The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -22%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
34.99 €

No light without shadow
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Harper C. Jackson
Harper C. Jackson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 124
Sujet: Re: No light without shadow   Jeu 31 Mar 2022 - 6:11
Pas de mauvais coups? Et puis quoi encore? Je croyais qu'il avait noté que ses mensonges étaient trop mal ficelés pour m'impressionner? « Okay, okay! Tout doux. Entre les rôdeurs et les chevaux, je prends quand mêmes les chevaux, rassure-toi. » que je réponds ensuite en voyant sa réaction à mes paroles. Visiblement, d'oser avouer que les animaux ne sont pas mes meilleurs amis n'est pas la formule gagnante, avec lui. Non parce qu'il semble presque vexé? Il devrait probablement apprendre à ne pas s'en faire avec tout, le gamin. Mais peu importe, puisqu'il est trop occupé à marmonner dans sa barbe, frustré par mon comportement, j'imagine. Enfin, frustré d'être un aussi mauvais menteur, sûrement. Je n'ai rien à me reprocher, moi. Je voulais seulement la vérité. À ce que je sache, ce n'est pas encore péché.

« Attends, moi? De mauvaise foi? » J'en crois pas mes oreilles, putain. Je sais que je ne suis pas particulièrement charmante, mais de là à croire que je vais utiliser ses histoires pour je ne sais trop quoi, c'est de pousser le bouchon un peu loin, quand même. « Franchement, tu veux que je raconte quoi à qui? On va pas prétendre que je suis la reine de l'amitié. » Qu'est-ce qui le gênait autant, à la fin? Il ne voulait pas parler de ça? Très bien. Je ne vais pas non plus lui tordre un bras.

J'allais enfin le laisser tranquille, me dirigeant vers la pièce principale tandis qu'il sautait sur le lit pour s'emparer de... mon carnet. J'ai besoin d'un moment pour réaliser que c'est ce qu'il tient entre ses doigts. Oh, le petit con. « Mais - » Je tente de lui enlever des mains, mais il parvient à m'éviter et à se faufiler là où j'étais quelques secondes plus tôt. « Rends-moi ça, bordel - » Le mal est fait, de toute façon. Je ne suis pas aveugle, et je réalise bien vite qu'il est déjà en train de feuilleter mes dessins. Je jure sur ma vie que je considère d'éliminer ce taré pendant quelques secondes. Mais semble-t-il que ce groupe est ma meilleure chance de survie - pour le moment. Et son père viendrait très certainement me briser les couilles, comme je lui ai brisé les siennes en entraînement.

Je soupire très longuement, croisant les bras sur ma poitrine sans insister d'avantage. J'ai les yeux fixés sur lui comme des flèches en plein milieu d'une cible, même si je ne dis rien, pour l'instant. J'essaie simplement de trouver le meilleur plan pour reprendre ce qui est à moi, et peut-être le faire un peu payer au passage. Mais pour ça, je dois réfléchir - certainement pas m'énerver. C'est particulièrement difficile, parce que j'ai horreur qu'on puisse accéder si facilement à ma vie personnelle, et je ne vois pas ce qui pourrait être plus personnel que ce putain de carnet.

« De spécial? Rien. » Je ne fais que citer l'évidence, en vrai. À mes yeux, ses dessins valent beaucoup, mais pour tout le reste du monde, ils n'ont absolument rien de spécial. « De personnel? Tout. » Je sais pas pourquoi le ton de ma voix change un peu quand je le dis. « C'est que des portraits, pour la plupart. Rien qui t'intéresse. » Certains au crayon de plomb, d'autres au fusain, au pastel sec, à tout ce que je peux trouver depuis 2015 - conventionnel ou pas. Certains dessins étaient même simplement composés de feuilles mortes de différentes teintes. Dans tous les cas, l'esquisse d'un sourire retrouve alors mes lèvres. « Rien de plus intéressant que les raisons qui te poussent à chercher maladivement des capotes, assurément. » C'est presque romantique, son truc.

Et je tends la main après ma petite blague, comme pour lui demander silencieusement de me rendre ce qui m'appartient sans faire plus de vagues. Il ne reste plus qu'à découvrir son niveau de coopération.
Revenir en haut Aller en bas  
Joachim Greene
Joachim Greene
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2837
Sujet: Re: No light without shadow   Ven 8 Avr 2022 - 23:52
« Ben déjà… A Ruben ! » Parce que mon meilleur ami avait un petit faible pour elle, vu qu’il passait son temps à la titiller pour espérer avoir une réaction de sa part. Elle allait forcément lui en parler, non ? Et puis, ce n’était pas vraiment le pire. Ruben était dans ma colocation, tout comme Wyatt. Mais si elle se mettait à raconter n’importe quoi aux adultes ?! Elle n’avait peut-être pas beaucoup d’amis, selon ses dires, mais elle aimait bien remuer la merde et faire du chantage. La preuve en étant, elle avait réussi à me faire cracher le morceau. Bon ok ! Ce n’était pas très difficile d’obtenir des aveux de ma part en soi.

Lui prendre son carnet en représailles pour me couvrir était certainement la meilleure des solutions. Je feuilletais les pages de celui-ci pour graver ces quelques dessins dans ma mémoire. Plus je tournais les pages, plus un sentiment de malaise persistant me guettait. « Que des portraits… » Je répétais bêtement ses mots, un peu sous le choc de la révélation. « Euh… c’étaient des amis à toi ? Ou… de la famille ? » J’avais peur d’être tombé effectivement sur quelque chose de très personnel, comme un mémorial aux morts par exemple. Est-ce qu’elle serait du genre à graver dans le marbre leur visage pour arriver à s’en souvenir ? J’espérais me tromper, parce que ça faisait beaucoup de portraits. Je finis par refermer le carnet pour le lui remettre quand elle tendit la main pour le récupérer. Je n’avais pas envie de le garder avec moi. « Désolé… mais on est quitte maintenant ! » Et puis, comme ça, elle ne pourrait plus me faire de chantage. J’avais aussi quelques uns de ses petits secrets avec moi.

« Dis… Pourquoi tu es venue ici à la base ? » La question me tracassait après avoir vu le contenu de son carnet. « C’était vraiment juste pour une question de survie ou… il y avait d’autres raisons ? » Peut-être qu’elle n’avait pas envie d’en parler, surtout après ce que je venais de faire. « C’est ce que je comprends pas trop pourquoi tu passes tout ton temps toute seule, à te planquer, si tu as envie de rester ici. » Ca faisait plus d’un an qu’elle se comportait comme un chat sauvage, refusant qu’on l’approche. Ca faisait long pour s’adapter, même pour quelques traumatisés par ce qui avait pu se passer à l’extérieur. Soit elle avait toujours été comme ça, soit… elle ne s’en remettait pas. Je ne savais pas trop quoi en penser.


« On peut seulement attendre du cheval le même degré de sensibilité qu'on lui montre,
le même degré de concentration qu'on lui offre.
Le travail avec le cheval commence par là, par nous-même. »
Revenir en haut Aller en bas  
Harper C. Jackson
Harper C. Jackson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 124
Sujet: Re: No light without shadow   Mar 12 Avr 2022 - 8:28
« Mais qu'est-ce que vous avez tous avec Ruben, à la fin?! » C'était quoi, les feux de l'amour, ici? Ce pauvre Ruben ne faisait rien de mal à personne, putain - même pas à moi. « C'est ton meilleur ami, non? Ne me fais pas croire qu'il pourrait se moquer de toi simplement parce que tu cherches des capotes, enfin. » En réalité, peut-être que oui - qu'est-ce que j'en sais. Je ne suis pas une experte à ce sujet, après tout, mais je me doute que leur amitié va au-delà des moqueries et des conneries.

N'empêche, je réalise que je suis très mal à l'aise quand il ose regarder mes dessins. Si je croyais que je serais capable de laisser passer comme de l'eau sur les plumes d'un canard, mes traits se crispent rapidement - surtout qu'il en ajoute en répétant mes propres mots. Mon regard noisette se pose sur mes dessins, en même temps que lui. Difficile ne pas replonger dans des souvenirs qui sont, pour la plupart, difficiles à revivre. Ça ne me ressemble pourtant pas de montrer mes émotions de la sorte. Enfin, montrer mes émotions - le concept est relatif. Je ne suis pas non plus en train de péter un câble, mais mon regard est différent.

Je ne réponds pas à sa question - le laissant un peu cuire dans son jus et réaliser qu'il venait de mettre les pieds dans les plats. Évidemment, il avait raison. La très grande majorité des gens dans ce carnet sont morts. Et je croyais que ma soeur faisait partie du lot jusqu'à tout récemment. Je lève mes yeux sur lui, plissant les paupières comme dernière tentative pour l'effrayer, pour l'obliger à se concentrer sur autre chose. Je suis déboussolée, et je n'ai pas du tout envie qu'il le devine. Je me dépêche donc de répondre à sa petite réplique qu'il pense sûrement bien audacieuse. « Si tu le dis. » Être quitte ne voulait rien dire. Et je ne le crois absolument pas. Mais je n'ai pas d'énergie à investir dans ce débat. Je m'empare de mon carnet et le fourre dans mon sac avec le reste de mes babioles, enfonçant ensuite les mains dans les poches de ma veste.

En me dirigeant vers l'avant du bateau, je passe devant lui pour éventuellement sortir de là - sauf que je m'arrête en chemin quand il pose sa question. De dos, je fronce les sourcils. Quelle insolence. « Pourquoi je suis ici? » Non mais je répète parce que je suis un brin sous le choc, honnêtement. Il continue, me reprochant mon attitude de la dernière année tandis que je souffle du nez en secouant la tête. Incroyable, bordel.

« Je devrais faire quoi, alors, pour prouver que j'ai envie d'être ici? Danser sous la pluie pour honorer le conseil? » que je lui demande en me retournant, avant de continuer mon chemin jusqu'à sortir dehors, sur le quai. « J'étais blessée, et dans un état de merde. C'est pour ça que je suis là, si tu veux savoir. Et je suis pas encore assez conne pour ne pas capter que j'ai plus de chances de bouffer trois repas par jour en restant ici. » C'est la vérité, quoi. « Ce serait vraiment sympa si tout le monde pouvait arrêter de prétendre tout un tas de trucs sous prétexte que je préfère être seule, parfois - enfin, souvent. » C'est fatiguant, à la fin. Je ne déteste pas les gens, mais j'ai tendance à les sélectionner avec beaucoup de précaution, c'est tout.

« La vérité, Joachim, c'est que tout le monde ici va finir par crever tôt ou tard, parce que c'est le monde dans lequel on doit vivre maintenant. Le plus vite tu te fais à l'idée, le plus vite tu comprends que c'est inutile de te mêler aux autres. » Je soupire en levant les bras dans les airs, preuve que je n'ai peut-être pas la moindre idée de ce que j'avance. Mais c'est lui qui a demandé. Et c'est probablement le plus de mots que j'enchaîne devant lui depuis le début de cette conversation. Je ne vais pas m'arrêter maintenant. « Je refuse qu'on me prenne pour une tarée simplement parce que je suis capable de voir les choses en face.


The wolf sits at my door, can't escape him anymore. He knows I've lost the war, and it's taking me for good. I tell those I adore, and the dishes hit the floor, the snow drips on the porch. I bite my lip and brave the storm.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas  
Joachim Greene
Joachim Greene
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2837
Sujet: Re: No light without shadow   Jeu 21 Avr 2022 - 19:58
Non, elle avait raison. Certainement que Ruben ne se moquait pas de moi pour ça, mais… « Tu comprends pas. » J’avais quand même envie d’être parfois un mec cool auprès de mon meilleur pote, c’était comme ça. Et, entre mecs, on préférait éviter de parler de ça, justement.

Du reste, Harper était bien pressée de récupérer son carnet pour le range. Elle n’avait aucunement envie de se vanter de son coup de crayon, ou quoi que ce soit d’autres. J’étais un peu gêné d’avoir fouillé dans ses affaires sans lui demander la permission, même si c’était de bonne guerre non ? Elle venait de me cuisiner pour savoir ce que je faisais ici ! Je n’avais pas eu tellement d’autres choix pour m’assurer qu’elle garderait le secret.

Je changeais rapidement de sujet, puisqu’elle préférait ne pas en parler. Je m’intéressais davantage aux raisons qui l’avaient poussé à venir à Fort Nisqually initialement, sauf qu’Harper prenait assez mal qu’on puisse lui reprocher un certain manque d’intégration. Sa réaction vive et sans appel me laissa sous le choc. « Euh… non, rien. Je veux dire… tu aides comme tu peux, c’est suffisant tu sais. » Je commençais à m’embrouiller, clairement confus. « C’était pas un reproche… » Mais elle le prenait comme tel. Je baissai le regard. « Je prétends rien du tout, désolé. » Je n’avais pas parlé avec qui que ce soit de son cas, mais apparemment, je n’étais pas le seul à le penser. On lui avait déjà fait la remarque, de toute évidence, et elle prenait mal qu’on lui la refasse. Mais si elle restait que pour avoir un repas chaud, ça se comprenait aussi.

Sauf que la vérité était bien plus sombre et cruelle encore. Elle refusait d’avoir à s’attacher pour ne pas avoir à souffrir. Je relevai un regard sidéré sur elle. « Quoi ? Mais… » Mon père, Juliet, les autres jeunes du camp, ou les anciens Messiah… ils étaient tous de ma famille. Sans ces liens solides qui s’étaient tissés au fil du temps entre nous, tout serait bien différent. Bien sûr, être seul avec mon père à cheval sur les routes avait eu un certain charme, mais je m’étais parfois senti si seul avant de rencontrer Ruben et de me lier d’amitié avec lui. « C’est pas voir les choses en face, c’est juste se voiler la face. S’attacher aux gens, c’est pas une preuve de faiblesse. Tu te contentes juste de survivre, et t’en as oublié comment vivre, voilà tout. Si t’as plus personne à défendre ou à aimer, il y a juste aucune raison de continuer ! » Je m’en voulus aussitôt après avoir prononcé ces paroles, même si je le pensais vraiment. « Désolé, je crois que je devrais y aller. Je te laisse tranquille. » Elle et moi, on ne risquait pas de se comprendre. J’avais seulement retenu qu’elle appréciait sa tranquillité, alors je n’allais pas m’imposer davantage auprès d’elle. J’avais d’autres épaves à fouiller également.


« On peut seulement attendre du cheval le même degré de sensibilité qu'on lui montre,
le même degré de concentration qu'on lui offre.
Le travail avec le cheval commence par là, par nous-même. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: No light without shadow   
Revenir en haut Aller en bas  
- No light without shadow -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: