Le Deal du moment : -44%
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, ...
Voir le deal
86.99 €

C'est l'heure de laver le linge sales?

Ven 28 Oct 2022 - 10:38

Cela ne fait pas très longtemps que je suis revenu de Enchanted Island. J’avais promis a Elijah de lui trouver un plan de replis pour lui et sa famille pour les mettre en sécurité loin des fanatiques, j’estimais avoir dénicher pas loin d’un paradis. Connor et les siens avaient trouvé une pépite au point que j’avais même envisagé de faire venir ma propre famille là-bas. Si les choses ne s’étaient pas déroulées comme je l’espérais pour moi, il n’en restait pas moins que l’endroit ne perdait rien de son attrait pour la famille du futur ex charpentier.

En fait, sur le papier, l’ile a tout pour plaire malgré les travaux et nettoyages a faire. Elle est bien cachée, avec beaucoup de potentiels au regard des bâtiments déjà existants. Mais c’est pas ca qui m’a fait penser que c’était surement le meilleur refuge pour Elijah et les siens : c’est surtout les gosses que j’ai vu. Les Expendables avaient ramassé par mal de gamins, à eux, ou pas, j’ai pas cherché a tout comprendre, toujours est ils qu’ils ont l’air vraiment heureux et épanouis. Même si je suis pas ravi que Gemma ne soit pas restée avec Emie, force est de convenir qu’elle s’est déjà fait des copains et qu’elle semble être bien là-bas, malgré cette connerie de vouloir faire une école où elle est obligée d’aller. Bref, c’est pas le sujet.

J’avais guetté le signale du fan de Rammstein sur le panneau d’affichage religieusement avant d’enfin voir le code que nous avions prévu. J’avais rapidement laissé un lieu et je l’attendais tranquillement dans cet ancienne laverie « nettoyé » qui offrait le luxe d’une sortie vers les égouts dans sa cave. Je n’avais pris que Sam avec moi qui était a l’étage a ouvrir l’œil. En fait, je n’avais pas envie de prendre du monde avec moi, mais j’avais bien compris que ca rassurait les autres. De mon côté, j’étais plutôt confiant.

Avec ma panoplie de Deadpool, je reste assis sur une de ces anciennes machine a lire un vieux magasine abandonné ici depuis 6 ans, pas sur que les nouvelles dedans soient bien fraiches ou que ca m’intéresse de savoir si Brad s’est remis avec son ex ou pas. Y’a vraiment des gens qui ont payé pour lire ses conneries un jour ? Je redresse la tête en souriant sous mon masque quand j’entends la porte s’ouvrir et voit Elijah se ramener. C’est plutôt joyeusement et avec l’humour qui est le miens que je l’accueil :

« Ca faisait un bail papy ! »


Puis, plus sérieusement, j’ajoute :

« J’espère que les nouvelles sont bonnes pour ta famille. Tu as pu sortir ta fille de la merde ? »

Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est l'heure de laver le linge sales?

Jeu 15 Déc 2022 - 21:31

D’ici quelques jours seulement, Elijah ainsi que River, Jacob et Armand, seront bientôt rentrés à Walla Walla. Entre la réparation des dégâts causés par la tempête, les longues journées du procès et la traque des scarecrows dans laquelle River et Armand se sont lancés, le temps passé à Providence s’est considérablement allongé. Sans compter que Jacob, au vu de son état, a eu besoin de nombreux jours de repos pour se remettre de sa pneumonie. De quoi les occuper, et justement, le milicien a profité du fait que l’attention de chacun soit accaparée un peu partout pour… régler des derniers détails. Disons le ainsi.

Certains désigneraient plutôt ça comme une trahison pure et simple envers New Eden, une alliance avec l’ennemi: mais soit, cela n’a pas d’importance aux yeux du cinquantenaire. Sa famille et leur sécurité passent avant tout, surtout que d’une certaine manière… Pour parler de trahison, encore faut-il qu’il y ait eu une loyauté au préalable, non ? Ainsi, il a profité d’un moment où il pouvait passer inaperçu pour placarder un mot sur le panneau d’affichage désigné par Deadpool: codé, bien évidemment, dans une langue que sûrement personne ne parviendra à comprendre dans le coin. Comme quoi Rammstein est toujours aussi utile, malgré l’apocalypse.

Et le lendemain, il y a déjà un lieu d’indiqué: bien évidemment, le milicien prend soin de retirer cette information, pour que personne ne puisse tomber dessus. Optant pour la prudence la plus totale, il profite d’une ronde autour de Providence pour s’y rendre, accompagné d’un alibi: ou plutôt, d’un soldat lui faisant confiance. Une connaissance assimilant l’explication concernant ce “crochet” dans leur trajet sans se poser la moindre question, du moins, sans la formuler à haute voix: et comme convenu, il attend d’ailleurs au bout de la rue, surveillant les alentours.

La laverie est encore pas mal reconnaissable, malgré l’apocalypse et ses ravages, effaçant son nom au passage: au moins a-t-elle l’air être débarrassé d’indésirables et surtout, un minimum praticable. Difficile de ne pas non plus remarquer Deadpool à l’intérieur, tant son accoutrement est visible: et s’il semble pour le moins absorbé par sa lecture du moment, l’entrée d’Elijah détourne bien assez rapidement son attention. Papy. Oui, du Deadpool tout craché, impossible de le nier. Un peu dans le même registre que le vieux, dont certains soldats s’emparent à chaque fois qu’il fait une tâche sans la moindre difficulté, mais les intentions derrière sont clairement différentes.

Juste un mois, réplique-t-il, le timbre de sa voix teintée d’un léger amusement. Cela ne lui parait pas tant long que ça, surtout au vu de tout ce qu’il s’est passé entre temps… D’après la dernière lettre envoyée, oui. Écrite par sa fille Mia, les informations sont laconiques, et peu nombreuses: tant mieux d’une certaine manière, car il va sans dire que le courrier passé de main en main a bien des chances d’être lu… Et puis, si elle lui assure que tout va bien, c’est sûrement le cas non ? Il a un soupir. Pour le moment, elle en est éloignée oui. Il sait que là-dessus, il peut compter sur Hoani. Et de toute façon, sans son accord, Mia n’ira nul part: alors il fait traîner les choses, de manière délibérée. Au grand dam du général qui veut mettre la main dessus, assurément.

Au fait, d’ici quelques jours je repars au QG. Autrement dit, à moins d’être à quelques kilomètres de Walla Walla… plus aucun contact ne sera possible. Mais le milicien a-t-il réellement besoin de le préciser ? Certes le scarecrow comprend parfois uniquement ce qui l’arrange, cependant il n’est pas non plus idiot. Alors si tu veux des infos, c’est le moment. Qui sait quand il pourra revenir à Seattle, ou même s’il y reposera le pied dans les prochains mois… Rien n’est jamais sûr, à New Eden. Notamment sur le procès d’Harper. Après tout, ne s’inquiétait il pas de son sort, la dernière fois ?
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est l'heure de laver le linge sales?

Mar 24 Jan 2023 - 22:26

Je souris sous mon masque a son entrée qui est digne de lui. Il y a un truc calme et froid en lui. Autant je fais chien fou autant lui a un coté reptile que je crois que j’aime bien. Je penche légèrement la tête pour lui répondre avec un brin de malice :

« Un mois de nos jours, c’est presque une vie. »

Surtout pour les miens en ce moment où la traquer d’Armand et le manque de vivre font que chaque jour de survie est une victoire en soi. Une chance que je suis immortel. Je fronce les sourcils quand il me parle de lettre pour avoir des nouvelles de sa famille. Bon, ok, sous le masque, ca ne se voit pas, mais je pense que ca s’entend dans ma voix que je suis intrigué. Je balance le magasine avec tout le respect que je ressens pour Brad et sa nouvelle meuf : aucun. En plus c’est du papier glacé c’est même pas chouette pour se torcher avec.

« J’imagine que ta femme ne peut pas écrire sans que ca soit lu par d’autre avant que tu ne reçoives le courrier ? »

Autrement dit, il ne peut être sûr de rien. Je ne peux qu’être admiratif de la prise de risque qu’il accepte de prendre. J’imagine que si ca se savait qu’il « fricote » avec Deadpool, les représailles seraient rapide et cela serait des innocents qui paieraient en premier. Au moins, il a l’air confiant pour dire que sa fille est sauve, il faudra que je tienne au courant Evan. C’est déjà ca. J’hoche la tête, pour marquer ma compréhension, quand il me dit qu’il va repartir au « QG ». Avec cet air de provocation qui a toujours été le mien, je ne manque pas de lui rétorquer :

« Je suis sûr que je vais terriblement te manquer. »

Avant d’ajouter, plus sérieusement :

« Sache que de mon côté, tout est prêt pour ta famille. Je vous ai trouvé un point de chute. Un endroit sécurisé avec un groupe bienveillant ou il y a des enfants et même un professeur qui fait la classe. Vous serez bien là-bas, celui qui gère est un ami, il vous accueille a bras ouvert. Il reste plus qu’a voir comment organiser le reste. »

Un détail. Autant je suis confiant quant à l’accueil des expendables, autant je sais que faire sortir toute une famille de leur secte a la con, ca va être un autre souci. Je penche ma tête avec curiosité et aussi appréhension pour la jeune femme que j’aurais vraiment aimé sauver.

« Je suis tout ouïe. Comment elle va ? Il y a moyen de lui faire passer un message ? »
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est l'heure de laver le linge sales?

Dim 5 Fév 2023 - 17:35

Une nouvelle fois, Elijah constate sans trop de mal que lui et Deadpool sont pour le moins différents. Voir opposés; d’une certaine manière. Si le milicien est calme et relativement peu expressif, gardant une certaine apparence de froideur, ce n’est définitivement pas le cas de son interlocuteur dont l’expressivité semble être omniprésente. Qu’importe le fait qu’il ait un masque dissimulant la totalité de son visage: de toute façon, le ton de sa voix, ses mimiques et son comportement le trahissent déjà amplement. Je te l’accorde, admet-il finalement. Surtout dans son cas à lui et des autres scarecrows, dont les traques menées par Armand et River rendent leur survie d’autant plus périlleuse… même si c’était surement déjà le cas avant.

Le magazine que le Scarecrow tenait dans ses mains virevolte, avant de s’échouer au sol: mais l’attention de l’ancien agent du FBI ne s’attarde pas dessus, tandis que son vis-à-vis lui pose déjà des questions. Exactement. Un courrier sera toujours lu à New Eden, alors quand ça voyage autant… Nul besoin d’expliquer qu’il y a donc plusieurs lecteurs entre l’envoyeur et son destinataire, n’est-ce pas ? Mais il suffit d’avoir quelques astuces, pour détourner cette surveillance. Pas de messages codés clichés, loin de là, mais l’utilisation de termes spécifiques suffit amplement, et passe d’autant plus à la trappe aux yeux des lecteurs indésirables.

Face à l’air provocateur de Deadpool, devenu plutôt habituel, Elijah lève presque automatiquement ses yeux au ciel… le tout accompagné d’un vague sourire. J’aurais plutôt dit le contraire, commente-t-il finalement, avec un côté légèrement provocateur, lui aussi. Mais peut-être de manière plus subtile que son vis-à-vis, d’une certaine manière. Son sérieux ne le quitte néanmoins pas, et il hoche la tête à ses propos. Je vois… c’est une bonne nouvelle. Il n’a certes pas de preuves qui viendraient confirmer ses propos, mais il doit néanmoins se fier aux promesses du masqué: et cela sera une bonne manière de s’en assurer, justement. Qu’en sortant de tout ça, il emmènera bien sa famille au lieu promis. En sécurité.

Il ne reste plus qu’à les faire sortir de là, dans ce cas. Soit la partie la plus compliquée, et dangereuse, de tout ce plan. Il est loin de se douter qu’il ne trouvera pas de porte de sortie, et qu’entre temps, leurs chances de s’échapper seront considérablement amoindries avec la disgrâce d’Hoani… Elle est résignée, répond-t-il, quand il lui demande des nouvelles d'Harper. Qu'elle soit dans cet état est tout bonnement logique, même si Elijah ne la plaindra pas, loin de là. Elle savait où elle mettait les pieds, et ce à quoi elle participait: jouer avec New Eden de la sorte, c’est prendre le risque de se faire attraper.

Elle a été condamné à dix ans de travaux forcés, au bidonville du QG. Nul besoin de préciser ce que cela signifie, n’est-ce pas ? Elle n’aura que peu de chances d’en revenir vivante, et sera désormais bien loin de Seattle. Hormis ça, il n’a pas grand chose à dire de plus dans son état… Elle y sera emmenée au prochain convoi, donc d’ici peu de temps. Inutile donc pour lui d’envisager un moyen de la libérer, c’est de toute façon impossible. Si tu en as un à lui transmettre, je peux le lui passer. Enfin… s’il le fait réellement.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est l'heure de laver le linge sales?

Dim 2 Avr 2023 - 14:46

Je le regarde avec un air grave. En fait, je ne peux qu’imaginer ce qu’il est en train de m’expliquer. Je ne me rends pas compte a quel point toute ma vie n’a été qu’une fuite d’écorché vif en quête de liberté. Mes fugues, mes coups d’éclats… si j’avais gouté a la paix rangée d’une vie d’esclave, maintenant, je ne supporterais plus ce genre de collier. Un animal qu’il faudrait abattre faute de pouvoir le garder en captivité.

« Je n’arrive pas a comprendre comment des êtres humain peuvent espérer une unité avec ce mode de vie. La loyauté se gagne, elle ne s’impose pas… »

D’un côté, ça les fragilise, de l’autre, ca laisse peu de marge de manœuvre pour organiser la fuite. Au moins, je ne me pose même pas la question de savoir si ca femme voudra, ou pas, quitter les fanatiques. Pour moi c’est évident que personne ne voudrait rester dans cet enfer. J’hoche la tête avec un sourire un peu cynique sur le fait qu’il n’y a plus « qu’a » faire sortir sa famille. C’est surement la partie la plus compliquée du plan, surtout que je ne peux pas intervenir. Je sors une carte et la pose sur une ancienne machine a lavé :

« Tu penses que tu pourrais faire sortir ta famille jusqu’où ? Je peux prévoir un convoi et me rapprocher un maximum, mais pas faire de miracle non plus. Tu as une idée de jusqu’où tu pourrais aller ? »

Il y a pas mal de bois et foret autour de leur QG, mais impossible de faire un repérage. Je n’ai pas assez de monde pour ça sans compter que la pression ici reste importante. A la mention d’Harper je retiens mon souffle, même si je connais peu la jeune femme, je me sens concerné par son sort comme celui de tous ceux et celles qui m’on suivi. Le fait qu’elle n’est pas été torturée pour être exécutée en place publique est une bonne chose, ca nous laisse un peu plus de temps pour trouver des solutions, sauf que je sens qu’en attendant, c’est un chemin de croix qui l’attend.

« Dis lui de ne pas perdre espoir. Que s'il y'a un seul moyen de la sortir de là, je le trouverais et je le ferais. »

Je plante mon regard dans le sien avant de continuer :

« Je vais avoir besoin de toi sur ce coup là. C’est une brave fille qui n’aurait pas du etre ou elle l’a été. Elle a des gens qui tiennent a elle… Aide moi a trouver comment la sortir de cette merde. De la ou je suis, je ne peux rien faire sans aide en interne. »
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est l'heure de laver le linge sales?

Dim 9 Avr 2023 - 22:25

Parce qu’ils ne veulent pas réellement d’unité, tout simplement. L’uniformité de la population est tout ce qui les intéresse, et ils ont suffisamment de moyens pour faire plier les individus récalcitrants dans ce sens. Pour les modeler selon l'idéologie du groupe, de gré ou de force. Il leur est plutôt facile de briser un esprit, pour en forcer la loyauté, par exemple. Elijah pense tout particulièrement à Ray, en prononçant ces mots: certes, il ne connaissait absolument pas le jeune homme avant sa thérapie de conversion, mais il fait indéniablement partie de cette catégorie, les individus brisés et dociles comme des agneaux. Une triste réalité.

Le milicien regarde Deadpool sortir une carte, tout en l’écoutant: il s’approche, puis reporte son attention sur le papier désormais étalé sur une machine à laver, tout en réfléchissant. Il est certain que le Scarecrow ne pourra pas s’approcher bien près de Walla Walla, au risque de se faire facilement cueillir… Même Kennewick, ville dont le groupe se sert pour sa gare, est bien trop risquée. Jusqu’aux alentours de Yakima, sûrement. Nous n’aurons pas d’autres choix que de nous éloigner le plus possible, Kennewick est trop risqué. Le groupe se sert de la gare non loin pour se déplacer. Un regard vers le masqué. Est-ce que c’est suffisant ?

Normalement, ça devrait l’être, tant pour l’un que pour l’autre: un trajet qui ne serait sûrement pas simple de son propre côté, en devant fuir le plus loin possible de la ville principale de New Eden, mais il est bien conscient qu’ils n’ont pas d’autres choix, présentement. Néanmoins le sujet de la conversation change, lorsqu’il parle finalement d’Harper: Deadpool lui fait part du message à lui transmettre, et s’il est un peu dubitatif en l’entendant, il ne fait pas le moindre  commentaire dessus. Qu’importe si ça lui paraît bien trop utopiste. Je lui transmettrai. Ou peut-être pas, qui sait: il n’a pas tellement envie de donner la moindre once d’espoir à la scarecrow capturée, encore trop rancunier à son encontre pour ça.

Je verrais ce que je peux faire. Mais au vu de sa nouvelle situation et son statut de Scarecrow, je ne sais pas si je pourrais faire grand chose. Autant être honnête là-dessus: Harper sera sûrement surveillée, plus ou moins, une fois mise au bidonville. Le contraire serait bien étonnant, de toute façon. Et aussi… L’aider n’est pas dans ses plans, loin de là. Pour le moment. Après un temps de silence, Elijah reprend finalement la parole. Au fait… tu faisais référence à la culpabilité de Mason, la dernière fois. Quand ils se sont retrouvés piégés sous terre. C’était par rapport à quoi ? Il devait bien y avoir quelque chose derrière ça, non ? Hormis quelques bribes d’informations, Elijah en sait peu concernant la période durant laquelle l'ex shérif et quatre autres de leurs hommes ont été pris en otage. Il n’a pas eu l’occasion d’en parler avec lui, non plus. Alors… autant en avoir une première version, non ?
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est l'heure de laver le linge sales?

Lun 1 Mai 2023 - 0:43

J’ai un rictus qui en dit long sur ce que je pense de cette façon de faire. Vue ce que j’ai appris de ce qui se passe, leur méthode a l’air de surtout faire tout le contraire.

« Visiblement, ca a pas l’air de trop bien marcher leur truc… »

Au final, je trouve cela amusant que dans leur connerie, les charpentiers n’aient réussi qu’a unifier des connards dans mon style. Des gens qui n’ont rien d’autre en commun que cette soif de vengeance et de libération de Seattle. Sans eux, je suis sûr que la plupart ne se seraient même pas adressé la parole au NML sans se foutre dessus.

Je reste concentré sur la carte, c’est chaud, ça va demander une belle organisation et pas mal de prouesse, mais au final, ca fait plus d’un an qu’o, survie grâce a ça. Y’a moyen…. Y’a vraiment moyen.

« Ça va pas être une partie de plaisir, mais ca peut le faire. Sur Yakima y’a pas mal de petits hameaux ou vous cacher le temps que l’on vous intercepte. Je prévoirais assez de monde pour organiser une diversion si besoin… »

Je sais que je n’aurais qu’a demandé aux autres des volontaires pour en avoir. La loyauté que j’avais fini par gagner a être de ceux qui sont en première ligne, a ne pas abandonner mes camarades et a ne jamais les trahir, avaient instauré cette force entre nous. Les girouettes qui changeaient de camps ou a la conviction tiède avait vite été écartées du groupe. Je ne serais pas étonné de les découvrir, pour certains, a Providence, copinant avec leur ennemis d’hier pour espérer se faire une place parmi les charpentiers. Au final, ceux qui étaient restés étaient de ceux a qui je confierais ma vie et vice versa

« Merci… je sais que ca te fait déjà prendre de gros risques… mais je ne peux pas la laisser dans cette merde sans rien essayer. »

Je soupire en me sentant impuissant et il n’y a rien que je deteste plus que ca.  Je releve la tete quand il me parle d’un de ceux que j’ai laissé partir vivant, estimant que c’était pire que le tuer pour lui.

« Il a été au bordel avec d’autres connards, dont le fameux clochette. Ils ont choppé une des nanas qui bossaient là-bas.. je sais que ca peut paraitre con de le préciser, mais la plus part des filles qui vivaient au Rov, c’était des chouettes nanas qui avaient juste pas eu d’autres choix pour avoir a bouffer et un toit au-dessus de la tête.  Celles qu’ils ont vue ce soir la s’appelait Théa, c’était une gentille fille, pas du genre a faire des problème. Elle a été violée par tous ces hommes, ils ont joué avec avant de la bruler vive… »

Je serre les poings sentant la colère montée rien que de repenser a ce qui me broyait les tripent de haine :

« Je sais pas ce qui est le pire, l’injustice ou l’hypocrisie. Il n’a même pas été capable de me dire ce qu’il foutait dans le bordel alors qu’il m’a dit avoir une femme… il a juste bredouiller des excuses genre il avait pas le choix, j’imagine que ca lui permet de dormir la nuit sans trop penser au supplice de Théa…. »


Spoiler:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est l'heure de laver le linge sales?

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum