The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Le carillon de la clochette est bien loin
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Emilie Knox
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Medic | The Exiles
Chat noir
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1369
Sujet: Re: Le carillon de la clochette est bien loin   Ven 30 Déc 2022 - 10:05


Oui, je commence à avoir l’habitude. De souffrir, de pleurer, d’être en colère, de guérir. Le dernier abandon subit a été bien plus douloureux que cette souffrance physique qu’elle endure aujourd’hui. Son seul repère, son seul endroit de plénitude et de bonheur c’est quand elle tient son fils dans ses bras. Ce fils qu’ils ont fait ensemble, mais qu’il ne semble pas prendre conscience du besoin qu’il a d’avoir un père. Un père présent et qui lui apprendra ce qu’un fils a besoin d’apprendre de son paternel. Un exemple, un modèle à suivre. Pas un père absent ou à la guerre constamment.

Elle souffle. Je sais, qu’elle répond simplement. Mais tu es encore en colère, je peux le sentir. Et si tu la centre sur cet homme, je sens bien que tu m’en veux plus qu’à n’importe qui d’autres. Elle le sait, son refus de le suivre avait été pire qu’un coup de poignard pour son ex-mari. Mais avait-il seulement pris la peine d’essayer de comprendre ses choix ? De se mettre à sa place ?

Il lui demande ensuite si elle est au courant des dangers qui les menacent à Crescent. Je sais très bien ce qu’elles ont subi. Je les ai soignées. Mais si nous partons à chaque menace, autant ne pas s’installer. Quand une est éliminée, une nouvelle arrive. Ça ne s’arrêtera jamais Isha. Tout comme c’est un mensonge de me dire que tu reviendras quand tu auras abattu cet homme. Tu n’es pas capable de rester en retrait. C’est comme ça que tu es, tu ne changeras jamais. Ce n’est pas de la colère dans sa voix. Ou peut-être que si, un peu. Car après tout c’est de sa faute s’il ne peut pas revenir avec elle. Son entêtement à vouloir sauver tout le monde. Parce que tu ne peux pas tout contrôler Isha. Avec toi, ou ici, le danger est le même. J’ai déjà tout quitté pour toi une fois, tu n’avais pas le droit de me demander de le refaire. Pas après que tu m’aies abandonné pendant un an.

Elle lâche un rire nerveux. Elle est stupéfaite de son discours. Donc quoi ? C’est elle l’unique fautive de sa détresse ? Elle espère qu’il plaisante. T’es pas sérieux là Isha ? De quel droit tu te permets de douter de ce que je peux ressentir pour toi ? J’ai tout quitté pour toi Isha. Le confort et la sécurité pour te suivre dans tes folles aventures. J’ai porté notre enfant, malgré tous les risques que cela comportait. Je t’ai épousé. Je t’ai juré fidélité. Et toi ? Tu m’as abandonné ! Tu m’as laissé toute seule, pensant que tu étais mort et quand, et enfin, quand tu avais l’occasion de nous retrouver. Nous, ta famille Isha, ta famille ! Tu fais quoi ? Tu pars, tu fuis ! Encore ! Et pour quoi ? Une promesse faite que tu ne tiendras jamais. C’est maintenant de la colère qui irradie ses veines. Quel toupet de douter de son amour et de sa fidélité. Tu te sens mal ? Tu es malheureux ? Et bien figures toi que moi aussi. J’ai pleuré tout ce que j’ai pu. Tu as emporté une partie de mon cœur quand tu es parti dans la LM. Tu ne m’as pas laissé de choix. As-tu pris la peine de considérer ma détresse à moi ? Ou je perdais ma famille et mes amis, ou je te perdais toi. Dans les deux cas Isha, j’étais la perdante de l’histoire. J’ai choisis mon fils avant moi, avant toi. Ne remets plus jamais en doute tout ce que j’ai fait et sacrifié pour toi. Plus jamais. Je t’aime, plus que je n’ai jamais aimé personne dans ma vie. Je te l’ai prouvé tous les jours. Tu m’as juré que jamais tu ne me laisserais plus jamais seule. Je suis seule depuis plus d’un an. Qui a failli à sa promesse alors ? Je ne te laisserais pas dire que tout est de ma faute. Ça lui fait autant de bien de sortir tout ça. Elle ne le fait pas pour se venger, elle ne lui en veut même pas d’être partis. Mais qu’il ne croit pas être le seul qui souffre. Si tu veux partir, reprendre ta route et bien alors vas-y. Je ne sais même pas pourquoi je t’ai demandé de rester. Tu n’as jamais su le faire. Penses juste à ton fils de temps en temps, qui grandira sans son père, trop occupé à mener une guerre qu’il ne gagnera jamais. J’espère au moins que tu t’occupes de ta fille.

Et si au départ elle ne voulait pas en arriver là, elle en a marre de subir à chaque fois. D’être celle qui est à l’origine de tous les maux du monde. Son cœur à elle aussi a été mis en pièce le jour où il est parti. Sans même se retourner. Ne crois pas que tu sois le seul en détresse Isha. Nous nous sommes tous les deux perdues ce jour-là. Et elle se met à pleurer. La colère, la tristesse, la fatigue, tout se mélange dans sa tête. J'ai cru mourir le jour ou tu es partis. Comment est-ce qu'on en est arrivé là Isha ? Notre amour n'aurait-il pas du être plus fort que tout ça ? Que toute cette situation. Tu ne sais pas à quel point tu me manques ...






Une menace à son enfant, trouble le sang d'une mère.
Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7543
Sujet: Re: Le carillon de la clochette est bien loin   Ven 30 Déc 2022 - 22:16


J’ai un sourcil arqué et les bras croisés sur mon torse alors que je ne suis pas certain de ce qu’elle essaye de me dire. Le ton est calme quand je demande, simplement :

« Avoir l’habitude de quoi ? »

A mesure qu’elle me dit que je suis en colère, je réfléchi et sans m’en rendre compte, je fais « non » de la tête. Je suis beaucoup de choses en ce moment, mais je suis presque sûr qu’elle se trompe.

« Non… je ne suis pas fâché et je ne crois pas que je t’en veuille. C’est… non… ce n’est pas ça. C’est juste que, j’ai mal, ca c’est sur mais aussi, c’est a moi que je m’en veux. Beaucoup… »


D’y avoir cru, de ne pas avoir su renoncer et d’une liste effrayante que j’aime bien cacher sous le tapis du déni qui ressemble de plus en plus a une montagne. Certes j’ai été blessé qu’elle refuse de me suivre, mais si j’avais été en colère, vous et moi, on sait très bien que la discussion se serait finie autrement. Je me maitrise mal quand je vrille. Au mieux elle n’aurait pas eu le choix et je ne veux pas penser au pire.  

« Tu sais donc le risque que tu fais courir a notre fils comme a toi-même ? Emilie, j’entends que tu ne veuille pas fuir, même si je t’avais trouvé une solution pour être avec moi, les enfants et en sécurité. Par contre toi, entends aussi que si les choses dégénèrent et que tu t’obstines a te mettre en danger, j’ai le droit de dire stop pour notre enfant et voir pour le récupérer afin de le protéger. »


Ce ne sont pas des paroles en l’air. De la même façon que je me suis pris les pieds dans le tapis avec mes promesses qui m’ont conduit a se drame qui nous sépare, je prouve bien aux yeux du monde que je n’apprends jamais rien ou que je ne suis pas a une corde de plus pour m’étrangler avec. J’ai un rire amer et c’est avec un rictus douloureux que je lui répète :

« Je t’ai abandonnée ? Sérieusement ? C’est ce que tu penses ? Que ton ex-mari est menteur et t’as abandonné ? »

Je fais signe de laisser tomber sans cacher mon dégout. On peut me faire beaucoup de reproche, mais ni un menteur et encore moins un lâcheur. Si ca lui fait du bien d’oublié que je suis resté en arrière époux sauver tout le monde, que l’on m’a laissé au milieu des trônes et que je les ai cru mort, qu’est ce que je peux y faire ? La vérité est celle écrite par les gagnants, personnellement, j’estime avoir trop perdu dans cette histoire.

Je vais pour partir mais elle continue, a tort ou a raison, j’imagine qu’on a passé le cap d’être rationnel depuis longtemps.

« Une fois de plus, tu te trompes Emie… Tu te trompes sur toute la ligne. Tu n’as rien compris. La seule qui avait le choix, c’était toi. Moi je ne l’ai plus depuis longtemps. Je n’ai pas fait cela pour te faire souffrir, mais si j’arrête avant d’avoir fini il y aura un prix a payer que personne n’a envie d’assumer. »

Je me retourne pour lui faire face. J’accuse le coup et elle tape ou cela fait mal. Une fois de plus l’incompréhension règne en maitre et elle ne se doute pas des enjeux que je suis obligé d’affronter juste pour rester « humain » :

« Ce que je ressens pour toi est surement la seule chose qui fait que je ne t’ai pas forcée a rester avec moi parce que ca aurait été le mieux pour notre famille, ou tu es vivante et en sécurité alors qu’un taré peut continuer a torturer des femmes et des enfants en toute impunité. J’entends (HRP : des deux oreilles mouhahahahah.) que tu souffres toi aussi, mais le fait reste : il n’y a aucun gagnant et ma promesse, je comptais la tenir avec cette solution que j’avais négocier. »


La façon qu’elle a de me congédier m’oblige a la regarder comme la bête blessé que je suis avant de détourner le regard. Je mets la main sur la porte, ignorant l’acidité de ses mots avant de me raviser, une nouvelle fois à l’évocation d’une enfant qui aurait surement pleuré a ce terme. Gemma a appelé maman assez longtemps Emie pour que cette mention de « ma » fille puisse être dur a entendre. Je me sens de lui donner, malgré tout, des nouvelles :

« Gemma va bien, elle va a l’école tous les jours, grandit avec d’autres enfants de son âge, elle s’est fait des amis, peut être même, aussi, un petit ami, si je ne le noie pas. Elle aime beaucoup ou elle vit et je lui apprends a se battre comme a réparer des moteurs. Elle aussi tu lui manques, comme son frère, mais elle évite de se plaindre. Elle est partie comme elle l’a fait parce qu’elle avait peur que je me retrouve tout seul, il n’y avait rien contre toi dans son geste. »

J’ouvre la porte et c’est sans me retourner et après une grande inspiration que je lui dis :

« Moi je suis mort ce jour-là Emie. Je… je peux gagner cette guerre, contrairement a ce que tu penses, ce que je fais a une vrai incidence. Je peux tuer des monstres, terroriser des trônes et donner des montées de tensions aux dirigeants NE… mais je n’ai pas su quoi faire pour sauver notre couple. Je pensais que s’aimer suffirait… et toi aussi tu me manques… mais tu vas repartir sur un chemin et moi je suis condamné a rester sur le miens tant que je n’ai pas été au bout… »

Autrement dit, il n’y a pas de solution. Que ca me brise le cœur ou pas. Basculer pour de bon dans la démence serait pire que tout pour tout le monde. Il y a bien assez de connards sur cette terre pour que je ne tente pas de montrer a quel point celui qui est dans ma tête et attend son heure les surpasse tous.



Je n’oublierai rien de toi. Je me redresserais à jamais en ton nom, baignant dans le sang ce monde condamné



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Medic | The Exiles
Chat noir
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1369
Sujet: Re: Le carillon de la clochette est bien loin   Lun 2 Jan 2023 - 22:24
 

Elle n’en revient pas d’entendre les paroles d’Isha. Est-il en train de la menacer de lui prendre son fils ? Elle penche sa tête sur le côté, essaie de rester le plus calme possible mais s’attaquer à Logan, c’est s’attaquer directement à elle, elle ne le permettra jamais. Ne t’avise pas de me menacer de m’enlever la seule chose pour laquelle je me bats. Parce qu’une mère se transforme plus facilement en lionne quand on touche à sa progéniture, que ce soir Isha en face ou pas.  

Non, au départ, ce n’est pas ce qu’elle pensait, mais les choses ont changé, et les décisions prises par son ex-mari ont confirmé ses craintes. Oui. Finit-elle simplement pas répondre. Tu aurais pu revenir avec moi, plusieurs fois et tu as choisis de ne pas le faire. Tu l’as choisi, en ton âme et conscience. 

Tout se mélange dans sa tête, elle est en colère oui, mais elle ressent surtout de la tristesse. Elle ne se reconnait plus, elle n’aurait jamais été comme ça, avant. Mais le fait est que les gens changent, et elle en fait partie. Elle n’aurait pas pensé être aussi amer, surtout pas avec Isha. Elle est censée être celle qui réussit à le canaliser, à le calmer, à l’aimer. Mais elle n’y arrive plus. Pas après avoir été autant blessée et pourtant, elle le sait, dans un coin de sa tête qu’il a raison. Qu’elle fait courir un risque énorme à rester à Crescent avec Logan, mais elle ne peut pas le laisser. Pas tant qu’elle pourra se battre. Pas tant qu’elle ne sera pas certaine qu’il puisse être en sécurité ailleurs qu’auprès d’elle.  

Elle sent son cœur se serrer quand il se dirige vers la porte, encore une fois, il va la quitter. Elle ne peut plus revivre ça. Comme une nouvelle partie de son cœur qui se déchire à chaque fois. Cela ne se finira-t-il donc jamais ? Voilà à quoi ils sont destinés ? A se détruire un peu plus à chacune de leurs rencontres ? Son cœur se serre à la mention de Gemma. Elle est soulagée de savoir que la petite va bien. Elle n’est pas fâchée contre elle, jamais, elle peut comprendre son choix, mais elle l’a élevée pendant plus d’un an, pour elle, elle est comme sa fille. Elle ne pourra jamais vraiment arrêter de s’inquiéter. Je … je suis soulagée de la savoir à l’abri. La petite lui manque tout autant. 

Elle essuie ses larmes comme elle peut. Comme si d’avoir balancé tout son venin l’avait soulagée d’un poison qui coulait dans ses veines. Elle ne veut pas de battre avec lui. Elle ne veut pas être fâchée, ni en colère, mais elle a besoin de comprendre. Et de se faire comprendre, ce qui ne semble définitivement plus être possible, et elle le regrette amèrement. Elle le regard partir, lui faire, une nouvel fois des adieux déchirants, et avant qu’il ne quitte définitivement la pièce elle lui murmure juste, fais attention à toi.  

 


Une menace à son enfant, trouble le sang d'une mère.
Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7543
Sujet: Re: Le carillon de la clochette est bien loin   Jeu 5 Jan 2023 - 1:01

Je soupire et mon ton est fatigué quand je me contente de lui dire :

« Ce n’est pas moi la menace Emie et tu le sais très bien. »

Si elle n’a pas encore compris que je suis celui qui passe derrière pour tenter de sauver de réparer…

« Maintenant si les choses empirent, et vu ce que m’a rapporté Yulia, je ne vois pas un monde ou ca n’empirera pas. Jure-moi que tu prendras le temps de penser a ce qui est bon pour nos enfants avant de penser a ce que l’on veut nous. »


Les TE avaient brillé pour prendre toutes les mauvaises décisions possibles jusqu’à maintenant. Même si c’était facile de juger a froid et avec du recul, il n’en restait pas moins que j’avais toujours été a contre sens avec leur vision de la stratégie. Ne pas chercher les NE quand ils avaient voulu aller a Georges, fuir quand ils avaient voulu rester et résister, se battre quand eux avaient fui. Que cela vienne d’eux, ou moi, il y avait eu un moment ou les choses ne me semblaient plus logiques de ma fenêtre. Est-ce que ca aurait changé mon histoire si on avait fuie Seattle avant l’invasion ? Je n’en sais rien et je n’en saurais jamais rien. Au final, j’avais perdu trop de chose, y compris ma confiance en leur décisions. Être mon propre chef, avoir ma propre cause, même si les gens me pensent fou, est un supplice tout en étant une retrouvaille avec ce que je n’ai jamais cessé d’être, même en faisant semblant d’être normal.

Je la regarde a la fois déçu et blessé quand elle m’assure que j’aurais pu revenir. Si la séparation avait été un coup violent et douloureux, celui-là, étonnement, l’est presque plus. Les souvenir doux et tendre de complicité presque parfaite ou j’avais ce sentiment unique d’être vue et accepté s’effrite comme arrosé par cet acide froid et corrosif qui détruit tout. C’est le regard un peu trop rouge d’une voix un peu trop vibrante que je me contente de lui dire :

« Je pensais que toi… au moins… tu aurais compris. »

Je sens mourir au fond de moi, sans arrivée a retenir, la beauté de ces souvenir précieux, tel une fleur fragile sous un vent trop fort. J’aurais aimé au moins garder ca, même si au final, ca n’était qu’un joli mensonge. M’endormir en pensant avoir vraiment été aimé sans entendre la voix de mon père me rappeler qu’on ne peut pas aimer les monstres brisés ou les bêtes blessées. Je la regarde avec toutes ces blessures que je dois porter… seul. Et hoche la tete quand elle me dit de faire attention a moi. Avec pudeur, je me contente d’un :

« Toi aussi… »

Avant de quitter cette pièce, cette maison, cet endroit, avec autant de hâte que si je pouvais fuir ce vide affolant qui grandit dans ma poitrine et menace de tout engloutir. Il y a tant de douleur derrière ce néant que j’ai presque envie de mourir pour que tout s’arrête… sauf que… je ne le peux pas. De la même façon que ne je pouvais pas rentrer, je ne peux pas encore gouter aux enfers des morts, j’ai trop a faire dans ce purgatoire infâme ou je suis condamné a me battre avec cette petite voix qui me rappelle que j’ai des choses a finir.



Je n’oublierai rien de toi. Je me redresserais à jamais en ton nom, baignant dans le sang ce monde condamné



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Le carillon de la clochette est bien loin   
Revenir en haut Aller en bas  
- Le carillon de la clochette est bien loin -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: