The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau coffret Ultra Premium ...
Voir le deal

La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5001
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Lun 11 Juil 2022 - 21:12
Tu ne t'es jamais dit que ça n'était pas en toi que j'avais pas confiance, mais en moi pour couvrir tes arrières si jamais ça foire ? Demanda-t-il en fronçant les sourcils. C'était dingue cette foi inébranlable que certains avaient en lui, en toute circonstance, alors que son existence n'était qu'une formidable improvisation. Se rendaient-ils seulement compte du poids que ça faisait peser sur ses épaules, et d'à quel point c'était éprouvant. En reprenant l'exemple de ce qu'il s'est passé à la baie, avec Mowgli, fit-il. Si par chance, Mowgli avait pas trouvé des lapins pour que je les éviscère, j'ai aucune idée de comment j'aurais réussi à te sortir de là, en toute franchise. Vraiment, aucune... J'ai juste eu le cul bordé de nouilles, admit-il.

'Ouille ! S'exclama Elliot à côté, quand Connor se passa la main sur le visage. Ana éclata de rire, prête à répéter la même chose : C'est déjà bien qu'il répète pas cul, fit-il tout bas. 'Ku ! Eh merde. Il soupira. Quoi qu'il en soit, l'homme essaya de ne pas s'en formaliser. Ici, ses enfants entendraient d'autres grossièretés, malgré tous leurs efforts pour épargner leurs oreilles chastes. Je dois te donner l'impression que je sais tout faire, ou que je peux tout faire, et que rien pourra vraiment m'abattre, mais c'est pas vrai, et la naissance d'Elliot a remis ces choses-là en perspective, expliqua-t-il pour Alex.

Du reste, tout lui sembla terriblement nébuleux malgré les explications de la brune. Je ne comprends pas ce que tu me reproches concrètement, Alex, lui fit-il franchement. Autant ne pas tourner autour du pot. Tout ça concernait, le plus évidemment, le soir de la tempête ! Je ne t'ai pas appelé toutes les quinze minutes, et c'est pas faute d'avoir essayé pourtant. Me semble néanmoins que vous avez été suffisamment occupé pour savoir qu'on était pas exactement en position de le faire, analysa-t-il sans reproche. Donc tu m'en veux de t'avoir laissé à l'intérieur à devoir guider ceux qui sont restés pour protéger le campement, fit-il.

Elle le lui avait dit : ça ne resterait pas sans conséquences. Il en avait eu conscience, et le payait dans l'immédiat : Je crois que tu ne réalises pas l'enfer que c'était à l'extérieur. Je m'estime heureux d'être rentré entier, mais c'était pas acquis. Tout comme je m'estime heureux qu'il n'y ait pas eu davantage de victimes, les malades étaient suffisants. Je suis désolé de te le dire et de te le répéter, mais il n'y avait pas un monde où toi, ton bébé, ou les deux, surviviez à l'extérieur dans ces circonstances, et il était soulagé qu'elle n'ait pas pris le risque. Parce qu'elle pouvait maintenir qu'à la première contraction, elle serait rentrée...

Ils savaient, tous les deux, pour l'avoir vécu, dehors, dans des circonstances encore plus redoutables, que ça n'était pas comme ça que ça se passait. Qu'il n'y avait pas de "je gère" quand un utérus décide d'expulser un enfant, en avance sur sa date d'arrivée. Son beau projet de donner naissance à son fils dans une caravane avec son mari aurait été compromis. J'aurais dû prendre le temps d'en discuter avec toi, je n'avais pas l'impression de l'avoir, et c'est pas mon fort en général, elle le savait mieux que les autres. Je suis désolé de la forme, pas du fond, admit-il en pinçant les lèvres.


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7870
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Mar 12 Juil 2022 - 0:44

J’entends ses craintes et me radoucie avant de lui dire :

« Je ne sais pas ce qui nous a conduit à cette situation, mais je sais que je ne peux pas accepter qu’on me prive de ma capacité de choisir, même pour les meilleures raisons du monde.  Connor je vois bien qu’être leader est une position difficile a tenir, pleine de pression, mais je te rassure, je ne te vois pas comme un surhomme comme je ne me vois pas comme une femme invisible. Maintenant, toi, tu fais partie de ceux qui ne lâchent rien. Quoiqu’il se passe, même si un jour je ne peux plus te le dire de vive voix parce que ça a mal tourné, je ne te ferais jamais de reproche, car je saurais que tu auras tout tenté. »

Je n’en avais pas fait pour ce qui s’était passé avec Alessia, même si la douleur de mon cœur de mère de voir l’état de sa jambe aurait aimé trouver des coupables pour évacuer cette colère douloureuse de mon âme, je connais assez Connor pour savoir qu’il a fait l’impossible et pris tous les risques pour que ce drame n’arrive pas. D’une voix que j’espère apaisante, j’essaye de continuer a lui expliquer mon point de vue :

« Quand on est deux, on a un filet et on assure parce que quand un doute ou se plante, l’autre est la pour l’aider a se relever. »

Des exemples j’en ai plein en tête, que cela soit de notre premier combat avec les Divas ou on s’est retrouvé seuls faces a toutes ses femmes, jusqu’à toutes nos missions, on a toujours sur agir en duo pour pallier au lacune de l’autre. Raison de plus que je ne comprenne pas le revirement actuel. Comme si je n’étais plus qu’un ventre, une chose fragile, incapable de savoir prendre soin d’elle-même.

« Tu aurais fini par penser à te couper un peu la main, ou je te l’aurais crié, on avait du temps. Je n’étais pas en danger immédiat. On aurait trouvé une idée, et pour le coup, ce n’est pas seulement en toi que j’ai confiance en disant ça. On trouve toujours Connor. »


Je me raidis quand Elliot, qui de son coté moteur n’est pas un grand fan de la parlotte, se prend a répéter forcément un mot qu’il ne faut pas. Bon, ouille, ca passe. Ca fait ouille ouille. Je foudroie le sportif du regard quand il lâche l’autre mot, ce qui revient à une invitation au crime pour les enfants.

« Connor !!! »


Trop tard, le mal est fait et j’ai ma mâchoire crispée pendant que la chorale des bébés joyeux commence.
« Ku ! » « Ku !! » « KUUUUUUUU !!! »

Je finis par me reprendre et sors de mon sac des gâteaux. La diversion parfaite qui semble hypnotiser les deux bambins. Pire que des zombies devant un sac plastique. Au moins, me mot semble vite oublié devant la promesse de ce petit plaisir sucré à grignoter.

« Miam !! Miam !! M’aman !! » « Gâteau !! Donne !! Maman !! Donne !! »

Je leur donne la gourmandise qu’Ana mâchouille tranquillement pendant qu’Elliot ne sait pas comment en mettre plus qu’il en a déjà dans sa bouche. Je prépare déjà les verres d’eau en grimaçant un peu de l’inconfort de ma position et en passant ma main sur mon ventre tendue. Je lance un regard en coin à Connor, du genre « t’as pas intérêt a recommencer » façon femme enceinte pas drôle.

Je pose ma main sur son bras quad il parle de la naissance d’Elliot, un geste de soutient muet malgré nos griefs. Quelques soient les tensions entre nous et ou va nous mener cette conversation, mon affection pour Connor restera intacte.

« Tu ne sais pas tout faire, mais au moins tu essaye et c’est plus que beaucoup dans ce bas monde tu sais ? »

C’est encore ce qu’il fait mais j’ai l’impression de ne pas parler la même langue que lui alors que je lui explique ce qu’il me faut, ce que je voudrais, même sans avoir à le demander.  Ça me fait peur, qu’on ne sache pas se comprendre, qu’on arrive a une impasse a cause de ça. Je respire un grand coup quand il se met dans la position qui fait que je ne suis pas bien et lui souffle avec désespoirs.

« Ce n’est pas la forme qui ne va pas… justement… c’est ce que je tente de t’expliquer. »

Est-ce qu’on arrive a ce fameux point de rupture, a cette impasse sans solution que je redoutais ? Je panique intérieurement, incapable de savoir ce que je suis censée faire pour éviter un drame sans me renier. Je me sens perdue face a ce qui se passe alors que je le dévisage, pour lui demander, d'une toute petite voix :

« Est-ce que sans ma grossesse, tu m’aurais mise de coté comme tu l’as fait ? »




Revenir en haut Aller en bas  
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5001
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Mar 12 Juil 2022 - 1:20
Ce n'est pas un vrai filet, Alex... c'est un poids supplémentaire que je n'ai pas envie de te faire porter alors que tu t'occupes déjà de tout le reste, souffla Connor d'un ton ferme. Nous ne sommes pas un ensemble indissociable. Il y a quelquefois où nous ne sommes pas d'accords. Beaucoup. Et c'est normal. Là-dessus, il n'attendait pas d'elle qu'elle soit son ombre, elle connaissait néanmoins l'art et la manière de le raisonner et de le faire réfléchir. Nier ça, c'était prouver à quel point elle était aveugle de sa propre nécessité.

Il eut un soupir, s'excusa d'un sourire mitigé d'avoir entraîné les enfants dans son nouveau jeu d'écho. A prévoir, même s'il se doutait à l'avenir que ça se reproduirait. Tout ce qui avait saveur d'interdit était trop plaisant pour être ignoré à leurs yeux, et plus Alex faisait les gros yeux, plus ils savaient qu'ils n'en avaient pas l'autorisation. Avec un peu de chance, leurs adolescences seraient plus tranquilles, même si Connor avait un gros doute.

Il haussa les épaules à sa remarque. Essayer visiblement n'était pas suffisant pour elle. Et sa dernière relève lui arracha un soupir de circonstances. Alex. Ce que tu ne comprends pas, c'est que j'attendrais de toi que tu décides à ma place si je m'obstine dans une décision qui me ferait condamner à coup sûr. Ce serait ton rôle, ta responsabilité. En tant que bras droit, co-leader de ce clan. Si demain je tombais sur la tête et ne pouvais plus gérer les décisions, que ça mettait en danger tout ce que j'ai tenté de construire, ça serait à toi de me protéger de moi-même.

Il secoua la tête : Je ne l'ai pas fait avant. Je me sens blessé que tu poses sérieusement la question. Mais oui, tu es enceinte. Et oui, je me dois de considérer cet aspect-là dans ce que je fais et qui te concerne. Je ne t'ai pas laissé de côté. C'est là ou tu te trompes. Je t'ai laissé là où tu étais au meilleur de tes aptitudes dans ta condition. Ta condition, à toi, de femme enceinte, soumises à ses hormones, ses nerfs, ceux des autres, et avec la responsabilité de sa famille.

Il pinça les lèvres à nouveau. Laissa sa tête retomber en arrière. Il faut que tu comprennes qu'aucun n'aurait réussi à être en pleine capacité avec toi à côté. Parce que tu es enceinte, parce qu'il faudrait te surveiller, même si tu es forte et indépendante. Ce n'est pas ça qui inquiétera les autres. Ce n'est pas ça qu'ils verront. Ce n'est pas le poids d'une seule vie qu'ils devront protéger. C'est toutes les promesses qui ne s'accompliront pas et dont ils seront responsables. Personne ne peut vivre avec ça. Sur l'échelle de la culpabilité, ne pas parvenir à protéger une mère qui veut l'avenir avec son enfant, ça surclasse bien des angoisses.

Ce n'était pas contre elle. Il n'était pas question de toute façon de la laisser sur la touche, ou de réfléchir en ces termes. Alex n'était pas un poids. Aucun n'a envie d'endosser cette responsabilité, pas même moi. Tu en as parlé à Daemon ? Il aurait été étonné que non. Les deux canards ne se disent-ils pas tout ? Qu'est-ce qu'il en a pensé ? C'était encore un point qui l'intriguait. Qu'en disait le maçon ? Qu'attendait Daemon de ces décisions ? Aurait-il laissé Alex sortir dans son état, après avoir eu l'occasion d'expérimenter la tempête ? S'il était censé, et normalement oui, il n'y avait pas un monde où l'idée l'aurait effleuré sérieusement.


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7870
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Mar 12 Juil 2022 - 13:06

Je ferme les yeux une seconde et me crispe, en bonus une contraction nerveuse douloureuse m’arrache une grimace, dès qu’il prononce ses mots avant de soupirer. C’est avec patience malgré mon inconfort et ma crainte de ne pas réussir a me faire comprendre tant il semble sur de lui que je re tente de lui expliquer :

« Tu vois, tu m’écoutes, mais tu ne m’entends pas Connor. C’est justement tout ce que j’essaye de te dire et ce qui ne me va pas. Ce n’est pas a toi de décider ce que j’accepte ou pas de porter sur mes épaules comme je me garderais bien de te faire la moindre remarque sur ce que, toi, tu prends sur les tiennes. Je t’estime assez grand pour savoir ce que tu es capable de faire, ou pas. »

Je suis obligée de changer, encore, de position, me retrouvant a genoux non sans une génuflexion peu gracieuse et maladroite. Je lance un petit regard que j’espère dissuasif a Connor, au cas ou il est envie de faire des blagues sur des baleines échouées. Je ne suis pas vraiment réceptive actuellement a l’humour sur mon ventre. Je ne sais pas si c’est un effet secondaire de la situation ou lié a ma grossesse, mais je sais déjà que je le prendrais mal.

« Bien sûr que non, et heureusement, nous ne sommes pas indissociables ou toujours d’accord. On est des parents d’une famille turbulente dans un monde hostile. Je ne suis pas en train de te demander de devenir mon siamois, je t’explique juste qu’en cas de crise, on est meilleur a deux parce qu’on se complète et qu’on est censé avoir confiance l’un en l’autre sur le terrain. »

J’essaye de limiter la casse avec les gâteaux et les bébés, car inévitablement, Elliot fini le sien avant Ana et ne voit aucun souci à essayer de prendre l’encas de la trainarde. Par contre, sa sœur, elle, en voit un gros. Après la diversion « miam miam » arrive donc celle de « glouglou » et m’assurer que ca ne finisse pas en jeu d’eau avec Elliot est souvent sportif. Je ne me rends pas encore compte que, dans moins d’un an, on voudra se pendre avec le mini Connor, que pour le moment, c’est facile. Les babines encore humides et le visage plein de miettes, le petit essaye bien de me faire comprendre qu’il ne dirait pas non à une tétée, se montrant un eu agaçant alors qu’on essaye de parler entre grands. C’est avec la patience d’une maman que je lui dis non et l’empêche d’aller se servir.

« Elliot, tu sais que c’est pas l’heure. Maman t’a expliqué maintenant comment ça se passe. Le matin, après le bisou, et le soir, avant le dodo. »

Frustré de ne pas avoir ce qu’il veut, il commence a pigner et a chercher du soutien auprès de son père avec ses petites lèvres tremblotantes et son œil humide. Il ne lui faudra surement pas longtemps pour que son attention soit a nouveau capté par un insecte ou un jouet, mais en attendant, je laisse Connor gérer la crise. Il ne risque pas d’être plus faible que moi vu que, côté allaitement, je le vois mal prendre le relai, même avec la meilleure volonté du monde.

J’en profite pour accorder tout mon attention sur le sportif dans ce qu’il essaye, lui aussi de m’expliquer. Je suis consciente que cette mise au point est aussi nébuleuse pour lui que pour moi. Je réfléchis a ce qu’il dit attendre de moi. Ca me parait d’autant plus logique que c’est comme ca que je suis arrivée a être son bras droit, quand on y pense bien. Enfin, plus parce qu’il était au plus mal que parce qu’il prenait de mauvaises décisions. Avec douceur et en le regardant droit dans les yeux, je lui réponds :

« Comment je pourrais faire si tu ne m’écoutes pas ? Si devant les autres tu as déjà affiché ton manque de confiance a tel point que je ne serais pas légitime pour prendre les choses en main en urgence, s’il le fallait ? »


Je ne lui avais pas relaté « l’accident » avec Aaron ou l’homme avait délibérément ignoré mes ordres, me ramenant a ce statut de potiche et me laissant prendre des risques seules pour sauver la situation. Depuis, je sais que c’est une porte ouverte et qu’en cas de crise, Aaron ne sera peut-être pas la personne fiable sur qui compter qui me suivra aveuglement si on n’a pas le temps de discuter. Machisme ? Manque de légitimité de ma part ou incompétence ? Je ne sais pas encore ce que j’ai raté, mais je suis convaincue que sans le soutien de Connor, non seulement je ne pourrais pas redresser la barre, mais en cas de drame, tenir le cap sera encore plus compliqué à tenir. J’ai au moins un nouveau maigre sourire a l’évocation de le protéger de lui-même :

« Ce n’est pas déjà ce que je fais au quotidien ? »

Je sais que j’avais déjà prouvé ma capacité a le suppléer et ma loyauté, par la même occasion, quand j’aurais pu le laisser au fond de sa bouteille ou le vendre a NE pour prendre la tête des Expendables. Oui, j’y avais vraiment pensé, mais j’avais fait un choix que je referais les yeux fermés. C’est aussi peut être parce que j’ai du mal a comprendre sa réaction au regard de cette loyauté assez étonnante pour une personne comme moi, que je suis autant heurtée par ses agissements.

Je reste a l’observer, avec une petite grimace douloureuse, essayant de déterminer si le soucis vient vraiment que de ce ventre ou si on est dans une impasse tout autre. Il marque un point en disant que c’est une première, mais je ne veux pas que cela soit une première d’une longue liste, je sais que je le pourrais pas y survivre.  Rapidement mon visage devient outré et j’ai un hoquet de surprise quand il me résume comment il me voit.

« Pardon ?  Tu t’entends parler ? J’avais surement la tête plus claire que toi a ce moment précis Connor. »

Parce que moi je n’avais pas été dans la grotte, parce que je n’avais pas eu a prendre des décisions ou a vivre ce qui s’y était passé. Parce que je n’avais pas ce besoin irrépressible de me jeter en avant pour sauver tout le monde sans réfléchir. Demetra n’avait pas été compliquée a manipuler pour savoir ce qui s’était passé pendant leur étape et apprendre ce que lui et Aaron avait fait a la plage m’avait fait bouillonner. J’aurais dû être-là, j’aurais dû encadrer les choses.

« Et si c’est vraiment ce que tu pensais, me laisser avec Anton ne t’as pas paru plus dangereux que le reste ? »

Je ne pense pas que Connor mesure ma capacité a prendre des « solutions de protections radicales » même sans l’excuse des hormones. On ne survie pas un psychopathe aussi longtemps sans avoir certaines ressources. Ce degré de noirceur en moi qui m’a sauvée de James est trop bien caché sous mon masque de douce maman fragile, mais, de la même façon que j’aurais fini par éliminer la menace Bruce qui m’acculait trop, tenter quelque chose sur Anton si je l’assimile trop a un danger est une option plus que plausible avec moi. Je souffle un grand coup sans rapport avec la conversation et change, encore une fois, de position, tout aussi laborieusement que la dernière fois. D’une voix mi fatiguée, mi amers, je résume en soupirant :

« En gros, tu es en train de me dire que c’est pour protéger les autres qu’il fallait que je reste « a l’abris » pendant que vous preniez tous les risques ? »

Je reste pensive une nouvelle fois, me massant le ventre en surveillant les bébés avant de répondre a sa question. Daemon était tombé très gravement malade après la tempête, déjà, il allait mal avec ce qui s’était passé avec son frère, Mateo, les divas… la fièvre n’avait pas arrangé les choses. Au lieu de rester se reposer, a peine remis, il était déjà en train de se démener avec les travaux pour pallier au fait que je ne pouvais plus suivre.

« Daemon sait plus que personne ce qu’a été ma vie ces dernières années. Il pense qu’il n’a aucun droit de me dicter les actes ou de m’imposer ses choix. Surement qu’il est soulagé que je sois restée a l’abris mais il sait aussi que je ne suis pas une folle suicidaire, il a confiance en mes choix et ma capacité à rebrousser chemin si je me trompe. »

Nouvelle crampe et besoin de me mettre un peu plus sur le coté en serrant les dents avant de soupirer et de plonger mes prunelles de chaton en détresse dans celles de Connor.

« Si tu me dis que ca n’arrivera plus après l’accouchement, je te crois, mais je ne pourrais pas continuer comme ça si même après tu n’as plus confiance et que tu ne m’écoute pas…. ca sera au-dessus de mes forces Connor… »

Ma voix se brise légèrement et c’est presque une supplication. Je suis incapable de mettre des mots pour expliquer rationnellement ce que je ne fais qu’effleurer, peut être que moi aussi j’ai été pas mal secouée par ce retour des divas et leur projet de me reprendre pour travailler pour elles.




Revenir en haut Aller en bas  
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5001
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Mar 12 Juil 2022 - 13:36
Pardon ? Fit-il alors en fronçant les sourcils. Incroyable. Non, je crois que tu ne t'es pas entendue, ni vue, réagir sous l'affolement ce soir-là. Je reconnais que tu as eu plus de jugeote que Hope pour au moins t'équiper en conséquence, cependant, elle n'était certainement pas aussi parfaite qu'elle le pensait. Mais on en demande davantage, pour sa protection, celles des autres. C'est moi qui n’aie pas confiance en toi, mais c'est toi qui es parti mener ton interrogatoire pour me le remettre dans la figure, et tu vois pas le problème, pas vrai ? Releva-t-il alors en fronçant les sourcils de plus belle.

Il eut un soupir de circonstances. Oui, pour les autres et pour elle, la décision se valait. Et il ne s'excuserait pas de l'avoir prise pour deux, parce qu'elle lui semblait primordial. En tant que capitaine d'équipe, c'était ce qu'on attendait de lui. Quant à Anton, il eut un grognement de circonstances : Franchement, je prends déjà ta défense auprès d'Anton et de son comportement de merde, c'est pas un membre de notre groupe et j'ai aucune autorité sur lui. Alors oui, je te pense suffisamment mature pour gérer, et surtout je pense nos alliés suffisamment conscients de son cas pour pas qu'il s'impose comme le gros con qu'il est dans une situation d'urgence, s'était-il trompé ?

Pour en avoir discuté déjà avec Valérian, il n'en avait pas l'impression. Ils seront les premiers à prendre des mesures si Anton s'avère dangereux, de toute façon, notamment parce qu'il pouvait devenir aussi dangereux pour sa propre équipe. Mais sans mauvaise foi : qu'est-ce qu'il s'est mal passé cette fois ? J'ai entendu dire que vous aviez collaboré, efficacement en plus de ça, des retours eut en tout cas, sans harmonie au sein de l'équipe et sans sa prise de décisions sur place, les choses auraient pu être bien moins organisées. Sans vous deux, et sans tes décisions, nous serions arrivés sur une horde plus conséquente, ça n'a pas été le cas, rappela-t-il.

Il eut un soupir de circonstances, en saisissant Elliot finalement pour le remettre sur ses jambes, et l'aider à marcher quelques pas. Le tout étant de le distraire, puisque la tétée n'était pas disponible. Je crois qu'il faut que tu te fasses une raison : tu n'obtiendras rien de lui, et il est trop bête pour évoluer d'une quelconque manière. Mais c'est pas ta guerre, pas ton combat, ça ne sert à rien de s'y pencher et de perdre du temps avec une cause perdue comme lui, de toute façon... Il n'était pas membre des Expendables. Son sort ne les concernait pas, et quoi qu'il en soit, Milow et Derek avaient eu aussi leurs torts, ils n'obtiendraient jamais réparation, ou quoi que ce soit de la part de l'ancien policier. Qu'il se complaise dans sa médiocrité.

Tu es la première à noter une différence. Tu n'es pas bien à cause de ça, justement. Les gens ne se comportent pas de la même manière, et la corrélation est... De la taille de ton ventre actuellement, fit-il en le désignant. Je suis... Surpris que tu ais oublié, ajouta-t-il alors soudainement : Quand tu attendais Ana, j'étais le même qu'actuellement, et il n'avait pas différé. Quand Joey attendait Elliot, également, rappela-t-il dans la foulée. Et il me semble qu'après, tu n'as pas eu à te plaindre de moi, quand tu as été remise de l'accouchement, notamment. Tu as déjà ma confiance et mon respect, je te couvrirais toujours parce que tu es le meilleur ailier que j'ai jamais eu dans ma vie, lui certifia-t-il. Et il y a des périodes où les joueurs sont à ménager, qu'il s'agisse à cause d'une blessure, ou d'un évènement de l'existence. C'est comme ça, et ça n'est pas pour autant qu'ils sont sur le banc de touche.


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7870
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Mar 12 Juil 2022 - 15:55
Je fais non de la tête en fronçant les sourcils quand il me demande si je vois pas le problème. En fait, il m’a perdu, et pas qu’un peu.  Outre le fait ou j’estime que j’avais toutes mes capacités à ce moment précis, je sens que la question n’est pas là malgré mon inexpérience de ce genre de mise a plat.

« Comment ca mener mon interrogatoire ? Et qu’est ce que je te remets dans la figure ?»


Evidemment, je ne peux pas comprendre de quoi il parle. Certaines choses sont tellement ancrées en moi que je ne me rends pas compte que ce que j’estime être juste des audits pour analyse peut être vue autrement. Je pars avec un retard de presque 6 ans en survie sur mes camarades et, je ne sais faire que comme j’ai toujours appris pour avancer. On refait encore et encore, on reprend tout et on y réfléchi jusqu’à avoir les bonnes visions des décisions à prendre et être de plus en plus capable de les prendre par réflexe. Du coup, je suis à des km de ce qu’il essaye de me dire.

Je ne lève pas les yeux au ciel mais souffle comme une ado a qui on demande de ranger sa chambre quand il me dit avoir pris ma défense pour Anton. Même si ce qu’il me dit est très censé, il n’a pas bien compris ce qui m’angoisse vraiment dans mes réactions. Je souffle un grand coup, pas a cause de la conversation, mais du fait que je suis encore obligé de bouger mon bassin pour calmer la tension qui s’accumule un peu trop régulièrement.

« Tu sais, tu n’étais pas obligé de faire ca, je veux dire, prendre ma défense vis-à-vis d’Anton. Merci en tout cas, mais juste pour te dire que si j’étais aussi sous hormones que tu le disais, il aurait surement été au moins aspergé de purée pour bébé. »

J’essaye de sourire a cette idée pour ne pas dire que j’ai été tentée de l’enfermer dehors, mais oui, le fait que ca aurait fait des problèmes et en plus il aurait été capable de survivre, sans compter qu’il a été utile, étonnement. J'ai une suée et je ne cache pas mon inconfort, pour autant, la conversation n'est pas finie.

« Tu me connais, tu sais bien que je sais rester professionnelle depuis le temps. Quant à Anton, il n’a insulté personne et a géré lui aussi, heureusement d’ailleurs sinon j’imagine que nous n’aurions pas cette discutions toi et moi. Après, je pense qu’avoir sa chef avec lui a pas mal aidé. »

Toujours est il que je ne prendrais pas le risque d’envoyer des expendables encore avec cet individu. Je ne suis pas prête, le désastre des sous-marins est encore loin d’être digéré, si tant est que je puisse le faire un jour tant il a secoué Derek et Milou.

« Comme quoi ne doute jamais de ce que je suis prête a faire pour le groupe. Même si collaboré est un grand mot mais on a fait ce qu’il fallait pour que vous puissiez rentrés sains et saufs.»


Parce que c’est toujours ce que je fais au final, peut importe ou je suis et avec qui. Maintenant, ca n’enlève pas mon idée que, même si, j’avais trouvé mon utilité, Connor ne m’avait pas écouter et remise sur le ban de touche plus pour « me protéger » qu’autre chose.  La diversion de Connor semble fonctionner a merveille avec Elliot, très fier de pouvoir tenter de marcher comme un grand malgré sa maladresse. J’ai un sourire un peu plus franc quand il parle d’Anton, au moins, on a encore pas mal de points d’accord Connor et moi.

« Tu sais que même si critiquer Anton n’est pas désagréable, ce n’est pas lui qui fait qu’on est en train de discuter tous les deux ? Mais oui, je suis contente qu’il soit chez les Exilés et pas chez nous, ceci dit en passant. »

J’aime les Expendables tels qu’ils sont, ils ont peut-être leurs défauts, mais au moins, c’est vraiment une équipe soudée et une famille qui s’inquiète les uns des autres. Des gens unis et soucieux de ce "tout" que nous avons appris à devenir, conscients des enjeux et pas dans une optique de passer avant le groupe. Cette unité, aussi fragile soit elle, c’est aussi ce qui fait que nous sommes capables de survivre et encaisser l’adversité.

Même si je me renferme un peu quand il me confirme que c’est mon profile le souci, ça me donne l’espoir que les choses changent, surement très rapidement. Est-ce que j’ai oublié la grossesse d’Ana ? Je me souviens, en tout cas, de l’avoir voulu car on ne peut pas dire que ça soit bien passé de A a Z, rien a voir avec celle-ci. Le viol, les combats, l’enferment, les coups, la fuite, l’accident… que des souvenirs que j’ai surement préférer ranger soigneusement dans un recoin de ma tête.

« Je ne sais plus Connor… c’est loin, et je ne suis pas sûre que cela soit comparable vue le contexte. »

Nous n’étions pas amis a cette époque, si sur la fin je n’étais plus la traitresse, je restais la fille dont il fallait se méfier, qui devait faire ses preuves, cette potiche reprise presque par pitié qui avait prouvé qu’elle ne savait rien faire toute seule. J’aimais me dire que j’avais évolué et grandit depuis, pris en assurance. J’avais travaillé, dur, pour être a la hauteur et je continuais. Peut être que c’était ca aussi le souci le nerf de ces tensions : un retour inacceptable a une case départ qui remettait en cause tout ce que j’avais fait pour ne plus être cette victime brisée.

Pas loin de pleurer a cette prise de conscience je relève un regard humide vers lui quand il me dit que je suis un bon ailier et qu’il a confiance. Je finis par poser ma tête sur son épaule avec un :

« Merci, même si je préfère que ca soit moi qui décide quand je vais sur le banc de touche ou pas, d’accord ?»


Je reste la un petit moment avant de demander, en grimaçant :

« Tu me jure que dès que j’ai accouché, les choses vont redevenir comme avant ? Enfin, non, mieux qu’avant, parce qu’on peut toujours faire mieux. »

Je ferme les yeux une petite seconde et me crispe en plantant les ongles dans le tapis, dans l’attente de cette promesse avant d’ajouter.

« Maintenant, quand je plonge derrière toi, tu grognes plus, quand je te dis que je me sens capable de faire… … quelque chose… tu me crois et moi je ferais aussi un effort pour t’entendre quand tu  veux que je reste en arrière…  Est-ce que tu penses que c’est un accord acceptable ?»



Revenir en haut Aller en bas  
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5001
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Mar 12 Juil 2022 - 17:14
Au moins, Anton avait le mérite et la seule qualité de parvenir à les mettre d'accord sur le fait qu'ils ne l'aimaient pas. Du moins, tant que l'homme n'aurait pas fait montre d'un peu de bon sens dans sa démarche, d'un vrai leadership, d'une vraie responsabilité aussi. C'était déplorable de voir qu'il n'y avait que quand ça le touchait plus ou moins de près qu'il réalisait qu'il pouvait être une personne décente et raisonnable. Le pire étant que Connor regrettait les derniers incidents avec Lex et son groupe, ou encore le fait qu'il faille ça pour qu'Anton soit enfin sensible à quelque chose d'autre que sa grande gueule d'abruti.

Un soupir échappa au sportif, qui haussa finalement les épaules. Alex vint poser sa tête contre lui d'ailleurs, et il passa doucement une main dans son dos, dans un geste apaisant et rassurant. Tu as décidément du mal à lâcher prise, pas vrai ? Tu sais que quand il y a une blessure, ça n'est pas à toi de décider si tu dois t'asseoir ou non, n'est-ce pas ? Fit-il avec un rire amusé. Sur bien des égards, Alex avait le même tempérament que lui. Difficile de s'arrêter, il pouvait lui faire le reproche mais n'était pas mieux loti dans le genre, pourtant.

Je te le jure, Alex, souffla-t-il doucement à son amie. Je crois que je peux me contenter de ça, de cet accord tout trouvé, à l'évidence. Il se redressa légèrement avant de lui demander : Tu as besoin de marcher un peu ou ça ira ? Lui se remis sur ses jambes et lui fit signe de ne pas bouger. Je t'amène de quoi t'asseoir, lui souffla l'homme avant de s'écarter et de revenir quelques instants plus tard avec la chaise préférée d'Alex, ses coussins sous le bras, mais également la piscine gonflable des enfants : Je me disais que c'était mérité aussi, ça, fit-il en la dépliant. Il allait falloir donner de l'air... Et ensuite la remplir d'eau. Mais vu l'exclamation joyeuse des petits, c'était totalement jouable.


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   
Revenir en haut Aller en bas  
- La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: