The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
Le meilleur des trois
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2777
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Mer 1 Juin 2022 - 19:28


Les deux divas restent suspendues aux lèvres de la joueuse de flute grecque, comme attendant avec impatience la conclusion d’une histoire palpitante. Dès qu’il est questions d’un passeur, le duo a les yeux qui s’écarquillent. La meneuse reste pensive et inquiète, alors que son ami semble comprendre quelque chose :

« Putain, je le savais que c’était pas une rumeur pour les fuites de Portland…
- Je te conseille de ne jamais en parler a haute voit, surtout avec le Baron pas loin. A moins que tu ne veuille rester a Portland pour juger toi-même de la facilité pour s’enfuir. »


La voix de ma meneuse est tranchante et elle suinte quelque chose d’étrange chez une femme de son gabarit : la peur. Visiblement la seule perspective d’être au courant d’une faiblesse des Oblivions la terrifie et elle regarde la petite grecque comme si c’était une barre radioactive.

« Mais ca tient la route ! Une mission en solitaire pour la récupérer sans que personne ne sache…

- Pour la dernière fois… tais toi ! S’il nous entend, plus personne ne pourra rien pour nous. »


L’autre semble enfin réaliser la situation et, l’espace d’une seconde, Elena peut sentir leur grande envie de la voir disparaitre en disant ne jamais l’avoir rencontré. Malheureusement, la carte Alessandra semble leur tenir a cœur, presque plus que le risque que les Oblivions sachent qu’elles connaissent un de leurs secrets. La suiveuse semble convaincue par tout ce qui sort de la bouche de leur prisonnière :

« C’est vraiment une petasse… nous aussi elle nous l’a bien fait à l’envers. Je ne comprends pas pourquoi Azuka veut encore dealer avec elle… »


La meneuse, elle, est plus en retrait et garde un silence gênant alors que ses yeux froids glissent sur la femme suppliante devant elle. Sa façon de la dévisager, sans donner d’indice sur ses pensées, ne peut que mettre mal a l’aise.

« Ca serait bien son genre, tu en penses quoi Martha ? »


La meneuse ne répond pas tout de suite, toujours observant Elena. Puis, avec une douceur sournoise de serpent, elle s’avancer et, sans prévenir, elle lui donne un léger choc de matraque. La douleur est terrible et irradie dans tout le corps de la jeune grecque comme des centaines d’aiguilles enfoncées dans ses os et sa chair. Impossible de rester stoïque pour encaisser cette charge, pourtant légère.

« Ce que j’en dis, c’est que je connais bien cette petite conne d’Alessandra. C’est une traitresse, oui, mais je ne la vois pas une seconde jouer aux passeurs avec les Oblivions, trop occupée a cacher son petit cul comme la flipette qu’elle a toujours été. »


Elle fait signe a sa camarde :

« Menotte là à un meuble métallique. »


Elena n’a presque plus de contrôle de son corps alors qu’on lui arrache son haut pour la coincer et la menotter sous une table métallique. La scène lui fait horriblement penser au corps trouvé en salle de consultation. La meneuse d’accroupie devant elle et, presque délicatement, lui explique :

«On va voir si tu nous ai utile avant de te donner au Baron… »

Devant la grecque, elle prend le talkie :

« Alessandra, c’est Martha…. Je sais que tu m’entends, du moins, j’espère pour Elena que tu le fais. Elena, dit bonjour a Alessandra. »


Elle tend le talkie vers Elena tout en appliquant la matraque sur le meuble. Il y a d’abord le claquement de l’arc électrique qui se fait et puis, tout n’est que souffrance. La douleur est terrible, violente, sournoise : impossible de retenir des cris alors que toutes les fibres du corps d’Elena est soumis aux pires tourments. Avant que la prisonnière ne puisse gouter a la trêve d’une perte de conscience, elle s’arrête puis, reprends avec la maitrise d’un bourreau aguerri qui compte bien faire durer le plaisir. Elle le fait à deux reprises avant qu’une petite voix se fasse entendre, presque suppliante.

« Je suis la. Arrêtez !! Je ferais ce que vous voudrez, mais arrêtez !!! »


La diva lance un regard dédaigneux à  la femme suppliciée et lui crache:

« Tu vois que, finalement, tu nous a été utile. »


Puis, quitte la piece avec le talkie pour discuter ailleurs. La suiveuse va a la porte écouter sans faire plus attention a la Grecque mal en point.





Informations

Elena a été bien secouée (trois raté en endu dont un EC :p), pas assez pour s’évanouir malheureusement. Rien qu’imaginer reprendre un coup de matraque lui donne envie de vomir, mais, personne ne fait attention a elle, c'est peut être le moment de tenter quelque chose? . Reste a savoir son état. Lance 3 jet d’endurance:

3 réussites, tu as la tete qui tourne et la nausée mais tu te reprends vite, tu as un malus de 1 seulement sur tes prochaines actions
2 réussites, tu tremble de partout, tu as mal a la tete tu as un malus de 2 sur tes prochaines actions
1 réussite, tu vomis, tu trembles, tu as du mal maitriser la souffrance qui continue d’irradiée, tu as un malus de 3 sur tes prochaines actions
0 réussite, tu te sens comme une loque et arrive a peine a vomir sans t’étouffer. Tes yeux papillonnent et ce n’est qu’a la force de ta volonté que tu arrives a bouger tellement tout ton corps te fait mal, tu as un malus de 4 sur tes prochaines actions




Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 987
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Mer 1 Juin 2022 - 22:14
Derrière son masque de duperie, la grecque entrevoyait presque un faisceau fendre l’obscurité, la naissance d’un faible espoir de réussite dans cette impasse. L’une des deux semblait boire son récit fictif, réagissant impulsivement sous le regard impénétrable de la seconde. Elena scrutait avec une méfiance non feinte le duo, suspendue à leurs lèvres, le cœur battant à s’en briser les côtes. Une lueur inquiétante traversa cependant les orbes froids de celle aux commandes, comme un mauvais présage qui lui glaça le sang. Et sans lui laisser le temps de se ronger d’appréhension, elle s’était approchée, d’une lenteur trompeuse, vicieuse, avant qu’un vif courant électrique ne lui transperce le corps, lui arrachant un hoquet douloureux de surprise. Elle ferma les yeux, ses dents grinçant tandis qu’elle s’évertuait à lutter, à résister, au nom d’une obscure fierté profondément enracinée.

« Non faites pas ça… » Souffla la brune alors qu’elle réalisait que ses efforts venaient d’être balayés, calcinés en quelques secondes. Elle tenta vainement de se débattre, mais la poigne ferme et brutale de l’ancienne catcheuse ne pouvait souffrir d’aucune forme d’opposition physique de sa part. Le déséquilibre était incontestable. Avec une facilité à la fois déconcertante et irritante, elle la déposséda impitoyablement de son haut avant de la bloquer dans une position équivoque sous un meuble métallique. Elena se retrouva alors menottée, impuissante, et tristement consciente de la suite des événements pour elle… Quand la dénommée Martha s’approcha avec son talkie, elle ne put s’empêcher de la frapper d’un regard noir, d’une colère sourde et grandissante.

La mâchoire serrée, elle pria silencieusement pour que la raison rattrape Alex. Et si ce n’était pas un éclair de lucidité, que Daemon, Connor ou n’importe qui l’empêche de commettre une folie. Mais quand l’arc argenté crépita dans l’air, quand il heurta le métal, une décharge d’une intensité incomparable perça le corps partiellement dénudé de la grecque, imposant une souffrance intolérable à chaque particule de son être en combustion. Ses muscles se raidirent dans un réflexe compulsif, une série ininterrompue d’explosions sembla déferler sous son épiderme à vif. En dépit de toute volonté de résistance, de son orgueil cuirassé, la douleur physique fractionna l’espace clos de son esprit, et un cri plaintif lui racla la gorge. Le supplice renouvelé l’entraîna dans des octaves stridentes. Et, derrière la barrière aqueuse de ses prunelles écarlates, une peur instinctive la saisit quand la voix tremblante d’Alex retentit, comme un écho lointain qui tentait de se frayer un chemin dans les décombres épars de son mental brisé.

« Alex non ! » gronda la grecque en puisant dans ses dernières énergies. Mais sa tortionnaire semblait satisfaite, certaine d’avoir obtenu ce qu’elle désirait… Elle s’éloigna alors, l’abandonnant sans plus d’égard. Quelques minutes furent nécessaires pour qu’elle retrouve ses esprits. La sensation qu’un torrent de lave s’était infiltré dans ses veines se dissipait peu à peu, et son cerveau paraissait reconnecter doucement avec la réalité. Toujours attachée, nauséeuse, la brune savait qu’elle n’avait plus le choix : elle devait agir. Elle refusait de laisser son amie s’engouffrer dans un piège. Elle s’agita alors sous le meuble, dans l’espoir -vain- de le faire basculer, et le poids de ce dernier et ses défaillances physiques n’eurent pas vraiment l’effet escompté. Elle se fissura seulement l’arcade dans le coin du meuble, pestant à mi-voix.

Eprouvée par cette succession d’insuccès, cette série noire qui s’éternisait un peu trop à son goût, elle ferma les yeux quelques instants, plongeant son esprit dans un océan d’encre, une infinité de néant pour se concentrer.

« Hey… » Elle grimaça un peu, la gorge incendiée à force de hurler. « On va toutes les deux y perdre, t’en as conscience ? » Elle chercha à gagner l’attention de sa geôlière. « Le Baron n’est pas vraiment du genre prêteur avec ses jouets… Il vous fera payer ça, crois-moi… Il exigera réparation, c’est comme ça qu’il fonctionne… Et moi… Moi je préférerais encore que tu m’achèves maintenant plutôt que finir entre ses mains… » affirma la grecque, le visage empourpré. « Tu peux encore nous sauver toutes les deux… Si je disparais maintenant, il ne saura même pas que vous étiez impliquées. S’il comprend que vous m’avez torturé… Il pensera que vous essayiez de m’extorquer des informations sur Portland, sur lui… » Elle secoua la tête, l’air de dire que ce n’était vraiment pas une bonne idée. Elle resta figée, le regard rivé sur la femme.

Spoiler:


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
Le meilleur des trois
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2777
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Jeu 2 Juin 2022 - 14:27


Sebastian:


Elena n’est guerre vaillante de ces quelques minutes d’électrocution. Difficile a imaginer pouvoir subir ce genre de supplice pendant plus longtemps et pourtant, elle est certaine que ce n’était qu’un avant-gout de ce qu’avait subi Daemon et bien trop d’homme. Elle ne sait pas si Alex a entendu son « non » ou si elle en tiendra compte, mais le sourire aux lèvres de la suiveuse qui écoute à la porte la conversation de Martha lui donne une bonne indication de la tournure de la discussion avec les Divas.

Nauséeuse, ankylosée, la grecque est suffisamment alerte pour tenter de trouver une solution a cette épineuse situation car, une chose est sure, quoique ces femmes veulent faire a Alex, elles vont surement vouloir, aussi, faire du mal a leur prisonnière menottée. Il n’y a qu’a se souvenir du regard de Martha devant sa souffrance pour deviner qu’elle prend du plaisir a faire du mal.  Avec deux mains d’attachée et une poisse qui ne la quitte pas, Elena arrive a juste se blesser toute seule dans sa tentative désespérée de renverser le meuble.

Loin de s’arrêter a cet échec, le bras droit des IF se souvient de ses performance de joueuse de flute et tente de lancer un nouveau refrain. Ca tombe bien, la meneuse est occupée et il n’y a que sa camarade qui semble mieux savoir apprécier les airs de pipeaux. Dès qu’Elena commence a évoquer la menace qui plane sur tout le monde, la Diva parait en intense réflexion. Hésitante, elle se risque a une question :

« Tu… tu es un jouet du baron ? Tu… tu étais dans d’un harem ou un truc comme ça? »


Visiblement, Sebastian lui fait vraiment peur, assez pour qu’elle semble terrifiée a l’idée de partager le sort de la prisonnière. L’idée de la faire disparaitre a l’air de faire, de plus en plus, sa place dans son esprit terrifié, assez pour qu’elle sorte son arme et s’avance vers la prisonnière. Quelque soit le plan d’Elena, la femme ne s’approche pas beaucoup et c’est avec une arme a feu qu’elle escompte se débarrasser de la femme.

« Ta tête sera tellement éclatée que personne ne te reco… »


Il y a un bruit sourd de porte qui cogne un mur avec fracas presque en même temps qu’une détonation funeste, suivi d’une deuxième. C’est un nuage de sang qui brumise la pièce. La diva s’écroule mollement avec une tache rouge s’épanouissant sur sa poitrine et un petit trou entre les yeux, un plus énorme a l’arrière de son crane ouvert. Dans un silence étrange après ces bruits assourdissant, elle s’affale sur le sol et une flaque écarlate se forme alors que son regard vide reste fixé sur la femme menottée. On jurerait voir de l’incompréhension dans ses yeux morts.

A l’entrée de la pièce, six femmes étonnées sont là, mais c’est Sebastian qui est devant l’arme encore fumante a la main, le regard plus dur et déterminé que jamais. Si ses yeux coulent vers Elena, détaillant rapidement son torse, ses mains et son arcane, avec un éclat d’inquiétudes d’une rare intensité, il se reprend vite en se mettant entre elle et les divas. La tension qui s’abat est presque palpable, comme dans un mauvais western, toutes les armes sont levées. Les Divas tiennent en joue Sebastian qui lui vise la plus grande d’entre elle. Elle est presque plus haute que lui et a autant de carrure que feu Bruce.  Elle semble des plus agacées et si le ton de Sebastian reste courtois, il suffit de bien le connaitre pour devenir la fureur glacée qui se cache derrière :

« C’est quoi ce bordel Baron !!?
- J’allais vous retourner la question Katy, auriez vous essayé de me doubler?
- C’est qui cette fille ? »


Un léger blanc tombe. Pour Elena, c’est évident que Sebastian est bloqué, incapable de deviner ce qu’elle a pu dire ou non. Dans cette poudrière, un seul faux pas et ca sera l’embrasement. A 6 contre 1, les statistiques ne sont pas en faveur de l’ex Oblivion. Les regards vont, de tours a tours a la femme menottée et l’homme devant elle.

« Je n’ai pas à vous répondre et je vous conseille de la détacher rapidement.

- C’EST QUI CETTE FILLE ? »


Cette fois ci, pas de pirouettes cacahuète dans le chapeau de Sebastian, la femme de haute sature exige et ses traits montrent bien qu’il lui faut des réponses. Elena ne voit pas le visage de Sebastian, mais rien qu’a sa posture, il ne lâchera rien, c’est une évidence.




Informations

Elena, les choses sont parties vites en escalade et, visiblement, ce n’est ni Seb ni la Diva qui l’interrogent qui vont savoir faire le pas de coté pour apaiser les choses. Sebastian joue, justement, sur l’esbroufe, reculer et ça sera fini de sa couverture, la Diva est devant ses pairs, faillir et ça sera perdre son autorité.

C’est le moment d’avoir une idée, et une bonne. Tu sais déjà comment jouer de la flute. Tu peux aussi, essayer un jet de perc pour voir quelque chose de discret dans ta position, mais qui échappe a tous les autres. Après, tout reste possible, a toi de voir la meilleure stratégie pour Elena dans son inconfortable position.




Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 987
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Jeu 2 Juin 2022 - 22:23
« Tu es prête à parier ta vie sur le fait que le Baron Rouge, bras-droit du Grand Maître, ne découvrira pas la vérité ? J’espère pour toi que votre Alessandra sait tenir sa langue, qu’elle n’a pas déjà répandu la nouvelle… » siffla la brune avec un pli narquois. La Diva semblait prise entre deux feux, sans certitude de ce qui serait le pire scénario pour elle. En proie à un cruel dilemme, elle n’avait pas baissé son arme, les traits défigurés par la frustration, la colère, et l’hésitation. Elena sursauta brusquement quand la porte s’ouvrit à la volée dans un fracas, son cœur trébuchant dans sa poitrine. Deux puissantes déflagrations retentirent violemment dans la pièce, et sans qu’elle ne comprenne immédiatement, la silhouette massive qui la menaçait l’instant d’avant s’effondra devant elle. Une mare écarlate auréola rapidement sa dépouille encore chaude, et un silence glaçant s’abattit.

Elena resta un moment statique, les lèvres entrouvertes, le regard figé sur le corps inerte de sa geôlière, peinant encore à réaliser ce qu’il venait de se passer. Elle releva alors ses yeux écarquillés vers Sebastian, puis vers les femmes derrière lui. Venait-il de se compromettre ? Peut-être pas, mais il n’y avait plus qu’une option : aller jusqu’au bout de cette comédie grotesque qui avait déjà semé la graine du doute dans l’esprit de deux de ces femmes. Pourquoi pas les autres ?

« Non… Non… Pitié, ne le laissez pas m’emmener, ne le laissez pas me ramener là-bas ! Je préfère plutôt mourir ! » s’épouvanta la grecque en s’agitant sous son meuble, comme si elle venait de voir un fantôme, ses mains s’écorchant entre les menottes alors qu’elle se contorsionnait nerveusement. Quand Sebastian exigea qu’on la détache, elle renchérit dans son numéro : « Je ne suis plus votre jouet, je ne veux pas, je.... je ne sais même pas où sont les autres, pitié, laissez-moi… » gémit-elle en osant un regard vers le Baron. Ils devaient être convainquant car Alex était peut-être déjà là, et il n’était pas question qu’elle subisse un traitement pareil. Elle continuait de se débattre avec ses entraves métalliques, un filet carmin glissant le long de sa joue. Elle posa un regard à la fois désespéré et implorant sur le chef d’entreprise. « Je… Si, je… Je sais où trouver Salem, elle… Elle n’est pas loin… Prenez-la elle, et laissez-moi tranquille s’il-vous-paît… » supplia-t-elle en accrochant ses orbes aux siens, espérant qu’il comprenne le message…

Alors qu’elle espérait que son manège porte ses fruits, une ombre l’interpella plus haut. Sans rien dire, elle jeta un regard discret vers sa cachette qui semblait abriter un invité surprise de plus… Elle ramena rapidement son attention sur les divas, sur Sebastian, troublée. Etait-ce ce qui lui avait attrapé la jambe plus tôt ? Un ancien prisonnier ? Le conduit était étroit, celui ou celle qui s’y cachait ne devait être guère plus épais qu’elle… Mais s’il ne s’annonçait pas, il était un complice potentiel, non ? Les suppositions s’imbriquaient furieusement sous ses mèches brunes.

Et maintenant ?

Spoiler:


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
Le meilleur des trois
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2777
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Dim 12 Juin 2022 - 12:11

Je reste à fixer Katy, en espérant avoir un air hautain et sur de moi, tout restant fermement entre les Elena et les Divas, l’arme pointée sur leur chef. La vérité est que j’ai mon cœur qui bat a 100 à l’heure de crainte qu’elles s’en prennent a Elena, tout ce que je peux faire dans cette situation sera de gagner du temps. Impossible de tirer sur mon ex compagne sans me tuer d’abord, mais une fois que je serais mort, que se passera t’il pour elle ? Il y a trop de scenarios tous aussi épouvantables les uns que les autres qui me vienne en tête.

Surement qu’il y avait meilleure solution a cette situation que ce que d’arriver et tuer la Diva, mais je ne pouvais pas rester de marbre en découvrant la femme que j’aime menottée, torturée et menacée. Mon pragmatisme naturel n’a pas fait le poids contre mon instinct et mes sentiments. Le pire, c’est qu’avec ce geste, je suis parfaitement conscient que je viens de la lier a moi de la pire façon qu’il soit si les choses viennent à s’ébruiter auprès des Oblivions. Une grave erreur tactique dont j’aurais tout le temps de me maudire si on survit à ça.

Le bouclier des Oblivions a beau être dissuasif pour le moment, il n’est pas infaillible. Si les Divas remarquent la moindre brèche, la moindre faiblesse dans le masque du monstre nonchalant et sans pitié que je suis censé être, ça ne sera pas que ma vie qui sera en danger. Qui plus est, je sais déjà qu’il y aura un prix a tout ça, un que je ne sais pas encore si je saurais le payer tant la facture risque d’être salée si ma survie arrive aux oreilles du Grand Maitre. Katy répète sa question, toutes les armes sont de sortie et ça risque de dégénérer à tous moments, on est dans une impasse. Je ne sais absolument pas ce qu’a dit Elena et ma lutte contre mon envie de me retourner pour prendre la Grecque dans mes bras semble m’anesthésier le cerveau.

Heureusement pour nous deux, elle est plus réactive que moi et ne manque pas d’esprit. Sa prestation me donne un léger frisson tant elle est crédible et difficile a entendre mais, au moins, subtilement, elle me donne la version qu’elle a servie a nos ennemies. Je me raidis imperceptiblement tant tout sonne si vrai mais j’ai le bon réflexe de jouer le jeu. Je ne me tourne pas vers elle, j’en suis incapable, je sais que si je la vois a nouveau dans cette position, je n’arriverais pas a garder le contrôle. Je donne le change en restant les yeux sur Kathy que le canon de mon arme pointe toujours comme le sien est sur moi, tout en répondant sèchement a Elena :

« Tu seras ce qu’on décidera de toi, alors tais toi avant que je te bâillonne. »

Je me risque a un regard furtif vers elle, cherchant ses yeux sans lui cacher un eclat de surprise inquiète, quand elle parle de Salem. Je sais très bien qui se cache sur ce surnom et je me doute bien qu’Elena n’en parlera pas par erreur. J’ai peur de comprendre comment ma belle-sœur est arrivée dans cette équation. Je me ressaisis rapidement et c’est a la chef des divas que je dis, avec une fermeté transpirant une assurance que je suis loin de ressentir :

« Ne me forcez pas a vous en dire plus, ca se finira mal pour tout le monde, maintenant, prions qu’elle ne soit pas abimée, remettez la moi et évitons un incident fâcheux pour les vôtres. »

Elena leur a donné suffisamment d’éléments pour brosser une explication implicite et justifier mon silence. Si c’est une évadée du harem du Grand Maitre, un cas sans précèdent, ca pourrait donner de la crédibilité a ma présence et à ma position de ne rien dire. Il y a ce moment d’hésitation ou, comme dans un jeu de roulette dans un casino, tout semble se jouer sans qu’on ne puisse plus rien faire que retenir notre souffle. Je reste mes prunelles dans celle de l’imposante Divas, prêt à vendre chèrement notre peau si les choses ne vont pas dans notre sens, puis, avec un réel soulagement que je me dois de dissimuler, je la vois baisser son arme. Je fais prudemment de même avec la mienne alors que les autres femmes nous imitent. La tension semble redescendre d’un cran. Kathy a presque un petit sourire complice que je m’efforce de lui rendre alors qu’elle s’excuse et donne ses ordres.

« Excusez nous Baron, on est jamais trop méfiant de nos jours. Vous autres, gérez le cadavre et détachez cette chose, assurez-vous qu’elle ne soit pas trop malmenée ou qu’elle ne s’enfuie pas.

- Je suis certain que vous saurez vous faire pardonner Kathy, néanmoins, je préfère m’occuper personnellement de ma proie.
- Nous avons des choses a discuter personnellement tous les deux et nous faisons d’une affaire personnelle »


Sa façon de me regarder et de poser sa main son mon bras est assez parlante, mais plus que je rester dans mon personnage c’est Elena qui attire toute mon attention. Elles a été détachée et , d’instinct, je vais vers elle et pose ma veste sur ses épaules, non sans appuyer sur le coté pour qu’elle sente bien l’arme qui est dans ma poche intérieur. Le ton se veux froid alors que mes yeux dans les siens lui disent le contraire.

« Crois, moi petite, quoique que tu tentes, je te jure que je crèverais les tripes a l’air s’il le faut, mais que tu renteras a la maison d’une façon ou d’une autre. »


A contre cœur, je laisse des femmes l’entrainer vers la porte avant alors qu’une autre Diva, Martha je crois, débarque comme si elle venait de gagner a l’euromillion :

« On tient Alessandra !! On a plus qu’a la cueillir. »

===============================================
Elena est tirée sans ménagement ni explications vers la sortie néanmoins, les regards vers elle sont assez étranges, comme mêlés de craintes ou d’envie qu’elle ne soit pas là. Elle se sent aussi observée par la silhouette dans les conduits. Deux Divas sont avec elle et en croise une de la même corpulence que la fameuse Kathy, a croire qu’elles ont été élevées au même biberon plein de stéroïdes.

« Il se passe quoi ? Il y a eu des coups de feu ?
-C’est le baron qui a pété un câble. On se doutait bien qu’avec les Oblivions ça ne pouvait pas se passer bien, et encore, on a pas le plus con du lot.
-Et ca ? c’est quoi ? »

Elle montre sans gêne Elena comme si c’était un simple objet :

« Une évadée et la raison de la présence du baron… faut qu’on la garde au chaud le temps que Kathy essaye de pécho je crois ou de trouver Alessandra, je t’avoue que je ne la suis pas la. Ce type lui fait tourner la tete, c’est presque a gerber.
- Crois moi, ca va pas durer, Asuka veut qu’on lui ramené l’Oblivion, je crois qu’il y a une merde. Sécurise la fille, je vais prévenir Kathy. »


Elena fini a l’arrière d’une des voitures, les mains menottées a l’appui tête, deux cerbères féminin a l’extérieur qui semble monter la garde. Si, pendant une seconde, elle se pense seule, rapidement, une petite voix venant de l’avant lui prouve qu’elle se trompe :

« T’es une méchante ? T’as fait quoi de mal pour être attachée ? »

C’est un très jeune garçon, il la regarde avec curiosité avant d’ajouté, avec un air un peu dédaigneux :

« Je pari que tu sais même pas te détacher toute seule. »





Informations

Elena, ton mensonge a été parfait et a su faire pencher la balance du bon côté, fort heureusement, mais te voila a nouveau séparé de Seb et avec pas mal de brides d’informations. On t’a mise dans une des 4 voitures devant la clinique vétérinaire. Tu es les deux mains menottées à un appui tête, dans un véhicule avec un garçonnet dans les 10 ans, a vu de nez, qui n’a pas l’air pressé de t’aider: juste curieux de te voir.

Déjà, tu peux, lancer un jet de perc si tu as essayé de regarder un peu mieux vers les conduits et un de pragma pour voir si tu as compris ce que Seb t’a donné avec sa veste, a savoir un pistolet dans sa poche intérieur.

Apres, en fonction de ce que tu veux faire, je te dirais les éventuels jet a lancer.




Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 987
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Lun 13 Juin 2022 - 22:01
Croiser le regard de Sebastian alors qu’il était si proche d’elle manqua de dissiper l’illusion qu’elle tentait difficilement de maintenir pour les sortir de cette mauvaise passe. Heureusement -ou pas- le contact ne s’éternisa pas, et la grecque fut prestement évacuée, le cœur lourd à l’idée d’être une fois de plus séparée du brun. Avaient-elles vraiment mordu à l’hameçon ? Impossible d’en être certaine et pourtant on l’entraînait déjà au loin malgré ses vaines protestations feintes. Une fois encore, le sentiment pesant d’être observée à travers la grille d’aération se mélangea au capharnaüm assourdissant qui secouait son esprit. Sur son passage, les visages semblaient partagés entre crainte et mépris pour sa pitoyable personne.

Une fois à l’extérieur, sa dignité partiellement protégée par la veste du chef d’entreprise, elle fut de nouveau toisée avec un dédain assumé, tandis que les deux divas parlaient comme si elle n’existait pas. Un terrible pressentiment saisit la brune quand son ancien compagnon fut mentionné. Et si sa couverture était compromise ? Et si elles le livraient au Grand-Maître ? Autant de scénarios qu’Elena refusait d’envisager. Elle avait la désagréable impression d’être entraînée vers un précipice, sans savoir ce qu’il attendrait en bas. Tout allait beaucoup trop vite. Ils avaient manqué de vigilance et maintenant ? L’homme qui était peut-être l’individu le plus recherché des Oblivions risquait d’être démasqué…

De nouveau réduite à l’impuissance, menottée à l’écart dans une voiture, la porte claqua sèchement derrière elle, l’abandonnant avec ses peurs… Une voix juvénile suscita chez elle un spasme de surprise, et elle retourna vers le jeune garçon un visage qui trahissait sa pensée. Que faisait un enfant ici ? Elle le dévisagea un moment, interdite, avant de secouer vivement la tête. « Non ! » protesta la brune en fronçant les sourcils. L’interrogation méritait en vérité réflexion puisque c’était surtout une question de point de vue. Mais le temps lui manquait définitivement pour philosopher. « Et toi ? Qu’est-ce que tu fais là ? T’es prisonnier aussi ? » questionna Elena alors qu’il semblait décidément bien sûr de lui, l’insolent. Elena haussa un sourcil, laissant couler ses orbes de cuivre sur ses traits étrangement familiers… « Et je parie que tu ne saurais pas le faire non plus. A ton âge, ça ne m’étonne pas. » rétorqua la grecque tout en essayant subtilement de manipuler l’appui-tête qu’elle parvint à retirer, suffisamment pour dégager les chaines de ses entraves métalliques et s’en libérer. Se faisant, elle avait maintenu le contact visuel avec le garçon, pour occuper son attention, et au-delà de certaines similitudes physiques, ce fut ce port de menton, presque suffisant, qui l’interpella.

« Comment… Comment tu t’appelles ? J’ai l’impression de t’avoir déjà vu quelque part… » souffla la jeune femme, quelque peu troublée. Se pouvait-il qu’il soit le jeune garçon perdu que Sebastian recherchait ? Un sérieux soupçon submergea Elena.

Spoiler:


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Inglorious Fuckers
Le meilleur des trois
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2777
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   Mar 14 Juin 2022 - 13:41

L’enfant semble prendre de très haut la femme qu’on lui a imposé dans la voiture, en fait, il a tout du gosse qui a été trainé de force a un repas de famille et se fait chier comme un rat mort. Il arque un sourcil au « non » de protestation de la prisonnière. Avec un ton proche du « gnagnagna » tellement les choses lui semble évidente, il tranche avec un air de « c’est élémentaire Watson »:

« Si tu ne l’étais pas, tu ne serais pas attachée. »


Il lève les yeux au ciel quand elle lui dit qu’il ne saurait pas se détacher, sans poser les yeux une seule seconde sur ce qu’elle est en train de faire ni comprendre la ruse.

« Non mais moi je suis un gentil et je suis là avec ma famille. Pis pourquoi tu me poses ces questions d’ailleurs ? je ne sais même pas qui tu es. On m’a toujours dit de pas parler aux vieilles que je ne connais pas. »

Il semble reporter toute son attention sur un livre avant que sa curiosité ne soit la plus forte à la nouvelle interrogation d’Elena. Détachant chaque syllabe avec une prétention calculé, il répond en relevant son menton dans un air de provocation que la jeune femme a déjà vu quelque part.

« Ouai, peut-être, mais moi je suis assez malin pour pas finir attacher, pas comme certaine ici. Je dis ca… je dis rien.»

Il se focalise a nouveau sur son livre mais relève la tête a la nouvelle sortie de la fille menottée. Impossible de savoir si c’est une agréable diversion a son ennui ou s’il se donne un air agacé pour la forme. Il la scrute avant de dire, sans hésiter :

« Seth Rollins. Pourquoi tu veux savoir ca ? Et d’où que je te connaitrais ? T’es pas une des nôtres, d’ailleurs, si tu veux mon avis, ca va mal se finir pour toi. De toute façon, les mauvaises personnes, ca se finit TOUJOURS mal pour elles. »

Avec un air buté qui confirme ce ressenti de « déjà vu », l’enfant se recale sur son siège avant, et reprend sa lecture sans prêter plus attention a celle qui, de toute façon, est surement très vilaine pour être dans cette situation.






Informations

Elena, tu es officiellement détachée mais toujours dans cette voiture avec cet insupportable enfant qui te prend de haut. tu peux faire un jet sur ta perc et ta pragma pour essayer de réfléchir un peu plus a qui est ce fameux Seth.

Lance aussi 4 des spéciaux avant de te décider sur tes actions:

4 réussis, les filles qui gardent la voiture se sont éloignées toutes ensemble et ca rigole bien, elles ne font ABSOLUMENT PAS attention a ce qui se passe de ton coté
3 réussis, deux des filles qui gardent la voiture se sont éloignées, ca rigole bien, elles ne font pas vraiment attention a ce qui se passe de ton coté
2 réussis, les filles qui gardent la voiture restent autour, et jettent un oeil de temps en temps
1 réussi: une des filles n’arrêtent pas de taper au carreau pour s'assurer que le garçon va bien. les autres reste sur le pied de guerre autour de la voiture
0 réussite, il y en a une qui semble avoir capté qu'il y avait embrouille et ne te quitte pas des yeux. Soit il faudra la gérer, soit aller vite.



Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent   
Revenir en haut Aller en bas  
- La famille est une force qui rend aussi faible qu'imprudent -
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: