The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 987
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Lun 23 Mai 2022 - 20:58
La foi que plaçait Sebastian en elle était incroyablement inspirante. La brune était persuadée, avec le recul, qu’il aurait su lui insuffler la force et la volonté nécessaires pour façonner cette dimension alternative dans laquelle elle parviendrait à s’affranchir de sa culpabilité dévorante. L’assurance de l’homme semblait si contagieuse qu’à ses côtés, la grecque s’était souvent sentie invincible, invulnérable, comme si rien ne pouvait l’atteindre trop durement sous la protection inconditionnelle de son amour. Elle le gratifia alors d’un sourire tendre, chargé d’une reconnaissance singulière, qu’elle lui réservait. « Merci Sebastian… » Pas seulement pour ces mots-là, d’un terrible réconfort encore, mais pour l’ensemble de ces mois passés avec elle, pour sa présence absolue et son soutien infaillible en toutes circonstances.

La curiosité infléchit un des sourcils de la jeune femme. Il ne lui avait pas tout dit ? L’impression que son ancien compagnon dissimulait un lourd et dangereux secret la terrifia aussitôt. Elle le dévisagea longuement, la gravité peignant son visage aux légères teintes de cuivre. Elle savait que rien ne saurait le convaincre de revenir au château tant qu’une menace planerait sur eux… Pour autant, se résoudre à le voir isolé et vulnérable faisait naître en elle une frustration et un sentiment d’impuissance sans pareil.

« Je crois que je serais nettement plus rassurée de te savoir basé à Kitsap plutôt que dans la nature… » glissa-t-elle en accrochant ses prunelles des siennes. « S’il faut te rémunérer au nom des Fuckers pour y travailler, c’est envisageable. » Il n’était pas question, bien sûr, de profiter de lui. « Val pourrait avoir besoin de tes compétences aussi… » songea brièvement Elena. Son ami se lançait dans une nouvelle aventure, le cœur et l’esprit gonflés de volonté, d’ambitions.

La brune acquiesça aux conseils toujours avisés du chef d’entreprise. Elle comptait bien rester vigilante dans sa collaboration avec l’avocat et Armand. A défaut de l’être pour elle-même, c’était pour la liberté et la sécurité des siens qu’elle agissait. Hors de question qu’ils souffrent de l’ambition de l’un ou l’autre de ses alliés de circonstance. « Je sais ce que je fais. » affirma la grecque. Du moins, elle l’espérait.

« Est-ce qu’il sait ? » Daemon. « Je sais que tu refuses de confier la sécurité de ta famille à quelqu’un d’autre et que tu es juste incapable de rester inactif mais… Est-ce que ce n’est pas contre-productif ? Je veux dire si chacun mène des actions dans son coin… » Elle se pinça les lèvres, cherchant le regard de Sebastian, avant d’esquisse un sourire et lever les mains en signe de reddition. « Bien chef. Je me plierai aux consignes. » fit-elle avant d’ajouter avec un air mutin. « Du moins, je vais essayer. »


Spoiler:


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
Le meilleur des trois
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2777
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Lun 23 Mai 2022 - 22:38

Est-ce que Kitsap est un lieu sur ? Tant que je resterais mort aux yeux du GM, je n’ai qu’a regarder derrière mon épaule et être attentifs. Mais si, d’aventure, il apprenait que « son baron » l’avait dupé, une fois de plus, et était bien en vie, je pense qu’il n’y aurait aucun lieu où je pourrais être en sécurité ou ne mettrais pas en danger les autres.

« Je crois que je n’ai pas envie de t’infliger une source d’inquiétudes de plus et que je vais écouter tes sages conseils. Des que cette mission sera régler, je vais rester ici le plus possible Quand a me payer pour vous rendre service au IF, n’y pense même pas. D’ailleurs, je te vois venir, ca commence avec une proposition innocente et ça va se finir avec toi qui vas vouloir que je te rémunère pour venir avec moi. »

Je lui fais un clin d’œil amusé en évitant de lui dire qu’a part en nature, je n’étais pas vraiment solvable. Par contre, je suis intéressé quand elle me parle de Valerian qui pourrait avoir besoin de moi. Le prix de ma survie dépendra de comment j’arrive a me vendre et me rendre utile. J’ai un savoir-faire utile par les temps qui courent, mais, a côté de ça, je suis incapable de chasser ou reconnaitre des baies dans la nature. Cela me rend très dépendant des autres groupes. Je suis pleinement conscient de la précarité de ma situation comme de la sanction dramatique si je me plante, heureusement que je ne suis d’une nature confiante dans mes capacités.

« Je compte sur toi pour me faire une campagne de pub digne de ce nom. »

Elena n’épilogue pas pour June, je ne sais pas si ça m’inquiète ou pas. Oui, je sais que la jolie Grecque a une tête bien faite et je l’ai déjà vue en négociation s’en tirer habillement tout en menant la danse, néanmoins, c’est avec un panier de crabes et de serpents qu’elle doit composer.

« Je suis confiant sur ce point précis Elena, mais, ne fait pas l’impasse sur toutes les précautions possibles. Surtout, n’oublie pas que je suis la si tu as besoin. Et tu as ma parole que je ne poserais aucune question si un jour tu me demandes de venir t’épauler.»


Elena n’a pas besoin d’être chaperonnée, ni dirigée, mais juste d’être soutenue pour aller au bout de ses idées et qu’on garde ses arrières quand elle est lancée. J’ai un rire amer quand elle me demande si Deamon sait ce que je compte faire avant de reprendre un air grave qui cache à peine mon ressentie quant à la situation. Je plonge mon regard dans le siens avisant que je lui fais confiance, assez pour lui confier un secret de cette famille dans laquelle je voulais la faire rentrer. J’ouvre sa portière pour la faire entrer galamment avant de prendre place coté chauffeur. Ce n’est que dans l’habitacle que j’arrive à lui répondre :

« Il faut que cela reste entre nous, si tu n’étais pas aussi proche, je ne t’aurais pas mis dans le secret. J’ai régulièrement eu Daemon au talkie. Ces femmes l’ont brisé, il a été traité comme un chien, torturé, et ca, pendant plus d’une année. Il est traumatisé, tu ne peux pas imaginer a quel point. Apprendre que ses tortionnaires sont de retour lui à fait un choc. Alors non, je ne lui en ai pas parlé, parce que je sais que ca l’aurait bouleversé et fait rappliquer. Sa femme a besoin de lui a ses côtés, et moi je ne peux pas le gérer quand il se décide à foncer sans réfléchir. »

Je connais Daemon, mieux que nos parents peut être, je sais a quel point il peut être pénible quand il est en colère ou blessé. La, il est les deux. Quand elle m’appelle chef et me dit qu’elle va se plier aux consignes, j’ai du mal à retenir mon rire. Elle temporise vite avec un « elle essayera ».

« Je me disais bien que je ne te reconnaissais plus. Pendant une minute tu m’as fait peur. Je vais me contenter de tes essaies, tant que tu ne t’enfuies pas dans un bâtiment en train de se remplir d’eau et de couler, je devrais survivre. »

La route se passe tranquillement, j’en profite pour lui raconter, avec humour, mes péripéties avec Olivia et aussi le fait que cette minuscule femme a réussi à me porter, sans cacher le fait qu’elle méritait une fessée, au moins. J’essaye aussi de profiter de ce temps pour en savoir plus sur les dernières aventures d’Elena ou avoir des nouvelles de ceux et celles restés au domaine. Il faut dire que nous avons presque 2 heures de trajets.

A mesure que nous nous éloignons de Kitsap, les ruines s’espacent, attestant que nous quittons les quartiers résidentiels pour arriver dans ceux, plus industriels, du nord de Seattle. C’est dans un quartier sans âme, banal, du genre que l’on voit un peu trop dans les périphéries des grandes villes que se situe notre cible. J’ai pris soin de prendre des routes détournées et gare ma voiture dans une ruelle, cachée par un ancien bâtiment qui servait d’appartement.

On a ce qui a été, dans un autre temps, une quatre voies a traverser pour arriver a la fameuse clinique vétérinaire. Le bâtiment a surement eu un certain charme a son époque. Maintenant, avec les dégradations du temps et du passage de survivants, il n’offre plus rien d’accueillant.  

La vitrine sombre a des larges baies vitrées crasseuses et cassées à certain endroit, avec des planches de bois qui couvrent toutes les fenêtres sur presque 2 m. Il y a un parking cabossé sur le devant du bâtiment et l’arrière, qui avait du être une sorte de jardin pour les petits pensionnaire, prend des allures de pampa luxuriante. J’observe un moment le lieu avant de dire a Elena :

« Je propose que nous faisions le tour du bâtiment pour rentrer a l’arrière. La probabilité que le lieu soit observé est à prendre en compte. Qu’en pense tu ? »



HRP:





Informations

La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent - Page 2 Img-1809-2
La clinique vétérinaire de Northeast est vaste bâtiment de 1951, tout en verre et en briquette rouge. Vue du ciel, il ressemble a un bloc de près de 200 m2. Pour le moment difficile d’en savoir plus en restant dans cette ruelle.

Tu as le droit a un jet de perception et aussi un d’intuition avant de décider de tes actions.

En cas de deplacement, si Elena et Sebastian veulent etre discrets, il faudra faire un jet sur leur agilité.




Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 987
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Mar 24 Mai 2022 - 22:21
Les confessions intimes du chef d’entreprise au sujet de Daemon arrachèrent un frisson d’effroi à la grecque. Si elle commençait à avoir une large idée des pratiques innommables perpétrées dans leur monde hostile, elle ne parvenait pas à s’y habituer pour autant. La cruauté dans laquelle semblaient se complaire certains survivants lui échappait toujours. Comme un mécanisme alambiqué qu’elle ne parvenait pas à décoder. Elle ne comprendrait jamais comment des hommes pouvaient alimenter leur plaisir dans la souffrance d’autrui…

« Elles ne lui feront plus de mal, Seb… » souffla-t-elle avec empathie et résolution. « On va s’en assurer. » A son jeune frère comme à sa belle-sœur et leurs enfants. Elena ne portait peut-être pas le nom des Brody, mais dans son cœur ils feraient toujours partie de sa famille proche. Aussi, suivre le brun n’était pas négociable. « Et je n’ai pas non plus besoin de rémunération pour protéger les miens. » rajouta-t-elle avec un sourire complice.

Son sourire s’élargit, se faisant plus mutin lorsqu’il rit, avant d’arquer un sourcil interrogateur. Un bâtiment inondé ? La curiosité hameçonnée, elle ne manqua rien de l’histoire tumultueuse de Sebastian et Olivia, franchement hilare à l’idée de ce bout de femme -plus petite qu’elle- portant l’homme sur son dos. « Voilà une scène que je regrette d’avoir manqué ! » rit la grecque, les yeux brillants d’amusement. « Et en même temps, je ne suis qu’à moitié étonnée ; Olivia s’est toujours montrée surprenante. Pétillante, espiègle, toujours volontaire et avec un caractère aussi, sinon plus tempétueux que le mien… Je l’apprécie beaucoup. » confia Elena, non sans nostalgie de cette époque partagée avec la cuisinière.

La jeune femme se prêta ensuite de bonne grâce aux questions du conducteur, lui révélant l’officialisation de la relation entre Faith et Aaron, la réaction explosive d’Edwin à la découverte de celle-ci, l’arrivée d’Isaiah au sein du camp, la volonté de reprendre plus activement le commerce en embauchant plus de main d’œuvre… Elle lui fit part avec plus de soucis du mutisme du petit Takeo. Précisa à quel point Peter était un père attentif et aimant. Chaque pensée vers le château ravivait une chaleur réconfortante dans sa poitrine. Comme un remède miracle contre n’importe quel mal. « J’ai hâte de les retrouver… » admit-elle avec un sourire tendre. Pour le reste, elle évoqua l’incident avec Stanley à l’arrivée de Valérian, la rencontre de Demetra qu’elle appréciait beaucoup… Elle se garda de mentionner Connor toutefois, ne souhaitant pas remuer le couteau dans la plaie.

Au terme de deux heures qui s’écoulèrent à toute vitesse, la voiture s’immobilisa devant l’ancienne clinique vétérinaire, et aussitôt, le ton redevint sérieux. L’esprit de la jeune femme cadenassa le superflu pour s’arrimer à la mission. « Tu lis dans mes pensées. » glissa-t-elle pour valider le plan. Elle s’extirpa dans la foulée du véhicule, avisant d’un regard inquisiteur les environs. « Ça semble vraiment désert… Les voitures sont HS, et il n’y a pas de traces de rôdeurs… » commenta-t-elle sans hausser la voix pour autant. Après son bref état des lieux sur le parking, elle se dirigea vers la droite du bâtiment, le menton sûrement trop relevé quand ses pieds butèrent dans une poubelle métallique qui chute et roula lourdement contre le bitume. Pas de quoi perturber Elena qui était focalisée sur la bâtisse. Elle poursuivit sa progression sur le flanc droit de la clinique...

Spoiler:


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
Le meilleur des trois
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2777
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Mer 25 Mai 2022 - 8:55

J’ai un regard noir comme j’en ai rarement quand elle me dit qu’on va s’assurer que les tortionnaires de mon frère ne lui feront plus de mal. J’ai tellement l’impression d’avoir failli quand je vois les marques qu’il porte ou son regard dès que le sujet de sa captivité est évoqué.

« Je n’ai pas été la quand il avait besoin de moi, je ne compte pas répéter cette erreur. D’une façon ou d’une autre, ces femmes doivent être mise hors d’état de nuire. Elles ont déjà fait trop de victimes.»


Les arènes de Portland ont été bien trop arrosées du sang de ceux qu’elles avaient livré comme du bétail au Grand Maitre. L’idée même que Daemon puisse être jeté dans cet enfer fait bouillir de haine mes entrailles.  Quel qu’en soit le prix, ça ne doit pas arriver. Je me détends un peu et offre un sourire plein de gratitude a Elena quand m’assure de son aide et qu’elle indique considère l’accident comme faisant partie des siens.

« Merci… mais n’oublie pas, nous allons d’abord en prospection.»


L’idée est de trouver tout ce qui nous donnerait une piste pour trouver ou elles se cachent. Le sujet d’Olivia apporte une bonne dose d’hilarité dans la voiture. Il faut dire que, faute de pleurer nos cadavres noyés ou écrasé, il y avait matière a rire de ces péripéties chaotiques.

« Je pense que tu aurais adoré voir ma performance de princesse en détresse sur talon. Quant à Olivia, c’est effectivement une femme comme on en rencontre que rarement. »


Et ce n’est peut-être pas plus mal pour que l’univers n’explose pas. La suite est plus teintée de nostalgie. J’ai appris a aimer tous les membres des IF et leur absence était un petit pincement de plus dans mon cœur déjà bien mal mené. Nombre de fois ou je me prenais à rêver que nos vies aient pris un chemin différent, que les Expendables ne soient jamais venue au domaine et que tout soit comme avant ce mois de décembre. Je suis plus inquiet pour le fils de Tori, avec la fin du dispensaire, trouver un pédiatre relève du miracle. Je n’ose imaginer l’inquiétude des parents.  Quand elle me dit qu’elle a hâte de les retrouver, c’est pensivement que je lui réponds :

« Je peux te comprendre… »

Au moins arriver devant cette clinique vétérinaire nous oblige a nous concentrer sur l’instant présent : si tout semble dégagé, je reste méfiant. Je connais un peu trop bien se groupe pour ne pas les savoir malignes. Nous sortons prudemment de la voiture pour aller vers l’arrière du bâtiment. J’écoute les commentaires pertinents d’Elena en opinant du chef.

« Il y a de fortes chances qu’il y ait eu du passage il y a peu. Regarde les marques de pneus sur le trottoir d’en face. Ca m’a l’air plutôt récent. »

J’observe plus attentivement autour de nous, ne distinguant rien de plus intéressant avant de sursauter a un bruit métallique. Non seulement Elena est partie avant moi mais elle vient de faire un boucan de tous les diables sans que ca ait l’air de l’émouvoir.

« Elena… »


Je soupire son nom dans ma barbe, mi amusé, mi désolé, en me demandant si je n’aurais pas dû lui dire de garder la voiture, comme si ca aurait servie a quelque chose d’essayer de la faire rester derrière, avant de lui emboiter le pas. J’avance en me courbant derrière les épaves de voitures, longeant les murs et évidant avec un art consommé, les anciennes poubelles en équilibres.

La vaste cour arrière à des allures de jungles tellement les herbes sont hautes et les arbres ont poussé de manière chaotique. Faute de trouver des lianes, c’est au sol et sans cris de tarzan qu’il va falloir traverser l’endroit jusqu’à une porte vitré qui, comme a l’avant du bâtiment, s’est retrouvée avec une planche clouée pour l’obstruer. Je sors mon arme et chuchote a la jeune femme :

« Je passe devant, je compte sur toi pour couvrir mes arrières… »

Je commence a avancer, attentif a tous les petits détails malgré une végétation qui m’arrive presque a la taille et se révèle parfois piquante. Fougères, orties, menthes sauvages et autres délices de mauvaises herbes dans lesquelles j’entends les bruissements d’animaux effrayés par notre passage. Un mort qui se tapis dedans pourrait être complétement dissimulé ce qui m’oblige a redoubler de vigilance.

« Suis bien mes pas. Au moins, je ne vois pas d’herbe couchée, cela doit faire longtemps que personne n’est passé par là. »

En arrivant vers la porte arrière, il y a de plus de « détritus au sol. Boites de conserves rouillées, déchets de tous genre, bout de tissus, morceau de plastique et des os, beaucoup d’os. Je me baisse pour les examiner rapidement. C’est ancien, mais aussi humain.

« Je crois que l’on sait ce qu’elles ont fait des cadavres… »


Je ne sais pas si j’espère ou redoute trouver une de ses femmes dans la clinique.  Toujours l’arme à la main, nous arrivons a la porte, je n’ai aucun mal a coupé la chaine avec une pince que j’avais pris tout en commentant avec un sourire calme malgré ma concentration extrême :

« Au moins, elles ont l’air moins portées pièges que les Sinners, c’est une bonne chose mais restons prudent à l’intérieur. Mes cotes ne supporteraient pas de nouvelles projections… »

J’ouvre la porte qui grince sinistrement vers un intérieur sombre et odorant avant de rentrer dedans l’œil ouvert et la lampe allumé. L’intérieur est baigné de poussière et nous sommes dans un couloir qui semble desservir plusieurs pièces. Par réflexe, je décroche le petit tableau de plan d’évacuation que je dépoussière avant de le tendre a Elena :

« Ca nous aidera, on va essayer d’être méticuleux. »


D’après le plan la clinique se compose de 5 salles de consultation, 2 d’opérations, un vaste lieu commun pour les petits pensionnaires qui devaient passer une nuit ou plus, une salle d’attente, un grand hall d’accueil, une salle de pause pour le personnel et des toilettes, en plus de petit espace de stockage pour la maintenance, les médicaments, le matériel médicale etc…  Bien évidemment, l’endroit a déjà été fouillé et surement dépouiller de tout ce qui était « médicale ». Parce que j’ai confiance en l’instinct d’Elena et que je suis désireux de mener cette opération « mains dans la mains », je lui demande :

« Tu veux commencer par où ? »


HRP:




Informations


Avant de commencer tu as le droit a 2 jets de perc et 1 d’intuition.

Lance un D6 et commence un compteur avec ce chiffre sur chaque RP

Sebastian te fait confiance et semble te proposer de faires plus que simple porte lampe. Reste à savoir quelle pièce Elena veut fouiller en priorité, si elle arrive a s'orienter.
rappel du plan:


Règles de fouilles du lieu. A chaque tour tu peux lancer un jet de perc, si celui-ci passe, tu relance un 1d6 :

1) Tu trouves un objet utile et rare
2) Tu trouve un objet utile
3) Tu trouve un objet utile mais cassé
4) Tu trouves un objet commun
5) Tu trouves des choses répugnantes
6) Tu trouves quelque chose de pas agréable que je vais tirer au sort





Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 987
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Mer 25 Mai 2022 - 22:38
Elena arqua un sourcil interrogateur quand son prénom soufflé harponna son attention. Quoi ? Elle dévisagea le brun derrière elle avec une totale incompréhension avant de le laisser passer devant, vers ce jardin sauvage profusément paré de feuillages aux multiples nuances de vert. La végétation dense s’était propagée, élevée dans une vertigineuse ascension pour réaffirmer sa domination. Son arme à la main, collée contre sa jambe, la jeune femme talonna de près Sebastian, calquant minutieusement ses pas dans ses ornières, silencieuse et disciplinée. « Ils n’ont peut-être pas notre goût de l’exploration tropicale… » répondit-elle dans un murmure, grimaçant légèrement lorsqu’une ortie érafla son bras, suscitant aussitôt de vives démangeaisons sur son épiderme rougi. Ceux qui étaient passés par là avant eux ne s’embêtaient sûrement pas à faire le tour pour aller et venir dans la clinique.

La présence de détritus éparpillés confirma l’occupation au moins temporaire des lieux. Quant aux ossements dépareillés qui jonchaient le sol, le chef d’entreprise en certifia l’origine après une brève mais consciencieuse observation. Des restes humains. Beaucoup trop. Elena échangea un regard lourd de sens avec son ancien compagnon, un vif et violent ressentiment s’insurgeant derrière ses iris de cuivre. C’était donc là le traitement réservé à leurs victimes ? Aux plus faibles ou aux plus récalcitrants ? Soucieuse de garder la maîtrise de ses émotions, la grecque détourna les yeux, se drapant d’un sang-froid coutumier pour poursuivre son chemin. « J’aurais deux mots à leur dire si on leur met la main dessus… » siffla tout de même la brune avec aigreur. Divas, Oblivions ou Sinners… Pour elle, tout se confondait désormais. Ils étaient tous les mêmes ; des opportunistes aux âmes viciées, démoniaques.

« J’ose espérer que tu as pris le temps de te faire ausculter avant de m’entraîner faire ce safari ? » réagit aussitôt la jeune femme en avisant d’un œil sévère et soucieux l’aîné Brody à ses côtés. « L’inquiétude ne justifie pas la négligence. » rappela-t-elle, non sans afficher une expression fâchée. Sebastian souhaitait peut-être protéger sa famille, mais serait-ce vraiment productif s’il se blessait plus sérieusement parce qu’il reléguait sa santé au second plan ? Avec un soupir de circonstance, Elena lui emboita le pas à l’intérieur, tendant le bras pour s’emparer du plan qu’il lui confia. Elle plissa les yeux pour s’orienter, avant de désigner les salles de consultation en tapotant dessus. « J’espère qu’on n’aura pas de mauvaises surprises… » Des victimes abandonnées à leur sort par exemple… Elle se dirigea facilement vers lesdites salles, traversant le couloir qui y menait sans rien relever au passage.

En poussant la porte d’une des salles de consultation, l’odeur de renfermé lui saisit les narines. Elle s’avança dans la pièce, le regard balayant circulairement l’endroit désert avant de buter sur un bout de plan sur le sol. La brune s’avança avec la volonté qui était sienne, courbant le dos pour venir cueillir du bout des doigts le morceau plastifié quand une poigne vigoureuse lui attrapa brusquement la cheville, lui arrachant un hoquet de surprise. En quelques secondes, le silence fut dévoré par un vacarme assourdissant, la silhouette partiellement dissimulée du rôdeur s’agitant dans tous les sens, faisant trembler le meuble en métal qui le retenait encore, entravait suffisamment ses mouvements pour l’empêcher de mordre dans sa jambe captive. L’adrénaline se cristallisa dans ses veines, mais malgré ses efforts, Elena ne parvint pas à se défaire de son nouveau prétendant un peu trop enthousiaste…

Spoiler:


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
Le meilleur des trois
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2777
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Mer 25 Mai 2022 - 23:45

C’est l’hôpital qui se fout de la charité. Elena, qui fait toujours passer tout le monde avant sa santé est en train de me faire un reproche parce que je fais comme elle ? Lui rendant son regard, quand je tentais de la faire manger ou prendre soin d’elle, mais qu’elle refusait avec cette mauvaise foi mutine qu’elle manie si bien, je lui réponds, alors qu’elle me demande si je me suis fait ausculter :

« Dès que je trouve un médecin qui prends des nouveaux patients, je m’engage a consulter. »

Je ne pense même pas qu’il y a un soigneur sur Kitsap et pas la peine de dire que dans les ruines que j’ai fouillées pendant des semaines, je n’ai pas vue l’ombre d’un dispensaire. Une chance que je sois de constitution solide. Plus sérieusement, comprenant l’inquiétude réelle de la jeune femme, j’ajoute, avec un sourire qui se veut apaisant :

« Si j’avais estimé que je n’étais pas en état, non seulement je ne serais pas reparti, mais, surtout, je ne t’aurais pas entrainé avec moi. »


Je suis de ceux qui calculent les risques et n’acceptent pas d’en faire prendre aux autres si cela n’est pas nécessaire. Je regarde avec attention le sol alors que qu’Elena prend le plan en main. Je passe ma main et ramène peu de poussière. Quand elle me dit qu’elle n’espère pas de mauvaise surprise, j’ai le visage grave et le regard pensif.

« Il y a eu beaucoup de passage dans ce couloir, et c’est plus récent que les os dehors… »


Ca n’a aucun sens. On a bien vu, avec la végétation, que personne n’était passé par la cour extérieur depuis des semaines au moins. Alors, quel intérêt à aller jusqu’à la porte qui le dessert ? Je scrute la porte, avisant d’un trou, au ras du mur, fait dans le mur sans réussir à saisir si cela a un intérêt.

« Par curiosité le coté droit du couloir donne sur quelle pièce ? Ce n’est peut être rien mais j’aimerais vérifier quelque chose.»


Je suis Elena avec un air soucieux et un instinct qui me dit qu’on a loupé quelque chose d’important. Je ne suis pas loin de demander à repartir et fissa, mais je me raisonne en me disant que sans la présence de la Grecque qui me trouble toujours, je saurais garder la tête plus froide. Nous arrivons dans ce qui a dû être une sale de consultation, les tiroirs et placards ont simplement été arrachés, la table de consultation est couverte de sang séché qui semble dater. Je pense voir des bocaux intéressants mais leur contenu est tellement moisi que je préfère rapidement les reposer. Je suis à mon inspection quand le hoquet de surprise d’Elena me fait tressaillir. J’ai un moment d’effroi en la voyant aux prises d’un mort, se débâtant sans succès.  

« Elena !!! »

Sans réfléchir, craignant de voir la mâchoire du mort se refermer dans les chairs délicates de la femme que j’aime, je bondis pour lui attraper le bras, risquant au passage une morsure mais la dégageant de son étreinte. Puis, avec le manche de ma batte, je cogne dans la tête de créature. Il me faut plusieurs coups avant que sa boite crânienne. Inquiet, je me tourne vers elle pour la prendre dans mes bras :

« Ca va ? Tu te sens comment ? »

J’ai du mal a redescendre de ma montée de stress et reste a la dévisager avec appréhension.

HRP:




Informations


En fonction des actions d'Elena, je te dirais les des a lancer. Les règles de fouilles restent en vigueur.

Règles de fouilles du lieu. A chaque tour tu peux lancer un jet de perc, si celui-ci passe, tu relance un 1d6 :

1) Tu trouves un objet utile et rare
2) Tu trouve un objet utile
3) Tu trouve un objet utile mais cassé
4) Tu trouves un objet commun
5) Tu trouves des choses répugnantes
6) Tu trouves quelque chose de pas agréable que je vais tirer au sort





Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 987
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Jeu 26 Mai 2022 - 22:52
« Hm. J’oublie que j’ai affaire au plus responsable des Brody, c’est vrai. » sourit brièvement la brune, sans remettre en question un seul instant les propos de l’homme. Il n’aurait jamais risqué la vie de la grecque dans un hasardeux pari sur l’endurance de sa condition physique s’il n’était pas sûr de pouvoir veiller consciencieusement sur elle. En cela, il l’avait prouvé à d’assez multiples reprises pour qu’elle n’en doute pas.

Elle baissa le nez vers les traces de pas éparses au sol, les sourcils froncés. « Des morts tu crois ? » Tant qu’ils ne rencontraient pas de supers rôdeurs immortels, Elena préférait ce genre de comité d’accueil à une équipe de gros bras hyper protéinés… Elle vérifia sur le plan la pièce qui attirait l’intérêt du chef d’entreprise, son doigt serpentant sur la surface plastifiée. « C’est… le chenil pour les pensionnaires. » Manifestement un grand espace qui, l’espérait-elle, avait pu être vidé de ses locataires à quatre pattes depuis…

Dans la salle de consultation, l’inquiétude succéda à la surprise lorsque Sebastian surgit devant elle pour l’arracher à la poigne carnassière du rôdeur. En voyant les dents ensanglantées claquer dangereusement près de sa jambe, Elena sentit son cœur rater un battement, sa respiration coupée aussitôt, comme si le temps se suspendait à l’instant présent. Ses yeux arrondis d’effroi s’étaient figés sur la scène terrifiante, et un soulagement indescriptible s’empara d’elle quand il parvint, non sans insister, à mettre définitivement hors d’état de nuire la créature affamée. Ses bras s’enroulèrent instinctivement autour de sa silhouette quand il vint vers elle pour s’assurer qu’elle allait bien. « Oui… Il n’a pas eu le temps de… Et toi ? » s’inquiéta la brune, son regard coulant mécaniquement vers le bas de son corps. Ses yeux furent ainsi accrochés par un détail… Elle s’accroupit précautionneusement, à bonne distance du cadavre , au cas où…

« Regarde… Il est menotté… » Son regard glissait sur le corps en décomposition, encore frais. « On dirait qu’il a été brûlé. » Un rictus à la fois dégoûté et affligée troubla ses traits. En se redressant, elle put identifier la source de tant de souffrances. Elle saisit les pinces crocodiles, les scrutant avec un mépris à peine dissimulé. « Comment peut-on faire endurer ça à des êtres vivants ? » Elle repensa forcément aux stigmates sur le corps de Connor, à l’histoire de Daemon, et une vive colère lui brûla la poitrine. « Il n’a pas l’air très vieux… » Depuis combien de temps était-il resté attaché là ? Abandonné, assoiffé, désespéré ?

Le duo reprit ensuite son inspection, et la grecque s’avança vers une armoire. En l’ouvrant, un nouveau hoquet de surprise fit vibrer sa gorge alors qu’une nuée de rats s’extirpèrent avec urgence du placard, forçant Elena à bondir en arrière. Les nuisibles se dispersèrent à toute vitesses dans les artères de la clinique dans un crépitement morbide. « J’ai comme l’impression que ce n’est pas ma journée. J’aurais peut-être mieux fait de rester profiter du soleil à Kitsap. » souffla-t-elle, un maigre sourire en coin un peu désabusé. « Suivons plutôt ton instinct. Le mien semble m’avoir posé un lapin aujourd’hui. » sourit-elle en tâchant de rester optimiste.

Ils gagnèrent ainsi la pièce adjacente au couloir dans un silence à peine troublé par les gémissements des rats qui s’évanouissaient doucement. La même odeur âpre de mort mêlée à celle de l’humidité et du renfermé les accueilli. Certains pensionnaires semblaient oubliés ici depuis longtemps… Elena fit prudemment le tour de la pièce, scrutant le sol à chaque pas pour ne pas se prendre dans un piège funeste. Il y avait un amoncellement de vêtements et autres effets personnels, probablement confisqués aux prisonniers. Des traces qui striaient le sol. Des objets lourds qui avaient été déplacés sûrement, sur lesquels Elena attira l’attention de Sebastian d’un mouvement de menton. Et puis…

« Qu’est-ce que c’est ? » interrogea à mi-voix en désignant un fil distendu qui perforait le mur jetant sur le couloir. De ce côté-ci, il semblait avoir été sectionné. Soigneusement, la jeune femme suivit donc l’autre côté en remontant progressivement pour tomber sur un étrange mécanisme aux rouages complexes qui la laissèrent perplexe un moment. Elle le décortiqua des yeux, s’arrêtant sur le talkie scotché à l’appareillage bricolé. « ça t’évoque quelque chose ? Tu as déjà vu des dispositifs pareils ? » Sous-entendu, avant, chez les Oblivions par exemple.

Spoiler:


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   
Revenir en haut Aller en bas  
- La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent -
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: