Partagez | 
 

 JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
MessageSujet: JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...   Mer 22 Fév 2017 - 11:09


JESSIE SPENCER WALSH
30 ANS AMÉRICAINE COIFFEUSE LES FACTIONS
i've got a war in my mind

Explique ici le caractère actuel de ton personnage.

→ Votre texte doit expliquer chaque trait de caractère que vous aurez choisi d'inclure dans les menus déroulants.

→ Les menus déroulants ne doivent contenir que des traits de caractère, sous forme d'adjectifs. Les habitudes, manies ou autres n'y ont pas leurs places (Exemple : Alcoolique).

→ Veillez à rester cohérent dans vos choix. Par exemple, votre personnage ne peut pas être à la fois avenant et timide.



Explique ici les caractéristiques physiques de ton personnage..


Taille, corpulence, style vestimentaire ainsi que les équipements dont il dispose. Évidemment, votre personnage ne peut pas détenir un arsenal complet, veillez à rester logique.


Important. Nous n'acceptons plus les armes suivantes :

→ Katanas et autres sabres en tout genre.
→ Arcs, arcs à poulies, arbalètes.
the last of us
Avant l'épidémie,

Jessie, Spencer Walsh est née le 21 février 1987 à Seattle. Elle est issue d'une famille aux revenus modestes. Son père est plombier, quant à sa mère, elle est coiffeuse. Elle a une sœur jumelle, de quelques minutes son aînée ainsi qu'un grand frère et une petite sœur. Elle a vécu une enfance plus qu'heureuse, entourée par sa famille et bercée par l'amour qu'ils lui ont donné. Son adolescence, bien qu'un brin mouvementée, c'est relativement bien passé. Elle a su la surmonter avec la hargne nécessaire pour parvenir à ses fins. Populaire, elle était la capitaine de l'équipe de pom-pom girls de son lycée et sortait avec le plus beau garçon. Il a été son premier amour, sa plus belle histoire amoureuse. Ses années lycée restent les plus belles de son existence. Jeune adulte, elle a suivi les traces de sa mère en choisissant de devenir coiffeuse. C'est cette dernière qui l'a engagée dans son salon pour lui fournir le meilleur apprentissage qui soit avant qu'elle ne décide elle aussi d'ouvrir son propre salon et de ce faire un nom dans l'art capillaire. Elle a économisé durant près de trois ans, vivant chez ses parents, pour pouvoir s'offrir son premier chez elle, à quelques pâtés de maisons de chez eux. Une maisonnette composée de deux grandes chambres pour l'accueillir avec sa petite fille, qui allait montrer le bout de son nez d'ici peu. Les préparatifs terminés, elle y emménagea et mit au monde, quelques semaines plus tard, son premier enfant en tant que mère célibataire. Contrairement à beaucoup de jeunes de son âge, du haut de ses vingt et un ans, sa vie était pré-construite. Avec le temps, elle finit par ouvrir son propre salon. Elle avait vingt-cinq ans. L'amour ne frappa plus jamais à sa porte. Pour elle, le seul et le vrai n'étaient autres que le premier.
Pendant l'épidémie,

Lorsque tout ça a commencé, Jessie était dans son salon de coiffure, en train de coiffer l'un de ses habitués. Un jeune homme, sur le trottoir d'en face, se jeta sur une jeune mère de famille, qui poussait un adorable landau rose fushia pour la dévorer au niveau d'un cou qui n'était plus qu'un amas de chair ensanglantée. Les passants, apeurés, n'osaient s'en approcher. Au contraire, ils fuyaient. Il était malheureusement trop tard pour cette maman, allongée sur le trottoir avec son agresseur, pris de démences cannibales, à califourchon sur elle. Par mesure de sécurité, Jessie s'était rapidement jetée sur la porte d'entrée de sa boutique qu'elle avait verrouillée pour ensuite faire tomber le lourd rideau métallique de son commerce. Elle se devait de protéger ses clients et particulièrement sa petite fille qui se trouvait dans l'arrière-boutique, devant un dessin animé. Choquée par ce qu'elle venait de voir, elle dut s'asseoir un moment avant d'attraper le combiné de son téléphone et d'appeler la police. Les jours suivants, on ne parlait plus que de ça au salon. Les médias n'en disaient pas plus jusqu'à ce qu'ils se décidèrent à révéler quelques éléments. Il s'agissait, apparemment, d'un virus, sans nom, étendu mondialement. Une épidémie. Les morts se relevaient pour se nourrir de chair humaine. Dans des lieux dit stratégique, des camps se formèrent pour y accueillir les citoyens et leur offrir une sécurité maximale. Jessie choisit de rester aux côtés de ses parents, chez eux, avec sa fille. Son frère ainsi que ses sœurs, s'installèrent au camp. Avec le temps, s'enfermer chez moi n'était plus suffisant. Il fallait s'y barricader. Avec son père, ils clouèrent des planches au niveau de la porte d'entrée, de la porte de jardin et des fenêtres. L'électricité cessa de fonctionner. Pourquoi fallait-il sécuriser ainsi les lieux ? Parce que des centaines de personnes, des morts, plus précisément, déambulaient dans les rues de leur démarche maladroite, en quête de chair fraîche. Selon son père, il fallait faire le moins de bruit possible et se faire le plus petit qu'il soit pour ne pas les attirer. Souvent, dans les rues, des cris raisonnaient. On pouvait voir, derrière les planches, des gens courir pour fuir. D'autres, se faire dévorer. Chacun leur tour, ils montèrent la garde pour s'assurer que rien ni personne ne s'approchez de la maison. L'hiver s'installa et le froid également. Il fallait désormais se blottir les uns contre les autres pour se réchauffer et utiliser le gaz pour chauffer de l'eau pour se laver. Les vivres s'épuisèrent progressivement jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Jessie se porta volontaire, avec son père, pour aller en mission de ravitaillement. Armés d'un Smith & Wesson pour ce dernier et d'un couteau de cuisine pour elle, ils s'aventurèrent dans les rues de leur quartier si tranquille autrefois, en longeant les murs et en faisant attention à ne pas rencontrer l'un de ces mordeurs, comme ils les ont surnommés. Ils n'allèrent pas loin. Au début de tout ça, ils avaient pu voir quelques-uns de leur voisin fuir leur maison. Ils se contentèrent d'y entrer et de les piller pour survivre. Ils remplirent leur sac à dos de diverses denrées et retournèrent chez eux, sans mauvaise rencontre. L'hiver étant de plus en plus froid, la mère de Jessie tomba malade. Ce qui paraissait être un vilain rhume, dégénéra très rapidement. Elle se mit à tousser si fort qu'elle cracha du sang. Par les temps qui courent, il était impossible de la faire sortir de la maison pour lui faire voir un médecin. Son mari veilla à ses côtés tandis que Jessie, montait la garde. C'est en entendant les cris de sa fille qu'elle comprit que quelque chose clochait. En accourant jusque la source, elle vit sa mère, à califourchon sur son père, en train de le dévorer. Son thorax ouvert, ses organes étaient à l'air libre. Elle cacha les yeux de sa fille et s'empressa de la pousser pour fermer la porte de la chambre et la condamner. Il n'y avait que ça à faire. Ils étaient morts et l'un d'eux était déjà revenu à la vie pour s'en prendre à l'autre. Il était hors de question qu'ils fassent plus de dégâts. Elle dessina une croix sur l'une des planches et y inscrivit ces quelques mots : pardonnez-moi, papa, maman. Pour Jessie, il était désormais inconcevable de rester dans cette maison en sachant que ses parents, transformés en mordeurs, y étaient enfermés. Pour la sécurité de sa fille, elle ne pouvait faire d'autres choix que de trouver un autre endroit. Peut-être qu'ailleurs, elles seraient plus en sécurité ? Elle expliqua à sa fille qu'elles devaient s'en aller et trouver un meilleur endroit le plus rapidement possible. Elle s'occupa de remplir un sac de randonnée avec des boîtes de conserve et de l'eau tandis que la petite, emporta quelques vêtements. Jessie glissa dans sa ceinture le Smith & Wesson de son père ainsi qu'un poignard, ramassé dans une maison voisine. Sa paire de ciseaux de coiffeur, elle la mit dans le sac, au cas où. Elle parvint à quitter la maison avec sa fille et à monter à bord du vieux 4x4 break de son père. Par chance, le véhicule démarra. Elle se dirigea vers l'autoroute la plus proche. Celle-ci était jonchée de voitures abandonnées dans lesquelles se trouvaient des cadavres. Elle fit demi-tour et erra dans les chemins les plus retranchés, aux abords des forêts jusqu'à tomber en panne sèche. Des jours et des mois s'écoulèrent à nouveau. La survie était devenu sa règle prioritaire. Chaque jour, elle promettait à sa fille que tout cela cesserait et qu'elles pourraient retrouver leur vie d'avant. Un jour, alors qu'elle siphonnée un réservoir de voiture, pour pouvoir remplir un jerrycan au cas où elle tomberait en panne, sa fille tomba entre les mains des mordeurs. Elle s'était glissée hors de la voiture, malgré les ordres de Jessie pour aller cueillir des fleurs. Deux d'entre eux, sortir de nuls parts pour venir dévorer la petite fille qui poussa des cris à s'en souvenir. Jessie se jeta sur eux pour les éloigner, mais il était trop tard. Elle dégaina son revolver et pressa la détente à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'une balle, qui atterrit dans la tête de l'un des deux, le fit tomber au sol, définitivement mort. C'est à ce moment qu'elle comprit qu'il fallait viser la tête et non le cœur. Elle tomba à genoux auprès de sa fille, après avoir abattu le second et hurla tout ce qu'elle put, la tenant dans ses bras et caressant ses cheveux. Des sanglots pleins, la voix, elle reprocha à la petite fille de ne pas l'avoir écoutée. Cela ne dura que quelques secondes avant que d'autres arrivent, attiré par le bruit. Elle embrassa sa petite sur le front et remonta derrière le volant de sa voiture pour fuir et aller encore plus loin. Là où elle pourrait être en sécurité. Son quotidien était désormais le suivant : piller pour se nourrir, tuer pour survivre et protéger ses seuls biens : un sac en bandoulière dans lequel se trouve quelques vivres, une brosse à dents, un tube de dentifrice, un plaid, un sweat-shirt, de l'eau et sa voiture dans laquelle elle peut trouver le repos quelques heures lorsque la situation le veut bien. Chaque jour est une journée de plus où elle se dit qu'un vaccin sera trouvé. Chaque nuit, lorsqu'elle parvient à trouver le sommeil ne serais-ce que quelques minutes, c'est pour rêver du passé. La réalité resurgit lorsqu'elle réouvre les yeux. Survivre seule dans ce monde de fou ...
time to meet the devil
≡ pseudo › RCRPGiste2007
≡ âge › 27 ans

≡ comment as-tu découvert le forum ? › Google
≡ et tu le trouves comment ? › C'est ce qu'il me faut pour me relancer dans le monde du RP.
≡ présence › Une fois par jour, au moins.  

≡ code du règlement ›
≡ crédit › Tumblr
fiche (c) blue walrus.
passeport :
 
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
avatar
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 1754
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...   Mer 22 Fév 2017 - 11:24

Bienvenue et bon courage pour ta fiche Very Happy


☩ I Will Not Let Any Of You Die. You Mean Too Much To Me ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
MessageSujet: Re: JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...   Mer 22 Fév 2017 - 11:29

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 2422
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...   Mer 22 Fév 2017 - 11:57

Bienvenue à toi, bonne rédaction de fiche Smile


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
avatar
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 888
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...   Mer 22 Fév 2017 - 11:59

Bienvenue et bon courage pour ta fiche o/



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...   Mer 22 Fév 2017 - 12:49

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
avatar
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 590
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...   Mer 22 Fév 2017 - 12:55

Bienvenue !



In your eyes
love I get so lost, sometimes, days pass and this emptiness fills my heart. When I want to run away, I drive off in my car but whichever way I go, I come back to the place you are... ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
JESSIE # survivre seule dans ce monde de fou ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La place d'Haïti dans le monde
» Un peu d'humour dans ce monde de brute
» Les multinationales dans le monde
» Elliot Carver ◄► Y’a déjà assez de conneries dans le monde pour que j’en rajoute
» Solution pour lutter contre la faim dans le monde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-
Sauter vers: