The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Corsair Vengeance LPX 32GB (2 x 16GB) DDR4 3200MHz C16 High ...
99.90 €
Voir le deal

A girl like you
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Moon Sun-Hi
Moon Sun-Hi
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
S.T.A.R.S
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 760
Sujet: Re: A girl like you   Mer 10 Aoû 2022 - 13:29
Ça n’a aucun sens, ce qu’il me reproche n’a aucun sens. Si, bien sur que si. D’une façon tordue et illogique, mais ça en a un. Il s’est engueulé avec elle, il pensait à moi. Je suppose que c’est un juste retour des choses qu’il pense à elle quand on s’engueule. Je ne suis pas sûre qu’il ait parlé de moi comme il parle d’elle, tant mieux dans un sens sans doute. Peut-être qu’elle n’est pas assez forte pour supporter ça. Peut-être que je le suis. Il n’y aurait que ça, ça ne serait pas si grave. Je suis capable de faire avec. Mais il continue. Si y a vraiment un truc. Mon estomac se tord un peu. Quelle sombre conne.

Le pire, c’est que ce n’est même pas à lui que j’en veux. C’est à moi. De ne pas avoir fait attention, de m’être laissée porter, d’avoir continué en sachant que ça se transformait, que ça devenait autre chose, d’avoir cru que je pouvais contrôler, d’avoir pensé que ça irait. De m’être laissé avoir.
Oh bien sûr que je lui en veux aussi, de me mettre tout cela sur le dos et de se dédouaner de la sorte, de penser que j’ai tout calculé, depuis le début. De me faire aussi mal également.

Parce qu’il enchaine. Il ne le fait pas exprès, mais utiliser notre confiance, notre proximité comme excuse, comme raison, pour me culpabiliser de la sorte, c’est tellement… ça marche terriblement bien. Oui, je le connais. Oui, je sais qu’il est loyal et fidèle. Oui, je sais… tout ça. Je ne l’ai pas analysé comme il le croit si bien, pas consciemment, j’ai juste écouté et appris. Je suis douée pour ça en général. Cerner les gens et les comprendre. C’est une des raisons pour laquelle je ne m’attache que rarement. Je les connais. Mais il y a des failles partout. Et je suis tombée en plein dedans.

Et chaque coup qu’il porte ouvre une nouvelle brèche. Chaque reproche porte une estocade un peu plus forte. Je ne devrais pas. J’aurais dû. Je n’ai pas. Je devrais.

« J’ai rien décidé du tout ! Je ne m’en suis pas mêlée, ce n’est pas pareil ! » Ne hurle pas. Réfléchis. « Je ne sais pas pourquoi ! Tu la connaissais déjà, c’est une femme géniale et moi je ne suis qu’un plan cul ! C’est de la logique ! » Tout se brouille. Tout se fissure. « Je ne suis pas devin ! Je n’ai pas décidé tout ça, je n’ai pas choisi volontairement ! Je n’avais pas compris que je devais aussi t’ouvrir les yeux sur tes propres sentiments ! Je n’avais imaginé que je devrais t’empêcher de t’engueuler avec des personnes qui tiennent à toi parce que putain, c’est trop difficile pour toi ! » Je n’ai aucune envie de me disputer avec lui. Je ne voulais pas. Et pourtant je suis incapable de m’arrêter.

« Et je ne me renferme pas ! Tu crois que c’est facile pour moi ? Tu es censé me connaître aussi ! T’es celui qui me connait le mieux, le seul qui me connaisse ! Tu sais que je n’aime pas me reposer sur d’autres, tu sais que je n’ai plus personne et tu sais que j’ai du mal à accorder ma confiance ! Toi tu as tout ça et tu n’es pas capable de prendre sur toi deux minutes parce que je ne sais pas exprimer ce que je ressens ? Mais visiblement, ça n’a pas grande importance ! Il n’y a peut-être jamais rien eu, avec moi, pas vrai ? » Je le dévisage en essayant de me reprendre. C’est moi qui suis censée garder mon calme. Je suis censée être impassible, je suis censée me contrôler. « Tu es le seul qui… » Je me sens tellement stupide. « Je voulais juste… » Je suis son garde-fou. Rien d’autre.

Non. Cette réponse qu’il ne désire pas, à sa question qui n’en est pas vraiment une, meurt derrière mes lèvres. Je ne la désire pas non plus. La vérité, la franchise, c’est tout ce qu’il me reste, tout ce que j’ai… Sauf envers lui à l’écouter.
Et je sais déjà tout ce qu’il dit. Je l’ai toujours su. Une information parmi d’autres. Une donnée qui me fait malgré tout serrer les mâchoires et me fige sur place. Pas pour la vérité qu’elle renferme. Mais parce que cela aussi, il l’utilise pour me faire mal sans même s’en rendre compte.

« Je n’ai jamais cherché à la dépasser. » C’est étonnant comme ma voix est redevenue calme. « J’avais compris qu’il n’y avait de place pour personne d’autres, tu l’avais dit toi-même. Je l’ai accepté depuis longtemps. Je m’en moquais, c’est toi que je voulais. Je ne t’ai rien demandé. » Menteuse. Je secoue la tête. « Ce n’est pas vraiment ce que je voulais dire. Ni concernant Emma, ni concernant Camila. » Ou peut-être bien que si. Etre importante pour quelqu’un. Que quelqu’un se souvienne de moi. Que quelqu’un tienne à moi. Qu’il tienne à moi.

Je récupère ma culotte. « Et tu sais quoi ? Va te faire foutre Lennox ! Tu voulais me blesser comme je t’ai blessé ? Mission réussie. » Je fais un large geste des bras en me désignant. Et là encore, je ne hausse pas le ton. « Ne t’en fais pas, j’ai bien compris la leçon. Je t’empêcherais de te comporter comme un connard égoïste et arrogant. Et je t’éviterais les situations merdiques comme celles-là. » J’enfile mon jean en vitesse avant de le fixer. « Je n’avais pas prévu de tomber amoureuse de toi. Ça, j’aurais aimé le calculer. Ça aurait peut-être évité tout ce gâchis. » Toute cette douleur. J’attrape ma batte. « Je vais faire un tour pour être sûre de ne pas avoir rameuté tout le quartier. »

Je ne m’arrête qu’après avoir fermé la porte et fait quelques pas à l’extérieur. Je suis tellement en colère que je tremble. Non pas en colère. Ce n’est pas le sentiment qui prédomine. Qu’est-ce que j’ai dit ? J’avance dans la rue, toujours pieds nus. Finalement on a attiré peu de monde. Et ce n’est toujours pas la colère qui me fait pleuvoir les coups sur les morts.


“Peu importe ce qu’on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde.“
Revenir en haut Aller en bas  
Lennox A. Coleman
Lennox A. Coleman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
S.T.A.R.S.
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1850
Sujet: Re: A girl like you   Mer 10 Aoû 2022 - 15:26
Mais qu'est-ce que tu racontes ?! T'es pas qu'un plan cul putain ! Tout s'emballe, et elle s'emporte, m'emporte avec elle, dans un élan d'rage que je vois pas venir. J'ai du mal à m'contrôler, mais c'est pire de la voir elle, perdre ses nerfs, qu'elle garde normalement précieusement. J'me sens responsable de ça encore plus, parce que j'vois à quel point j'l'ai heurté, et qu'elle en avait pas besoin : Moon ! C'est pas ce que j'ai voulu dire ! J'ai pas le temps d'en placer une, pas le temps d'me faire entendre : Je voulais pas-

Et ses mots m'foutent un coup. Je n’avais pas prévu de tomber amoureuse de toi. Ok. C'est une claque dans la gueule, le genre qui résonne dans l'oreille un moment, et qui fait voir des points noirs que ça vrille comme ça. Elle m'souffle avant de tourner les talons, sans m'attendre, sans vouloir m'écouter, peut-être pour retrouver un semblant de nerfs, j'sais pas trop, mais mon coeur tambourine trop fort contre mes côtes pour que j'saisisse pas le danger. Putain de merde... J'ai même pas l'temps d'enfiler ma veste et mes chaussures, tout juste d'saisir ma hachette.

J'la retrouve, dégage un mort en l'attrapant elle par le bras pour la tirer en arrière : Rentre à l'intérieur ! Mon ordre souffre d'aucun refus, mais c'est là où elle décide de jouer les effrontées évidemment : Tu fais quoi là ?! Arrête tes conneries, rentre ! On termine de déblayer, mais j'lui laisse pas le temps d'y retourner que j'la reprends sans la ménager, la main qui entoure si fermement son bras qu'elle risque d'en avoir la marque. Elle est en train d'me rendre dingue, c'est pas possible putain.

T'es cinglée ou quoi ? Je claque la porte violemment, la bloque, tire les rideaux, verrouille et re-verrouille, dans un état d'colère qu'elle m'a jamais fait atteindre. Elle, elle doit normalement m'empêcher d'virer timbré, et voilà qu'elle fait tout l'contraire : T'avise plus d'te foutre en danger ! J'lui hurle dessus, j'en reviens pas, j'suis sidéré qu'elle ait vraiment pris d'risques débiles, pour quoi ? Pour m'fuir, moi ? Putain mais t'as vu c'que tu fais, Lenny ? T'as vu c'que t'amène derrière toi ? C'est Moon, bordel ! Moon !

Tu la fermes et tu m'écoutes, c'est clair ?! Là encore, j'lance pas un débat, j'prends juste le temps d'récupérer mon souffle et de faire baisser cette rage qui vibre à mes oreilles là, si fort que j'en tremble. J'pose mon arme, j'veux aucun geste malheureux, et m'tourne vers elle : J'suis... J'me fige. Muet. Je sais pas quoi lui dire, alors qu'en vrai, y'a tellement à s'confier. J'suis désolé, je comprends rien à rien. J'suis juste... A côté d'mes pompes constamment depuis quatre ans, j'ai aucune idée d'ce que je fais, ou d'pourquoi j'le fais, j'improvise, j'croise juste les doigts pour que ça merde pas, que j'lui souffle.

Mon cœur est erratique, il tambourine si fort que j'ai l'impression qu'il va exploser. C'est un orchestre à l'intérieur, c'est presque douloureux. Mais y'a une chose que j'sais, c'est que j'ai pas envie d'te blesser, ou d'te faire de mal, que j'ajoute un plantant mes yeux sur elle. Comme avec Emma, j'en ai jamais eu envie, et j'l'ai fait trop d'fois. J'suis désolé qu'ça soit de moi que tu tombes amoureuse, parce que si c'est vrai, si c'est vraiment le cas, bordel Moon : tu pouvais pas faire mieux qu'ça ? J'secoue la tête. J'aimerais dire ça avec de l'humour, mais j'suis sérieux.

La question appelle pas d'réponses : Tais-toi, j'veux finir avant. Je m'approche, me plante devant elle, la regarde. Comment je dois lui parler alors ? Comme ça vient, même si ça fait pas de sens pour elle. J'sais pas c'que je ressens pour toi. C'est fort, mais moi j'crois que j'ai aimé qu'Emma dans ma vie, et j'ai l'impression qu'c'est pas la même chose, qu'rien pourra être jamais pareil, je secoue la tête en l'disant : Et tu mérites mieux qu'ça, qu'un mec trop vieux, qui doute d'savoir aimer quelqu'un encore pour la deuxième première fois, que j'lui souffle.

J'ai les mâchoires qui s'serrent. J'suis encore le genre de chien fou, d'venu sénile avant l'heure à cause de la douleur. J'vois pas comment qui que ce soit pourrait avoir envie d'lui tendre la main pour des caresses, surtout vu les probabilités d'se faire mordre. T'es trop précieuse pour que j'prenne le risque d'te blesser, et regarde : j'ai l'impression qu'c'est inévitablement c'qui va t'arriver, c'est déjà arrivé. J'suis désolé, j'avais pas prévu non plus d'ressentir plus pour toi, et j'veux t'en protéger, que j'ajoute. Mais j'tiens trop à toi pour qu'tu perdes la tête à cause d'moi, ok ? Alors elle doit m'promettre de plus faire ça. Plus jamais.



It is not how you hit the mat
it's how you get up
Revenir en haut Aller en bas  
Moon Sun-Hi
Moon Sun-Hi
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
S.T.A.R.S
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 760
Sujet: Re: A girl like you   Mer 10 Aoû 2022 - 22:03
Comment cela a pu arriver ? Comment j’ai pu être aussi inattentive ? Comment ça a pu autant déraper ? Je suis bien plus réfléchie que ça, je suis prudente, rationnelle. Si j’ai survécu aussi longtemps, c’est en réussissant à garder mon calme et à analyser chaque situation, pas en tombant stupidement amoureuse, encore moins en m’emportant de la sorte comme une gamine immature à qui on brise le cœur.

Et c’est pourtant ce qu’il me reproche. De trop réfléchir, trop analyser, trop prévoir. Mais c’est comme ça que je suis. Il est censé savoir comment je fonctionne, il me connait, il devrait me comprendre. Pas m’accuser de tous les maux, pas me condamner pour quelque chose qui ne dépendait pas de moi. Mais il faut croire qu’il pense que je suis assez forte pour me prendre toutes ses douleurs et ses dysfonctionnements dans la gueule. Ou qu’il se moque de savoir ce que ça me fait ou comment j’encaisse.

Il compte sur moi pour l’aider, pour l’apaiser et le canaliser. C’est tout. Et je fais tout le contraire. Je ne suis même pas capable de faire ça.

Mais je fais quoi là bordel ? La douleur pulse au rythme des battements de mon cœur, trop rapides, trop violents. Et je n’arrive pas à m’en défaire.
Tu m'as analysé. Tu devrais m'aider. Si y a vraiment un truc. Si…

Le premier rodeur tombe. Je le fixe un instant, armant mon bras pour cogner le deuxième qui se trouve en face de moi. Et je me fais tirer en arrière. Lennox. Je me dégage d’un geste vif sans lui répondre, continuant de nettoyer les quelques morts qui avaient été attirés. Jusqu’à ce qu’il m’agrippe par le bras et m’entraîne avec lui sans me laisser le choix.

« Mais tu te prends pour qui ? » Les mains tremblantes, je le regarde tout fermer et sécuriser. « Ce ne sont pas quelques morts qui vont me mettre en danger ! Et qu’est-ce que ça peut te foutre ? » Je sais bien que j’exagère, je sais qu’il s’est inquiété, autant que c’était stupide. Mais il exagère également.

Mais il semblerait que je sois capable de le mettre réellement en colère. Je me crispe, le cœur battant si vite qu’il en devient douloureux, et mes ongles s’enfoncent dans mes paumes alors que j’essaie de reprendre ma respiration.

Je fronce les sourcils, et je le laisse parler. Parce que je n’ai pas le choix, encore une fois. Parce que j’ai besoin de me reprendre. De me calmer. De… tout. Je me mords l’intérieur des joues pour ne pas répondre trop brusquement, pour ne pas répondre du tout. Et de toute façon, de nouveau, il m’en empêche. Il continue, comme tout à l’heure, enchainant sans me laisser la parole, sans même me laisser le temps de comprendre ce qu’il dit. Je me force à lever les yeux vers lui, serrant les mâchoires pour ne pas qu’il voir mes tremblements et mes peurs. Pas de lui, je crois qu’il a compris depuis le temps, que je n’avais jamais eu peur de lui, ça ne va pas commencer maintenant. Aussi borné soit-il.

Je ne comprends pas. Comme si mon cerveau refusait de coopérer et m’empêchait d’appréhender le sens de ses paroles. Comme si j’avais fait griller les synapses entre chaque neurone en perdant pied. « Encore une fois, je n’ai pas choisi ce que je ressens. Et si j’avais choisi, j’aurais préféré tenir la promesse que je t’avais soufflé en riant, la première fois que je suis venue te voir. » Jamais je n’aurais imaginé tomber amoureuse de lui parce qu’il était… lui. « Ça aurait simplifié la vie de tout le monde je pense. » Je compte en silence dans un coin de ma tête, me focalisant sur le calcul, calquant mes respirations sur les chiffres, quand bien même ma gorge se serre et que mon cœur n’en fait qu’à sa tête. « Mais c’est arrivé. Et c’est là. Je ne l’ai pas choisi, je ne l’ai pas décidé. Ça s’est fait tout seul. Et je ne sais pas comment faire, je ne sais pas gérer ça, je n’ai pas appris, je n’ai jamais été… Je ne l’ai jamais été. C’est la première fois. » Inconsciemment, je baisse le regard à cet aveu, ma voix s’éteignant sur la fin. C’est tellement insensé et stupide de découvrir pouvoir ressentir tant de sentiments après l’apocalypse.

Je déglutis et reprends sans lui laisser le temps de réagir. « Et je ne comprends pas ce que tu veux. Ce que tu me demandes. » Je le dévisage, faisant taire tout ce qui m’étreint et se fracasse. « Je mérite mieux ? Je pensais naïvement que c’était à moi de juger cela, que c’était moi qui décidait ce que je voulais ou non. Et je… Non, je ne comprends pas ! Me protéger de quoi ? De ce que tu ressens ou de ce que tu ne ressens pas ? Tu n’as pas prévu de ressentir plus ? Et bien soit, ne le fais pas, ne ressens pas davantage ! Je ne te demande pas de ressentir plus Lennox.» Je ferme les yeux en soupirant. D’accord. Très bien. Je peux très bien y arriver. C’est facile.

« Je ne perds pas la tête. Je vais bien. Tout va bien. Alors plutôt que de partir dans des débats et des hurlements sans queue ni tête, il te suffit de me dire que tu ne veux pas. Je peux l’entendre. Après tout, je peux visiblement tout prendre sur moi. » Je n'arrive pas à réfléchir suffisamment, mais j'aviserais plus tard. De même pour la cohérence. Qu'importe comment je le vivrais après. Ce n'est pas si important. C'est facile. Je suis forte. Je fronce les sourcils. « Mais ne me traite plus non plus comme si j’étais une petite chose fragile et sans défense. Et ne me dis pas que tu tiens trop à moi ou que tu es désolé. C’est blessant, et c’est insultant que tu me prennes pour une idiote. »


“Peu importe ce qu’on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde.“
Revenir en haut Aller en bas  
Lennox A. Coleman
Lennox A. Coleman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
S.T.A.R.S.
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1850
Sujet: Re: A girl like you   Jeu 11 Aoû 2022 - 1:34
Elle est pas comme d'habitude. J'le sais parce que j'la connais, et j'm'en veux d'réveiller ça chez elle. J'me sens minable, un truc dont j'ai horreur, et en même temps j'pense que personne aime se sentir comme une vraie merde. J'me déteste furieusement de l'avoir mis dans cet état. Sa voix tremble de l'émotion qu'elle ressent par ma faute, et ça va pas en s'arrangeant. C'est erratique, expéditif, presque comme un bug dans son système de pensées. Alors, j'me rapproche, et j'attrape son visage : Ok, Moon, ok, que j'lui souffle. J'ai compris. Elle a rien prémédité, et ça l'emmerde plus qu'autre chose. En plus, c'est la première fois alors c'est pire, et j'secoue la tête dans la foulée.

Dis pas n'importe quoi, que j'lui souffle simplement. Je te prends pas pour une idiote, c'est pas ça. C'est p't'être que j'en attends trop d'elle, plus qu'elle peut encaisser. Et j'devrais pas me reposer sur elle pour m'gérer. J'pensais, mais elle a peut-être pas les épaules, et encore moins envie d'avoir à m'subir. C'est fun tant qu'c'est que du sexe, apparemment. Mais quand ça devient sérieux, quand y'a plus qu'ça au milieu, c'est juste une purge. T'es la personne la plus intelligente que j'connaisse, j'peux pas me permettre de te sous-estimer, tu l'sais, que j'ajoute.

J'soupire, mon pouce caresse doucement sa peau, et j'secoue la tête. J'essaie d'suivre, vraiment. Mais pour une fois, les pensées d'Moon semblent fuir, s'enchainer, maladroitement, et y'a plus qu'ça qui se mélange. J'ai l'impression d'l'avoir cassé, et de pas avoir de mode d'emploi pour la réparer. Alors, c'est tout con, mais j'viens poser mes lèvres sur les siennes. Doucement et fermement en même temps. J'la relâche après, mais j'la ramène contre moi. Peut-être que tu comprendras plus tard, j'en sais rien, j'arriverais pas à t'expliquer, alors on verra plus tard, si j'apprends des mots qui auront plus d'sens pour elle et pour moi. S'ils seront plus juste pour communiquer ensemble.

J'la fixe, les mâchoires serrées, avant d'reprendre : Qu'est-ce que tu veux entendre ? Qu'est-ce que tu as besoin d'entendre ? La question est sérieuse, j'cherche pas à la provoquer à nouveau, j'lui reproche rien. J'ai pas envie de te mentir, mais si t'en as besoin, j'le ferais quand même, c'est elle qui voit. Elle a qu'a demander. J'peux au moins lui accorder ça, en fait. Je reste sur ce que je t'ai dit, parce que c'est le seul truc qui me parait simple et clair : Je te veux, j'ai pas envie de te partager avec d'autres, j'ai pas envie d'une autre personne que toi, j'souffle, il m'faut du courage pour le dire : C'est flippant, ok ? elle le sait comme moi : Mais c'est comme ça, et on peut rien y changer.

J'suis juste dans l'attente de ses réponses, à la fixer, à dépendre d'ses réactions pour essayer de comprendre où on va. Et surtout, si on y va ensemble. P't'être que ça redeviendra simple, j'aimerais qu'ça soit le cas, parce que j'aime pas devoir me prendre la tête avec celle que j'pense être ma meilleure alliée. Même si je définis pas ce que je ressens à son sujet, j'ai conscience qu'elle est la première en quatre ans à pouvoir s'vanter d'en être rendu là avec moi. Sans heurte. Et avant ça, avant cette discussion, sans dispute. C'est flippant aussi, à bien y penser. Surtout que... On s'ressemble pas. Vraiment pas. Et y'a comme une part de nous qui résonne quand même sur la même tonalité.



It is not how you hit the mat
it's how you get up
Revenir en haut Aller en bas  
Moon Sun-Hi
Moon Sun-Hi
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
S.T.A.R.S
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 760
Sujet: Re: A girl like you   Jeu 11 Aoû 2022 - 18:17
Il suffit que je me reprenne, que je parvienne à remettre mes idées en ordres et à respirer normalement. Il suffit que je fasse taire cette douleur idiote qui ne devrait même pas être là.
Mais il pense vraiment que j’ai tout calculé et prévu. Que j’ai intentionnellement menti et organisé tout ça ? Alors que j’aurais dû l’aider à gérer… sa relation avec Camila ? Il m’a sérieusement demandé ça ? C’est Camila qu’il ne veut pas blesser, c’est avec qu’elle qu’il avait un truc.

Mais putain, tout ça, ça veut juste dire qu’il ne me connait pas, qu’il n’a toujours pas compris comment je fonctionne, tout ce que notre relation a de nouveaux et d’étranges pour moi.
Alors que pour lui, ce n’est rien. Rien.

De toutes ces tirades et ces cris, c’est tout ce qu’il en ressort. Le sol s’effrite sous mes pieds. Cette confiance ne repose sur rien en fait. Et ce que je ressens n’a pas lieu d’être. Peut-être que j’ai imaginé cette complicité avec lui. Peut-être qu’il n’y a que moi qui ressente cette espèce d’équilibre, d’harmonie étrange avec lui.

Et même quand il essaie de s’expliquer, je ne parviens pas à faire les raccords. J’entends bien ce qu’il dit, qu’il ne voulait pas me faire de mal non plus. Mais c’est difficile, confus. Et si je me fige momentanément quand il s’approche encore, je cesse de respirer quand sa peau touche la mienne. Vu les précautions qu’il prend, je me rends compte que je dois avoir l’air de perdre pied pour de bon. Fantastique.

Je continue de compter, pour calmer les battements erratiques de mon cœur et pour tenter de reprendre le contrôle sur… à peu près tout. Je continue de prendre conscience d’à quel point je suis foutue quand la simple caresse de son pouce m’y aide. Et c’est un court-circuit que ses lèvres provoquent. Plus tard. Je ne veux pas comprendre plus tard, j’en ai besoin maintenant. Un peu au moins. Mes mains se posent sur son torse, comme pour m’ancrer un peu plus solidement et m’éviter de repartir à la dérive.

Je fronce les sourcils et secoue la tête à ses questions, dont je ne saisie toujours pas le sens. Il a retrouvé son calme et n’a plus son ton accusateur. Mais lui non plus ne comprend toujours pas, et il continue. Mon cœur loupe un battement et le peu de contrôle qui m’ait revenu commençant déjà à se déliter.

« Non. » Je le dévisage. « C’est une des seules règles qu’on a établi dès le départ, tu ne peux pas… Comment peux-tu penser que j’ai envie que tu me mentes ? » Je m’écarte un peu de lui en secouant la tête. « Tu crois que c’est ce que je veux entendre ? » Oui, ça l’est. Mais pas comme ça.  « Et ce n’est absolument pas ce que tu as dit. A aucun moment, tu… » ça, je l’aurais compris je pense. « Tout ça… » Tout ce qui vient de se passer. « Tu penses que j’ai fait exprès. Tu as dit que tu ne sais pas qui tu aurais choisi. Tu m’as accusé de tout prévoir. Alors que tu sais que je fonctionne comme ça. Ou tu devrais le savoir. Tu me connais. Tu dois me connaître non ? Et là, je n’ai rien prévu. Et que j’avais fait exprès de ne pas t’avoir parlé de tes sentiments pour une autre femme. Tu… Tu as dit que… qu’il n’y avait sans doute rien entre nous. » Et ça fait toujours aussi mal.

Je me mords l’intérieur des joues, malgré tout bêtement soulagée de réussir à en parler calmement, même si cela reste décousu, même si j’ai reperdu le contrôle des battements.

« Alors. Non. Je ne veux pas que tu me mentes. Je n’ai pas besoin que tu me mentes. J’ai besoin… » Je ferme les yeux et inspire profondément, avant de le fixer de nouveau. « Ce n’est que moi ? J’ai imaginé qu’il se passait quelque chose ? Pas seulement de la confiance… Mais il est possible que… en… en tombant amoureuse, j’ai pu croire qu’il y avait plus. Un genre de complicité, un écho, un genre de… Je ne sais pas. Quelque chose de plus. »  Ma mâchoire se crispe et je hausse les épaules. « Peu importe. Ne me mens pas, c’est tout. »  


“Peu importe ce qu’on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde.“
Revenir en haut Aller en bas  
Lennox A. Coleman
Lennox A. Coleman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
S.T.A.R.S.
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1850
Sujet: Re: A girl like you   Ven 12 Aoû 2022 - 1:39
Elle se reprend difficilement, c'est laborieux et j'essaie de faire au mieux pour l'aider. J'crois que ma proximité l'emballe en même temps qu'elle la décompose, le baiser qu'on échange, que j'lui vole, à le mérite de la faire fondre dans mes bras, et lui permettre une pause dans le désordre d'ses pensées. Je désespère d'la voir se reprendre et m'entendre, j'aimerais qu'elle lise dans ma tête, parce que ça serait plus simple. Y'a des fois où j'me dis qu'elle en a les capacités, parce qu'elle semble tellement intelligente en comparaison qu'elle doit bien être capable d'une prouesse pareille.

Mais c'est pas le cas. Alors, elle essaie quand même, me parle, précise ses mots, m'affirme qu'elle a pas voulu que ça se passe comme ça, et pas prévu de tomber amoureuse de moi. Ok, je te crois, que je lui souffle. En fait, je crois personne assez con pour vraiment le vouloir, de toute façon. Et je te dis la vérité, que je lui souffle. Elle essaie d's'écarter, de me fuir mais elle m'entend pas. Ecoute-moi, je reprends son visage fermement, l'empêche de parler. Plante mes yeux dans les siens, sans la lâcher un seul instant.

J'inspire fort. Et je l'invite à en faire autant. Parce que son souffle est difficile, et que j'imagine que les sentiments comme ça, ouais, ça fait vraiment peur quand on comprend pas ce que c'est. Je te veux, j'ai pas envie de te partager avec d'autres, j'ai pas envie d'une autre personne que toi, que je lui répète fermement. Il y a qu'une fois que je suis sûr qu'elle m'a entendu que je la relâche un peu, et je sens dans le timbre de sa voix la peur et la douleur que mes mots ont fait. Je l'ai pas seulement blessé, en fait. C'est pire que ça.

J'ai dit que je savais pas ce qu'il y avait entre nous, que je savais pas ce que c'était, quel truc c'était, que je lui reprécise. Un soupir m'échappe, je me saisis l'arête du nez, ferme les yeux, souffle un grand coup aussi pour pas m'agacer. L'attraper par les épaules et la secouer comme un prunier servirait à rien, alors je me contiens. Je vais pas me mettre à lui hurler dessus encore, à nouveau. Moon, mon ton est ferme, je relève les yeux vers elle.

C'est pas que toi, elle peut pas en douter. C'est pas une projection d'elle, elle s'est pas imaginée des trucs ou je sais pas quoi. Sinon, j'aurais pas entamé cette discussion, j'aurais pas fait ce constat aussi, et je passerais pas tout ce temps à essayer de... Je sais pas, la rassurer ? Si j'en avais rien à battre d'elle, je la laisserais se démerder dans son coin. T'es pas la seule à l'avoir remarqué, j'étais là aussi, je te signale, j'étais allongé à côté d'elle, et je me revois lui demande comme un con faut qu'on en parle ? Bordel Lenny, y'a pas plus con que toi à ce moment-là.

Parce que t'aurais pu juste laisser vivre le truc, et on en parlait plus jamais. Mais non. Il a fallu que t'ouvre encore ta grande gueule. Que tu lui fasses mal. Que tu la blesses. Que tu saches pas réfléchir. Quel bon sac à merdes tu fais. Et je- Je souffle, je me tais. A nouveau, je sais pas comment tourner les choses, à aller trop vite, je ferais trop de dégâts au passage. Je suis là, je bouge pas. Je peux pas être à ce point con pour la repousser. Pourtant, ça serait mon genre, c'est une lutte contre moi-même pour pas la laisser filer. T'as rien imaginé, que j'ajoute alors.



It is not how you hit the mat
it's how you get up
Revenir en haut Aller en bas  
Moon Sun-Hi
Moon Sun-Hi
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
S.T.A.R.S
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 760
Sujet: Re: A girl like you   Ven 12 Aoû 2022 - 20:29
Ce n’est pas logique. Ce qu’il a dit tout à l’heure et ce qu’il vient de dire. C’est sans doute pour ça que j’ai du mal à faire les liens et que je ne parviens pas à me reprendre totalement. Ça a totalement dépassé ce que je suis capable de maîtriser. Pourtant, ce n’est rien. Mais ça me concerne directement, et ça, je n’ai pas l’habitude. Je n’ai pas l’habitude de devoir gérer ce que je ressens actuellement. A dire vrai, j’aurais préféré continuer à ignorer ce que tout ça représentait pour moi, j’aurais préféré continuer de ne pas être capable de mettre un nom dessus. Ça aurait mieux valu pour lui comme pour moi. Je ne me serais pas laissé emporter de la sorte. Je ne me laisse jamais emporter. Ça non plus ce n’est pas logique.  

Je fronce les sourcils, hochant brièvement la tête. Il me croit. Mais il a douté. De moi. Et je ne parviens pas à savoir si c’est plus douloureux que le fait qu’il pense qu’il n’y a rien, ou qu’il l’ait pensé tout du moins. Même si là, il dit le contraire. La vérité. C’est laquelle la vérité ?

Je me force à respirer lentement quand ses mains, de nouveau, encadrent mon visage et qu’il semble attendre que je me focalise. Ce qui marche plutôt bien, je me calme et mon cœur ne cherche plus à s’échapper à tout prix. Je retrouve un peu de contrôle, même si c’est encore loin d’être stabilisé. Je le dévisage et fronce un peu les sourcils. Mon cœur s’emballe de nouveau pour ses quelques mots, et je ne cherche guère à le calmer. Ça me fait beaucoup trop de bien de l’entendre. Même si… Si je n’ai pas trop de mal à croire les deux premières affirmations, la troisième reste malheureusement sujette à caution, Camila n’ayant guère quitté mon esprit. Mais j’essaie. De prendre ses mots et de les faire miens. De les entendre et de les accepter. De les comprendre. Mais il me faudra peut-être un peu de temps.

« S’il y a vraiment un truc. Ce sont tes mots. Et que tu ne savais pas ce que tu aurais fait, qui tu aurais choisi…. » Non, non, on ne repart pas. Continue de respirer. Et il prend sur lui, nul besoin de le connaître aussi bien que moi pour s’en apercevoir. « D’accord. Tu… n’as pas exprimé exactement ce que tu pensais vraiment et j’ai vraiment tout compris de travers. » C’est possible, pour lui comme pour moi.

Je me tais, ancrant mon regard dans le sien quand il reprend. Et… Oui c’est vrai. C’est lui qui a lancé la discussion. La dispute. Celle où j’aurais dû dire non, tout va bien. Où j’aurais dû juste accepter de laisser les choses se passer, de profiter et d’aviser au fur et à mesure. Sauf que ça ne me correspond pas. Et que je ne me peux m’empêcher de me dire que ça aurait pire plus tard, d’une manière ou d’une autre. Au final, que ça tombe maintenant, ce n’est pas plus mal. Je vais à Providence, nous aurons du temps pour souffler, réfléchir et ordonner nos pensées. Je n’ai pas à redouter qu’il se dise qu’il n’aurait pas dû dire ça. Qu’il se mette à nouveau à m’en vouloir. Qu’il revienne sur tout ça. N’est-ce pas ?
Non, il ne ferait pas ça. Il n’est pas comme ça.

Un sourire étire lentement mes lèvres en entendant ses derniers mots. Je ne perds pas la tête, ce n’est pas mon imagination. Il y a bien plus. Je te veux. A quel point est-ce censé me faire plaisir ? Sans doute pas autant que c’est actuellement le cas. « Tant mieux. »

Je tends la main et effleure sa joue de mon pouce, avec douceur et hésitation. Pourquoi est-ce que ça devient si compliqué dès qu’il y a des sentiments en jeu ? Je me sens tellement idiote. « Je… » Mon sourire se fait perdu et hésitant à son tour, et je secoue la tête en fermant les yeux. Je l’attire à moi et pose les lèvres sur les siennes, pour un baiser sage, mais bien loin d’être hésitant lui. Sans m’éloigner, je reste contre ses lèvres et inspire lentement. « Je suis là aussi. » Je l’embrasse dans le cou, avant de le serrer avec force contre moi.

Je n’ai plus envie de me disputer, je n’ai plus envie de relancer des débats, même si je sais que bons nombres de questions reviendront plus tard. Mais c’est exactement ça. Plus tard. Pour le moment, tout ce qui compte, c’est à quel point je me sens bien en le tenant contre moi. A quel point je retrouve mon équilibre en étant blottie dans ses bras en inspirant contre sa peau.


“Peu importe ce qu’on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde.“
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: A girl like you   
Revenir en haut Aller en bas  
- A girl like you -
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: