The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

Call me up and tell me a joke
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Daniel N. Iacobo
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 761
Sujet: Call me up and tell me a joke   Lun 4 Oct 2021 - 20:36
- Call me up and tell me a joke -




Chris & Dany

Hmmpf …

Je frotte mes yeux, mais ma vision reste trouble. En grognant encore, je me redresse, et jette un œil à mon joint éteint. Sur la table de nuit, une bouteille de rhum, que j'ai bien descendu. Tout seul. Pour être honnête … je suis complètement torché.
En titubant, je me redresse, rejoins la fenêtre et tire les rideaux avec précaution, juste le temps de comprendre que c'est pas la nuit. Le soleil est haut dans le ciel, le ciel est bleu. Je devine un vent frais.

'chier …

J'sais pas à quel moment j'ai commencé à boire. Peut-être dès mon réveil. J'sais même pas quand je suis réveillé. Un regard vers le lit, vide. Où est Curtis ? Même ça je sais pas. Tout est vraiment embrouillé dans ma tête, comme si j'étais dans un gouffre sombre, sans paroi, sans coin pour me repérer.
En t-shirt et jogging gris, je sors de mon antre, ma bouteille à la main. J'ai posé des lunettes de soleil sur mon nez. Comme ça, j'imagine que j'donne l'impression d'avoir une sale gueule de bois, pas que j'suis au bout de ma vie. D'habitude, j'tolère bien tout ça. Là, ça remue pleins de choses en moi.

Je rejoins mon coin préféré, le toit. Cette terrasse qu'on a amménagée, où j'passe la plupart de mon temps quand j'bosse pas où que je suis pas terré dans mon lit.
Ma conscience du danger frôle le plancher quand j'm'approche du bord. La bouteille atteint mes lèvres, j'en bois une gorgée, comme si c'était du soda, comme si j'étais pas assez torché déjà, et mon regard se projette au loin, pour revenir au sol, de hauts mètres plus bas.

Le cul du rhum teinte quand je la tape maladroitement sur le rebord. En m'aidant de mes deux mains, j'grimpe dessus, sentant le vent frais – froid même – me claquer le t-shirt contre la peau. Je lève le nez vers le ciel, hume un grand coup, mon corps oscille comme le mat d'un bateau. J'ai l'impression que je suis entre la vie et la mort, et cette sensation est grisante. Perché, si haut, au-dessus du vide, en jeu sournois avec la Faucheuse. J'ai pas peur. J'appréhende même pas, et j'imagine même que mourir d'une chute, ce serait une bien belle mort.

So looooooooong ... Goodbyyyyyye !

Je pousse ma voix, persuadé d'être seul au monde, dans une chanson qui me revient de je ne sais où.

I'll seeeeee you when I seeeeee you, You can pick the street, I'll meet you on the other siiiiide !

J'reprends mon souffle, semble percevoir un bruit du côté de la porte. Mon visage se tourne par-dessus mon épaule tandis que mon corps se penche sur le côté pour récupérer ma bouteille. Finalement, je ne prête pas attention à la personne qui arrive et refait volte-face dans une longue gorgée qui ne me brûle même plus la gorge.


"Keep me searching
For a heart of gold ▵"

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Ven 8 Oct 2021 - 0:04
Journée bien entamée. Le soleil était haut dans le ciel, sans réussir à réchauffer totalement la ville. C'était le bonheur des débuts d'automne, le soleil qui ne chauffait plus autant et le vent qui lui, se faisait un plaisir de nous glacer le sang. Mais j'allais pas me plaindre.. j'étais né à Seattle, j'y avais toujours vécu, je connaissais le climat sur le bout des doigts. Même si ça m'avait pas empêché de me taper une insolation pendant l'été, ceci dit.

J'avais passé de longues semaines dans un long couloir de solitude, solitude recherchée par ailleurs. J'étais dans une de ces périodes où je ne supportais plus personne excepté mon compagnon, dont je me demandais comment lui, pouvait me supporter. J'étais devenu un fantôme dans la faction, malgré ma rigueur à travailler, encore et toujours. J'oscillais entre les gardes à la Cages, les veilles à l'Orb, et de longues heures à dessiner ou écrire des pages et des pages sans intérêt dans mon salon de tatouage.
Je m'étais senti vide, inutile, désœuvré, rejeté quand bien même c'était moi qui évitais les contacts. Quoi que je fasse, il y avait cette douleur sourde dans ma poitrine, comme si mon coeur ne battait plus la mesure. Comme si j'étais sur le point de crever. Comme si plus rien n'avait de sens ni d'importance. D'ailleurs plus rien n'en avait vraiment.

Puis sans que je sache pourquoi, une éclaircie s'était faite au-dessus de la fange noire dans laquelle j'étais plongé jusque là. Petit à petit je faisais mon possible pour m'en extirper, revenant me mêler par petites touches au reste du groupe. Quelques repas. Quelques discussions. J'avais du mal à retrouver une place. Ma place, si tant était que j'en aie réellement une.

Il y en avait un autre, que je ne voyais plus beaucoup. Un que je supposais lui aussi perdu dans ses démons. Et je m'en voulais passablement de ne pas être là pour lui, pour le soutenir. D'autant que plus le temps passait, plus j'avais l'impression que Curtis ne le tirait pas vraiment vers le haut, malgré toute l'amitié que je portais au tatoué.
Perdu dans mes pensées, je vis passer, du coin de l'oeil, la silhouette grise et hasardeuse de Dany, justement. Sans trop y réfléchir, après un instant de réaction, je me redressai pour lui emboiter le pas. Je ne me pressai pas, je savais précisément où il se rendait. Et ce n'est pas comme si le toit comportait beaucoup d'issues, après tout.

Arrivé sur place, c'est sa voix qui me parvint en premier, avant que je ne l'aperçoive, perché sur le rebord du mur, dans un équilibre plus que précaire. Mon sang se glaça, mais je m'arrêtai aussitôt. Si je lui fonçais dessus pour le tirer en arrière, j'avais plus de chance de le faire chuter qu'autre chose. Je pris donc sur moi et m'avançai dans une apparente sérénité, les bras croisés sur ma veste. Je m'arrêtai à quelques petits mètres de lui.

- Tu chantes toujours aussi bien. J'avançai encore, tendant la main ouverte vers lui. Tu partages ta bouteille ?
Je portai mon regard vers la ligne d'horizon découpée par les immeubles, en reprenant. Ça fait longtemps qu'on a pas discuté..
Revenir en haut Aller en bas  
Daniel N. Iacobo
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 761
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Lun 11 Oct 2021 - 18:32
Mon corps tangue en arrière quand je reconnais la voix de mon ami. Un instant, je l'avise des pieds à la tête en portant le goulot à mes lèvres. J'étouffe un rot en gonflant mes joues, lorgne sur sa main qui se tend vers moi pour avoir ma bouteille.

Je considère la question une seconde, les yeux sur mon rhum, avant de la tendre vers lui. Mais au dernier moment, quand il va pour l'attraper, je redresse d'un seul coup haut le bras, gardant mon équilibre en écartant l'autre, celui toujours en écharpe.

Hop lààà feinte !

Un rire m'échappe, je déplace l'un de mes pieds, restant à moitié tourné vers Chris, à moitié vers l'horizon, et je balance mon regard au loin, yeux plissés. Je fais genre, mais je vois presque que dalle. Le soleil brille fort, déployant l'ombre des bâtiments en ruine comme s'il tentait de nous écraser de sa présence. Malgré ça, il fait un peu frais. Le vent est fort. J'aime ce temps, pourtant. Je ne me plains pas, même si je préfère les grandes chaleurs.

Pour-pourquoi tu viendrais pas toi là-d'ssus avec moi ? Y'a une super vue, d'ici. On dirait qu'on domine la ville !

Je préfère lui épargner ma pensée comme quoi tomber de si haut serait fabuleux comme sensation, parce que je suis pas sûr qu'il voit les choses avec autant de détachement que moi. Pour autant, ça veut pas dire que je veux sauter. Enfin ... je crois. Ca dépend. Je suis pas trop sûr de pourquoi je suis venu ici, finalement, et pourquoi j'suis perché comme ça.
Puis j'lui jette un regard, posant d'un seul coup une mine bien sérieuse sur mon visage.

J'sais c'que tu t'dis, hein. T'inquiète j'fais attention, j'vais pas tomber, regarde, je gèèèère !

Un de mes pieds décolle du sol dans un équilibre relatif. Mon bras agite la bouteille de rhum devant moi pour attirer Chris.

Tu l'as veux ? Viens la chercher alors !

Et je lâche un rire, ravi, à des années-lumières de réellement capter la dangerosité de la chose.


"Keep me searching
For a heart of gold ▵"

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Mar 12 Oct 2021 - 22:07
Je le voyais tanguer. A chaque mouvement de son frêle corps en direction du vide, je sentais ma gorge se serrer à l'idée qu'il tombe. S'il mourrait ? Ce serait ma faute. Sans le moindre doute. De ne pas l'avoir aidé. Pas cet après-midi seulement, mais.. Avant. Tout ce temps où il était là à dépérir sous mes yeux et que je ne faisais rien pour l'en empêcher. J'étais un monstre d'égoïsme, dans mon petit cocon de bonheur avec Aamir, à me dire sans y croire que Curtis allait agir pour aider Dany. Mais Curtis n'agissait pas. Je le voyais sombrer, lui aussi, à sa manière. Ils se détruisaient mutuellement, comme deux acides qui se rongeaient l'un l'autre, sans réussir à s'en sortir.

Il aurait suffi d'un coup de vent et il se serait envolé. Pas longtemps. Mais il aurait plané, j'en étais sur. C'était Dany. Dany n'était pas sur la même planète que les autres, lui non plus. Comme moi, d'un sens. Nous n'étions pas fait pour la réalité de ce monde ni même de celui d'avant, mais nous nous en arrangions. Plus ou moins. Moi dans la dépression, lui dans l'auto-destruction.

La bouteille passa à quelques centimètres de ma main qui se referma dans le vide et je roulai des yeux en forçant un infime sourire. Très fin, gros malin.
Il m'invita à le rejoindre et je fronçai les sourcils de désapprobation. Je suis pas sur qu'on devrait.. Pas le temps de finir ma phrase qu'il jouait les équilibristes en agitant toujours la bouteille, visiblement persuadé que j'y tenais réellement. C'est bon, c'est bon.. pose ton pied, j'arrive.

Et pas pour l'alcool. Juste pour pouvoir le retenir s'il jouait encore les acrobates. Je passai un pied sur le rebord, puis le second, attrapant au vol la fameuse bouteille sans y boire pour autant. Maintenant que j'étais autant en danger que lui, j'allais pas aggraver mon cas. Je vins doucement lui prendre la main, m'assurant qu'il puisse se servir de moi comme appui.

- T'as pas l'intention de sauter, hm...? J'serais triste. Et je serais pas l'seul. Le culpabiliser, c'était débile. Je le savais très bien. Tu me chantes encore un truc ? Et après... on descend. Ensemble. Ok ? Finalement, je pris une gorgée. Une petite. J'en avais besoin.
Tu sais.. Souvent j'ai l'impression que j'appartiens pas à ce monde. Ça t'arrive pas, à toi ?
Revenir en haut Aller en bas  
Daniel N. Iacobo
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 761
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Mar 19 Oct 2021 - 13:37
Je lâche un rire satisfait en voyant Chris abdiquer. Je recule d'un pas, le laisse me rejoindre, mon sourire idiot toujours posé sur mes lèvres, et lui offre ma bouteille qu'il attrape au passage. J'suis content qu'il soit là, avec moi, même si j'étais bien, seul. Au final, il m'a peut-être empêché de faire une bêtise. J'suis pourtant pas venu pour ça, mais … l'idée m'aurait effleuré l'esprit. L'idée m'avait effleuré l'esprit. Et Chris n'était pas idiot. Il me le fit d'ailleurs remarquer directement, après m'avoir attrapé la main.

Mon regard se tourne vers l'horizon je fais la moue à sa question, hausse une épaule, comme si je répondais à une question banale, sans fond, sans réflexion.

J'vais là où le vent me porte, je lâche en chancelant distraitement d'avant en arrière.

En l'occurence, sur le bord d'un toit. Et le vent semblait bien me diriger vers le vide vu comment il soufflait.
Chris me demande de chanter. Je souffle du nez, amusé par sa requête, mais il enchaîne encore, avec une pensée personnelle qu'il me partage. Plissant les yeux le temps que ses mots me grimpent au cerveau, je tourne mon visage vers lui. L'hilarité sur mon visage a vaguement disparue. De nouveau, je hausse les épaules, glisse une main dans ma tignasse qui me chatouille la peau à chaque coup de vent.

J'en sais rien … je baragouine.

J'suis trop torché pour réfléchir à ce genre de choses, sans doute, mais ma profonde pensée, c'est bien qui ce sent bien dans ce monde ? Dans cette déchetterie actuelle ? Dans cette fin du monde, plutôt ?

Les choses … vont trop vite, j'ajoute après un silence, le buste gonflé d'une expiration lasse. Autour de moi …

J'agite mon bras pour illustrer le 'autour de moi', et fais ensuite claquer ma main contre ma cuisse.

J'comprends pas les gens … les choses … c'qu'il se passe … les enjeux, les trucs qui sont importants, t'sais, pour tout le monde.

Finalement, je laisse échapper mon soupir et me tourne vers Chris. Je lève nos mains toujours liées devant nous, les agitent de gauche à droite comme une petite danse improvisée, reprenant mon sourire d'usage.

T'as la peau dooouce !

Je lâche sa main, levant la mienne à hauteur de son visage pour la glisser sur sa joue, sentant la repousse de son rasage sans que cela ne m'incommode. Un vent de quelque chose me traverse, et je me perds quelques secondes dans son regard. L'alcool aidant - ou n'aidant pas, en l'occurence -, je me surprends à regarder ses lèvres, et à avoir envie d'y goûter.

J't'aime Chris, je baragouine en posant mon front contre son buste.


"Keep me searching
For a heart of gold ▵"

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Mer 20 Oct 2021 - 22:15
Et ça le faisait rire que je le rejoigne sur son bout de mur au lieu de l'en faire descendre comme prévu. Evidemment. A sa place je me serais aussi foutu de ma gueule, surtout bourré comme il l'était. Moi la dernière fois que j'avais trop bu,  je m'étais retrouvé à faire un collé-serré avec Aamir sur la scène des Bastards, entre deux strip-teases. Rien que d'y repenser, j'avais la honte de ma vie.

- J'aimerais bien que le vent ne te porte pas trop loin de moi, hermano..

Je serrai sa main un peu plus fort, comme pour le dissuader définitivement de vouloir faire le grand plongeon. Ma demande de chant resta lettre morte, j'avais peut-être enchainé trop vite les questions pour que son cerveau embrumé d'alcool fasse le tri, qui sait.
Je ne sais pas pourquoi j'avais balancé cette phrase. Quelque chose dont je n'avais jamais parlé à personne. Ni Aamir, ni Zola, ni Kaz. Alors pourquoi maintenant, pourquoi lui ? Parce qu'il avait l'air déconnecté de l'univers, lui aussi. Que j'imaginais trouver quelqu'un qui me comprenne dans cette sensation. Mais là où j'avais merdé, c'est qu'il était rond comme une queue de pelle et certainement pas en état de tenir une conversation sentimentalo-philosophique. Encore que...?

- Je comprends.. des fois c'est l'impression que j'ai aussi. Comme.. si j'étais au milieu d'un fleuve et que j'étais figé alors que ma vie filait entre mes doigts sans que je puisse la retenir. Je dodelinai du chef légèrement, avant d'ajouter. Et.. je crois les enjeux actuels nous échappent tous, Dany. Même moi, qui étais censé être proche de notre adorable chef Anglais, je n'y comprenais rien à rien. C'est tout juste si je savais qui étaient nos alliés dans les factions voisines.

Dans un soupir, Dany chassa le sujet pour en venir à quelque chose de bien plus futile, jouant avec nos doigts avant de vanter la douceur de ma peau. Je levai un sourcil et laissai échapper un rire silencieux quand il vint me frôler la joue, l'accueillant contre moi en secouant doucement la tête.

- Tu sais que je t'aime aussi, comme un petit frère. Et je sais que t'aimes tout le monde quand t'as trop bu, aussi.
Je profitai qu'il soit dans mes bras pour l'attirer en bas du muret et m'asseoir contre, sans le lâcher réellement, une main autour de ses épaules. Ça me fait mal que tu cherches autant à te détruire, tu sais. J'me sens impuissant à t'aider.

Je lui repris la bouteille pour en prélever quelques gorgées, puis vint chercher ses mains pour les serrer entre les miennes. T'es glacé... T'as vraiment des idées de merde quand t'as bu, t'as vu le vent qu'il y a ici ?
Je roulai les yeux dans mon rôle de paternaliste, avec une petite moue de reproche qui ne tenait pas la route.
Dany me plaisait, quoi que je puisse en dire et même sachant qu'il ne se passerait jamais rien entre nous. Ce n'était pas sentimental. Pas vraiment physique à proprement parler non plus. Plutôt un feeling. Je me sentais proche de lui, sans l'expliquer réellement. Tout ce que je savais, c'est que je voulais le protéger. Et surtout qu'il ne se foute pas en l'air, littéralement ou à petit feu.

- Au fait, tu as toujours besoin de tes cachetons pour dormir ?
Revenir en haut Aller en bas  
Daniel N. Iacobo
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 761
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   Jeu 21 Oct 2021 - 22:32
Ouais, ouaaais c'est ça, c'est ça ! Que je lâche dans un rire, pointant mon doigt vers lui, comme s'il avait sorti là la phrase la plus intelligente, juste et réfléchie que j'ai jamais entendue de ma vie. C'est exactement ça ! Ça nous échappe !

Je secoue la tête, l'air éberlué. Au final je crois que j'ai rien capté, mais ça m'avait l'air bien profond, ce qu'il m'a dis, et je suis trop torché pour prendre conscience d'à quel point c'est un sujet qui peut toucher Chris. C'est con, il est pas du genre à se confier, ça aurait pu être un début.

Mais j'suis qu'un petit con égoïste, et trop bourré pour comprendre quoique ce soit d'intelligent. J'me contente de lui faire face, et de lui caresser le visage, porté par mes pulsions d'hormones qui auraient pu me faire accrocher ses lèvres sans honte.

J'ai pas … trop bu ...

À la place, ma tête se pose sur son buste, et sans que je comprenne, on est plus sur le muret. On est assis, par terre, et je grimace en sentant ma douleur au bras qui se réveille, sans doute à cause d'un faux mouvement.

Mais j'me détruit paas … t'en fais pas !

Je roule un peu des yeux quand il reprend ma bouteille, et l'observe la descendre doucement. Je tends le bras pour la récupérer, mais il trouve plus intelligent de m'attraper les mains pour me les réchauffer.

Non j'ai pas froid. Et j'ai pas vu le vent, je souffle avant de rire un peu en m'imaginant pouvoir voir le vent. Mais avec … avec ça j'pourrais le voir.

Je me tortille un peu pour sortir un joint un peu écrasé de ma poche et l'exhibe devant moi. Il a qu'à la garder, la bouteille, moi j'ai bien mieux.
Je sais, c'est pas bien. Je suis en roue libre. Et je rends pas la tâche facile à Chris. Quelle tâche ? Je sais pas. Mais j'vois bien qu'il essaie de faire un truc.

Ma drogue coincée entre mes lèvres, je sors mon briquet, et laisse mon mouvement en suspend à la dernière question de mon ami. Il s'en souvient, de ça ? J'crois pas qu'on en ait parlé plus de cinq minutes, à l'époque. À vrai dire, je crois même que j'avais oublié qu'on en avait parlé.

La flamme jaillit du briquet, j'embrase le bout de mon trésor et inspire un grand coup au passage. L'odeur particulière et douceâtre nous enveloppe. La première taff est toujours la meilleure, et je prends le temps de la savourer, balançant ma tête en arrière, paupières mi-closes, laissant la fumée sortir d'elle-même de mes lèvres et de mes narines.
Une légère toux me prend la gorge, surprise par la puissance des plantes. Je secoue la tête, ris encore un peu.

Damn … Curtis a vraiment la main verte, décidément !

Et mes poumons d'asthmatiques le sentent bien, d'ailleurs.
Mon visage dévie vers Chris, son épaule collée à la mienne. J'me rappelle de sa question. Posant un instant ma tempe sur son épaule, je lève les yeux et le gratifie d'un sourire idiot.

Naaaan j'en prends plus … le gars a disparu du jour au lendemain. J'dois faire sans, maintenant. C'est chiant.

Je tire une nouvelle fois sur mon joint, et le tend à mon ami, au cas où il désirerait s'en délecter aussi. Au passage, je louche sur la bouteille qu'il a toujours.


"Keep me searching
For a heart of gold ▵"

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Call me up and tell me a joke   
Revenir en haut Aller en bas  
- Call me up and tell me a joke -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: