The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Call me up and tell me a joke
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Chris Edison
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 722
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Dim 24 Oct 2021 - 17:37
Je dirais pas qu'il en avait strictement rien à foutre de ce que je raconte. C'était pas exactement ça. Ou en tout cas, pas intentionnellement. C'est juste qu'il était tellement déchiré que tenir une conversation n'était plus vraiment dans ses compétences du moment.
Je souris malgré moi de son état. Pas par moquerie, plus par tendresse. Si seulement c'était juste une cuite occasionnelle, un coup de mou ou de jesaispasquoi temporaire... je saurais quoi dire, peut-être. Je saurais le réconforter, lui dire que ça va passer, que c'est une mauvaise passe.
Mais c'était pas le cas. Toute la vie de Dany était une mauvaise passe, et je savais pas comment l'aider à remonter la pente, à part en étant à son côté pour l'empêcher de sombrer d'avantage.

- Bien sur que t'as trop bu, lil'bird. Comme tous les jours depuis.. je sais pas combien de temps. Mais si Bill y prêtait un peu plus attention, j'suis sur qu'il t'interdirait l'accès aux réserves d'alcool tellement tu lui coûte cher.

Il ne résista pas une once d'instant quand je l'amenai à descendre du muret, à mon grand soulagement. J'avais pas envie de batailler avec lui ou de le brusquer pour l'empêcher de se foutre en l'air. Je lui serrai les mains en les frictionnant doucement jusqu'à les sentir tiédir entre mes paumes et les relâcher, pour reprendre une gorgée d'alcool en roulant des yeux. Ben non tu te détruis pas, nan.. prends moi pour un con tant que t'y es. Si t'as un ersatz de respect pour moi, me mens pas. Y'avait pas d'agressivité dans mes mots ou dans mon ton, et je lui collai une bise sur la tempe quand je passai un bras autour de lui.

J'eus pas le temps de réagir qu'il sortait une autre drogue de sa poche. Bordel, il en avait combien en réserve ? Si je le confisquais, il me sortait un pochon de cocaïne ou bien ?
Mais je suis pas son père. Donc je le laissai faire et allumer son stick, avant de le savourer et s'en arracher les poumons. Je soufflai un rire en l'écoutant parler de Curtis et hocher en réponse. C'est vrai. Il a un vrai don. Je baissai les yeux vers le chanteur avachi sur mon épaule, avant d'acquiescer à nouveau.

- C'est chiant mais c'est pas plus mal. Tu te fous assez de saloperies dans le corps comme ça, Dany.

Je soupirai et attrapai le joint en lui tendant la bouteille en échange. Je tirai doucement dessus, gardai la fumée un instant et la recrachai avec une petite quinte de toux. Merde t'as raison, il est hard.
Je restai silencieux un moment, toujours à frictionner l'épaule du jeune homme machinalement, les yeux au ciel. Les effets cumulés de la boisson et de la fumette ne mirent pas longtemps à monter, m'embrumant doucement l'esprit, dans un état cotonneux pas désagréable.

- J'devrais aller t'foutre au lit avec un grand verre d'eau, putain.. Pas m'achever avec toi. Je posai ma tête contre la sienne. Parle-moi, bordel... j'suis là pour toi. Dis-moi c'que tu ressens. C'qui va pas.



C'est pas contre toi...
J'aime juste pas les gens.
Code by Laxy Dunbar

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Daniel N. Iacobo
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 658
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Mar 26 Oct 2021 - 12:14
J'sais pas comment ils font pour trouver autant d'alcool, je remarque sans me formaliser de ce qu'il me dit. Mais c'pas plus mal, hein ! J'suis même pas sûr qu'ils le remarquent, quand j'pique des bouteilles.

Et nous voilà assis contre le muret. Maintenant que j'ai le cul posé, je constate que j'ai la tête qui tourne bien salement. Mes yeux se ferment une seconde, profitant de la chaleur qui se diffusent de ses mains aux miennes.

J'mens pas, je lâche, en mentant, bien sûr. Et j'm'en rends compte, alors je lâche un rire.

Je me détruis ? Sans aucun doute ? J'en ai conscience ? Peut-être aussi. Pas actuellement. Mais quand j'aurais la gueule de bois, quand je vais devoir me coltiner la redescente, ouais, je vais bien le capter.

La première taff du joint achève de me détendre, je m'avachis un peu plus sur Chris.

C'est pas de la saloperie, c'est genre … des plantes. Je me purifie, en fait.

Il récupéra ma drogue en barre pour tirer dessus. À son tour de tousser, ce qui me fait doucement ricaner. Un silence s'installe. Il ne me dérange pas, au contraire. Ça me laisse le temps de profiter des effets de la drogue, du moment, juste Chris et moi, de sa main qui me frictionne. J'aimerais ne jamais bouger. J'aimerais que ma vie soit différente. Être quelqu'un d'autre.

Mes paupières se ferment quand il reprend la parole. J'ai un fin sourire sur les lèvres, qui s'efface doucement à ses derniers mots.
Un soupir m'échappe. Je me tortille un peu pour réajuster ma position, m'allongeant presque sur Chris, un bras couvrant mes yeux agressés par le ciel blanc.

C'qui va pas … je baragouine, laissant le silence s'étirer encore.

Je récupère le joint, le glisse entre mes lèvres et tire dessus, yeux toujours cachés. Malgré moi, je lâche un petit rire jaune, presque moqueur. Ce qui ne va pas. À ce stade il devrait plutôt me demander ce qui va, ça ira plus vite.

J'aurais peut-être dû rester attaché à ce radiateur, je finis par lancer en écho à mes pensées.

M'imaginer ça m'apaise, parfois. Aujourd'hui, je serais un rôdeur menotté à un putain de radiateur, à moitié à poil. J'aurais fais de mal à personne. Peut-être qu'un type me serait tombé dessus et m'aurait abattu sans once de pitié, et j'aurais fais parti des millions de victimes de cette épidémie. Mon histoire ce serait terminée ainsi, je serais resté dans l'oubli. Je n'aurais pas eu à continuer à vivre, à m'accrocher à une planche au-dessus de l'eau, à lutter, même pas pour moi, mais pour les autres.

Derrière mon avant-bras nu, mes yeux me piquent. Pourant, je ne pleure pas.

C'est … dur, Chris. Tout est trop … trop dur.

Même avec Curtis, qui était pourtant ma bouée de sauvetage il y a quelques mois. Plus il va mal à cause de moi, plus je suis mal de le voir comme ça. Ce cercle vicieux nous plonge tous les deux dans les abysses, et on se ronge, on se ronge. Aujourd'hui, il y a bien que lorsque je surjoue la joie que je me sens un temps soi peu bien. C'est pour cette raison que je suis si souvent avec Lexie, par exemple. Avec elle, les choses sont simples. Mes démons sont derrière un rideau.

J'aurais aimé ne jamais être sauvé, je crois, j'admets encore, et je n'ai même pas de réelle peine dans ma voix. C'est un constat, simplement. Je ne penserai plus, aujourd'hui.

Mon bras glisse légèrement, dévoilant un oeil vert qui se pose sur le visage de Chris. En contreplongé, je ne discerne pas ses traits. Ma main se lève, touche ses cheveux, revient ensuite couvrir mes prunelles fragiles.

Sois pas triste pour moi, Chrisounet. C'est comme ça. J'fais assez de mal en étant mal. Et c'est... çarend les choses pire encore.



   
Why not Me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 722
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Mar 2 Nov 2021 - 22:34
En vrai, s'il buvait autant c'était en partie de ma faute. C'était moi le responsable des réserves de la faction, et je savais très bien qu'une partie des bouteilles d'alcool finissaient dans le gosier des Bastards au lieu de terminer au bar de la Cage. Mais je laissais faire, fallait bien qu'on se détente de temps en temps, et puis ça n'entachait pas le business du bar. Je soufflai doucement avec un sourire furtif :

- Bien sur que j'le vois, pequeño idiota... Et j'ajoutai au passage : Peut-être d'ailleurs que je devrais les mettre sous clefs.

Dany refusait de voir les choses en face, il se voilait les yeux, les oreilles. L'esprit. Il se détruisait à petit feu. Enfin, à gros feu de paille, même. Alcool, beuh, médocs, manque de sommeil, et qui sait, drogues en tout genre selon ce qui lui tombait sous la main.
Ça me rendait dingue et j'avais envie de le secouer, de le faire réaliser son état, de lui dire de se remettre sur les rails. Mais je savais plus que quiconque que ça marchait pas comme ça. Même si j'étais pas dans sa situation, je connaissais la dépression récurrente, et je savais tout aussi bien que la volonté seule n'y était pour rien.

Quand il s'allongea à demi sur moi, je posai une main sur son front, la baissant pour protéger ses yeux quand il passa son bras par dessus. Ma seconde paume se posa sur ses côtes, machinalement, et sans aucune intention cachée. Les vairons baissés sur lui, je l'écoutai me donner sa réponse. Sa douloureuse réponse. Un instant je sentis les larmes me monter aux yeux mais je les ravalai aussitôt. Il n'avait pas besoin de ma peine à porter en plus de la sienne. Il avait besoin d'une épaule sur laquelle se reposer, d'une main à accrocher s'il l'acceptait.
Sa main accrocha mes cheveux un instant et je lui rendis le geste, me mordillant pensivement la joue quelques secondes.

- J'suis pas... triste. Enfin, si. J'suis pas content de c'que t'as vécu, c'est sur. Mais j'réfléchis, surtout. Moi j'suis heureux que tu sois encore là. J'tiens à toi, et si t'étais pas là.. la vie serait bien plus chiante. je lui souris légèrement en l'ébouriffant. Puis je le repoussai pour qu'il se redresse dos au mur, et vint m'accroupir au-dessus de ses cuisses, attrapant doucement ses deux poignets pour éloigner la bouteille et le joint.
Ecoute-moi Dany. Ecoute-moi attentivement. Je sais qu'là tout de suite, c'est compliqué pour toi mais c'est pas grave, j'te répèterai tout demain s'il faut.

Je relâchai une main pour la passer sur sa nuque, venant poser mon front contre le sien dans un soupir.

- A partir de maint'nant, j'te laisserai plus tomber aussi bas. J'ai jamais vécu c'que t'as subi, mais j'connais la dépression, j'connais la solitude, l'impression qu'on s'relèvera jamais. Qu'on est au fond du gouffre et que personne y peut rien. Mais maint'nant je suis là. Je reculai à peine le visage pour le fixer dans les yeux.
Demain t'arrêtes de boire et tu viens avec moi au salon de tatouages. Je t'apprendrai à dessiner si tu l'veux. Tu m'assisteras pour les tatouages... et j't'apprendrai aussi si t'as envie. Et toi, tu m'apprendras à jouer de la guitare.

J'inspirai longuement avant de reprendre :
- Et j't'arrête tout de suite. C'est pas d'la pitié ou.. j'sais pas quoi. C'est du pur égoïsme. J'tiens à toi. Et j'veux pas qu'tu sombres.
Et tu sais quoi ? J'te laisse pas le choix.



C'est pas contre toi...
J'aime juste pas les gens.
Code by Laxy Dunbar

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Daniel N. Iacobo
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 658
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Sam 13 Nov 2021 - 22:44
Je grogne un peu et secoue la tête, venant toucher la joue de Chris.

Noooon mets pas sous cleeefs … promis j'bois pas tant que ça !

Mes yeux se ferment, protégés du soleil par la main de mon ami, son autre bras maintenant mon corps. D'un seul coup, je me sens bien, là, et je me dis que je pourrais bien m'endormir. En sécurité, presque apaisé.

Mais voilà, Chris ne m'autorise pas à dormir pour oublier, et il me tire les vers du nez. Je finis par lui baragouiner le fond de ma pensée, sur le fait que je sois en vie, sur mon état d'esprit, sur la vie, tout en essayant de ne pas rendre le truc plus déprimant que ce que c'est déjà.

J'suis pas … triste. Enfin, si. J'suis pas content de c'que t'as vécu, c'est sûr. Mais j'réfléchis, surtout. Moi j'suis heureux que tu sois encore là. J'tiens à toi, et si t'étais pas là .. la vie serait bien plus chiante.

Un bref sourire étire mes lèvres. J'essaie de l'apercevoir dans la luminosité douloureuse avant de me redresser en grognant un peu, poussé par lui. Mon dos se presse contre le mur, mon visage bascule de droite à gauche alors que mon corps ne demande qu'à retomber sur le côté. Je suis forcé de redresser un peu la tête, parce que Chris vient de se poser juste devant moi, et il me faut toute la concentration du monde pour rester ancré dans la réalité et l'écouter.

Mes yeux se ferment quand même quand son front se pose contre le miens.

Ecoute-moi Dany. Ecoute-moi attentivement. Je sais qu'là tout de suite, c'est compliqué pour toi mais c'est pas grave, j'te répèterai tout demain s'il faut.
Hmm ...

Je souffle par le nez, avale ma salive et me force à le regarder. Ce serait le moment pour désaouler un minimum, Dany, hein.
D'autant que la déclaration tombe, honnête, criante de sincérité et d'empathie. Mon visage se teinte d'une expression peinée, touchée tandis qu'à tâton, ma main finit par venir presser sa cuisse. J'aime pas qu'il me dise d'arrêter de boire, mais mon cerveau choisit de pas garder ça en tête.

J'dessine … comme un gosse de cinq ans, je marmonne.

J'veux pas qu'tu sombres.

Cette phrase me touche un peu plus en plein cœur, et une fraction de seconde, je sens une brusque montée de larmes grimper à mes yeux. J'suis forcé de détourner la tête pour les ravaler, et je secoue doucement le visage, un sourire triste sur les lèvres. Tout ce que me dit Chris … sa détermination, son courage, son envie de m'aider … ça me fait d'autant plus culpabiliser. Parce que j'aimerais pouvoir le rendre fier, j'aimerais qu'il soit rassuré, pouvoir le lui dire, pouvoir être sincère. Mais je sais que je ne serais qu'une déception. Encore une fois.

J'y arriverai pas Chris, je lance après un silence, d'une voix éteinte. Et tu vas finir par me détester, parce que je vais tout gâcher … je le sais. Je vais finir par te briser, comme Curtis … J'y arriverai pas.

Je me frotte les yeux, ma main sur sa cuisse remonte sur son torse, je lui donne trois petits coups sans aucune conviction, un air absent passant sur mes traits.

Finalement, mon regard remonte, s'ancrant dans le sien. Mes doigts s'accrochent au col de son haut. J'ai l'esprit embrumé. Le corps meurtri, les sens brouillés.

Chris … Chris embrasse-moi.

Je ne lui laisse pas le temps de réagir ou de me répondre que déjà, mes lèvres se plaque contre les siennes. J'vais regretter ça. J'vais le regretter pour toujours, si j'serais encore foutu de m'en souvenir quand j'aurais désaoulé. Pour l'instant j'me sens juste porté par des sensations floues, par mon amour et ma tendresse pour Chris qui me font agir n'importe comment.



   
Why not Me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 722
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Mer 17 Nov 2021 - 0:17
- Tu bois pas tant qu'ça ? dis donc, va falloir arrêter de m'prendre pour une tourte, Dany.

Sans rire, il buvait au moins autant que le reste des Bastards à chaque journée ! Bon, peut-être plus depuis que Lexie était entrée dans la compétition, mais tout de même.
Je voyais bien qu'il avait du mal à se concentrer sur mes paroles. Encore plus depuis qu'il s'était allongé, espérant sans doute s'endormir contre moi pour cuver un peu. Sauf que j'avais des choses à lui dire, moi... Pas au meilleur moment choisi, clairement. Mais peut-être aussi.. En fait, c'était aussi égoïste. Je l'avais vu s'effondrer et s'enfoncer sans réagir, et je m'en voulais terriblement. Alors j'avais besoin. Besoin de lui présenter mes excuses, besoin de lui dire que maintenant, il n'était plus seul face à ses démons.

Je n'étais pas sûr qu'il ait capté quoi que ce soit de mes mots tant il semblait ailleurs, dodelinant du chef et peinant à poser ses yeux dans les miens. Pourtant il m'arracha un rire à sa remarque sur ses qualités de dessinateur, et je ne pus m'empêcher de poser un baiser sur son front.

- Tout s'apprend, Dany. Moi je t'apprendrai.. et on s'en fout, tu me feras des bonhommes-bâtons au pire. Tant que tu t'occupes à autre chose que te détruire la santé.

Je lui parlai encore un peu, essayant de le faire réagir. Mais sa réponse ne fut pas vraiment celle que j'attendais. Ou même, vraiment pas. Je soupirai doucement, secouant la tête.

- T'es.. t'es comme moi. A croire que tu vas tout foirer. Que tu vaux rien. Mais écoute bien, hermano.. Moi je crois en toi. Et ça t'y pourras rien. Je ne savais pas comment lui en dire plus. Comment lui faire comprendre que je lâcherais pas l'affaire.
Tu m'briseras pas, putain.. Prends la main que j'te tends. Essaye ! Abandonne pas avant même de t'être donné une chance...

Je ne réagis pas particulièrement au mouvement de sa main, sur ma cuisse puis mon torse. Je n'étais pas tactile en général, mais je m'étais habitué à ce que lui le soit plus que de raison, et plus que de ne pas me déranger, son contact m'était devenu agréable, avec le temps.
Alors comme un débile, je le vis pas venir. Ses doigts qui s'accrochèrent à mon col me firent froncer les sourcils, mais je ne m'attendais pas à ça. Ses mots auxquels je n'eus pas le temps de répondre, et d'un coup, ses lèvres fraiches sur les miennes.

Merde. Mais qu'est-ce qu'il fout ? Qu'est-ce que j'ai fait ? C'est de ma faute ? il a cru que..?

Je restai figé une seconde, mes questions muettes plein la tête, avant de réagir enfin, le repoussant sans violence, juste assez pour qu'il ne puisse pas réitérer par surprise. Je le gardai à distance en le tenant par les deux épaules, et le fixai un long moment en silence, dépité. Je ne savais plus par quel bout le prendre, au sens figuré du terme bien sur.
En désespoir de cause, je l'attirai contre moi, mon menton sur son épaule, et l'enveloppai entre mes bras.

- Merde Dany.. tu m'auras tout fait, hein..? Espèce de.. de.. petite patate.

Je le gardai prisonnier contre moi en reprenant : Mais t'arriveras pas à me faire lâcher prise. Toute façon t'auras oublié ça aussi demain, j'suis sur. Et surtout, qu'Aamir n'en sache jamais rien... Je ne voulais pas que naissent des inimitiés pour un acte irréfléchi de junkie saoule.
Finalement je me recalai contre le mur en le gardant entre mes bras. Je crois que tout était dit pour aujourd'hui. Du moins, je ne savais plus quoi ajouter. Il était trop ivre, de toute manière, c'était peine perdue jusqu'à ce qu'il reprenne ses esprits.

- Dors.. je veille sur toi.



C'est pas contre toi...
J'aime juste pas les gens.
Code by Laxy Dunbar

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Daniel N. Iacobo
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 658
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Lun 6 Déc 2021 - 19:41
Parfois je le soupçonne un peu de m'espionner, d'épier mes faits et gestes. Parce qu'il a l'air quand même vachement au courant de ma consommation d'alcool, le Chris. Mais je crois pas être en état pour faire une remarque, ou quoique ce soit, à cet instant. Je me contente juste de … d'être là, sur ses genoux.

T'es courageux, toi, je marmonne quand je le vois s'entêter à vouloir m'apprendre à dessiner.

J'ai pas conscience de sa détermination, de cette lueur qui brille au fond de ses yeux. Son envie de m'aider et de me tirer de ses abysses.
Je souris tristement, alors qu'encore, il réagit à mon défaitisme, à mon réalisme vis à vis de moi et du déchet que je suis devenu. Mon visage oscille de gauche à droite, lentement. C'est pas que je veux pas essayer. Vraiment. Mais … il arrive toujours un moment où je gache tout. Et si je ne brise pas Chris, je vais faire en sorte, inconsciemment même, qu'il me déteste. C'est plus simple comme ça. De fuir.

J'veux essayer, je souffle quand même, un peu à contrecoeur, beaucoup pour lui faire plaisir à lui, même si je ne me crois pas une seule seconde.

Et je vrille. Je vois son visage, proche du mien. Ses yeux, ses lèvres. Et j'agis sans réfléchir, l'embrassant sans prévenir, déjà prêt à me montrer plus entreprenant.
Mais il me repousse à peine deux secondes plus tard, et je grogne presque. Mon visage bascule en arrière parce que je râle en silence, déjà, frustré, et je finis par le baisser pour le cacher et grommeler derrière mes mains.

Pardon Chris … pardon … tu vois je commence déjà.

Il ne me lâche pas, ne m'engueule pas, ne me frappe pas. Au contraire. De nouveau, de l'affection, de la compréhension, et je me laisse porter contre lui, refoulant mon envie de me tirer les cheveux, de me faire du mal. Je nie de la tête quand il affirme que je vais oublier ce que je viens de faire, persuadé du contraire.

J'suis désolé Chris, je murmure encore.

Je me laisse me faire manipuler. Pas vraiment apaisé, mais au moins, je me sens en sécurité avec lui. À ses mots, je pense ne jamais pouvoir obéir, mais mes yeux se ferment d'eux-mêmes, et il ne me faut pas bien longtemps avant que l'alcool ne me plonge dans un lourd sommeil inconfortable.



   
Why not Me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   
Revenir en haut Aller en bas  
- Call me up and tell me a joke -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: