Partagez | .
 

 Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins   Dim 1 Mai 2016 - 2:29


Caitlyn Alicia Hawkins
27 ans • Américaine • Traductrice & écrivain • Travelers

i've got a war in my mind

Caitlyn est quelqu'un d'assez introvertie, ayant pris l'habitude d'être un peu seule en ayant grandi comme enfant unique. La plupart de ses sentiments, elle les faisait passer dans ses lectures et son imagination. Elle peut parfois avoir l'air froide, mais c'est surtout qu'elle a du mal à exprimer clairement ses sentiments, pouvant faire preuve de maladresse. Il ne faut pas y voir l'expression d'une quelconque méchanceté, mais plutôt celle d'une difficulté à faire passer clairement ce qu'elle peut ressentir. Selon elle, il est finalement plus simple de le faire avec une plume que de vive voix.
Ses principales qualités résident dans le fait qu'elle fait preuve d'une grande inventivité, et d'une créativité sans limites, même lorsque la situation semble ne pas s'y prêter. Elle n'est jamais à cours d'idée, qu'il s'agisse d'écriture ou alors de s'adapter à son quotidien. Cela la rend particulièrement débrouillarde, et les cours que son père a pu lui dispenser renforce encore ce trait de caractère. Malgré les coups durs qui ont plu sur elle depuis ces dernières années, Caitlyn s'est également révélée déterminée à aller de l'avant. Une particularité que l'on pouvait déjà dénoter auparavant, puisqu'elle s'était toujours démenée pour atteindre le but qu'elle s'était fixé. De même, elle se révèle extrêmement travailleuse, ne ménageant pas sa peine pour arriver là où il le faut. Enfin, la jeune femme se révèle serviable envers son prochain, car même si elle peut se montrer maladroite dans ses relations ou sentiments, il n'est pas dans ses habitudes d'abandonner quelqu'un dans le besoin.
Au nombre de ses défauts, on pourra citer la fierté. Sans aller jusqu'à l'orgueil, Caitlyn a une certaine fierté qu'il faut ménager et ne pas froisser si l'on veut éviter de s'attirer les foudres de sa susceptibilité, puis de sa rancoeur. Elle peut se montrer prompte à réagir, comme la brusque éruption d'un volcan, même si elle peut en venir à le regretter et à s'en vouloir par la suite. Un brin rancunière, elle peut mettre un certain temps à pardonner et à laver un affront... si tant est qu'elle le fasse un jour, en fonction de la gravité de l'offense. Ce qui explique peut-être pourquoi elle souhaite vivement que son ex ait fini dévoré vif par la fille qu'il fréquentait dans son dos... si l'épidémie pouvait avoir une utilité, pour une fois ! Caitlyn manie également une certaine forme de cynisme, d'autant plus accentuée par les calamités de ces derniers mois. Pour finir, il faut noter qu'elle fait preuve d'une méfiance assez accentuée, considérant qu'elle doit d'abord s'assurer que la personne est digne de confiance avant de lui accorder la sienne. Une attitude plutôt sage par les temps qui courent...


and blood on my hands

Caitlyn est une jeune femme qu'on pourrait qualifier de classique. Elle ne se démarque pas par sa taille, ni par un trait particulièrement remarquable. Mesurant un peu plus d'1m70, elle a de longs cheveux blonds, des yeux verts expressifs dans lesquels on peut lire son intelligence. Elle est de corpulence assez fine, peu musclée car elle n'était pas plus sportive que cela avant l'épidémie. Rien de plus que le minimum pour se maintenir en forme et en bonne santé, en somme.
Son équipement se compose de choses qu'elle peut emporter avec elle. Depuis un certain temps, elle voyage principalement à pied, le tout tient donc dans un sac à dos de randonnée. Nourriture, eau, couvertures et sac de couchage pour dormir, voilà qui constitue l'essentiel de son équipement. Des vêtements adaptés à la saison et privilégiant le côté pratique viennent compléter cela. On y ajoute également des photos de ses proches, quelques livres ainsi que du papier, des carnets de petit format et des crayons et stylos pour qu'elle puisse écrire, ce qui lui est aussi vital que les battements de son cœur. Enfin, elle a avec elle le Beretta de son défunt père ainsi que les munitions qu'il conservait avec lui, et le couteau de combat qu'il possédait. Un couteau suisse parachève sa collection qui lui alourdit bien le dos lors de ses journées de marche.

a storm is coming

Caitlyn est née le 18 avril 1989 à Portland, dans l'Oregon. Elle est issue du second mariage de son père, Victor Hawkins, avec Madison Hawkins, née Gray. À sa naissance, son père, vétéran de la guerre du Vietnam, avait déjà quarante-trois ans. Elle fut l'unique enfant du couple, mais avait déjà un demi-frère et une demi-soeur de plus de dix ans ses aînés, issus du premier mariage de son père. Elle grandit seule, sans fratrie pour l'entourer, mais avec des parents suffisamment aimants. Sa mère travaillait comme serveuse dans un dinner, et son père avait retrouvé du travail dans le civil dans un club de tir. Dès qu'elle fut en âge de lire, elle commença à pallier les absences de ses parents en se plongeant dans des livres qu'elle se mit rapidement à dévorer. À vrai dire, elle avait même commencé à aimer les livres bien avant cela, que ce soit simplement pour en admirer les images ou bien pour que sa mère lui fasse la lecture d'une histoire. Quoi qu'il en soit, elle devint vite précoce en tant que lectrice, dévorant des ouvrages dépassant le niveau normalement attendu d'une enfant de son âge. Cette passion désespérait parfois ses parents, en raison du rythme auquel elle lisait, qui s'en ressentait sur le nombre de tomes à lui acheter. Pour compenser, elle fut inscrite en bibliothèque, et dès lors commença à en écumer les rayons.
Au niveau scolaire, elle se révéla être une élève assidue. Peu intéressée par les mathématiques qu'elle trouvait bien trop terre à terre et ne laissant aucune place à l'imagination, elle excellait au contraire en littérature et en langues. Ses professeurs la décrivirent comme une créatrice, avec une imagination débordante. Dès l'âge de dix ans, elle décida qu'un jour, elle aussi écrirait des romans afin de faire partager aux autres les histoires qui peuplaient son esprit, et qui l'accompagnaient jusqu'au soir au moment de dormir.
Du côté de ses relations, Caitlyn était assez proche de sa mère, mais moins de son père. Celui-ci était en effet d'une nature plus réservée, voire... torturée. Il n'avait jamais accepté le rejet de la société américaine suite à la fin de la guerre du Vietnam, et cela conduisait à des périodes où il se renfermait sur lui-même. Toutefois, elle s'entendait relativement bien avec lui lorsqu'il était dans ses meilleurs jours. Elle avait également un cercle d'amis fidèles, préférant une dizaine de fréquentations fiables et qui avaient un vrai lien avec elle plutôt qu'une masse de connaissances sans plus de profondeur. Certains partageaient avec elle son intérêt pour la lecture, mais aucun de ses amis n'aimait ça avec autant de ferveur qu'elle.

Trouver sa vocation ne fut pas difficile. Plus âgée, le moment de faire son entrée à l'université finit par arriver, mais Caitlyn avait déjà une idée assez précise de ce qu'elle voulait faire. Elle entama une fac de langues, se spécialisant en espagnol et en français, afin d'embrasser une carrière de traductrice. L'intérêt pour ces deux langues était relativement pragmatique, puisque les pays voisins du sien les parlaient toutes deux. Elle aurait peut-être même une chance de passer une partie de sa carrière en Europe... Afin de mieux maîtriser ces langues qu'elle étudiait avec assiduité, la jeune fille fit plusieurs séjours à l'étranger, que ce soit au Canada et au Mexique, ou encore en France, Belgique et Espagne. Fournir autant d'efforts porta ses fruits, puisqu'elle réussit brillamment ses études, couronnées par l'obtention d'un master en traduction. Ce n'était toutefois qu'une partie de son projet, puisque son réel but était de devenir écrivain. Lucide, elle avait toutefois compris assez vite qu'il était impossible d'en vivre tant que l'on ne devenait pas un écrivain à succès. Cela ne l'empêcha pas de commencer à rédiger son premier ouvrage à l'âge de dix-sept ans, un roman de fantasy qui peuplait son imaginaire depuis des années déjà. Avant qu'une publication ne devienne possible, il lui fallut procéder à de nombreuses corrections et remaniements, un travail long et fastidieux. Le succès fut toutefois au rendez-vous, puisqu'elle fut publiée alors qu'elle était toujours étudiante, âgée alors de vingt-deux ans. Même sans devenir un auteur phare de son domaine, elle en tira surtout une immense fierté. Cela l'encouragea à continuer dans cette voie. La suite de son roman, le deuxième tome, fut publié alors qu'elle avait vingt-quatre ans. Pour tenir ces deux années de délais, elle avait travaillé d'arrache-pied, mettant pratiquement toute vie personnelle entre parenthèses.

Une tragédie frappa toutefois alors qu'elle était âgée de vingt-cinq ans. En 2014, sa mère mourut d'un cancer du pancréas contre lequel elle s'était vaillamment battue, mais qui avait fini par avoir raison d'elle. Caitlyn fut très affectée par cette perte, et elle se réfugia d'autant plus dans l'imaginaire et le travail. Devenue traductrice pour une maison d'édition, elle pouvait oublier dans ses efforts toute la peine qu'elle ressentait. Curieusement, cet événement la rapprocha de son père, qui se montra moins renfermé dans le deuil. Elle put également compter sur son petit ami, Mike, qui partageait sa vie depuis deux ans déjà, pour la soutenir dans l'épreuve. Cela l'aida finalement à surpasser la douleur et à aller de l'avant. Un appartement à elle, un homme qu'elle aimait, un chat gris nommé Gandalf, un travail dans lequel elle s'épanouissait... Sa vie ressemblait à un fleuve tranquille. Le troisième volume de sa saga fantasy fut publié début 2015. Elle bénéficiait alors d'un cercle de lecteurs, qui sans aller jusqu'à la propulser au rang des auteurs les plus connus lui procuraient au moins de grands moments de joie dans les conventions littéraires, au moment des rencontres et des dédicaces.
En juin 2015 cependant, Caitlyn découvrit que son petit ami la trompait depuis quelques temps déjà. Furieuse, elle mit fin à leur relation sans prendre de gants, passant ensuite son amertume en se plongeant dans l'écriture. Elle ne perdit pas une occasion de lui faire savoir qu'il était un connard fini, bien évidemment. Pour retrouver son inspiration, elle fréquenta un certain nombre de bars et le bord de mer, ce qui lui permettait de retrouver une certaine forme de sérénité en écrivant. Même si le sujet restait douloureux, elle retrouva peu à peu un équilibre de vie. Mais avec l'arrivée de l'automne, tout allait être chamboulé pour de bon...

on the highway to hell

En octobre, Caitlyn suivit comme tout le monde le début des perturbations liées à l'épidémie. Au début, elle songea que ce n'étaient que des événements isolés, sans importance, et elle leur accorda l'intérêt normalement réservé aux curiosités et autres faits divers. Lorsqu'il commença à être question d'une épidémie inconnue, elle commença à être légèrement préoccupée. Comme pour les grippes des dernières années, un petit vent d'inquiétude flottait dans l'air. Cependant, contrairement à ces affaires-ci, les choses dégénérèrent rapidement. En moins d'une dizaine de jours, des informations se mirent à fuser pour révéler la gravité des événements, notamment grâce à internet et aux réseaux sociaux. Les médias relayaient des messages d'avertissement, ce qui n'avait rien de rassurant. Avant que la présence militaire ne soit ancrée pour de bon dans les rues de Portland, la jeune femme eut la surprise de voir son père débarquer chez elle. Le vétéran, la mine sombre, lui confia que les choses étaient encore plus graves qu'il n'y paraissait, qu'il en avait le sentiment. Il s'installa chez elle, lui procurant un curieux mélange de sécurité et d'angoisse. Son père avait la fâcheuse manie d'examiner drastiquement ce qui se passait, y compris dehors, à vérifier la sécurité des lieux et à tenir toujours un paquetage prêt en cas d'urgence. « C'est la guerre », voilà ce qu'il lui répétait.

La situation resta tendue jusqu'à la fin du mois d'octobre. Le chaos s'installa progressivement, alors que les facteurs humains et infectés mettaient à mal la présence militaire. Caitlyn se laissait peu à peu gagner par l'angoisse, qui l'empêchait de dormir la nuit. Elle sursautait au moindre bruit, craignant que les renforts bricolés par son père à son domicile ne suffisent pas à assurer leur sécurité. Consignée à l'intérieur, le vétéran était le seul à effectuer des sorties pour tenter de leur procurer de quoi subsister. Grâce à sa prévoyance, ils avaient au moins un certain nombre de réserves pour leur garantir de ne pas tomber tout de suite dans le besoin. Au début du mois de novembre, toutefois, son père décréta qu'ils n'étaient plus en sécurité en ville, que rester relevait de la folie, et qu'ils auraient bien plus de chances sur les routes. Ils partirent rapidement, la jeune femme se constituant un bagage de choses vitales et de quelques objets personnels. Quitter la ville ne fut toutefois pas simple, et ils durent affronter un nombre réduit d'infectés pour accéder à un véhicule et sortir de Portland.
Malgré l'hiver qui approchait, père et fille vécurent comme des nomades. Victor, avec son expérience de campagnes militaires, craignait les villes comme la peste, les prenant pour un gigantesque traquenard où la mort guettait à chaque coin de rue. Après tout, les militaires avaient le combat urbain en horreur, et cela depuis toujours... Cela devait expliquer ce comportement, qui se révéla heureusement plutôt utile en ce qui les concernait. Survivre fut toutefois rude. Restant sur les routes, ils se trouvaient un logement à l'abri et isolé pour passer une ou plusieurs nuits, fouillant des bâtiments pour trouver de quoi subsister. Ils restaient rarement longtemps au même endroit. L'arrivée de la neige et du froid fut un vrai problème. Entre temps, ils avaient passé la frontière avec l'Etat de Washington, où ils erraient désormais. Comme s'il était toujours en train de survivre dans une campagne militaire, Victor passait pas mal de temps à apprendre à sa fille à se débrouiller seule, à avoir des bons réflexes pour survivre, et à se servir d'une arme à feu ou d'une arme blanche. Pas de quoi en faire une pro, juste de quoi lui permettre de se débrouiller, et d'être capable de se passer de lui s'il lui arrivait quelque chose. Sans forcément se prendre de passion pour cela, Caitlyn se révéla suffisamment douée pour avoir la capacité de se défendre seule. Mais elle devait avouer que la présence de son père, même un peu enfermé dans son délire de survivaliste du Vietnam, la rassurait. Depuis le début de la crise, elle avait également pris l'habitude de tenir un journal dans lequel elle notait les éléments du jour qui lui semblaient importants. Ecrire était vital pour elle, fin du monde ou pas.

Son père mourut finalement en février 2016. Au cours d'une fouille et malgré ses précautions, il se retrouva pris par surprise par un infecté caché sous des décombres, qui le mordit à la cheville. Ne se faisant pas d'illusions sur son sort, Victor donna d'ultimes recommandations à sa fille. Après lui avoir tout de même dit qu'il l'aimait, et qu'il croyait en elle, il se tira une balle dans la tête, canon de son arme fourré dans la bouche. Caitlyn resta terrassée par cette perte durant quelques jours, avec le sentiment d'être seule au monde, perdue et sans savoir quoi faire. Comme survivante d'un naufrage en plein milieu de l'océan. Elle se trouvait désormais dans la région de Seattle. Aiguillonnée par le besoin, elle se remit toutefois en marche. Poursuivant la méthode qui était celle de son père, elle continua à vivre en nomade, redoublant de vigilance du fait de sa vulnérabilité. Elle écuma ainsi les alentours de Seattle pour survivre, évitant au maximum les contacts humains. Le printemps arriva finalement, et elle était toujours en vie. Diminuée un peu par les privations hivernales, mais vivante. S'étant trouvé un petit refuge sûr et isolé, elle avait préféré rester plusieurs semaines au même endroit, afin de ménager une petite blessure faite sur le chemin. Mais sans savoir de quoi le lendemain serait fait, elle n'avait pas beaucoup d'illusions sur son avenir... Son père, un vétéran aguerri, avait fini par se faire avoir. Et un jour, elle aussi finirait par tomber...

time to meet the devil

• pseudo › Big Bad Wolf 
• âge › 24 ans 

• comment as-tu découvert le forum ? › Bien avant le reboot, ça date ! 
• Ton ancien personnage ?  › Pas pour celui ci o/
• et tu le trouves comment ? › Gnéééé ** 
• présence › Quotidienne !

• code du règlement › Attrapez-les tous ! 
• crédit › Tumblr & Giphy
passeport :
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Erik Ziegler
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 03/01/2016
Messages : 319
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins   Dim 1 Mai 2016 - 3:00



bienvenue, survivant solitaire

Tu es maintenant validé(e) ! Tu vas pouvoir commencer à survivre par tes propres moyens !

Si tu as la moindre question supplémentaire, tu peux contacter le staff par MP pour de plus amples informations.


Afin que ton intégration se passe bien :

• Poste ta fiche de liens pour trouver des copains  ♥
• Mais aussi tes annexes
• Et pour te lancer dans l'aventure viens faire une demande de RP !


N'hésite pas non plus à venir faire un petit tour dans le FLOOD et sur la CHATBOX, nous serons content de t'y accueillir !

Le staff au complet te souhaite une excellente apocalypse et un très bon jeu sur TWD ♥


Bonsoir vous :>


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins   Dim 1 Mai 2016 - 8:42

Rooooh **
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins   Dim 1 Mai 2016 - 9:58

sympa le perso Very Happy



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Shane C. Evans
Fondatrice à la retraite
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2013
Messages : 2232
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins   Dim 1 Mai 2016 - 22:46





Sometimes, I hate, the life, I made
Holding on I'm lost in a haze.Fighting life to the end of my days.Don't wanna be rude but I have to.Nothing's good about the hell you put me through.I just need to look around.See that life that has come unbound.And you're so cynical, Narcissistic Cannibal.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1862
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins   Lun 2 Mai 2016 - 16:28

omg je t'avais pas vu passer toi, avec cette nouvelle tête. Scarlett est juste wouaouh. Rebienvenue :smile12:


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins   Aujourd'hui à 15:03

Revenir en haut Aller en bas
 

Fantasy is my reality - Fiche de Caitlyn A. Hawkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fiche Technique de Minami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Personnages Morts/ Supprimés.-