The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -37%
Couette 2 places (220×240) – Polyester ...
Voir le deal
29 €

Girl, you know how to make a boy cry
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Locklan Reid
Locklan Reid
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5273
Sujet: Re: Girl, you know how to make a boy cry   Mar 27 Sep 2022 - 19:53
J’eus une moue dubitative en réponse. La question était insoluble pour moi, mais si la princesse voulait se casser les dents dessus… peut-être qu’elle saurait m’éclairer. « Si tu trouves la bonne réponse, je suis preneur. » J’hochai simplement la tête, avec un mince sourire, quand elle me demanda de faire au mieux. Ca ne servait à rien de se promettre de revenir sain et sauf. C’était difficile de tenir ce genre d’engagements, par les temps qui courraient.

Et si je pensais passer entre les mailles du filet, Zi ne me rata pas. Je poussai un grognement pour toute réponse, avant de comprendre qu’elle s’attendait à quelque chose de plus détaillé. « J’ai bu un verre avec sa nana, May. Je lui ai passé un bras autour des épaules, et il a débarqué de nulle part pour menacer de me le péter en représailles. Je te jure, un vrai malade ! May était persuadée qu’il allait me tuer juste pour ça. On s’est battu au Summer, Casey nous a foutus dehors, Logan nous a collé des claques… j’en ai eu marre de ces conneries, j’ai fini par rentrer chez moi. » Un soupir retentissant franchit mes lèvres. « On s’amusait bien avant qu’il débarque… et je draguais même pas, en prime. J’étais seulement occupé à charrier May. » Je levai les yeux au ciel. « Enfin il fallait bien que ça arrive. On avait déjà failli se mettre sur la gueule en pleine mission, parce qu’il était incapable de voir la vérité en face. Il fallait croire que vu qu’il y avait plus personne à buter sur cette foutue île, il fallait qu’il se passe les nerfs sur le messager. Ce mec est juste un putain de sanguinaire jaloux et possessif. » Voilà, c’était bien résumé non ?

Elle me parlait précisément ensuite de mettre de l’eau dans mon vin pour que les choses se passent bien et que je puisse réintégrer l’armée. « En gros, tu me demandes de jouer les fayots avec mes supérieurs ? » Génial. Je soufflai ironiquement : « J’ai hâte de faire de la lèche à Levi et Stanley. » Non mais sérieusement, pour qui elle me prenait au juste ? « Mes faits d’arme, ça suffit pas ? » Je n’allais pas en plus devoir les mettre dans de bonnes dispositions. Au moins, on était raccord concernant la mission de demain. Si je me débrouillais bien, il y avait des chances que le chef de l’armée en entende parler. En plus, je ne l’aurais pas sur le dos. Il était prévu qu’il reparte ce soir. « Je m’entends mieux avec Logan, ça ira. » L’ancien SEAL supportait mieux ma sale humeur, vu qu’il en tenait déjà une belle couche lui-même.

Parler de ma réintégration de l’armée me paraissait infiniment plus simple que d’évoquer le sort de ma famille. J’enregistrais mentalement le nom qu’elle me donnait : Preston. « Il est ici ? » J’aurais eu envie de me lever immédiatement pour le trouver, histoire d’en apprendre un maximum sur ce qui avait pu arriver à Jena et Maelys. Malheureusement, ce n’était pas aussi évident que ça aurait dû l’être. Si les informations avaient réussi à se frayer un chemin sans mal jusqu’à mon cerveau, gérer le déferlement qui en résulta était au-dessus de mes capacités. Je n’étais plus sûr de savoir si je devais rire ou pleurer, et avant même de comprendre ce qui m’arrivait exactement, Zi m’avait installé contre un muret le temps que je reprenne mes esprits. Je n’avais pas eu conscience de suffoquer littéralement avant qu’elle m’incite à respirer profondément. En tant qu’ancien sportif, c’était encore le plus simple à faire. Une fois que j’eus repris pleinement mon souffle, je me détendis enfin quelque peu. Je finis par poser ma tête sur sa clavicule, pour rester un long moment contre elle dans cette position, encore un peu dérouté par ce qu’il venait de se passer. Mes larmes me piquaient les yeux. Je n’avais même pas souvenir d’avoir pleuré. Putain, mais qu’est-ce qui m’arrivait pour que je m’effondre comme une merde pareille ? Heureusement qu’il n’y avait que Zi comme témoin. Je me rendis compte avec un temps de retard que sa main n’avait pas quitté la mienne, soufflant contre elle d’un ton plus léger, pour dédramatiser un peu : « Je peux savoir pourquoi tu prends ma main pour une putain de calculatrice ? »


"It's holding me, morphing me, And forcing me to strive
To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control"
Revenir en haut Aller en bas  
Zi Shèng
Zi Shèng
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1894
Sujet: Re: Girl, you know how to make a boy cry   Mar 27 Sep 2022 - 22:06
Effectivement, vous ne vous appréciez pas vraiment, analyse Zi. Pas besoin d'épiloguer sur la question, il n'y a pas vraiment de doute. Elle dirait bien qu'il serait avisé qu'elle propose à Nathan un rendez-vous pour gérer ses humeurs, mais elle a suffisamment de travail actuellement pour s'en rajouter davantage. A ce rythme, elle aura surtout besoin d'une armée de psychiatre de sa trempe pour gérer tous les cas sociaux de Fort Ward : Il vaut sans doute mieux que vous ne soyez pas dans la même équipe, ajoute-t-elle, sourire contrit de circonstances.

De toute façon, ça n'est plus vraiment le sujet : En d'autres termes, oui, pas besoin de tourner autour du pot. Elle sait que ça n'est pas son genre : Il y a une option où vous pouvez vous contenter de vous montrer souriant et un peu plus docile par rapport à d'habitude, et je m'occupe de la partie politique et des négociations, suggère-t-elle : Mais vous êtes un adulte, vous n'avez pas besoin que je vous tienne la main à chaque étape. Songez à la stratégie. Ce n'est pas plaisant, vous n'avez pas à trop en faire. Juste ce qu'il faut, quand il le faut, de toute façon, s'il vire soudainement de bord, ça se verra.

L'idée est dans tous les cas qu'il n'ait plus aucun écart de conduite. Surtout pas devant des témoins qui pourront les remonter à des dirigeants. Malheureusement, votre attitude entache vos faits d'armes, il y a clairement eu de l'amélioration et elle ne désespère pas pour sa part. De même, elle ne se résigne pas, comme lui. Il a amplement les capacités physiques et mentales de se distinguer et d'y parvenir. Considérez aussi que nos troupes se réduisent à chaque expédition. Chaque évènement coûte des ressources indispensables. Ils ne pourront pas vous laisser éternellement sur la touche, surtout pas vu vos compétences, analyse-t-elle.

Le but est qu'ils ne puissent plus vous reprocher quoi que ce soit. Alors il y a plusieurs stratégies : éviter les déclencheurs, rester factuel et ne pas vous épancher en émotion, faire efficacement ce qu'on vous demande, vous rendre indispensable où il le faut, énumère-t-elle avec les premières idées qui lui passent en tête. Quant à Preston, elle a un temps de flottement. Qu'a dit le militaire à ce sujet déjà ? Je n'en sais rien. Quoi qu'il en soit, il sera possible de lui demander une entrevue, assure-t-elle. L'homme s'est montré disponible pour répondre à nouveau à d'autres questions, elle pense qu'il saura revenir pour ça.

Elle-même met de toute façon un temps certain à lui faire retrouver son calme. Après son empressement, le débordement de ses émotions, le fait qu'il regagne simplement son souffle semble être une étape inestimable. Sa tête posée contre sa clavicule, elle attend patiemment en gardant précieusement sa main dans la sienne, essayant de canaliser son propre souffle pour le guider pas à pas, par mimétisme. Vient un moment où Locklan semble retrouver ses esprits, et s'étonner de sa présence ou de ce qu'il s'est passé.

Ceux sont des points d'acuponcture, explique-t-elle avant de venir chercher son regard. Elle l'interroge des yeux : Vous vous sentez un peu mieux ? Questionne-t-elle alors, surprise, comme lui, de ce revirement de situation. Locklan semble... Confus. Et il n'a pas besoin de le dire pour qu'elle le remarque : Vous avez eu sans doute ce qu'on appelle un choc, beaucoup d'émotions sont remontées soudainement, lui souffle-t-elle pour qu'il comprenne bien : Vous avez commencé à hyper-ventiler également, précise-t-elle. Elle conserve un ton calme pour sa part, la voix toujours posée et basse : Vous voulez en parler ?




who's on first ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Locklan Reid
Locklan Reid
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5273
Sujet: Re: Girl, you know how to make a boy cry   Mer 5 Oct 2022 - 12:14
Que Nathan et moi ne nous apprécions pas était un doux euphémisme. Je ne pouvais pas le voir en peinture et c’était réciproque. En mission, nous faisions des étincelles, et pas dans le bon sens du terme. Si je voulais éviter qu’on ait encore quelque chose à me reprocher, je ferais mieux de me tenir éloigné des éléments à problèmes comme Nathan. Au moins, la psychiatre savait à quoi s’en tenir là-dessus.

« Je vais me débrouiller tout seul, Zi. » Je n’avais clairement pas besoin que ma petite copine vienne intercéder en ma faveur auprès de mes supérieurs, ce serait vraiment pire que tout. Et, à sa remarque, je contins un soupir pour lui offrir un sourire qui avait tout de faux. « Laisse tomber. Je vais pas être crédible longtemps, mais je peux faire en sorte d’éviter de chercher trop la merde. » Ce serait un début, non ? « Si je me mets à sourire à Levi comme ça, il va clairement se demander ce que je lui veux. » Par contre, fermer ma grande gueule, c’était possible. « Eteindre mon cerveau pour jouer les bons petits soldats, je peux essayer… mais je vois pas trop l’intérêt. Mes prises d’initiative n’ont jamais été mauvaises, et est-ce que c’est vraiment ce qu’on me demande ? » Si je ne me laissais pas guider par mon instinct, j’allais simplement crever plus tôt que prévu. « Si je pouvais déjà éviter de me faire engueuler pour les conneries des autres, ça m’arrangerait. » Comme Layla qui partait faire cavalier seul, par exemple.

Cette fois, le soupir agacé passa bien la barrière de mes lèvres. Zi me parlait de mon attitude qui me portait préjudice. « Le problème, Zi, c’est qu’il y a deux poids deux mesures. Nathan fait n’importe quoi en mission, et est-ce que ça lui a déjà été reproché ? J’ai déjà vu aussi Logan être complètement incohérent en pleine mission, May mitrailler dans le vide pour calmer sa frustration, Clayton fuir le combat… et j’en passe. On leur passe tout. Et moi j’ai pas le droit d’être juste surpris et en colère de me retrouver confronté aux meurtriers de mon fils, en pensant que tous ces connards étaient morts depuis ? » Il y avait bien entendu mon sevrage alcoolique également, mais elle se doutait certainement des raisons qui m’avait poussé à forcer sur la bouteille initialement. Je ne me serais pas mis dans des états pareils si j’avais pu rester occupé sur le terrain. Mais elle avait raison. Peut-être que le temps m’aiderait à aller mieux, et ils ne pourraient pas indéfiniment se passer de moi, non ? Ils avaient investi du temps pour me former efficacement au combat, au-delà de mes compétences initiales acquises avec les bikers. Et, quoi qu’on en dise, j’avais été bon élève. J’avais fait au mieux pour rattraper le niveau de mes professeurs militaires, ce qui était un défi à relever à chaque instant. Mais j’avais les meilleures motivations du monde pour progresser.

J’hochai lentement la tête aux nombreux conseils qu’elle me dispensait. J’en avais déjà appliqué certains, comme éviter les déclencheurs. Taire mes émotions, je savais normalement faire aussi. Il avait bien fallu pour mitrailler toutes ces femmes et enfants violés et transformés dans l’ancienne prison. « Tu sais ce qui est le pire ? On me fait généralement confiance pour faire le sale boulot. Et derrière on vient me casser les couilles parce que je suis pas d’humeur. » Personne ne s’était soucié du fait que je n’arrivais plus à dormir après ça. Pire encore, Jason et May s’étaient ouvertement foutus de ma gueule. Ca passait encore pour le premier, parce qu’on ne pouvait pas se piffrer, mais j’avais vraiment cherché à m’ouvrir à May. « Laisse tomber. » Je commençais à vider complètement mon sac avec elle, parce qu’elle était bien la seule prête à l’écouter, mais elle allait finir par en avoir marre de m'écouter râler.

Sauf qu’il y avait des sujets qui restaient difficiles à aborder, comme le devenir de ma famille. Et Zi avait mis les deux pieds dedans. Je me sentais encore étourdi par toutes les révélations qu’elle venait de me faire, mais les larmes avaient ce quelque chose de libérateur. Ou alors, c’était à cause des points d’acuponcture sur lesquels elle appuyait, mais je n’y croyais pas vraiment. « Ca va. » Enfin… « Pas vraiment. » J’avais peut-être retrouvé mes esprits, mais mettre de l’ordre dans mes pensées me paraissait une tâche presque insurmontable. « J’attendais depuis près de deux ans d’avoir enfin des nouvelles de ma famille… » Je relevai la tête vers elle, avant de m’adosser au muret, sans lâcher sa main pour autant. Je me passai l’autre sur le visage, avant d’essuyer le sillage de mes larmes d’un revers de manche. « Deux ans à me demander si elles étaient encore en vie… Deux ans à croire qu’on les violait tous les jours pour les engrosser… Deux ans à me dire qu’elles vivaient un enfer, chaque jour sur Terre, alors que j’étais tranquillement ici, pieds et poings liés par ma dernière mise à pied. » Deux ans de doutes et d’incertitudes. D’espoirs et de luttes. Deux ans à m’imaginer le pire. « Tu viens de me lâcher une bombe là. »

Il me fallait le temps de reprendre mon souffle, de faire le point avec ce que je savais maintenant de leur situation. « Jena s’est remariée alors… » Ca me fendait le cœur d’apprendre qu’elle avait refait sa vie avec un autre, alors que je n’avais eu de cesse de la chercher, mais est-ce que je pouvais vraiment lui en vouloir ? Elle avait fait ce qu’il fallait pour survivre et se mettre en sécurité. « Elle n’a jamais réussi à s’adapter à ce monde. Elle rêvait sans arrêt que les choses reviennent à la normale. Je me demande à quel point elle se sent bien là-bas. Est-ce qu’elle aime son nouveau mari ? Est-ce qu’elle a fait son deuil et me croit vraiment mort ? » Sans doute, non ? « Elle a choisi un médecin pour profiter de son statut. Elle ne craint rien, non ? » Je la fixai plus longuement. « Tu crois qu’il prend bien soin d’elle ? Elle a dû chercher à se rendre indispensable auprès de lui. Elle est jolie, intelligente… » Je baissai le regard. « Est-ce qu’elle a envie de réchapper à cette vie ? Ou, au contraire, ça lui plaît ? » Ma voix se brisa un peu. « Est-ce que je ferais mieux de la laisser tranquille et de ne jamais essayer de lui faire comprendre que je suis encore en vie ? C’est quoi le mieux à faire pour elle ? »

Je repris laborieusement mon souffle à nouveau. Pour Maelys, j’avais bien moins d’hésitation. Je fronçai les sourcils, sous le coup de la réflexion. « Ils n’ont pas touché à ma fille, n’est-ce pas ? Ou pas encore… » Elle n’avait que quinze ans, bordel. Mais ces fils de pute étaient capables de tout si on ne rentrait pas dans le rang, n’est-ce pas ? « J’ai combien de temps encore pour la sortir de là ? Elle ne tiendra pas. Elle est comme moi, cette vie ne lui ressemble pas. Maelys ne supportera pas d’être privée de toutes libertés en échange d’un meilleur confort. Mais être séparée de sa mère sans être certaine de me retrouver… » C’était dur pour elle. « Tu avais quoi en tête pour la sortir de là ? »


"It's holding me, morphing me, And forcing me to strive
To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control"
Revenir en haut Aller en bas  
Zi Shèng
Zi Shèng
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1894
Sujet: Re: Girl, you know how to make a boy cry   Mer 5 Oct 2022 - 19:55
Elle ne peut s'empêcher de froncer les sourcils lorsque Locklan la fixe, essaie un sourire et lui demande finalement de laisser tomber. Elle a un temps de flottement : a-t-il vraiment tenté de mettre déjà en application son idée ? Il est certain que ça ne prendra pas, pas comme ça. Mais les sourires hypocrites ne sont pas pour tout le monde, et Zi ne tire aucune fierté de parvenir à tenir diplomatiquement face à quelqu'un qui l'insupporterait. Cela dit, il y a-t-il quelque chose pour la mettre vraiment en colère ?

Effectivement, je me suis demandé si vous comptiez m'inviter à diner ou si vous faisiez un AVC, souffle-t-elle alors avant de réfléchir. Si ça ne fonctionnera pas pour lui, alors ça ne sert à rien d'insister. Elle hoche simplement la tête en réponse, il y a d'autres solutions. Comme je vous l'ai dit : votre attitude gâche vos talents. C'est ce qui vous a mis sur la touche et forcé à rester au campement, je ne veux plus qu'ils puissent avoir cette prise sur vous, précise-t-elle rapidement en redressant la tête pour le fixer.

Et à ses justifications, l'écouter sans le temporiser. Elle comprend parfaitement son agacement, et ce sentiment de justice à deux vitesses. Malgré tout le respect que j'ai pour les personnes que vous citez, Locklan : vous êtes le seul qui m'intéresse présentement, souffle-t-elle fermement. Logan est l'un de ses patients, certes, mais ça n'est pas lui qu'elle veut embrasser de temps à autre. D'ailleurs, ça ne lui a jamais effleuré l'esprit. L'attachement qu'elle a pour Locklan est très différent, d'où son implication première : Je ne m'occupe pas de savoir si on compte les avertir pour leur attitude ou faire quelque chose contre ça, je veux que vous obteniez ce que vous voulez, ajoute-t-elle.

C'est toute la différence pour elle. Et c'est à ça qu'elle accepte de consacrer son temps libre, sans doute pour des raisons égoïstes. Et se permettre de ne pas penser à ce qui la fait intimement souffrir. Elle saisit néanmoins que ce traitement de faveur a eu de quoi toucher Locklan, et lui faire réaliser qu'il n'est pas logé à la même enseigne que tout le monde : A chaque fois que vous me demandez de laisser tomber, vous devez vous douter que j'ai envie de faire tout l'inverse, lui souffle-t-elle plus bas. Comme toujours, la porte est ouverte pour en parler, elle peut écouter et prendre ce poids pour elle.

Cela dit, sa main se serre dans celle de Locklan, une manière peut-être de lui signifier qu'elle est là. Et peut-être de s'excuser d'avoir bousculer toutes ses certitudes actuelles sur sa famille : J'aurais dû m'y prendre autrement ? Demande-t-elle dans un premier temps, d'un ton sérieux. Elle ne sait pas s'il y avait une bonne manière. Mais c'est sans doute un anniversaire duquel Locklan risque de se souvenir. Des questions, il en a des tonnes à lui peser, et si elle l'écoute, elle ne sait pas toujours quoi lui répondre. Les lèvres pincées, elle n'attend qu'un moment de silence.

Je n'en ai aucune idée, murmure-t-elle, une moue contrite sur les lèvres : A priori, c'est un système de caste donc, elle doit en effet être en sécurité auprès d'un homme qui a de l'importance et des moyens, c'est tout son intérêt, analyse-t-elle pragmatiquement. Quant au reste... Que peut-elle lui dire ? Je ne sais pas Locklan. C'est à vous de voir aussi ce que vous voulez faire. Il faudra du temps pour prendre cette décision, déjà pour obtenir d'autres informations, et voir quand vous aurez un peu plus de cartes en main ce qui est le mieux selon vous, c'est sa femme, après tout.

Et sa fille. Pour qui Zi a bien plus de soucis, à titre personnel. Non, ils n'ont pas touché à Maelys. Elle est trop jeune pour ça. Mais d'ici sa majorité, elle devra se choisir un partenaire avec qui faire sa vie. C'est pour ça que, je crois qu'il faudrait concentrer nos efforts sur elle, souffle-t-elle finalement. Il n'est pas encore urgent d'agir, mais il ne faut pas non plus perdre de temps. Je... Je dois prendre contact avec une personne de là-bas dans les prochains temps, je voulais voir ce qui était justement possible, explique-t-elle alors à sa question, lorsqu'il s'inquiète de savoir comment elle veut s'y prendre.

Elle aimerait avoir plus de réponses avant d'établir un plan, mais ça n'est pas vraiment à elle de décider ces choses-là. Et pour le coup, elle n'a aucun moyen de contacter l'intérieur. L'un des objectifs est de pouvoir libérer les convois qui prennent la direction de Colville, mais je ne sais pas dans quelle mesure votre fille peut s'y trouver, j'imagine que ça ne peut pas être fait n'importe comment, les règles de Walla Walla sont strictes, analyse-t-elle en scrutant le bitume un temps, prise dans une intense réflexion.

Ses pensées s'alignent laborieusement, elle tente bon gré mal gré de trouver une piste, une issue possible, mais rien ne lui vient comme une évidence. Il faut d'autres éclaircissements dans tous les cas : Si elle a votre tempérament et qu'elle ne rentre pas dans les cases qu'on lui exige là-bas, elle s'attirera très probablement des problèmes, et je n'ai pas envie de l'y confronter, ajoute-t-elle alors dans la foulée. C'est trop risqué, trop marquant, trop traumatisant. Je ne vois pas comment on pourrait autrement la faire sortir de là-bas sans ça, cependant, pour l'instant en tout cas. Je n'ai pas une vue suffisante sur la situation sur place, s'excuse-t-elle sans l'articuler. Mais je vais continuer à creuser et trouver une solution, promet-elle.




who's on first ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Locklan Reid
Locklan Reid
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5273
Sujet: Re: Girl, you know how to make a boy cry   Mar 11 Oct 2022 - 21:21
Je soufflai un rire amusé en réponse, quand Zi commenta ma maigre performance. Je ne perdis pas le Nord pour autant. « Ca veut dire que je peux t’inviter à dîner avec un sourire comme ça ? » J’eus une moue appréciatrice. « Alors, t’es séduite ? Un dîner de pâtes aux chandelles te tente ? » Après tout, je n’avais rien de mieux à lui proposer, et elle non plus. Mais de toute façon, j’avais déjà compris que ce n’était pas la forme qui l’intéressait, et encore moins le lieu. Passer du temps l’un avec l’autre semblait tous les deux nous suffire amplement.

Je poussai un soupir retentissant, alors qu’elle poursuivait avec sérieux et conviction. « C’est pas mon attitude, le problème. C’était pas seulement un écart de conduite qu’on me reprochait. » C’était un écart tout court. « On me demande d’agir froidement quand la situation l’exige, d’être toujours maître de moi-même. » Ca me tuait qu’ils se montrent tous aussi exigeants envers moi, y compris elle, alors que les autres faisaient bien comme ils l’entendaient à première vue en mission. Mais ce n’était évidemment pas le cœur du problème, même si c’était quelque chose qui me frustrait énormément. « Putain, Zi. Je suis pas comme toi. Je peux pas te promettre plus que d’essayer, mais à un moment, je vais forcément finir par exploser si je fais ça. » Je ne savais pas comment elle arrivait à ce point à tout contenir en elle, sans ne jamais rien laisser filtrer. Je n’étais pas fait du même bois qu’elle, ça ne fonctionnerait pas pour moi.

Et, comme pour le prouver, le déversement qui s’ensuivit était plutôt assez parlant en soi. J’avais toujours eu une réaction épidermique avec n’importe qui quand on parlait de ma famille, mais là c’était pire que tout. C’était comme si on avait ouvert une grande vanne qui avait longtemps été scellée. Je secouai négativement la tête quand elle me demande si elle aurait pu me l’annoncer autrement. « Non, il y avait pas de bonnes façons de le faire. » Et mieux valait que ça sorte, au final.

J’avais un flot de questions à lui poser, auquel Zi chercha à répondre tant bien que mal. Si elle n’avait pas réponse à tout, c’était déjà un début encourageant. Jena avait donc su se mettre en sécurité. C’était bien tout elle. Jena savait jouer de ses charmes pour obtenir ce qu’elle voulait, même si ça me tuait de la savoir obligée de le faire. « Elle doit sans doute s’imaginer que ce nouvel éden est moins pire que l’enfer des anges. » Et par certains aspects, il l’était peut-être bien. « Si seulement elle avait su qu’il existait une autre alternative à Fort Ward… » Je n’oubliais pas que j’avais failli rejoindre New Eden moi aussi, avant que les Remnants ne me mettent en garde concernant leurs intentions réelles. « Je dois lui laisser le choix, si seulement je peux lui faire passer un message… » C’était sans doute la meilleure chose à faire. Ce n’était pas quelque chose que je me devais de décider à sa place.

Quant à Maelys, la question ne se posait même pas. Je dévisageai Zi, soucieux. Elle me confirma rapidement que personne ne s’en prendrait à Maelys avant sa majorité. « Ah, vraiment ? Ces fils de pute ont des règles ? On a le droit de violer, de tabasser et de crucifier les femmes, mais pas avant l’âge légal hein ? » Putain, ça me débectait. « Je dois la sortir de là, Zi. Il me reste un peu plus de deux ans pour la retrouver, si tu dis vrai. Et tout le temps que je passe ici est perdu. Il faut que je réintègre l’armée, que j’aille me battre. C’est ça qui a du sens. »


"It's holding me, morphing me, And forcing me to strive
To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control"
Revenir en haut Aller en bas  
Zi Shèng
Zi Shèng
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1894
Sujet: Re: Girl, you know how to make a boy cry   Mar 11 Oct 2022 - 23:03
La proposition est sérieuse ? Elle le scrute en fronçant les sourcils avant de lui offrir ce qui ressemble à un sourire : Je suis curieuse de voir ça, maintenant, une manière d'accepter, donc. Le diner n'est pas pour tout de suite, ils doivent se tirer d'abord en vie d'un hôpital fermé depuis plusieurs années maintenant, mais elle entend assister à ce rendez-vous. Et puis, il reprend, et sans s'emporter forcément, montre déjà qu'il se connait suffisamment pour ne pas coller à ce qu'on attend de lui. Pas entière, ou du moins, pas sans exploser à un moment donné.

Elle a un temps de flottement : Nous avons tous nos limites, Locklan, admet-elle. Tous, elle aussi. Même si elle n'a aucune idée d'où elles s'arrêtent. Je tiens parce que je m'arrange pour trouver mes déclencheurs, j'ai un seuil de tolérance élevé de base. Mais j'ai appris à désamorcer aussi ce qui me suscite trop d'émotions, pour garder le contrôle de moi-même, explique-t-elle simplement. Tout ça l'a drastiquement désensibilisé a beaucoup de choses, ou tout simplement, lui a appris à ne pas accepter les émotions brutalement. Ce n'est pas la solution à tout, et je ne vous souhaite pas d'être ainsi, souffle-t-elle.

Elle sait, que trop bien, que ça n'est pas une position tenable pour tout le monde. Elle n'est pas un robot, mais la distance qu'elle s'est imposée avec les choses l'empêchent d'avoir de véritables colères, de véritables joies, même ses peines lui semblent fades en comparaison. Entre le trop et le rien, elle n'a pas su ajuster sa jauge. Mais j'imagine que nous pouvons trouver un équilibre pour que ça fonctionne dans votre cas, ajoute-t-elle simplement avant de soupirer, et de l'écouter. Ils n'en sont plus là de toute façon, n'est-ce pas ?

Si je trouve une solution, vous serez le premier au courant, autant pour passer ce message à Jena que pour sortir Maelys de là. Elle comprend où est sa priorité, elle tient à voir auprès du contact des Remnants ce qui est possible de faire. Si la conversation passe bien, Zi tentera peut-être l'idée de lui demander ce service, mais tout dépendra du feeling et de si elle le sent à ce moment-là. Rien n'est sûr. Vous seriez étonné des lois que j'ai rassemblé, et surtout des conséquences quand on les outrepasse, souffle-t-elle. Ses yeux se baissent évidemment vers le carnet.

Il aura de quoi s'arracher les cheveux en le lisant. C'est un système de castes sexistes dans tous les cas. Il y a des grades, des échelles, un accès aux vivres et à la santé en fonction de ça, rien de parfait mais largement toléré pour la sécurité accrue des lieux, parce que pour certains, il vaut mieux sans doute une vie de servitude plutôt qu'une vie à l'extérieur. Zi peut comprendre ça, même si ça échappe totalement à Locklan, aussi elle ne l'évoquera pas ouvertement. Ses yeux reviennent le fixer, et elle se permet un instant un mouvement vers lui.

De quoi lui serrer plus fermement la main et lui offrir un sourire confiant : Pour la mission de demain... c'est le premier pas pour sa remise en place dans l'armée. D'ici peu, il saura se distinguer et retrouver pleinement ce qu'il faisait avant pour le groupe. Elle croit en lui. Les choses se passeront bien, vous prendrez les bonnes décisions, j'en suis persuadée, ajoute-t-elle simplement en hochant la tête : Ça sera une première étape pour la suite, et il s'en sortira à merveilleux.




who's on first ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Locklan Reid
Locklan Reid
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5273
Sujet: Re: Girl, you know how to make a boy cry   Sam 15 Oct 2022 - 20:27
« Maintenant, oui. » Je lui offris exactement ce même sourire que plus tôt en réponse. « Tu ne vas pas être déçue. » Ce repas nous permettrait de nous détendre un peu, si on survivait tous les deux à l’exploration de cet hôpital désaffecté demain. Pour la première fois depuis des mois, je ressentais enfin le besoin de retourner à Fort Ward. L’idée de me prendre une bonne douche chaude et de me poser chez moi en agréable compagnie me donnait envie.

Zi voulait m’inculquer un peu plus de contrôle, mais ce n’était définitivement pas pour moi. J’arrivais à compartimenter pour me préserver. Est-ce qu’éviter les déclencheurs m’aiderait ? Certainement. Je m’étais toujours assuré d’éviter de parler de la mort de mon fils, ou même de ses assassins. Les recroiser avait fait remonter ce passé douloureux à la surface. Devoir tout enterrer de nouveau, profondément dans ma conscience, me prendrait du temps, d’autant plus que Zi avait la fâcheuse tendance à me poser des questions là-dessus. Et c’était à nouveau elle qui avait ouvert la boîte de Pandore en évoquant le sort de ma femme et de ma fille. Je le voyais bien qu’elle tentait de réparer quelque chose chez moi, sans même me demander vraiment mon avis. « Je devrais peut-être apprendre à mieux me contrôler, mais toi tu devrais apprendre à lâcher prise de temps à autres. On n’est pas des machines. » Je soufflai d’un air las. « On ne va pas chercher à me faire fonctionner correctement, Zi. Arrête de vouloir jouer à la psy cinq minutes, d’accord ? »

Mais je lui étais réellement reconnaissant d’avoir pris le temps de compiler toutes ces notes pour moi, tout comme de s’être renseignée sur le devenir de Jena et Maelys. Rechercher une solution pour ma famille était un acte complètement altruiste et désintéressée de sa part. Elle aurait même pu vouloir chercher à me les faire oublier, pour se débarrasser du spectre d’une potentielle rivale. Mais ce n’était pas son genre.

Je l’écoutai sans mot dire continuer de me rassurer concernant le destin de ma fille, en m’assurant que les lois, même tordues de New Eden, sauraient la protéger. Ma main vint serrer doucement la sienne en retour. Je lui souris encore quand elle m’assura que tout se passerait bien demain, que je saurais prendre les bonnes décisions dans le feu de l’action. Je ne pus résister à l’envie de l’embrasser de nouveau pour les mêmes raisons que la première fois, simplement parce que je me sentais bien avec elle, et peut-être aussi pour la remercier de tout ce qu’elle faisait sans arrêt pour moi, sans même s’en rendre compte. « Merci pour ce cadeau, Zi. C’est… original, mais vraiment inestimable. » Je soufflai ce qui s’apparentait à un rire. « Merci d’être là pour moi, aussi. » Mon regard s’évada un peu sur le côté. Le crépuscule baignait l’océan d’une aura mystérieuse avec toutes ces lumières chatoyantes sur sa surface. « Cette fois le cadre est plutôt sympa. J’ai toujours voulu le faire sur une plage déserte, pas toi ? » Là, je m’attendais soit à me prendre un vent, soit qu’elle ne comprenne pas. C’était comme une bouteille lancée à la mer, on se demandait toujours ce qui allait bien pouvoir lui advenir.


"It's holding me, morphing me, And forcing me to strive
To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control"
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Girl, you know how to make a boy cry   
Revenir en haut Aller en bas  
- Girl, you know how to make a boy cry -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: