The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
SITRAM Set 3 poêles tous feux dont induction + poigner amovible
20.99 €
Voir le deal

until it doesn't hurt
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Preston L. Rogers
Preston L. Rogers
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2572
Sujet: Re: until it doesn't hurt   Mar 22 Mar 2022 - 15:22
« Ok... » murmure Preston. Juliet préfère garder le silence sur ce que New Eden lui a fait subir. Il n'insiste pas. C'est un ancien militaire, depuis bien avant l'apocalypse, il a l'habitude de côtoyer des personnes malmenées par la guerre, traumatisées par ce qu'elles avaient vécu là-bas ou par les pertes humaines endurées. Combien de femmes violées a-t-il déjà rencontré ? Combien de familles endeuillées a-t-il dû accompagner ? Beaucoup trop. Tout son passé lui a appris à être discret, respectueux, à ne pas poser de questions dérangeantes. Le passé de Juliet, ce qu'elle a pu endurer, il ne le sait pas, tout simplement, car il laisse les informations venir à lui sans les demander. Il aurait pu s'informer, demander qui les New Eden avaient pu traumatiser ici, il ne l'a pas fait. Il n'a pas interrogé Nolan, Andrea, Nihima ou d'autres pour leur demander plus de choses. Preston connait la discrétion et se faire petit, surtout dans cette situation où il faut mieux qu'il fasse profil bas. Tout comme une fois seul, il n'ira pas s'empresser de se renseigner sur Juliet, non, son passé appartient à elle et il ne sera au courant de tout ça, que si elle veut le lui raconter.

Il commence à marcher, Juliet à ses côtés, à distance respectueuse. Pour qu'elle puisse comprendre ce qu'il a vécu, mieux vaut commencer par le début, ce qu'il fait. « Avant tout ça, j'étais militaire. J'étais marié à une femme, Eva et j'avais deux enfants, Lise et Andrew, ils avaient 5 et 3 ans. Au tout début de l'apocalypse, nous avons trouvé refuge dans un grand stade, le Century Field, tu en as peut-être entendu parler. » Il lui laisse la possibilité de répondre par l'affirmatif ou la négative. « Une nuit, ma fille est tombée malade, et malgré nos efforts, nous n'avons pas pu la sauver. Nous ne savions pas à l'époque que... » Il hésite, il a beau feindre le détachement, les souvenirs de cette affreuse nuit, se déroulent dans son esprit au moment où il en parle. Il ne veut pas montrer que ça l'affecte toujours, même si des fois, comme dans ce cas précis, la souffrance, les failles dans sa carapace sont difficiles à dissimuler. Il passe une main dans sa nuque avant de reprendre d'une voix qu'il espère plus sûre : « Nous ne savions pas que les morts pouvaient se relever, mais elle l'a fait. Le rôdeur de Lise s'est attaqué à son petit frère. Ma femme est morte cette nuit-là également. » Il ne veut pas s'attirer la sympathie de Juliet, il veut juste qu'elle comprenne, peut-être un peu, les choix qu'il a fait. « Je me suis accroché à ce nouveau groupe qui promettait des merveilles. Nous avons reconstruit des bâtiments, des hôpitaux. Tout en New Eden promettait d'offrir à ses habitants le refuge et la sécurité que je n'avais pu offrir aux miens. » Il souffle.

Leurs pas les rapprochent peu à peu des habitations où il espère que Juliet se sentira plus en sécurité. « En apparence, New Eden est un groupe respectable, ils ont l'électricité, des hôpitaux performants où les gens sont soignés, beaucoup n'ont pas vu un seul rôdeur depuis plus de 5 ans. Au début, ce simple constat me suffisait. Il était hors de question que certains souffrent encore à cause des morts... » Il pince ses lèvres. « Alors oui, au début, je me raccrochais à ça et ça me suffisait pour tenir. » Elle peut le détester pour cela, il lui dit seulement la vérité. Quand on est confronté à l'horreur absolue, à la perte de ses deux enfants, il faut trouver quelque chose pour tenir. Lui, il s'est juste contenté d'écouter les ordres, de sortir à l'extérieur faire du nettoyage, d'aider à construire l'avant-poste de George... Le réveil a été brutale par la suite.



This is war
It's the moment of truth, and the moment to lie
The moment to live and the moment to die
The moment to fight, the moment to fight
Revenir en haut Aller en bas  
Juliet Rosenfeld
Juliet Rosenfeld
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 495
Sujet: Re: until it doesn't hurt   Mar 5 Avr 2022 - 20:19
Rangeant son arme, la jeune femme rassemble ses affaires et emboîte le pas à Preston. A la fois curieuse et méfiante, elle jette un coup d'œil à la dérobée à l’homme, un peu impressionnée par sa carrure. Dire qu’elle n’est plus à l’aise avec la gente masculine est un euphémisme, et la haute taille du militaire ne lui rappelle que trop celle de Chris. Bien sûr, c’est la seule ressemblance notable entre eux, mais cela suffit à lui faire esquisser un pas de côté, discrètement, pour s’éloigner de lui. C’est une précaution illusoire : avec son allonge, Preston pourrait l’attraper en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, et lui tordre le cou à sa guise. Il ne le fera pas - du moins, elle préfère le croire - mais on n’est jamais trop prudent…

Un instant passe avant que le quarantenaire ne commence son récit. Attentive, Juliet prend soin de ne pas l’interrompre. Elle lui a demandé de s’expliquer, et entend bien écouter jusqu’au bout sa réponse. Le fil qu’il déroule pour elle est semblable à celui de beaucoup d’autres : une vie de famille, une vie professionnelle, et soudain… le vide. L’épidémie. Le grand bouleversement de leurs existences à tous. Quand il évoque Century Field, elle hoche la tête pour toute réponse. Elle n’y était pas elle-même, mais a connu certains survivants de cet épisode tragique. Elle sent sa gorge se nouer lorsqu’il évoque la mort de sa fille. De toute évidence, le souvenir reste douloureux, malgré les années. Elle-même ignore comment elle réagirait si Effy ou Hope venait à disparaître, et préfère chasser cette pensée. Avec un peu de chance, elle partira avant elles.

Preston poursuit son récit et Juliet est envahie par un frisson. Son épouse, son fils et sa fille la même nuit. Il y a de quoi retourner le plus inébranlable des hommes, elle le concède volontiers. Certes, Juliet hait New Eden, tout ce qu’il représente, et celles et ceux qui cherchent à le défendre. Cela ne l’empêche pas de compatir à la souffrance du militaire, et de comprendre qu’après ce drame, il a attrapé la première branche à laquelle se raccrocher. Elle n’est pas surprise en entendant parler des hôpitaux, de la sécurité, de l’électricité. La lettre laissée par le contact de Nolan en septembre l’avait déjà familiarisée avec cet environnement idyllique. Mais justement, en soulevant un peu le voile de perfection… Les promesses de leurs dirigeants sont-elles suffisantes pour faire oublier les horreurs perpétrées derrière cette façade lisse et proprette qu'ils présentent ?

Preston s’interrompt, lui laissant sans doute le temps d’assimiler tout cela, et de répondre. Après quelques minutes de silence, Juliet lève les yeux vers lui. Je suis désolée pour tout ce que vous avez traversé… Je… J’ai aussi perdu toute ma famille très tôt. Je ne sais même pas si mes parents sont en vie. La vérité, c’est qu’elle n’a pas pensé à eux depuis très longtemps. Son père, maintenant, c’est Isaac. Lâchant un soupir, la jeune femme détourne le regard, baisse les yeux au sol. Ce que je ne comprends pas, c’est… Si tout est parfait, pourquoi forcent-ils les femmes à avoir des enfants ? Pourquoi obligent-ils des couples à se marier ? Tout cela la dépasse, véritablement. Ce n’était pas suffisant de perdre toute sa vie en quelques semaines, dans une épidémie globale et meurtrière ? Quel genre de fou a pu concevoir, pour la poignée de survivants qui l’ont suivi, une existence à ce point millimétrée ?


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.
Revenir en haut Aller en bas  
Preston L. Rogers
Preston L. Rogers
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2572
Sujet: Re: until it doesn't hurt   Ven 8 Avr 2022 - 15:28
Preston hoche la tête, acceptant ses condoléances mais ne préférant pas s'y attarder. Il y a des sujets toujours délicats, sa femme et ses enfants en font partis. Le deuil prend du temps et si Juliet lui a demandé ce qu'il s'est passé et qu'il lui a raconté la vérité, il ne s’apitoiera pas plus sur son malheur. C'est une émotion qui lui appartient et il ne veut pas que les autres le prennent en pitié. « Désolé pour ta famille aussi. » Ils ont tous perdus des êtres chers ici, il ne peut que compatir à sa douleur et la respecter.

Les questions de Juliet sont légitimes, intéressantes. « Tout ne s'est pas fait du jour au lendemain. Les règles se sont additionnées les unes aux autres progressivement jusqu'à devenir le système qu'on connait aujourd'hui. » Preston réfléchit à sa question. « Le système de New Eden se base beaucoup sur la religion. Elle est connu de tout le monde et beaucoup ont choisi de s'y raccrocher après l'épidémie. Il y a beaucoup d’églises, tout le monde est incité à lire la Bible sauf qu'elle peut être interprétée de beaucoup de façons différentes et eux, ils n'ont pas choisi la meilleure. » C'est un fait.

Pourquoi soumettre les femmes ? Pour encourager les natalités ? « Je ne sais pas. » avoue-t-il. « C'est probablement un moyen de contrôler les populations. Ils veulent recréer un monde selon leurs idéaux. » Ils pourraient tout aussi bien y voir une manière de repeupler la Terre mais Preston se doute que c'est plus compliqué que ça. « Tout ça n'est pas nouveau. » remarque-t-il. « Dans les années 60, les femmes restaient à la maison pendant que les hommes allaient travailler, le droit à l'avortement était discutable, les femmes n'ont eu droit de vote qu'en 1912 ou 1920... » Ce ne sont que des exemples parmi tant d'autres. « New Eden a opéré un retour en arrière, avec des lois beaucoup plus strictes. Ils ont réussi à faire passer ces lois petit à petit et maintenant, cela semble difficile de tout bouleverser à nouveau. » Le militaire passe une main dans sa barbe. Il est persuadé que tout en New Eden n'est pas mauvais, il ne serait pas resté aussi longtemps là-bas sinon. Beaucoup de choses sont à garder comme les hôpitaux, les systèmes de sécurité, les gardes aussi. Ce qui doit être changé concerne les mariages arrangés, la place de la femme, le système de quasi-dictature. « Et puis, quand tu as une famille, une femme, des enfants, c'est plus difficile de tout quitter, non ? » En tout cas, lui, ne serait pas parti si Mina était encore là. Même si les sentiments n'étaient pas au rendez-vous, même s'ils avaient été forcé de s'unir, il s'était fait un devoir de la protéger et de s'assurer qu'elle ne manquait de rien elle et son bébé à venir;


This is war
It's the moment of truth, and the moment to lie
The moment to live and the moment to die
The moment to fight, the moment to fight
Revenir en haut Aller en bas  
Juliet Rosenfeld
Juliet Rosenfeld
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 495
Sujet: Re: until it doesn't hurt   Dim 15 Mai 2022 - 21:00
Un hochement de tête accueille pudiquement les condoléances de Preston et, comme lui, Juliet ne s’y attarde pas. L’un comme l’autre ont vécu des atrocités et préfèrent garder pour eux le secret des émotions qu’ils n’ont pas encore réussi à dépasser. Et puis, au fond, ce n’est pas le cœur de leur discussion. D’ailleurs, il ne faut pas longtemps avant que leur conversation ne reprenne, et qu’elle l’interroge à nouveau.

Les réponses de Preston ne se font pas attendre, et même si elles lui hérissent le poil, la blonde doit admettre qu’elle peut comprendre comment New Eden a pu étendre sa mainmise sur la vie de ses habitants. Petit à petit, pendant des années, les têtes pensantes de cette communauté se sont efforcées de contrôler la population, de la façonner selon leurs idéaux, aussi biaisés soient-ils. Et, sûrement, les concernés ne se sont rendus compte de rien. Comme un crabe qu’on tente de cuire, d’abord plongé dans l’eau froide dont la température progressivement, jusqu’à sa mort… Comme le dit Preston, l’usage de la religion est probablement d’une grande aide. Un moyen de guider les âmes égarées, effrayées par les monstres du dehors…

Je vois, finit-elle par murmurer après un moment. Et tout le monde adhère inconditionnellement ? Il n’y a pas de contestation, pas de rébellion ? Elle sait qu’au moins une voix, parmi toutes celles qui vivent là-bas, s’insurge contre le système en place. Mais depuis des mois, ils n’ont eu aucune nouvelle de Ray, et il est difficile de savoir ce qui a pu lui arriver. Peut-être qu’il vit une existence paisible, avec femme et enfants, et que cette lettre n’était qu’un coup d’épée dans l’eau. Peut-être qu’il a été repéré, et exécuté… Non, décidément, il n’y a aucun moyen d’être sûr.

Preston poursuit ses explications, et plus il déroule le fil devant elle, plus elle se sent nauséeuse. Les propos de Betsy lui reviennent en mémoire, alors que la jeune fille lui expliquait qu’Oliver prévoyait de l’emmener avec eux. Elle ne saura jamais si le mensonge servi au garde pour s’échapper de cet avant-poste était vrai – si elle devait vraiment être offerte à Adonaï – mais elle en rêve encore, parfois. Elle imagine l’existence qu’elle aurait eue alors, prisonnière du cerveau malade derrière New Eden. J’ai besoin de m’asseoir, souffle-t-elle alors qu’ils approchent des habitations. Juliet se laisse tomber sur un banc, plantant ses coudes dans ses genoux, la tête dans les mains.

Le souffle court, elle s’efforce d’éviter le regard de Preston. Elle sait qu’elle devra lui donner une explication, mais retarde le moment autant que possible. Après un instant, elle trouve le courage de relever la tête. Tout ce que vient de lui révéler le quarantenaire, Juliet le savait déjà. Ce n’est pas la première fois qu’elle entend un tel témoignage, mais c’est la première fois qu’elle réfléchit vraiment à ce qu’aurait pu être sa vie. Même après des mois à côtoyer Betsy, la jeune femme ne s’était jamais autorisée à y penser. Par crainte, sans doute, de sa propre réaction. Ça va, je suis désolée, murmure-t-elle en levant une main rassurante. Je… Vous n'avez peut-être pas entendu parler de la "mission" menée par Oliver… Elle mime des guillemets dans l’air, un air d’ironie triste sur le visage. C’était au printemps dernier… Lui et quelques autres nous ont capturés et nous ont emmenés dans un de vos avant-postes. Ils voulaient des informations sur l’attaque de George. Un instant, elle reprend son souffle. Raviver ces souvenirs est loin d’être agréable. On a été torturés, et je… j’ai été droguée, et violée, grimace-t-elle, énonçant ce mot à voix haute pour la première fois. D’après la fille qui m’a aidée à m’échapper, Oliver prévoyait de me ramener chez vous, pour me donner une chance. Pour me redresser aussi, j’imagine. L’amertume est palpable dans sa voix, et elle lève un regard dur sur Preston. C’est normal, ça ?


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.
Revenir en haut Aller en bas  
Preston L. Rogers
Preston L. Rogers
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2572
Sujet: Re: until it doesn't hurt   Mar 24 Mai 2022 - 15:02
Juliet s'interroge sur l'existence de possibles mouvements de contestation. « Si, il y en a. » affirme-t-il. Preston repense notamment à celle de Walla Walla peu après la chute de George. « Mais la rébellion est vite réprimée. » Là encore, ce n'était pas une manière qui lui plaisait, mais il suivait les ordres. A tort.  

Alors qu'ils discutent, Juliet exprime le besoin de s'assoir, visiblement déstabilisée par leur conversation. « Bien sûre. » Preston l'accompagne jusqu'à un banc où elle s'assoit. « Je suis désolé si ça remue beaucoup de choses. » souffle-t-il, sincèrement navré. Il préfèrerait encore éviter le sujet, mais il se doute que Juliet a besoin d'entendre tout ça pour comprendre un peu son point de vue. Il en est persuadé et il le dit souvent à voix haute : rien n'est jamais blanc ou noir, y compris pour New Eden. Il y a énormément de choses négatives, mais d'autres le sont moins : la sécurité notamment, le côté médical, la vie loin des rôdeurs, des criminels.

Lorsqu'elle reprend la parole, il sent son sang se glacer dans ses veines. « La mission menée par Oliver ? »  répète-t-il d'une voix blanche. Toute son attention est focalisée sur Juliet tandis qu'elle s'explique. Ses poings se serrent en entendant ce que la jeune femme en face de lui a subit. Son regard se détourne un bref instant, déstabilisé par ce qu'il entend. Les dates, le prénom d'Oliver, l'évocation de George, il n'a pas trop de mal à faire le rapprochement avec ce qu'il s'est passé à Walla Walla à la même période. Le dénommé Oliver avait été envoyé ailleurs, puni pour ce qu'il s'est passé à George, et il est revenu pour réintégrer ses fonctions. La version officielle c'est que lui et son groupe avaient fait des choses risquées mais payantes pour avoir des informations sur l'attaque de l'avant-poste. Preston n'a pas pu en savoir plus, ce n'est  pas faute d'avoir posé des questions. Tous les scénarios étaient envisageables, mais là, avec les mots de la jeune femme, l'histoire prend une tournure plus sombre encore. Se pourrait-il que le viol de Juliet soit une de ces "choses payantes" ? Il sait aussi que The Haven n'est pas innocent dans l'attaque de l'avant-poste, Teresa et Nolan le lui ont affirmé, alors Oliver a pu effectivement leur soutirer quelques informations, gagnant ainsi sa réintégration à Walla Walla.

Le barbu est assez pragmatique, il n'est pas du genre à tirer des conclusions hâtives, même si les faits sont là et laissent peu de place aux coïncidences. « Cet Oliver était accompagné ? Est-ce qu'ils ont été blessé ? » Il pense notamment à Christian, revenu en piteux état. Il se demande également si leurs supérieurs étaient au courant pour ce qu'ils ont commis là-bas et sur la manière dont ils ont eu ces informations.

Son regard papillonne quelques instants, ayant du mal à intégrer ce qu'elle lui demande car il est perdu dans ses pensées. Preston comprend rapidement et s'empresse de secouer la tête. « Non, ce n'est pas normal. » Il s'agenouille pour se retrouver à la hauteur de Juliet, tout en continuant à garder une certaine distance. « Rien ne justifie le viol d'une femme. Rien... » Et ces propres paroles lui donnent soudain la nausée quand il songe à Mina. N'a-t-il pas eu l'impression de la violer, elle aussi ? N'aurait-il pas dû refuser d'accomplir leur devoir conjugal sous prétexte qu'ils étaient mariés ?  



This is war
It's the moment of truth, and the moment to lie
The moment to live and the moment to die
The moment to fight, the moment to fight
Revenir en haut Aller en bas  
Juliet Rosenfeld
Juliet Rosenfeld
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 495
Sujet: Re: until it doesn't hurt   Lun 20 Juin 2022 - 19:30
Quelque part, entendre Preston lui assurer qu’il existe bel et bien une résistance, une rébellion, est un soulagement. Cela signifie qu’il y a encore de l’espoir, même s’il est maigre, même s’il ne sert probablement à rien. Ils n’ont aucun moyen de contacter ces hommes et ces femmes qui se battent contre le régime qui les oppriment. Ils n’ont aucun moyen de les aider, de les soutenir. Alors le soulagement est de courte durée, et elle se contente de hocher la tête, regardant dans le vague. Et on ne peut rien faire, de l’extérieur, fait-t-elle, plus pour elle-même que pour Preston. Juliet est aussi attristée qu’enragée à cette pensée et elle se laisse emporter par les pérégrinations de son esprit, ramenée à l’instant où sa vie a failli basculer vers cet enfer décrit par le quarantenaire.

Une fois assise, elle ne peut que lui présenter, à son tour, son histoire. Ou tout du moins, un fragment infime, mais qui l’a marquée durablement, l’a façonnée de sorte qu’aujourd’hui, sa haine tenace à l’égard de New Eden rejaillisse sur Preston, innocent des crimes contre lesquels elle s’insurge. Alors que le récit meurt sur ses lèvres, l’ancien militaire l’interroge, lui rappelant malgré lui le visage de Chris. La gorge nouée, elle hoche d’abord la tête avant de lui répondre. Il y a avait plusieurs hommes avec lui, mais je ne sais pas combien précisément. Je ne me souviens que de Chris. Le nom lui tord l’estomac et elle réprime, l’espace d’un instant, une nausée acide. C’est lui qui… Elle ne poursuit pas, détourne les yeux, se râcle la gorge.

Une nouvelle fois, elle rassemble ses souvenirs ; bribes éparses constituées par les résurgences de ses compagnons d’infortune, qui ont bien voulu combler les blancs de sa mémoire embourbée dans les brumes de la drogue. Je crois que Corray l’a démoli, mais pour les autres, je ne sais pas. Son évasion, avec Betsy, l’a coupée trop vite – pas assez tôt, cependant – de l’avant-poste où ils étaient retenus et elle n’a qu’une vision parcellaire de ce qu’il s’est passé après leur départ. Alors que Juliet inspire et expire profondément pour retrouver son calme, elle interroge Preston, d’un ton sans doute plus accusateur qu’elle ne l’aurait voulu. Malgré sa réponse négative, la jeune fille ne peut être que dubitative. Cette opinion ne regarde que lui, et lui seul. De toute évidence, la société qu’il a fuit n’y voit pas d’inconvénient, n’hésitant pas à faire usage du viol pour remplir ses objectifs, en dehors comme à l’extérieur de ses murs.

Relevant les yeux vers le ciel, Juliet s’aperçoit que le soleil baisse lentement vers l’horizon. L’après-midi est sans doute plus avancée qu’elle ne le croyait et il sera bientôt le moment pour elle d’aller s’occuper des chevaux, à l’écurie. Posant les yeux sur Preston, ses sentiments mitigés à son égard l’envahissent. Elle ne peut pas dire qu’elle a changé d’avis sur lui, qu’elle lui accorde désormais toute sa confiance. Elle ne peut pas non plus évacuer totalement la méfiance qu’elle éprouve instinctivement. Mais il est probable qu’elle se montrera moins hostile envers lui au fur et à mesure du temps passé avec lui.


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.
Revenir en haut Aller en bas  
Preston L. Rogers
Preston L. Rogers
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2572
Sujet: Re: until it doesn't hurt   Sam 9 Juil 2022 - 0:16
Preston secoue doucement la tête. « Si, on peut agir. Se tenir près si jamais les choses évoluent à l'intérieur, aider ceux qui veulent s'enfuir, montrer que nous sommes là s'ils veulent bouleverser l'ordre établi. » Certes, ce ne sont que des petites choses, presque insignifiantes, mais de petites choses en petites choses, ils parviendront à de grands changements. « Mais tenter de renverser l'intégralité de New Eden, de faire tomber les villes ou les avants-postes ne servira qu'à envenimer encore plus la situation de ceux qui sont à l'intérieur. Beaucoup ne survivraient pas aux conditions difficiles dehors. » C'est une évidence qu'il s'entête à répéter à tout va. Il ne faut pas faire n'importe quoi car beaucoup de civiles n'ont pas vu un rôdeur depuis presque 6 ans, ils ne sauraient pas se battre, pas se défendre.

Le regard de Preston reste accroché quelques secondes au visage de Juliet. Il sent son estomac se tordre. Ce qu'elle a subit le révolte au plus haut point et la suite lui laisse un sentiment bien amer. Ses poings se serrent tandis qu'elle évoque un Chris. Est-ce le même homme auquel il songe ? « J'ai croisé un ancien de George, un Chris, il est revenu salement amoché au printemps dernier. » Un bref soupir lui échappe. Preston n'a rien vu. La version officielle était que Chris avait fait en sorte de mériter sa réinsertion au sein de New Eden, il avait retrouvé un statut de milicien après avoir été banni. Le militaire aurait dû se poser des questions, chercher à savoir ce qu'il avait effectivement pu faire pour mériter un tel traitement de faveur. Il y a toujours un doute, le prénom de Chris est populaire, ils sont nombreux à le porter à Walla Walla mais les coïncidences avec la date, les blessures, sa réinsertion à Walla Walla sont trop troublantes pour être ignorées.

« Je suis vraiment désolé pour ce que mon ancien peuple t'as fait subir, Juliet. » Preston est sincère. Il ressent une véritable colère à propos de ce qu'ils ont pu lui faire, à elle et à toutes celles et ceux contre qui New Eden a pu faire du mal. C'est une multitude de claques qu'il se prend depuis sa désertion. Il a l'impression qu'il n'est pas au bout de ses surprises et de ses désillusions. « Rentrons. » propose-t-il. C'est dans un silence presque religieux qu'ils font demi-tour jusqu'au campement. Les mots ne sont plus utiles. Preston sait désormais pourquoi Juliet lui en veut, elle, Selene et d'autres ici. La méfiance à son égard est grande, mais peut-il leur en tenir rigueur maintenant qu'il en connait les raisons ?


This is war
It's the moment of truth, and the moment to lie
The moment to live and the moment to die
The moment to fight, the moment to fight
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: until it doesn't hurt   
Revenir en haut Aller en bas  
- until it doesn't hurt -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: