Le deal à ne pas rater :
Jeux, jouets et Lego : le deuxième à -50% (large sélection)
Voir le deal

+2
Nihima Sihasappa
Casey Maverick-Summer
6 participants

the invisible guest - alma

Lun 13 Juin - 17:16


ALMA B. JAMESONtell me more about you

prénom(s) : Alma Belén
nom : Jameson
date de naissance : 14 février 1999
âge : 23 ans

ville de naissance : Seattle
métier : Employée chez Wendy's, une chaîne de fastfood
groupe : The Haven

avatar : Hannah Kleit

what i am

qualites
Courageuse
Intuitive
Intègre
Loyale
Sincère
defaults
Impulsive
Emotive
Méfiante
Influençable
Susceptible
Equipement :
Un sac à dos contenant une trousse de secours, une lampe de poche à rechargement manuel, une boite d'allumettes presque vide, deux ou trois conserves à peine périmée, un sac de couchage, une paire de grosses chaussettes tricotées par mémé, des gants tricotés par mémé et un bonnet made in asia probablement tricoté par une personne sous-payée.
Plus un cran d'arrêt dans la poche et un k-way super moche qui s'accroche à la ceinture.
     
Details physiques :
Alma est plutôt grande et élancée, ce qui ne lui a jamais vraiment valu l'attention des garçons de son âge avant que le monde tourne au désastre. Elle a des cheveux noirs qu'elle porte au carré depuis l'arrivée des rôdeurs pour limiter le risque de se faire attraper de façon stupide. Des yeux foncés surmontés d'une paire de sourcils épais et souvent froncés lui donnant l'air plutôt revêche, des lèvres pulpeuses qui n'esquisse que très rarement de timides sourires. Des tatouages floraux lui recouvrent le dos et les bras depuis plusieurs années, et une cicatrice lui barre le mollet suite à un accident survenu deux années plus tôt.

Psychologie

Comme pour beaucoup, le caractère d'Alma a bien changé durant ces six dernières années. Au début de l'épidémie, elle n'était encore qu'une jeune adolescente en pleine recherche d'elle-même, tiraillée entre ce qu'elle était et ce que la société voulait qu'elle soit. Enthousiaste et impatiente comme on peut l'être quand on n'a que seize ans, prête à mordre la vie à pleine dents, c'est finalement la vie qui cherchera à la mordre et mettra un frein à l'existence assez peu palpitante qu'elle vivait jusque là.
Catapultée dans un monde où les faibles sont la proie des forts, Alma a dû s'endurcir rapidement. L'oisiveté quasi-intrinsèque à son âge s'est rapidement envolée. Elle ne manque pas de courage, et sait se mettre en danger lorsque la situation l'exige, n'hésitant pas à venir en aide à ceux qui en auraient besoin. Cela dit, avec les années, elle a aussi compris que beaucoup de gens pouvaient être mal intentionnés et y réfléchit à deux fois avant d'apporter son secours à une personne qu'elle ne connait pas. Sa méfiance, acquise et non pas innée, lui aura sauvé la mise de nombreuses fois. Parce qu'elle sait suivre son instinct, et que ce dernier ne la trompe que rarement.
Elle fait confiance à ses émotions et ses pressentiments, et personne ne réussira à la convaincre si elle sent jusque dans ses trippes que ce n'est pas une bonne idée. Malgré cette intuition, son jeune âge joue en sa défaveur et elle se montre souvent influençable lorsqu'elle est face à quelqu'un qu'elle respecte ou qu'elle admire. Parce qu'elle veut appartenir à quelque chose de plus grand qu'elle-même, qu'elle à besoin d'un moteur pour trouver un sens à son existence, et que parce que dans un monde aussi perdu que celui dans lequel elle évolue, elle n'y a bien qu'à ses idéaux qu'elle puisse encore se raccrocher.
Elle n'est pas du genre à mâcher ses mots ou à édulcorer ses propos. Même si sa sincérité confine parfois à l'irrespect, elle préfère dire ce qu'elle pense clairement et abhorre au plus haut point ceux qui ne disent jamais vraiment ce qu'ils ont en tête. Très émotive, elle peut parfois se montrer blessante lorsqu'elle est triste ou en colère, ce qui arrive de manière plutôt fréquente. Si les émotions à fleur de peau sont généralement l'apanage de l'adolescence, le fait d'avoir été catapultée si vite et si brutalement dans l'âge adulte lui donne des difficultés à se débarrasser de cette mauvaise habitude.
Malgré son mauvais caractère, elle fait preuve d'une loyauté sans borne envers les personnes qui lui sont chères et auxquelles elle tient. Elle n'hésitera pas à foncer tête baissée pour défendre ses proches, quitte à prendre parfois des risques inconsidérés. Cette qualité chez elle est bien sûr à double tranchant : elle n'accorde sa confiance qu'une seule et unique fois. Si cette dernière est brisée, il n'y a aucun retour arrière possible. Parce que ça touche à son égo, à ce en quoi elle croit le plus, et qu'elle est bien trop susceptible pour accepter un affront pareil.
En de rares occasions, lorsqu'elle baisse vraiment sa garde, on peut avoir un aperçu de la personne qu'elle serait devenue si l'apocalypse n'avait pas fondu sur le monde. La malice dans les yeux, les gestes tendres, et un rire joyeux que l'on n'entend malheureusement presque jamais. Dans ces moments là, c'est tout son visage qui s'illumine et qui rayonne, lui donnant presque l'air plus jeune qu'elle ne l'est vraiment.




Story of survival


Alma est née le 14 février 1999 à Seattle dans une famille issue de la classe ouvrière. Fruit de l'amour entre un père mécanicien originaire du Missouri et d'une mère au foyer originaire d'El Cedral au Mexique, elle grandit avec son frère jumeau bercée par les deux cultures. Avec son père, elle parle en anglais. Avec sa mère, elle parle espagnol. Avec son jumeau, elle n'a pas besoin de parler. Ils se comprennent sans avoir besoin de mots, et au besoin, se fabriquent même leur propre langage. Là où va l'un, l'autre suit, cachés dans une bulle qu'aucun autre ne semble capable de pénétrer. Les parents s'inquiètent mais le médecin de famille leur assure que c'est tout à fait normal. Pas de télépathie ou autres sensations mystiques, mais une relation des plus fusionnelles.

Son enfance se déroule sans encombre, malgré un désintérêt manifeste pour l'école et un certain attrait pour les bêtises. Bien que fusionnelle avec son frère, elle se lie sans problème aux autres enfants et se fait plusieurs bons amis qu'elle gardera très longtemps. Malgré ses notes plus que moyennes et sa propension à faire les quatre cent coups (entrainant ses camarades avec elle), elle est aimée de ses professeurs et du personnel. Il faut dire qu'avec une bouille pareille, on vous donnerait le bon dieu sans confession. Il faut que jeunesse se passe parait-il, et de toute façon les punitions ne sont pas du tout efficaces. Les bavardages, les chewing-gums en salle de classe, les vols de desserts à la cantine, ... Petits enfants, petites bêtises.

Le virage vers l'adolescence est un peu trop serré et Alma finit rapidement dans le décor. Ses notes dégringolent de plus en plus et elle finit par abandonner l'école à l'aube de sa quinzième année. De toute façon, les diplômes ça ne sert à rien ! Elle, ce qu'elle veut, c'est tracer sa propre voix. Avec son frère dans son sillage, elle est persuadée qu'elle peut conquérir le monde. C'est pourtant au Wendy's, le fast food du coin, qu'elle finit employée. Elle travaille en caisse et en salle, elle fait le sale boulot que personne n'a vraiment envie de faire, mais il faut bien gagner sa vie. Son frère livre des pizzas, ce qui n'est pas spécialement beaucoup plus brillant. Avec leur maigre salaire, ils vivent ensemble ce qu'ils s'imaginent être la grande vie.

Leur mère est malade depuis quelques temps déjà, et leur famille est bien trop modeste pour espérer s'offrir des soins de qualité. Alma fait pousser du cannabis dans la chambre qu'elle partage avec son frère, parce qu'elle a lu sur internet que ça pouvait aider à soulager les douleurs. Elle n'y touche pas, pas plus qu'à la cigarette, parce qu'un cancer dans la famille c'est déjà plus que suffisant. Et puis elle fait déjà suffisamment de conneries comme ça pour s'en rajouter. Elle pense que les choses finiront bien par s'arranger, que peut-être que les gens comme elle aussi peuvent prétendre à un happy end. Puis l'épidémie commence et la vie s'occupe de mettre les points sur les i. Les happy ends, c'est vraiment de la connerie.


octobre 2015 - Lorsque l'épidémie débute, Alma est chez elle à Seattle. De toute manière, elle n'a jamais quitté cette ville, alors ça n'a rien de surprenant. Comme tout le monde, elle suit les infos à la télé et à travers les ragots et potins qu'on s'échange à la pause sur son lieu de travail. Il y a un peu d'inquiétude, mais surtout une certaine forme de résignation. Des gens qui s'entretuent, ça arrive tous les jours. Des bagarres qui éclatent, c'est un peu le quotidien dans le quartier où elle habite. Elle en a vues, des choses moches, depuis qu'elle est assez grande pour marcher toute seule, alors probablement pas de quoi s'alarmer comme une bande de cul-serrés vautrés devant CNN, pas vrai ? Les gens qui tuent d'autres gens, ça a toujours existé après tout. Et puis finalement, ça à l'air d'être plutôt sérieux. La petite famille serait bien tenté de s'en aller, mais la santé de la mère empêche tout déplacement. Maintenant, la seule chose à faire c'est d'attendre et de prendre son mal en patience. C'est le père qui sort pour ravitailler la famille comme il peut, jusqu'à ce qu'un jour il ne revienne plus. Alma pense qu'il est mort, son frère pense qu'il s'est fait la malle avec les dernières économies de la famille.

janvier 2016 - Dans cette partie de la ville, l'électricité est rapidement tombé en rade. Pas de chauffage, pas d'eau chaude. Et puis finalement, plus d'eau du tout. Et comme une galère n'arrive jamais seule, les températures dégringolent. Les deux adolescents calfeutrent les fenêtres et les portes comme ils peuvent pour empêcher le froid de s'installer. On enfile un pull, puis un deuxième. On sort les chaussettes de ski et les gros blousons. On s'enroule jusqu'à disparaître sous les plaids et les couvertures. Les conditions de vie sont déplorables : on mange peu, on dort mal, on rationne les réserves d'eau et la réserve de médicaments s'amenuise. La santé de la mère se dégrade sous le regard impuissant de ses enfants. Il n'y a rien d'autre à faire qu'à attendre. Attendre une amélioration miraculeuse. Attendre une victoire militaire. Attendre la mort peut-être. Certains voisins ont quitté les lieux au début de l'épidémie, d'autres ne sont jamais revenus de leurs escapades, alors il y a de quoi faire dans les appartements mitoyens. Des vêtements chauds, des conserves, des couvertures supplémentaires et parfois quelques médicaments. De quoi survivre un peu plus longtemps, même si on n'y croit plus vraiment.

mai 2016 - Le temps s'est réchauffé et les rôdeurs ont commencé à se disperser. Il devient plus simple de se déplacer dans les rues sans finir en buffet à volonté, mais malheureusement les magasins commencent eux aussi à se vider. Il ne reste plus rien d'intéressant, et les survivants se bagarrent durement le peu qui reste. Finalement, les hommes se révèlent encore plus dangereux que les revenants. Ayant échappé de peu à une agression, Alma n'est plus autorisée à partir seule pour chercher de quoi subsister, ce qui provoque des conflits entre les jumeaux. Si la mère a miraculeusement survécu à l'hiver, ses deux enfants savent que ses jours sont comptés. Impossible de la transporter jusqu'à un camp de survivant dans son état, et de toute façon, il n'y a plus rien à espérer. Tout ce qu'ils peuvent faire, c'est lui donner de la morphine pour soulager sa douleur. Morphine gracieusement offerte par un nouveau venu dans l'appartement : Jackson. 20 ans, étudiant en sociologie. Pas d'armes, pas de vivres, pas de compétences utiles, mais un sac de sport rempli de médocs. On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a. Et puis les mecs gentils avec une gueule d'ange, ces temps-ci, ça ne coure pas les rues, alors autant lié l'utile à l'agréable.

août 2016 - La mère est décédée. Jackson, Alma et son frère sont restés dans l'appartement jusqu'à ce que l'odeur devienne insupportable, incapables de se débarrasser du corps. De toute façon, ils n'auraient pas pu continuer à vivre ici. Les magasins sont vides, les quelques denrées amassées arrivent à date de péremption et les groupes de survivants sont de plus en plus violents. Décision est prise de quitter la ville pour s'enfoncer dans la campagne, et advienne que pourra. Jackson se gavait d'émissions du genre Man VS Wild, mais la théorie et la pratique, ça n'est pas la même chose. Sans arme digne de ce nom, ils n'arrivent pas à chasser. Alma apprend à poser des collets grâces aux explications nébuleuses de Jackson, son frère jumeau se perfectionne à la pêche. Bon an, mal an, le trio survie péniblement. Les ressources sont maigres, les cernes s'assombrissent et les joues se creusent. Au cœur de la tourmente, l'étincelle du premier amour embrase Alma. Jackson est plus âgé, et de ce fait forcément plus attirant. Et puis, il faut bien trouver un peu de bonheur pas vrai ? Ça lui donne un peu de baume au cœur, un peu d'espoir aussi. Ça lui donne le sentiment que tout est encore possible, que rien n'est perdu.

février 2017 - L'hiver est rude, comme celui de l'an passé. Les trois jeunes adultes s'abritent de maison en maison, en rase campagne. Ils restent en mouvement au maximum pour éviter les mauvaises rencontres. Les infectés, ils en font leur affaire. Les groupes de pillards, c'est déjà une autre salade. Ils se nourrissent des quelques prises qu'ils parviennent à attraper et des boites de conserve (dernières denrées non périssables) qu'ils trouvent au gré de leurs errances. Ils ont pris le pli à présent, et ils font contre mauvaise fortune bon cœur et joyeux visage. Les moments de détente et de douceur sont peu nombreux, mais ils se produisent néanmoins de temps à autres. Jackson apprend à Alma à se servir du cran d'arrêt qu'il lui a offert pour Noël. Par les temps qui courent, il vaut mieux faire des cadeaux utiles. Les sages caresses laissent place aux étreintes plus passionnées et un nouveau chapitre de leur vie s'ouvre. Parce que c'est ça leur vie désormais. Plus d'espoir de retour à la normal, plus d'espoir de remède. Ils font leur lot de mauvaises rencontres mais s'en tire toujours à bon compte. Les blessures sont superficielles. Plus de peur que de mal comme on dit. Ils font aussi de belles rencontres, du genre de celles qui redonnent foi en l'humanité.

octobre 2017 - Le trio se trouve une petite place dans une communauté nomade. Il n'y a pas grand chose mais la solidarité est de mise. Dans le lot, il y a une jeune maman et son bébé de quelques mois ainsi qu'une vieille dame ne parlant que l'espagnol. Des individus sur lesquels personne n'auraient parié une pièce au début de l'épidémie, et pourtant elles étaient toujours là. La troupe est dysfonctionnelle, mais elle tient bon malgré tout. Il y a une ambiance plus sereine et beaucoup d'entraide, comme dans les communautés autonomes dont on parlait parfois aux informations. La plupart du temps, l'humeur est légère. Le groupe se déplace souvent, pour trouver des vivres et tout le nécessaire pour survivre dans les meilleurs conditions possibles, sans jamais vraiment s'éloigner de Seattle. De toute façon, ils ne sont pas véhiculés, et la vieille abuela ne peut pas marcher bien longtemps sans se fatiguer. Pour les jumeaux, elle fait office de figure maternelle. L'un des survivants du groupe maîtrise l'art de la chasse et apporte régulièrement de la viande au diner. Petit à petit, Alma se remplume et reprend du poil de la bête. Bien qu'elle ne sache pas chasser, elle fait de son mieux pour être un membre actif de la communauté.

juillet 2018 - La chaleur rend les déplacements difficiles, surtout pour les plus fragiles. Les bâtiments n'étant plus entretenus depuis longtemps, ils n'offrent plus la même sécurité qu'au début de l'épidémie. Pour ne rien arranger, les boites de conserve commencent doucement à arriver à leur date d'expiration et la pression monte pour les chasseurs du groupe. Certaines personnes en sont parties, d'autres sont arrivées pour les remplacer, et la vie continue, naviguant entre les hauts et les bas. Pour survivre, il faut créer des alliances, aussi fragiles puissent-elle être. Ça permet à la petite troupe de faire du troc et de se procurer les denrées et les médicaments dont elle manque cruellement. Parfois, les échanges tournent mal. Les rôdeurs ne sont pas les seuls à avoir perdu leur humanité, et Alma le réalise chaque jour un peu plus. A une époque où l'entraide pourrait fait la différence, certains choisissent le chemin de la violence. La raison du plus fort est toujours la meilleure, parait-il.

mai 2019


Racontez ici a quoi ressemble une journée de votre personnage aujourd'hui. S'il est dans un camp, comment participe-t-il a la vie commune ? Quelle est sa relation avec l'autorité ? S'il est traveler, quelles sont ses habitudes au jour le jour ? Etc...


time to meet the devil

• Pseudo (sur internet) : ÉCRIRE ICI
• Âge irl : ÉCRIRE ICI
• Présence : ÉCRIRE ICI
• Personnage : Inventé [ ] / scénario/prédef [ ]
• Comment avez-vous découvert le forum ? ÉCRIRE ICI
• Qu'est-ce qui vous a convaincu de vous inscrire ? ÉCRIRE ICI
• Voulez-vous un parrain pour vous aider sur le forum Oui [ ] / Non [ ]
• Crédits (avatar et gifs) ÉCRIRE ICI

• Code du règlement Validé par Val

fiche (c) langouste.
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: the invisible guest - alma

Lun 13 Juin - 17:17

Bienvenue a toi et bon courage pour ta fiche !
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: the invisible guest - alma

Lun 13 Juin - 17:17

Welcome ! Courage pour la fiche ! Wink Je ne connaissais pas ce fc I love you
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: the invisible guest - alma

Lun 13 Juin - 17:20

Bienvenue avec cette bouille beaucoup trop mims drama
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: the invisible guest - alma

Lun 13 Juin - 17:21

Bienvenue ici Alma ! Bon courage pour ta fiche ♡





So high
ANAPHORE
Casey Maverick-Summer
Casey Maverick-Summer
The Rogues
Administratrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: the invisible guest - alma

Lun 13 Juin - 17:42

Bienvenue par ici Alma ! :099:
Invité
Anonymous
Invité
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: the invisible guest - alma

Lun 13 Juin - 18:56

Bienvenue Alma ! Super choix de FC :smile7:


stay safe on the Path


Spoiler:
Nihima Sihasappa
Nihima Sihasappa
The Hallows | Conseil
Modératrice
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: the invisible guest - alma

Contenu sponsorisé
Casier judiciaire
Feuille de personnage

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum