The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -50%
JBL Tune 115 TWS – Écouteurs sans fil ...
Voir le deal
49.99 €

The way it was
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 793
Sujet: The way it was   Dim 19 Sep 2021 - 20:46
Septembre 2021.

La nuit est déjà tombée quand elle referme la porte de chez Margaery, sa dernière patiente du jour. L’été tire sur sa fin et les températures sont de nouveau plus clémentes. Inspirant une grande bouffée d’air, la quadragénaire n’a jamais aussi bien senti le poids des années que ces dernières semaines et elle ferme les yeux quelques instants avec la sensation qu’elle pourrait s’endormir sur ce perron, là, débout, immobile. Contradiction des sens entre une fatigue extrême et une impossibilité latente à trouver le sommeil…
Pourtant, un bâillement sonore que cette dernière ne cherche pas à couvrir la rappelle à l’ordre et dans une mécanique qu’elle n’a heureusement pas besoin d’analyser, elle se remet en marche et prend enfin la direction de sa maison, une rue plus loin.

La nouvelle organisation de son travail ne l’aide rien à pallier au cumul de fatigue. Ses matinées au domicile des plus vulnérables, enfants et personnes âgées, le milieu de journée auprès des blessés de l’attaque subie par le camp, dans une maison aménagée d’urgence pour l’occasion le temps que les travaux au dispensaire soient terminés, et retour chez ses patients, ceux qui se sont souvent ajoutés le jour même et que Lizzie lui transmet par talkie. Maeve ne compte plus les kilomètres parcourus, et les kilos perdus. Comme souvent durant ses longues phases d’insomnies, son appétit s’est lui aussi envolé et la doc se contente du strict minimum, c’est-à-dire trop peu.

Elle pourrait ralentir, lever le pied comme ses collègues lui ont suggéré à de nombreuses reprises. Mais ralentir signifiait avoir le temps de penser et surtout de ressasser, et c’était une contrainte qu’elle s’évertuait à éviter. La perte de Lucy, celle de Terrance qu’elle n’avait pu sauver, plus tous les patients arrivés ce jour-là, morts eux aussi. Difficile de ne pas se sentir responsable de certaines pertes mais se noyer sous la charge de travail l’empêchait au moins de la ressentir trop brutalement. Quel autre choix sinon celui de continuer à avancer? Trop d’événements s’étaient enchaînés ces derniers mois. Sa morsure, son alitement, les visions portées par le delirium, sa remise en question libératrice sur ce besoin de profiter de la vie et du présent, maintenant annihilée par l’attaque et tout ce qu’elle devait gérer. Si elle ne parvenait pas au moins à garder la tête hors de l’eau, elle se noierait cette fois-ci.

Ouvrant la porte de sa demeure qu’elle pense vide, Maeve n’a même pas prêté attention à la lumière filtrée par la large fenêtre de devant et sursaute quand elle détecte la présence de Jill dans le salon. Fermant les yeux pour calmer les battements de son cœur, elle fait glisser sa sacoche de son épaule à son bras, la laissant choir dans l’entrée, avant d’étirer ses lèvres dans un sourire. La chirurgienne n’est pas encore réellement habituée à voir débarquer la jeune femme comme bon lui semble et prendre ainsi ses aises dans sa propre maison, même si ce n’est pas pour lui déplaire. Au moins a-t-elle sauvé sa relation avec la flic, ou le semblant de relation auquel elle se raccroche. Sans exclusivité cette fois-ci, mais seulement dans un sens. Une situation qui ne la comble pas mais dont elle se contente pour le moment, par peur de la perdre définitivement. “Tu me laisses dix minutes, j’ai besoin d’effacer cette journée par une douche.” Et pointant son index vers la trentenaire pour prévenir toute intention qui lui ressemble, elle ajoute “ce n’est pas une invitation…” Et elle s’éclipse au premier étage. Pas avec son épaule en vrac.

L’eau chaude a le mérite de détendre ses muscles à défaut de noyer toutes ses pensées mais elle n’y reste pas plus que nécessaire. Enfilant un simple pantalon d’un coton léger pour la nuit et un débardeur, elle s’apprête à descendre les escaliers mais fait finalement demi-tour, allant fouiller dans sa commode pour passer autour de son avant-bras un morceau de tissu pour cacher sa cicatrice.

De nouveau au salon, elle finit par s’échouer dans le canapé, sans même prétendre ne pas être fatiguée. Ses traits tirés parlent pour elle de toute façon, elle a pu affronter fugacement son reflet dans le miroir. La quadragénaire évite de lui demander comment s’est passé sa journée, consciente que sa cadette n’aime pas la banalité de ce genre d’échanges. Pourtant, Maeve en rêve, de banalité. Laissant son regard couler sur la jeune femme, elle profite simplement de cette vision de longues secondes. “Je m’attendais pas à te trouver ici, c’est une agréable surprise.” Toujours. La doc a beau détester qu’elle lui échappe pour d’autres bras, elle n’en apprécie pas moins chaque moment passé avec Jill.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1188
Sujet: Re: The way it was   Mar 21 Sep 2021 - 22:49
Encore une longue journée. Quand je n’enquête pas sur les « pirates » qui nous cassent les glaouis sur notre mer, j’aide comme je peux au travaux. J’ai encore l’épaule trop en vrac pour faire du gros œuvre, mais je suis devenu spécialiste en peinture. Les murs, cadres de fenêtre et autres plafonds réparés ont aussi bien besoin de se refaire une jeunesse. Tout ça, ça m’aide aussi à ne pas trop penser à… tout ce qu’on a fait ces derniers mois. Toutes ces opérations qui sont passées sur le fil, tant de mission violentes, tant de meurtres. Des deux côtés. Je sais qu’au numéraire, on fait un véritable massacre dans le camp ennemi, mais je ne suis pas hypocrite : c’est à nos morts que je pense. Stan. Logan. Halsey. Ela. Jaimie. Karl. Denver. Malorie. La liste de mes connaissances tombés pour cette guerre est interminable…

C’est pas facile de reprendre sa vie, de faire partie de la team des survivants. Je donne quand même le change, parce que déprimer n’est pas dans mon vocabulaire, parce que les choses ne changeront pas parce que je pleurniche. Ce soir, je me suis d’ailleurs incrustée chez Maeve. Depuis l’attaque, j’ai naturellement pris mes aises, un peu comme cette copine relou qui a un double de tes clefs et fait comme chez elle. Je ne sais pas à quelle heure elle va rentrer – je ne sais jamais avec elle ; alors je me suis écroulée dans le canapé pour lire une BD piqué à l’un des môme de l’île.

- C’est à cette heure-là que tu rentres ! Lancé-je en parodiant un ton inquisiteur – je déconne bien sûr : oh, une douche, bonne id…

Bon. Pas une invitation, noté. Me reste plus qu’à ravaler mes envies et finir ma BD, hein ? Ou bien je pourrai… non, non, soyons raisonnable. Et d’ailleurs, à quoi on sait qu’on en pince pour quelqu’un ? Quand elle débarque en tenue de nuit absolument banale, avec sa tronche de déterrée, et qu’on la trouve belle quand même. La chirurgien s’échoue sur le sofa, avec la grâce d’un cachalot enceinte. Elle me regarde. Je la regarde. On se regarde. Puis sa remarque me fait sourire, un peu mutine.

- Je suis juste venir te dire que j’ai fini de repeindre le plafond de ta salle d’auscultation, je vais y aller, plaisanté-je ; enfin, j’ai vraiment repeint sa pièce, mais je précise sans faire durer trop le suspens, je déconne, je voulais te voir, j’hausse les épaules, les choses sont simples avec moi, t’as envie d’un truc ce soir ? Netflix and chill ou Baiseflix on Jill ?

Je retiens un rire un peu beauf ; je suis vraiment hilarante des fois. Je devrais monté un one woman show !  


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 793
Sujet: Re: The way it was   Mer 22 Sep 2021 - 20:21
Levant les yeux au ciel, la chirurgienne n’a même pas la force de protester. Pour être honnête, même si cette dernière est plus que ravie de la présence de sa… de sa… de Jill, elle n’est pas certaine que la déception s’immiscerait si elle annonçait sérieusement son départ. Bien que la solitude ne lui soit pas d’un réconfort sain, elle ne cracherait pas dessus présentement. Juste elle et ses pensées, et la vaine perspective d’un sommeil sans rêve d’une bonne dizaine d’heures. “Ce n’est pas ma salle d’auscultation” répond la quadragénaire et laissant sa tête retomber sur le dossier du canapé, laissant un instant son regard errer au plafond, pesant le pour et le contre. Après tout, elle disait bien son dispensaire, ses patients. Il existait un lien ténu d’appartenance entre ce lieu et elle, d’un profond égoïsme et d’un orgueil rarement égalé. “Bon, peut-être un peu” consent la doc dans un sourire en coin, tournant son visage pour replonger dans les yeux de sa cadette. “Tu aurais dû prévenir, je me serais fait une beauté” ironise la Canadienne en se moquant d’elle-même. Tout le monde ici la connaissait pour son absence totale de féminité. Jamais de maquillage, rarement coiffée de manière sophistiquée, des vêtements banals et confortables. Ce n’est même pas une nouvelle facette, elle avait toujours été ainsi et les quelques soirées mondaines et galas de charité avaient été une torture, dans son ancienne vie.

Arquant un sourcil et adressant une moue dubitative à sa comparse, elle la fixe un long moment dans un silence pesant s’il s’était s’agit de n’importe qui sauf elles, plissant finalement les yeux comme si elle cherchait une réponse à de trop nombreuses interrogations. Ce qui n’était finalement pas si loin de la réalité. “Rappelle-moi pourquoi j’ai craqué pour toi?” Pas pour sa poésie et ses envolées lyriques, c’était une certitude.

Maeve finit par étirer ses lèvres dans un nouveau sourire, avant d’inspirer longuement. “Tu ne peux pas m’offrir ce que je veux” Et elle ne parle pas de chiller devant une télé qu’elle ne possède de toute façon pas ou de s’envoyer en l’air quelque part dans cette maison. “Je rêve d’ennui et de banalité” Autrement dit, tout ce que la flic déteste. Et si d’ordinaire la toubib tentait de faire semblant, au moins un minimum, histoire de donner le change, elle n’en avait pas envie aujourd’hui. C’était aussi épuisant que les journées passées à travailler depuis quelques semaines. Non, elle ne serait pas la plus agréable compagnie ce soir, et oui, Jill pouvait tout aussi bien prendre congés si d’autres aventures plus palpitantes l’attendaient ailleurs, ce dont elle ne doutait pas. Elle en avait toujours, Maeve s’en était persuadée. Ou peut-être que la fatigue favorisait la parano. Mais pour une fois, sans doute la première, la quadragénaire s’en moquait. Elle ne l’imaginerait pas dans d’autres bras, à tenter de deviner qui avait ce privilège. Elle ne s’infligerait pas cette honte et ce ressentiment, ce déséquilibre dans cette pseudo relation.
Certes, chaque moment avec sa cadette était précieux, mais elle ne la retiendrait pas. Plus maintenant. De même qu’elle ne continuerait pas ce manège plus que sa patience et son estime de soi pouvaient le supporter, c’est-à-dire encore peu. “Et puis ce ne serait pas raisonnable pour ton épaule. J’ai beau ne pas l’avoir réparée, je ne mettrai pas en l’air tout le travail de Jackie.”

Est-ce que son ton a l’air aussi détaché qu’elle en entend l’écho? Est-ce qu’il y a moins de tendresse et de douceur dans ses regards? Non, décidément, faire semblant devenait trop. Juste trop.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1188
Sujet: Re: The way it was   Sam 25 Sep 2021 - 14:50
- Duh : parce que je suis géniale ?

C’est évidement pour ça qu’elle craque pour moi. Mais aujourd’hui, j’ai l’impression de ne pas faire mouche. Maeve soupire et ne fait même pas semblant d’embarquer pour un échange complice de fausses joutes verbale. Je suis explicitement renvoyée dans les cordes quand elle me sort qu’elle a besoin « d’ennui et de banalité » - autrement dit, exactement ce que je ne sais pas faire. Ou ce que je me refuse à faire désormais. Je n’aime pas être le genre de copine qui va sauter sur une demande de sa meuf, ou son mec, juste pour ne pas se faire jeter. Ça sonne désespérée et je ne suis pas désespérée. Je ne suis pas un canard non plus. Le summum, c’est le prétexte de l’épaule ; là, je ricane carrément. Je pourrais m’en aller tout simplement, mais… j’ai envie de creuser. Hors de question que ça traine.

- Ok, pouce Maeve. On est déjà passées par là, je t’ai déjà dit ce que j’en pense.

J’abhorre les non-dits ou les reproches silencieux. Je suis une grande fille, je peux tout entendre, y compris qu’elle en a marre de mon humour vaseux et de mes petits seins sans intérêt. Ou bien qu’elle a trouvé des poulies digitales plus jolies chez quelqu’un d’autre, ou qu’elle a décidé de se remettre aux bonnes grosses verges, qu’importe. Tout sauf ça, ça ne gave.

- Si t’as un truc à me dire, tu sais comment ça fonctionne : tu vides ton sac et je t’écoute.

Promis, j’essaye de pas m’énerver. Enfin, plutôt : de ne pas quitter la baraque en mode blasée. Je ne fais plus ça avec elle, parce que… parce que je tiens à elle et qu’à ce titre, j’ai accepté de verser un peu de « c’est compliqué » dans mon « yolo ». A petites doses. C’est déjà un énorme effort, même si j’imagine qu’il est difficile à mesurer. Du coup, le buste tourné vers la chirurgienne, je coince symétriquement mon ruissèlement capillaire derrière mes oreilles, avec la mimique de celle qui est tout ouïe.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 793
Sujet: Re: The way it was   Dim 26 Sep 2021 - 21:37
Géniale.
Oui, Jill l’était. Si la doc retirait les quelques ombres au tableau alimentées par ses craintes et ses besoins égoïstes, la flic l’était. Antithèse la plus parfaite, opposé qui l’avait toujours indéniablement attiré, à des degrés différents mais progressifs, elle ne pouvait le nier. La jeune femme avait su se tailler une place de choix dans sa vie, et plus intimement. Trop. Il y avait eu le déni, la peur, la colère, la bêtise, l’acceptation, les retrouvailles. Et maintenant? Maintenant quoi au juste? Si ses lèvres s’étirent en un sourire sincère après cette constatation, son esprit dérive dans les méandres de ses trop nombreuses pensées.
Les paroles qui suivent la sortent d’ailleurs de sa torpeur. D’ordinaire, comme chaque fois que ce genre de sujet débarquait entre elles, c’était précisément le moment où Maeve vidait son sac de manière brutale et souvent agressive, que sa cadette partait en claquant la porte, qu’elle se confondait en excuses quelques jours tard et qu’elles se réconciliaient dans un lit. Un schéma vu et revu entre elles dans une mécanique bien huilée.

Sauf que….

La quadragénaire reste étonnamment silencieuse, les yeux ancrés dans les siens, presque apaisée. Oui, et maintenant? Avait-elle la force de s’opposer une nouvelle fois aux règles établies depuis la reprise de leur relation? Non. Avait-elle la force de demander une révision desdites règles? Non. Avait-elle la force de s’interroger encore et encore sur les tenants et aboutissants de tout ça? Encore moins. Il y avait eu la morsure, il y avait l’attaque. La dépression, le deuil. L’envie de profiter à fond et la réalité, dure et brutale. Et entre les deux? La résignation.

Celle de s’avouer que Jill n’avait pas toutes les réponses et que sa philosophie ne fonctionnait finalement que pour elle. Par conviction profonde ou besoin de se protéger? Sans doute les deux. Celle de se dire qu’elle n’était ni totalement la docteure ni totalement cette autre femme quand elles étaient ensemble, mais un savant mélange des deux. Elle acceptait que l’une ou l’autre prenne les rênes à tour de rôle et jongle avec toutes les facettes de sa personnalité.
Celle de se dire que cette relation avait plus de risque de finir dans le mur tôt ou tard mais qu’en attendant, elle profiterait des moments partagés pour ce qu’ils étaient. Sans dispute, sans revenir en arrière sur des demandes passées déjà formulées et qui, bien qu’inchangées, ne franchiraient plus la barrière de ses lèvres. Jill avait fait un choix en refusant l’exclusivité. Un choix finalement lourd de sens. Et si la doc comprenait son envie de ne pas prendre de risques, c’était aussi signer pour voir la quadragénaire lui échapper.

Malheureuse sans elle et assurément pas heureuse avec elle. La résignation.

“Je veux juste une soirée de…. rien. De néant. Sans patient, sans attaque, sans querelle, sans combler les besoins et attentes de quelqu’un. Sans parler des morts, sans devoir épiloguer sur ce que je ressens, sur ce qui ne va pas.” Se tournant, elle se laisse finalement retomber nuque contre les cuisses de sa comparse. “C’est trop demander?” Ses yeux trouvent à nouveau les siens. Il n’y a pas de colère, pas de ressentiment. Oui, un étrange apaisement, qui ne correspond clairement pas à Maeve, trop en empathie, trop dans le sentiment de culpabilité, trop en besoin de contrôle, trop investie dans le dispensaire et avec lesdits patients. Finalement, c’était sans doute le plus alarmant, cette absence de tout. Cette absence de ce trop.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1188
Sujet: Re: The way it was   Ven 29 Oct 2021 - 14:19
- Je suppose que c’est dans mes cordes, rétorqué plus froidement plus prévu.

Je m’en mords la lèvre et regarde ailleurs. Sa tirade m’a agacée. Non pas qu’elle ait tort de demander un peu de tranquillité : je suis la première à parfois avoir besoin de prendre du temps pour moi. Alors certes, me concernant, ça peut vouloir dire aller m’arracher la tête au bar et coucher avec un inconnu, mais l’idée reste la même : ne plus penser à rien. Ce qui m’a soulé, c’est sa manière de le dire, comme si elle me le reproche ; comme si je suis derrière chaque point de cette liste.

Mes prunelles se baissent sur Maeve, nos regards se croisent encore. Elle n’est pas en colère, elle. C’est peut-être ce qui me frappe encore plus : elle est lasse. Je ne suis pas une enfant, je ne me vexe pas, mais j’imagine que si je n’arrive plus à la sortir de cet état d’esprit, c’est que quelque chose est cassé quelque part. Quelque chose dont elle ne parlera pas ce soir, j’ai bien compris ; et là… je suis embêtée. Sérieusement. Mon instinct me pousse à m’en aller, à croire que mon ego ne supporterait pas d’être une apex séductrice pour une soirée. Mais mon cerveau me dit que je devrais accéder à sa demande : que les couples se construisent autour de compromis et qu’accéder à sa demande, c’est montrer que je suis bien prête à m’engager.

Mais, le suis-je ? Je ne sais plus. J’avais dit que oui, puis on s’est « séparées », puis j’ai dit que non, puis… merde. Oui, l’idée de la perdre m’a rendu malade. Mais je ne suis pas certaine de pouvoir sacrifier le simple principe de pouvoir avoir d’autres histoires. Je retiens un soupir… puis le laisse finalement s’échapper. Mes doigts se perdent brièvement dans les cheveux de la chirurgienne, massant son cuir chevelu, puis j’exerce une légère pression pour l’inviter à se redresser. J’aimerais extirper mes jambes de là pour me lever.

- J’aurais pas dû venir, déclaré-je avec l’intention de m’échapper, j’vais… te laisser passer une soirée tranquille et… on se verra une autre fois, c’est pas grave. De toute façon, je suis crevée aussi !

J’agrémente le tout d’un sourire qui masque bien qu’au moins, ça m’emmerde un peu. Juste un peu. Mais je vais bien m’en remettre et dans le pire des cas… j’ai bien un coloc’ qui n’est jamais contre s’amuser de temps en temps.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: The way it was   
Revenir en haut Aller en bas  
- The way it was -
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: