrement des activités avec différents groupes d’enfants. Qu’elles aient été éducatives ou simplement festives, Jordane ne manquait pas d’inventivité pour occuper les petites têtes blondes.

C’est dans un parc, qu’elle décide ce jour-là de les emmener. Les chaleurs estivales rendent les enfants un peu plus énergiques et difficiles à contrôler, mais pour Jordane, c’est naturel de réussir à s’en occuper. Comme un don, la raison du pourquoi Dieu l’avait envoyée sur Terre. Être ici, à ce moment même, pour prendre soin de ceux qui n’avaient pas eu la chance de grandir dans une communauté aussi aimante et bienveillante que la sienne.

Les enfants, bien rangés en deux lignes parallèles s’observent. On peut entendre quelques rires, la chaleur ne les aidant pas à rester sérieux très longtemps. Au milieu, un foulard est posé. Tous s’observent et attendent avec impatience leur tour. Très bien, attention … Numéro … Trois ! Et deux enfants s’élancent au milieu, ils se tournent autour, rigolent puis finalement, l’un d’eux s’empare du foulard et se met à courir. Celui qui n’a malheureusement pas été assez rapide tente de le rattraper mais c’est peine perdue le petit en face de lui est trop rapide. Finalement, tous hurlent de joie quand leur camarade ramène le petit butin dans son équipe. Bravo ! Jordane se rapproche alors de la petite troupe et tous commencent à hurler dans tous les sens. Ils finissent même par tous se tomber les uns sur les autres et se roulent dans l’herbe, heureux le temps de quelques heures.

La scène, vue de l’extérieur pourrait être surréaliste, comme un air de colonies de vacances de l’ancien temps ou il faisait bon vivre et ou tout ce qui importait était de savoir quel souvenir on emportait en retournant chez nous.


Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Game of the Sparrowhawk

Lun 7 Aoû 2023 - 10:26



The Game of the Sparrowhawk
Jordane Hills & Conrad Howlett

Les jours défilent, et avec, Conrad prend ses habitudes dans son nouvel habitat. Quoi qu’il soit encore impressionné par les capacités d’accueil excessives de l’endroit, l’électricien se force à sortir de plus en plus souvent du confort relatif de sa maison, histoire de se faire à l’environnement étonnamment sain de Walla Walla. Il a encore rencontré peu de monde pour l’heure, il est loin de réellement saisir l’historique de ce groupe qui se nomme New Eden. A première vue, tout ce qu’il peut en dire, c’est que le refuge semble plutôt très bien porter son nom, trop peut-être. Mais Howlett a appris de ses erreurs passées, il a un peu plus conscience qu’avant que généralement, tout est toujours trop beau pour être vrai. Il l’a appris à la dure, a imposé à son propre frangin les pires décisions qui soient sous couvert de se sentir en sécurité. Alors même si tout porte à croire que tout va bien dans le meilleur des mondes à Walla Walla, Conrad n’est pas encore enclin à y croire totalement. C’est trop tôt, c’est trop récent, c’est trop… trop, justement.

L’homme soupire alors que les rues défilent sous son pas ralenti. L’embout de sa canne résonne sur le bitume, il a l’impression d’être un vieux papi qui trace sa route parmi une multitude de femmes et enfants présents dans ce groupe. Il détonne un peu au fond, et ce sont des sourires timides qu’il s’oblige à afficher dès qu’il croise un visage inconnu en guise de salutation primaire, son degré de politesse n’ayant jamais réellement disparu en dépit des monstruosités commises sous couvert d’apocalypse. Et si New Eden n’a pas perdu de temps à mettre ses capacités à profit, puisqu’il faut bien mériter son dû, peu importe la société dans laquelle on se trouve, Conrad profite de l’accalmie du jour pour mémoriser les noms des différents quartiers, des ribambelles de rues qui se dessinent sous son œil avisé.

C’est justement une observation des alentours qui l’amène à froncer les sourcils, sitôt qu’il aperçoit des gamins, regroupés dans un parc, en train de se courir après. L’aîné Howlett fronce les sourcils, persuadé de reconnaître dans le lot les enfants d’Anjali, la seule femme qui a vraiment pris la peine de l’accueillir en ces nouveaux lieux. L’électricien ne comprend pas tout, concrètement, il y a un tel brouhaha ambiant que les mots criés à tout va lui glissent par-dessus la tête, sans parvenir à faire sens vis-à-vis de son ouïe diminuée. Tout ce qu’il croit entendre, c’est qu’un numéro est donné pour désigner l’un des enfants adoptés d’Anjali, et son sang ne fait qu’un tour. Prestement, de son pas claudiquant, il se rapproche de la blonde qui ose apostropher un enfant de cette manière, pointant un index accusateur sur elle : « Mais que-Miss… MISS ! » Il ne se rend pas compte qu’il ait haussé un peu trop fort la voix, alors qu’il essaie d’accaparer son attention pour que l’étrangère le regarde. Il va avoir besoin de lire sur ses lèvres pour entamer un dialogue avec elle. « Qu’est-ce que vous faites ici ?? Ce ne sont pas vos enfants, je connais la mère de… » Il désigne deux des fistons d’Anjali, à défaut de les nommer concrètement, puisque la blonde n’a pas l’air de connaître leurs pseudonymes. C’est décidément très suspect. « … ceux-là, et je sais que ce n’est pas vous ! Qu’est-ce que c’est que cette histoire, que faites-vous avec tous ces mômes ? » Il est là, Conrad, le dos droit, sautant dans des conclusions hâtives. Mais une part de lui redoute que finalement, cet Eden ne soit vraiment qu’un sombre piège, et si c’est le cas, il ne laissera pas des enfants innocents être séparés de leur mère. L'idée que tout ceci ne soit qu'un jeu innocent ne l'effleure pas. Il a vu trop d'atrocités pour croire en un retour bienheureux du temps d'avant.
Ⓒslythbitch.


There is a road, no simple highway. Between the dawn and the dark of night. And if you go, no one may follow.
Conrad Howlett
Conrad Howlett
Modératrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum