The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Frieren : le Tome 5 édition Collector du manga Frieren en ...
10.95 €
Voir le deal

Yeux disent
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zi Shèng
Zi Shèng
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1459
Sujet: Re: Yeux disent   Sam 12 Mar - 14:01
Qu'est-elle censée penser ? Dire ? Zi garde un silence religieux en l'accompagnant, en s'installant. Il a le temps de se moquer d'elle quand elle s'étouffe avec sa gorgée d'alcool, et sent le liquide remonter jusque dans son nez. Ridicule ? Un peu, elle ne tiendra pas la cadence, ne sait même pas pourquoi elle veut maintenir cette illusion. Elle est grande pourtant, adulte, responsable. Il est si facile de dire non et d'être ferme. Pourtant face à Locklan, elle se demande si ça ne permettra pas d'endormir sa peur, lui trouver du courage, se défaire de sa courtoisie pour rendre les coups qu'il ne lui a pas donné lui-même. Ses yeux ne peuvent s'empêcher de glisser par instant par cette veste et ce qu'elle représente, elle raidit ses épaules en y songeant.

C'est comme s'il devenait difficile de respirer à cet instant. Plus encore à cause de cette gorgée mal avalée. J'en ai déjà bu, évidemment, se défend-t-elle maladroitement, la voix éraillée par sa toux. Elle déglutit, regrettant son geste. Du bout de ses doigts légèrement tremblants, elle ramène quelques mèches de ses cheveux derrière son oreille, et relève les yeux vers Locklan : Mais vous auriez vu les effets de l'alcool de vos yeux sur le corps humain, vous en consommeriez moins, je peux vous le certifier, lui fait-elle simplement. Il n'a jamais tenu un foie atteint d'une cirrhose entre ses mains. Elle, oui. Elle a pu voir les cloques, les traces de cicatrisation, sentir l'odeur putride de ces organes, ou voir de ses yeux les plaies causées par l'alcool.

Elle doit changer de sujet. Il n'a pas envie d'avoir les détails des autopsies qu'elle a pu faire du temps de son internat. Parce que ça n'est pas correct en public. ensuite parce que ça n'est pas vraiment quelque chose qui la fera passer pour une personne ordinaire. Pour vous, profiter de la vie, qu'est-ce que ça veut dire ? Demande-t-elle alors en tentant de ne pas se formaliser de la réponse qu'il va donner. A savoir : tout ce qu'elle ne fait évidemment pas. J'ai déjà profité de la vie, lui assure-t-elle. Même si ça n'a rien à voir avec ce que lui fait pour ça. Non, elle ne boit pas tous les soirs, elle ne fréquente pas les autres, elle ne fait rien de fou. Mais Zi n'arrive pas non plus à coller et apprécier ces choses-là.

Des souvenirs ? Alors, c'est un environnement commun pour lui. Là où, pour elle, tout lui semble terriblement hostile. Difficile. Elle n'est pas vraiment à sa place. Zi s'attèle à termine son verre en quelques gorgées. Déjà ses joues commencent à chauffer de toute façon. Elle sait, en commençant par le menu, absolument tous les effets qui vont suivre pour son cas. Et le pire ? C'est qu'à la question qu'il lui pause, elle a déjà un balbutiement absurde et une réponse qui l'étonne elle-même : Si, je... Pourquoi ? Pourquoi bon sang ! Je peux vous suivre, assure-t-elle alors qu'il n'en est rien. Deux verres supplémentaires comme celui-ci, et elle sera bonne pour s'allonger par terre. Mais est-ce qu'au moins, ça fera taire sa douleur ?




who's on first ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Locklan Reid
Locklan Reid
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3636
Sujet: Re: Yeux disent   Dim 13 Mar - 21:24
Elle avait déjà bu de l’alcool par le passé ? Elle était à peine crédible, à s’en défendre tout en toussant. Je lâchai un bref rire, clairement amusé par la situation. « Ouais, c’est ça, princesse… » Je n’étais pas du tout convaincu, si elle en doutait encore. Je perdis un peu mon sourire quand elle me signifia que, d’un point de vue médical, boire de l’alcool lui paraissait être une mauvaise idée. « Tout comme fumer, et pourtant… Il y avait bien la moitié des médecins de ce pays qui fumaient. » Ils avaient bien besoin de déstresser un peu, vu les métiers qu’ils exerçaient. « T’es en train de me dire que tu t’occupais des fous, et que tu prenais rien pour te détendre après une durée journée de boulot. Pas d’alcools, de clopes ou… de la drogue ? » Non, visiblement rien de tout ça. « Et bah putain. » Je ne savais pas si je devais être impressionné. Elle me donnait plutôt l’impression d’être un alien sur cette planète.

Je relevai un regard vers elle avec un sourire vaguement amusé quand elle me posa une question dont elle ne voulait pas vraiment connaître la réponse. « …Fumer. Boire. Danser. Faire la fête entre amis ou… Faire l’amour, bien sûr. » Je lâchai un bref rire désinvolte. « Ou encore piquer une vitesse en moto, ou faire quelques saltos maîtrisés avec, ce genre de sensations fortes aussi. » Et maintenant, est-ce que ça avait changé ? Certainement un peu, mais je préférais en rester là. Susan n’avait pas besoin d’en savoir davantage. J’étais sûrement bien plus accro encore à l’adrénaline qu’à l’alcool en vérité, et peu importait la forme qu’elle prenait. Un nouveau rire m’échappa quand elle se défendit cette fois d’avoir déjà profité de la vie. J’hochai lentement la tête. « Alors, comment ? » C’était à elle de se mettre à table maintenant. C’était donnant-donnant.

Contre toute attente, elle me demanda de lui servir un autre verre. Elle n’avait même pas fini le premier, c’était un bon moyen de perdre le fil. « Ce que femme veut… » J’haussai les épaules, avant de remplir son verre également. Elle était assez grande pour savoir quand il lui faudrait s’arrêter, surtout après s’être vantée de connaître les effets exacts d’une consommation abusive d’alcool sur le corps humain.

Je portai mon verre à mes lèvres, quand elle m’interrogea sur les souvenirs qu’un tel lieu pouvait m’évoquer. « Ouais… J’allais dans des bars, le soir, après le travail. C’était mon moment de détente entre amis. C’est là-bas que j’avais rencontré ma femme aussi. » J’eus un sourire nostalgique à cette pensée, avant de me dire que ce n’était peut-être pas une bonne idée d’en parler devant celle que je tentais de draguer. Enfin ce n’était pas comme si la bague à mon doigt le disait déjà de manière évidente. « Tu trouves pas qu’on se sent ici comme… Si rien n’était arrivé ? C’est sans doute pour ça que tu es venue ici, non ? » Comme bien d’autres avant elle.


"It's holding me, morphing me, And forcing me to strive
To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control"
Revenir en haut Aller en bas  
Zi Shèng
Zi Shèng
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1459
Sujet: Re: Yeux disent   Dim 13 Mar - 22:52
Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais, souffle-t-elle avec les lèvres pincées ensuite, consciente qu'on demande à des gens qui doivent entretenir la santé de tout le monde d'en faire autant avec la leur propre. Combien de ses collègues a-t-elle vu sombrer dans des addictions ? L'internat de médecine n'est pas simple à supporter, mentalement notamment, il vaut mieux avoir des nerfs d'acier pour passer à travers. Et ça n'a pas été sans heurt pour Zi non plus, en toute franchise. Pour ça que les médecins sont les pires patients, ajoute-t-elle simplement avec un haussement d'épaules. Parce que j'aurais dû ?

Prendre des drogues, festoyer jusqu'à pas d'heure, fumer, boire à outrance ? Elle n'en est pas vraiment persuadée, rien que l'intitulé ne lui vend pas du rêve. Locklan a sa manière à lui de décompresser, sans doute partager par bons nombres de personnes. Mais pas elle, de toute évidence. Et c'est suffisant pour la faire se sentir totalement à côté de ses pompes, en comparaison. Elle ne peut pas vraiment en être étonnée : Zi a toujours été à contre-courant. J'aimais... J'aimais les bons restaurants, et... Et voyager, énumère-t-elle avec difficultés. Et passer du temps avec mon fils, c'est la seule évidence qu'elle peut lui donner.

En parler lui arrache un sourire qui n'est pas conquis. Ses yeux ne se creusent pas, elle a besoin d'une gorgée pour essayer de faire passer le trouble qu'elle ressent à cet instant. Rien de ce que j'ai aimé ne peut se reproduire aujourd'hui, à part si vous connaissez un chef cuisinier ou un bon restaurant dans le coin, ce dont je doute, inutile de parler de voyage donc, et encore moins de son fils. Locklan n'aura pas le pouvoir de lui rendre son enfant. Plus encore, il a eu tout juste la capacité de le lui prendre à tout jamais. Merci, mais pas merci.

Et plus cette conversation progresse, plus Zi se sent à contre-courant complet de lui. Elle porte un regard sur son voisin un peu curieux, sentant déjà ses joues chauffer. Le deuxième verre ne sera pas une bonne idée, elle en a parfaitement conscience. Cela étant, peut-être se sent-elle légèrement déridée. Vous allez encore avoir l'occasion de vous moquer mais... Je ne fréquentais pas ce genre de lieu, admet-elle sans pouvoir cacher une pointe d'ironie dans sa voix. J'imagine que ça n'est pas une grande surprise pour vous, elle attend les rires maintenant. Il sait y faire, en découvrant qu'elle n'est rien de ce qu'il attend d'une femme. A vous de me dire, finalement ?

Est-ce vraiment à ça que ressemblait son monde d'avant ? Sans doute. Une autre certitude : elle n'y aurait jamais eu sa place. Non pas qu'elle ait trouvé la sienne, Zi a toujours été un OVNI de toute façon. Au moins, Tao ne l'avait jamais fait se sentir différente.




who's on first ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Locklan Reid
Locklan Reid
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3636
Sujet: Re: Yeux disent   Mer 16 Mar - 17:50
Je soufflai ce qui s’apparentait à un rire en hochant vaguement la tête en signe d’assentiment. Les médecins étaient certainement les pires patients, oui. « Je peux pas trop les juger… J’ai continué à fumer après que mon père soit mort d’un cancer du poumon. » Ian m’avait même fait la guerre là-dessus, mais les addictions avaient la vie dure. La cigarette avait été une habitude bien ancrée pour moi, jusqu’à ce que l’épidémie rendre tout bien plus compliqué. « Il a fallu que les morts se relèvent pour que je sois un peu obligé d’arrêter. » Même si je ne crachais jamais sur une clope.

Je la fixai plus longuement quand elle me demanda si elle aurait dû. Fumer, boire, se droguer… J’haussai une épaule en réponse. « Je pige juste pas comment tu t’en sors avec toi-même. » Elle devait avoir une discipline de fer, ce n’était pas mon cas. Je m’étais longtemps laissé vivre comme je l’entendais. Il avait fallu que je devienne père pour que ce trait s’atténue un peu, même s’il n’avait jamais complètement disparu. J’aurais pété un câble sinon.

Je compris rapidement à quel point nous étions aux antipodes quand elle m’avoua ce qu’elle faisait pour se détendre un peu. Je lui rendis une moue appréciatrice, en soufflant un léger rire. « On avait pas les mêmes moyens, princesse. » Je m’étais constamment serré la ceinture quand j’avais dû reprendre le garage de mon père, pour permettre à Ian, puis à Jena, d’achever leurs études. Je n’avais pas revu souvent l’Ecosse, et il était encore moins question d’aller au restaurant en famille. Ca m’aurait coûté un bras.

Je relevai le regard de mon verre quand elle me parla soudainement de son fils. Je n’eus pas besoin de lui poser directement la question, son regard et son sourire doux amer parlaient pour elle. Il était mort. « Je suis désolé, Susan. » Je n’avais subitement plus le cœur à la fête, à l’entendre parler comme si elle n’avait plus de réelles raisons de vivre. Tout ce qu’elle avait chéri n’existait plus. Elle me renvoyait une image qui me terrifiait un peu. Je me raccrochais tant bien que mal à l’espoir de revoir ma fille un jour. Mais pour mon fils, il était également trop tard. « J’aurais aimé aussi l’emmener en Ecosse, comme mon père l’avait fait avec moi. J’ai peut-être raté des choses, moi aussi. »

Je lui rendis ce même sourire en miroir, avant de terminer mon verre cul sec. « Pourquoi tu es venue ici, alors ? » A sa place, je me serais déjà tirée une balle dans la tête, si je m’étais retrouvé seul, sans but, et sans espoir. « T’es pas venue seule, non ? » C’était ma dernière hypothèse.


"It's holding me, morphing me, And forcing me to strive
To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control"
Revenir en haut Aller en bas  
Zi Shèng
Zi Shèng
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1459
Sujet: Re: Yeux disent   Mer 16 Mar - 18:28
Vous avez eu envie d'arrêter ou ça ne vous a jamais traversé l'esprit avant d'y être obligé ? Demande-t-elle. Là, elle a l'impression de renfiler sa blouse de médecin et de pouvoir être enfin à l'aise. C'est étrange, certes, mais il n'y a bien qu'avec elle que Zi parvient à se sentir en sécurité. Encore plus étrange quand c'est confronté à celle des Hells Angels qu'elle a l'impression d'être la plus exposée. L'hypnose peut apporter certains résultats, si un jour vous voulez franchir le pas, ajoute-t-elle d'un ton professionnel, montrant qu'elle peut même se montrer ouverte à essayer s'il veut. Je ne comprends pas non plus comment vous vous en sortez avec vous même, si ça peut vous rassurer, rétorque-t-elle enfin.

Sans agressivité, mais elle a quand même un haussement d'épaules. L'alcool a au moins le mérite de délier sa langue, d'éviter les détours. Demain, Zi s'en voudra sans doute de ne pas s'être armée - et surarmée - de politesse et de courbettes avec lui. En attendant, l'asiatique n'a pas l'impression que cette familiarité le dérange, au contraire. Simplement, elle ne comprend pas pourquoi. J'en ai conscience. Mes parents et mon mari ensuite étaient des gens très riches, je n'aurais même pas eu besoin de travailler si je l'avais voulu, à dire vrai, souffle-t-elle en réponse. Finalement, le surnom de Princesse n'est pas volé, elle le réalise. Mais Zi a toujours été au fait de sa richesse et de ses avantages, même en tant que personne racisée dans un monde de blancs.

Une gorgée supplémentaire lui permet de vider son verre et de se perdre un instant dans le fond de celui-ci. Locklan lui présente ses excuses, elle ne sait même pas quoi lui dire. Vous ne devez pas tant l'être, c'est à cause des vôtres que je n'ai plus mon fils. Voilà ce qu'elle aimerait lui dire, mais ce qu'elle se retient de prononcer. Pourquoi ? Parce qu'entre ses mots, elle comprend qu'il a aussi perdu un enfant, et que si elle ne parvient pas à le montrer, elle ne peut s'empêcher d'éprouver de l'empathie. De lui accorder au moins ça. Vous venez d'Ecosse ? Renchérit-elle en faisant mine de rien. C'est moins douloureux ainsi. J'y suis déjà allée, c'est un bel endroit, ajoute-t-elle.

Elle n'a pas vraiment l'occasion de s'y appesantir en croisant le regard de Locklan, encore moins avec les questions qu'il pose ensuite. Zi garde le silence un instant, sans détourner les yeux des siens. Si la question que vous vous posez, c'est : pourquoi je n'ai pas tenté de me tuer ? La réponse est : j'ai essayé, lui répond-t-elle sans détour. Elle n'a pas l'impression de devoir rougir de ces aveux. J'ai voulu me laisser mourir de faim, je méritais un terme long et douloureux, mais on est venu l'empêcher, explique-t-elle. Un soupir lui échappe, signe qu'elle n'est pas entièrement satisfaite de ça. Au moins, je suis utile à quelque chose, ici. Est-ce que ça compense vraiment ?

La jeune femme se passe une main sur la joue. Le contraste entre ses doigts froids et la chaleur de la peau de son visage l'interpelle. Elle doit commencer à rougir. Son esprit analytique se met en place en un rien de temps, pour compenser l'impression de vide qu'elle ressent à cet instant : Intéressant, relève-t-elle rapidement pour combler le silence. Je ne pensais pas que l'alcool me rendrait bavarde avec vous, confie-t-elle en relevant les yeux vers lui, comme si cet état de fait était curieux. Ni qu'il monterait si vite à la tête, ajoute-t-elle.




who's on first ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Locklan Reid
Locklan Reid
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3636
Sujet: Re: Yeux disent   Mer 23 Mar - 17:55
« Arrêter ne m'a jamais traversé l’esprit. » Je marquai un temps d’arrêt, en lui rendant un regard plus long, avant d’afficher un léger sourire en coin. « Tu me psychanalyses là ? Et ça dit quoi sur moi ? Que je suis un putain de sociopathe peut-être ? » Elle pouvait continuer si ça l’amusait. Je n’allais pas m’en offusquer. Jena m’avait posé quantité de questions bien étranges durant ces années d’études en psychologie. Elle m’avait diagnostiqué tellement de tares que j’étais persuadé qu’elle était restée en couple avec moi juste parce que j’étais un bon cas d’école à ses yeux. Non, en vérité, c’était plus sûrement parce que nous étions fous l’un de l’autre avant qu’elle ne se lance dans ce genre d’idées.

Je ne me départis pas de mon sourire amusé quand Susan me proposa de tester l’hypnose. « Pour arrêter la cigarette ? On me l’avait jamais faite, celle-là. Tu crois vraiment que ça fonctionne ? » Je lâchai un bref rire à sa remarque suivante. « Facile, princesse. Il suffit d’arrêter de réfléchir. » J’étais doué pour éteindre mon cerveau. Je serais devenu fou sinon. « T’es quand même plus drôle avec un peu d’alcool dans le sang. » Je lui remplis à nouveau son verre, avant même qu’elle ne le finisse. Sans doute qu’elle allait finir par en perdre le compte, mais ce n’était pas vraiment mon problème. Ca lui déliait la langue, ce qui était pour le mieux. Elle m’en apprenait un peu plus sur elle. Alors, comme ça, elle venait d’une famille de riches ? « Tu as dû tomber de haut quand l’épidémie est arrivée pour te priver de tous tes beaux privilèges. » Vivre dans les quartiers mal famés de Seattle m’avait sans doute préparé au pire, même si personne n’aurait pu s’imaginer qu’une chose pareille puisse arriver.

J’hochai lentement la tête, en confirmation, quand elle me demanda si je venais d’Ecosse. « Ma famille, oui. » Mon sourire se fit plus franc, presque fier ensuite, même si la discussion avait pris un tournant plus inattendu. Qu’elle apprécie le pays me faisait réellement plaisir. La suite, un peu moins. J’avais l’impression que Susan était capable de lire dans mes pensées, à formuler des questions que je ne comptais pas poser à voix haute. Je me figeai quelque peu, toute trace de sourire effacé. Elle avait bien tenté de mettre fin à ses jours, sans doute de la pire manière. « Ca aurait été plus efficace de te tailler les veines, princesse. » L’instinct de survie n’aurait pas eu le temps de reprendre le dessus. « Mais si tu as trouvé quelqu’un qui t’aide à remonter la pente, c’est bien. » Elle avait seulement eu besoin de se sentir encore utile. « Tu sauves des vies. Aucun savoir n’est plus indispensable. » Même être mécanicien faisait pâle figure à côté. Et pourtant… Je savais très bien à quel point mes compétences étaient appréciées. Chez les Hells Angels, c’était même ce qui m’avait assuré une place parmi eux.

Je marquai un temps de silence, qu’elle brisa bien vite en commentant les effets de l’alcool. Je lui offris un mince sourire en retour. « C’est pour ça que ça fait du bien par où ça passe. Mais tu as l’alcool triste, princesse. » Et elle m’entraînait dans son bad trip en prime. J’avais moins l’humeur à m’amuser ce soir.


"It's holding me, morphing me, And forcing me to strive
To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control"
Revenir en haut Aller en bas  
Zi Shèng
Zi Shèng
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1459
Sujet: Re: Yeux disent   Ven 25 Mar - 13:58
Je ne vous psychanalyse pas, assure-t-elle simplement à sa remarque, en fronçant les sourcils. Elle sent son visage chauffer, de honte, s'en défend comme elle le peut, d'un maladroit : Pourquoi est-ce que je le ferais ? qui ne plaide pas vraiment sa cause. De fait, elle n'a pas l'air très crédible mais la jeune femme tente, bon gré mal gré de reprendre son sérieux, et de ne pas donner l'impression qu'elle en sait plus que ce qui est factuel. Elle a un soupir, pinçant les lèvres.

Tout dépend votre sensibilité à l'hypnose, statistiquement, il y a des chances que ça fonctionne. Mais ça n'est pas la bonne méthode pour tout le monde. A dire vrai, je vous crois trop têtu pour que ça influe sur vous. Vous seriez plus du genre à arrêter quelque chose parce que vous l'avez décidé fermement, analyse-t-elle néanmoins. Là, il peut sans doute croire, en effet, qu'elle l'observe attentivement. Mais du caractère qu'il a montré jusque-là, c'est ce qui lui apparait comme le plus cohérent. Cela ne va pas vous surprendre mais : On ne cherche pas ma compagnie pour mon humour, ajoute-t-elle.

Et à dire vrai, on ne cherche pas du tout sa compagnie. Zi n'est pas une femme très agréable, moins elle existe, mieux elle se porte, en réalité. Si elle doit avoir un pouvoir magique, ça serait celui d'être totalement invisible aux yeux de tout le monde. Là au moins, elle trouverait comment s'épanouir, sans devoir subir le regard de ses confrères et consœurs. Sans doute pour ça, d'ailleurs, qu'elle ne s'échine pas à reprendre du poids. Ce n'était pas facile mais... On s'y habitue dans tous les cas. Je n'ai jamais été matérialiste. Et elle se moque de la majorité de ses possessions. Plaider pour un minimum d'hygiène et de confort, ça n'est pas avoir une mentalité de riches selon elle.

Elle scrute le fond de son verre, relevant le nez après sa remarque : Et pour vous, comment ça a été ? Dans les premiers temps, demande-t-elle par curiosité. Il n'a pas été riche avant. A fréquenté des bars dans lesquels elle n'a jamais mis les pieds. Soit, jusque-là, rien qu'elle n'aurait pas pu deviner. Il y a-t-il autre chose à savoir ? Elle pince les lèvres : Mais trop rapide. Le but n'était pas de partir trop vite, surtout pas sans souffrir. Au moins, c'est dit. Locklan ne pourra pas être surpris de la remarque, elle assume totalement ce besoin masochique de se faire du mal pour payer son crime.

Un soupir lui échappe alors qu'elle se sent vaciller. Si son équilibre devient précaire alors qu'elle est tout juste assise, elle s'interroge sur quand elle sera sur ses deux jambes. C'est avec Ivy que vous partez, lorsque vous allez dehors, c'est bien ça ? Demande-t-elle alors. Elle ne sait même plus pouvoir. Ses pensées ont fait un saut qu'elle n'a pas suivi. Je ne me sens pas triste, assure-t-elle. Elle n'en a pas l'impression en tout cas. Vous l'êtes ? De quoi ? Interroge-t-elle. Comment fait-on pour avoir l'alcool autrement, alors ?




who's on first ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Yeux disent   
Revenir en haut Aller en bas  
- Yeux disent -
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: