Partagez | .
 

 a little piece of desert greenery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: a little piece of desert greenery   Sam 26 Mar 2016 - 11:54

Le temps est quelque chose de bien étrange, car il pouvait s'écouler de manière extrêmement rapide ou au contraire se faire battre à plate couture par un mollusque portant une coquille sur le dos. Je ne savais jamais de quelle manière cela allait se passer lorsque je me réveillais le matin.

Enfin, réveiller était un grand mot, car dans le monde actuel il était tout sauf simple de garder les yeux clos plus de quelques minutes. Il faut dire qu'entre les râlements des Malades qui se baladent librement dans les rues du monde entier ou en tout cas du pays et les cauchemars qui prenaient un malin plaisir à nous torturer en nous rappelant tout ce que nous avons perdu depuis le tout début.

Je me prends souvent à penser que lorsque je serais parvenue à mettre la main sur Aori nous pourrions prendre un bateau pour aller voir ailleurs si tout cet enfer s'y passe également. Je ne suis pas aller voir du côté du port de la ville alors je ne savais pas vraiment ce qui me poussais encore à croire qu'il y avait des bateaux.

J'avais besoin de me changer un peu les idées alors lorsque je suis passé devant l'entrée du parc, je n'ai pas hésité plus de deux secondes avant de m'y engouffrer. Je ne savais pas vraiment si cet endroit était sûr ou non, mais j'avais envie de croire au fond de moi que des endroits étaient totalement sans danger.

Je releva la tête en restant tout de même prudente, car je ne voulais pas mourir maintenant sans pouvoir dire à Aori ce que je voulais lui dire. Elle me manquait de plus en plus et chaque jour cela augmentait avec force.

Je trouvais le parc assez calme, mais cela n'allait pas durer longtemps comme tout ce qui se passaient dans le monde qui était maintenant le mien. Je finis par me retrouver au bord d'un point d'eau assez grand. Je regardais l'eau grisonnantes et je perdis un temps la notion de danger, mais cela revint assez vite lorsque j'entendis des râlements pas loin de moi.

Un groupe assez important de malades s'approchait de part et d'autre du chemin. J'allais me retrouver dans une posture peu confortable. Je ne pouvais pas affronter ces choses toutes seules, mais je ne voyais pas grand monde de vivant dans les parages alors il allait falloir que je me débrouille par moi même.

Rapidement, je me suis retrouvée coincé dans un petit abris recouvrant une large table de pique-nique, mais je n'allais pas pouvoir me cacher dans cet espace et sauter dans l'eau n'était pas vraiment une bonne idée vue que j'étais convaincu qu'elle devait être plus que froide et le fait que je n'avais pas manger aujourd'hui n'allait pas aider non plus. Je me sentait perdu, mais je savais que si je devais y passer, j'allais tout faire pour emmener avec moi le plus de malade.

Je sortie mon flingue en espérant que j'allais pouvoir me sortir de là bien que cela était peu probable. Les Malades étaient au nombre de dix et je n'avais pas assez de munitions pour tirer une balles dans chacune de leurs têtes.

Je tournais mon arme vers le plus proche de moi avant de tirer, mais je n'étais pas habituer au recul provoquer par l'arme dont je ne m'étais encore peu servie. J'étais adossée à la rambarde et le recul me fis passer par dessus en me faisant tomber dans l'eau.

J'avais raison, elle était glacée et cela me cloua sur place. J'allais me noyer j'en étais certaine, mais j'entendis un bruit puissant qui me laissais penser que quelqu'un ou quelque chose avait plonger dans l'eau à son tour. Je sentis mon corps s'enfoncer lentement dans l'eau m'entraînant vers le fond.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: a little piece of desert greenery   Mer 30 Mar 2016 - 14:06

La vie est étrange parfois. Autant les gens changent sans arrêt autant les lieux eux ne semblent pas vouloir changer à la même vitesse. Si on fait abstraction des voitures accidentées et des cadavres dans les rues Madison Park n'avait pas changé d'un iota.

Je me demande parfois si j'ai changé moi aussi. J'avais beau dire que je voulais aider les gens, je ne le faisais que trop rarement. Ceux qui m'étaient cher ont payer de leurs vies ce faux héroïsme. Aujourd'hui, je me suis juré de ne plus jamais laisser cela arriver à qui que se soit. Alors oui. J'ai peut-être changé. J'ai aidé des personnes à rester en vie. Mais ces efforts ont ils seulement un sens si je m'évanouis dans la brume après les avoir aidés. Me poser me semble de plus en plus une bonne idée mais la peur de perdre ce que je pourrai créer me serre le cœur.

Non mais écoutez moi ... J'ai beau me fendre d'un sourire ravageur en toute circonstance au fond, je souffre comme tous les autres. J'ai beau me fendre d'un sourire ravageur en toute circonstance au fond, je souffre comme tous les autres. Mais je ne devrai pas me plaindre comme ça. C'est pas moi. Si je me laisse aller à ce genre de sentiments autant me tirer une balle dans la tête immédiatement et ça c'est hors de question. Aller, on se bouge Ray.

Je me remets en marche les mains dans les poches fredonnant Starway to Heaven pour me donner de l'entrain. Le vent frais de mars me lèche le visage et mes chuchotements se mêlent à lui. Le parc est loin d'être désert, mais les zonards sont encore loin de moi et ils sont plus lents. Suffit d’être prudent et de ne pas se laisser cerner.

Mon esprit se met alors à vagabonder dans de vieux souvenirs. C'est dans ce parc que j'ai embrassé Raven pour la première fois. On a joué quelque fois aussi lors de concert en plein air. Va savoir si c'est une bonne chose que cette nostalgie me fasse plus de bien que de mal. Enfin bon. Je suppose que ...

"Pan" ? "Plouf" ? Comment ça ?

Je pivote sur ma droite et aperçoit une marée de zonard qui s'approche du bord d'un bassin. Bassin dans lequel est en train de basculer quelqu'un. La personne qui vient de tirer surement. Sans réfléchir mes pieds décolle du sol et me lance dans une course folle. Le temps ralentit autour de moi. Plus jamais ... Plus jamais e ne laisserai quelqu'un mourir devant moi.

Arrivé au bord du bassin, je prends une grande inspiration et me jette à l'eau. Le froid me mord la peau avec violence et je dois faire un gros effort pour ne pas succomber. Soudain, je la vois coulant, vers le fond, immobile. Soit elle ne sait pas nager sois, elle est dans les vapes. Quoiqu'il en soit je dois la sortir de là. Soit elle ne sait pas nager sois, elle est dans les vapes. Mais elle vivra. Je le jure.

J'émerge à mon tour transi de froid et la remorque vers le rivage. Les zonards tombent à l'eau à notre suite. J'ai froid. Le vent me lacère le visage et les bras. Mes lèvres tremblent. Je me mets une baffe assez forte pour me maintenir éveiller et me penche au-dessus de la jeune fille allongée sur le sol devant moi. Elle doit avoir aussi froid que moi. Voir plus.

Pas le choix. Je pose mon sac à côté et retire mon manteau de cuir pour la recouvrir avec, puis je glisse derrière elle, la redresse pour la mettre en position assise, et la prend dans mes bras pour la réchauffer.

"- Parles moi petite. Moi s'est Ray. Tu vas bien ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: a little piece of desert greenery   Jeu 31 Mar 2016 - 16:23

Ma gorge était en feu au fur et à mesure que le liquide glacé dans lequel je venais de tomber s'y engouffrait. Le pire dans cette histoire était les pensées qui me passaient par la tête tandis que j'allais de plus en plus profond. J'avais envie de ne pas lutter, de laisser mon corps prendre le repos dont il avait besoin. Cela ne dura pas plus de quelques petites secondes, car l'image de Aori se montra devant moi et cela me fis revenir à la raison.

Je ne savais pas combien de temps j'allais survivre, mais je m'en moquais bien tant que j'avais le temps de revoir Aori et que mes derniers instant se passe dans ses bras. Je crois que ces instants de tendresses étaient ce qui me manquais le plus. Je ne sais pas vraiment si tout serait si magnifique lorsque je me retrouverais en face d'elle et il était loin d'être évident d'imaginer la scène.

Je finis par sentir des bras se saisir de ma personne pour reconduire vers la surface. J'étais épuisé et je fus incapable d'empêcher mes yeux de se fermer. Combien de temps s'était passé, je n'en savais rien du tout et il était impossible de le savoir. J'entendis une voix lointaine et se fut sans doute cela qui me poussa à revenir à moi. Pourtant je ne parvenais pas à identifier le propriétaire. Mes yeux étaient lourds et je n'arrivais pas à les ouvrir, mais je pris sur moi pour prononcer un simple mot.


- Aori !

Je savais au plus profond de moi que cela serait trop bon, que la scène est tellement faite pour ce genre de retrouvailles que cela ne pouvait en aucun cas en être une. Je soupirais tandis que je sentais déplacer dans l'espace. Il fallait que j'ouvre les yeux pour voir ce qui se passait vraiment, mais je ne savais pas si je voulais le faire réellement.

Je pris tout de même sur moi pour effectuer le geste automatique et la lumière me fis mal au yeux je ne savais pas trop où j'étais car tout ce dont je me souvenais était que je venais de plonger dans l'eau d'une manière totalement involontaire. Je restais inerte et silencieuse pour ne pas forcer sur ma gorge qui était pour le moins douloureux.

Mon regard fini par se poser sur une personne qui physiquement n'avait rien à voir avec l'apparence de Aori. Je le regardais une petite seconde pour reprendre un peu de force avant de prendre une seconde fois la parole :


- Qui ... Qui vous êtes?

J'aurais bien ajouter que je lui étais reconnaissante de m'avoir aidé, mais cela constituait beaucoup trop de mot que ma gorge pouvais le supporter. Je finirais sans doute par le dire, mais pour le moment, je ne me sentais pas assez bien pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: a little piece of desert greenery   Sam 2 Avr 2016 - 10:28

Alors que je serre cette fille dans mes bras, transi de froid moi-même, mon visage se trouve très près de sa chevelure rousse. Pendant un instant, mon cœur fait un bon. Non Ray, ce n'est pas Raven, arrête de transposer son visage sur toute les rouquine que tu croises. Même si, ces derniers temps, les rares vivant que j'ai croisés, étaient toutes rousses. C'est dingue. C'est comme si on voulait m'envoyer un signe, mais que je ne le comprend pas. Ou alors c'est Dieu qui veux me mettre dans la gueule ma propre lâcheté passé, encore et encore, jusqu’à ce que je fasse pénitence. Nan ... Des coïncidences tout au plus. Je crois pas en Dieu de toute façon.

Un coup de vent cinglant me ramène brutalement à la réalité, me faisant trembler de plus belle. Il faut d'urgence trouver un abri où se réchauffer. Mais il faut d'abord qu'elle se réveille. Si elle se réveille. Je prend alors son poul, ce qui s'avère inutile car elle viens d'ouvrir les yeux et de parler, très faiblement. Allez ducon, remue toi, vous êtes pas encore tiré d'affaire.

"- Je m’appelle Ray. Mais on fera les présentations plus tard tu veux ?"

Je redresse la tête et cherche du regard un endroit où nous pourrions nous mettre à l'abri et nous réchauffer. Là, l'espèce de cabane restaurant à une centaine de mètres. Ce sera parfait. Au moins, ça nous coupera du vent et de la vue des zonards. En parlant d'eux, j'entend des râles approcher. Putain de parc ... Quelle que soit la destination, va falloir faire vite, car les zonards rappliquent déjà d'un peu partout. Je repose les yeux sur ma compagne d'infortune, pour la voir éveillée certes mais très faible.
Soudain, je suis pris d'un vertige. Le froid et le vent vont avoir plus vite raison de nous si on bouge pas vite. Les mains tremblantes, je referme mon manteau de cuir autour de la jeune fille, passe son bras droit derrière ma nuque, et passe une bretelle de mon sac sur mon épaule, et lui dit :

"- Je vais te lever à trois. Essais de t'accrocher, on va aller se mettre à l'abri et je te réchaufferai. Je sais pas qui est cette Aori mais, moi vivant, je ferrai tout pour que tu la revoie."

Je tourne mon visage vers le sien et sourit chaleureusement avant de compte jusqu’à trois et de la lever. Nous nous mettons alors en route, tremblant et faibles, vers la cabane. Je dois avoir les lèvres qui commence à devenir bleues et à blêmir. A mesure que nous avançons, je me sens faiblir de plus en plus, et mes bras nus, mouillés, me font extrêmement mal.

Le trajet paraît durer une éternité et mes yeux commencent à tomber. C'est alors que, près de la porte de la cabane, je vois Raven qui m’appelle et me tend la main, fendu d'un grand sourire. Je serre alors les dent et pousse un grognement en poussant sur mes jambes.

"- J'arrive Raven ..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: a little piece of desert greenery   Mar 5 Avr 2016 - 14:29

Lentement, je commençais à reprendre mes esprits. Mon coeur battait rapidement dans ma poitrine comme si je venais de courir des heures et mon souffle était court. Je regardais autour de moi avec attention pour ne pas brusquer ma nuque qui était assez raide.

Je me trouvais en plein coeur d'une oasis de verdure qui permis à mon corps de ce détendre, sans doute un peu trop, car je sentis des larmes silencieuses couler le long de mon visage. Je levais doucement la main pour les faire disparaitre, mais une douleur terrible se fit ressentir au niveau de mon poignet.

Je baisais les yeux vers cette partie de mon coeur pour y voir un bandage de fortune autour de deux bouts de bois qui maintenaient tout cela en place. J'avais oublier que celui ci avait été cassé il y a peu de temps à causse de ce qui s'était passé avec Selene. Je me demandais si tout allait bien pour elle.

Je soupirais avant de poser mon bras contre mon ventre pour le stabiliser. Je sentis quelque chose se poser sur mes épaules tendis que le jeune homme qui se trouvait avec moi prit la parole pour se présenter à mon. Je n'avais pas la force de le regarder, car ma nique me faisais un peu mal. Je me contentais de lui répondre par un simple mouvement de tête pour confirmer que les présentations de ma personne se passerait plus tard.

La bulle dans laquelle je me trouvais en cet instant explosa avec force lorsque j'entendis les râles caractéristiques des Malades se rapprocher de nous. Cela ne me plaisais pas, car je ne me sentais pas vraiment la force de courir pour trouver un abris. L'homme repris la parole pour me dire ce qu'il avait l'intention de faire.

Machinalement et sans doute par crainte, je serrais le vêtement qu'il venait de mettre sur mon dos avec ma main douloureuse. Il s'empara de l'autre afin de la mettre autour de ses épaules pour m'aider à me mettre debout. Mes pieds se dérobèrent un instant avant de trouver une stabilité assez précaire tout de même.

Je laissais mon guide choisir la route, car pour le moment je n'étais pas vraiment capable de faire un choix. Il me conduisit à l'intérieur d'un bâtiment que je ne connaissais pas. Il faut dire que je ne connaissais pas réellement la ville dans laquelle je me trouvais avec le but de trouver Aori et de ne plus la laisser partir.

J'avais du mal à mettre en ordre toute les paroles que mon sauveur avaient prononcés, mais je finis tout de même par prendre la parole :


- Merci de votre aide, moi s'est Flann. Aori est ma petite amie. Où sommes nous?

J'avais un peu perdu la notion du temps et j'étais bien incapable de dire combien de temps nous avions marcher avant d'arriver dans cette pièce alors pour moi la question était assez logique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: a little piece of desert greenery   Dim 10 Avr 2016 - 16:33

Marcher jusqu’à cette cabane fut un foutu parcours du combattant. J'avais très froid et le vent lacerai de plus en plus ma peau à nu. Ma vision se troublait de plus en plus mais je tenais bon pour cette jeune fille que je tenais à bout de bras. Pourquoi est-ce qu'il fallait que toutes les jouvencelles en détresse de cette fichue ville ressemblent autant à Raven ? C'est quand même dingue. A croire qu'une force surnaturelle ne veux pas que j'oublie ce que j'ai fait ... Le temps que je m'interroge sur ce que le cosmos veut de moi nous étions arrivé à destination.

La cabane devait servir à stocker le matos pour entretenir le parc. Je vois une tondeuse à gazon et divers autres outils servant au jardinage et à l'entretient. Il y a également un lit de camp qui est dressé dans un coin de la pièce et des traces de passages récents. Qu'importe. Dans un dernier effort j'amène ma compagne sur la lit de fortune et l'y dépose doucement avant de m'effondrer sur les fesses le souffle court et le corps tremblant. Il fallait que je me réchauffe urgemment. Mais la fille d'abord.

Elle se présente sous le nom de Flann et semble avoir reprit un minimum de contenance. C'est bien. Je remarque alors ce bandage qu'elle porte. L'espace d'un instant je doute d'une morsure mais quand bien même s'en serrai une je ne veux pas la mettre mal à l'aise et lui poser la question tant qu'elle ne sera pas remise en état.

Je me relève en grimaçant de douleur et toujours tremblant. Je fouille la pièce du regard mais ne trouve rien pour me recouvrir et me réchauffer. Il est également hors de question d'allumer un feu en intérieur avec les zonards aux alentours. Je reviens alors m’asseoir par terre adosser au lit de camp et de fait dos à Flann. Par réflexe je me met à frotter mes bras nus et mon visage pour me tenir éveiller et réchauffé. Mais je sent que je sombre peu à peu dans le sommeil tellement j'ai froid. Je lutte pour garder les yeux ouvert et décide alors d'engager la conversation d'un vois tremblante pour penser à autre chose qu'a mes doigts virant au bleu foncé.

"- Enchanté Flann ... *tremblote* On est dans ce qui semble être une cabane de jardin XXL pour le parc. Les zonards vont se disperser si on chuchote et qu'on attend quelques heures. Merde ... Pour un mois de mars fait hyper froid."

Je marque une pause et met mes mains devant mon nez et ma bouche pour expirer un grand coup dans le but de me réchauffer un peu. Mon corps se fait de plus en plus lourd et je décide de poser mon sac à coté de moi m'arrachant de petit grognement au moment de bouger mes épaules endolories. J'en sort alors une de mes barres aux céréales et la tend par dessus mon épaule.

"- T'as une amoureuse à retrouver t'en as plus besoin que moi alors manges. Ça ira pour moi. J'ai plus personne à retrouver. Je ..."

Ma tête bascule alors en avant et je sombre dans le sommeil le souffle très court. Même si je ne me réveil jamais au moins j'aurai sauvé quelqu'un. Un sourire orne mon visage endormie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: a little piece of desert greenery   Ven 15 Avr 2016 - 12:33

J'avais la vue un peu brouillée, mais je parvenais à voir les traits physiques de cet homme, mais j'avoue qu'après tout ce que je venais de vivre, le fait de me retrouver seule en compagnie d'un homme que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam ne me plaisais pas vraiment. Pourtant je doutais avoir réellement le choix surtout dans l'état actuel.

L'homme avait un tremblement dans la voix et je comprenais pourquoi puisque je ressentais la violence du froid qui était largement augmenter par le fait que nous étions tout deux trempés. Moi pour être tomber assez stupidement dans l'eau et lui pour être venu me chercher. Je ne savais pas si cet acte pouvait me pousser à lui faire confiance ou non alors le mieux pour le moment était de rester prudente sans partir dans la paranoïa.

Je regardais autour de moi lorsque Ray m'informa de l'endroit où nous étions. Je ne sais pas vraiment ce que je cherchais, mais je voulais tenter d'avoir une vue d'ensemble des lieux, mais cela était assez difficile avec ma vue qui défaillait légèrement. Je finis par revenir sur lui avant de prendre la parole :


- Cela est sans doute du au fait que nous soyons trempés. L'endroit est assez étrange tout de même.

J'avais dit cela avec une voix assez faible, mais je savais que j'étais tout de même compréhensible. Il faut dire aussi que la seconde phrase que j'avais prononcé avait été plus pour moi que pour Ray alors elle devait être plus faible encore. En tout cas, j'étais d'accord sur le fait que les Malades allaient continuer la route si nous ne faisions pas de bruit.

Je savais être discrète depuis bien avant que l'enfer arrive dans le pays alors cela ne me posais pas vraiment de problème, mais je ne savais pas comment cela jouait sur l'homme qui se trouvait avec moi. Je finis par me redresser lentement contre le mur se trouvant à la gauche du lit en essayant de m'asseoir, mais cela n'était pas une chose des plus simple.

Je posa les yeux sur la barre de céréale que Ray me tendis et cela m'aida à me détendre un minimum pendant que je me trouvait à sa compagnie. Au bout de quelques secondes, je m'emparais de la barre nourrissante avant de regarder le jeune homme et de reprendre la parole :


- Merci, mais il est hors de question que je mange seule alors on fait moitié moitié.

Directement après avoir prononcé ces quelques mots, j'ouvris le paquet entourant la barre avant de couper cette dernière en deux parties assez égale puis j'en tendis une vers le jeune homme qui venait de me sauver la vie. En attendant qu'il s'en empare ou dise quelque chose, je repris la parole :

- J'ai peut être une personne à retrouver, mais toi tu dois rester vivant.

Il est vrai que je ne connaissais rien de cet homme aussi bien de son histoire que ce dont il était capable, mais je ne voulais pas voir les Malades remporter la partie en éliminant tout les survivants de cet épisode apocalyptique. Je voulais voir le monde reprendre un normalité que nous n'avions plus en ce moment, mais il devait bien y avoir quelqu'un quelque part qui pouvait trouver une solution. Cette pensée fuyait de plus en plus mon esprit au fur et à mesure des jours, mais je devais garder la foi.

Je ne sais pas trop combien de temps j'étais partie dans mes pensées, mais lorsque je revins à moi, je finis par remarquer que mon sauveur était en train de dormir. Je n'étais pas médecin, mais je savais que dormir alors que nous avions autant froid n'était absolument pas une bonne idée. Je m'approchais de lui avec difficulté avant de le secouer par l'épaule. Il devait se réveillé s'il ne voulait pas mourir et de plus je ne me sentais pas suffisamment en forme pour affronter un Malade fraichement transformé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: a little piece of desert greenery   Aujourd'hui à 11:38

Revenir en haut Aller en bas
 

a little piece of desert greenery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Episode 457 One piece
» One piece 598
» One Piece 573
» Votre Opening One Piece préféré !
» One Piece 584

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-