The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 : commander le coffret ...
Voir le deal

Dieu, le Père
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Daisy L. Newman
Daisy L. Newman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Poupoule de luxe effarouchée
ascendant michto dénonciatrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 383
Sujet: Re: Dieu, le Père   Mar 18 Oct 2022 - 21:47
Les mots fusent et la crainte grandit. Daisy n’avait, non, ne s’était jamais posé la question de la condition d’aucune femme autre que la sienne et quand celle-ci s’était mise à empirer, elle n’avait eu d’autre choix que de prendre certaines décisions qui auraient sans l’ombre d’un doute leurs conséquences. Le doute s’était immiscé insidieusement, mais  certainement pas assez pour remettre tout le système de New Eden. Et certainement pas assez pour exposer une grossesse comme arme aux yeux de tous, un évènement qui lui fit ouvrir de grands yeux, entre choquée et surprise. Vivaient-il les évènements des premières insurrections féminines. Daisy n’était pas certaine de pouvoir supporter un autre de ces spectacles d’exécutions publiques.

Ela, toi qui vient de l’extérieur, est-ce vrai ce qu’il raconte à propos d’autres immunisés ? chuchote Daisy, alors qu’elle n’avait jamais remis en question l’immunité de l’Adonaï, ni même son caractère unique. Elle n’y avait jamais vu d’intérêts au questionnement, mais face à tant de véhémence, comment échapper aux interrogations ?

Était-ce l’heure aux questions ? Les trônes semblaient s’activer et les esprits s’échauffer. Daisy voyait non loins d’elle, Lynn s’époumoner à défendre leur leader, elle qui était enceinte de presque cinq mois ne pouvait prendre ce genre de risque. Son acolyte se mange une vilaine gifle, Daisy ne semble pas en croire ses yeux. La véhémence s’était déjà déversée sur le passage de l’Adonaï, il ne manquait plus qu’une escalade de la violence physique.

Ela ne dit rien et Daisy tourne la tête vers son amie. Celle-ci semblait ne rien vouloir dire, interdite, mais son expression la trahissait. Elle omettait une vérité, ses yeux fuyaient Daisy, par peur, certainement. Les sourcils de l’Épouse se froncent, il n’était pas possible qu’un mensonge aussi gros puisse tenir aussi longtemps. Ela lui intime, la supplie presque de se taire et de ne rien dire. Daisy reste interdite, les yeux rivés vers la procession de l’Adonaï et de ses sbires. Sa vie n’était-elle qu’un écran de fumée, avait-elle été séduite par les belles choses de la Zone Blanche et les belles paroles désormais couleuvres que lui avaient faites avalées son cher et tendre Époux ?

 On ferait peut-être bien de partir, avant que cela ne dégénère encore plus, Ela.

Spoiler:


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Hawksley
Ela Hawksley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 558
Sujet: Re: Dieu, le Père   Mer 19 Oct 2022 - 10:30
La situation s’était envenimée si vite. Elle avait croisé le regard d’Hoani un instant, et quand le mouvement de grogne s’était lancé, l’israélienne n’avait eu d’autres réflexes que de tourner la tête vers sa belle-soeur, chassant Mia pour enfiler un de ces masques. Non. Diminuée, elle n’a plus les mêmes réflexes qu’à l’époque, au lieu de ça, elle se fige et s’accroche à la main de Sylvia d’un côté et à la présence de Daisy de l’autre. Quand cette dernière suggère d’abord de partir, Ela ne répond pas et assiste, hébétée à une grogne qu’elle avait pourtant prédit qu’elle ne se lancerait jamais, à Hoani, il y a quelques temps. « Il faut… » Elle perd ses mots en entendant à la fois ces femmes défendre leurs droits véritables, et puis ces jeunes filles remercier leur sauveur. L’israélienne ne sait plus trop sur quel pied danser.

Et puis Daisy lui demande ; existe-t-il d’autres immunisés ? Elle blêmit. Son regard furète de droite à gauche, avant de s’accrocher à celui de son amie. « Pas maintenant, Daisy… Je… » Elle lui répondrait, mais pas ici. Pas entouré de tous ces Trônes. Elle sait que la jeune femme a compris ses non-dits, elle pourrait presque voir les rouages de son cerveau s’activer alors qu’elle prend conscience des vérités dites ce jour.

Quand Daisy réitère sa proposition de partir, elle hoche la tête. « C’est trop tard… » C’est la voix de Sylvia qui vient répondre, alors qu’Ela s’était déjà levée de son siège. Son amie lui désigne la foule autour d’elles. « On ne saura pas s’extraire sans risquer le mouvement de foule, ce ne serait pas bon, vu ton état Ela… Il vaudrait mieux… » Elle semble chercher une solution. Mais entre les protestataires et l’Adonaï, qui préfèrent-elles choisir ? En toute sincérité, les deux camps la cisaillent. « Elle a raison, Daisy… On aurait dû partir quand tu l’as suggéré plus tôt, je suis désolée et… » Elle ne peut s’empêcher de jeter un coup d'œil à Hoani derrière son masque. « On serait peut-être… Plus en sécurité avec… Avec les… Avec les Trônes mais… » Il y avait cet homme-là, ce soldat, qui avait été présent lors de sa capture l’année dernière. Avec l’agitation et toutes ces tensions ; passerait-elle, seulement ?

Et puis, avait-elle vraiment envie de se ranger du côté de l’Adonaï ?

Elle regarde à nouveau la silhouette d’Hoani qui lui est impossible de ne pas reconnaître. Elle a tellement envie de la tirer avec elle, de l’éloigner de cette foule. « Ne fais… Ne faites pas ça ! Arrêtez ça… » Elle sait que sa voix a porté jusqu’aux oreilles d’Hoani. Sa voix et son regard sont suppliants. Elle sait qu’elle attire des regards et une attention dont elles se passeraient bien mais… Elle devait essayer, non ? Malgré tout ce qu’elles s’étaient dit : elle tenait à elle.

Spoiler:


If I could start again,
A million miles away
I would keep myself,
I would find a way.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas  
Benjamin Blackbird
Benjamin Blackbird
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Trône
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2710
Sujet: Re: Dieu, le Père   Mer 19 Oct 2022 - 20:20
Après avoir rapidement confirmé à son frère d’armes qu’il ne s’éloignerait pas trop de l’Adonaï, Benjamin se déplaça immédiatement à proximité du premier manifestant qui se trouvait devant lui. Furieux il l’agrippa alors aussitôt par le bras et tenta ensuite de le faire taire. Primo en le menaçant verbalement. Secundo en commençant à le molester. Et tertio en lui arrachant le masque qui dissimulait son visage. Le militaire satisfait s’apprêta ensuite à forcer cette personne à s’agenouiller. Mais face à la grogne qui s’amplifiait dangereusement et qui apparemment ne ferait que grossir encore plus c’était tout bonnement impossible.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le Marines rebroussa rapidement son chemin en direction de l’Adonaï. - « Je sais désormais à quoi tu ressembles » Hurla alors le Trône au visage du manifestant. - « Il ne me faudra pas beaucoup de temps pour connaître ton identité » Et ensuite il le ferait arrêter, il lui ferait subir un interrogatoire musclé dans le seul but qu’il lui livre tous ses complices. Ce qu’il ferait. Et après avoir obtenu toutes ces informations il le ferait finalement crucifier pour rébellion. Mais avant d’en arriver là il fallait déjà que le Colonel Richardson quitte cet endroit.

A ce propos ce n’est qu’après avoir repris sa place aux côtés de l’Adonaï que Benjamin constata que ce départ précipité ne serait finalement pas si simple que cela. Le jeune homme inquiet se demanda d'ailleurs si Hailey était au encore beau milieu de cette foule en colère ou si elle avait réussie à se mettre en sécurité. Pourquoi ? Tout simplement parce que l'Adonaï ordonnerait très certainement à Benjamin et ses collègues d'ouvrir le feu sur la foule si jamais ces protestations ne s'arrêtaient pas.

Spoiler:


Semper Fidelis


I am an American, fighting in the forces which guard my country and our way of life. I am prepared to give my life in their defense.
I will trust in my God and in the UNITED STATES OF AMERICA

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Hailey W. Blackbird
Hailey W. Blackbird
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1452
Sujet: Re: Dieu, le Père   Mer 19 Oct 2022 - 22:04
Tout s’enchaîne et va beaucoup trop vite. Le pire dans tout cela ? C’est que je reconnais les voix. Mason, Felicity, Neela, Hoani et d’autres encore. Je les connais. Ma famille. mes amis. Une main posée sur mon ventre toujours plat, l’autre passant dans la doublure de ma cape, où se trouve un masque identique aux leurs. Personne ne s’attendait à ce que cela se passe bien, mais voir deux jeunes femmes prendre la défense de cet imposteur me soulève le cœur. La vigilance des Trônes m’effraie, comme beaucoup, la présence de Benjamin semblant accentuer plus que calmer ma peur. La tension qui ne cesse d’augmenter me paralyse un instant.

Quelques secondes – interminables – avant que je n’arrive à prendre le dessus, enfilant mon masque alors que toute l’attention est tournée vers les autres, ajustant ma capuche en m’assurant que rien ne dépasse.

« IL SUFFIT ! » Je m’interpose entre les deux femmes, fixant Hoani en me forçant à garder mon calme. « La violence n’est JAMAIS une solution. Nous ne sommes pas comme eux ! Nous devons faire mieux, être meilleurs ! Sinon ce que nous voulons n’a aucun sens ! »

Je la toise et reprends en parlant plus fort. « La vie dehors est difficile, cruelle, la violence et la loi du plus fort sont malheureusement les seules lois qui restent. Nous le savons ! Nous l’avons vu. » Elle comme moi. Je me tourne vers les deux jeunes. « Mais il serait idiot et naïf de votre part de croire que cette violence est stoppée par des murs. Elle se fait plus vicieuse ici, elle se cache derrière les murs des maisons, elle se terre dans les entrailles de notre ville, elle grandit chaque jour qui passe. Cessez vos enfantillages. Ouvrez les yeux et regardez, regardez vraiment ! »

J’inspire profondément, haussant encore la voix, pour répondre aux autres, pour me faire entendre plus loin. « Nous savons que vous avez peur. Nous avons tous connus ça. Quand nous étions dehors, nous avons été invitées dans ce nouvel Eden. Sauf que Dieu n’est pas là, il n’y a que des mensonges ! On nous a promis la sécurité et la paix ! Vous sentez-vous en paix, avec Dieu, avec vous-même, quand des personnes se font fouetter ou couper la langue pour avoir parler ?  C’est ce que vous voyez ? Le soir quand vous rentrez chez vous et que vous regardez vos filles apprendre à repriser des chaussettes plutôt qu’à savoir se défendre ? Quel avenir voyez-vous pour elle quand on leur enseigne le ménage plutôt que la science ou la littérature ? Quel avenir pour vos fils qui apprennent qu’ils n’ont pas à aimer, ni à respecter une femme, pas même leur mère ou leur sœur ? Ce n’est pas ce que je veux pour mes enfants ! Je veux qu’ils aient le choix ! Je veux qu’ils soient libres ! Libre de rester, libre de sortir, libre de vivre ! Nous en avons la possibilité ici ! Oui, ce qui a été construit est magnifique, mais ce qui en est fait est dramatique !

Les gens meurent de faim, à quelques mètres de là, et tout le monde ferme les yeux sous prétexte qu’ils auraient défié la loi ! Des jeunes filles sont mariées de force à des hommes qu’elles ne connaissent pas, qu’elles n’aiment pas, des hommes qui vont pouvoir impunément les violenter à l’abri des regards ! Des malades sont assassinés parce qu’ils coutent trop chers ! Des enfants sont pris à leur famille et disparaissent, sans que personne ne s’en préoccupe ! »
Je secoue la tête alors que je ravale difficilement des sanglots.

« Nous étions le plus beau pays du monde ! Le pays des Libertés et des rêves ! Regardez ce que nous sommes devenus maintenant ! Nous ne valons pas mieux que ceux dehors, si nous fermons les yeux sur les atrocités commises sous nos yeux… Alors Dieu nous aura définitivement abandonné. Et plus rien n’aura d’importance, parce que nous ne seront plus des humains. » Je ferme les yeux un instant. « Nous ne voulons pas de violence. Nous voulons la Justice. L’Egalité. La Liberté. » J’essaie de capter le regard de certains, de ceux que je connais. « Nous ne voulons pas de morts. Nous voulons protéger ce qui compte. La violence n’entraînera que davantage de violence. Nous le savons tous. Nous valons mieux. Nous voulons mieux. » J’esquisse un sourire sans joie derrière mon masque et ma main se pose sur le bras d’Hoani. « Nous voulions nous faire entendre. Nous ne voulons pas de morts. Il y en a déjà trop eu. »

Allons-y avant que tout cela ne dégénère en massacre. Je tire doucement le bras de la femme a mes côtés, mon regard devant être assez explicite, sachant fort bien que c’est sans doute inutile. Mais, si je n’ai aucune envie de rester alors que les Trones… que Benjamin attend et finit par obéir à des ordres sans âme, je ne pourrais jamais partir en sachant que ceux que j’aime sont ici.
Spoiler:


Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi
Revenir en haut Aller en bas  
Hoani Hayworth
Hoani Hayworth
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Disgraced
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 909
Sujet: Re: Dieu, le Père   Mer 19 Oct 2022 - 23:35
C'est ridicule, et pourtant, on en est là. Moi à me retrouver face à une gamine, grimaçant derrière mon masque, prête à lui faire regretter ses propos par tous les moyens possibles. Oh. Mon dieu. Je voudrais croire que je me rends compte de ce que je fais. Mon sang n'a fait qu'un tour, mon sang-froid a fondu comme neige au soleil. Il n'a pas fallu grand-chose, juste un rappel cuisant de ce que j'ai vécu, mis sur le dos de l'extérieur. Quand mon malheur, moi, vient de l'intérieur. Je bénis le ciel que Mia ne soit plus là pour voir ça, au moment même où la voix d'une amie esquivée pendant des mois se manifeste. Je l'entends, du coin de l'œil, je la vois et la reconnais. Je m'arrête figée, la dévisageant en silence. Ma respiration se fait plus forte, et mes ongles s'enfoncent dans mes paumes. Fébrile, je le suis, et je ne sais de quel côté penche réellement la balance. Sa supplique me poignarde le cœur, notre conversation d'antan ne cessant d'hanter mon esprit depuis que nous nous sommes quittées abruptement. L'ironie étant qu'une gifle aussi était partie, ce jour-là, sans pour autant qu'elle ne change quoi que ce soit. Merde. 

Je marque un temps d'arrêt. Secouant la tête, m'époumonnant à son encontre : « Tu..  Vous vous trompez de cible, ce n'est pas à nous d'arrêter ! Ce n'est pas à nous de nous taire, quand nous ne faisons que clamer la vérité. Ces gens-là, celui que vous proclamez comme votre messie, votre sauveur, c'est lui qui nous brise tous, ce sont lui et les siens qui nous mènent à notre perte ! Pourquoi pensez-vous que nous sommes en guerre avec d'autres groupes de l'extérieur, hein ? Ouvre... ouvrez enfin les yeux avant de finir comme eux ! » J'insiste, essayant de lui rappeler notre conversation. Pour autant, ma véhémence a diminué d'un cran. Mais pas suffisamment pour que j'ignore les plus jeunes prises à partie, vers lesquelles je me tourne, levant un index accusateur. Prête une nouvelle fois à leur renvoyer en pleine tronche leurs arguments qui, en d'autres circonstances, auraient pu être entendus si aisément, si ce n'était pour cet endroit que je méprise plus que n'importe qui, n'importe quoi. Je hais New Eden, je hais ce nom qu'il porte, se vantant comme un refuge qu'il n'est guère. Et je méprise celles qui le défendent bec et ongles, incapables de voir ce qu'il se passe juste là, juste sous leurs yeux. Bordel, Lynn a t-elle déjà oublié ce que nous avons trouvé sur l'un de ces prétendus hommes bienséants ?

Je suis prête à sortir les griffes, encore. Mais si Ela a su atteindre mes ardeurs, celles-ci sont bien plus impactées encore quand une autre personne s'interpose. Derrière son masque, je perçois des prunelles familières, et entends une tonalité guère étrangère. Hailey. Sa main saisit mon bras fermement, s'immisçant juste à temps. Juste avant que je ne regrette un prochain geste, ou de prochaines paroles. Je ne sais si la rouquine me sent trembler contre elle. Je suis si fébrile, si hargneuse que je me contrôle difficilement. Mais ses propos ne tombent pas dans l'oreille d'une sourde, et je me retrouve à baisser la tête, quelques secondes, avant de la relever pour mieux dévisager ce qu'il se passe devant moi. Pour fixer les yeux éberlués des plus jeunes, de celles que je veux préserver de la violence de cet endroit... et que je frappe à mon tour. Mon dieu. Hailey en appelle à la raison, s'adresse à la foule mais je me sens plus concernée par ses dires que quiconque d'autre en ces lieux. Mes dents grincent, ma langue est mordue alors que je me force à me ressaisir, cherchant du regard ceux qui me connaissent mieux que personne. Ce combat, je ne peux pas le perdre maintenant. Pas comme ça. Pas après tout ce que j'ai cédé, pas après tout ce que j'ai enduré. Moi, et tant d'autres ici. Toutes celles et ceux qui, derrière les masques, prennent des risques inconsidérés pour faire changer les esprits. La violence n'est pas une option.

Soit. Pas ici, du moins. Cela dessert notre cause et j'en prends conscience, même si je regrette ardemment que nous ne puissions réellement aller plus loin. En d'autres circonstances, je m'y plierai volontiers. N'aurais aucune honte à faire exploser un énième bâtiment proférant des insanités. Mais ici, le seul qui mérite un assaut frontal est aussi le seul qui est honteusement protégé. Ce connard qui ne mérite rien de mieux que la mort en personne, lui qui n'hésiterait pas à sacrifier son propre peuple. Je siffle, redresse la tête. Ma main serre par réflexe celle de mon alliée masquée, tandis que mes iris captent des personnes plus éloignées. Je me plonge à nouveau dans le regard d'Ela, quémandant presque qu'elle fasse un choix. Le bon. Et puis derrière elle, c'est Louisa, qui m'adresse un signe. Une négation de la tête. Et je saisis.

Je dévisage alors avec dédain les deux blondasses, autant désolée qu'offensée, autant agacée que peinée de ne pouvoir réellement impacter des esprits aussi bornés : « Tu as raison. » Je chuchote d'abord à l'attention de la rousse, avant d'hausser le ton pour les deux cadettes : « Vous n'en valez pas la peine. La perfidie est trop insinuée dans vos têtes pour que vous saisissiez même le sens de notre combat. Mais vous le comprendrez, quand cela arrivera. Je n'aimerais pas être à votre place lorsque la réalisation germera dans votre esprit, lorsque vous ne pourrez que subir ce que vous redoutez le plus. Ce qui nous est arrivé à nous, ici, en ces murs, qui ne sont sécuritaires pour personne. Surtout pas pour vous. Pour vous, le pire est à venir. Si seulement vous pouviez le comprendre, et agir en conséquence. New Eden ne vous a pas sauvées, New Eden vous a condamnées. » Je crache, me détourne, levant le poing vers le haut, reprenant à la suite de ma camarade pour la foule : « Il n'est pas encore trop tard pour prendre les bonnes décisions. Pour renverser la tendance. Vos sauveurs sont des menteurs, des gourous qui vous trompent, qui vous forçent à commettre l'irréparable. Ils ont pourtant plus de sang sur les mains que n'importe qui d'autres ici ! » Je clame, alors que derrière, Louisa et les autres reprennent : « NOUS SOMMES LA VOIX DE LA VÉRITÉ ET NOUS DEMANDONS JUSTICE. » « Si vous n'ouvrez pas les portes, si vous refusez de nous écouter alors nous saurons. Nous saurons que nous avons raison, et vous le regretterez. Il en est assez, d'être complices de ces monstruosités ! Réveillez-vous, rebellez-vous ! Mettez un terme aux agissements de ces criminels ! » Et sur ce, je me recule brusquement, sortant de mon sac une bible. Une des nombreuses distribuées au sein de New Eden, une de ces copies dont l'Adonaï s'inspire pour déformer la réalité, pour imposer sa vision du monde. Je lève le manuscrit, haut, tonitruante : « Car la Volonté de Dieu n'est pas de suivre un faux prophète. Les préceptes de New Eden trahissent vos croyances les plus profondes, et les péchés auxquels vous vous adonnez tous, en vous alliant à Richardson et ses vulgaires associés, devront être chatiés. Entendez-vous ? Cessez de vous cacher derrière la religion pour justifier vos crimes, car Richardson a blasphémé chaque verset de l'Eternel en le teintant du sang de vos propres entrailles ! » Et alors que j'étais prête à tout lâcher, mes gestes dépassent ma pensée. Les feuillets de la bible se déchirant sous mes doigts tremblants, mes cris illustrant l'action entreprise, moi qui arrache les pages d'un manuscrit que j'ai tant de fois honni et voulu brûler. « NOUS VOULONS LA JUSTICE, LA LIBERTE, L'EGALITE.» Je conclus, en reprenant les paroles de mon amie. « ET CELA NE POURRA EXISTER TANT QU'UN FAUX PROPHETE NOUS DOMINERA. C'EN EST FINI, RICHARDSON. VOTRE OEUVRE DOIT S'ACHEVER MAINTENANT. » Et la reliure du livre s'étale au sol, au milieu de morceaux de papiers déchirés. Me tournant vers Hailey, déterminée. Prête à la suivre malgré tout. Me tournant vers les autres alliés masqués, qu'ils approuvent ou non mon geste, car, de toute façon, la machine est lancée. Car le combat ne fait que commencer. Hors de question qu'il se termine ici, si facilement. Richardson ne gagnera pas. Ni lui, ni ses généraux.

Spoiler:




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Watched my hands curl into fists, your name just went on my list. I won't say I'm sorry, I'm angry all the time. You think I fly, but I like to crash and burn, I guess I'll just never learn, how to keep my nerves.
☾☾ And it feels like a poison to me ☾☾ To Be So Angry All The Time
Revenir en haut Aller en bas  
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 34314
Sujet: Re: Dieu, le Père   Jeu 20 Oct 2022 - 0:08
Il y a des gestes en trop, ceux qui ne font que mettre le feu aux poudres, un peu comme tu découpes cette bible. Les textes sacrés volent en morceau, et c'est dans un mouvement qu'un des trônes s'approche de toi Hoani. Lance deux dés 10, additionne le premier à ton réflexe, le second au réflexe du PNJ - sa statistique est à 8. Si tu fais plus que lui, tu parviens à t'extirper de la foule et à éviter d'être embarqué de force. Si tu fais moins, l'homme te saisit par le bras et...

Il te faudra lancer un dé 6 :
- Si tu fais 1 ou 6, tu es rouée de coups sous les yeux de tous, ton masque vole et c'est matraqué au sol que tu termines. Tu écopes d'un vilain traumatisme crânien, en plus du reste.
- Si tu fais 2 ou 5, tu te fais à nouveau malmené devant la foule, 1d6 de côtes cassées et une épaule démise, tout ça met le feu aux poudres.
- Si tu fais 3 ou 4, non-content de te briser le poignet en t'attrapant, tu le vois dégainer son arme et une balle est tirée - dans ton ventre.

Tu écoperas alors d'un malus de -3 sur l'ensemble de tes statistiques. Dans la foulée, la tension déjà forte monte d'un cran supplémentaire.

Dans tous les cas et peu importe le résultat d'Hoani : La priorité des trônes restent d'évacuer et protéger Adonaï et ce, à tout prix. Si vous vous trouvez sur leurs routes, ils n'hésiteront pas à agir... Ou à faire feu. Il n'y aura plus de demi-mesures, un mot de trop et il vous sera impossible de ramener la paix.

Ceux à proximité d'Adonaï - qui ne porte pas de masques, donc - lancez un dé 10 sur votre perception. En cas de réussite, ouvrez le spoiler - j'attends de vos parts que vous jouiez le jeu :

Spoiler:

Benjamin, par défaut, tu as l'autorisation de lire le spoiler. A toi de réagir en conséquence. Tu peux choisir d'obéir strictement à l'ordre... Ou en décider autrement.
Revenir en haut Aller en bas  
Hoani Hayworth
Hoani Hayworth
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Disgraced
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 909
Sujet: Re: Dieu, le Père   Jeu 20 Oct 2022 - 7:19
Est-ce que j'aurais donc tort, est-ce comme ça que le combat va se terminer ? Un bref instant, je me le demande. Quand un de ces chiens armés traverse la foule dans un mouvement si vif que je peine à le remarquer, quand la main d'Hailey, que j'aurais déçue, à n'en point douter, est remplacée par la poigne de fer du trône qui me broie le bras, je me questionne. Et puis, face à ses yeux sans état d'âmes, j'hausse les épaules. Quelle importance, au fond.

Je ne cherche pas à résister, n'en ai pas l'occasion. Telle une vulgaire poupée de chiffon, je suis projetée au sol alors que je perçois la foule s'écarter pour mieux laisser les sbires faire leur travail. Je serre les dents, ai le réflexe, stupide j'en conviens, de me rouler en boule et d'amener mes bras au-dessus de ma tête dès lors que les coups commencent à pleuvoir. Argh. Mon corps fait mal. Partout, soudainement. Le papier maché qui recouvrait mon visage n'est plus, et là encore je me le dis : quelle importance. Ma respiration se coupe, mes os encaissent, amortissent les coups de poings, de pieds, de matraques ou que sais-je encore. C'est la haine qui me prostre au sol, la mienne et celle de ceux que je dénonce, que je veux ensevelir six pieds sous terre. Et à mesure que je perds la moindre once de raison qui m'habitait encore, je serre les dents, plie les lèvres en un rictus dont j'ai à peine conscience.

J'aimerais dire, au moment où la douleur m'envahie, où je pense ne pas résister à cette salve de violence, que je regrette, et que je visualise le visage des gens que j'aime. Que je pense à Elijah, à notre étrange famille composée malgré les affronts du régime, que je pense à mes alliés, qu'ils soient ici ou dehors. Mais il n'en est rien. Je ne pense à rien d'autre qu'à ce que je viens de faire. Et je ne regrette rien. Et c'est presque avec espoir que j'accueille le sort qui m'est réservée, que ce soit la mort ou tout autre funeste destin. De toute façon, il me pendait au nez, celui-là. Alors, presque malgré moi, il y a un petit son qui s'échappe de mes lèvres. Alors que le sang coule, et que je ne suis pas bien certaine de voir autre chose que le goudron qui me cogne le front, alors que je peine à distinguer les sons alentours en sentant la bile me monter à la bouche, il y a ce truc, ce râle, qui se forme depuis ma gorge. Mon corps est secoué, mais ce n'est pas tant l'offense que le rire qui perce, peinant à réellement se faire entendre. Mais je m'en fiche. Parce que j'avais raison. Parce que je viens littéralement de prouver à tous que la violence ne vient que d''une seule personne. Que celui qu'ils adulent n'est rien de plus qu'un pantin incapable de se contrôler quand on le confronte à la réalité. Il n'a rien fallu de mieux qu'attaquer les croyances de ces pauvres ignares pour soulever leurs plus affreuses pulsions.  « Eheheh, allez cacher ça, maintenant. Ehehehe. » Je crache, mes poumons, du sang, je n'en sais rien, je ne comprends plus grand chose à ce qui se passe. Je crois bien que ma tête part en arrière, je me pense à deux doigts de sombrer définitivement dans l'inconscience. Quelle importance. La vague de souffrance est puissante, mais le reste l'est d'autant plus. La fierté, probablement, est présente. Parce qu'il était temps. Qu'on voit les monstres tels qu'ils sont réellement. Et que moi, enfin, j'ose assumer qui je suis véritablement. Ah, le tribut est lourd à payer. Mais ça en valait la peine.


Spoiler:




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Watched my hands curl into fists, your name just went on my list. I won't say I'm sorry, I'm angry all the time. You think I fly, but I like to crash and burn, I guess I'll just never learn, how to keep my nerves.
☾☾ And it feels like a poison to me ☾☾ To Be So Angry All The Time
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Dieu, le Père   
Revenir en haut Aller en bas  
- Dieu, le Père -
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: