The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -59%
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont ...
Voir le deal
21.99 €

Night owl
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3237
Sujet: Night owl   Mar 24 Mai 2022 - 22:38
Il évoluait dans un environnement indistinct, plongé dans l’obscurité ; une obscurité à laquelle ses yeux ne s’accommodaient pas et qui semblait absorber le moindre bruit, comme un monstre gigantesque, nimbé d’une nuit absolue. Le grec marchait sur une surface plane, couverte d'une pellicule d’eau, dans un silence éthéré qui confinait à l’horreur. Il s’immobilisa brusquement : quelque part dans cette immensité, lui parvinrent des murmures qui firent ondoyer l’étendue obscure. « Ne fais pas ça, Val’… » À peine audibles, ils étaient comme un souffle fantasmagorique, une illusion qui se dissipe à peine créée. Intrigué, le grec marcha dans leur direction : « tu n’le penses pas, pas vrai ? » plus il approchait, et plus la voix prenait consistance. « T'es qu'un égoïste ! Tu t'caches derrière une espèce de pragmatisme altruiste, mais tu fais ça pour toi ! Parce que la fin du monde, ça t'plaît ! Parce que tu te sens enfin à ta place ! »

Il se figea et tourna la tête : à sa gauche, l’obscurité était fendue par un faisceau blanc qui tombait à la verticale. Celui-ci éclairait une silhouette informe, suspendue dans le vide par un crochet. Une crainte terrible saisit Valérian. Il s’approcha néanmoins, comme si cette chose avait exercé sur lui une irrésistible attraction. « Viens avec moi ! On leur annonce qu'on quitte Seattle, et qu'on va bâtir quelque chose de plus juste ! » Ses yeux s’arrondirent, horrifiés ; il aurait voulu crier s’il n’avait pas été astreint au silence. Devant lui, le corps atrocement mutilé de Sasha pendait au-dessus du sol. Il ne restait rien de son visage, hormis ses yeux. Son corps nu était couvert de sang ; et celui-ci gouttait au sol, formant les flaques stagnantes que le grec avait jusque-là prise pour de l’eau.      

Le cadavre le regarda fixement et fit soudain claquer ses mâchoires : « fais-moi confiance pour une fois ! » dit-il d’une voix plaintive. « Juste une seule petite fois ! Fais-moi confiance, Val’ ! Val’ ! »

« Non ! » Valérian se réveilla en sursaut, la poitrine soulevée par une respiration rapide, hachée. Les yeux exorbités, il lui fallut quelques secondes pour émerger des réminiscences de ce rêve, et prendre conscience de son environnement. À côté de lui, Reese dormait profondément. La jeune femme marmonna quelque chose dans son sommeil - qui ressemblait vaguement à une menace impliquant une carotte et un fondement, et se retourna, emmitouflée dans les draps.

Le grec prit de profondes inspirations, le coeur cognant précipitamment dans sa poitrine, gonflé d’une indicible terreur. Il quitta finalement son lit pour enfiler un manteau par-dessus son pyjama. Sans un bruit, Valérian sortit de la caravane qu’il partageait avec Reese et fut accueilli à l’extérieur par les bras algides de la nuit. L’astre lunaire était haut perché dans le ciel étoilé et projetait sur le campement des rayons lactescents.  

Il constata alors qu’il n’était pas le seul éveillé : le regard vague, Elena était installée à côté du feu de camp qu’ils avaient allumé plus tôt dans la soirée. Les sourcils légèrement froncés, le grec la rejoignit en silence. « Tu ne dors pas, toi non plus ? » lui demanda-t-il doucement en s’asseyant à côté d’elle. Il croisa ses orbes ambrés : « qu’est-ce qui te tracasse, Elena ? »


Every time that I look in the mirror, all these lines on my face getting clearer. The past is gone. Oh, it went by like dusk to dawn. Isn't that the way ? Everybody's got their dues in life to pay.


Awards:
Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1014
Sujet: Re: Night owl   Dim 29 Mai 2022 - 22:09
Un souffle à l’amertume désabusée fit siffler son nez tandis que le grec s'installait à côté d'elle. « Ils ne revêtent peut-être pas les mêmes visages, mais ils exercent le même pouvoir sur moi. » murmura la brune entre les crépitements du feu qui projetait des ombres mouvantes sur son visage. « Ils me hantent sans répit, de jour comme de nuit… C’est comme s’ils se nourrissaient de chaque fragment de raison, de chaque parcelle de bonheur… » Ses démons. Ces spectres qui n’existaient que pour la tourmenter, ces manifestations oniriques qui puisaient leur énergie dans ses souffrances, vampires insatiables qu’elle armait inconsciemment de ses propres pêchés.  « J’aimerais les museler, les chasser, et puis je me rappelle qu’il s’agit du prix à payer pour mes crimes. » Les oublier ne serait-ce pas offenser davantage ses victimes ? Ne leur devait-elle pas chaque seconde de sommeil arraché ? Ne leur devait-elle pas de ressentir la peur se densifier dans ses veines, la honte et la culpabilité flétrir son âme ?

« Mon Dieu Valérian, où est donc passée la jeunesse dorée d’Athènes ? » sourit-elle avec une pointe de nostalgie, relevant ses yeux cernés de fatigue vers lui. « Quelques fois je… La frontière entre la réalité et l’illusion s’obscurcit et je m’interroge sur la véracité de ces souvenirs… » Ses réflexions divaguaient souvent, pétries d’incertitudes. Elle se demandait alors si les réminiscences de cette vie antérieure n’étaient pas qu’un mirage, d’improbables et surréalistes scènes façonnées de toutes pièces par son subconscient éreinté ? Avaient-ils vraiment existé autrement ? Avaient-ils été un jour différents des survivants impitoyables qu’ils étaient aujourd’hui ? La question restait en suspens, comme ces particules grisâtres qui virevoltaient, crachées par le brasier.

Elena laissa ses orbes d’ambre couler vers la bouteille entre ses jambes. D’un mouvement lent mais résolu, elle tendit le bras vers son ami. « Tiens. Ça m’aide à dormir. » Dormir d’un trait, d’un sommeil profond sans rêves. Elle n’en faisait pas une habitude, bien sûr, mais parfois, quand la fatigue se faisait ressentir trop durement, elle employait des moyens drastiques. Sa tête bascula doucement en arrière, sa nuque ployée dans le vide. Elle contempla un instant la nuée opalescente qui constellait le dôme d’encre qui les recouvrait.

« Tu veux m’en parler ? » lui demanda-t-elle, consciente que ses propres révélations risquaient de pousser le grec dans ses retranchements, et qu’il serait potentiellement moins enclin à se livrer à cœur ouvert. Elle tenait pourtant à l’écouter, à le laisser s’exprimer librement sans crainte d’être jugé ou condamné, par celle qui était inévitablement sa plus ancienne alliée, mais aussi celle qui partageait au moins un de ses fardeaux. Quoiqu’il en dise, Elena le connaissait suffisamment pour deviner les affres qui torturaient son cœur, après la perte brutale de Sasha. Aussi, elle se détourna des astres pour arrimer tout son intérêt sur Valérian.


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3237
Sujet: Re: Night owl   Sam 18 Juin 2022 - 18:29
Les sourcils légèrement froncés, Valérian plongea dans les yeux ambrés de son amie. Il porta une grande attention à ses confessions ; ayant conscience de la rareté de celles-ci. Elena ne se livrait qu’avec parcimonie, telle une forteresse qui gardait jalousement ses secrets, et seulement lorsqu’elle y était acculée. Un part de lui fut donc surprise de la facilité avec laquelle Elena se confia au sujet de ses démons : cet écoulement de doutes, de craintes, témoignant des affres terribles auxquelles la grecque était soumise, et qui l’arrachaient chaque nuit aux bras de Morphée.

Un silence glacé les enveloppait, que seul le crépitement des flammes faisait régulièrement tressauter. Au-delà du halo de lumière orangée que projetait le feu, se pressait une nuit absolue. Un mur de ténèbres auquel leurs yeux se heurtaient. Ils étaient seuls en cet instant, isolés du reste du monde : de la guerre, des horreurs incessantes de cette vie et des dilemmes déshumanisants qui les avaient chacun transformés de façon irréversible. Alors, dans le cadre de cette intimité, le grec écouta son amie la plus ancienne - la plus chère.

Le froid de la nuit s’engouffra entre eux, et Valérian porta sur Elena un regard qui voyait bien au-delà de son visage exténué. Un sourire sans joie retroussa ses lèvres. « Elle vieillit. » dit-il. « Et prématurément, je le crains. Quand je me regarde dans le miroir, c’est mon père que je vois. » Cette existence éreintante ne l’avait pas épargné : elle avait amaigri son visage, rendu ses yeux caves et creusé des rides dans son front et au coin de son regard. Les dents du grec se dénudèrent davantage. « Mais sois rassurée, tu ne ressembles pas encore à ton paternel. Tu accuses le poids des années bien plus gracieusement que moi. »    

Aux réflexions d’Elena, une ombre traversa ensuite son regard. « Moi aussi. Sans toi pour me la rappeler, cette époque ne serait guère plus qu’une chimère à mes yeux. » D’autant plus que ses souvenirs se délitaient de jour en jour, comme une figure de sable dont la forme deviendrait floue, imprécise. S’il s’y était longtemps raccroché avec obstination, le grec les laissait désormais partir à la dérive, engloutis par le néant de l’oubli, tandis qu’il embrassait l’irrévocabilité absolue de cette vie. « Nous étions très différents alors. » ajouta-t-il d’un air presque égal en attrapant une branche pour tisonner le feu.

Ses prunelles noires transpercèrent alors son amie. « Ces démons dont tu parles, nous en portons tous le poids. Hormis les salopards de la pire espèce, dénués de scrupules, personne n’en est épargné. » Il s’exprimait sans détour avec une franchise brutale, teintée d’amertume. « Rappelle-toi seulement que si tu n’avais pas pris ces décisions, les conséquences auraient pu être néfastes pour toi et ceux que tu aimes. Ces démons ne sont pas le prix à payer pour tes crimes; mais pour ta survie, Elena. » Aussi froid que fut ce constat, il était véridique ; personne ne pouvait prétendre avoir survécu jusqu’à présent sans avoir sacrifié son humanité au passage.

D’un bref hochement de tête, Valérian remercia Elena et porta la bouteille à ses lèvres dans un geste résolu. L’alcool ambré se déversa généreusement dans sa gorge. Il resta un instant silencieux devant la question de son amie, les yeux plongés dans la danse brasillante du feu. « Je l’entends constamment. » avoua-t-il soudain. « Sa voix. Elle me harcèle comme une mouche avec un boeuf, et ne me laisse aucun répit. Je ne sais pas comment la faire taire. »  

Il y avait un accent de détresse dans sa voix. Valérian secoua la tête et reprit avec amertume : « après que nous soyons rentrés de Colville, Sasha m’a supplié de quitter Seattle avec elle. De partir loin de la guerre, et de tout recommencer. Si j’avais accepté, tout aurait été différent. »


Every time that I look in the mirror, all these lines on my face getting clearer. The past is gone. Oh, it went by like dusk to dawn. Isn't that the way ? Everybody's got their dues in life to pay.


Awards:
Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1014
Sujet: Re: Night owl   Mer 13 Juil 2022 - 11:39

« Dieu merci, tu n’as pas son ventre. » souffla-t-elle, les yeux ronds, comme soumise à l’effroi suscité par ce souvenir épouvantable. « Et tu n’es pas comme lui. » Pour Valérian dont l’admiration qu’il vouait à son père était incommensurable, cela pouvait sonner comme une insulte, matérialiser un cuisant échec. Mais pour Elena qui n’avait jamais réellement éprouvé de sympathie pour cet homme trop carriériste, trop opportuniste, trop sévère et si peu présent pour ses enfants autrement que pour ses propres intérêts, elle voyait dans cette différence toutes les raisons du monde réunies pour estimer toujours davantage cet ami si cher. « Tu es meilleur homme qu’il ne l’est, sois en certain. » Peu importait le sang dont étaient drapées ses mains, l’obscurité qui rongeait pernicieusement son esprit, nulle certitude n’était plus solide que celle-ci : Valérian était un homme bon. Son cœur abritait des monts de générosité et de prévenance. Il avait bâti un groupe solide, un noyau dur qu’il s’efforçait de préserver, et pour lequel il effritait son âme déraisonnablement et sans limites. Il n’agissait pas par égoïsme, par orgueil, il se salissait les mains pour les siens, il se sacrifiait par conviction, par volonté de rendre justice.

Un sourire gorgé de mélancolie étira ses lèvres à la mention de son propre géniteur. La tendresse qu’elle lui portait était indélébile, puissante. Elle traversait les années sans faiblir comme un brasier vigoureux. « Je donnerais tout pour le revoir une dernière fois… » avoua-t-elle. Si demain devait clôturer son histoire, la douleur de cette absence surpasserait la crainte de son inévitable destinée, sans l’ombre d’un doute. « Nous l’étions, oui. Insouciants, solaires et sans peurs. » Ce dernier point en particulier avait bien changé.

Elena écouta son plus ancien et précieux allié avec déférence, la familiarité de sa voix s’infiltrant dans les galeries les plus inaccessibles de son esprit pour y distiller son message. Le grec avait la rare capacité de toucher et bouleverser les raisonnements de son amie. Mais cette fois, ses réflexions semblaient trop solidement enracinées, presque indélogeables. « J’ignore si elle vaut tous ces sacrifices. » Sa seule survie ne méritait pas autant de sang et de larmes versés, elle ne méritait pas toutes ces souffrances endurées et infligées, elle en était convaincue. « Peut-être qu’on se persuade qu’on agit pour les autres mais que nous ne sommes que des animaux dirigés par le même instinct primitif… » Le même réflexe, la même volonté sous-jacente de survivre, coûte que coûte. Se battaient-ils vraiment pour protéger les leurs, ou pour sauver leurs carcasses ? Aussi légitime était-elle, la seconde option rendait leurs crimes plus affreux qu’ils ne l’étaient déjà, elle révélait toute la laideur de leur âme flétrie, l’exposait alors à une lumière brûlante de jugement.

A son tour, l’ancien homme d’affaires se livra à de pénibles confessions déterrées, exposant alors Elena aux relents pestilentiels de cette souffrance en décomposition. Elle devinait toute son agonie suintante dans son timbre altéré par le chagrin, étouffé par les regrets. Elle sentit un frisson désagréable lui remonter la colonne vertébrale quand il évoqua Sasha. « Je crois que… Sasha continuera de te hanter tant que tu ne seras pas parvenu à te pardonner. Ce n’est pas elle qui t’accable, ce n’est pas sa voix qui te condamne, ce ne sont que des manigances tissées par ton subconscient, nourries par ta culpabilité. » La brune ne s’était pourtant jamais résolues à chasser ses propres fantômes, persuadée d’être coupable, persuadée de payer un prix encore insuffisant pour ses actes. Mais elle comprenait les rouages de cette illusion sadique. « Fuir Seattle n’aurait fait que retarder l’échéance. Ou la raccourcir. Le problème, le danger ne se limite pas à une zone, il est omniprésent, il dépasse les frontières. » Il n’existait pas de refuges sûrs. « Tu ne pouvais pas l’empêcher, Val. Crois-moi, tu ne pouvais rien y faire… » Elle avait posé sa main sur son bras pour trouver ses yeux, rattraper sa raison à la dérive. « On a commis des choses horribles, on mérite sans doute d’être persécutés pour des dizaines de crimes, mais pas pour ça. » Sasha avait été assassinée brutalement et sans véritable raison. C’était de la malchance. Rien sur lequel le grec ait une influence. « Sasha le savait. Ta famille le sait, et moi aussi. » Elle n’avait aucun doute là-dessus. Valérian aurait donné sa vie pour celle de la photographe. « Il faut que tu la laisses partir maintenant… Tout le monde a besoin de toi ici. » murmura-t-elle en plongeant ses prunelles ambrées dans les siennes.


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3237
Sujet: Re: Night owl   Mar 19 Juil 2022 - 17:04
Devant l’inébranlable foi que Elena plaçait en lui, Valérian garda le silence, le regard plongé dans les flammes. Quelques années en arrière, il aurait considéré comme un camouflet que la mémoire de son père soit entachée. Il avait toujours veillé à ce que soit respectée cette figure paternelle pour laquelle il avait eu une admiration sans bornes ; mesurant sa propre valeur à l’aune de son approbation. Il s’était régulièrement insurgé, défendant farouchement l’honneur de Giorgos. Pourtant, ce soir-là, les propos d’Elena l’effleurèrent seulement ; attisant sa lassitude comme une brise aurait soulevé des feuilles mortes.

« Peut-être. » souffla-t-il simplement. Quelle opinion Giorgos aurait-il eue de lui, à présent ? Il avait été tant déçu par sa décision de quitter Thessalonique, à l’époque. Après tout ce temps, les mots qu’il lui avait crachés au téléphone tombaient encore comme des couperets : tu m’abandonnes maintenant, et pour quoi ? Pour une garce qui ne veut pas de toi ? J’ai honte, honte de toi et honte pour toi !

À ce souvenir, le grec frémit subrepticement, assailli par le fantôme de cette colère - comme si son écho lui avait porté un coup. Il tourna ensuite son regard vers Elena dont l’expression s’était adoucie. Les lèvres étirées d’une risette tendre et mélancolique, elle paraissait plongée dans le souvenir de son paternel. « Il t’aimait énormément. » dit Valérian avec conviction. « Chaque fois qu’il parlait de toi, Nikola irradiait une fierté indescriptible. Tu étais la prunelle de ses yeux. » Il avait été plusieurs fois le témoin du formidable amour que cet homme portait pour sa fille. Une ombre traversa alors le regard de Valérian, comme si une mer obscure avait refermé ses bras sur cette heureuse réminiscence, l’éclipsant aussitôt. « Je doute que nous puissions un jour les revoir. » asséna-t-il avec amertume. « Tout ce que nous pouvons faire à présent, c’est espérer. Bien qu’il soit dangereux, de nos jours, de cultiver trop d’espoir. »        

Tandis qu’il attisait le feu, Valérian se figea aux propos teintés d’amertume d’Elena. Elle réfutait douloureusement son opinion, manifestement convaincue du caractère répréhensible de ses actes ; tout en émettant des doutes quant à la légitimité de sa survie. « Bien sûr que si. » la coupa-t-il brusquement, le regard vibrant d’intensité. « Ne t’avise pas d’imaginer le contraire, Elena ! Ta survie importe bien plus que tu ne peux l’imaginer. » Les doutes de la grecque avaient porté une estocade à la façade impassible de Valérian. Celle-ci se désagrégea, dévoilant brièvement le fourmillement de craintes qui parasitaient le grec. Devant le regard surpris de son amie, il se détourna prestement, l’expression renfrognée : « si tu as si peu d’égard pour ta propre survie, alors pense à ceux qui t’aiment. » reprit-il en attisant machinalement les flammes. « Tu es persuadée de ta solitude, du caractère inéluctable de ta destinée ; mais, pardonne-moi, Elena, ce sont des conneries. » Le ton du grec était féroce. Il était déterminé à arracher à l’esprit de son amie ces idées qui le gangrénaient depuis trop longtemps.

La tension de ses muscles disparut tout à coup, tandis qu’un profond soupir échappait à Valérian : « Tu t’es toujours battue pour les tiens ; sans considération pour ta personne, écorchant ton âme au passage. Au point que tu ne saches plus faire la différence entre des crimes et l’abnégation dont tu fais quotidiennement preuve. » Ce qui entraînait la grecque dans une spirale infernale, dont les flammes la dévoraient petit à petit. Valérian esquissa un sourire triste. « Tu portes le poids de ces horreurs pour en préserver ton groupe. Je n'y vois aucun égoïsme : bien au contraire. »

À l’évocation de Sasha, le visage du grec se durcit en un masque de colère. Les mâchoires contractées, il refoula obstinément les brûlantes émotions que lui inspirait sa mort. Il écouta son amie, feignant de trouver un quelconque intérêt au feu qui crépitait. « Peut-être que si ? » dit-il soudain dans une brusque expiration. « Peut-être que j’aurais pu faire une différence ? Si nous avions quitté Seattle à ce moment-là, nous n’aurions pas été obligés de vivre ce calvaire. Jamais ces salopards ne nous auraient capturés ! » Les mots s’écoulaient dans un flot incontrôlable comme du pus d’une blessure suppurante. Frénétique, le grec se tut finalement lorsque Elena posa une main apaisante sur son bras, capturant fermement son regard.

Ses paroles pénétrèrent l’épaisse frénésie qui s’était emparée de son esprit. En dépit des efforts de Valérian pour se maîtriser, des larmes apparurent à l’orée de ses yeux : « je ne peux pas la laisser partir. » avoua-t-il d’une voix rauque, l'expression hantée. « Sasha… elle faisait ressortir ce qu’il y avait de meilleur en moi, Elena. Elle canalisait mes pires instincts ; toute cette rage qui gronde en moi. Si je la laisse partir, j’ai peur de ce dont je serais alors capable. »


Every time that I look in the mirror, all these lines on my face getting clearer. The past is gone. Oh, it went by like dusk to dawn. Isn't that the way ? Everybody's got their dues in life to pay.


Awards:
Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1014
Sujet: Re: Night owl   Mer 20 Juil 2022 - 23:12
L’affirmation inébranlable de son ami éveilla une émotion palpable chez la grecque. Elle n’avait jamais douté de l’absolu et inconditionnel amour que lui avait porté son père ; il le lui avait témoigné à de nombreuses reprises et de bien des manières. Mais l’entendre réveillait des sentiments indélébiles, une flamme inépuisable qui faisait vibrer son cœur douloureusement. Elle savait que la probabilité de revoir ces hommes, cette famille qui partageait leur sang était infime, quasiment nulle. Elle avait fini par laisser s’épuiser l’espoir qui s’était doucement effrité, évanoui dans le néant pour disparaître complètement. Seule demeurait la puissance immuable de cette affection intemporelle. Aussi inexorable que la gravité. Aussi vraie que le soleil qui se levait à l’est pour achever sa course à l’ouest. « Il y a longtemps que je n’entretiens plus cet espoir-là… » sourit-elle tristement. « Je nourris seulement des regrets au sujet de cette époque. Si je n’étais pas partie… » Une ombre de culpabilité se déploya sur son visage. « Tu serais encore là-bas toi aussi, tu ne serais pas piégé ici avec moi, dans cet enfer… » C’était bien le plus grand remord cultivé par la jeune femme. Jamais elle ne se pardonnerait pour le rôle qu’elle avait joué dans la tragédie qui avait frappé Valérian. Jamais.

La brusque intervention articulée du grec surprit Elena qui eut un imperceptible mouvement de recul. Ses prunelles le sondèrent alors longuement, exerçant une pression impalpable sur le regard sombre du brun, saisie d’incompréhension face à cette réaction d’une soudaine agressivité. Qu’avait-elle bien pu dire de si condamnable ? L’étonnement avait figé ses traits et quand les connexions s’opérèrent dans sa forteresse mentale, un pli attendri creusa une fossette dans le coin de ses lèvres. Elle pencha légèrement la tête, bouche et cœur serrés devant la vive détresse de son plus ancien complice qui repoussait violemment l’opinion qu’elle couvait pourtant. « Val… » souffla-t-elle, l’expression désolée de n’être qu’une imposture, une illusion dont il ne voyait pas les défauts. Désolée qu’il s’obstine à croire qu’elle méritait son éternelle indulgence. « Je n’ai pas l’intention de vous laisser, tu sais ? » souligna-t-elle avec un mince sourire. Mais lui demander d’arrêter d’être elle-même, d’arrêter de prendre des risques pour les autres, d’offrir plus de considération à sa vie… Elle soupira. « Mais si jamais ça devait arriver… » Qu’elle disparaisse, pour de vrai cette fois. « Je veux que tu me promettes que tu n'arrêteras jamais de te battre. Et que tu emploieras chaque fibre de ton corps, chaque particule de ton existence à le faire. » Elle avait besoin de le savoir, maintenant plus que jamais. « Jure-le-moi. » exigea-t-elle d’une voix presque sèche, pressante.

La grecque fut alors bousculée, ébranlée par la profonde affliction qui torturait Valérian. Son regard s’était arrondi, transi par la crainte viscérale de le voir s’écrouler. Elle se redressa d’un bond, vint s’agenouiller près de lui, attrapant fermement ses mains entre les siennes, exerçant une pression ferme pour le forcer à la regarder. « Ecoute-moi. » Il le fallait. « Sasha ne méritait pas de mourir, pas de cette façon. Mais rien n’aurait pu l’écarter de son injuste destinée. Tu n’y pouvais strictement rien… » lui promit-elle. « Maintenant, tu dois la laisser partir. Quel qu’en soit le prix. » Elena était prête à laisser l’homme exorciser sa peine dans une démonstration de violence, à cracher toute l’obscurité qui asphyxiait ses poumons, déchaîner un brasier de vengeance si cela pouvait le sauver de cette lente et cruelle agonie. Tant pis pour les autres, tant pis pour le monde ! « Je sais qui tu es Valérian. Je sais quel homme abrite ce cœur, je n’ai jamais douté de ses intentions, de ses forces. » Elle avait posé sa main sur sa poitrine. « Tu es le seul à décider de qui tu veux être. » Sasha ne faisait que le lui rappeler. « Je refuse de te regarder te noyer avec un fantôme. » trancha-t-elle impitoyablement.


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3237
Sujet: Re: Night owl   Dim 14 Aoû 2022 - 23:37
Face aux douloureux remords d’Elena, Valérian tourna vers elle ses orbes noirs et la dévisagea un instant. La culpabilité avait terni ses yeux et durci la ligne de sa mâchoire. Elle s’attribuait de toute évidence la responsabilité de sa présence aux États-Unis, et en portait le poids depuis tout ce temps. « Nous avons déjà eu cette discussion. » lui dit-il d’une voix ferme. « C’était ma décision, Elena ; et la mienne seule. Ne t’attribue pas cette responsabilité, s’il te plaît. » Dieu savait qu’Elena portait sur ses épaules le poids de suffisamment d’horreurs comme ça ; et Valérian n’aurait pas supporté qu’elle se flagelle plus encore mentalement par sa faute. « J’ai choisi d’affronter cet enfer avec toi, et je ne le regrette pas. (des rides affectueuses se creusèrent au coin de ses yeux) Ici au moins, je peux garder un oeil sur toi pendant que tu t’obstines à vouloir sauver le monde. » S’il s’exprimait sur le ton de la plaisanterie, Valérian connaissait néanmoins la dangereuse propension de son amie à vouloir se sacrifier pour le bien d’autrui. Depuis le début de cette nouvelle existence, elle relayait continuellement son propre bien-être au second plan pour s’absorber pleinement dans des causes telle que la guerre contre New Eden.  

L’idée qu’elle put négliger l’importance de sa propre survie, et se sacrifier sans arrière-pensée rembrunit tout à coup le grec. L’amusement qui avait traversé son regard s’éteignit brusquement, comme on mouche une bougie ; et les traits de son visage se durcirent, tels des remparts résolus à contenir de violentes émotions. Le regard plongé dans les flammes, il sut à son silence choqué qu’Elena était déstabilisée. Elle reprit finalement la parole d’une voix prudente, mesurée, et le grec leva les yeux vers elle.

La mort de Sasha, aussi brutale qu’inattendue, avait dangereusement fragilisé les piliers de sa volonté ; et exacerbé chez lui la peur terrible de perdre ceux qui lui étaient chers. Aussi, la demande d’Elena renfrogna-t-elle plus encore le grec, soulevant dans ses entrailles des relents acides d’amertume et de dépit. « Comment peux-tu me demander une chose pareille ? » dit-il à mi-voix en secouant la tête, ce qui fit danser des ombres sur les méplats de son visage. La jeune femme ignorait l’ampleur des craintes qui fourmillaient derrière la façade rembrunie qu’il arborait en permanence. Elle ne pouvait pas imaginer la douleur immense, insupportable, que sa perte lui causerait ; ni les efforts titanesques qu’il lui en coûterait pour s’en relever.  

Un long silence tomba entre eux. Enfin, devant la pression qu’exerçait silencieusement le regard de la grecque sur lui, Valérian poussa un soupir résigné : « très bien, je t’en fais la promesse. » maugréa-t-il à contrecoeur en accrochant les orbes ambrés d’Elena. « Mais sache que je n’ai pas la moindre intention de rester les bras croisés pendant que tu t’exposes sciemment au danger. Tant que je respirerai, je m’assurerai que tu ne disparaisses pas prématurément, Elena Hortos. Et ne t’avise pas de mourir en martyr ! » dit-il soudain en brandissant un index menaçant sous son nez. « Ou bien je le jure : je te retrouverais dans l’au-delà, et que je te le ferais chèrement payer ! »  

Son expression sévère indiquait qu’il ne plaisantait absolument pas. Si la demande d’Elena lui avait inspiré un franc mécontentement, celui-ci se mua en puissant désarroi lorsqu’ils évoquèrent la mort de Sasha. Les digues de sa volonté ployèrent brutalement sous la force de son chagrin, si bien qu’il fut incapable de refouler tout à fait ses larmes. À sa grande horreur, elles affluèrent malgré ses efforts acharnés pour garder contenance en présence de son amie. Elena bondit aussitôt pour venir lui prendre les mains, et le grec hoqueta devant l’inébranlable foi qu’elle plaçait en lui : « oh, Elena… » fit-il d’une voix rauque.

Il serra maladroitement sa main entre les siennes, touché par sa sollicitude. « J’ai crié sur Reese. » avoua-t-il finalement d’une petite voix, encore sidéré par son propre comportement. « Tout à l’heure. Elle m’a avoué s’être mise en danger pour me retrouver, et ça m’a plongé dans une colère noire. Je me suis mis à lui crier dessus, et je…  » Il secoua la tête, abasourdi. « Je ne comprends toujours pas ce qui m’a pris. C’est comme si quelque chose avait pris le dessus - quelque chose de dangereux. » Le grec eut un petit rire caustique. « Il semblerait que je devienne finalement fou. »


Every time that I look in the mirror, all these lines on my face getting clearer. The past is gone. Oh, it went by like dusk to dawn. Isn't that the way ? Everybody's got their dues in life to pay.


Awards:
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Night owl   
Revenir en haut Aller en bas  
- Night owl -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: