The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
SITRAM Set 3 poêles tous feux dont induction + ...
Voir le deal
20.99 €

La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7870
Sujet: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Lun 11 Juil 2022 - 12:23
Le silence, les larmes qui se ravalent en cette fin de grossesse ou j’ai été plus meurtrie que je ne le montre. C’est effrayant de voir que la vie continue malgré les horreurs, les tragédies et les pertes. Pourtant, il n’y a pas le choix, la routine se rappelle vite a nous et j’ai muré mon chagrin, ma peine et ma douleur contre tout ce qu’il y a faire. Fiable, solide, surement invisible aussi, j’ai plus l’impression d’être un objet sans âme alors que rien ne va. Les sourires sont forcés alors que je me consume a l’intérieur. Pour autant, je fais comme si je tenais le coup, restant écouter et rassurer ceux qui en ont besoin avec des mots qui sont vides de sens a mes oreilles. Ils font du bien aux autres mais ils m’enlisent un peu plus dans ma détresse muette a chaque syllabe.

La relation avec Connor n’aide en rien a ce qui m’étouffe. Son comportement m’a blessée et déçue plus que je ne serais le dire sans qu’il ait l’air de réaliser ou de s’en préoccuper. Lui aussi, il fait face comme il le peut, j’imagine, mais la compréhension n’empêche pas la rancœur. Solaire, leader, il fait ce pourquoi il est censé être : il avance, il pousse les autres à le faire. Il n’a pas le temps de s’attarder pour regarder en détail ou poser des questions sur son attitude, même avec moi.

Attendre des excuses qui ne viendront pas, me sentir de plus en plus coller a un rôle a ses yeux n’aide en rien a soulager mon esprit qui voit venir cette lente déchirure d’autant plus sournoise qu’elle est insidieuse et que je ne peux rien y faire. Partir est de plus en plus une option que j’ai en tête pour mettre fin, une bonne fois pour toute, a ce qui semble être devenue une noyade lente, mais l’idée d’être séparée d’Eliot, ou qu’Ana ne soit plus avec lui, me fait encore plus de mal.

Il n’y a plus de lasagne au menu, nos conversations se cadrent aux enfants et au besoin de la faction. Son linge est peut-être lavé, mais il est posé sur la table au lieu d’entre plié et rangé comme l’est celui de noter fils ou des autres Expendables. Je sais que nous devrions discuter, mais, une fois de plus, la peur des réponses qui pourraient me confirmer ce que je ressens, ou juste me confirmer l’obligation d’un départ me font peur. Du coup, je laisse pourrir car je souffre d’une cruelle inexpérience sociale qui trop de monde oublie. Je ne sais juste pas gérer ce genre de chose. C’est comme Mateo que Daemon tente d’amadouer alors qu’il nous hait cordialement, je suis désarmée.  

Depuis ce matin, j’ai des petites contractions, rien de méchant, mais assez pour que je préfère rester a m’occuper des bébés a l’ombre de ma caravane, rutilante depuis des jours tellement elle a été briquée. Eliot et Ana grandissent si vite, c’est un bonheur de voir le petit essayer maladroitement de marcher, se tenant debout avec de l’aide sous les grands yeux rieurs d’Ana, qui n’a toujours pas commencé le quatre pattes. Même si elle ressemble beaucoup a son géniteur, avec sa blondeur, la forme de ses yeux, j’ai appris a ne voir qu’elle dans cette petite bouille que j’aime tant. Bien assise, sur le tapis de camping que j’ai mis pour eux et leurs jouets, elle rit aux éclats de toutes les « chutes » de son frère de lait, qui, joyeusement, en surjoue avec bonheur, à grands renforts de « boom Ana !!!»  ou  « regarde !! » quand il pose ses petites fesses au sol en simulant une chute.  Un moment de joies simples que seuls des enfants peuvent nous offrir. Eux ne font pas attention a la misère de ce monde ou ils grandissent, aux restes des stigmates de cette tempête qui nous a ébranlés ou a nos états d’âmes de « grands ». Seul compte les « Encore ‘liot !!! » d’Ana et leurs fous rire complice. Assise à côté d’eux, je les applaudis et encourage, ramenant parfois Eliot sur le tapis quand il a envie de trainer dans la gadoue qui l’attire aussi pas mal, malgré les protestations du bébé aventurier.

« Non, non, Monsieur Shepard Lockwood!!!! On reste ici ! Mana n’a pas envie de courir aujourd’hui et si je pouvais ne pas refaire de lessive avant ce soir ca me ferait plaisir !!! »


Je les vois redresser leur petite tête et offrir des grands sourires tout en tendant les bras, tous les deux, a l’ombre qui arrive a notre niveau un concert de « p’pa » qui fait que je n’ai même pas besoin de me retourner pour savoir qui est là. Je reprends mon masque lisse et poli, un sourire un peu forcé :

« Si tu viens pour mon dernier inventaire des stocks, c’est sur la table dans ma caravane, je pensais te l’apporter ce soir. Je te laisse le prendre ? Sans grue me lever est compliqué en ce moment. »


En fait depuis que je me suis installée ici, je sais que je vais avoir besoin d’aide pour me remettre debout, la joie de ce ventre qui fait son poids. Je pose mon regard dans le siens avant d’ajouter, avec tout le professionnalisme dont j’ai toujours fait preuve :

« Pour ce qui est des travaux, je n’ai que les évaluations, d’hier, je n’ai pas encore été voir ou les autres en étaient, mais Daemon me fera un point ce midi si c’est urgent. »



Revenir en haut Aller en bas  
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5001
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Lun 11 Juil 2022 - 14:58
Pas le choix que de s'y remettre. Depuis la fin de la tempête, Connor - et les autres - s'attelait à reconstruire ce qui avait été détruit par la tempête. Les corps des morts en premier lieu avaient été évacué, et amené le plus loin possible pour être brûlé. Une épaisse fumée sombre avait tenu lieu d'horizon, lorsqu'on regardait vers la forêt. Si ça avait attiré d'autres morts, le bucher avait tenu aussi le choc jusqu'à ne garder que des os et de la cendre. Au moins, d'autres épidémie ne serait pas à prévoir dans les temps à venir, et les terres ne seraient pas contaminées par la décomposition.

Ensuite, c'était les véhicules qu'il fallait réparer, lorsque c'était encore possible. En premier lieu, celui de Demetra avait eu droit à un coup de jeune, pour que la jeune femme puisse reprendre la route. Tout n'était pas parfait, mais au moins son tas de ferraille roulerait jusqu'à Seattle, où il lui avait demandé d'être prudente une fois sur place. Et de lui transmettre si jamais quelque chose arrivait, ou si elle croisait la route d'Isha. Toute la question était de savoir comment, puisque la tempête avait endommagé absolument tout, et avait fini aussi par couper les communications.

Connor gardait une vive inquiétude au sujet du sort des Fuckers, qu'il hésitait à aller visiter. Mais l'urgence restait pour l'instant de combler ce qui pouvait l'être. Les routes ne devaient pas être encore suffisamment praticables pour prendre davantage de risques, surtout quand ici, c'était déjà suffisamment chaotique pour en rajouter une couche. Un soupir lui échappa alors qu'en repassant par chez lui, il admira le tas de vêtements. Ah oui. Il y avait ça, aussi, à gérer. Avant que ça ne prenne encore des proportions grotesques. Ses pas le menèrent donc vers elle, et les deux petits en sa compagnie.

Ses enfants lui réservèrent un accueil bien plus chaleureux qu'Alex, alors qu'il attrapa la main d'Elliot pour l'aider à se tenir droit. Directement, Alex prit la parole et il fronça les sourcils. Non pas vraiment, elle présumait, comme toujours, de ce qu'il pensait ou faisait. C'était épuisant. Je viens pour savoir combien de temps tu comptes encore faire la tête sans prendre l'initiative de m'en parler, fit-il d'emblée. Je m'en fiche un peu, du reste, même si ça n'était pas vraiment bien de sa part. Il haussa les épaules, la scruta. Et eut un rire moqueur. Tu as besoin d'aide pour te relever et tu ne comptes pas me le demander par égo, n'est-ce pas ?


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7870
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Lun 11 Juil 2022 - 15:38
Je reste à regarder Elliot qui attrape joyeusement la main de son père en voyant la déceptions d’Ana, les fesses au sol, les bras levée vers Connor sans avoir de main elle aussi. Un morceau de mon cœur de maman a mal pour elle et d’instinct je la prends dans mes bras alors qu’elle reste a regarder Elliot et son père avec un air incertain. Impossible de savoir ce qui se passe derrière ses petits yeux verts et ce qu’elle comprend. Très rapidement, avec un air espiègle, Elliot tourne son visage rond vers sa sœur et, devant ce nouveau publique qu’est son père, avec un gloussement fier de lui, il se laisse a nouveau tomber sur sa couche dans un joyeux : « Boom  p’pa !! ». En moins de quelques secondes les traits de la petite Ana redevient lumineux et son rire raisonne alors qu’elle frappe dans ses mains à nouveau : « Bravo ‘Liot ! Encore !!! Encore !!!»

Une fois de plus, tout est si simple pour eux. A quel moment de la vie les choses deviennent si compliquées et pleines de non-dits ? A quel âge les choses ne savent plus être résolues avec une fausse chute et un éclat de rire ? Je reste un peu surprise quand Connor me dit qu’il n’est pas la pour les rapport de situation.  J’ouvre la bouche et la referme avec un « oh ? » un peu désarmée quand il aborde le sujet délicat comme il part au combat : de front et directement. Je le connais assez, trop peut-être, pour me douter qu’il n’a pas pris le temps de réfléchir de son côté. Je prends un peu de temps, regardant Ana qui semble ivre de rire devant les bêtises de son frère avant de répondre, pensivement :

« Je n’en ai aucune idée Connor… si tu as un mode d’emploi de ce genre de chose, je suis intéressée. »


Je peux remettre le courant même dans les pires endroits, je suis capable de trouver des idées dans des situations de crise, organiser notre petite communauté même quand tout va de travers, mais là je suis devant une situation tout à fait inédite et anxiogène pour moi. Je fronce les sourcils quand il enchaîne avec toute cette maladresse qui est la sienne et me referme un peu quand je sens qu’il se moque de moi. Je ne cherche même pas a cacher cette réaction, je n’y pense tout simplement pas. Ma grossesse est d’autant plus pénible que c’est aussi sa réaction par rapport a ca qui pèse lourd dans ce que je vie actuellement et, une fois de plus, j’ai le ressenti qu’il ne s’en rend pas compte, ou qu’il s’en fiche.

« J’aurais surement besoin d’aide, oui, mais pour le moment les enfants sont bien dehors et c’est plus simple pour moi de rester a leur niveau. Après si tu as besoin de moi ailleurs, on peut aussi bouger comme tu peux t’assoir si tu veux, je pense que Derek et Milow ont ramené ce tapis pour tout le monde et pas a usage exclusif de la baleine. »


Une fois de plus le ton est professionnel, je le suis toujours. Je me mordille les lèvres avant de lui demander, les yeux dans les siens, avec un peu plus d’émotions. C’était presque douloureux d’aller dans cette conversation que je n’avais pas envie, pour autant, il avait ouvert la porte et je n’étais pas de celle a me défiler.

« Tu sais, au moins, pourquoi ca ne va pas ? »



Revenir en haut Aller en bas  
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5001
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Lun 11 Juil 2022 - 15:56
Un soupir lui échappa alors qu'il s'installa à son tour sur le tapis. Pendant que les deux petits semblaient s'amuser tous seuls, sans l'aide de personne pour être bêtement heureux, les deux adultes n'en faisaient pas autant. Il y avait un moment dans la vie où les choses étaient juste inutilement compliquées, de manière terriblement dispensables. Connor ne savait pas non plus quand la bascule se faisait, malheureusement, il ne pouvait pas réfléchir autrement à tout ça. Il eut un soupir quand la brune lui demanda une aide qu'il ne pouvait pas lui fournir.

J'ai le mode d'emploi que l'expérience m'a laissé sur ce genre de situation, il avait l'habitude des groupes d'amis, des familles soudées, des soirées entre potes. Il en avait fait, trop. Il avait subi les disputes comme tout le monde, mais aussi eu la chance de vivre plus de bons moments que de mauvais. Jusqu'à sa descente aux enfers, en tout cas. La première étape, c'est d'en parler, même si c'est maladroitement. Parce que ruminer de son côté, et agir avec "mesquinerie", c'est prendre toutes les chances pour que ça s'améliore pas, et qu'aucune solution soit trouvée vers une issue positive, expliqua-t-il.

Lorsqu'il parlait de mesquineries, il savait déjà qu'Alex voyait le propos. Ne pas lui adresser la parole qu'avec ce ton professionnel et lapidaire, se draper dans sa dignité et agir avec une distance qui ne lui ressemblait pas. Connor pouvait aussi se comporter de cette manière, mais il était persuadé qu'elle vivrait beaucoup moins bien que lui le changement. Parce que si lui mettre son linge propre sur sa table sans le ranger, ou ne plus venir avec des lasagnes pour passer un moment avec lui, c'était sa punition, il aimerait lui rappeler que jamais il ne lui a demandé d'en faire autant pour lui. Et que sa présence était acceptée à ses côtés sans ces fioritures.

C'est pas ce que tu veux, si ? ajouta-t-il simplement avant de hausser les épaules. Il vit l'émotion d'Alex et eut un soupir de circonstances : Non, j'en sais rien, admit-il. Rien qui était aussi concret que dans l'esprit d'Alex en tout cas. Il imaginait que sa décision de l'empêcher de sortir y était pour beaucoup. Et si tu me le dis pas, je peux pas le deviner, ajouta-t-il dans la foulée. J'ai bien des qualités et encore plus de défauts, mais sur la liste : j'ai pas l'aptitude de lire dans l'esprit des gens et trouver toutes les réponses à mes questions, et bouder dans son coin sans lui expliquer les choses n'aidait en rien, bizarrement.


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7870
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Lun 11 Juil 2022 - 16:52
Connor finit par nous rejoindre avec un soupire et j’essaye de me pousser un peu pour lui laisser un maximum de place. Je ne suis pas à l’aise, il y a une forme de tension qui s’est installée entre nous sans que je sache vraiment comment. C’est surement parce que nous sommes aussi proches que les choses sont aussi pénibles, ressentir ce genre de choses pour des personnes dont on a rien a faire est surement plus supportable. Je suis en train de découvrir un revers de l’amitié qui ne me plait absolument pas.

Evidemment, ce nouvel appui sur le tapis ne passe pas inaperçu des deux bébés. Elliot par rapidement vers Connor pour montrer que, de père a structure d’escalade, il n’y a qu’un pas qui peut facilement être fait a 4 pattes. Le petit a le diable au corps quand il s’agit de tenir en place et Ana se trémousse assez pour que je sois obligée de la poser sur le tapis afin qu’elle ait une vue plus imprenable des exploits de son frère qu’elle semble vivre par son intermédiaire.

Je me sens qu’a moitié rassurée quand il me qu’il a de l’expérience pour ce genre de situation. Son entrée ne m’a pas trop rassuré et je connais son sens de la gestion. Au moins, il comprend mieux que moi ce qui se passe. Je reste a le regarder avec mes grands yeux de poupée cassée pendant qu’il essaye de m’expliquer ce que nous sommes censée faire. Je préfère ne pas réagir au mot mesquinerie, que cela soit vrai ou pas, je ne compte pas relever cette nouvelle maladresse qui sonne la provocation, alors qu’il y en a suffisamment a l’ordre du jour. Je me mordille a nouveau les lèvres avant de poser la question qui me taraude, d’une toute petite voix, comme si j’avais peur d’invoquer cette fin :

« Et si en parler prouve qu’il n’y a pas de solutions ? »


Ca ne ferait que précipiter les choses et ca me terrifie. Rester dans cette demi-mesure est peut être mieux que de devoir trancher les choses définitivement ? Mes yeux quittent ceux de Connor pour couler vers les enfants qui ont trouvé une feuille et joue avec comme si c’était l’objet le plus fou du monde. Ana a des gestes doux, elle est patiente et je vois bien qu’Elliot, malgré son énergie, essaye de ne pas trop la bousculer, même s’il est comme son père coté délicatesse. Je ne veux pas les séparer ni me séparer d’Elliot. Ca serait trop me demander surtout avec ce qui s’est passé pendant la tempête. Je ne suis pas loin des larmes quand il me demande ce que je veux, car, immédiatement, c’est a la jambe d’Alessia que je pense a ce moment-là.

« Tu ne crois pas que ce que l’on veut ressemble plus a des vœux pieux qu’autre chose ces derniers temps ? »


Je ne sais pas trop ce que j’avais espéré, mais le fait qu’il semble ne pas du comprendre pourquoi je ne suis pas satisfaite et triste me peine vraiment. Au moins, il prend le temps de poser la question, il ne s’en fiche pas, j’imagine que c’est bon signe. Je me bouge en grimaçant un peu pour retrouver un semblant de confort avec mon ventre, prenant le temps de chercher mes mots sans trop savoir comment commencer. Avec beaucoup de douceur je tente de lui expliquer :

« Je ne vais pas bien Connor et ta façon de gérer les choses ne m’aide pas à aller mieux. J’ai passé 6 ans où, au nom du monde devenu hostile, trop pour que je sache y survivre seule, j’ai été coincée et dirigée. On m’a fait croire que j’étais une incapable, que je devais me taire et accepter pour ma sécurité et celle des enfants. 6 ans…. »


Presque toute la vie de Mateo et surement que sans Daemon, je n’aurais pas osé gouter a cette liberté pour commencer a m’épanouir en tant que personne qui se sait capable de décider par elle-même.

« J’entends que tu veuilles protéger les nôtres, mais j’ai besoin que tu m’écoutes et que tu me vois, j’ai besoin que tu me fasses confiance comme je te fais confiance. Actuellement ca n’est pas le cas et je commence a me dire que ca ne le seras peut être jamais… »


Ma voix se brise légèrement sur cette phrase qu'il n'a cessé d'illustrer ces derniers jours.


Revenir en haut Aller en bas  
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5001
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Lun 11 Juil 2022 - 18:04
Mon père disait que si y'a pas de solutions, alors y'a pas de problèmes, souffla-t-il avec un bref sourire, légèrement amusé. Bon, c'était un voeu pieu dans les faits : C'est pas forcément vrai, mais y'a pas de raisons qu'on trouve pas une solution avec ton gros cerveau qui fonctionne un peu trop et le mien qui tourne pas assez pour aider, qu'il ajouta simplement en l'écoutant. Sa remarque le fit tiquer, sans qu'il parvienne à s'expliquer pour quoi. A nouveau, l'impression que ça sortait littéralement de nulle part, et qu'il n'avait aucune prise sur ça. Il eut un soupir.

En fait je crois que je peux pas comprendre ce qui va pas, parce que je vois pas ce que tu estimes être des preuves que je te fais pas confiance, ajouta-t-il. Est-ce que l'empêcher de se jeter dans la tempête, enceinte jusqu'aux yeux, pour être sûre de perdre un bébé qui lui tenait terriblement à coeur, c'était ne pas lui faire confiance ? Allons bon, qui avait bondit sur les équipements en distribuant des ordres, alors qu'un grand gabarit comme le sien peinait à avancer à travers le vent ? Alex, je sais pas ce qu'il se passe en ce moment. T'es pas... Comme d'habitude, confia-t-il.

Connor n'était pas dupe : il y avait un équilibre qui ne se faisait plus. Un rouage grippé dans leur mécanique. Mais il ne savait pas d'où ça venait, parce qu'il n'avait pas l'impression d'avoir changé. Et tu as plein de raisons pour pas être comme d'habitude. T'es enceinte, t'accouches bientôt, puis ton frère après toutes ces années, et puis les Divas ont débarqué comme ça, c'est pas du tout pour le mieux, énuméra-t-il. Le pire, c'était que la partie émergée de l'iceberg. Le fait est que ces dernières semaines ont été... Difficile, et encore plus pour toi, il ne pouvait que le lui reconnaitre.

Sans la ménager, et sans la plaindre, la prendre en pitié. Ce que je veux dire, c'est que même pour une fille qui a pris l'habitude de tout gérer toute seule et de pas s'en plaindre, c'est normal de saturer au bout d'un moment, expliqua-t-il. T'as le droit de te reposer sur moi pour trouver le temps de composer avec tout ça. Sauf qu'Alex, que tu m'affirmes le contraire : tu le fais pas. Tu as pris l'habitude de composer seule avec ce que tu crois qu'on attend de toi pour t'aimer et t'écouter, et c'est pas ça qu'on te souhaite, aucun présent ici, en tout cas.

Je connais pas la personne que tu deviens quand tu prends des décisions dangereuses pour ta vie. Je connais pas celle qui considère pas les impératifs de l'extérieur, au point de perdre les pédales. La Alex que tu m'as toujours montré est en contrôle... Oh elle peut être pénible, mais jamais elle agit bêtement : elle me laisse cette partie-là, parce qu'elle est trop intelligente pour ça, expliqua-t-il alors. Si on doit revoir cette équilibre parce que maintenant tu as envie d'être bête, il va falloir me prévenir. Parce que y'a pas un monde où moi, je vais devenir intelligent pour deux, et elle le savait.


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Brody Lockwood
Alex Brody Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7870
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   Lun 11 Juil 2022 - 20:19
L’air est presque doux quoiqu’un peu chaud encore, difficile de croire que c’était l’apocalypse il y a quelques jours encore tellement le temps a changer radicalement. Les seuls témoignages de ce cauchemar restent ce qu’on a pas fini de remparer ou déblayer, deux caravanes sont mortes mais ce n’est pas ca qui nous mine le plus peut être. Le moment pourrait, surement, être vraiment agréable et un des rares ou on n’est pas en train de travailler ou réfléchir à la suite, mais cela serait surement trop simple, trop doux pour nous deux. Malgré cette lourdeur qui pèse sur moi, j’arrive a avoir un maigre sourire a sa citation qui déchaine un concert joyeux de « p’pa » des deux bébés qui se sentent sollicités et montrent Connor du doigt comme si c’était un jeu.

« Laisse-moi te dire que ton papa n’a jamais dû connaitre un chantier a Vegas. »


Si seulement ca n’était que ca. Il y a trop de problèmes qui n’ont pas de solutions entendables, qui se règlent, de nos jours des plus violemments et définitivement. Le souci, c’est que dans notre cas, il y a des solutions évidentes, mais elles me font mal, rien que d’y penser. Je reste a le regarder avec cet air douloureux alors qu’il continue de parler. Moi plus qu’une autre je sais qu’il est loin de l’idiot qu’il essaye de se faire passer, son cerveau tourne aussi bien que le mien, c’est juste qu’il a tendance a toujours choisir l’option la plus directe en situation de crise sans se soucier des retombées. J’arque un sourcil quand il me dit qu’il ne comprend pas mon raisonnement. Je prends une petite respiration avant de réfléchir et d’expliquer, toujours avec un ton doux et calme.

« Connor, quand je te dis que je peux faire quelque chose, par exemple, il faut avoir confiance en moi. Je ne suis pas une petite fille qui a envie de jouer avec des allumettes comme je ne suis plus la femme terrorisée devant le moindre danger.»


Je pense que mon visage trahi parfaitement ce que je pourrais sous-titrer par un « sans blague » quand il me dit que je ne suis pas comme d’habitude mais je me reprends rapidement, consciente qu’il n’est sérieux dans sa remarque. D’ailleurs il fait un bon résumé de ce qui nous touche tous et fait qu’on ne peut pas être comme d’habitude, lui comme moi. Quand il parle de ce qui a été difficile, les yeux rouges, je fixe nos enfants pour me concentrer sur eux et éviter de craquer. Ana s’essaye au roulé boulé et Elliot a trouvé une fourmi qui l’intrigue pas mal. Et si eux aussi on n’arrive pas a les protéger, aussi ? Avoir ce nouvel enfant alors que j’ai bien montré que j’étais incapable avec ceux déjà là est terriblement effrayant a mes yeux.

Je reporte, a nouveau, mon attention sur Connor alors qu’il continue de parler, sans être certaine de bien le suivre. L’épuisement m’empêche de garder ce masque impassible, l’incompréhension se peint vite sur mes traits. La tête légèrement penchée pour le scruter, c’est avec sincérité que je lui réponds :

« Je ne suis pas sûre de comprendre ce que tu essayes de me dire. Je ne compose pas seule, j’ai la lucidité de reconnaitre que seule je n’y arrive pas. Si je suis là, c’est parce qu’on est une équipe non ? Enfin, on l’a été avant que je me sente remise sur le banc de touche. Maintenant, j’ai plus l’impression qu’on parle de toi que de moi… »

A mes yeux, Connor ne sait pas déléguer, il est toujours là pour défendre tout le monde sans se rendre compte qu’il s’expose, il fonce sans s’inquiéter des risques qu’il prend, il a du mal a faire confiance. Je ne suis pas tranquille quand je ne suis pas derrière lui car, plus que quiconque, il a besoin d’un ailier. Une personne réactive qui sait veiller sur ses arrières quand lui charge où tempérer les choses quand ça va trop vite. Qu’il parte chercher les enfants, nos petits, en me laissant derrière dans un moment aussi crucial, un de ceux où, plus que jamais, lui comme moi, on avait besoin l’un de l’autre, ca m’a détruite. Il ne se rend pas compte a quel point ce geste, quel qu’en soit la motivation, je l’ai vécu comme un désaveux violent.

« On en revient a ce que je te disais sur la confiance Connor, et sur l’écoute. J’ai évolué, c’est normal, j’apprends, je réfléchis autrement, je me mets a niveau pour être meilleure, mais je reste la même : celle qui est votre soutien à tous et la garante que si vous voulez charger, vous aurez toujours une solution pour rentrer entiers chez vous… »


Je prends le temps de peser mes mots, de chercher comment lui expliquer ce qui semble complétement lui échapper alors qu’il semble me dépeindre comme une inconnue suicidaire.

« Par exemple, l’autre jour dans la baie, tu as pris une décision sans concertation et tu as foncé. Ce n’est pas un reproche, si a froid il y avait d’autres solutions, tu as fait ce qu’il fallait avec le peu de temps imparti pour sauver Emilie. Surement que sans ca, il y aurait deux petits orphelins chez les exilés. »

Je fais une petite pause en cherchant son approbation. Je suis en accord avec ce qu’il a fait parce que je sais que c’était le moyen le plus rapide et le plus efficace pour sauver l’Exilés. Maintenant, s’il avait fait ca seul, c’était la pire décision, ca n’aurait pas marché presque a coup sur.

« Maintenant tu n’as pas le droit de me reprocher d’avoir fait ce qu’il fallait pour m’assurer que tu reviennes auprès de tes enfants Connor. Je n’ai pas agi bêtement, j’ai pris une décision réfléchie dans un laps de temps restreint et même en y repensant au calme, je sais que c’était ce qu’il fallait faire. Est-ce que tu te rends seulement compte que sans cette diversion ça aurait pu être un drame ? Qu’on aurait pu te perdre en plus de tout le reste…»


Je suis tes sérieuse malgré ma voix qui vacille. S’il n’y a aucun reproche dans mon ton, juste une démonstration que j’estime pertinente. C’est droit dans les yeux et avec conviction que j’enchaine :

« Et pour information, j’avais une totale confiance en toi pour savoir que tu saurais me trouver une échappatoire le moment venu. Parce que je me repose sur toi et que quand je te dis que je crois en toi, ce n’est pas juste des mots. Je ne sais pas si j’arrive à être claire dans ce que je t’explique et avec ce dont j’ai besoin, moi, mais si ca change pas, on va dans le mur. Alors, est-ce que toi, tu crois pouvoir faire la même chose dans cette dynamique ou ca te parait insurmontable ? Te dire que si je fais quelques choses, ce n’est pas parce que je suis idiote, suicidaire ou je ne sais quoi, mais parce que c’est une solution qui est a notre portée en équipe ? Me faire confiance et m’écouter quand je te dis les choses sur le terrain.»

je reste a le fixer avec autant d'espoir que de crainte de sa réponse.


Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir   
Revenir en haut Aller en bas  
- La vraie tempete est toujours celle qu'on entend pas venir -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: