Where do we go from here

Mar 21 Fév - 15:06

Je m’étire en faisant craquer mes os avant de regarder, d’un coup de talon la main suppliante qui se tendant vers moi. Après un soupir agacé vers ce type qui n’a même pas la dignité de mourir en silence, je finis par lever les yeux au ciel en sortant une lame pour lui enfoncer dans l’œil. Avec un ton resigné, je ne peux m’empêcher de commenter a celui qui est en train de faire la tournée des corps avec moi :

« On devient vraiment trop sentimental avec le temps ou on prend plus le temps de bien faire les choses… je sais pas, mais tu vois, avant, j’en aurais bien trainé un derrière ma moto avant de cramer un visage ou deux sur le pot d’échappement.»

Mais là, j’avais même pas eu envie. Les types étaient des salopards qui faisaient chier au store. Viols, rackettes et j’en passe… 9 belles enflures qui nous avaient pas vu venir mais nous avaient bien sentis passé avec la LM sur leur campement. Bon, pas de bol, une des nanas qu’ils avaient enlevées est passée sous les roues aussi. C’est couillon mais faut voir les choses du bon côté, ils ne pourront plus la violer au moins.

Avec peut de conviction je trépane un autre gus. Ceux qui avaient survécu nous avaient offert une résistance molle, avait tous balancé a nos questions quand on les avaient attrapés, comme si ca pouvait les sauver. On en avait bien torturé deux quand même, ca avait été un moment sympa mais sans plus.

« Bro… je crois que je sais plus apprécier en fait. »

Je le laisse fini et m’assoit sur une chaise de camping ou pendouille un bout d’intestin le regard perdu dans le vide. Je sais pas si c’est le divorce, le fait de ne toujours pas trouvé, clochette, qu’on ait moins de copains NE avec qui jouer, mais…

« …c’est plus comme avant je trouve. »

Un nouveau soupire alors que pose un regard déprimé tout autour de nous. Depuis quand je sautille plus partout alors qu’on a quand même tuer des méchants ?

« Enfin, c'est peut être eux le problème aussi. Je les ai trouvés pas très motivés a survivre. Puis, quand tu as arraché un œil, ils étaient déjà en train de tout déballer… je pensais pas dire ca un jour, mais je crois que les trônes me manquent. »


Oui c’ets forcement ca. Ca ne peut pas etre autre chose que la faute des autres qui ne font aucun effort. J’ai un ricanement un peu amer en pensant a Logan. Tout semble si loin. Serait il fier de moi ? Me pardonnerait-il ? Soucieux de penser a autre chose je demande a celui qui est devenu un frere autant qu’un objecteur de conscience :

« Tu te serais imaginé a faire ca il y a seulement 7 ou 8 ans ? »

Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Where do we go from here

Mar 28 Mar - 14:34

Ses doigts s’enfonçaient, dans un bruit visqueux et satisfaisant, dans les deux orifices qu’il venait de créer sous les oreilles d’un sale type. Ou simplement d’un homme. À dire vrai, James n’en avait que faire de la psychologie du corps qui rendait son dernier souffle entre ses mains. Méchant, gentil, pauvre, riche, beau, laid... Cela n’avait aucune importance pour lui, tant qu’il y trouvait un certain plaisir, un certain soulagement. Tous les muscles de son corps se détendaient à mesure que son visage était la dernière chose que voyaient les hommes. C’était comme cela qu’il savait, qu’il sentait qu’il était heureux. C’était son corps qui lui faisaient ressentir ses émotions et non son cerveau. L’anglais avait fini par le comprendre, avec le temps.  

D’un revers de main, il s’essuya le bas du visage, laissant un traînée de sang sur sa joue. Il releva les yeux vers son ami, fronçant les sourcils sous son casque de Captain America. Ils avaient gardé cette habitude d’être en costume lorsqu’ils chassaient ceux qui n’étaient pas moralement acceptés dans ce Monde. C’était comme ça qu’ils s’étaient forgés leur réputation de justicier, que leurs meurtres étaient plus acceptables. Si Isha vivait dans son costume, James ne l’enfilait que lors de ces chasses. Il préférait vivre derrière ce bouclier étoilé que d’être de ceux chassés. C’était un bon compromis pour lui mais aujourd’hui, le brun semblait ne pas être dans son assiette. Le britannique le fixa un instant, demeurant silencieux.  

Il avait parfois tendance à oublier qu’ils n’étaient pas les mêmes. Isha faisait ça pour un semblant de sens de justice et pour s’amuser. James lui, faisait ça pour combler un besoin presque vital. Et ce qu’il entendait l’inquiétait un tantinet. Il sentit d’ailleurs ses muscles se crisper légèrement, manifestant ainsi sa légère inquiétude, quand bien-même son cerveau demeurait lui aussi silencieux. S’il venait à perdre son Deadpool, son alibi, les choses seraient bien plus compliquées. D’autant plus qu’il n’avait pas de nouvelles de Lee depuis un certain temps.  

- Qu’est-ce que tu racontes? demanda-t-il pour la forme alors qu’il se redressait déjà  

Il attrapa son bouclier lancé au sol, l’essuyant vulgairement du sang qui s’y était répandu. Il traîna l’une des caisses, la faisant passer sur un corps pas encore tout à fait mort et prit place en face de son ami.  

- Si je m’étais imaginer tuer des violeurs en tenue de Captain America accompagné de Deadpool ? Non. Déjà parce que je suis anglais mais j’ai pas réussi à trouver de costume de Captain Britain ici dit-il en riant légèrement  

Le britannique secoua la tête, reprenant son sérieux.  

- Tu veux mon avis ? Je pense que tu as dépensé tellement d’énergie dans ta guerre Sainte que faire ça sans réel but pour toi derrière t’as fait perdre pieds. Mais on peut en parler si tu veux bro. T’as pas l’air dans ton assiette depuis quelques jours, t’as même pas remarqué que t’avais une stalkeuse de compétition
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Where do we go from here

Mer 29 Mar - 21:42

« Tu trouves pas que c’est … fade ? »

Je lui montre les corps autour de nous. Ces quelques hommes qui n’avaient opposé qu’une bien maigre résistance, s’étaient rendu un peu trop vite et n’avaient pas été des plus intéressants ni endurant quand on les avait « légèrement secoués ». Mais ce n’était même pas ca le problème… enfin si, mais ce n’était pas ca qui faisait que ca allait si mal.

J’essaye de lui sourire quand il vient s’assoir a coté de moi et tente une plaisanterie comme de celles qui m’auraient fait rire auparavant. J’oublie parfois que Jaime vient d’un autre pays. C’est quand même un comble que le type le plus stable du coin et le plus normal viennent d’un pays de bouffer de gelée.

Je le regarde avec intérêt et secoue la tête affirmativement quand il me demande si je veux son avis un peu tendu a ce qu’il me dise que je dois passer a autre chose ou un truc du genre. Je prends le temps de réfléchir avant que mon cerveau s’arrête sur une de ses affirmations :

« Un skateuse ? Mais qu’est ce que tu racontes ? Enfin, non… et… je sais pas… je… c’est plus compliqué que ca pour ce que je vis… c’est… enfin… »

Je cherche mes mots et c’est déjà pas simple pour moi de comprendre alors mettre des mots dessus pour expliquer c’est pire que tout. Je soupire et regarde Mauricette qui me revois le reflet d’un homme que je ne reconnais pas. Ce n’était pas lui que je voulais devenir, comme ce n’était pas lui que Logan aurait voulu que je devienne. Il n’est que source de déception pour ceux qui le fréquente et je suis tellement perdu avec tout ca que je ne sais mémé plus ce que je suis censé voir.

« Je suis obligé de finir ce que je commence… plus ca dure et plus je suis coincé avec ca. Ca… ca devient douloureux tu n’as pas idée. Ca va faire plus d’un an et demi maintenant que j’ai juré de tuer Clochette… Je… je sais que les gens ne comprennent pas. Ils essayent… mais, c’est juste que je crois que je ne tiens plus… j'ai... j'ai peur de vriller. A Detroit.... j'ai... enfin, j'ai fait des trucs vraiment moches tu vois, juste parce que j'ai pété les plombs et je flippe que ca recommence»


J’ai tout perdu pour cette quête, tout donner, pour rien sauf a me détruire un peu plus. J’aime ma femme, c’est un fait. Mais ca n’a pas suffit a me sauver de moi-même et de ce besoin compulsif de suivre un précepte fait par un homme mort qui me manque a un point inimaginable. A part Allia, plus personne ici ne sait qui est Robin et ce qu'il a fait a Detroit. Une chance et en même temps, si je perds le contrôle, sans Logan pour le chasser, il se passera quoi? Avec la plus grande prudence je lui demande:

« Ca.. ca t’es déjà arrivé de te sentir… diffèrent ? Enfin, de pas voir les choses comme les autres en fait ? Genre quand tu fais ce qui doit être fait et ils te regardent comme si tu étais un monstre dont on doit avoir peur alors que sans ca, tout aurait été pire? »

Quand je repense a mon ex épouse qui avait profité que je sois en danger pour fuir sans un seul mot parce qu’elle était terrifiée alors que tout ce que j’avais fait, je l’avais fait pour elle. Toujours les yeux rivés sur mon reflet que j’avais pris soin d’éviter depuis des années, je me sens plus creux et perdu que jamais.

« Je suis désolé de te saouler avec ça… »
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Where do we go from here

Mar 11 Avr - 22:13

Par réflexe, à la question du brun, James regarda autour de lui. Du sang encore chaud se répandait, visqueux, sur le sol. Des orbes, au regard figé à jamais dans le néant, parsemait la terre. Des corps sans vie, mutilés, décoraient le cadre ; le rendant un peu plus alléchant aux yeux de l’anglais. Il haussa nonchalamment, se demandant alors ce qu'il trouvait fade ou non. Pour lui, le sang ne pouvait être terne. C'était un besoin primaire, bestial. Son corps réagissait à chaque fois qu'un os se brisait, à chaque fois qu'une peau se déchirait. Toutefois, l'anglais demeura un bref instant silencieux, analysant la question, analysant les propres réactions de son corps à chaque fois qu'ils faisaient cela, ensemble.

Le britannique finit alors par hocher légèrement la tête, les lèvres pincées. Il devait reconnaître, à bien y réfléchir, que son corps était bien plus détendu lorsqu'il choisissait lui-même ses victimes ; lorsqu'il ne devait pas se cantonner à torturer les personnes socialement non acceptables. C'était un peu comme s'il s'imposait un régime végétarien alors qu'il aimait se délecter d'une bonne viande. Il était rassasié mais peut-être jamais pleinement satisfait.

- Si, t'as sans doute raison finit-il par avouer

Mais l'ancien garde du corps ne semblait pas être autant affecté par la situation qu'Isha. Ce dernier se contenta de sourire à la blague de James, à l'heure où, quelques mois auparavant, il aurait sans douter grassement rigolé. S'il ne pouvait pas comprendre le mal-être du brun, il pouvait aisément le percevoir. Un nouveau sourire vint barrer son visage devant l'incompréhension de Deadpool.

- Pas une skateuse mais une stalkeuse. Une fan, une groupie.

Il se tut un instant, songeant qu'il devrait détailler directement avant une nouvelle incompréhension.

- La petite asiatique. Sasha. Elle en pince pour toi je crois. Dans le sens où elle semble t'aimer plus que bien. Elle est toujours à te suivre, à te regarder avec les yeux de l'amour. Si tu veux mon avis, si l'envie te prend, tu sais vers qui te tourner dit-il en riant doucement

Le sérieux lui revint toutefois rapidement à mesure qu'Isha commençait enfin à se livrer plus profondément. James se penchant légèrement en avant, posant ses coudes sur ses cuisses ; posant son menton sur l'un de ses poings fermés. Il fronça brièvement les sourcils. Bien-sûr qu'il comprenait, bien-sûr qu'il avait plus qu'une idée de ce que cela pouvait représenter. Alors, à nouveau, l'escort boy se mura dans un silence, écoutant avec une attention toute particulière les mots de son ami. Il opinait de temps à autre la tête, signifiant ainsi qu'il continuait d'écouter. Jusqu'à ce qu'Isha ne s'excuse.

- T'excuse pas, bro dit-il simplement

Il se racla la gorge, posant une main sur l'épaule de Deadpool.

- Je te comprend, plus que tu ne le penses. Je me suis toujours senti différent. En tout honnêteté, je me suis toujours senti meilleur que les autres et tu sais pourquoi ? Parce que toi comme moi, on est des acharnés. On est capable de faire ce que les autres refusent de faire, même s'ils en meurent d'envie, ils sont pas assez forts pour supporter les regards. Quand on a un objectif, on devient obsédé par ça, quitte à aller trop loin pour réussir.

Inconsciemment, son visage se redressa, son cou s'étendit, comme par fierté.

- On va le trouver ce Clochette, même si on doit tout perdre pour ça. Et si tu dois vriller au passage, je serais là. J'te jugerai pas, j'te verrais jamais comme un monstre. À mes yeux, t'iras jamais trop loin. Mais... tu réalises que si tu atteins cet objectif... tu ressentiras peut-être un vide derrière ? Peut-être qu'il te faudrait alors un nouvel objectif et... ainsi de suite ?
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Where do we go from here

Mar 18 Avr - 12:45

Je souris à l’explication de James quand a « mon amoureuse » et balaye d’un geste cette idée.

« Mais non !! Ou tu vas chercher des trucs pareils ? C’est une gamine rigolote aime les comics. Je sais même pas quel âge elle a… »

A taille de boobs je dirais 14/15 ans, pas sur qu’elle soit en age a envisager les mec autrement que comme des super copains. Je soupire quand même a l’idée de me remettre en couple, parce que moi, j’ai quand même l’âge de ca.

« Des fois, je me dis que je devrais tourner la page d’Emie, essayer avec quelqu’un d’autre pour autre chose que du cul. Te foue pas de ma gueule, mais, j’aimerais vraiment avoir un délire cucul comme trouver une personne qui sache m’aimer aussi, comme je suis, partager plein de trucs avec, mais je crois que j’ai plus de chance de voir la reine d’Angleterre me faire chevalier que vivre ca. Et toi? T'as jamais voulu une famille? Une nana qui serait LA nana? Des enfants?»

Mon rire est un peu amer. Pendant longtemps, j’ai cru que mon rêve était de me dégoter une Harley et de me faire la cote est du pays en prenant du bon temps, maintenant que je sais qu’en fait, ce que j’ai toujours voulu est une famille, sans vraiment réussir a en construire une source de souffrance très vive. Avec Emilie, j’ai enfin ouvert les yeux sur le fait que le problème vient de moi. Je reste a regarder Jaimes alors qu’il a tellement raison sur toute la ligne.

« Putain, ca me fait tellement de bien de t’entendre le dire. En fait, ca me parait… logique… du coup, je capte pas vraiment pourquoi ca coince pour les autres. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière sans bruler la ferme et tuer le fermier non ? Ils savent ce qu’ils veulent, ils sont contents qu’on fasse ce qui doit être fait mais on est bon a jeter apres qu’ils ait eux le lot parce que ca reste pas bien selon eux. »


Ca me parait si injuste et tellement d’actualité avec ma vie. Cet enfant et ses parents que j’avais tués pour sauver Gemma qui m’avait couté cher, ces gens que j’avais massacré des connards pour sauver mon tuteur, mais qui avait fait que je n’avais plus le droit de vivre avec lui, ou ces NE que nous avions essayés de contenir pour nous faire traiter comme des terroristes. Je soupire rien qu’a y penser avant de taper fraternellement dans le dos de mon bro. C’est sincèrement que je lui dis :

« Et t’as pas a juste te sentir meilleur, sans déconner, tu l’es. J’ai jamais rencontré un mec comme toi, tu hésites pas, tu sais toujours ce qui doit être fait… merci d’être là Bro. »

Je hausse les épaules quand il me demande si sans clochette je ne vais pas me sentir vide. En fait, j’aspire tellement a ne plus ressentir le poids de cette entrave. C'est presque dans un souffle que je lui reponds, comme si cela n'etait qu'un doux rêve, la fin d'une douleur lancinante qui me ronge:

« Je pense que je serais libéré … »

Je me redresse soudain en m’essuyant les mains sur le premier cadavre pas trop dégueu. Je ne me sens pas rassasié par ce peu d’action que nous avons eue.

« Tu sais quoi? Il y a un garage pas loin, ca te dit qu’on aille jeter un œil pour voir s’il y a du stuff a récupèrer pour JK ? avec un peu de chance, ca sera moins chiant que ces types... »


Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Where do we go from here

Mar 18 Avr - 17:30

Difficile de ne pas voir la courbe qui vint égayer les lèvres du brun à l'explication sur la jeune asiatique. Imitant par réflexe son vis à vis, James se mit lui aussi à sourire en hochant vigoureusement la tête.

- Ne balaies pas l'idée si rapidement. Tu me connais, j'aime observer les choses, les gens

Le britannique y avait été habitué depuis toujours, un peu comme un instinct de survie chez lui. Observer les autres pour savoir ce qui était dans la norme, pour comprendre ce que son cerveau n'imprimait pas, pour devenir ce qu'on attendait de lui.

- Alors ouais, elle aime les comics et elle nous admire toi et moi. Mais moi, ça s'arrête à l'admiration de gamine comme tu dis. Toi, je peux mettre ma main à couper que c'est bien plus que ça. Elle te kiffe ! Et j'peux t'assurer un autre truc, c'est qu'il y a rien d'illégal là-dedans, elle est majeure. 22 ans ou 23 je sais plus dit-il joyeusement

Mais son air joyeux s'évapora, envolé avec le souffle d'Isha qui venait à nouveau à soupirer. Un pli presque soucieux venait trouver place entre ses yeux, écoutant une nouvelle fois le brun avec attention.

- J'crois que tu idéalises beaucoup la chose. J'comprends que tu veuilles un truc cucul mais je crois aussi savoir que tu l'as déjà eu, ce genre d'histoire et pas qu'une fois. Perso, je crois pas aux âmes sœurs. Je pense que tu peux trouver LA nana comme tu dis mais elle fera son temps. Jusqu'à ce que tu retrouves une autre et ainsi de suite.  Faut se contenter des instants de bonheur comme ça, profiter tant que ça dure. Tout est un perpétuel recommencement, même les histoires cucul. Après, c'est que mon avis dit-il en haussant nonchalamment les épaules

Le britannique ne s'autorisa que quelques secondes à la question qui lui fût posée. Il ne cherchait pas l'amour, il ne l'avait jamais cherché. Car pourquoi vouloir quelque chose qu'il ne comprenait pas, qu'il ne ressentait pas ? Personne ne pouvait lui convenir, il se suffisait pleinement.

- ça ferait un peu narcissique si je te disais que la seule raison pour laquelle j'aimerai avoir un gosse, ça serait pour avoir un mini moi ? lâcha-t-il en riant doucement Plus sérieusement, non je ne crois pas vouloir fonder une famille. J'ai trouvé ma place aujourd'hui. On est tous différent, certaines veulent une famille, d'autres non. Et moi, je suis bien tout seul, sans avoir à réfléchir si mes actes ou mes paroles auront un impact sur quelqu'un, sans vivre dans la peur qu'il arrive quelque chose.

La peur, un autre sentiment qu'il ne connaissait pas mais pour lui, cela représentait plutôt comme un moyen de pression à avoir sur lui. Et l'ancien garde du corps voulait toujours demeuré maître de son jeu. Seul.

L'escort boy se contenta ensuite d'hocher la tête aux mots criant de vérité d'Isha. Ils faisaient tous les deux parties de ceux qui osaient, qui se battaient et qui faisaient en sorte que ce que la vie ne leur donnait pas, ils le prenaient.

- Au final, c'est eux qui devraient avoir honte. De penser mais de ne jamais oser. De vouloir tout en étant lâche et d'envoyer d'autres comme nous au charbon. C'est eux qui sont à plaindre, c'est eux qui sont bons à jeter, pas toi

Un bref sourire lui revint alors lorsqu'Isha le gratifia d'une tape amicale dans le dos. Ce sourire s'intensifia en entendant Deadpool lui confesser qu'en effet, il était le meilleur. Gonflé de fierté, un ego surdimensionné, James ne pouvait qu'acquiescer. Isha avait beau souvent se tromper, cette fois-ci faisait exception à la règle. L'anglais était le meilleur, il en avait toujours été persuadé et l'entendre à voix haute ne pouvait que le conforter dans cette position.

- Merci dit-il sans humilité, aucune, le torse presque bombé mais dans une voix qui transpirait la sincérité.

Le britannique n'avait jamais vu le narcissisme comme un défaut -il n'en avait pas- mais cela était toujours appréciable de faire face à quelqu'un qui approuver et qui, finalement, ne jugeait pas.

James se redressa, à l'instar de son ami.

- Allez, j'te suis dit-il simplement

Les deux amis se retrouvèrent dans la voiture du brun. Des enceintes s'extirpaient une musique métal, faisant battre les tympans de James, les agressant, crispant légèrement son corps. Par mimétisme, il chantonnait. Il ne pouvait pas balayer des années à prétendre, à se caler sur son interlocuteur, quand bien même celui-ci était un ami. À dire vrai, James ne se rendait pas réellement compte qu'il était en train de pousser la chansonnette tant son regard s'accrochait sur le paysage, comme pour ne pas laisser la musique bien trop fort envahir son cerveau. Il devait fixer son attention sur autre chose.

Son regard bleuté s'accrochait sur tout ce qui pouvait le distraire, jusqu'à ce qu'il ne s'arrête sur un petit hameaux au loin. Ce dernier semblait être en bon état et était visiblement entretenu. Un grillage l'entourait même. James fronça les sourcils, comme pour ajuster sa vue. Des traces au sol attestaient même qu'un véhicule y passait, régulièrement

- Putain mec, regarde ces traces de pneus, on se croirait dans ton calcif lâcha-t-il en riant

De sa main droite, il montrait à Isha ce qu'il venait d'apercevoir. De son autre main, il baissa le volume de la musique, jusqu'à l'éteindre complètement.

- Regarde là bas, on dirait une paroisse mais avec des fenêtres barricadées.

Il se pencha légèrement, se collant presque à la vitre.

- Y'a un mec armé devant

Ses yeux, où la lueur maline venait de s'allumer, vinrent alors chercher ceux d'Isha.

- J'mettrais ma bite à couper que, non seulement il y a des trucs précieux là dedans mais aussi qu'ils détiennent des êtres vivants

Il sentait cette petite adrénaline se répandre doucement dans ses veines.

- On va jeter un coup d'oeil ? dit-il avec malice

Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Where do we go from here

Ven 21 Avr - 15:16

« Elle a pas 23 ans… qu’est ce que tu me raconte ? T’es p’être le meilleur dans plein de domaines mais pas pour donner des âges. Je suis incollable en datation boobs et je suis prêt a prendre les paris, elle a 15 ans max. Je mise Alanis dessus !»

Alanis c’est le nom du bouclier de Kara que je prête déjà a mon pote. Bah ouai… Alanis et Mauricette… j’ai pas l’air comme ca, mais je suis un grand comique. Enfin, la de suite maintenant, alors que j’arrive a enfin m’ouvrir sur un des sujets douloureux qui me minent. Je sais qu’il a raison, surement, mais j’ai du mal a me résigner.

« Finalement, c’est bien toi qui a tout compris tu sais ? Je pense que vouloir a tout prix une famille, c’est ce qui m’a détruit le plus. Sans ca… bah… je serais surement plus comme mon géniteur. Ca serait moche pour les autres, mais crois le si tu veux, quand je lui ai éclaté la gueule, il riait encore ce con. »

A ne pas se soucier des autres et puiser son bonheur dans l’instant et ses plaisir sadique avait eu l’air de le satisfaire. Je le revois encore, la bouche en sang, l’œil a moitié sorti de son orbite, en train de me dire qu’il avait gagné. Avec un peu d’humour, je lui lâche :

« Si un jour tu veux juste un mini toi, je peux te prêter Gemma, elle veut tellement être comme nous… sinon demande a ta pote Alex, j’ai jamais vu une poule pondeuse pareille. Elle a des gosses avec tout le monde en plus et gère le SAV… »

Mon sourire est là, même s’il prend un pli amer. Je me sens étrangement mieux qu’enfin quelqu’un semble comprendre ce qui m’agite. Même si je n’ai aucun moyen d’expliquer mes efforts pour etre « normal » qui ressemble plus a l’escalade d’un mur lisse et huilé, j’ai l’impression que je ne suis pas le seul ici a avoir fait les frais des jugements.

« Le hic, c’est qu’ils sont légions et que c’est encore eux qui dirigent le monde sans se rendre compte que c’est seulement grâce a des mecs comme nous qu’ils sont encore en vie… »

Ca vous parait pédant ? Et pourtant, ca ne l’est pas. Qu’on reconnaissent ou pas les actions des SC, on a contribué a bien faire chier les NE mais pas seulement. Même encore maintenant on continue de dératiser la zone pour se battre pour un monde ou moi je sais que je n’aurais jamais ma place. J’ai l’impression de l’avoir touché en lui disant ce qui est pourtant une vérité : ce mec est le meilleur de tous. Il est capable de tout, il capte tout… S’il y a bien quelqu’un qui peut sauver ce qui reste de l’humanité c’est bien lui.

Nous prenons la route joyeusement, au moins, chanter ca me détends. Jaimes aussi a l’air de kiffer Rammstein et ACDC. Quand il m’apostrophe c’est très spontanément et avec classe que je lui reponds :

« Tu fais chier, tu veux qu’on cause de la merde qui te colle au slip ?»

Je ralenti avant de freiner tout en l’écoutant. Bordel, ca tient plus que la route son truc. Puis, c’est avec attention que je jette un œil au site et a ma carte. C’est un pauvre bled a la con comme tant d’autre. Le genre rassemblement de pécore qui n’avaient pas les moyens d’avoir un quartier plus pres de la ville pour avoir son bout de jardin. Moins d’une 100 aines de bâtiments a la bonne époque… la, de ce que je vois, y’a que le bourg et les baraques autour qui ont tenu le choc.

« T’as vu…. Ca a été grillagé… »

Donc il faut s’attendre a un groupe de plus de 10 pecores.

« T’en penses quoi ? On y va, on se présente tranquillou pour tâter la température ou on fait un truc plus offensif ? De ce que je vois y’a qu’un mec devant la paroisse et un devant la porte du grillage de visible… »

Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Where do we go from here

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum