Partagez | .
 

 Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »   Ven 15 Jan 2016 - 19:15


Kiara (Phénix) Barnes
26 ANS • AMÉRICAINE • CHIRURGIEN • TRAVELERS

i've got a war in my mind


C'est terrible de vivre dans l'obscurité, et d'être dans l'incapacité de voir ce qui pour les autres est évident. Mais avec un peu de chance, le voile se lève et l'on découvre alors les sacrifices discrets d'une épouse, les progrès surprenant d'une mère, ou les conséquences inattendues de nos propres actes. Mais certains préfèrent rester dans l'obscurité, ils font le choix de voir que ce qu'ils acceptent de voir. Oui, la vie est pleine de mauvaises surprises. De chocs désagréables qui arrivent toujours quand on s'y attend le moins. Et quand notre organisme subit un tel choc, la question est de savoir si nous y survivront. Mes amis disent de moi que je suis une battante, que je suis amusante et drôle. J'aime beaucoup que mes proches se sentent bien en ma compagnie alors je fais tout pour cacher mon fort tempérament. Je ne me cache pas derrière un masque, contrairement à beaucoup de gens. Du moins je pense. J'ai tendance à être franche, peut-être un peu trop et directe. Courageuse et impulsive, je peux vite sortir mes poings - ce qui peut paraître ridicule lorsque l'on voit ma taille. J'ai beaucoup morflé dans la vie, mais j'ai su me relever malgré les jugements extérieurs. Il est dans notre nature de juger ceux qui nous entourent. Nous jugeons la façon dont des inconnus s’habillent, la façon dont nos voisins entretiennent leur pelouse, et la façon dont nos amis se comportent en public. Nous portons constamment ce genre de jugement... sans qu'il nous vienne jamais à l’esprit, qu'un jour, nous serons peut-être jugés. Il est dans notre nature de juger ceux qui nous entourent. Tout comme il est dans notre nature de faire endosser aux autres la responsabilité de nos erreurs. Je ne fais pas parti de ce genre de personne. Je n'aime pas du tout les hypocrites et encore moins ceux qui s'amuse du malheurs des gens. Je suis une fille écorchée vive mais qui à eu la chance d'avoir de bons amis lorsque j'en ai eu besoin. Nous avons tous des moments de profond désespoir, mais lorsque l’on décide d’affronter le problème, on en ressort plus fort. Je fais face aux problèmes qui se présentent à moi. Je ne parle jamais de mon passé. Personne n'a besoin de savoir comment ça fait mal quand l'homme cogne.


and blood on my hands

Je fais 55 kg pour 1 mètre 57, en effet, je suis une vraie femme avec de jolies formes et de jolies courbes que j'ai toujours assumée. J'ai les cheveux bruns et longs et mes yeux sont d'un bleu dont l'iris est cerné de vert/ambré. Je m'habille simplement, en essayant de faire en sorte que je puisse bouger rapidement et agilement. J'ai toujours un sac à dos avec moi dans lequel se trouve une grande bouteille d'eau, une corde, un briquet, un carnet avec un crayon, une gamelle en linox, un couteau, une carte et enfin une lampe torche et des piles. Tout ce qu'elle a put prendre chez elle avant de partir avec son chien : Gueule Rouge. Y compris le sabre de samouraï que lui avait offert sa mère bien qu'elle ne sache pas trop s'en servir.

a storm is coming

Je suis née à Seattle. Petite, tout le monde m'aime. Oui, tout le monde ! Je sors à peine du ventre de ma mère. Je suis une petite chose que tout le monde trouve joli alors que je ne ressemble vraiment à rien. J'ai des bourrelets partout, j'ai la peau super rouge et les doigts boudinés. Comment les gens peuvent être aussi hypocrite en se penchant sur mon berceau ? C’est tellement important de se dire ces choses là tant qu'on peut. Parce que quand c’est fini... c’est fini. Alors pourquoi mentir ? Je suis à peine née que je connais déjà les sourires hypocrites. Rien n’est plus trompeur qu'un sourire. Et nul ne le sait mieux que celles et ceux qui se cachent derrière lui. Certaines montrent leurs dents comme pour mettre poliment en garde leurs ennemis, d’autres arborent une mine radieuse pour empêcher leurs larmes de couler. D’autres encore grimacent bêtement pour masquer leurs peurs. Et puis il y a ce sourire rare, totalement sincère. C’est le sourire qui sait que les ennuis seront bientôt terminés. Ce sourire là, il vient essentiellement de ma maman... Plus je grandis, plus je vois que maman et papa ne s'apprécient plus comme avant. J'arrive à entendre leur cris de ma chambre. Parfois je pleure, parfois j'ai peur. Mais il n'y a pas un seul jour où je me cache pas les oreilles pour ne pas entendre les insultes fuser, il n'y a pas un seul jour ou je me cache pas les yeux pour ne pas voir la maladie et la tristesse défigurer maman. Il n'y a pas un seul jour ou je me cache toute entière pour ne pas que papa me retrouve après avoir passé la journée à boire. Je devais souvent aller dans un hôpital pour que ma maman se fasse soigner. Plus je grandissais, plus maman perdait ses cheveux à cause d'une grosse machine qui envoi des médicaments magiques. Elle ne peut plus marcher alors elle doit bouger avec une chaise roulante. A chaque fois que je rentre de l'école, maman me dit d'aller me cacher sous l'escalier. C'est toujours la même chose. Je me cache, je me bouche les oreilles. Mais malgré mes mains, je peux entendre papa hurler et briser de la vaisselle. Il me cherche mais j'ai trop peur. Quand il me trouve, il me cri dessus et me fais des bobos qui sont durs à guérir.  Maman me dit tout le temps « soit forte Kiara... Promets - moi d'être forte ! ». A l'école, les autres me regardent bizarrement. Serait-ce ces bleus sur mon visage qui les intéressent ? Un jour, je rentre a la maison et maman n'est plus là. Papa m'emmène à l’hôpital et je vois maman dans un lit, les yeux fermés. Elle n'a plus de cheveux et porte un bonnet. Je retrouve pépé et mémé dans la chambre. Ils sont habillés en noirs et ont les yeux gonflés par la tristesse. Papa ? Pourquoi ils pleurent ? Il se met à pleurer aussi. Je m'approche du lit et pose ma main sur la sienne. Maman, pourquoi tout le monde pleurs ? Pourquoi tu as la peau si froide ? Maman ? Maman ! Pourquoi tu ne parle plus ? Tu n'es plus là, n'est ce pas ? Tu es parti voler parmi les anges... Maman, n'oublie pas que je t'aime.

Je suis une adolescente perturbée. J'ai perdu ma mère, mon père est alcoolique. Papa, tu crois vraiment que partir de la maison vas arranger quelque chose ?  Je suis dans un collège banal avec des gens banales... Puis je suis allée au lycée dans l'idée de devenir médecin. Je suis passé par tout les look... J'ai été une bimbo, une hippie, une rockeuse, une punk, puis j'ai opté pour un look à moi. Je ne suis pas du tout populaire au lycée. Je fais parti des filles que personne ne regarde, qui fait les devoirs des autres et qui participe au club de musique. Je prends beaucoup de photos car il y a de la beauté partout où l'on veut bien regarder. Le reflet du ciel étoilé dans une flaque d'eau de pluie... Une pousse de guède plongé dans un sommeil hivernal... J'aurais aimé être le genre de fille dont on est fière d'être à son bras, belle, intelligente, cultivée. J'aurais aimé être la fille qui t'étale d'un regard. Il y a ces filles, insupportables, surhumaines, qui vont toujours bien, toujours belles, qui sentent toujours bon. À côté je me sens minable, je suis plutôt du genre mi-dépressive mi-euphorique. Le genre de fille qui plait et puis, qui est finalement trop compliquée. Je suis le genre de fille qu'on laisse parce que la course est trop longue, parce que mon cœur est trop cabossé et que je ne suis jamais totalement en confiance. Je suis le genre de fille trop exigeante. C'est amusant et puis quand les gens ont trop attendu, partent. Le problème c'est que ce genre de filles comme moi ne vont nul part et le soir il ne leur reste que leurs rêves pour combler leur solitude étouffante. Tu sais papa... Tu as beau essayer de me parler gentiment quand tu es ivre tu ne comprendrais rien à ce que je suis... Tu sais, c'est dur d'exister dans le présent en étant aussi dispersé par le passé. La nuit seule est ma confidente, je lui murmure mon secret qui se perd à jamais. Englouti par les ténèbres et l'oubli. Je cris, je pleure, en silence. Vais-je un jour revoir les rayons du soleil ? Je ne peux pas vivre comme quelqu'un d'autre. J'ai peur constamment de revenir à la maison et de devoir subir les insultes de papa et les moqueries des gens. J’écris. J'écris. Je crie. C'est comme ça que mon âme a survécu à toutes ces conneries. Mon clavier crache c'qui m'écrase, mon encre vomi c'qui m'assombrit et c'est comme ça que je reste en vie. Je me fiche des études que je fais, je ne vois aucun avenir pour moi... Je ne vois plus rien... Pas même la beauté de la reine de la nuit qui éblouie de ses lueurs d'argents la beauté de la nature... « Papa, tu m'as brisé. Je n'ai pas d'avenir, je n'ai plus de passé car tu m'as tout pris. "Je serais forte, promis. Mais pas aujourd'hui.». Après des années de scarifications, j'ai tenté de me suicider. Ce n'est pas un acte de lâcheté ou de courage. C'est une façon différente de voir les chose. On vit en ayant peur de la mort, mais quand on est dans mon état, on veut se suicider car on a plus peur de la vie que de la mort. J'ai abîmé mes bras. Je suis donc resté très longtemps avec  un soutien psychologique. Parce que parfois, on se voit -on se voit tel qu'on pourrait être- tel qu'on pourrait être éventuellement si les choses étaient différentes. Et si on regarde de trop près, ce qu'on voit va nous effrayer, ça va nous obliger à nous demander ce qu'on ferait si on en avait la possibilité. On sait qu'il existe un autre aspect de nous - même qu'on n'a pas envie de voir en plein jour. On passe sa vie à tout faire pour l'écarter, le repousser, loin des yeux, loin du cœur. On fait comme si une partie de nous - même n'existait pas. On vit comme ça pendant longtemps, on est à l'abri. Et puis on ne l'est plus...

J'ai enfin quitté papa. Je me suis trouvé un appartement, j'ai changé de numéro de téléphone. Je ne veux plus appartenir au passé. Je suis devenue une femme, une jolie fleur au joli sourire. Je considère mes amis comme ma famille. Un jour nous retrouverons la paix. Nous voguerons sur un océan de rires, bercés par un mistral de joie, de légèreté, sous un ciel bleu bonheur. Nous tiendrons entre nos mains le mât de la liberté, nous le hisserons aussi haut que les étoiles. Alors nous monterons rejoindre le royaume des Dieux, le royaume des cieux. Nous gravirons les marches une par une, main dans la main, poussés par l'ivresse des rayons lumineux qui brûlent notre peau et la brunit. Si l'un glisse, tous ensemble nous tendrons notre main. Nous le porterons à bout de bras sans ressentir la fatigue. Car un jour nous serons invincibles, forts. Un jour nous connaîtrons le Bonheur. Un jour, nous serons Heureux. Il arrive un moment ou nous devons nous relever Et poursuivre notre route. Et si nous en sommes incapables Il nous reste plus alors qu'à prier Pour que quelqu'un viennent nous secourir. Et mes amis ont étés là pour me donner la main. Je fais la fête comme je ne l'ai jamais faite. Je profite de la vie au maximum. Je croque la vie . J'ai une nouvelle famille. Ils s'appellent « amis ». Je suis allé dans une fac avec des cours majeur de médecine et en études mineurs la médecine zoologique. J'ai été vétérinaire puis par la suite, j'ai passé un concours pour devenir médecin puis chirurgien. En quelques années, j'ai un travail qui me plaît, un endroit où je peux être la personne que je suis réellement. Je ne me cache plus. « Maman, regardes moi ! J'ai arrêté de pleurer ! Tu vois maman ? Je suis forte ! ». Au fil du temps j'ai enfin compris. Forte, ça ne veut pas dire que tu ne pleures jamais.... Forte, ça ne veut pas que dire tu n'as jamais mal, que tu n'as jamais froid. Forte, ça ne veut pas dire tout ça. Forte, c'est quand tu te relèves, à chaque fois. Même quand on t'as enfoncé le visage dans la boue, et qu'on t'as ris au nez. Forte, c'est que même quand tu glisses, tu t'accroches à n'importe quoi, à n'importe qui, pas pour remonter, pas forcément, mais pour ralentir la chute. Forte, ça veut dire que tu continues à vivre. Forte, ça veut dire être fragile, avoir des faiblesses, mais essayer de faire avec. Forte, ça veut dire que les larmes coulent, mais que tu t'efforces de les essuyer d'un revers de la main. Forte, ça veut dire être un peu enfant, encore, et avoir besoin de promesses et de secrets. Forte, ça veut dire hurler quand il le faut, et se taire, quand on l'a trop fait. Forte, ça ne signifie pas être invincible. Forte, ça veut dire humaine, ça veut dire fière. « Je suis fière d'être ta fille maman... Je suis forte ! ».

on the highway to hell

Je travaillais comme médecin chirurgien lorsque j'ai remarqué la présence de plus en plus insistante des militaires et les gens devenant malades. Notre priorité en tant que chirurgien fut d'aller aux urgences s'occuper des malades qui présentaient le même symptôme. Quand certains malades commencèrent à devenir violent, j'ai préféré fuir en toute discrétion. Je me suis barricadé chez moi avec mon chien, sentant que tout cela n'était pas très "normal" du tout. J'avoue avoir protégé ma vie avant celle des autres. J'appris que bon nombres d'ancien ou de médecins actuels étaient appelés pour entrer dans la zone de "confinement", je n'en fis pas partit. J'ai toujours réussi à me débrouiller, j'ai choisie de survivre seule. En manque de nourriture, je pris tous ce que je pouvais dans mon sac à dos et je m'en alla avec mon chien. Au début, je fis de nombreuses erreurs comme faire trop de bruit ou tenter de piller des magasins remplis de malades. Fort heureusement, je ne fus pas mordue et la présence de Gueule Rouge me rassurait. Non seulement il me défendait mais en plus, je pouvais savoir s'il y avait une présence juste en le regardant humer l'air. Les grands malades n'ayant plus rien d'humains, j'étais persuadée qu'il fallait désormais compter sur les animaux et les signes qu'ils lançaient. Je ne suis pas parfaite aujourd'hui, mais j'arrive à survivre comme je le peux.

• pseudo › lady drake
• âge › 23 ans.

• comment as-tu découvert le forum ? › facebook.
• Ton ancien personnage ?  › aucun.
• et tu le trouves comment ? › simple et beau.
• présence › tous les jours.  

• code du règlement › OK - Jay
• crédit › rhaego
passeport :
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Dante Lassiter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2641
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »   Ven 15 Jan 2016 - 19:21

Bienvenue ici et bon courage pour ta fiche !

Excellent choix de vava en tout cas




#306B57
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3310
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »   Ven 15 Jan 2016 - 19:26

Bienvenue parmis nous Very Happy



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Nara S. Turner
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 335
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »   Ven 15 Jan 2016 - 19:57

Bienvenue parmi nous ! :smile48:


"Si la pierre coupée coupe la main,
elle doit pouvoir aussi couper autre chose."


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »   Ven 15 Jan 2016 - 20:03

merci beaucoup, j'espère être à la hauteur du forum
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1903
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »   Ven 15 Jan 2016 - 20:25

Clarke Bienvenue chez nous, jolie début de fiche ! Bon courage pour la rédaction du reste Smile


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1641
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »   Ven 15 Jan 2016 - 21:04

Bienvenuuue et j'espère que tu te plairas bien parmi nous =3



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »   Aujourd'hui à 2:05

Revenir en haut Aller en bas
 

Kiara P. Barnes • « Née du feu et du vent. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jon Wolfe | Ben Barnes
» (M) Ben Barnes ▬ I don't know what you want ♣
» [M] Ben Barnes - Citoyens
» (M) BEN BARNES
» Can I kill you ? ft. James B. Barnes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-