Le Deal du moment :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 ...
Voir le deal
12 €

Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.

Mar 11 Avr 2023 - 10:02

Je me frotte nerveusement les mains, incapable de tenir en place. Voir Anjali repartir avec les petits m’a fait mal au cœur, quand bien même je savais que c’était juste pour une poignée d'heures et qu’elle fait ça pour moi. Pour nous laisser Hailey et moi à nos retrouvailles. Mais cette peur irrationnelle de ne plus les revoir est beaucoup trop vivace pour que j’arrive à faire semblant que tout va bien. Enfin, je ne cherche même pas à faire semblant, je n’ai plus la force pour ça. Je n’avais déjà plus beaucoup de ressources dans lesquelles puiser à mon arrivée mais là, je commence vraiment à être au bout du rouleau.

Pour autant, j’ai une peur panique à l’idée même d’aller dormir. Là encore, ça n’a aucun sens. Je sais qu’ils n’auront pas disparu à mon réveil. Tout est bien trop réel pour que ce soit encore un de mes rêves. Mais je sais que ce sentiment ne risque pas de disparaitre de sitôt. Et que la peur va rester encore quelques temps bien ancrée, beaucoup trop présente, s’entremêlant avec bon nombre de sentiments contradictoires quant à mon retour ici.

Un soupir, alors que je finis par me lever pour aller boire un verre d’eau. Ou en tout cas, essayer. J’ai l’estomac trop noué pour ça de toute façon. Sans compter que les coups portés par Neela me font pulser la mâchoire de façon passablement désagréable. Au moins, je peux me concentrer dessus. C’est quelque chose de concret, de physique, pas un sentiment qui m’échappe et qui me donne l’impression que je vais étouffer.

Et j’essaie plutôt de me raccrocher à quelque chose de beau, de positif. A ce que j’ai ressenti quand elle a mis Neil dans mes bras. A cette explosion d’amour face aux enfants, cette chaleur que je ne pensais plus ressentir, même si leurs réactions m’ont totalement épuisé. J’ai encore une chance de pouvoir veiller sur eux et je ne compte plus la rater, même si je n’ai pas la moindre idée de ce que l’avenir nous réserve. Tout est beaucoup trop incertain de ce côté-là et je sais qu’il y aura fort à faire les prochains mois si nous voulons que les choses s’arrangent. Pour que tout ça, tout ce que les gens ont subi toutes ces années, tous ces sacrifices, ce ne soit pas pour rien.

Finalement, la porte s’ouvre sur la silhouette d’Hailey. Sans même m’en rendre compte, je porte ma main à la croix en or blanc que j’ai récupérée auprès de Tasya et qui s’emmêle maintenant avec mes deux médailles. Mon regard se brouille une fois de plus, mais je me contente d’une inspiration, sans bouger, sans rien dire. J’essaie vaguement de lui sourire mais j’en suis incapable. Et je me tiens là, comme un idiot qui ne sait pas quoi faire de lui-même.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.

Sam 15 Avr 2023 - 22:29

J’ai attendu, après tout ce temps, je pouvais bien patienter encore un peu. Après tout, il est vivant, il est revenu, il va bien… Sans doute aussi bien que possible. Avec Min-Oh à ses côtés, je sais bien qu’il est entre de bonnes mains et qu’on veille plus que bien sur lui. C’est le plus important.
J’ai attendu, parce qu’après tout, il avait bien plus important que moi à voir. Que ce soit ses enfants ou Anjali, ils avaient tous besoin de le voir, de passer du temps avec lui, de s’assurer qu’il est bel et bien vivant, de le retrouver… Tout comme lui en avait besoin. Retrouver sa famille et s’ancrer un peu parmi nous.
Il a déjà tellement à encaisser, il a déjà tellement à… tout. Pour nous au final, ce n’était rien. Tous ces mois où on s’est inquiétés, même si ça a été particulièrement difficile pour Anjali et la tribu, même si chaque jour, j’ai continué. A murmurer des prières, de croire et d’espérer. L’Espoir et la Foi, n’est-ce pas tout ce qu’il reste quand tout semble perdu ? Pour lui… Des mois de souffrances et de tortures. Et même si j’ai essayé d’en savoir plus, je ne suis pas assez naïve pour ne pas me rendre compte que je n’ai eu qu’une version édulcorée et que je suis bien loin de savoir une once de la vérité et de ce qui a pu se passer là-bas.

En vérité, j’aurais aimé le voir plus tôt malgré tout, la patience et la sagesse se disputant avec mes sentiments et ce besoin irréfléchi de le voir et de pouvoir le serrer contre moi. Mais outre les raisons on ne peut plus valables, j’en ai une supplémentaire de quelques kilos, qui dort actuellement collée contre moi. Si elle a daigné m’écouter durant cette sinistre catastrophe qu’a été le Festival, ça n’a guère duré plus de quelques jours, et je me suis retrouvée coincée à la maternité durant quelques jours.

Je toque et m’avance vers lui, stoppant au bout de quelques pas. Oh Mason. J’ai essayé de me préparer, j’ai croisé Anjali, Min-Oh, d’autres médecins. Et pourtant… Les larmes me montent aux yeux alors que je me fige, osant à peine respirer. Je serais incapable de dire si c’est de la joie, de l’inquiétude, du soulagement, du désarroi ou un mélange bien plus complexe encore. Je souris malgré tout, à travers mes larmes, et je le rejoins sans hésitation. Avec douceur, je passe mes bras autour de lui, l’attirant contre moi d’une main contre sa nuque. Oh Seigneur, il est tellement maigre. « Merci. Merci. Merci Seigneur. » Je te remercie, mon Dieu, pour toutes les grâces, Dont tu me combles sans cesse, Et qui m’éclairent, comme la lumière du soleil, Par elles tu me montres le chemin sûr. Je m’écarte un peu, ma main allant se poser sur sa joue, et je le dévisage, sourire aux lèvres, larmes coulant toujours. « Bienvenue Mason. Tu t’es fait attendre. » Et comme pour appuyer mes dires, la petite gigote un peu.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.

Lun 17 Avr 2023 - 11:36

J’ai un instant de flottement alors qu’elle se rapproche de moi. Il est possible que, l’espace d’une seconde, je m’attende aussi à ce qu’elle me frappe. Ca n’a rien de rationnel, j’en suis bien conscient, mais je sais aussi que ce ne serait pas démérité. Elle aussi je l’ai abandonnée, comme les autres. Oh, je suis bien conscient que rien n’est aussi simple dans cette histoire et que ce n’est pas de ma faute si je me suis retrouvé dans ce camp. Pour autant, je me sens coupable de les avoir laissés. Et je sais que cette culpabilité va aussi s’ajouter au fait de me sentir coupable d’être… en vie, tout simplement, contrairement à taux d’autres qui sont morts là-bas.

Je déglutis, alors qu’elle finit par passer ses bras autour de moi et qu’elle me serre contre elle. Je n’ai qu’une hésitation avant de lui rendre son étreinte, trop épuisé pour pleurer une nouvelle fois. Je commence vraiment à me sentir au bout du rouleau, tant physiquement que moralement, entre le retour ici et les retrouvailles avec les gens que j’aime. Et je me sens chanceler sur place, me raccrochant à Hailey comme un naufragé à sa bouée.

Et je lui rends un sourire incertain quand elle me souhaite la bienvenue. Non sans souffler, avec un rire un rien brisé par l’émotion. « Je sais. J’ai fait aussi vite que je pouvais pourtant. Mais j’ai été un peu… retardé. » Doux euphémisme pour décrire ces mois d’enfer. Mais je suis bel et bien là. Je crois. Peut-être pas encore complètement, je le sais bien. Et il faudra du temps pour que ce soit le cas. J’essaie de mettre tout ça de côté, alors que je vois une petite chose qui gigote tout contre Hailey. Mon sourire se fait plus franc alors que je vais effleurer la joue du bébé. « On dirait que tu as encore bien travaillé une fois de plus. Comment elle s’appelle ? » Je crois qu’Anjali me l’a dit mais, pour être honnête, mon esprit est passablement confus avec tout ce qui a pu se passer depuis mon retour. Et j’ajoute, non sans un bref soupir. « Si ça ne te dérange pas qu’on aille s’assoir. Ce… je suis un peu fatigué. » Epuisé serait un meilleur terme, mais c’est le cas depuis des semaines de toute façon.

Après quelques secondes, je finis par souffler, serrant un instant sa main. « Je suis tellement heureux de te voir tu sais. Comment vont les enfants ? Et toi ? » Elle aussi m’a terriblement manqué, comme le reste de ma famille. Et je ne peux pas m’empêcher de penser à Mei en la regardant, à ce que j’ai appris sur elle. Dire que j’ai encore moins envie de parler de ça que ce que j’ai vécu à Colville est un euphémisme. Mais je sais aussi que je ne pourrais pas y couper.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.

Ven 21 Avr 2023 - 13:41

Le voir, le serrer contre moi, lui parler, me permettent de m’assurer qu’il est bel et bien là, revenu parmi nous, entier et vivant… autant que faire se peut en tout cas. Le sentir si frêle, presque fragile, sous mes doigts me serre le cœur et me terrifie, m’horrifie même. Quelques mois, il a suffit de quelques mois… Je n’ai eu écho que de vagues et incertaines rumeurs, sans doute bien loin de la vérité, mais peut-être est-ce mieux ainsi. Sans doute n’aimerait-il pas que l’on en sache davantage, il a toujours été de ceux qui veulent protéger les autres, même alors qu’il est le premier à en souffrir. Il faudrait pourtant qu’il en parle, non ? Pour aller mieux. Ce ne sera ni facile, ni évident, il va falloir du temps, de la patience et de l’amour, mais… il est là, nous sommes là. Ensemble.

J’essuie mes joues, inspirant lentement pour me reprendre, et mon sourire frémit alors qu’un nouveau sanglot me saisit à la gorge quand je l’entends rire. C’est idiot d’être aussi soulagée de l’entendre rire pour rien. Mais… il rit. Je secoue la tête, portant mon attention sur l’adorable nourrisson qui peine à ouvrir les yeux, glissant mon doigt dans sa main  qui cherche. « Hannah, elle s’appelle Hannah. » Je lui jette un coup d’œil, un sourire plus attendri aux lèvres. « Hannah Madeleine Wentworth Blackbird pour être précise. Elle est née quelques jours après votre merveille. » Mon regard se fait de nouveau inquiet et je hoche vivement la tête.  « Évidemment. »

Je le suis, m’asseyant à ses côtés sur le canapé, serrant sa main en retour. « Ils vont bien, Leo ne tient plus en place depuis qu’il sait qu’il peut revoir Tommy et Keneka aussi souvent qu’avant. Lori envisage le fait d’exister par elle-même, et non plus à travers un potentiel mariage… Elle réfléchit à possiblement étudier pour devenir médecin. Ou institutrice. Ou dresseuse de chevaux. » Je ris légèrement, avant de laisser filer un soupir. « Tu leur manques. Lori et Leo ont demandé à venir te voir, je leur ai dit que je te demanderai avant. » Un sourire illumine de nouveau mon visage. « Quant à ta filleule, elle grandit chaque jour qui passe. Elle marche bien, grimpe les escaliers, commence à beaucoup trop papoter. Elle serait heureuse de te revoir aussi. » Je le dévisage un instant, avec plus d’attention, passant totalement outre sa question me concernant. « Je suis heureuse que tu sois là Mason. Tu m’as tellement manqué… Je… Si je peux faire quoi que ce soit, n’hésite pas. D’accord ? » J’effleure le sommet du crâne d’Hannah. « Tu veux la prendre un peu ? »
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.

Sam 22 Avr 2023 - 12:48

Chaque instant avec eux, chaque moment passé à leur parler, à les toucher, tout ça me permet de réaliser, petit à petit, que c’est bien réel. J’ai encore du mal à me dire que tout ça ne va pas disparaitre en un battement de cils, mais je sais que ce sont tous ces petits riens qui vont m’aider. Comme les petits riens m’ont permis de tenir durant ces longs mois à Colville. Pour autant, je sens que l’obscurité n’est pas loin et pourrait m’engloutir facilement, trop facilement même.

J’inspire à mon tour, esquissant un sourire désolé en voyant qu’elle doit encore essuyer ses larmes. Et je focalise mon attention sur le bébé, me perdant un peu dans la contemplation de cette petite chose. « Hannah Madeleine. C’est très joli. Ca lui va bien. » Sans m’en rendre compte, mon sourire se fait un peu plus affirmé quand elle parle de notre merveille. « Neil est magnifique hein. En toute objectivité évidemment. » A mes yeux, il ressemble à sa mère, ça ne le rend que plus beau. Même si j’aime toujours autant les autres enfants de notre tribu, sans distinction, sans limite. Je ne pensais même pas avoir encore de la place pour aimer d’autres personnes, mais c’est à croire que d’avoir autant de gens à aimer aide surtout à ce que mon cœur se fasse plus grand. Pour eux.

Pourtant, ça fait un peu trop pour moi et m’assoir sur le canapé devient nécessaire. J’ai les jambes qui flagellent un peu et je me rends bien compte que je n’ai qu’une énergie très limitée. Mais ça ne peut qu’aller mieux non ? Si j’ai un léger froncement de sourcils quand elle m’évoque le fait que Leo ne pouvait plus voir Tommy et Keneka autant qu’avant, je me garde de faire un commentaire. Je n’ai pas encore toutes les informations sur la façon dont les choses se sont passées en mon absence pour savoir exactement ce qu’il en est. Et je me rends bien compte qu’il y a des informations qu’ils essaieront probablement de passer sous silence, pour me ménager notamment. Tout comme j’aimerais autant qu’ils ne sachent pas ce qui a pu m’arriver là-bas. Autant que possible en tout cas. Je serais bien obligé de justifier les marques physiques, d’une façon ou d’une autre, mais pour ce qui est du mental, c’est une autre histoire.

Et je l’écoute me parler des petits, non sans avoir un temps d’arrêt quand elle évoque Lori. « C’est pour ça… qu’on s’est battus. Qu’on doit continuer de se battre. Pour qu’ils aient le choix. » Soufflé dans un murmure, alors que ma main se crispe un peu dans celle d’Hailey. « Elle ferait une très bonne dresseuse de chevaux. » En réalité, je la vois plutôt institutrice, mais qu’elle fasse ce dont elle a envie, c’est tout ce qui compte. Du reste, j’ai un bref hochement de tête. « Ils me manquent aussi. Ils pourront venir demain tu crois ? Et ma filleule, trop parler ? Je demande à voir ça. » J’ai un sourire plus franc avant de reprendre, songeur. « Tasya a accouché aussi. Elle m’a demandé d’être le parrain. Gabrielle va avoir de la concurrence. » Avant qu’elle ne me questionne, j’ajoute, à mi-voix. « Le bébé est né sur le chemin entre Colville et Spokane. On a… dû improviser un peu. J’ai aidé à l’accoucher. » Au moins une belle anecdote que je peux raconter sans m’inquiéter d’occulter ou non certaines choses.

Je lui rends un sourire un peu plus incertain quand elle reprend et me dit que je lui ai manqué. Surtout, quand elle me dit de ne pas hésiter si elle peut faire quelque chose. « C’est gentil. Je… je ne sais pas comment ça va se passer les prochains jours, les prochaines semaines. J’essaie de prendre chaque jour comme il vient. Et je remercie Dieu chaque matin d’être toujours en vie pour voir tout ça. » Tout le monde n’a pas eu cette chance. J’ai un hochement de tête quand elle me propose de prendre Hannah dans mes bras et je l’attrape avec toute la précaution du monde. Heureusement qu’elle ne pèse rien. Et mon regard accroche le sien, alors qu’elle me fixe, les yeux grands ouverts. « Salut toi. Content de te rencontrer. » Soufflé dans un murmure, alors qu’une fois de plus, je me rappelle que la vie continue. « Tu crois que je n’ai pas remarqué que tu ne m’as pas répondu quand je t’ai demandé comment tu allais ? » J’ai relevé la tête en direction de ma cousine, un mince sourire flottant sur mes lèvres.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.

Lun 1 Mai 2023 - 19:13

Comme toujours, parler des enfants est plus facile, se réjouir et s’extasier de leur arrivée dans nos vies permet de ne pas oublier ce qui importe réellement. Je lui souris, mon pouce effleurant avec tendresse la main de ma fille, et je hoche la tête. « Il est magnifique oui. Et je suis on ne peut plus objective. » Absolument pas davantage que pour ma fille, mais le petit Neil n’en reste pas moins un bébé absolument adorable, et beaucoup trop mignon. Et qui, malgré les terribles circonstances dans lesquels il est né, il vit entouré d’amour et de tendresse. Maintenant que Mason est là, que son père est revenu, tout ne pourra qu’aller bien pour lui.

Même si pour le moment, ce dernier est encore fragile, même s’il lui faudra du temps pour se remettre, tant physiquement que moralement. Sans doute plus pour ce dernier point d’ailleurs. Je ne sais pas exactement ce qu’ont pu lui dire ou non Anjali et les autres, nous aurions sans doute dû nous mettre d’accord avant il est vrai. Mais il n’a pas l’air de vouloir s’attarder sur tout ça pour le moment, et c’est tant mieux. De toute façon, il y sans doute des choses qu’il va chercher à taire aussi de son côté non ? Alors que lui aurait certainement besoin de parler pour espérer aller mieux. Enfin il y a plus urgent et plus important dans l’immédiat.  

Je lui souris et acquiesce. « Oui, c’est pour eux. Et ça a marché. On a réussi. » Ce ne sera pas aussi facile, ni rapide, mais on y arrivera. Je souffle un début de rire. « Oui, une excellente dresseuse de chevaux qui n’y connait rien. » Un soupir m’échappe. « Je crois qu’avoir le choix l’effraie un peu. Tant de changements peuvent donner le tournis. Elle a grandi ici, on ne lui a jamais vraiment demandé ce qu’elle, elle souhaitait faire. Elle a le temps de découvrir ce qu’elle aimerait ou non. » Comme tous les autres, enfants comme adultes, à compter d’aujourd’hui. « Une vraie petite pipelette, elle répète les mots et… elle commence à faire des phrases ! Enfin… ça se limite à des « pas dodo » ou à « encore pomme » mais… Elle est trop mignonne ! » En toute objectivité encore une fois. « Demain, avec les autres ? Ils n’attendent qu’un mot pour venir tu sais. » Mes sourcils se haussent quand il reprend, et qu’il répond aux questions que je n’ai pas encore formulées. « Oh Seigneur… Et ils vont bien ? » Sa main toujours dans la mienne, j’esquisse un sourire. « Cet enfant a le meilleur parrain du monde. Mais Gabrielle reste la plus parfaite des filleules. En toute objectivité. » Je lui adresse un clin d’œil.

Je suis consciente de n’avoir qu’une vague idée de ce qu’il a pu endurer et de ce qu’il peut ressentir actuellement. Mais je ferais ce qui est en mon pouvoir pour l’aider, de quelque manière que ce soit. Et tout comme entendre son rire m’a fait du bien, l’entendre parler de Dieu me soulage tout autant. Je craignais un peu qu’il ait perdu cette partie de lui. Et oui, rien que d’y penser me donne presque l’impression de blasphémer. « Il est difficile de se projeter et d’anticiper quoi que ce soit. Mais tu es avec nous, vous êtes revenus. On avancera ensemble.  Ça ne peut qu’aller mieux, n’est-ce pas ? » Grâce à Lui et à sa Lumière. Et grâce à ses petits êtres qui sont entrés dans nos vies. Je lui confie Hannah, qui gesticule un peu et papillonne des yeux pour focaliser son attention sur Mason. Elle bouge et attrape instinctivement le doigt qu’il lui présente. Mon sourire se fait plus attendri encore, leur laissant créer leur bulle. Et c’est lui qui brise le silence, me faisant grimacer par sa question. « Parce que je vais bien. » Je passe la main sur le crâne de ma fille, retrouvant mon sourire. « J’ai des enfants merveilleux, nous allons tous bien, je suis infiniment chanceuse Mason. Ce serait malhonnête et indécent de ma part de me plaindre de quoi que ce soit. » Il a déjà bien assez à devoir gérer pour que je ne m’épanche pas de mes problèmes ridicules à côté des siens.

Et le temps, tout comme mon cœur, semble s’arrêter un instant alors que ma fille finit par agripper les chaines qu’il porte autour du cou. « Ce sont tes médailles. » Soufflés d’une voix blanche et atone, ce sont les seuls mots que je parviens à formuler. Il ne les avait pas. Il les avait confiés. C’est Mei qui les avait. C’est ma sœur qui les portait la dernière fois que je l’ai vu.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.

Mar 2 Mai 2023 - 17:15

J’ai un sourire attendri en retour, alors qu’elle me confirme que mon fils est magnifique. C’est de toute façon, avec ses frères et sœurs, une merveille à mes yeux. Peu m’importe l’avis des autres, surtout face à l’apaisement que j’ai éprouvé quand je l’ai tenu dans mes bras la première fois. Comme si, enfin, les choses retrouvaient leur place. Les échanges continuent, alors qu’elle me parle de Lori et de cet avenir qui se dessine enfin devant elle. « C’est bien. D’avoir le choix. Et elle a le temps oui, comme tu dis. Il faut qu’elle accepte qu’elle peut tout faire, le reste importe peu. »

C’est un rire qui m’échappe aux exploits de Gabrielle. « Des phrases de qualité à ce que je vois. Et demain, ce sera parfait. » J’ai besoin d’un semblant de nuit de sommeil avant d’affronter de nouvelles émotions sans avoir constamment le vertige. Et je hoche la tête au reste. « Tout le monde va bien. Etonnamment. C’est… un vrai miracle. » Je n’ai pas d’autres termes de toute façon. Et je lui rends son clin d’œil avant de laisser filer un silence au reste, me perdant un peu dans le fil de mes pensées et n’en sortant que difficilement. « J’ai du mal à croire que je suis vraiment revenu à dire vrai. C’est tellement… différent. » Et je dois me réhabituer à ne plus avoir peur, à ne plus subir sans pouvoir me défendre. A tant d’autres choses qui étaient devenues mon quotidien ces cinq derniers mois.

Mon attention entière est brusquement captée par Hannah que je tiens dans mes bras. Et je relève les yeux vers Hailey alors qu’elle me dit qu’elle va bien. Je la regarde sans rien dire quelques secondes avant de souffler, d’une voix douce. « Il n’y a rien d’indécent à se plaindre tu sais. Ce n’est pas parce que tu n’as pas été celle qui a le plus souffert que ça n’a pas été le cas. Ce n’est pas un concours. Tu as le droit d’être triste, en colère. Malheureuse. Perdue. » Et un tas d’autres chose. Calant Hannah contre moi, j’en profite pour tendre la main et effleurer la joue de ma cousine un instant. « Je sais que les derniers mois ont été difficiles pour toi aussi. J’aurais aimé être là. J’aurais être là. Mais je ne vous laisserais plus tomber. »

Et je ne vois pas qu’Hannah a attrapé mes médailles. Ce n’est que quand Hailey m’en fait la remarque que je me fige un instant, me pinçant les lèvres et me contentant de hocher la tête à ce qui, au fond, n’était pas vraiment une question. « Je… » Impossible de trouver les mots l’espace d’un instant, alors que le moment où j’ai retrouvé les médailles me revient brusquement. « Je ne sais pas ce qui s’est passé. Ou quand ça a pu se passer. » J’inspire, laissant de nouveau le silence envahir la pièce, interrompu par les gazouillis d’Hannah, inconsciente de ce qui peut se passer en cet instant. « Je suis désolé Hailey. » Je sens mon regard s’embuer mais, au fond, je ne sais même plus si j’ai la force de pleurer. J’ai déjà manqué de ne pas me relever quand j’ai appris la mort de Mei et je ne l’aurais pas fait sans la présence de Jude. Et je n’ai rien qui me vienne pour adoucir les choses. Parce qu’il n’y a rien qui peut adoucir la perte de son frère ou de sa sœur, je suis bien placé pour le savoir.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum