The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
Tournevis Porte-Embouts Stanley avec 6 Embouts – ...
Voir le deal
3.91 €

La chasse est ouverte
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 8322
Sujet: La chasse est ouverte   Ven 19 Aoû 2022 - 22:18


La chasse est ouverte John-thomas-wf9PjVcbIlE-unsplash

Map:

Olympic National Park, cette ancienne réserve naturelle montagneuse est un décor digne d’une carte postale. A perte de vue se dressent des montagnes dont les hauteurs verdoyantes prennent un éclat argenté où la pierre nue semble refléter les chauds rayons de soleil de cette fin de mois d’aout. Cet écrin naturel est d’autant plus précieux qu’on y trouve gibier, bois et matériaux naturels en abondance. La forêt, libérée de la présence de l’homme, a pris ses lettres de noblesse et offre un refuge a beaucoup d’espèces en plus d’une ombre salutaire en ces périodes caniculaires. Les récentes pluies en hauteurs ont regonflé les cours d’eau qui dévalent les pentes entre deux cascades dans une symphonie presque enchanteresse que le murmure du vent dans les arbres sait parfaitement compléter. Néanmoins, il y a d’autres enjeux qui se trame derrière ce rideaux végétale, d’autres sons qui n’ont rien de naturelle.

Les oiseaux ont cessé de chanter et semblent attendre, attentifs et inquiets, le dénouement de ce qui se trame dans les hauteurs. Ils ne peuvent pas comprendre, eux, ce qui se dit, ni pourquoi tout ce bruit. Soudain, le calme est troublé par un grondement sourd qui raisonne dans toute la vallée, les oiseaux s’envolent alors qu’en hauteur, la fumée s’élève dans le ciel et un bruit de pierres qui déboulent retenti. Très rapidement, l’endroit se rempli de cris, de coup de feu, de bruit de moteurs lancé en trombes…

La raison de ce tumulte nage comme elle le peu dans le cours d’eau tourmenté, épuisées, suffoquent des nombreuses fois ou elle s’est retrouvée la tête émergée, c’est a la seule force de ses jambes qu’elle arrive a s’extraire du courant pour s’échouer une rive rocailleuse a l’orée d’un bois. Elle a les mains attachées et peine à retrouver son souffle. Pourtant, elle ne traine pas et, maladroitement, elle se redresse pour aller vers la végétation, s’arrêtant net en découvrant qu’elle n’est pas seule, il y a un homme devant elle. Elle n’ose pas bouger, gardant ses grands yeux verts d’animal traqué posé ssur lui quand elle sursaute en entendant d’autres voix.

« Putain elle est ou cette pétasse !
- On va la retrouver elle ne peut pas être loin !
- Celui qui la chope pourra lui passer dessus le premier ! On va lui faire passer le gout de jouer avec des grenades. »

Combien sont ils ? C’est une bonne question, mais il n’y a pas besoin d’être un grand psychologue pour comprendre que la femme trempée est terrorisée par ceux qui sont en train de descendre de voitures, a en jugé par les sons, pour traverser le bois et, surement, aller vers la rivière, vers elle et l’inconnu.

Elle ne parle pas, les lèvres tremblantes, le menton haut, pale comme la mort c’est avec avec une supplication muette dans le regard qu'elle dévisage l'inconnu. Un mot de lui, un geste, peut autant la condamnée que lui donner une chance d’échapper a ceux qui ne vont pas tarder a arriver. Après, même s’il la laisse passer sans donner l'adresse, elle est dans ses vêtements gorgés d’eau, déchirés et trop large, il lui manque une chaussure, elle a les mains attachées et saigne a plusieurs endroits. Elle n'a pas le profile d'une survivante habituée a vivre a la dure par elle même. Pas sur qu’elle sache aller bien loin dans cet état en se faisant chasser comme un animal.  





'till the end of the line
Revenir en haut Aller en bas  
Ulysse S. Forest
Ulysse S. Forest
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 44
Sujet: Re: La chasse est ouverte   Sam 20 Aoû 2022 - 18:01
Voilà des mois qu’Ulysse était de nouveau sur les routes. Depuis la visite de ces êtres inquiétants bien qu’embellis de belles paroles et d’attitude respectueuse, qui, selon eux, représentaient Walla Walla, et les « New Eden ». Si, comme explicité, ils furent des plus polis et des plus respectueux, leur nombre, et leur propension à vouloir revenir prendre des nouvelles du trappeur, et répandre la bonne parole, avait eu quelque chose d’inquiétant en l’esprit du survivant solitaire. Pour sa défense, sa dernière rencontre avec un groupe de survivants ne s’était pas très bien passée…

Depuis le début de l’hiver dernier, Ulysse survivait seul, dehors. Avec tout son barda, ses armes, ses affaires rangées et ordonnées comme le ferait un militaire chevronné envoyé en marche militaire durant des jours et des jours, survivre était devenu une activité quotidienne qu’il maîtrisait à la perfection.

Ces trois derniers jours et deux dernières nuits, il s’était trouvé un petit endroit ombragé, protégé par quelques canopées agréables qui laissaient passer le doux vent d’été tout en retenant les ardents rayons du soleil. Traquant quelques animaux qui existaient dans la forêt, s’offrant quelques repas succulents – du moment que les standards culinaires n’étaient point aussi hauts qu’auparavant – et protégeant son campement à l’aide de techniques apprises tout au long de son expérience de trappeur, il avait passé quelques jours agréables, fondu dans la nature.

Reparti au petit matin, Ulysse avait repris la route. Tendant l’oreille afin de détecter toute présence de voraces, ou de survivants, il avançait, prenant soin de ne point laisser de traces, de changer régulièrement d’itinéraires, de ne point trop laisser d’odeur corporelle afin de n’être traqué par aucun prédateur pullulant dans ces forêts maintenant libérées de l’emprise humaine depuis un peu moins d’une décennie.

Il était au bord d’un cours d’eau, lorsque des bruits étranges se firent entendre. Tel l’animal dont l’instinct s’éveil, ses mires se firent plus rondes, plus grandes, et ses iris captaient chaque rayon lumineux avec la ferme conviction de discerner la moindre menace au plus tôt afin de s’y adapter. Puis entrent les coups de feu… Et le vrombissement de moteurs déchainés sur des chemins ardus. Des cris s’élèvent… Et la rivière s’anime de bruits qui, pour une oreille entraînée, témoignent d’une activité suspecte, inhabituelle…

Peu désireux de faire face à une menace trop grande, Ulysse passe ses deux mains dans l’eau et s’asperge le visage, la nuque, les cheveux et la gorge… Avant de s’effacer en rampant en arrière. Caché dans les hautes herbes, Ulysse tente de visualiser son environnement en le recréant en son esprit…

Il dégaine son couteau de chasse, et entreprends de reculer encore… Quand soudainement, un visage perce la végétation et vient se figer droit devant lui. C’est une femme. Elle semble à la fois pétrifiée et surprise, apeurée et résolue. Les voix qui se font ensuite clairement entendre la font sursauter, et Ulysse comprends : elle fuit la menace qui se profile au loin.

Posant ses yeux sur les entraves de la jeune femme, Ulysse se met à réfléchir à une vitesse affolante. S’il l’abandonne, il fuira assurément… Mais laissera la jeune femme à une mort sans doute peu agréable, étant donné les commentaires des individus à sa recherche. Fuir avec elle ? Peut-être le trahirait-elle ? Tant de questions…

Ulysse décida finalement d’agir. La jeune femme semblait aussi peu prompte à survivre seule qu’elle apparaissait faible, terrorisée et au bord de l’évanouissement. Si être cruel, en des temps de survie, pouvait se comprendre… Un peu d’humanité, en des moments difficiles, restait tout ce qui différenciait les survivants des rôdeurs et des monstres.

Son index gauche se posa sur ses lèvres, invitant au silence. Sa lame crantée de chasseur passa entre les liens qui se coupèrent tel le beurre face à une lame chauffée à blanc. Puis, toujours discrètement, Ulysse invita la jeune femme à reculer avec lui dans la même position que lui : à quatre pattes, en s’assurant de ne laisser qu’un minimum de traces dans la végétation et en faisant en sorte que celles-ci ressemblent d’avantages à des traces d’animaux que celles d’êtres humains en fuite.
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 8322
Sujet: Re: La chasse est ouverte   Dim 21 Aoû 2022 - 23:35


La frêle silhouette tremblante rester à fixer l’homme comme si elle lisait ses pensées et devinait son hésitation. Ses cheveux en pagaille, mal retenu dans un reste de chignon, lui colle au visage, lui donnant un air encore plus épuisé.

Elle a beau gardé le menton haut et essayer de le masquer, sa respiration saccadée et sa façon se tenir sur ses gardes trahissent le fait qu’elle soit apeurée. Menue, pale mais avec un éclat dans les yeux dénotant bien que cette fragilité apparente peut cacher une détermination de fer pour survivre a tout prix, elle reste en silence, le regard suspendu a celui qu’elle ne connait pas. Si elle a vu ceux qui l’ont agressée, attachée et qui parle de la violée, elle parait bien avoir dissocié l’inconnu de ces gens. Pour autant, elle a déjà eu son compte de mauvaises rencontres pour ne pas se réjouir trop vite. Ne pas appartenir a une meute de chien enragé ne faisait pas de lui un allié.

Enfin, il se décida alors que les voix se rapprochaient, prônant une organisation pour retrouver « la truie » « la gouine » « le sac a foutre » ou la « garce » entre rire gras et mépris pour celle qui ne mérite visiblement pas qu’ils se fassent discret.  Dès qu’il s’avance vers elle, si elle ne recule pas, elle se raidit avec une appréhension sincère sur le visage avant de regarde ses liens tomber au sol. Elle fait un signe de tête de reconnaissance a l’homme, n’osant pas lui parler de peur d’attirer les autres et le suit, en se baissant simplement, inconsciente des enjeux de son imitation. Qui plus est, ses vêtements gorgés d’eaux laissent de belles traces au sol et, aussi frêle qu’elle en a l’air, pour un expert comme Ulysse, elle n’a pas le pied discret pour gravir dans la forêt. Une chance que ceux qui sont là soient pire et, visiblement, peut méfiant.

Ulysse n’a aucune idée de qui sont ces hommes qui entre dans ce sanctuaire végétal, ni de combien ils sont en tout ou ce qu’ils veulent exactement a « la garce » en plus d’un dédommagement. Néanmoins, il peut gager sur le fait que ce ne sont pas des trappeurs, loin de là, ils sont au moins cinq au son de leur voix et les détonations entendu plus tôt suggèrent qu’ils sont bien armés. Sans savoir les compétences du petit animal trempé qu’il a avec lui, la fuite semble être l’option la plus sage. La forêt est vaste et traitresse pour ceux qui ne la connaisse pas, autrement dit pour d’autre qu’Ulysse.

« HEY ! SI TU NOUS ENTENDS, ON EST PARTI DU MAUVAIS PIED… ON PEUT S’ARRANGER TU SAIS. ON VEUT JUSTE SAVOIR OU SONT TES POTES ET ON TE FOUTRAS LA PAIX !!! PROMIS !! »

La femme a un rictus méprisant en entendant ces mots qui arrivent bien tard après les commentaires graveleux déjà entendus. Mais, elle garde le silence et ne réagit pas a cette provocation qui donne une petite estimation d’où est celui qui braille. Outre le fait que cela ne soit pas forcement malin de crier dans une forêt qui grouille de prédateurs, cela peut aussi être un piège pour que les autres puissent avancer avec plus de discrétion.






Informations


Ulysse, faute d’avoir tes stats on va se baser sur celles que tu as demandé pour le moment. Tout d’abord, les choses vont se jouer avec celle des hommes qui sont dans la forêt a la poursuite d’Alex. Lance 5d10 qui représentent leur perception. A chaque fois que le score est en dessous ou égal a 5, c’est une réussite pour eux :

5 réussites : Chance ou génie, ils vous ont vu et vous ont encerclé, celui qui crie n’est la que pour une diversion. Ulysse se rend compte de la supercherie trop tard et la rivière est la seule porte de sortie si tu veux éviter un combat ou des négociations (jet d’agi sur tes stats présumé avec un malus de 1).

4 réussites : Ils vous ont vu et sont en train de vous encercler, si la fuite est d’actualité, il reste la rivière où essayer de courir avant que l’étaux ne se resserre (jet d’agilité pour l’eau ou de vitesse sur tes stats présumées pour toi et Alex. Attention, la vitesse se fait avec un malus de 2), sinon, ca sera au combat ou a la négociation qu’il faudra gérer ca.

3 réussites : « Ils sont là ! » un vous a vous et montre aux autres qui viennent vers vous. La fuite est encore possible par la rivière ou la forêt (jet agi dans l’eau ou vitesse sans malus pour essayer de les semer)

2 réussites : « je crois voir un truc !! Par ici !! » ils ne vous ont pas vu directement mais, de plus loin, les berges humides de la sortie d’Alex avec les restes de liens attirent l’œil. La fuite est possible sans jet (comme d’aller vers eux pour discuter ou se battre)

1 réussite : ils cherchent mais ne trouvent pas

0 réussite : « Y’a rien ici !!! Faut chercher ailleurs !!! » Ils remontent dans la voiture et partent (pour le moment)



'till the end of the line
Revenir en haut Aller en bas  
Ulysse S. Forest
Ulysse S. Forest
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 44
Sujet: Re: La chasse est ouverte   Lun 22 Aoû 2022 - 14:24
Les sens du trappeur étaient tous en alerte. A la fois surpris par l’arrivée inopinée d’une femme en mauvaise posture et amenant avec elle les sons d’une menace grandissante, inquiet par ladite menace, laquelle ne ferait sans aucun doute aucun discernement entre leur cible et un dommage collatéral, et à la fois grisé par tant d’excitation et par l’instinct de survie reprenant le dessus, Ulysse écoutait tout, discernait plus encore, et modélisait en son esprit une carte mentale des lieux qu’il avait pu reconnaître avant ce chamboulement terrestre.

Si la jeune femme semblait comprendre qu’il lui fallait faire comme lui pour fuir, les dispositions prises par Ulysse – redresser les herbes couchée lors de son passage ; ne point briser de branchages et de brindilles ; effacer les traces de mains en balayant la terre sèche avec sa paume et en aplanissant la terre humide – n’étaient, elles, absolument pas suivies.

Cela était à la fois compréhensible pour le survivant habitué déjà à la survie depuis de nombreuses années, et à la fois foncièrement frustrant… Si lui disparaissant presque littéralement dans la nature, la jeune femme, elle, laissait pléthore de traces derrière elle… Et donc derrière eux deux.

Profitant d’un bosquet situé au fond d’une crevasse naturelle s’enfonçant bien deux mètres plus bas que le niveau de leurs poursuivants, Ulysse ordonna à la jeune femme de s’arrêter net. Au milieu d’herbes hautes et jaunies, au fond d’un trou qui, vu d’en haut, ne ressemble qu’à un énième bosquet trop touffu pour être habité, il patiente et se concentre.

Les bruits alentours indiquent une recherche active, mais bien peu silencieuse. Si, par chance, toute cette cacophonie éloignera bien des créatures – et même les plus féroces – elle montre à Ulysse que les moyens déployés ne le seront point de manière unique, ni à échéance courte. Il comprend que ces gens fouineront des heures et des heures, et donc, qu’il n’y aura point de sécurité pour lui ni pour la jeune femme, pas tant qu’ils ne se seront pas éloignés de plusieurs kilomètres.

Au bout d’un laps de temps indéchiffrable pour Ulysse – car il avait prit soin de camoufler sa montre à l’aide de terre humide qui, une fois sèche, permettait d’obtenir une couche épaisse empêchant les reflets du soleil – les bruits, les cris et les paroles des assaillants lui apprirent une chose : non seulement ils ne trouvaient pas les deux survivants, mais en plus, ils partaient dans une direction totalement différente de leur véritable localisation.

Soulagé, Ulysse indique à la jeune femme de rester là où elle était, par le biais d’un geste quasi universel. Marchant à pas de loup, courbé, et en vérifiant ses appuis, le trappeur remontait son bosquet pour aviser l’environnement. Les assaillants étaient partis dans une direction… Alors, lui et la survivante partiraient à l’exact opposer.

Revenant auprès de la survivante, le trappeur l’observe globalement. Elle n’a aucun équipement avec elle ni aucun matériel décelable à première vue… Elle ne possède qu’une seule chaussure, est trempée jusqu’aux os et ses vêtements sont semblables à des lambeaux gorgés d’eaux. Ses yeux, sa respiration, ses cernes et son teint pâle, trahissent une fatigue poussée, qui ne dit rien qui vaille…

Dès lors, la fuite semble une option peu pérenne. Ulysse comprend qu’il ne pourra pas pousser la jeune femme à fuir sur des kilomètres, mais rester ici, à proximité des véhicules des assaillants, serait une très grande mauvaise idée… « Il faut partir… » Chuchote-t-il à l’intention de la jeune femme. Elle avait du sang sur elle… « Des blessures ? »
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 8322
Sujet: Re: La chasse est ouverte   Lun 22 Aoû 2022 - 23:14
La femme fait de son mieux pour suivre, mais, que cela soit parce qu’elle est à bout de force ou parce qu’Ulysse ne se rend pas compte du fossé entre elle et lui, elle a du mal a suivre.  Elle a beau faire des efforts pour tenter d’imiter les postures de l’homme qui ouvre la marche, ou garder son rythme, elle trébuche, est obligée de se tenir aux troncs de temps a autre, le souffle court, et claudique de plus en plus. Seule la détermination dans son regard la fait avancer dans ce qui semble être un chemin de croix. Le moindre frémissement de feuille, envole d’un oiseau, éclat de voix au loin ou geste brusque du trappeur lui vaut de se figer tel un chien de prairie a l’affut. Quelque soit celle qu’il essaye de sauver, elle n’a pas besoin de prononcer un seul mot pour que l’on devine qu’elle est nerveuse et sur le qui-vive.

Plus pale que jamais, elle s’écroule presque quand le trappeur lui demande de rester là. Surement qu’en d’autre temps l’électricienne aurait sauté sur l’occasion pour continuer sa fuite seule, se méfiant de tous les hommes inconnus, mais cette fois, elle ne pouvait pas faire autrement alors qu’elle arrivait a peine a poser un pied l’un devant l’autre ou reprendre son souffle. Son périple aquatique l’avait épuisée et peut être pas seulement.  

Ulysse s’éloigne pour essayer d’en savoir plus sur les poursuivants du petit animal qu’il tente de secourir. La vallée sous le dôme végétal reste pentue, avec un sol caillouteux et semé autant d’embuches que de feuilles sèche comme de petits bois, craquant sous les pas de personnes ne sachant pas se déplacer silencieusement. Une chance pour le trappeur et sa protégée, les hommes qui la traquent n’ont pas l’air d’être de grands connaisseurs dans l’art du pistage, ni de la discrétion. Alors qu’ils avancent dans les sous-bois, ils discutent comme s’ils étaient les seuls au monde, une aubaine pour Ulysse qui peut avoir une meilleure idée du nombre comme de la direction qu’ils prennent.

« Je te dis qu’elle s’est noyée… on survit pas a une chute pareille.
- Putain mais putain de merde ! NON !! Dis pas des trucs pareil bordel !
- Tu dis ca c’est parce que t’as pas été foutu de la fouiller. Un a perdu une caisse, on se mange la honte d’avoir même pas réussi a maitrisé une pauvre connasse.
- Une pauvre connasse avec une grenade.
- Vous vous attendiez a quoi ? C’est la gouine des Expendables...
- MAIS JUSTEMENT PUTAIN !! TU TE SOUVIENS DE LA PRIME SUR LEUR GUEULE ?!! SI ELLE EST LA AVEC MËME PAS UN SAC A DOS TU SAIS CE QUE CA VEUT DIRE ?
- Mais arrête de gueuler ! Merde ! Y’a Dylan au talkie, je l’entends a peine !!!  il dit avoir vu un truc au nord !
- Putain pourvu que ca soit cette pute et qu’elle soit vivante. »

Cela parait tellement énorme, tellement maladroit, tel une suite de mauvais jets de dés, que c’est a ce demander s’ils ne sont pas en train de tenter une ruse grossière pour mieux les piéger. Sur ces doux mots, ils s’éloignent vers le nord, s’éloignant de l’endroit ou Ulysse a laissé la femme. Quand il la retrouve, elle ne l’a pas entendu venir et lui tourne le dos. A peine ouvre t’il la bouge qu’elle sursaute tout en abaissant précipitamment les pans de tissus de ses vêtements sur ses jambes. Elle a eu peur, cela se voit, en même temps, Ulysse aurait eu des intentions hostiles, elle aurait été une proie facile. Quand il lui dit qu’il faut partir, elle hoche positivement la tête et se redresse avec difficulté et en serrant les dents et s’appuyant a un arbre. A la question sur les blessures elle pose ses yeux fatigués dans les siens en disant :

« Rien qui ne m’empêchera de mettre le plus de distance entre ces types et moi… »

Sa voix est étonnement douce et calme au regard de tous les signes de tension qui trahisse la femme. Alors qu’elle attrape une branche pour s’en servir de canne elle ajoute en chuchotant :

« Alex…. Je m’appelle Alex… et… merci. Je…. enfin... sans vous, je ne sais pas si j’aurais réussi a leur échapper. Je dois retrouver ma famille, vous savez par ou se trouve la mer ? Port Angeles ? »


Elle semble hésiter a trop en dire, peut-être qu’Ulysse connait le nom des villes qui longe le littorale, peut être pas, toujours est il que la mer se trouve au nord de la ou ils sont, et pas a quelques heures de marches, même pour une personne valide et capable de bonne foulée.




'till the end of the line
Revenir en haut Aller en bas  
Ulysse S. Forest
Ulysse S. Forest
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 44
Sujet: Re: La chasse est ouverte   Mar 23 Aoû 2022 - 15:40
Le fait que la jeune femme prénommée Alex soit du genre à minimiser ses blessures afin d’assurer un départ prompt et tactique, indiquait à Ulysse que, bien que frêle et visiblement faiblarde, elle demeurait courageuse et son instinct de survie n’était point éteint. Elle ne devait donc point être trop choquée, ni dans un état second car déshydratée, ou assommée, ou victime d’insolation… Par exemple.

Mais le trappeur n’était pas dupe. Il savait qu’à un moment ou un autre, la jeune femme risquait de choir d’épuisement ou d’abandon. D’ailleurs, son manque cruel de vêtements n’était point une bonne chose pour la survie : bien que les forêts locales n’accueillent aucune espèce venimeuse ou vénéneuse, la blessure pouvait être rapide… Et porter un poids mort, en étant en situation de danger, n’était point une bonne chose.

A l’indication de la localisation de la famille de la jeune femme, Ulysse se fige. Sa réflexion ne prend qu’une fraction de seconde, mais enfin, il décide de comment manœuvrer face à telle situation. S’agenouillant, il fouille dans son grand sac de randonnée. Il sort un t-shirt sec, un pantalon type jean un peu en lambeaux au niveau des chevilles, et une paire de chaussures de randonnées qui, bien que trop grande pour Alex, serait toujours mieux que ce qu’elle possédait maintenant. Lui tendant les affaires, il la laisse s’en saisir.

Une fois fait, il sort deux autres choses de son sac : une boussole, et une carte de l’état. Trouvant Port Angeles sur la carte, et s’orientant grâce à sa boussole et à sa précédente observation du matin – il se repérait toujours sur sa carte, plusieurs fois dans la journée afin de ne jamais se perdre – son esprit se met à calculer et à préparer un itinéraire. Il y avait de vastes étendues boisées, d’anciennes routes nationales… Et quelques lieux habités.

« On va en avoir pour deux jours, au moins. » Dit-il, sans lever le nez vers la jeune femme. « Ces types ne reviendront pas à leurs véhicules avant au moins une heure, histoire de bien chercher. » Renchérit-il, partageant les fruits de sa réflexion avec sa compagnonne du jour. « J’ai de quoi manger, et de quoi boire. »

Tout de go, il plie la carte et prend sa boussole, mais, au lieu de tout remettre dans le sac, il la place dans une poche de sa veste afin de toujours les avoir à porter de main. De nouveau, il fouille dans son sac et sort une gourde pleine d’eau fraîche, suivie ensuite d’un petit tupperware dans lequel se trouve une viande préalablement cuite au feu de bois, de texture solide et nerveuse mais qui, assurément, saura donner de la force à la jeune femme qui en a désespérément besoin. D’une main, il tend les deux mets. « Il faut manger. On part dans 10 minutes. Pas de déchets. »

Puis, il se pose à son tour, prenant lui aussi un reste de viande plus petit.
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 8322
Sujet: Re: La chasse est ouverte   Mer 24 Aoû 2022 - 10:31
La jeune femme, Alex, reste à regarder l’homme avec un air un peu surpris et inquiet quand il se fige, sans expliquer pourquoi, a l’évocation de la destination qu’elle vise. Le silence qui suit semble la laisser sur ses gardes. De ses deux prunelles vertes, elle scrute avec attention les moindres mouvements d’Ulysse, cherchant, surement à comprendre sa réaction. Il y a peut-être encore un peu de méfiance, aussi, pour cet inconnu qui lui a, pourtant, porté secours. Ulysse ne peut pas deviner ce qu’il y a dans la tête de celle qui est traquée ni pourquoi elle semble aussi sur le qui-vive. Elle semble un peu étonnée quand il lui tend des vêtements secs et rougis étrangement, osant a peine le regarder alors qu’elle bredouille, maladroitement, un :

« Mer… merci. »

Elle a des centaines de questions dans les yeux, mêlée a une gêne presque candide, mais elle se retrouve vite absorbée par la découverte de la tenue qu’Ulysse lui a prêtée. C’est bien trop grand pour elle, mais cela sera toujours mieux que ce qu’elle a sur le dos. Elle inspecte étrangement le tissu, passant son doigt dans un des trous du bas de jean tout en disant.

« Merci, merci beaucoup, Je vous le promets, je vous les rendrais, lavés et… recousus.»


Etrange promesse au regard de la situation, pour autant la femme a l’air sincère. Elle cherche autour d’elle quelque chose, avant de se lever en boitillant pour aller derrière un gros tronc se changer avec une pudeur presque amusante au regard du contexte, laissant l’homme a ses réflexions. Quand il prend la parole, la voix blanche d’Alex se fait entendre de derrière l’arbre.

« Deux jours ? »

Elle ressort, une lueur affolée dans les pupilles, dévisageant a nouveau son compagnon comme pour attendre qu’il lui dise qu’elle a mal compris. En attendant elle s’est changée. Elle a ses vêtements mouillés attachés en ballot, les secs ont été enfilés, et noués par endroit pour tenir sur son corps qui n’a rien de la stature d’Ulysse. Sa tenue cache mal son physique aux formes féminines, très voire trop pour son propre bien, prononcées. Pour autant, les bas de pantalon soigneusement plié en ourlet ou le pantalon dans laquelle elle flotte la rendent encore plus petite et menue. Malgré tout, il y a quelque chose qui émane d’elle, le genre qui fait penser qu’elle n’est pas de celle qui rampe ventre a terre en se laissant marcher dessus pour survivre. Elle écoute avec attention le trappeur, n’incitant pas pour avoir plus de détail et hochant la tête avec reconnaissance quand il lui tend de la nourriture.

« Vous pensez que cela serait jouable de tenter de récupérer une de leur voiture ? Il en avait trois a la base, je suis sure qu’ils n’en n’ont plus que deux maintenant. »

La question est posée presque sous forme de proposition. Il n’y a rien d’impératif dans le ton de sa voix alors qu’elle s’assoit avec précaution pour manger la ration qu’il lui a donné. On dit qu’on peut juger un animal a sa façon de manger, celle d’Alex est délicate, elle fait de petite boucher et prend le temps de mâcher, pour autant elle ne traine pas, elle a bien compris que le temps était contre eux. Elle a l’air de réfléchir tout en continuant d’observer Ulysse. Quand elle veut parler, elle ne le fait pas la bouche pleine, un autre petit trait assez risible quand on pense que la politesse, comme la civilisation, est mort et enterrée depuis des années. Son ton posé inspire, une nouvelle fois, une grande douceur :

« Je ne sais pas encore comment je vous dédommagerais, mais je trouverais. D’ailleurs, vous ne m’avez pas dit votre nom ni comment vous vous êtes retrouvé dans cette situation ? »


Elle ajoute, avec un maigre sourire amer, comme si elle n’avait pas envie de dire les mots qui suivent mais qu’elle se le devait :

« Vous savez que ces types ne savent même pas que vous êtes là ? Vous pourriez vous dire que vous en avez déjà fait plus que beaucoup. »





'till the end of the line
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: La chasse est ouverte   
Revenir en haut Aller en bas  
- La chasse est ouverte -
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: