The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Pack Smartphone Samsung Galaxy S22 6.1″ + Galaxy Buds2 (Via ODR ...
599 €
Voir le deal

Il y a eux et nous!
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaitlyn McGraw
Kaitlyn McGraw
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 76
Sujet: Il y a eux et nous!   Ven 5 Aoû 2022 - 9:54
La chaleur est accablantes, et sa pue. Kaitlyn a le souvenir de ses vacances à la mers quand elle était petite, avec ses parents. Elle aimait l'odeur du sable chaud et celui du sel que l'on pouvait sentir depuis la voiture quand on approchait de la destination. Le vent très particulier qui soufflait, comme un courant marin, parfois frais, parfois étouffant, et le bruit des vagues qui se confondait avec celui du vent dans les branches des arbres et les cris des enfants. Elle aimait plonger ses orteils dans le sable brûlant pour chercher la fraîcheur de celui, humide qui couvait en dessous, et la puissance des vagues qui éclaboussait le monde d'étoiles quand elle frappait sur un rocher.

Aujourd'hui ce souvenir s’effaçait sous la réalité d'un présent qui ressemblait à un cauchemars. Les vagues grondaient une fureur que nul rire d'enfant ne venait apaiser. L'odeur du sel agressait les narines et se mélangeait à d'autres odeurs, ceux des fumées d'incendies, et celui presque omniprésent de la pourriture. Les vacanciers avaient été remplacés par des cadavres, certains encore animés d'une vie surnaturelle au quel elle mettait fin d'un coup sec de sa clef anglaise dans le crâne. Ici, sur la plage, il y avait moins de risque de se faire surprendre par un des boiteux qui restaient planqués dans l'ombre d'une souche d'arbre ou dans les décombres d'une maison, on les voyait de loin. Le désavantage c'était, qu'elle même, on la verrait de loin. Et dans ce nouveau monde, plus proche de l'enfer que du paradis, il n'y avait pas qu'eux et nous. Le véritable danger n'était pas en suspend entre la vie et la mort, il rodait, bien vivant, dans les ombres. Il pouvait être à quatre pattes grognant et bavant à l'idée d'un repas qui commençait à se faire rare, mais le plus dangereux était sur deux jambes, et pouvait vous tuer d'une simple pression du doigt, à des centaines de mètres de là, l’œil rivé à une lunette. Il suffisait d'une pression sur la détente d'environ 5 kilogrammes pour tuer une personne. Une balle dans la tête et on mourrait avant même de comprendre ce qui venait de se passer, ailleurs dans le corps et on rejoignait les rangs de ceux qui rôdent. Sort encore moins enviable, selon elle, que de crever une bonne fois pour toute. Mais, d'un point de vue philosophique il avait des réponses qui resteraient surement sans réponse, et pour l'éternité espérait-elle.

Elle venait de s’arrêter pour boire un peu d'eau et enlever sa veste, qu'elle avait caler entre elle et son sac. Elle en profitait pour regarder autour d'elle. Cela faisait plusieurs jours qu'elle ne voyait plus le Forbin au loin, épave échouée sur un rocher. Même si elle devinait qu'il y avait encore du matériel en bon état sur le navire éventré, elle n'aurait jamais pu le rejoindre. Non pas qu'elle ne sache pas nager, mais la seule idée d'aller dans l'eau jusqu'à ne plus avoir pied la remplissait d'un effroi indescriptible, pire encore que la terreur que pouvait provoquer l'apparition d'un boiteux en pleine nuit à la suite d'un cauchemar. Si elle n'avait plus les pieds sur la terre ferme ce serait pour les avoir ancrés sur un bateau ou dans un avion, mais, au grand jamais pour se retrouver avec les ténèbres en dessous.

Elle c'était épongé le front avec un tissus humide et avait rattaché ses cheveux en un chignon approximatif. Elle allait bientôt manquer de tout, de nourriture, d'eaux, de fraîcheur et, Dieu lui en soit témoin, elle aurait donné le peu qui lui reste pour une douche. Sans parler d'un cheval. Elle avait vue un troupeau de ses animaux, il y'a quelques jours. C'était étrange de voir des chevaux revenir à l'état sauvage et se promener en plein milieu de la rue principale d'une ville.Le monde était devenu assez curieux, mélange de moments oniriques et d'enfer bien réel.

Ses ranger semblaient peser des tonnes, et chaque pas devenait un effort que le sable rendait un peu plus difficile à faire. Sa mitraillette pendait et tapait sur sa hanche presque douloureusement. Il lui restait moins d'un chargeur de 9mm. Il allait falloir économiser les balles, et cela même si elle devait chasser. Heureusement les rôdeurs ne nécessitaient pas d'en utiliser. Il y'a eux et nous. Mais pas eux, les rôdeurs et nous les vivants, non, il y'a eux, les autres et nous... enfin... il n'y avait plus qu'elle. Et elle n'avait pas vue âme qui vive, qui vive "vraiment", depuis que le Forbin c'était échoué.

Elle regardait maintenant vers les hauteurs d'une falaise. Quelques arbres, de l'ombre, elle allait monter là-haut pour laisser passer la journée et repartir au crépuscule.
Revenir en haut Aller en bas  
Guinevere Weaver
Guinevere Weaver
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 680
Sujet: Re: Il y a eux et nous!   Lun 8 Aoû 2022 - 20:25
« ... Du coup, je lui ai dit d’aller se faire voir et il a dormi avec Sidney. » Qu’elle termine, encore amusée par la connerie qu’elle venait de raconter à Valerian qu’elle continuait de trouver un peu trop sérieux - après tout, était-ce une raison pour la fermer et tirer une tête de six pieds de long ? Non. Pas pour elle. Puis ça ne l’empêchait pas de concentrer ses efforts sur le repérage qu’ils étaient en train de faire tous les deux depuis … un moment déjà. Ils étaient d’abord un peu rentrés sur les terres et se dirigeaient doucement vers la côte, bien déterminés à rester à couvert néanmoins pour ne pas servir de cible facile aux éventuels pirates des environs. Le truc c’est que, depuis la tempête, les eaux semblaient bien calmes. Les vagues avaient amené leur lot de mort sur les côtes, les poussant à un nettoyage assez ardu. Ils n’étaient pas vraiment là pour s’en plaindre, il lui semblait plus facile de s’occuper des revenants que des vivants, à choisir.

Les Exilés se reconstruisaient doucement mais sûrement, après des mois de galères et de traumatismes dont aucun n’en ressortirait complètement indemne. Même elle, malgré le change qu’elle pouvait donner au quotidien, Guinevere portait ses blessures comme tous les autres autour d’elle, ne s’ouvrant que rarement et portant même sur ses épaules un peu du chagrin des autres si elle le pouvait. Non, décidément cette faction - cette famille - l’avait profondément changé et en à peine plus d’un an. En même temps, vu les galères traversées.

« Attends… » Qu’elle souffle soudain, en les forçant à s’arrêter. Un mouvement du côté de la plage avait attiré son attention. Elle assure sa prise sur son pied de biche avant d’inviter le grec à la prudence. « Putain, mais c’est qui ça… ?! » Est-ce qu’il y avait vraiment une femme en train d’avancer sur la plage, une mitraillette à l’épaule ? Cela méritait quelques observations préalables. « Elle est seule, tu penses ? J’vois rien d’ici. » Parce qu’il était aussi rare de croiser des êtres vivants errant seuls ici qu’il n’y avait de chance pour qu’ils tombent sur un bar à cocktail servant des Mojito fraise. Ils n’avaient croisés aucun vivant depuis leur marche - quelques morts, certes, mais pas de trace humaine. Est-ce que la tempête avait fait une échouée ? Une échouée bien vivante ? Aucune idée. Tapie dans l’ombre aux côtés de Valerian, la blonde évaluait comme lui les risques de se montrer ou de tirer sans sommation. Qui que ce soit, elle se dirigeait droit devant elle et, à un moment ou à un autre, elle finirait par trouver leur campement alors… Elle lève son regard vers le grec, cherchant son assentiment pour intercepter l’inconnue. « Si c’est un piège, on tombe droit dedans… » Qu’elle commente.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3243
Sujet: Re: Il y a eux et nous!   Jeu 18 Aoû 2022 - 18:52
« Attention, à force de l’envoyer dormir avec Sidney, Cesare risque de préférer sa compagnie à la tienne. » fit tranquillement remarquer le grec, les yeux encadrés des rides malicieuses. Celles-ci disparurent presque aussitôt, absorbées par la grande solennité qu’il arborait depuis quelque temps, comme un masque impénétrable ; réceptacle de violentes humeurs qui s’écharpaient en permanence. Ses émotions étaient invariablement consumées par ce véritable brasier, si bien que le grec les manifestait très rarement. Il appréciait néanmoins la compagnie de Gin qui se donnait du mal pour obtenir une réaction de sa part. Le grec retirait ainsi un certain réconfort de sa présence et se fendait, à l’occasion, d’une risette amusée à ses plaisanteries salaces.  

« Je suis convaincu de l’avoir vu reluquer Sidney à plusieurs reprises. » ajouta-t-il sur le ton de la conversation en écartant une branche d’arbre pour permettre à la jeune femme de le suivre. « Cela dit, je ne crois pas qu’aucun d’entre nous ait échappé à son examen. » Le grec avait surpris à plus d’une reprise le regard de l’italien se poser avec insistance sur ses compagnons, hommes et femmes confondus. Il avait indubitablement un appétit insatiable qui laissait parfois Valérian pantois. « Crois-tu que… »

Il se tut brusquement à la mise en garde de sa complice. Tous les sens en alerte, il chercha des yeux la présence ayant alarmé Gin. Ses orbes noirs harponnèrent alors une silhouette gracile qui se découpait sur la plage. Celle-ci appartenait à une jeune femme qui était occupée à nouer ses cheveux en un chignon. « Baisse-toi ! » souffla-t-il précipitamment à Gin lorsque l’inconnue pivota dans leur direction. « Je ne crois pas qu’elle nous ait vus… » La dense végétation les dérobait en effet à sa vue.

Le visage tendu par la concentration, Valérian secoua lentement la tête aux questions de sa complice. « Je n’en ai aucune idée. » Sans lâcher des yeux l’inconnue, il attrapa les jumelles qui pendaient à sa ceinture et eût, grâce à celles-ci, un meilleur aperçu de la jeune femme. « Elle semble seule. » marmonna-t-il en balayant scrupuleusement les alentours avec ses jumelles. « Mais nous devrions rester prudents. » Dieu savait qu’ils avaient vécu suffisamment de mésaventures au cours de ces derniers mois pour baisser leurs gardes aussi rapidement. « Elle vient dans notre direction. »

La jeune femme avait en effet brusquement changé de cap et marchait désormais d’un pas décidé en direction du bosquet qui leur servait de couverture. Les rouages de l’esprit du grec s’embrayèrent brusquement, et il prit une décision. « Je vais me présenter à elle. Reste en retrait pour le moment : s’il y avait le moindre problème, si la situation échappait à tout contrôle, tu dégagerais sans demander ton reste, compris ? » Le ton de Valérian ne souffrait d’aucune contestation. Il refusait que son amie se mette en danger pour quelque raison que ce soit.

Le grec rangea ses jumelles dans leur étui, et échangea un bref regard avec Gin pour s’assurer de sa coopération. Il dégaina alors son arme de poing et, ni une ni deux, bondit hors des fourrés pour révéler sa présence à la jeune femme. « Ne bouge pas. » lui ordonna-t-il sèchement en braquant son arme dans sa direction. « Qui es-tu ? Et qu’est-ce que tu fiches seule ici ? »


Every time that I look in the mirror, all these lines on my face getting clearer. The past is gone. Oh, it went by like dusk to dawn. Isn't that the way ? Everybody's got their dues in life to pay.


Awards:
Revenir en haut Aller en bas  
Kaitlyn McGraw
Kaitlyn McGraw
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 76
Sujet: Re: Il y a eux et nous!   Ven 19 Aoû 2022 - 10:03
Elle avait manqué de vigilance. Elle se le reprocherait encore longtemps, se promettant de ne plus se laissé aller, quelque soit son niveau d'épuisement. Lorsqu'il sort des ombres des buissons elle tente d'agripper son arme mais n'aura pas le temps de la relever. Il a bondit vers elle, une arme de poing braqué sur elle.

-" Ne bouge pas."

Elle reste figée, même si du regard, elle cherche la présence de ses complices. Il n'est certainement pas seul. Elle fait un pas en arrière, presque plus comme un réflexe que comme une façon de provoquer l'homme. Une brise souffle doucement son haleine chaude aux effluves de sel marin. La main de kaitlyn reste en suspend au dessus de son arme. Elle espère la moindre erreur de l'inconnu pour reprendre l'avantage.Son cœur bat la chamade.

-"Qui es-tu ? Et qu’est-ce que tu fiches seule ici ?"

Il n'est pas seul, lui. Il ne doit pas avoir l'habitude de se déplacer à découvert sans personne pour le couvrir, sinon pourquoi lui demander ce qu'elle fou toute seule. Kait plisse les yeux à la recherche du moindre indice qui lui permettrait de deviner la position de celui ou ceux qui l'accompagne. Elle tremble, elle s'en rend compte maintenant, alors qu'elle se redresse, ayant opté pour sa stratégie. Elle tend sa main gauche en direction de l'homme, la paume relevée vers lui comme un ordre de stopper.

-"Monsieur! Baissez votre arme immédiatement ou nous serons obligés d'ouvrir le feu sur vous." explique-t-elle sur un ton solennelle. Elle tente de reprendre consistance. Elle joue son bluff sur l'uniforme de la Navy qu'elle porte. Dans le même temps elle essaye de contrôler les tremblements de sa main droite qui reste au dessus de son MP5.

Elle se demande si ce type pourrait l'aider. Elle tient à peine sur ses jambes. La fatigue, la faim et la soif pousse de tous leurs efforts pour la faire tomber à genoux et supplier d'avoir de l'aide. Mais les autres, c'est eux, et pas nous. Et le monde est devenu fou. Et ce type fait peut-être partis d'un groupe de cannibales, ou d'esclavagistes. Le soleil tape fort sur les épaules déjà brûlés de la jeune femme. Elle passe sa langue, trop sèche, sur ses lèvres éclatés par le sel et la déshydratation.
Elle tente le tout pour le tout, désobéi à l'injonction de ne pas bouger et fait un simple pas en avant.

-"Monsieur, je ne le répéterais pas, baissez votre arme." Ordonne-t-elle avec un calme et une détermination qui la surprend elle même. L'adrénaline faisant son travail alors que son cœur pompe à toute vitesse. Seulement il ne fait pas que répondre aux réflexes de survie d'un danger, il brûle aussi les peu de réserves qu'il reste à Kaitlyn. Sa vue se brouille. Elle a du mal à discerner l'homme, et n'arrive plus vraiment à savoir si elle campé sur ses deux pieds ou si elle est sur le point de s'écrouler.

C'est un homme avec une belle carrure aux cheveux sombres, à la barbe taillée et aux yeux ténébreux, mais brillants d'une intelligence certaine. Le soleil le découpe en une silhouette floue qui ne lui permet pas d'avoir plus de détails. Elle même se demande à quoi elle peut ressembler et si son numéro d'officielle du gouvernement peut marcher. A sa hanche gauche un sac de la Navy plus vide qu'il n'y parait et sur lequel repose la veste militaire qu'elle venait d'enlever. Son treillis est sale, et même un peu élimé aux genoux. Ses ranger sont en piteuse état. Son débardeur Kaki devait être à sa taille, avant qu'elle ne perde quelques kilos grâce à un régime à base de rien, pendant, parfois, plusieurs jours. Son visage, qu'elle n'a pas vue depuis longtemps est couvert de poussière, mis à part des traces propres qui suivent les larmes qui ont coulés il y'a peu encore. Ses yeux sont cernés et le blanc est irisé de veines éclatés, comme si elle venait de s'enfiler un sachet de weed, bien que soit, en réalité, son foie qui est du mal à gérer la malnutrition. Ses cheveux sont secs, d'un brun châtain qui vire au blond délavé à force de brûler au soleil.
Elle pose sa main sur son fusil mais sans le prendre et fait un pas supplémentaire dans la direction de l'homme. L'idée saugrenue que ce soit une hallucination, ni plus, ni moins, lui traverse l'esprit, mais elle ne prendra pas le risque d'éclater de rire au pire moment.

-"Vous me comprenez monsieur?" Dit-elle en désignant un point derrière elle comme pour lui montrer la position du reste de l'armée. Malgré ça elle ne le quitte pas des yeux. Elle n'aura que quelques secondes pour prendre le dessus. Et encore, si elle tente le bluff c'est parce qu'elle n'a pas conscience d'avoir l'apparence plus proche de celle d'un boiteux que de celle d'un être bien vivant. Difficile de dire qui est vraiment nous, quand on ressemble autant à eux.
Revenir en haut Aller en bas  
Guinevere Weaver
Guinevere Weaver
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 680
Sujet: Re: Il y a eux et nous!   Mer 7 Sep 2022 - 11:08
« Val, Cesare a beaucoup plus de plans avec chacun d’entre nous que tu ne le soupçonnerait jamais. Sidney, toi, … putain, même Yulia. Alors, ne pose pas de question dont tu ne voudrais pas vraiment connaître la réponse. » Qu’elle glousse un peu. Oui, elle, elle en savait déjà beaucoup trop pour son propre bien d’ailleurs. Mais partager, ce n’était pas vraiment quelque chose qui lui posait réellement problème - au contraire même. Et c’était sans doute cette liberté assumée qui rendait leur couple aussi solide. Mais la conversation n’eut pas la possibilité de se creuser davantage à cause de l’inconnue de la plage.

De toute façon, ils n’avaient pas d’autres choix. Tôt ou tard, l’inconnue débarquerait à leur campement, et c’était un risque bien trop idiot à prendre que pour ne pas anticiper les choses. S’il s’agissait d’une éclaireuse, il fallait la détourner de sa trajectoire et le plus tôt serait le mieux. De leur point de vue cependant, elle avait l’air seule - et bien seule. Sa démarche un peu chaloupée témoignait un peu de sa fatigue, elle semblait avancer avec la certitude qu’une pause signerait son arrêt de mort. Avec ce soleil, si ses ressources n’étaient pas suffisantes ; ce serait probablement le cas.

En voyant son brusque changement de direction, les deux complices n’ont d’autres choix que de se décider. Alors pendant que le grec s’avance pour la confronter, la blonde reste en retrait, décidant de les contourner suffisamment pour s’offrir un autre point de vue de la situation en restant à portée d’écoute. Et visiblement, la meuf en face de Valerian ne plaisantait pas, elle non plus. Cependant, l’image qu’elle reflétait à ce moment-là, contrastait avec ses paroles. La militaire était transie par la fatigue et la chaleur. Le nous incita Guinevere à la prudence, mais où qu’elle puisse poser sur regard, elle ne voyait personne d’autres qu’eux sur cette plage. Alors, bluffe ou pas ?

C’est son instinct qu’elle décide de suivre après avoir sondé les lieux rapidement quand elle s’avance discrètement derrière la militaire, son pied de biche dans les mains. Elle ne réfléchit pas longtemps avant de le lui balancer dans les jambes sèchement pour lui faire perdre l’équilibre. La regardant s’étaler à leurs pieds, témoignant de la fatigue extrême de la jeune femme. « Il n’y a personne d’autres ici. » D’un geste du pied, Guinevere écarte l’arme de l’inconnue de sa portée. Elle n’était pas connue pour faire dans la dentelle, et puisqu’il ne fallait pas totalement exclure la véracité des propos de cette femme, la navigatrice enchaina ses “précautions” en cognant suffisamment fort l’arrière du crâne de la militaire pour la faire tomber dans les vappes. Elle ne pensait pas y être allée si fort que ça, mais la blonde ferma les yeux rapidement : « J’y suis allée si fort que ça, tu crois ? » Qu’elle souffle à Valerian, peu soucieuse, dans les faits.

« On l’amène à l’ombre, on l’attache, on l’interroge ? Si elle a vraiment des copains dans le coin, je  n’préfère pas m’attarder. » Qu’elle souffle, avant qu’ils ne se mettent en mouvement, passant les bras de l’inconnue autour de leurs épaules pour la trainer à l’écart. Guinevere repartira même en arrière pour effacer leurs traces et vérifier que personne ne les traquait pendant que Valerian dépouillait l’inconnue de ses armes et l’attachait avec ses propres effets.  

Il se passa quelques longues minutes encore, avant que la militaire ne semble reprendre connaissance. Le ton que Guinevere emploie alors, semble bien moins agressif alors qu’elle lui tend sa gourde d’eau. Ils ont néanmoins pris soin de l’installer correctement, à l’ombre pour la protéger du soleil. « Bois, t’en as sérieusement besoin. » Qu’elle lui souffle, assez fermement malgré tout. Pour l’inciter à boire, elle se permet un rasade, elle aussi, lui prouvant que l’eau n’est pas empoisonnée. Puis, s’ils avaient voulu la tuer, elle serait déjà morte. Une fois convaincue, Guinevere recule un peu. « Au fait, il n’y avait personne derrière toi, sauf moi. Et désolée pour le coup à la tête, s’il y avait eu quelqu’un, ça aurait été con que tu les alertes en gueulant après eux… Du coup, tu vas répondre aux questions, maintenant, d’accord ? » Elle se montrait encore un peu douce, mais que l’inconnue ne s’y méprenne pas. Guinevere n’avait rien du gentil flic du duo - pas plus que Valerian.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3243
Sujet: Re: Il y a eux et nous!   Sam 17 Sep 2022 - 16:00
« Tu n’y es pas allée de main morte »

Égal, Valérian ne se serait pas exprimé différemment s’il avait constaté un changement dans la météo. Peu concerné par le sort de la jeune femme, il haussa les épaules et s’agenouilla à côté d’elle pour presser deux doigts contre sa carotide. Il perçut alors son pouls, quoique faible : « elle est en vie. » marmonna-t-il en levant les yeux vers sa complice. L’inconnue était néanmoins dans un état déplorable. Ses joues étaient hâves, ses lèvres crevassées et ses yeux creusés de profonds cernes violacés. Alors qu’elle lui faisait face, le grec avait par ailleurs décelé le léger tremblement de ses mains ; signe d’une fébrilité que ses propos décousus avait corroborée. « Je dois admettre que j’ai failli croire à son petit numéro ; quoique, de nous deux, elle semblait y croire le plus fort. »

Avec souplesse, le grec déplia ses jambes et se redressa rapidement ; promenant son regard acéré à la ronde. Il acquiesça de la tête aux propositions de Guinevere et émit un bruit à la fois approbateur et songeur : « en effet, ne perdons pas de temps : aide-moi à la déplacer. »

Ensemble, ils traînèrent l’inconnue à l’écart, sans se soucier que ses jambes heurtent des obstacles en chemin. Après quelques minutes, ils l'abandonnèrent sans ménagement au pied d’un arbre à la structure tortueuse dont la voûte feuillée était penchée au-dessus d’eux, comme si elle avait cherché à les préserver de potentiels regards indiscrets. Pendant que Guinevere s’assurait qu’ils n’aient pas été suivis, le grec fouilla quant à lui avec application la jeune femme, lui subtilisant ses effets personnels.  

À l’aide de ses lacets, il l’attacha solidement. S’ils n’auraient eu aucun mal à la maitriser compte tenu de sa grande faiblesse, Valérian ne voulait néanmoins pas tenter le diable. Accroupi à côté de la jeune femme, il faisait planer sur elle un regard sombre, vigilant, qui évoquait le vol d’un rapace en quête d’une proie. Le grec se redressa subrepticement sur ses appuis lorsqu’elle revint finalement à elle, émergeant péniblement des volutes ténébreuses de l’inconscience.

Valérian échangea un bref regard avec Guinevere. Celle-ci proposa à la jeune femme sa gourde d’eau, et le grec attendit silencieusement que l’inconnue ait désaltéré sa gorge asséchée et douloureuse, pour se pencher ensuite vers elle et presser la pointe de son couteau contre la base de son cou.  

« Soyons clairs : si tu fais mine d’appeler à l’aide, je t’ouvrirais la gorge en grand. » gronda-t-il d’une voix basse, sourde, en plongeant l’acier noir de son regard dans ses yeux. « Alors je te conseille de répondre sans faire d’histoire cette fois-ci. »

La tension avait métamorphosé son visage en un masque dur, tandis que ses yeux, étrécis, s’apparentaient désormais à deux puits d’où débordaient toute la noirceur du monde. Il se pencha davantage vers la jeune femme :

« Qui es-tu ? Et comment as-tu atterri ici ? »


Every time that I look in the mirror, all these lines on my face getting clearer. The past is gone. Oh, it went by like dusk to dawn. Isn't that the way ? Everybody's got their dues in life to pay.


Awards:
Revenir en haut Aller en bas  
Kaitlyn McGraw
Kaitlyn McGraw
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 76
Sujet: Re: Il y a eux et nous!   Dim 18 Sep 2022 - 10:57
Elle tient en joue l'homme qui est devant elle. Son bras tremble légèrement, mais une rafale ne risque pas de le manquer à cette distance s'il s'avère agressif. Le fait que sa vision soit trouble est un fait qu'il ignore, et pendant quelques secondes elle prie pour qu'il décide que la jeune femme est plus dangereuse que le pauvre gain qu'il pourrait faire en l'agressant. Cette idée éclate en morceau sous le coup d'une violente douleur qui explose dans ses genoux. Elle pousse un cris de douleur en s'étalant sur le sable de la plage. Son premier réflexe est de se tenir les jambes, mais elle se reprend rapidement malgré tout, cherche du regard son arme qui est tombé au sol et tend la main pour l'attraper. Mais à la place du fusil c'est une botte qu'elle découvre.

-"Il n'y a personne d'autre ici!" Kaitlyn relève la tête pour voir de qui provient cette voix féminine, mais le soleil découpe une simple silhouette qui la surplombe. La dernière chose qu'elle perçoit est l'éclat métallique sur l'arme qui, dans un demi cercle parfait vient lui heurter la tête et la plonger dans les ténèbres.

Il fait froid, l'eau s’insère de toute part, pourtant le feu est omniprésent. C'est donc à ça que ressemble l'enfer? Les parois de métal grince sous la pression des profondeurs. Il ne reste qu'une petite poche d'air à laquelle Kaitlyn s'accroche de toutes ses forces. Elle sent les mains de ceux qui voudraient vivre s’agripper à ses chevilles, tenter de la tirer vers l’abîme. Elle les entend hurler sous l'eau. Il faut plonger, trouver une sortie, elle le sait. Une bulle éclate, et le petit espace d'air est envahie par l'eau salée et glacée. Kaitlyn regarde sous elle et n'y voie qu'un puit sans fond d'ou remonte, noyés et morts vivants, ils viennent la chercher pour l'emmener tout au fond, l’entraîner vers les profondeurs, et elle sait qu'elle y coulera éternellement, un voyage sans fin ou elle ne pourra même pas espérer la mort, se noyant pour l’éternité... Ses poignets lui fond mal alors que d'autres mains s'y accrochent, elle a beau tirer de toutes ses forces, elle ne peut que glisser vers le néant.

Quand elle ouvre les yeux elle est à l'ombre d'un arbre. Elle comprend mieux les sensations ressenties dans son horrible cauchemars. Elle est attachée à un arbre. Les personnes qui ont eue raison d'elle sont en face et discute entre eux. L'homme et la femme parlent à voix basses avant de se rendre compte qu'elle est réveillée. Kaitlyn cherche ses affaires mais ne les voie pas. Elle se décide à tester la solidité de ses liens. Ce n'est pas de la corde, presque de la ficelle... Des lacets. Elle force, mais les liens tiennent bon et ont tendance à lui entailler les poignets douloureusement.

La femme s'avance. Elle est grande, plutôt jolie, elle un regard fiers et confiant qui perce la détenue comme pour y lire ses secrets. Il y'a aussi une certaine forme de gentillesse qu'elle tente de cacher sous une autorité qu'elle à l'air d'avoir l'habitude d'utiliser quand l'occasion est nécessaire.

-"Bois, t’en as sérieusement besoin."

Elle approche une gourde d'eau et lui offre à boire. L'eau douce lui pique les lèvres et la fait grimacer, mais, Dieu que c'est bon. Sa tête lui fait mal lorsqu'elle la repose contre le tronc d'arbre. Elle n'y est pas allez de main morte. Elle se demande dans quel était est sa figure, incapable de localiser la partie qui lui fait le plus mal alors que tout le côté droit de son crâne et de son visage pulse une douleur sourde et qu'elle a l'impression que son arcade à triplé de volume.

-"Au fait, il n’y avait personne derrière toi, sauf moi. Et désolée pour le coup à la tête, s’il y avait eu quelqu’un, ça aurait été con que tu les alertes en gueulant après eux… Du coup, tu vas répondre aux questions, maintenant, d’accord ?" Elle essaye d'avoir un ton plus doux, mais Kaitlyn ne s'y trompe pas, cette femme à vécu des choses qui l'ont rendue plus dur, plus forte, capable de tuer si besoin. La jeune femme toise sa geôlière, elle cherche à savoir quels sont ses intentions. La seule chose dont elle est sure c'est que s'ils avaient voulu la tuer, elle serait déjà morte.

L'homme s'avance à son tour, pose ses fesses sur ses talons et sort une lame avant de la poser sur sa gorge, ce qui oblige Kaitlyn à relever le menton.

-" Soyons clairs : si tu fais mine d’appeler à l’aide, je t’ouvrirais la gorge en grand. " gronda-t-il d’une voix basse, sourde, en plongeant l’acier noir de son regard dans ses yeux. « Alors je te conseille de répondre sans faire d’histoire cette fois-ci. »

Kaitlyn cligne des yeux en réponse. Il suffit de lire dans son regard la détermination dont il fait preuve. Il l'égorgera si besoin, sans ciller même.

-" Qui es-tu ? Et comment as-tu atterri ici ?"

-"Je m’appelle Kait... Kaitlyn McGraw. Je suis Caporal chef de la Navy, mécanicienne sur le Forbin." Elle énonce son identité comme on lui à appris à le faire si jamais elle devait être prise par l'ennemi. Sa vue se brouille. Elle n'a raconté son histoire à personne. En fait, elle se rend compte que se sont les deux premiers êtres vivants qu'elle croise depuis que son navire c'est échoué. Elle tente de retenir ses larmes, mais alors qu'elle commence à expliqué comment le Forbin à subit un attaque suite à l'épidémie qui c'est répandu parmi les civils qu'ils avaient pris à leur bord, elle sent les larmes couler sur ses joues. Elle évite de croiser leur regard. Les souvenirs sont presque plus présent que la réalité qui l'entoure. Elle raconte comment la tempête à finis par avoir raison des survivants et du navire et comment elle c'est retrouvé sur la plage, seule. Elle oublie volontairement de parler de l'homme qu'elle aimait et qu'elle a dut tuer après qu'il se soient changer en mordeur. Et elle occulte le moment ou le vaisseaux, remplis de mort vivants c'est enfoncé dans les eaux, l’entraînant elle aussi vers les profondeurs. Lorsqu'elle termine son histoire elle relève les yeux vers l'homme. Elle s'avance légèrement, même sous la contrainte de la lame qui pourrait lui entailler la peau.

-"Je n'ai pas peur de mourir, alors si tu compte garder mes affaires, ou me tuer, fais le vite, qu'on en finisse." Les larmes et la peur ont laissé place à la colère et à la détermination. Une détermination tel qu'elle le dispute à ses deux agresseurs.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Il y a eux et nous!   
Revenir en haut Aller en bas  
- Il y a eux et nous! -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: