The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

Let's start from scratch and blow up the sun !
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 11966
Sujet: Re: Let's start from scratch and blow up the sun !   Jeu 21 Avr 2022 - 6:36
Ouais ouais, c'est bon !
Quel autre choix lui reste-t-il sinon celui de la reddition, de toute façon ? Zelda a éprouvé un plaisir malsain lorsque ses coups ont fait couler le sang. C'est souvent le cas, d'ailleurs. Mais elle s'est surtout sentie fautive. Comme si au fond d'elle, sous cette épaisse couche de colère et de frustration, une part d'elle était toujours consciente de s'attaquer à la messagère plutôt qu'au message.

Mais l'heure n'était pas à la réflexion. L'australienne voulait faire mal, prouver qu'elle était l'égale de sa camarade. Peut-être même plus, si elle se fie aux chuchotements de sa fierté. Mais si l'adolescente a bénéficié de l'effet de surprise en se jetant sur son amie, elle a bien vite perdu son avantage. Les coups portés n'ont pas déstabilisés Jill. Et la rebelle s'est finalement retrouvée projetée au sol. Avec ce sale genou qui appuie sur son dos, et qui empêche désormais l'oxygène d'entrer dans ses poumons. Ou encore ses mains qui l'empêche de répliquer et la cantonne au rôle de spectatrice de son propre duel.

La douleur et la crainte que sa camarde n'aille trop loin ont finalement supplanté la colère. Ce n'est pourtant pas le calme qui l'a remplacée, mais le simple bon sens. Et quelques évidences désagréables : Jill est plus forte, mieux entraînée et plus coriace qu'elle. Un constat sans appel, mis en exergue par la délicate posture dans laquelle l'australienne se trouve.

Immobilisée. Humiliée. Et puis, surtout, vaincue !

Ca va, on est ok ! grogne-t-elle avec difficulté, tapant deux fois de sa paume sur le sol. Un réflexe hérité de l'entraînement et sensé indiquer à l'adversaire que l'on jette l'éponge. Un geste qui fait mal, qui ne peut que meurtrir la fierté. Et qui la renvoie à l'image de ce putain de chihuahua vociférant évoqué par Jill. Alors lorsque la prise de sa camarade se relâche et lui rend sa liberté, Zelda peine franchement à tirer une quelconque forme de satisfaction. Sinon celle, peut-être, d'être toujours vivante.

Elle reste un instant allongée sur le sol avant d'imiter Jill et de se redresser sur les fesses. Elle en profite pour retirer cette brique de verre qui s'est enfoncée dans son avant-bras lorsqu'elle a été projetée à terre. Sa main tremble sous l'effet de l'adrénaline. Et une grimace prend place sur son visage quand l'intru quitte sa chair et laisse, dans son sillage, une mince rivière aux reflets carmin.

C'est le moment de la gêne, du silence. La remarque de Jill lui arrache un petit reniflement. L'australienne baisse la tête avant d'esquisser un mouvement approbateur avec cette dernière. Comme si elle n'était pas certaine qu'une réponse - fut-elle aussi effacée - soit nécessaire, ou désirée. Mais ouais, c'est vraiment une journée de merde !

La jeune femme écarte d'un mouvement rageur la larme qui coule sur sa joue. Elle n'est pas uniquement due à la tristesse ou aux regrets. Mais surtout à ce corps qui exprime sa frustration à sa manière, sous la forme de perles cristallines. Je... C'est... bredouille-t-elle, Elle aimerait dire pas mal de choses en cet instant. L'ennui c'est qu'elle ne sait pas par où commencer. Tout ça, c'est trop frais ! Et la rancune l'empêche encore de faire preuve d'une quelconque forme d'empathie, ou d'ouverture.

Alors tandis qu'elle reprend son souffle et constate une désagréable douleur au niveau des côtes, Zelda pose le regard sur les rôdeurs qui les poursuivaient. La menace qu'ils incarnaient n'est plus que l'ombre de ce qu'elle fut. Et pourtant elle éprouve un désir qui l'invite désormais à se jeter sur eux. La violence est une thérapie, non ? Mais elle n'a plus la force, ni une réelle envie de faire couler le sang aujourd'hui. Même si le sang en question appartient à des cadavres incapables de ressentir une autre souffrance que celle de la faim.

Un soupir plus long vient conclure le tout. Le calme est revenu et les nuages s'estompent. La tempête est dans leur sillage. Du moins l'espère-t-elle. Elle est toujours valable ? Un sourire fatigué vient s'installer brièvement sur ses lèvres tandis qu'elle risque une œillade en direction de son amie. Ton offre de n'pas mentionner les trucs... gênants dans ton rapport ? La réponse lui importe peu, en fait. Peut-être qu'elle mériterait une punition, elle ne sait plus trop. Mais sa question vise surtout à renouer le contact avec celle qui fut une adversaire l'espace d'un instant mais qui n'a jamais cessé d'être cette grande sœur qu'elle jalousait autrefois à d'autres.

Devrait-elle présenter ses excuses ? C'est ce que la politesse exige ! Oui, elle le sait bien. Mais Zelda croit aussi que l'amitié peut se passer du champ lexical du regret. Et qu'elle n'a pas réellement besoin d'exprimer ce qui est déjà évident. Alors, à la place, l'adolescente esquisse un mouvement qui vaut bien plus que la plupart des mots qu'elle aurait pu prononcer : elle dépose délicatement sa joue sur l'épaule de sa voisine. Juste quelques secondes. Le temps de signifier à son amie qu'à ses yeux le soucis est réglé et que sa colère s'est dissipée. Ou encore, qu'elle tient toujours autant à elle.

Et la voici qui se relève péniblement, en grimaçant. Avant de faire quelques pas pour récupérer son sac, et l'enfiler d'un geste marqué par la lassitude et la fatigue. Elle veut rentrer. Passer à autre chose, à une journée un peu moins naze que les autres. Et surtout, que celle-ci.

Et voici l'australienne qui hésite à nouveau tandis qu'elle se retourne pour observer sa camarade. Elle ne réfléchit pourtant pas tant que ça avant de franchir à nouveau la distance qui la sépare. Mais cette fois c'est simplement pour tendre la main à Jill, et lui offrir son aide pour se relever. Non, bien sûr, l'ancienne flic n'en a pas besoin. Mais le geste se veut davantage symbolique qu'utilitaire. Avant qu'tu poses la question... Non, j'ai pas appris à donner la patte ! plaisante-t-elle sobrement, peinant à réprimer un autre sourire. Mais si ses lèvres rient, ses yeux expriment un curieux mélange de regret, de gêne et de tendresse.



Zelda Anderson
Power, real power,
doesn’t come to those who were born strongest, or fastest, or smartest.
No. It comes to those who will do anything to achieve it.
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1420
Sujet: Re: Let's start from scratch and blow up the sun !   Jeu 21 Avr 2022 - 12:59
- Bien sûr : j’dirais que c’est le crochet du droit d’un vorace qui m’a fait ça, plaisanté-je avec un sourire en coin.

Aïe. D’ailleurs, ça picote. J’ose pas toucher avec mes doigts crado, alors c’est ma langue qui passe doucement sur les chairs meurtries pour évaluer les dégâts. Rien de très grave, mais ça goûte le sang frais. Sale môme, je le répète. Bras sur les genoux, je reprends mon souffle, renifle et répond plus sérieusement :

- On a pas trouvé les pirates, on est tombées sur une planque abandonnée mais avec des restes de vivres, on a eu quelques soucis avec les rôdeurs qui nous ont oublié à fuir par les égouts.

Voilà : simple, concis, crédible. Ça expliquerait notre état, notre cargaison, ainsi que les munitions manquantes. Ça n’aura aucune incidence future avec le camp, personne ne viendra vérifier notre carnage. Il n’y aura que notre conscience et nos cauchemars, pour nous rappeler le déroulé de cette sortie de « repérage ». J’imagine que j’aurais pas trop de mal à m’en accommoder…

A ce moment, je sais ce qui ronge Zelda et je prends son timide geste affectueux pour ce qu’il est. Je suis pas psy, mais je crois vraiment que cette gamine est un peu comme moi : une brute potentielle, que l’essentiel des gens ne lit qu’à travers sa violence. Alors puisqu’on attend d’elle de la rage, elle donne de la rage. Et dans cette escalade de démonstration de force, dans cette volonté de la « dompter » comme on le ferait avec un animal, on ne fait que créer ce qu’elle est aujourd’hui.

Finalement, l’adolescente est comme ces délinquantes que je devais parfois arrêter autrefois. Face à la rigueur de la police à leur égards, ils devenaient plus extrêmes, plus impitoyables ; et la réaction des autorités était de faire de même, alors l’engrenage n’avait pas de fin. Bref. Zelda a besoin de moi, je pense, pour l’aider à être autre chose qu’un enfant soldat. Et quelque part, j’ai besoin d’elle.

- C’est bien dommage, lui rétorqué-je avec un sourire, ça manque à ton arsenal !

Elle est debout, main tendue. Je lui souris, dégage encore mes cheveux hirsutes de mon champ de vision, et lui choppe le bras pour me relever. L’orage est passé, on en est déjà à la réconciliation. Je resserre correctement mon sac sur mes épaules, puis jette un œil aux zombies. Deux cents mètres, c’est l’heure de se tailler. Reprenant la marche, je passe un bras autour du cou de ma cadette, l’y emprisonne et frictionne vigoureusement son crâne avec mon autre main. Celle qui est mutilée, comme la sienne.

- Tu te défends bien en vrai pour un chihuahua, m’amusé-je franchement ; et j’aurais tellement aimé que ma sœur soit aussi forte qu’elle…



Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
- Let's start from scratch and blow up the sun ! -
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: