The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Air Zoom Pegasus 39 Premium
Voir le deal
77.97 €

Goodbye sun, hello moon
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7323
Sujet: Re: Goodbye sun, hello moon   Mer 27 Juil 2022 - 23:04


J’observe toujours cette petite créature en proie a cette hésitation presque palpable. Je ne suis pas celui qui peut lui apporter des réponses, une fois de plus je me reconnais trop en elle pour avoir cette prétention. C’est à elle de trouver ce qu’elle veut vraiment au font d’elle pour trouver une forme de paix. Lui imposer ma vérité ou ne pas lui laisser le temps de trouver la sienne, c’est la condamnée à rester déchirée par ses doutes, a remettre en question chacun des pas faits et a prendre sur ses épaules tous les drames inévitables nés de ces incertitudes.

A ma question, je vois ses yeux s’écarquiller comme si elle ne s’était jamais interrogée sur ce qu’elle pouvait vouloir réellement. Le simple geste de lui tendre une gourde semble la plonger dans un nouveau tourbillon de pensées ou je pense déceler autant d’étonnement que de méfiance. J’ai pris soins de boire avec elle, une habitude pour rassurer les gens qui ont plus peur d’empoisonnant que de microbes. J’ai vraiment l’impression d’être devant un chien perdu, trop malmené pour accorder sa confiance, mais pas assez brisé pour ne pas continuer d’espérer trouver une main rassurante. C’est peut-être pour ca que ses regards me parlent autant.  Elle finit par accepter de boire dans ma gourde pendant que je tente de lui expliquer ce que je fais avec Mauricette.

Si elle a peur, savoir qu’elle n’est pas seule pour affronter ses démons, même s’ils sont de ceux qu’on ne peut terrasser avec une épée, est surement un début pour ne plus avoir besoin de fuir et savoir ce qu’elle veut faire. Je ne manque pas de suivre son regard sur ma lame dont je suis fier. Un glaive romain croisé avec une claymore, cela sonne une lame unique et redoutable, faite sur mesure pour moi par un forgeron de Detroit. C’est devenu aussi un symbole, surtout pour les NE.

Je continue à scruter ses réactions, conscient de la mettre en face d’elle-même et que cela ne doit pas être agréable, mais il vaut mieux maintenant que quand elle sera livrée a elle-même je ne sais ou sans savoir si elle a fait ce qu’il fallait ou pas. Sa réponse me surprend, pas seulement parce que c’est une question, et je reste un petit moment silencieux a réfléchir. Fut un temps où j’aurais été vindicatif : oui, les gens sont tous mauvais de natures, ils savent juste plus ou moins bien le cacher, mais au final, ils nous déçoivent toujours. Sauf que depuis, au fils des rencontre, j’avais nuancé mes certitudes. On m’avait appris, que même dans la pire noirceur il y avait du bon. Que les gens pouvaient changer, pouvait tendre la main sans arrière-pensée et, qu’au final, ils étaient ce qu’on avait envie de voir d’eux. « Le mal se trouve dans l’œil de celui qui regarde »

Le silence s’étire, juste rythmé par la brise qui fraichi de plus en plus sur cette nature nocturne alors que je réfléchis toujours. Je pourrais lui dire que la plupart sont des enfoirés, oui. Même si le pire connard peut juste être un paumé qui a besoin qu’on rappelle qu’il est capable de faire autre chose que de la merde, le mal qu’il aura fait sera toujours là. Je sais de quoi je parle. Je pourrais, aussi, lui citer mon tuteur quand il me disait : « Il y a trop d’enfoirés dans le monde, essaye de pas agrandir les rangs », lui rappeler qu’Elena nous a ouvert ses portes sans s’inquiéter de savoir si on pourrait donner une contrepartie, que Faith avait soigner un dès notre sans rien demander en retour… mais, une fois de plus, ca n’est pas de ma vérité dont elle a besoin.

Je soupire en la voyant aussi troublée par son interrogation, les mains crispées sur ma gourde comme si c’était une bouée de sauvetage et, je me rappelle le frisson qu’elle a eu il y a quelque minute. Je retire ma veste et la pause sur ses épaules avant de m’accroupir devant elle et planter mes yeux dans les siens pour lui, enfin, lui dire :

« Toi, tu en penses quoi ? De tous les gens que tu as rencontrés, tu n’as vu que des méchants ou parfois tu as trouvé des gens bienveillants ? »


Je lui laisse un peu de temps pour réfléchir au sens de mes mots, si elle est comme moi, elle en a forcément besoin. Avec autant de douceur que de sérieux, je finis par ajouter :

« Est-ce que tu penses que les IF sont des méchants ? »




Je n’oublierai rien de toi. Je me redresserais à jamais en ton nom, baignant dans le sang ce monde condamné



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Anya Sullivan
Anya Sullivan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 246
Sujet: Re: Goodbye sun, hello moon   Jeu 28 Juil 2022 - 13:39
Un torrent de pensées contradictoires assaillaient Anya, aussi violent que la tempête deux semaines plus tôt, la plongeant dans un état second proche de l’angoisse.
Elle était si sûre de sa convictions et de ses choix quelques mois plus tôt. Elle avait vu l’horreur humaine s’imposer à elle, brisant son petit monde protégé, la poussant à se cacher de tous.
Mais il y avait eu ces gens… Les Inglorious et leurs alliés… Si accueillants, si patients… Alors même qu’elle se montrait aussi enragée qu’un animal acculé.
Et puis, les questions d’Isha, si simples et calmes, qui la mettaient pourtant dos au mur, la forçant à regarder ses doutes en face.

Tremblotante sur son rocher, elle fixait le sol, le regard flou, dans un autre monde. Elle semblait même avoir oublié la présence de l’homme face à elle.
Elle eut donc un sursaut et écarquilla les yeux lorsqu’un contact inattendu la ramena à la réalité comme un fil de pêche sortant un poisson de l’eau.
Elle releva vivement ses yeux vers son interlocuteur qui venait de poser délicatement sa veste sur ses épaules et s’était accroupi ensuite devant elle. D’ordinaire, sans doute qu’elle aurait refusé ce contact physique, reculant en grognant tel un animal, mais elle son esprit était plongé dans un trop gros chaos actuellement pour que ce réflexe lui vienne.
A la place, son regard rencontra celui d’Isha, maintenant le contact visuel alors qu’il répondait à sa question, finalement.

“Toi, tu en penses quoi ? De tous les gens que tu as rencontrés, tu n’as vu que des méchants ou parfois tu as trouvé des gens bienveillants ? ”

Anya ne baissa pas les yeux cette fois, regardant ce guerrier comme si s’appuyer sur son regard lui permettait de réfléchir.
Que des méchants…
Est ce que Tori, Faith, Reed, Joaquin étaient vraiment méchants ?...
La Anya craintive cria que oui, tout le monde l’était !
La Anya sauvage se contenta de grogner…
Et elle… Elle fut preuve d’honnêteté par rapport à son ressenti, s’avouant que non… Ils ne pouvaient pas être mauvais comme elle avait d’abord supposé que tous les humains l’étaient. Pas après ce qu’ils avaient fait pour elle… Pas après le soutien dont ils faisaient preuve entre eux…
Mais alors pourquoi… Pourquoi s’il existait des personnes comme eux… Pourquoi sa mère l’avait t-elle tenue éloignée de tous durant toutes ces années ? Et s’ils avaient rencontré le groupe plus tôt… Est ce qu’elle serait… ?
La gorge d’Anya se serra davantage.
Et Isha lui lança la question fatidique : “Est-ce que tu penses que les IF sont des méchants ?”.

Elle le regarda encore plusieurs longues secondes dans les yeux, pensive, troublée. Puis, doucement, mais avec conviction, elle hocha négativement la tête.
Non… Non ils ne l’étaient pas. Ils avaient toujours tenté de la protéger depuis qu’elle était arrivé. Malgré ses angoisses, elle ne pouvait pas se mentir sur ce constat.
Si seulement le problème n’avait pas été ailleurs…
Rompant enfin le contact visuel avec Isha, elle passa ses doigts doucement sur la veste sur ses épaules, trop large pour elle, mais chaude et rassurante.
Peut être… peut être qu'elle pourrait… rester un peu ? Juste quelques temps encore…

Ne fais confiance en personne !

Comme un violent rappel à l'ordre, la voix de sa mère revint à la charge dans son esprit. Elle ferma les yeux une seconde et inspira.
Son regard se perdit un instant vers l'immensité de la forêt plus loin, plongée dans l'ombre de la nuit.

"...J…j…" tenta-t-elle, la voix rendue plus bégayante par la boule dans sa gorge.

Elle regarda Isha dans les yeux, puis baissa la tête, comme honteuse cette fois.

"... J… j-je… p.. p-peux p-pas r… r… r-res-ter…" reprit elle très lentement pour se forcer à articuler. "J… S… s-si j-je s… s-s-suis p-pas s-ses o… o.. or-d-dres… E… e… elle s-s-sera… v-v-vrai…aim-ment p-plus l..l…là…"

Six mois… C'était le temps qu'il lui avait fallu pour exprimer cette angoisse qu'elle n'osait même pas se dire à elle-même… La peur que si elle ne suivait pas cette directive… la dernière donnée par sa mère… Jody n'existerait véritablement plus, la laissant définitivement seule…
Elle détourna la tête pour regarder sur le côté, fuyant le regard de son interlocuteur, inconsciente que ce qu'elle venait de dire devait lui paraître bien incompréhensible.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7323
Sujet: Re: Goodbye sun, hello moon   Ven 29 Juil 2022 - 0:50


Le fait qu’elle ne réponde pas a ma question est une réponse en soi. Les IF ne sont pas des mauvaises personne, quant aux STARS, pour ceux que je connais, ils ont peut être des tors, mais ils ne feraient pas de mal a une enfant. Je ne me souviens que trop de la douleur de Joaquim quand on avait retrouvé le petit corps de sa fille, j’ai vue Lennox avec ses gosses aussi, et puis, il y a Ruby, qui est surement a peine plus vielle que la fillette devant moi. A moins que j’ai loupé un truc, je ne pense pas que les gens du domaine puissent lui faire du mal, mais, c’est a elle et elle seule de s’en rendre compte. Qui plus est, j’ai assez vécu pour savoir que les apparences sont parfois trompeuses et que l’on ne peut jurer de rien de nos jours.

Surement qu’un autre que moi n’aurait pas vu ni compris les signes. Seulement voila, que ca soit une chance ou pas, ce soir, c’est sur moi que la petite souris en fuite est tombée. Si j’ai réussi a me délivrer de mes propres incertitudes a trouver une forme de paix en acceptant, en partie, ce que je suis, ca a été au prix de tellement de souffrance que je ne souhaite ca a personne.

Peut être que je me trompe, peut être que je me projette trop sur la gosse torturée qui semble si déchirée entre ce qu’elle veut faire, ce qu’elle a besoin de faire et ses craintes. Plus je la regarde, plus je note ses regards fuyants, ses troubles pensifs… est ce que vous la torturez, elle aussi, comme vous le faites avec moi ? Est que c’est vous, aussi, dans sa tête a lui distiller le doute comme un poison perfide sur sa petite âme ? Ou est ce autre chose ?

De toute façon, je n’ai as besoin de mettre des mots ou comprendre au sens rationnel du terme ce qui se passe, mon intuition me suffit a la lumière de cette petite phrase prononcé avant autant de difficultés que de douleur. Je pense sentir de la honte, de la vulnérabilité et beaucoup d’autres émotions trop fortes pour une gosse de son âge. Une fois de plus, je pourrais partager avec moi ces certitudes chèrement acquises aux cours de mon existence, mais cela ne serait que mettre un pensement sur une plaie qui a besoin de beaucoup plus pour guérir. Il ne faudrait pas longtemps pour que cet impératif s’impose a elle sans qu’elle ne sache le gérer seule.

Immobile, je ne la quitte pas des yeux, essayant de trouver les mots les plus juste pour répondre a cette souffrance qui risque de la conduire a sa perte. C’est a mon tours de plonger mon regard vers le bosquet quand mon cerveau me fait enfin comprendre pourquoi je me sens proche de cette môme que je connais presque pas. D’une voix calme je lui demande, avant de reporter mes prunelles sur elle :

« En fait, tu es prisonnière d’une promesse ? »


Comme je le suis des miennes qui m’arrachent à ma famille pour me faire reprendre les sentiers de la guerre. Je suis surement la pire personne pour l’aider alors que je suis dans la même situation. Un éclat douloureux passe sur mon visage alors que je réalise que je ne veux pas qu’elle devienne comme moi. Avec douceur je tente de tirer sur les nœud de ce filet que je ne devine que trop bien et qui la retient, me demandant ce que je serais devenu si quelqu’un avait pris la peine d’essayer la même chose avec moi quand c’était encore possible.

« Est ce que tu es sure que de faire ce que tu veux au lieu de juste obéir la fera disparait pour de bon? Et, pour savoir, la personne qui t’a donné cet ordre, elle connaissait les IF ou tu les a rencontrer "après"? »




Je n’oublierai rien de toi. Je me redresserais à jamais en ton nom, baignant dans le sang ce monde condamné



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Anya Sullivan
Anya Sullivan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 246
Sujet: Re: Goodbye sun, hello moon   Sam 30 Juil 2022 - 2:07

La peur…
Elle envahissait l’esprit d’Anya à présent.
Non pas cette peur angoissée des autres qui la poursuivait depuis la fuite du camping-car. Une peur bien plus profonde, témoin de ses cauchemars de plus en plus présents. La peur que ce qu’elle avait mis sous forme de mots se réalise.
Qu’elle oublie sa mère.
Que son visage s’efface de son esprit.
Qu’elle accepte définitivement sa disparition.

Elle sentait le regard d’Isha sur elle et ça la mettait encore plus mal à l’aise. La tête basse, les yeux fixés sur le chemin de terre sous ses pieds, elle ne parvenait plus à relever les yeux, fuyant la réalité autant que le regard de son interlocuteur.
Le silence qui s’était instauré entre eux lui paraissait presque pesant à présent, mais elle ne voulait pas le rompre. En vérité, elle ne savait plus ce qu’elle voulait vraiment, si ce n’est que cette peur qui rampait en elle comme un monstre affamé se taise.

Ne fais confiance en personne.

La voix lui parut encore plus présente dans son esprit. Elle ferma les yeux un instant, crispant sa mâchoire.
Elle avait l’impression que le chaos dans son esprit menaçait de l'engloutir à tout instant.

“En fait, tu es prisonnière d’une promesse ?”

Les paroles d’Isha s’élevèrent dans la nuit, transperçant la tempête de son esprit pour la ramener à la réalité comme une bouée de sauvetage.
Anya écarquilla les yeux et les releva vers lui. La question était simple encore une fois, et pourtant d’une justesse qui frappa la fillette. Figée sur place elle le regarda droit dans les yeux, perturbée.
Prisonnière…
Promesse…
Les mots faisaient un écho étrange en elle, à la fois effrayants et pertinents. Ca lui faisait l’effet d’un morceau de glace sur une blessure.
… Est ce qu’elle était… Prisonnière ?...
Sa mère avait toujours voulu son bien, elle lui répétait tout le temps… Et pour ça, elle l’avait toujours gardée et isolée au camping-car. Durant six années, elle n’avait connu que cette clairière où était garé le véhicule. Elle n’avait manqué de rien, ni d’amour, ni de nourriture, même rationnée. Est ce que… sa maman l’avait… retenue là bas ? Elle ne savait plus…
Mais pour rien au monde elle n’aurait voulu que Jody disparaisse. Tout son petit monde, volé en éclat en quelques minutes… Il ne lui restait plus rien à part cette dernière promesse à laquelle elle s’accrochait sans oser la lâcher…
Elle ne dit rien, mais son regard fut bien plus parlant que toute réponse qu’elle aurait pu donner à Isha.

Et encore une fois, l’homme paru comprendre sans mot ce qu’elle exprima, car une sorte de compréhension empathique passa sur son visage avant qu’il ne conclut sur ses questions suivantes qui marquèrent la fillette.

“Est ce que tu es sûre que de faire ce que tu veux au lieu de juste obéir la fera disparaître pour de bon? Et, pour savoir, la personne qui t’a donné cet ordre, elle connaissait les IF ou tu les as rencontré "après"?”

Une fois encore, le regard d’Anya se perdit dans le vague.
Est ce que sa mère avait connu ces gens qui l’avaient accueilli ? Probablement que non… Est ce qu’elle lui aurait demandé de n’approcher personne si ça avait été le cas ?...
Ses yeux s'agrandirent alors qu’elle réalisait cet état de fait. Si Jody avait connu Faith, Peter, Tori, Reed… et même Isha, peut-être que… Tout aurait été différent ?
Sans qu’elle s’en rende compte, sa bouche s’était entrouverte et ses yeux emplis de surprise. Tant de “et si” traversaient son esprit en un instant, lui faisant réaliser quelque chose à travers ses angoisses : les choses auraient pu changer… Si sa mère avaient connu les survivants de la faction avant que…
Elle resta statufiée devant Isha durant plusieurs secondes, une myriade d’émotions chaotiques passant dans son regard, la réalisation dominant tout le reste.
Finalement, ce fut une sensation humide sur sa joue qui la ramena à la réalité. Elle passa une main surprise dessus, constatant en regardant sa paume que des larmes coulaient sur son visage. Elle tenta de les essuyer maladroitement, rien à faire, elles continuaient de couler.
Un son plaintif et plein de douleur remonta de sa gorge, comme un animal blessé. Elle laissa à moitié tomber la gourde et s’acharna à frotter ses joues pour tenter d’en chasser l’humidité mais ses larmes ne s’arrêtaient pas.
Vaincue finalement, l’esprit craquant de toutes part, elle ferma les yeux, baissant la tête comme pour tenter de masquer le pitoyable spectacle.
Les mots sortirent tout seuls dans un souffle :

“J…J-j..j..j-je v-v-v…vou-lais p…p-p-pas qu-qu…qu-qu’e..eelle m-m-meu…m-m… C...c...c'est...c-c'est p... p...p-p-p...pas j...j-j..ju-uste...”

D’autres larmes vinrent rejoindre les premières. Nouveau gémissement à moitié étouffé.

“M… m…m-ma… maa…” marmonna-t-elle, ne terminant pas, terrassée par l’angoisse.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7323
Sujet: Re: Goodbye sun, hello moon   Sam 30 Juil 2022 - 11:38


Je n’ai jamais autant voulu me tromper de ma vie, pour autant, ce que je lis dans sont regard me donne amèrement raison.  Plus que personne je me doute de ce qu’elle doit vivre. Je devine, aussi, qu’elle ne se rendait même pas compte du filet dans lequel elle se débat et que je viens de lui montrer. Ceux qui nous jugent, ceux qui nous prennent de haut, ils ne savent pas a quel point c’est perfide et sournois ce genre de piège. Quand on le découvre, souvent, c’est déjà trop tard, notre esprit est trop pris dedans, trop abimé et scié par les filins traites pour réussir a s’en libérer vraiment un jour. L’âmes a déjà cicatriser dessus, scellant a jamais les entraves a ce que l’on devient. La petite souris a peut-être encore une chance de s’en délivrer, c’est ce que je lui souhaite de tout ce qui me reste de cœur.

J’ai tellement envie de lui dire de ne pas prendre le chemin ou je me suis perdu, lui expliquer qu’il n’y aura que des larmes, du sang et de la peur, qu’il n’est pas trop tard pour elle pour choisir une autre voie, mais, une fois de plus, je sans que ce n’est pas aussi simple. Mon expérience, ma vie, mes choix… que je paye cher, certes, mais pas les siens. Tout ce que je peux faire pour elle, c’est lui montrer les choses telles qu’elles sont afin qu’elle décide de son propre destin. Le reste n’appartient qu’à elle.

Difficile de ne pas être touché par cette exposition de chagrin, surement de ceux qui ont pris le temps de macérer des semaines dans un creux de sa tête et qui ressortent violemment comme le pue d’une blessure mal soignée. Ouai, coté image, rappelez vous que je tue des gens au lieu de faire de la poésie, j’ai que ca en stock. Après, je trouve que ca colle super bien, sans mauvais jeux de mots. En attendant, c’est avec une tristesse sincère que je lui laisse le temps de continuer a purger cette détresse qui est la sienne.

Je n’ai pas vraiment eu de mère comme dans les séries ou dans les autres familles. Ma sœur me disait qu’elle n’avait pas tout le temps été comme ca, mais que les mensonges de notre géniteur et l’horreur de sa déchéance l’avaient tué avant ma naissance. En attendant, moi, je n’avais eu que cette carcasse vide a qui quémander de la tendresse et de l’affection sans jamais réussir a avoir plus que des rejets agacés. Elle a préféré se perde dans une vie imaginer avec la drogue devant sa télé a nous, a moi, malgré tous mes efforts pour être digne d’un peu d’attention. Une blessure que je porte encore mais qui ne m’empêche pas d’essayer de comprendre ce que peut ressentir la petite gosse devant moi. Tuer ma génitrice ne m’avait fait ni chaud ni froid, elle avait été un zombie bien avant la fin du monde.  Est-ce que finalement cela m’avait mieux préparé que d’autre a cette fin du monde comme me le disait mon vieux ? Je n’en ai aucune idée, mais devant la violence de ce qui pèse sur la souris, au point qu’elle aille, très sourdement, au-devant d’une mort brutale et solitaire juste pour sa mère, la question se pose.

Car ca me parait évident que la gosse a eu a eu une maman, une vraie, une qui mérite ses larmes, sa peur, cette fugue, ce besoin presque animal de tenir une promesse. Ca ne rend pas les choses plus simples. Ca aurait été une connasse, elle aurait surement pu, plus facilement, se libérer de ces entraves qui la tire vers la tombe. Parce que c’est ca, aussi le problème avec la mort des gens qui sont notre univers, y’a un morceau de nous qui crevé à chaque fois avec eux, nous poussant toujours plus loin dans la folie et l’envie de se laisser entrainer dans leur sillage pour espérer les retrouver. N’est ce pas ce que j’ai essayé de faire pour ma femme et mes enfants ? D’une voix peinée, alors que je cherche son regard, je lui confirme une des premières leçons de cette putain de vie :

« Non, il n’y a rien juste a cela. »

La justice est devenue un luxe que seuls les plus forts peuvent tenter d’avoir et encore… Je n’ose lui dire qu’il y aura encore tellement d’injustices et de larmes qu’il faudra endurer sur sa route tout en espérant que cela en vaille la peine. Un pari incertain de continuer a se redresser quelques soient les coups pris en redemandant une louche de merde de plus au nom de cette survie qu’est devenue notre quotidien. Avec lenteur comme je le ferais avec un petit animal sauvage blessé, je tends ma main vers elle pour essuyer ses larmes, je ne force pas le contact, je la laisse décider si je peux, ou nom la toucher.

« Ta maman devait t’aimer très fort. Dis-moi, est ce que la promesse qu’elle t’a faite faire, au fond, n’était pas de te mettre en sécurité pour lui survivre coute que coute ? Tu crois qu’elle aurait voulu quoi pour toi ? Que tu sois en sécurité ou que tu repartes seule sur les routes ? »


Le ton n’est pas dans le jugement ni dans la moralisation mais bien dans les questions pures et simples. Je ne connais pas sa maman, mais je fais le pari qu’elle aurait voulu que son enfant ait une chance d’avoir une survie correcte entouré de gens bienveillants. Je sais que c’est ce que moi j’aurais voulu pour les miens. Je ne sais pas si je vise juste ou pas pour la souris mais, si on ne peut couper le fils, parfois, il faut juste monter qu’on a plus d’allonge qu’on arrive a le voir.



Je n’oublierai rien de toi. Je me redresserais à jamais en ton nom, baignant dans le sang ce monde condamné



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Anya Sullivan
Anya Sullivan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 246
Sujet: Re: Goodbye sun, hello moon   Dim 31 Juil 2022 - 2:54
C’était ce genre de moment qui semblait hors du temps, comme déconnecté durant un instant.
Le chagrin, le désespoir, la honte, tout se mêlait dans l’esprit de la fillette, empêchant le flot de larmes si longtemps retenues durant ces derniers mois de se tarir.
Secouée par le flot d’émotions violentes qui la terrassait, Anya avait renoncé à tenter d’endiguer les larmes qui dégoulinaient sur son visage et avait saisi sa mèche de cheveux qu’elle tentait de “trier” sans grand succès. A quoi auraient servi ses tocs en cet instant de toute façon ?
Plus que jamais, alors que la réalité imposée par ses dernières paroles la frappait en pleine face, elle se sentait seule. Si seule dans ce monde injuste…

La voix d’Isha parvint à peine à briser la brume de détresse qui l’enveloppait à présent. Elle l’entendit vaguement approuver que la justice n’était pas de ce monde. La fillette serra les dents pour étouffer à moitié un nouveau gémissement incontrôlable alors qu’elle se mettait à trembler sous l’effet de la tristesse.
Elle se sentait… déchirée… La Anya craintive lui intimait de se rouler dans un coin, sous un tas de feuilles peut-être, pour fuir ce monde juste un instant, se voiler la réalité encore quelques secondes…
Si seule…

Et soudain, vint le contact. Semblant venu d’un autre monde, il parvint néanmoins à exploser le mur de douleur et de désespoir qui l’entourait. Anya eut un hoquet, autant de surprise que de chagrin et rouvrit ses yeux humides pour fixer Isha, devenu flou à présent à travers ses yeux embués. L’homme avait posé une main sur sa joue essuyant délicatement ses larmes. Ce n’était pas un geste fort ou calculé. Non, juste un contact doux et compatissant, presque paternel.
Elle le fixa, sous le choc, la stupeur se mêlant au chagrin dans son regard.
Ce n’était pas un secret, elle supportait mal le contact physique depuis ses mois d’isolation, au mieux montrant de la gêne, au pire de l’agressivité. Durant les premières secondes, la Anya sauvage lui cria de mordre l’individu sans prévenir !
Et pourtant, elle resta là, immobile quoique toujours tremblotante, fixant sans ciller l’homme de ses yeux de nouveau troublés derrière leur humidité.

“Ta maman devait t’aimer très fort. Dis-moi, est ce que la promesse qu’elle t’a faite faire, au fond, n’était pas de te mettre en sécurité pour lui survivre coûte que coûte ? Tu crois qu’elle aurait voulu quoi pour toi ? Que tu sois en sécurité ou que tu repartes seule sur les routes ?”

Les paroles prononcées par Isha étaient si pleines de sens qu’elle envahirent aussitôt la tête de la fillette, repoussant le doute, éloignant le dégoût et la tristesse. Anya resta quelques secondes à le fixer, frappée par la surprise. Puis, finalement, contre toute attente, elle se détendit légèrement, comme un animal s’habituant pour la première fois à une caresse.
Elle baissa doucement les yeux, pensive cette fois. Son cœur était toujours serré par la peine, mais les mots de son interlocuteur avaient eu assez d’impact pour qu’elle parvienne à réfléchir de nouveau.
Elle renifla à plusieurs reprises, acceptant définitivement le contact de la main sur son visage, contact si irréel à ce moment, et pourtant si apaisant.
Ce que sa mère aurait voulu…
Les larmes commencèrent à se calmer enfin, laissant les dernières d’entre elles rouler au bas de ses joues.
Être en sécurité…
Elle déglutit. Jody avait toujours tout fait pour la garder en sécurité, même si cela avait impliqué d’être loin de tous. Mais… C’était bien sa sécurité qu’elle avait toujours voulu ? Et… à présent… La sécurité… Est ce qu’elle ne l’avait pas ici ? Avec les membres de la faction qui se soutenaient les uns les autres ? Avec des gens qui étaient parvenus à la sauver d’une mer déchaînée, malgré le fil qu’elle leur avait donné à retordre ?

Lorsqu’elle releva ses yeux encore humides vers Isha, une compréhension passa dans son regard. Elle ouvrit la bouche et répondit alors enfin d’une fois au balbutiement augmenté par son chagrin :

“Q.. q…que-qu..que-e j…j-j-j… j-je s-so..s..s-s-soit… s… sé..s..séé…cuur…r-ri..rité-é…”

Elle ne lâcha pas l’homme des yeux, plus troublée que jamais par ce qu’elle lui avouait comme elle avouait à elle-même.
Il lui fallut plusieurs longues secondes pour accepter de rompre ce contact visuel rassurant avec Isha. Un échange qui aurait mis beaucoup de personnes mal à l’aise mais qui convenait simplement à Anya, l’apaisant plus que les mots.
Sa crise de larmes passée, elle regardait son interlocuteur avec curiosité à présent.
Il avait réussi à la tirer de son angoisse de cette nuit. Peut être que c’était vraiment un héros d’histoires comme celles qu’elle lisait ?
Elle passa une main sous son nez pour l’essuyer avec sa manche et fixa l’homme avant de demander après une hésitation marquée, emplie de curiosité.

“... E… Eees…Est-c..Est-ce qu..que t-t..t’es un che.. chev..ch…va-ali..lier monsieur ?”

La question n’était pas moqueuse bien qu’elle sorte de nul part. Elle semblait juste dans la continuité de ce qu’avait dit Isha plus tôt et importante au regard de la fillette vu qu’elle fixait l’homme avec intensité.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7323
Sujet: Re: Goodbye sun, hello moon   Lun 1 Aoû 2022 - 14:54


La nuit s’étire doucement, la lune nimbant de sa pale lueur les paysages autours de nous. C’est comme nous plongé dans un autre monde que celui plongé dans l’ardente lumière du soleil. Certain sont fait pour cela, pour briller, pour être mis en avant, d’autre ont besoin de cette face plus voilé pour se révéler. Le monde a toujours été ainsi fait.  Le moment peut paraitre suspendu, dans l’attente de ces décisions qui peuvent faire basculer une vie. Le vent est le seul à oser troubler nos silences, murmurant dans les herbes hautes et la végétation sans que je sente le besoin de presser la fillette devant moi de trouver des réponses, SES réponses.  

Savoir prendre son temps, écouter ce qui ne s’entend pas et observer ce qui ne peut être dit fait étrangement partie de ma nature. J’aime ces moments qui prennent un relief si particulier quand l’univers se rappelle a nous, que le temps s’impose dans une course folle qui nous presse a prendre des décisions sans certitudes qu’elles sont les bonnes. Difficile de penser qu’un type taillé comme moi, se comportant comme un animal sur un champs de bataille ou se vautrant avec autant de complaisance dans la violence puisse être capable d’autant de calme et de de patience. Comme c’est difficile d’imaginer qu’un si petit de fille puisse porter un tel poids et contenir autant de choses en elle.  Je devrais surement m’inquiéter de sa décision, de l’inquiétude des IF s’ils se sont déjà rendu compte de son absence et de bien d’autres choses… mais, en cet instant de confidence nocturne, seul compte la souri piégée.
Malgré ma douceur et ma prévenance, je note bien sa réticence a mon contact pour essayer ses larmes, toutefois, elle

Car si ses lèvres n’articulent que peu de phrases qui semblent lui couter, son petit corps et son visage hurlent avec un désespoir presque palpable. Comment ne pas la voir être écartelée dans ses promesses, perdu dans le chaos d’un combat ou on ne l’a pas assez armé ou se noyer dans ses craintes incertaines. « Des animaux blessés se reconnaissent forcement » m’avait on dit un jour, il faut croire que c’est peut-être vrai. Je lui montre les cordes qui l’entraine vers un chemin qu’aucun être vivant ne devrait avoir a prendre, je lui fait mettre le doigts sur les nœuds que je pense déceler dans l’espoir qu’elle saura s’en libérer. C’est plus qu’on en a jamais fait pour moi a son âge.

Quand elle convient que sa maman voudrait qu’elle soit en sécurité, je ressens un certain soulagement. Elle n’est pas brisée, pas encore, il y a de l’espoir. Elle-même semble a bien réaliser cette vérité toute neuve qui émerge dans les torrents de questions et devrait la guider tel un phare pour garder la tête au-dessus de l’eau. Elle semble se détendre petit a petit. Toujours avec calme, je lui demande :

« Du coup, qu’est ce que toi tu veux ? On peut retourner au domaine, comme on peut aller te trouver une autre cachette ou chercher d’autres idées, l’important est que ça soit ce que toi tu décides. »

Je la vois me regarder avec curiosité et me laisse observer un peu intriguer jusqu’à ce qu’elle pose sa question qui m’arrache un sourire. Est-ce que je suis un chevalier ? La réponse évidente est non, et pourtant, quand on pense bien, au canasson prêt, j’essaye d’avoir un code de l’honneur, je me bats pour des terres et des convictions… et puis, c’est vrai que j’ai une épée. Après, je ne suis pas certain que les NE partage cette vision des choses. Je prends le temps de réfléchir avant de répondre :

« Je crois que j’aimerais bien, même si c’est peut-être plus a la Batman qu’au chevalier du roi Arthur. Et toi, gente damoiselle, pense-tu qui tu accepterais l’escorte d’un presque chevalier, que cela soit pour retourner dans ton domaine ou t’en trouver un autre ? »

A ces mots, je lui tends le bras, comme un preux chevalier, afin de l’escorter en fonction de sa décision.



Je n’oublierai rien de toi. Je me redresserais à jamais en ton nom, baignant dans le sang ce monde condamné



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Goodbye sun, hello moon   
Revenir en haut Aller en bas  
- Goodbye sun, hello moon -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: