Partagez | 
 

 Takeo Shigeru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Takeo Shigeru
avatar
Date d'inscription : 11/06/2017
Messages : 7
Age IRL : 23
MessageSujet: Takeo Shigeru   Lun 12 Juin 2017 - 20:55


TAKEO SHIGERU
29 ans Japonaise Sans emploi The Remnants

i've got a war in my mind


Explique ici le caractère actuel de ton personnage.

Protecteur : Takeo est d’un naturel très protecteur. Il est prêt à tout pour assurer la sécurité des gens qu’il aime ou estime, bien que ces derniers soient peu nombreux. Il sait que cela implique souvent des prises de décisions difficiles, mais il est prêt à aller jusqu’au bout, quitte à se faire détester par ces mêmes personnes qu’il protège.

Déterminé : De la détermination, il lui en a fallu pour survivre dans cette nature hostile. Quand Takeo s’est fixé un objectif, il va jusqu’au bout des choses, peu importe les sacrifices que cela implique.

Loyal : Bien qu’il soit prêt à tout pour assurer sa survie et celle des siens, il ne trahit pas la confiance des gens qui comptent pour lui. Takeo n’est pas du genre à vous planter un couteau dans le dos, même si il ne vous apprécie pas

Franc : Le jeune Shigeru n’a pas sa langue dans sa poche, et ne se retiendra pas de vous le dire si quelque chose lui déplaît. Franc, Takeo l’est autant dans ses paroles que dans ses actes : peu importe à quel point ces derniers pourront être considérés comme abominables, il ne cherchera pas à cacher ses véritables intentions et préfèrera exposer clairement ce qu’il compte faire.

Autonome : Takeo ne supporte pas devoir dépendre des autres. Au contraire, il aime particulièrement prendre les choses en main. Quelque part, il apprécie même que ce soit les autres qui dépendent de lui. C’est certainement pour cette raison qu’il a une tendance à vouloir tout contrôler.


Rassurant
: Justement, avec cette propension à tout contrôler, Takeo est un homme qui se veut rassurant. A ses côtés, pour peu que l’on ferme les yeux sur ses méthodes, on a l’impression d’être avec quelqu’un qui sait ce qu’il fait et qui maîtrise son propos. Assez charismatique, il est une épaule sur laquelle on peut se reposer, pour peu qu’on soit dans son camp.


Autoritaire et têtu : Autoritaire, Takeo a un point de vue et aime l’imposer. Il ne supporte pas la moindre contrariété. Ecouter l’avis des autres ne l’intéresse pas si ce n’est pas pour entendre une confirmation du sien. Têtu, il est incapable de se remettre en question. Persuadé d’avoir toujours raison, il ne lâchera pas l’affaire si vous cherchez à le contredire.

Impulsif : Takeo est du genre à réagir au quart de tour, sans forcément réfléchir aux conséquences que cela implique. Il a du mal à se contenir et à raisonner s’il est en colère.

Violent : La violence du jeune homme remonte à sa jeunesse, bien avant le début de l’épidémie. Il était finalement parvenu à refouler et enfouir cet aspect de sa personnalité, mais la vie de survivant a eu raison de ses efforts. Dans ce nouveau monde, il fut contraint d’avoir recours à la violence. Aujourd’hui, c’est de nouveau son quotidien.

Arrogant : Bien qu’il ne parle pas forcément beaucoup, son ton de voix mais surtout ses mimiques et son regard dénotent une certaine arrogance. Tout dans l’attitude du jeune Shigeru donne l’impression qu’il prend les gens de haut.

Impitoyable : Cela fait bien longtemps que Takeo semble avoir perdu toute notions morales. Sans aucune pitié envers ceux qui ne sont pas ses alliés, il est conscient que la survie implique d'avoir recours à des méthodes pas toujours belles. Et il n'hésite pas à aller au bout des choses et à faire ce qui est nécessaire, sans sourciller.



and blood on my hands


Explique ici les caractéristiques physiques de ton personnage..

Takeo est un homme assez grand et fin. Mesurant environ 1m84 pour 74kg, il n’est pas très impressionnant au premier abord. Pour autant, bien que mince, il est naturellement assez musclé et athlétique.

Agé aujourd’hui de 29 ans, il est clair qu’il ne fait pas du tout son âge : ses traits fins, son petit bouc naissant au menton et ses mimiques lui donnent un look de jeune étudiant débutant tout juste ses études supérieurs. Il n’en est rien. Sa coupe de cheveux atypique contribue également à le rendre plus jeune aux yeux des autres : ses cheveux mi-longs sont plaqués en arrière et attachés avec un chignon, tandis que les côtés de son crâne sont quant à eux le plus souvent rasés.

Depuis toujours, Takeo a l’habitude de ne porter que des trainings et des vêtement de sport, le plus souvent larges. L’épidémie n’a pas changé le style vestimentaire du jeune homme. Souvent affublé d’une longue veste noire aux boutons dorés et d’un sarouel noir et gris, il transporte également sur son dos un petit sac de sport dont il se sert pour stocker le matériel qu’il a besoin lors de ses expéditions

Au niveau du matériel, Takeo a pris l’habitude de voyager avec le même armement: un couteau de survie qu’il avait trouvé sur la route, un pistolet GLOCK catégorie B qu’il avait appris à manier avec l’aide de Greyg, ainsi qu’une batte de baseball désormais maculée de sang.



a storm is coming


Explique ici l'histoire de ton personnage avant l'épidémie.

Nous sommes en 1998 lorsque la famille Shigeru décide de quitter Kudamatsu, modeste ville japonaise située dans la préfecture de Yamaguchi, pour venir s’installer aux Etats-Unis, dans la ville de Seattle. Comme beaucoup, ils étaient alors à la poursuite du rêve américain, dans l’espoir de troquer leur quotidien monotone pour un avenir meilleur. Ce voyage ne s’est pas pour autant décidé sur un coup de tête. Bien au contraire, Ken, le doyen Shigeru, planifiait ce départ depuis de nombreuses années, prenant soin d’économiser soigneusement et rigoureusement chaque Yen qu’il gagnait. Cuisinier depuis toujours, il rêvait ainsi de pouvoir ouvrir sa propre chaîne de restaurant japonais aux Etats-Unis.

Mais l’enthousiasme de Ken n’était pas forcément partagé par tout le monde. Certes, sa femme, Ayame, le soutenait et l’encourageait comme elle l’avait toujours fait. Mais son fils aîné, Takeo Shigeru, alors âgé de 10 ans, n’acceptait pas de quitter son foyer, ses habitudes, ses amis pour une destination dont il ignorait tout.

Takeo n’avait jamais été un enfant difficile. Au contraire, il était souvent décrit comme un étant sage comme une image, même si il débordait d’énergie. Mais son arrivée aux Etats-Unis a totalement bouleversé sa personnalité. Il n’était déjà pas content d’avoir déménagé, mais en plus son intégration dans cette nouvelle société fut très compliquée. La barrière de la langue et le changement dans les mœurs, couplés à la cruauté des enfants de cet âge, en ont fait un véritable paria durant les premiers mois de sa vie américaine. Takeo se défendait comme il pouvait, et comme il n’avait pas la possibilité de répondre par des mots, il rétorquait par les poings. Le nombre de bagarres dans lesquelles il était impliqué était tout simplement impressionnant. Si la famille Shigeru aimait bien la discrétion et espérait ne pas faire de vagues,  ce n’était clairement pas le cas du jeune garçon qui a rapidement attiré tous les regards sur lui. Et pas en bien.

Le comportement de leur fils mettait les Shigeru mal à l’aise, et ça, Takeo l’avait bien remarqué. C’est pourquoi il décida d’en jouer : au début, il espérait qu’en continuant à mal se comporter, il parvienne à venir à bout de la patience de ses parents et finisse par retourner au Japon. C’était sans compter la détermination de Ken et Ayame. Lorsqu’il se rendit compte que son plan ne fonctionnait pas, il continua tout de même à ne pas faire d’efforts, juste pour nuire à ses parents.

La situation s’envenima alors et ne s’arrangea pas avec les années : l’attitude de Takeo causa des tensions au sein du domicile Shigeru, et ces tensions contribuaient à l’éloigner chaque jour un peu plus de sa famille. Pris dans ce cercle vicieux, le jeune garçon se mit à sortir de plus en plus, enchaînant les conneries d’adolescents, se retrouvant à fréquenter les mauvaises personnes. Il passait son temps à traîner avec une bande de voyous, avec qui il faisait les 400 coups. Ce n’était qu’un petit groupe de jeunes qui se prenaient pour les rois de la ville. C’est avec eux que Takeo réalisa ses premiers délits : dégradation de biens publics, vols avec et sans violence, coups et blessures volontaires… il était particulièrement apprécié de ses amis pour la violence dont il était capable de faire preuve. Lorsqu’il entra au lycée, le jeune Shigeru était déjà connu des services de police, au grand dam de ses parents qui ne savaient plus quoi faire de lui.

En grandissant, Takeo devint de plus en plus vulgaire et arrogant, aimant prendre les autres de haut. Mais il était aussi très séducteur et sûr de lui. Son côté « badboy » qui ne se plie pas aux règles plaisait aux filles de son âge. C’est au lycée qu’il rencontra Camille, la seule fille avec laquelle il se mit sérieusement en couple. Il était sincèrement amoureux d’elle, et c’était réciproque. Pour autant, cela ne l’empêchait pas d’aller voir ailleurs, le jeune homme étant très volage. Il aimait Camille, mais il la traitait mal. Le couple passait son temps à se disputer, et leurs conflits se faisaient de plus en plus violents. Surtout que le jeune Shigeru s’était mis à consommer alcool et drogues douces, ce qui ne faisait qu’amplifier son caractère agressif et brutal.

Et ce, jusqu’à atteindre un stade particulièrement grave : la violence conjugale. Camille se plaignait souvent du comportement de son conjoint, de ses infidélités répétées, de son agressivité, et on ne pouvait que difficilement lui donner tord. Agacé et sous l’emprise de l’alcool, Takeo se mit à la frapper. Une première fois, puis une deuxième… Sur le bras, puis sur le visage… jusqu’à ce que cela devienne une habitude. Camille devait probablement l’aimer sincèrement pour rester avec lui malgré tout cela. Ou peut-être était-ce tout simplement de la peur, car Takeo ne semblait plus avoir de limites.

L’année 2007 fut un véritable tournant dans la vie du jeune homme : Camille tomba enceinte, ce qui sembla réfréner les ardeurs du garçon de 19 ans. Mais il n’allait pas pouvoir en profiter longtemps. Durant une nuit d’avril, alors qu’il faisait la fête avec ses amis dans un bar nocturne, Takeo but beaucoup. Beaucoup trop. Il se mit à draguer avec beaucoup d’insistance une jeune femme qui ne semblait pas apprécier les avances qui lui étaient faites. Lorsque le père de cette dernière, un homme trapu qui devait approcher la soixantaine, vint la chercher, et qu’il fut témoin de l’attitude du jeune Shigeru envers sa fille, la situation s’envenima. Le ton monta rapidement, et Takeo étant sans limite, ils en vinrent aux mains. Les coups pleuvaient, les tables et chaises volaient à travers la pièce. Jusqu’à ce que Takeo assène le coup de trop. Un crochet puissant qui fit basculer le vieil homme en arrière. L’arrière de son crâne frappe alors violemment contre le coin tranchant du barre, et il tombe à terre, gisant dans une marre de sang. On ne pouvait plus rien faire pour lui.

Takeo fut jugé pour « Coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Il fut condamné à 6 ans de prison ferme. Il avait tout perdu : ses parents le renièrent définitivement, Camille en profita pour rompre et se libérer de son joug autoritaire… Mais surtout, il vit lors du procès la famille de vieil homme qu’il avait assassiné : sa femme, la fille qu’il draguait lors de la soirée ainsi que ses deux jeunes frères, tous en larmes. C’est à ce moment que Takeo réalisa l’ampleur de ce qu’il avait fait. Désormais, il était seul avec sa culpabilité.

Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, son séjour en prison lui aura au moins permis de réaliser une véritable introspection. Enfermé, il passa d’abord par une longue phase de dépression, et il évita un maximum de se mélanger aux autres prisonniers. Petit à petit, il releva la tête, aidé en cela par un psychologue qu’il rencontrait de manière hebdomadaire. Lorsqu’en 2013, il regagna enfin sa liberté, Takeo était un homme changé, qui était parvenu à contrôler ses accès de colère, et à combattre son addiction à l’alcool.

Mais reprendre sa vie en main est compliqué quand on a un tel casier et aucun diplôme en poche. Takeo vivait dans un petit logement social qu’une association lui avait fourni, et enchaînait les petits boulots quand il le pouvait. Il essaya de reprendre contact avec ses parents, mais ces derniers prétendaient avoir besoin de temps. Takeo était un nouvel homme, plus calme, plus posé, mais avec un passé lourd, difficile à supporter et un avenir incertain. Seul, il n’avait plus de réelles raisons de vivre.  Mais alors qu’il perdait de plus en plus espoir, il décida de prendre son courage à deux mains pour faire ce qu’il n’osait pas depuis sa sortie : recontacter Camille et rencontrer son enfant.

Evidemment, la jeune femme n’avait aucune envie de revoir son ex alcoolique, violent et assassin. Elle avait encore moins envie de le voir prendre contact avec sa fille, qu’elle avait nommée Lya. Ainsi, lorsque Takeo frappa à sa porte, l’accueil fut bref et glacial, le refus catégorique. Le jeune homme put à peine apercevoir sa fille. Il eut par contre tout le loisir de rencontrer Stephan, le mari de Camille, et celui qui avait joué le rôle de père pour Lya. Ce dernier avait bien fait comprendre à Takeo qu’il n’était pas le bienvenu dans son foyer. Pouvait-on vraiment lui en vouloir ?

Le jeune Shigeru était bien conscient en venant qu’il n’allait pas être accueilli à bras ouvert. Mais il ne souhaitait pas abandonner pour autant. Car si ce n’était pas pour parvenir à créer un véritable lien avec son enfant, il n’avait plus aucune raison de s’accrocher. Il prit alors son mal en patience, accepta les humiliations que pouvait lui faire subir Stephan, du moins au début, et fit tous les efforts nécessaires pour convaincre Camille qu’il était désormais digne de confiance.

Cela lui prit un an et demi avant que cette dernière ne daigne lui accorder une rencontre avec la petite Lya. Nous sommes en septembre 2015 lorsque Camille accepte de laisser Lya passer la journée au parc avec Takeo, à la condition qu’elle puisse être là pour les surveiller. Le premier contact entre le père biologique et sa fille est assez froid, cette dernière étant assez timide, et lui particulièrement maladroit. Toutefois, au bout de quelques heures, les deux finirent par partager certains moments de jeux et de rigolades, ce qui combla Takeo.

Ce premier moment complice fut interrompu par un cri strident. En relevant la tête, Takeo put apercevoir Camille qui se faisait agresser par un passant qui semblait être devenu fou. Ce dernier fut rapidement neutralisé par les autres personnes aux alentours, mais Camille semblait blessée : elle avait comme une morsure à l’épaule.
A cet instant, personne ne savait ce que cela signifiait…


on the highway to hell


Explique ici l'histoire de ton personnage depuis l'épidémie.

Octobre 2015



Lya se mit alors à courir vers sa mère pour se jeter dans ses bras. Après un bref instant, Takeo les rejoignit. Camille disait souffrir, décrivant ressentir comme une sorte de brûlure difficilement supportable. Pourtant, lorsque Takeo l’examina, elle ne semblait avoir rien d’autres que quelques égratignures et une trace de morsure à l’épaule. Derrière eux, l’assaillant fou s’était fait plaqué au sol par un autre groupe de passants. Takeo hésita, mais il n’avait pas le temps de se diriger vers lui pour obtenir des explications : il devait raccompagner Camille qui exigeait de rentrer chez elle au plus vite.

Après avoir ramené les deux filles dans leur foyer, et s’être diputé au passage avec Stephan qui le tenait pour responsable de l’incident bien qu’il n’en avait pas été témoin, Takeo rentra chez lui. L’étrangeté de l’agression le poussa à se poser des questions. Il entreprit alors certaines recherches sur internet. Il apprit alors que plusieurs agressions similaires avaient été signalées dans le pays. Certaines rumeurs faisaient état d’un nouveau virus qui se propageait et qui rendait ses victimes violentes et hors de contrôle.
Deux jours passèrent sans que le jeune Shigeru n’ait de nouvelles de Camille. Il prit alors la décision de se rendre chez elle, quitte à énerver une fois de plus Stephan. A sa grande surprise, Stephan ne l’accueilli pas avec colère. Il semblait trop préoccupé pour cela. Il expliqua à Takeo que l’état de santé de Camille n’avait cessé de s’aggraver : fiévreuse, incapable de se mouvoir, elle disait que sa sensation de brûlure s’était propagé dans tout son corps. Stephan avait bien fait appel au médecin de famille, mais les médicaments qu’il avait prescrits n’avaient aucun effet. Ravalant sa fierté, Stephan demanda à Takeo de rester pour la nuit afin de s’occuper de Lya, car lui n’arrivait plus à tout gérer.

Finalement, durant la soirée, Camille décéda. Stephan resta de nombreuses heures à son chevet, en larmes, refusant de croire à la mort de sa femme. Takeo s’était quant à lui endormi sur le canapé, la petite Lya reposant sur son torse. Il fut réveillé en sursaut par un cri venant de la chambre du couple. Camille avait reprit connaissance et s’était jetée violemment sur Stephan, bouche grande ouverte, comme si elle essayait de le manger vivant. Son regard était vide et sans vie. Takeo déboula dans la pièce et tenta de séparer Stephan de son assaillante. Il y parvint, mais cette dernière le saisit par le bras et le fit basculer en arrière. Allongé sur le dos, elle se retrouva au dessus de lui et tentait littéralement de le dévorer. Takeo résista un certain temps,  tentant de parler à ce qui restait de Camille pour essayer de la raisonner, mais en vain. Finalement, alors qu’il perdait de plus en plus ses forces et qu’il était sur le point de céder, Stephan le sauva à son tour en frappant Camille au visage avec une lampe de chevet qu’il avait ramassée dans la chambre. Les deux hommes s’échappèrent de la pièce et condamnèrent la porte derrière eux.


Ils passèrent les jours suivant reclus dans le petit studio de Takeo. Stephan semblait ne pas se remettre de cette nuit catastrophe. Persuadé de pouvoir encore sauver sa dulcinée, il culpabilisait de l’avoir laissée enfermer, et tenta plusieurs fois de retourner sur les lieux. Takeo l’en empêcha à chaque fois, conscient du danger que cela représentait. Lucide, lui était conscient qu’on ne pourrait plus rien faire pour la mère de sa fille.

Puis les évènements s’enchainèrent rapidement. Durant les jours qui suivirent, la présence d’un nouveau virus est confirmée de façon officielle via les médias ; les militaires prennent peu à peu contrôle de la ville et érigent barrages et camps de réfugiés ; la violence et le chaos s’étendent de plus en plus jusqu’à ce que la situation ne devienne réellement incontrôlable. Dans les rues, un message d’espoir se propage : on incite les civils à se rendre au Garfield High School où les hautes instances militaires ont choisi de bâtir une véritable forteresse. Takeo, Stephan et Lya, comme de nombreux autres civils, répondirent à l’appel.




Novembre 2015 – Février 2016




Il est clair que la vie dans le camp n’était pas aussi simple agréable qu’ils ne l’avaient espéré, mais c’était toujours mieux que la survie dehors. Lya s’était assez rapidement intégrée et avait trouvé quelques enfants de son âge avec qui passer le temps. Stephan s’était remis de l’état de choc dans lequel il était plongé, et participait activement à la vie du camp, toujours prêt à aider les autres. Seul Takeo ne semblait pas à son aise. Solitaire de nature, il avait du mal à s’intégrer. Il espérait au moins que cette drôle de situation lui aurait permis de se rapprocher de sa fille, mais lorsque cette dernière ne jouait pas avec les autres gosses, elle passait son temps blottit dans les bras de son beau-père. C’était compréhensible. Lorsqu’on y réfléchissait, Lya ne connaissait Takeo que depuis peu de temps, et les évènements qui suivirent leur rencontre furent désastreux. Au contraire, elle avait passée la quasi-totalité de sa vie aux côtés de Stephan. Le jeune Shigeru était bien conscient de tout cela. Il savait qu’il n’était son père que biologiquement, et qu’il n’avait pas le droit de prétendre à plus. Pour autant, cela lui faisait du mal lorsqu’il entendait Lya appeler Stephan « papa » quand lui n’avait droit qu’à un simple « monsieur ». Question de fierté sans doute.

Cette situation contribua à isoler Takeo. Il finit tout de même par se faire un ami : Greyg, un vieil homme mystérieux qui aimait rester en retrait. Il avait un gabarit assez imposant qui contrastait avec sa démarche boiteuse due à une blessure à la jambe droite. Greyg n’aimait pas parler de son passé. Takeo devinait qu’il cachait une lourde histoire, alors il n’insista pas plus. Tout ce qu’il savait de lui, c’était qu’il avait rejoint le camp en décembre 2015 avec ses deux garçons de 17 et 19 ans, après avoir passé quelques temps à survivre dehors.

Greyg et Takeo, qui aimaient bien prendre de la distance pour observer la masse de survivants qui occupait le lycée, se sont rapidement rendu compte que la situation était en train de dégénérer. L’humeur globale chutait en flèche en même temps que la quantité de nourriture et de boisson distribuée quotidiennement aux habitants. Ce rationnement aurait été compréhensible si la différence avec le train de vie des militaires n’était pas aussi scandaleuse. Ces derniers n’hésitaient d’ailleurs pas à mettre en avant leurs privilèges. La sauce montait petit à petit, jusqu’à voir apparaître les premiers véritables débordements des militaires.

Takeo essayait au maximum de ne pas s’impliquer dans ces affaires-là. Il en avait pourtant envie, mais il était bien conscient que la violence n’allait pouvoir se solder que par la violence, et il refusait de retourner à ses vieux démons. Surtout que depuis quelques semaines, il était parvenu à se rapprocher considérablement de Lya. Il ne souhaitait pas lui faire voir son ancien visage. Alors il prenait sur lui. Et il continua à prendre sur lui, même lorsque Lya, en jouant, bouscula accidentellement un des militaires du camp. Il continuer à prendre sur lui, même lorsque ce dernier la frappa au visage en guise de représailles, avant d’insulter et de menacer Stephan qui était venu à son secours.

Heureusement que tous dans le lycée ne se retenaient pas autant. Suite à une triste histoire de viol, une révolte se mettait peu à peu en place, dirigée par deux hommes charismatiques qui s’occupaient de rallier les troupes. Takeo devait admettre qu’ils forçaient l’admiration, et savait  qu’ils avaient raison de prendre les choses en mains. Pour autant, lui avait fait le choix de ne pas prendre les armes à leurs côtés,et resta dans le gymnase avec Lya, Stephan, ainsi que Greyg et ses deux enfants. Ce dernier ne cessait de râler et jurait que s’il avait encore la forme de sa jeunesse, il irait combattre sans hésiter. Ceci était un reproche pas vraiment dissimulé qui était adressé à Takeo.

La soirée semblait durer une éternité, et tous les civils réfugiés retenaient leur souffle en attendant de connaître le résultat de la révolte. Un silence pesant s’installa progressivement. Mais ce silence fut brisé par le claquement brusque des portes d’entrées du gymnase : un groupe de militaire armé jusqu’aux dents pénétra dans la salle et ouvrit le feu sans poser de questions. Ce fut un véritable bain de sang. Les assaillants n’avaient l’intention d’épargner personne : des dizaines et des dizaines de corps sans vie commençaient à se répandre sur le sol. Parmi eux, femmes, enfants, personnes âgées…
Au moment de l’attaque, Takeo bondit sur Lya pour la projeter au sol et la protéger. En relevant la tête, il aperçut le vieux Greyg qui s’était réfugié

L’assaut fut dévastateur. Takeo et son groupe faisaient partie de la minorité de personnes qui parvinrent à s’échapper des lieux sans trop de pertes : seul l’un des fils de Greyg avait reçu une balle au niveau du bras, le reste s’en sortant avec seulement quelques égratignures. Après ce qu’ils venaient de voir, ils n’attendirent pas de savoir ce qu’il était advenu du groupe des rebelles et quittèrent le lycée pour s’engouffrer dans les rues sans vie de Seattle.




Février 2016 – Janvier 2017




C’est un nouveau mode de vie et ils doivent apprendre à s’adapter. En vérité, mis à part Greyg et ses enfants, aucun d’entre eux n’avait d’expérience quant à la survie dans ce nouveau monde hostile. Jusqu’ici, ils avaient profité du confort d’un refuge protégé. Greyg enseigna le peu qu’il savait à Takeo concernant le comportement des rodeurs et l’attitude à adopter vis-à-vis d’eux.
Le petit groupe passa les premières semaines à explorer la ville avec prudence, récupérant au passage ce qu’il pouvait comme vivres et matériels utiles. Takeo s’imposa assez logiquement comme le leader de cette troupe inexpérimentée. Sous les conseils de Greyg, il faisait tout son possible pour éviter le contact avec d’autres survivants, qui représentaient selon lui un danger plus grand encore que les infectés qui pullulaient dans la ville.


Ils s’étaient finalement établis dans une modeste maison qui n’était pas trop délabrée, et qu’ils avaient barricadée. Les mois passèrent, les ressources se faisaient de plus en plus rares mais le groupe parvenait tout de même à gérer. Jusqu’à ce qu’un soir, Takeo, alerté par des bruits étranges venant d’une pièce de la maison, surprit et attrapa un voleur qui était en train de fouiller dans leurs affaires.

Il s’agissait d’une jeune fille qui ne devait pas dépasser la vingtaine. Takeo la ligota et Stephan, Takeo et Greyg se réunirent pour réfléchir à ce qu’il fallait faire d’elle. La jeune voleuse essaya de se justifier, expliquant qu’elle cherchait simplement des vivres pour sa famille mal en point, qu’elle ne savait pas que la maison était habitée, qu’ils n’entendraient plus jamais parler d’elle s’ils la laissaient repartir. Elle semblait sincère dans ses propos et était au bord des larmes.

Greyg ne voulait pourtant pas la laisser partir, disant qu’ils ne savaient rien d’elle, qu’elle faisait peut-être partie d’un groupe plus conséquent et que si elle les rejoignait et leur révélait leur emplacement, c’était la fin pour eux. Il suggéra implicitement de se débarrasser d’elle, ce qui fit sortir Stephan de ses gonds. Le jeune homme s’indigna qu’une telle idée avait pu lui traverser l’esprit. Il refusa catégoriquement de s’en prendre à une jeune qui semblait vulnérable et apeurée.

Lui et Greyg se disputèrent de nombreuses minutes à ce sujet, jusqu’à ce que Takeo leur coupe la parole. Il savait que c’était à lui que reviendrait la décision finale. Le jeune Shigeru était tiraillé. L’idée de renouer avec la violence qu’il avait combattu depuis toutes ces années lui faisait peur. Pour autant, il savait que les arguments de Greyg étaient valables, et qu’il ne pouvait pas se permettre de prendre le risque de laisser cette jeune fille revenir avec des renforts. C’est donc sans plaisir que Takeo s’empara d’un couteau et s’approcha dangereusement de sa prisonnière.

Alors qu’il s’apprêtait à en finir avec cette situation délicate, Stephan s’interposa, tentant de l’en empêcher. Le ton monta, Takeo insistait mais son interlocuteur continuait de lui barrer la route. Les deux hommes finirent par en venir aux mains. Après un certain temps, Takeo prit l’avantage et fit violemment tomber Stephan contre le sol. Mais alors qu’il s’approchait de la jeune voleuse pour en finir une bonne fois pour toute, il fut de nouveau interrompu... cette fois-ci par Lya. La fillette s’était réveillée suite à l’altercation entre son père et son beau-père. De sa petite voix fébrile, elle demanda à Takeo de lui expliquer ce qui se passait. Elle semblait apeurée, terrifiée par le regard plein de haine qu’arborait le jeune Shigeru.

Ce dernier soupira et finit par renoncer à la mise à mort de sa prisonnière. Il sourit à Lya avant d’utiliser son couteau pour défaire les liens de la jeune femme, puis essaya de rassurer sa fille. Greyg quant à lui pestait dans son coin, assurant qu’il venait de commettre une grosse erreur. Mais Takeo ne pouvait pas se résoudre à décevoir Lya.

Malheureusement, Greyg ne s’était pas trompé, et quelques jours plus tard le petit groupe reçut la visite musclée de la jeune femme et de plusieurs de ses amis. Impuissant, ils furent contraints de fuir en catastrophe, laissant derrière eux toutes les affaires qu’ils avaient amassées depuis des mois. Greyg ne se priva pas d’accabler Takeo de reproches, lui rappelant qu’il était responsable de cette situation car il avait été incapable d’aller au bout de sa décision.

Les semaines qui suivirent cette débâcle furent des plus compliquées : la faim se faisait de plus en plus ressentir tandis que le peu de réserves du groupe s’épuisait et que les vivres se faisaient de plus en plus rares. Plus faibles que jamais, il semblait que le groupe n’arriverait pas à tenir beaucoup plus longtemps. Un jour, alors qu’ils se reposaient dans un abri de fortune, Takeo et Greyg montaient la garde. Le vieil homme chuchota alors au jeune Shigeru qu’il avait trouvé un moyen pour lui de rattraper ses erreurs. Discrètement, il lui indiqua qu’il avait repéré un jeune couple qui s’était abrité dans un vieil appartement à quelques rues de là. Selon lui, ils transportaient avec eux pas mal d’affaires, et étaient isolés et faciles à embusquer. Il suggéra alors à Takeo d’aller se charger d’eux, d’une part pour récupérer leurs affaires, et d’autres part pour prendre les devants et éviter que ce ne soit eux qui choisissent de les attaquer.

Takeo hésitait. Il savait que c’était une mesure extrême, mais l’état de santé du groupe l’imposait. Il avait appris à ne pas se fier aux apparences dans cette nature hostile, et ce couple, même s’il paraissait inoffensif au premier abord, pouvait tout à fait être une source de danger. Takeo allait accepter, puis son regard se dirigea vers sa fille Lya qui dormait. Le jeune Shigeru soupira et décida finalement de se rétracter. Mais il n’eut pas le temps d’annoncer son refus à Greyg que ce dernier lui adressa ces paroles lourdes de sens :

- Ce n’est pas la première fois que je te vois hésiter comme cela, et prendre la mauvaise décision. Que crains-tu au juste ?

- Qu’elle me déteste

- Regarde-là

Takeo observa de nouveau Lya, qui avait le visage creusé par la faim. Elle était blottie contre Stephan, qui la serrait dans ses bras.

- Tu veux qu’elle t’aime, hein ? Laisse-moi te dire une chose mon garçon : ce n’est pas d’amour dont ta fille a besoin. Regarde-là. A-t-elle l’air d’en manquer ? Elle n’a pas besoin de toi pour en recevoir. Ce dont ta fille a besoin aujourd’hui, c’est de nourriture et de protection. Elle a besoin de sécurité. Et dans ce monde, tu sais ce que ça implique. Ça implique de prendre des décisions difficiles. Elle te détestera peut-être. Il est probable que tu lui fasses peur, et que cela t’empêche de créer avec elle ce lien que tu sembles tant rechercher. Mais il en va de sa survie. Que ce serait-il passé si ta fille s’était pris une balle à cause du fait que tu aies laissé repartir cette voleuse l’autre soir ?

Le vieil homme prit une pause avant de désigner Stephan du doigt

- L’amour, laisse-le lui. On a bien vu qu’il n’avait pas les épaules pour endosser une autre responsabilité. Si tu veux le bien de Lya, c’est à toi de faire ce qui est nécessaire. Parfois, on doit adopter le rôle du méchant pour leur bien. C’est aussi ça, être père.
Ces paroles resteront gravées dans la tête de Takeo. Ce soir-là, il accepta la proposition de Greyg et emmena avec lui l’ensemble du groupe, sans toutefois indiquer à Stephan, qui portait dans ses bras une Lya toujours endormie, les véritables raisons de leur déplacement nocturne. Lorsque Takeo, aidé  par Greyg et ses fils, assassina froidement le jeune couple sans plus d’explications, Stephen s’indigna une nouvelle fois. Mais cette nuit-là, c’est sans retenue que Takeo décida de lui imposer sa loi, lui faisant comprendre que dorénavant il n’avait plus son mot à dire. Cette nuit-là, pour la première fois, même les pleurs de Lya ne parvinrent pas à le stopper. Takeo en avait pourtant gros sur le cœur, même si il ne le montrait pas. Mais le seul fait de voir sa petite fille manger à sa faim et retrouver de l’énergie le persuada d’avoir pris la bonne décision.  

Les mois qui suivirent, Takeo devint de plus en plus autoritaire, s’imposant comme le seul chef, voire dictateur, du groupe. Il n’hésitait plus à piller, voler, tuer, parfois torturer si c’était pour le bénéfice de son groupe. Il se rassurait en se disant qu’il n’était pas comme les autres pillards, que lui le faisait pour la bonne cause. La vérité était que la violence qu’il fuyait depuis plus de 10 ans l’avait rattrapé, et qu’il y prenait du plaisir, même s’il ne voulait pas se l’avouer.



Aujourd’hui



La situation dura ainsi jusqu’en février 2017, lorsqu’une expédition hors de Seattle tourne mal et que la bande  se fait encercler par un gros groupe de rôdeurs. Durant leur fuite, ils sont contraints de se séparer en deux groupes : Stephan, Lya et Greyg d’un côté, Takeo, et les deux fils du vieil homme de l’autre. Ces derniers se retrouvèrent finalement face à un cul de sac, et se pensaient condamnés.

Soudainement, un groupe de survivants sorti de nulle part et très bien armé déboule et massacre littéralement le banc de rôdeur qui les menaçait. Par la suite, ils se présentèrent comme venant de Bainbridge Island et proposèrent à Takeo et ses acolytes de rejoindre leur campement. Dans un premier temps, Takeo et Greyg refusèrent, souhaitant retrouver leurs enfants qui étaient encore quelque part dans le coin. Mais ils comprirent rapidement que la proposition qui leur était faite n’en était pas vraiment une, et que les options possibles étaient limitées, alors ils cédèrent.

Cela fait désormais environ quatre mois que Takeo a rejoint Bainbridge Island. Très méfiant au début, il avait fini par baisser les armes. Là-bas, il découvrit une société recluse, dans laquelle la plupart des civils semblaient ignorer totalement la réalité de la vie hors de l’île. Bien que d’un naturel solitaire, Takeo faisait des efforts pour s’intégrer et aider aux tâches quotidiennes. La politique de l’île lui convenait plutôt bien. Mais surtout, il comptait sur la promesse d’expéditions futures pour partir à la recherche de sa fille.


time to meet the devil

• pseudo › sur internet, SoooW54
• âge › 23 ans

• comment as-tu découvert le forum ? › Via un top forum
• et tu le trouves comment ? › J'ai rarement été aussi "hypé" par un forum RPG
• présence › Quotidienne

• code du règlement › Ok - Jay
• crédit › de la bannière et du gif, Tumblr
passeport :
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Rafael Álvarez
American Dream
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 28/01/2017
Messages : 1674
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Takeo Shigeru   Lun 12 Juin 2017 - 21:01

Oguri c'est un putain de choix.
Du coup j'suis super curieux de voir ce que tu vas nous pondre là. Allez hop !
Ah et j'oublie l'essentiel... Bienvenue sur WD !


“Don’t regret the past, just learn from it.” | Ben Ipock
Revenir en haut Aller en bas
Ashley Grant
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 08/11/2016
Messages : 1675
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Takeo Shigeru   Lun 12 Juin 2017 - 21:04

Raf m'a grillée >.< mais super choix de vava ! Welcome et bonne rédaction !



   
Where there's Hope, there's Life
I tell myself you don't mean a thing, And what we got, got no hold on me
Revenir en haut Aller en bas
Yslen Klevoski
avatar
Date d'inscription : 08/06/2017
Messages : 19
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Takeo Shigeru   Lun 12 Juin 2017 - 21:24

J'suis fraichement arrivé, mais je viens quand même te souhaiter la bienvenue!
Shun est génial pour cet univers ^^ hâte de voir ce que tu vas nous faire **


IT WAS LIKE HUMAN BOMBS.   AND I STILL STAND ALONE
Revenir en haut Aller en bas
Isiah Baumann
avatar
Date d'inscription : 20/03/2017
Messages : 878
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: Takeo Shigeru   Lun 12 Juin 2017 - 21:25

GENJIIIIIII ENVOLE-TOI !  :smile43:


*ahem* A que bienvenue ! \o/ j'ai re-regardé crow zero à cause de toi x'D Je vais pas être original mais comme les trois du dessus (qui sont des gens très biens ♥) très bon choix de vava !
Et surtout bon courage pour ta fiche =)
:smile42:



     
Find her
Death doesn't let you say goodbye. It just carves holes in your life, in your future, in your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 2424
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Takeo Shigeru   Lun 12 Juin 2017 - 22:55

Bienvenue à toi ! Very Happy


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Morgan R. Cole
Barmaid Officielle
American Dream
avatar
Date d'inscription : 28/10/2016
Messages : 5703
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Takeo Shigeru   Lun 12 Juin 2017 - 23:25

Oh bien cet avatar, bon choix !
Bienvenue parmi nous
Bon courage pour la rédaction de ta fiche


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. But I shot you down well.
© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Takeo Shigeru   

Revenir en haut Aller en bas
 
Takeo Shigeru
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Izumiya Shigeru
» Carnet de Bord - Inuzuka Takeo
» Shigeru Juubei
» Shigeru Miseo [Fiche technique]
» [Mission de Rang B] Dissection d'Envizib - PV [Nozomi, Kihran & Takeo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Votre Personnage :: Présentation de votre personnage-
Sauter vers: