The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-29%
Le deal à ne pas rater :
TV TCL 50C721 (2021) – QLED, 4K – 50″ (127cm) (Via ODR + code ...
374.99 € 530.99 €
Voir le deal

Il faut souffrir pour être beau | Nolan
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1919
Sujet: Re: Il faut souffrir pour être beau | Nolan   Lun 11 Oct 2021 - 14:37
« Ouais je confirme que c’était la pire idée du siècle. Mais que veux-tu, difficile de chasser de mauvais réflexes aussi facilement. » Tu parles, je continuerais de les suivre les yeux fermés aussi longtemps que je vivrais. Et j’ai un haussement d’épaules à sa question. « Ca dépend. Si être efficace au réveil et penser à tous les trucs pratiques me concernant et qui me passe laaargement au-dessus de la tête mérite que je suis désagréable alors … ouais, elle mérite. » Du coup, pas vraiment. Je lève les yeux au ciel, la mine vaguement dépitée, avant de me marrer au reste. « Ca veut dire que j’suis de mauvais poil. Mais en plus stylé donc. » Et je hoche la tête au reste. « Surtout que les gosses, ils s’en foutent que tu sois de bonne ou de mauvaise humeur. Quelque part, c’est pas mal aussi. » De devoir prendre sur soi et d’oublier ce qui peut nous prendre la tête. J’ai réussi à adapter ça aux adultes mais, quand ça me concerne niveau perso, je redeviens direct un sale gosse.

Je roule des yeux quand il continue. « Ouais, l’amour ou les claques, ça dépend de mon humeur. » Et quand il me met une claque dans le dos, je me rends compte que j’ai pas à forcer pour éviter de voler à dix mètres, sans exagération aucune évidemment. Je lève un sourcil à ses propos. « On dirait Cass’ tiens. » En vrai, je sais pas trop comment réagir à tout ça. Alors je préfère me contenter de rien dire de plus à ce propos. Et je lui lance un regard en coin quand il me dit qu’il saisit ma pensée. « J’sais pas trop comment gérer tout ça. Ca commence à… faire beaucoup. Surtout ces derniers mois. » Et j’ajoute, un brin plus cynique. « J’vais peut-être me faire un petit burnout. » Ou un truc du genre.

Je grimace rien qu’aux étirements, plus pour le principe qu’autre chose. Et si je me disais que ça irait à peu près, j’arrive à m’emmêler les pinceaux au bout de genre 30 secondes quoi. Dans le genre ridicule, je me pose là. « Ouais, ouais ! Juste que je suis un peu rouillé. A part du cheval, j’ai pas vraiment d’activité. » Et vu la situation actuelle, ça fait des semaines que je suis pas monté. Marrant, ça me manque tiens. A croire que j’ai vraiment fini par apprécier ces moments. « Tu vas me demander combien de fois si ça va, maman ? » Je le fixe, sourcil levé, sans vraiment attendre de réponse. « J’suis juste maladroit. Va pas me dire que c’est un scoop pour toi. » Pas la peine de souligner que c’est le mauvais genou qui a lâché direct, il va encore s’inquiéter pour rien. « Bon, on continue ? On fait quoi ? Un petit footing c’est ça ? » Ahahaha. Je vais tellement mourir en fait.


"Our wounds are often the openings into the best and most beautiful part of us."
Revenir en haut Aller en bas  
Tomeo A. Carrera
Tomeo A. Carrera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2583
Sujet: Re: Il faut souffrir pour être beau | Nolan   Mer 20 Oct 2021 - 11:42
J’ai un ricanement quand Nolan me liste ce que Cass a fait ce matin et qui l’a rendu chafouin. Penser à tout pour lui… Mais je ne parlais pas vraiment de ça, plutôt de sa rancœur à son égard suite à leur dispute. Cependant, si il ne met pas le sujet sur le tapis, je ne vais pas enfoncer le clou non plus. Tant mieux si c’est du passé et que tout va de nouveau bien. « Question de point de vue. » Mais il me rétorque que ce n’était pas comme ça quand il prenait ses gardes avec les gamins. Qu’ils n’en avaient pas grand-chose à faire qu’il soit de bonne humeur ou pas. Je pense surtout qu’il se radoucissait automatiquement avec eux et prenait sur lui. Par empathie. Parce qu’un gamin malade ou blessé n’a pas besoin qu’on soit désagréable avec lui pour des raisons personnelles ou par fatigue.

Je sais bien que mon optimisme a tendance à le saouler parfois. Et pourtant, il en a besoin. Quand c’est moi qui sombre, il doit bien puiser dans ses réserves pour me remonter et ça lui manque. Jamais content. J’opine du chef quand il fait la remarque que je parle comme Cass. « Parce qu’on a raison. » C’est une évidence et ce serait bien qu’il s’en aperçoive lui aussi, au lieu de rester bloqué au stade antérieur. On a tous évolué, on est tous des survivants et il n’a pas moins de mérite que nous. Quelque part, il en a même davantage en fait. Il évoque rapidement les derniers évènements, qu’il ne sait pas vraiment comment gérer. Si je préconise la dépense physique, il n’est pas aussi catégorique et j’ai un léger sourire en coin quand il parle d’un burn out. Pas un sourire moqueur, ni ravi, mais plutôt cynique : « Tu en aurais le droit… Mais est-ce qu’on pourrait se passer de toi, je n’en suis pas sûr. » Je n’ai pas l’intention de lui coller la pression, mais c’est une évidence. Il est le plus qualifié d’entre nous mine de rien. Si il s’effondre… On est mal barrés.

On commence alors les choses sérieuses et je note qu’il est un peu raide. Normal, il n’a pas l’habitude de se servir ainsi de ses muscles. Quant à la petite course de départ, c’est un fiasco d’emblée et j’ai juste le temps de lui éviter de tomber. « C’est déjà une sacrée activité… » Je tairais le fait que je ne suis pas très glorieux sur un cheval. J’ai encore beaucoup d’entraînement à prévoir. Et ça fait travailler le corps, clairement. Je tique un peu quand il se rebelle à mon énième inquiétude à son égard. « Je préfère papa. » Quand même. Maman, c’est Cass, mais je me retiens de le souligner. Cela ne ferait que renforcer Nolan dans son délire de ne pas être à la hauteur ou d’être assisté. Je me referme pourtant face à sa rebuffade. « Très bien. » Si Nolan veut la jouer sale gosse pas réveillé qui ronchonne, je vais lui donner de quoi râler. « C’est ça. On s’y remet. Concentre toi et essaie de ne pas être maladroit. »


Survivor

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1919
Sujet: Re: Il faut souffrir pour être beau | Nolan   Lun 25 Oct 2021 - 15:50
Je plisse des yeux quand il se marre à ma liste. Y a pas à dire, la compassion quand tout va bien entre nous, on peut s’assoir dessus. Tant mieux quelque part, ça rend notre relation un peu plus équilibrée qu’elle pouvait l’être à une époque. « Quoi ? Tu trouves pas que c’est stylé ? Sinon j’ai un paquet de mots du genre en stock si tu veux. J’adore étaler ma culture, surtout de bon matin comme ça. » Mais quand même, au final, je me radoucis potentiellement un peu quand on parle des gamins. Avant de recommencer à râler, parce qu’il faudrait voir à pas déconner non plus.

Enfin, au final, je me plains, mais ça fait aussi partie de son charme à Tom. D’être abominablement optimiste. Au point d’avoir envie de le tarter de temps à autre même si, au final, je l’échangerais pour rien au monde. « Evite de trop lui dire ce genre de trucs, sinon sa tête va exploser comme un melon trop mûr. » Bon, ils ont potentiellement pas tort, mais c’est pas le sujet. Enfin si, mais… bref.

J’en étais où moi ? Ah ouais, je râle. « Vous vous passez bien de moi 10 jours par mois, ce serait pas bien différent ! Si ce n’est que je viendrais faire le malade insupportable qui veut des médocs. » Bon on sait tous les deux que non. Et que je peux pas me permettre un burn-out ou assimilé. Parce qu’aujourd’hui, on sait jamais ce qui peut nous tomber dessus. Alors craquer un peu ouais, une soirée, une nuit. Mais après, il faut se relever et continuer. Pour veiller sur tout le monde. Ca fait partie du job. Et j’ai beau râler, j’ai signé pour ça. Si c’était à refaire, j’hésiterais pas, je ferais les mêmes études pour me retrouver au même point aujourd’hui. Je me sens plus utile que j’aurais jamais pu l’être je pense. Et, même si la douleur reste présente, même si j’ai des doutes, ils arrivent pas à effacer ce sentiment d’appartenance à cette communauté et la place que j’ai fini par m’y faire. « Enfin, c’est pas au programme de toute façon. Pas avant que je t’ai formé comme chirurgien. » J’ajoute, avec un sourire faussement innocent. « J’ai de grands projets pour toi au cas où t’aurais encore des doutes. »

Sauf que, bien évidemment, je fais bien de la merde dès le départ de notre course. C’est un retour de karma ça, je vois pas d’autres explications. « C’est cool le cheval. J’ai pas l’impression de faire du sport et je me sens pas… ridicule. » Tout sauf me focaliser sur le pic de douleur qui a suivi ma pseudo-cascade. Sauf que ouais, possible que ça me rende encore un peu plus … chafouin. Et rien à voir avec le réveil grincheux là. Je vois bien que ça lui plait pas, mais je préfère encore qu’il se dise que j’ai juste un caractère de merde. Pas comme si c’était un scoop de toute façon. Et je prends une grande inspiration, mâchoires contractées. « Ouais, je vais essayer. » C’est normal que mon genou pulse comme ça ? Pas vraiment non. Sérieux quoi, j’aurais pas pu me vautrer à la fin ? Fait chier.  


"Our wounds are often the openings into the best and most beautiful part of us."
Revenir en haut Aller en bas  
Tomeo A. Carrera
Tomeo A. Carrera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2583
Sujet: Re: Il faut souffrir pour être beau | Nolan   Ven 29 Oct 2021 - 15:11
« Si ça peut te faire plaisir, toute façon, tu sais bien que tu peux me dire à peu près n’importe quoi, même des conneries inventées, je te croirais. » Je souris, ajoutant avec malice : « Je bois tes paroles. » Pas la première fois que je me moque gentiment de sa culture. Très étendue. Et dans 80% des cas, assez inutile mais c’est un détail. Les 20% restants sauvent quand même la mise. « Si tu peux faire du sport et parler en même temps, te gêne pas. » Faudrait pas que toute sa concentration parte dans l’un au détriment de l’autre. Déjà qu’il n’est pas très sportif de base, alors si en plus, il ne se concentre pas un minimum, on n’est pas sortis de a rizière. J’espère que sa mauvaise humeur va finir par passer néanmoins. Ce n’est pas la première fois que j’y suis confronté depuis le temps qu’on se connaît, mais cela me donne surtout envie de l’emmerder et je ne suis pas certain de la pertinence de la démarche. Et sil il râle aussi après Cassidy, qui au final, a juste pris soin de lui et pensé pour lui, j’ai un sourire de connivence à sa demande : « T’inquiète pas, je la connais, je n’en soufflerais pas un mot. »

A l’évocation d’un burn out et du besoin de souffler un peu après tout ça, je lui rétorque qu’il pourrait prendre un peu de repos et de recul, non sans avouer qu’on a besoin de lui. Il n’a pas tort, il s’absente et on gère, mais tout de même… « Ah non, tu es bien trop chiant en malade. » Cela me va bien de dire ça, je ne suis pas beaucoup mieux. Je déteste passer de l’autre côté de la barrière et c’est pareil pour Nolan. Mais je suis sûr qu’il est plus chiant que moi. En toute objectivité évidemment. Je pouffe quand même de rire quand il m’apprend qu’il veut me former à être chirurgien. « Parce que tu l’es toi ? » Il est doué et s’est formé sur le tas, mais j’aimerais bien le voir me former à une discipline à laquelle il n’est lui-même pas spécialement formé… « Mais j’ai peut-être pas envie d’avoir autant de responsabilité. C’est confortable de dire : ça je sais pas faire, hop, je refile le bébé à plus compétent que moi. » Se décharger du problème en d’autres termes.

Cela dit, si il est cultivé, il est moins doué pour courir sans se vautrer. Si j’ai plaisanté là-dessus un peu plus tôt je ne pensais pas avoir raison. « T’as bien de la chance. » Heureusement qu’il n’a pas assisté à mes entraînements, parce que ce n’est pas glorieux. Il aurait de quoi se foutre de ma gueule. Mais quand je demande si ça va, il se braque et m’envoie balader. Nolan tout craché. Très bien. Du coup, on reprend un peu de course et je ralentis la cadence, me calant à son rythme et me tenant non loin, juste au cas où. Après ça… Quelques pompes. Les squats, j’abandonne, il faudrait voir à ne pas me prendre pour un idiot, je vois bien qu’il a mal au genou, ses foulées n’étaient pas régulières. « Allez Nolan. Une série de 10. » Du coup, je me positionne et l’attends, avant de commencer. Mine de rien, après avoir été malade, ce n’est pas si aisé, même si ça demeure moins laborieux que pour Nolan qui n’en a jamais fait. Je me mets à genou. « Gaine les abdos, baisse les fesses, tu dois être une planches, pas le toit d’une maison. »


Survivor

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1919
Sujet: Re: Il faut souffrir pour être beau | Nolan   Sam 6 Nov 2021 - 23:44
Je rends un large sourire à Tom à sa réponse. « J’aime quand tu me parles comme ça. Et c’est un talent tu sais, de faire croire que je sais de quoi je parle la plupart du temps. » Ca me fait marrer de l’entendre me taquiner comme ça. Surtout que ouais, au final, je sais que tout ce que j’emmagasine c’est juste pour le plaisir. Ou presque. Et c’est là toute la différence. « Oh je peux raconter un paquet de conneries sans même faire attention à ce que je dis. Je pourrais même pas utiliser ça comme excuse malheureusement. » La vie est difficile.

Bon, je devrais finir par être de meilleure humeur à un moment ou à un autre. D’autant que c’est moi qui aie demandé à subir ce calvaire. Quelle idée à la con ouais, je sais. Je me contente d’un hochement de tête pour le remercier quand il me confirme qu’il ne dira rien à Cass’. Au moins, les choses se sont arrangées, même s’il a fallu tout poser à plat et discuter. Mais au final, ça marche plutôt bien comme ça. Faut que j’arrête de faire l’autruche quand ça me plait pas, quand bien même cette option est plus facile.

Au reste, j’ai un ricanement. « Si c’était que quand je suis malade, ça irait. » Je suis bien conscient d’être un peu… exaspérant. Pour pas dire autre chose. Mais c’est pas comme si c’était un scoop. Et je hausse une épaule à sa question. « Bah écoute, je suis probablement ce qui s’en approche le plus dans notre entourage. Et je te parle pas de vraie chirurgie. Genre opérer un cœur ou une connerie du genre, on pourra pas le faire. Mais une appendicite ou une cés… » J’ai un froncement de sourcils, secouant la tête pour chasser cet exemple, non sans sentir mon cœur se serrer. « … une fracture ouverte ou des trucs du genre quoi. Ca, je sais faire. Et tu devras aussi. C’est pas tant d’en avoir envie ou pas Tom. Et c’est même pas une question de responsabilités comme on pourrait l’entendre. C’est surtout… si demain, je suis plus là, il faudra bien quelqu’un pour le faire. Ou si j’ai besoin moi-même d’une opération du genre, tu feras quoi ? Tu me demanderas de le faire ? T’avais qu’à être un mauvais soigneur. Ton incompétence t’aurait évité de subir ça. » Si j’ai parlé d’un ton léger, je pense qu’il pige le message.

Je me frotte la nuque avant de tenter de courir. Avec un succès… inexistant. Ca m’agace encore plus et je ronchonne dans ma barbe, avant de souffler quand même qu’au moins, avec le cheval, je m’en sors bien. « Ah ? C’est pas ton cas ? » Genre Tom, ne pas réussir quelque chose ? Ca existe ça ? Je le fixe, un peu incrédule, avant de l’envoyer chier. Ouais, ouais, je vais devoir m’excuser après ça, je sais. Ce qui me saoule encore plus, bien évidemment. Mais comme je suis doué pour être une tête de con, je m’obstine, ignorant mon genou qui me crie de bien mourir. J’essaie d’écouter ce qu’il me demande, le souffle court, alors que je sens la sueur dégouliner le long de mon dos. Comment on peut faire ça volontairement sérieux ? « Une planche ? T’es sérieux ? » Il se fout de moi hein, c’est juste pour me faire payer mon humeur massacrante. Je suis sûr que c’est ça. Mais, au bout de quelques minutes de traitement, je finis par me laisser tomber sur le dos. « Okay, t’as gagné. J’ai mal au genou putain… » Et j’ajoute, d’une voix sèche. « Et je suis désolé d’être un pauvre con. » Là, voilà. Qu'on me laisse mourir en paix maintenant.


"Our wounds are often the openings into the best and most beautiful part of us."
Revenir en haut Aller en bas  
Tomeo A. Carrera
Tomeo A. Carrera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2583
Sujet: Re: Il faut souffrir pour être beau | Nolan   Dim 7 Nov 2021 - 11:40
J’ai un petit ricanement quand Nolan rétorque que s’il est chiant que malade ça va. « J’ai voulu être sympa. » Il a un peu cherché le bâton pour se faire battre là quand même. Je suis quand même sceptique quand il se targue de m’apprendre la chirurgie. Carrément ? Déjà pouvoir parer au plus urgent lors de situations de crise est un exploit à ses yeux et il ne maîtrise encore pas tout alors s’attaquer à un aussi gros morceau… Oui, cela fait peur. Et il a un blanc quand il nuance les actes chirurgicaux, surtout en mentionnant la césarienne. Trop tard. Cela flotte un instant entre nous, avant qu’il ne balaie l’exemple en le remplaçant par une fracture ouverte. Si je rechigne, je dois admettre à contrecœur que ses arguments se tiennent… Même si je préfère ne pas envisager un instant qu’il ne soit pas là. Ou que je doive agir sur lui. « Même si j’étais incompétent, vous m’auriez formé, on n’a pas assez de main d’œuvre… » Bon j’exagère un peu, mais il est vrai que les médecins, les vrais, sont une denrée rare, alors il faut bien palier et former le plus de personnes possibles pour prendre la relève et pallier au pire non ? Mais de là à carrément aller opérer… « D’accord, d’accord. Je ferais ce que vous me direz de faire. » De un, je n’ai pas le choix, de deux, ses arguments sont convaincants.

Mais pour l’heure, on n’en est pas à la théorie et à apprendre par cœur les muscles et les vaisseaux sanguins au vu de pratiquer des incisions, mais bien de le remettre un peu en forme. Et cela ne commence pas très bien. J’ai un sourire navré quand il parle de l’équitation. « Ce n’est pas très glorieux disons. Mais je crois qu’on m’a filé une teigne. » Non, en fait, j’en suis sûr. Et mine de rien, le caractère du cheval joue pas mal sur les prouesses de son cavalier. On va se rassurer comme ça. Mais là, c’est le caractère de merde de Nolan qui joue sur mes propres nerfs alors qu’il râle et me renvoie dans mes pénates. Et bien, puisque tout va bien pour monsieur, on va donc continuer sans plus se soucier de lui. Enfin, je pense ça, mais je sais déjà que je vais lui éviter certains exercices, parce que je ne suis pas un monstre sans cœur non plus.

Je lui fais enchainer sur les pompes. A sa question, je rétorque : « Oui. » Du coup, je lui tapote le ventre pour le forcer à gainer ses abdominaux. Et j’appuie sur ses reins pour qu’il redescende les fesses et se positionne correctement. Sauf que Nolan ne va pas du tout au bout des 10 et se laisse tomber, s’avouant vaincu, et surtout, confiant qu’il a mal au genou. « Je n’ai rien gagné du tout. Ce n’est pas si difficile. Tu as le droit d’avoir mal, Nolan. » Cependant, j’ajoute, plus lapidaire : « Moins de m’envoyer chier. Ca se paiera, tu le sais hein ? » J’attends un peu, avant de froncer les sourcils : « Ton genou n’a pas enflé ? J’espère que tu n’as pas ajouté une entorse… » Parce que là, il risque de vraiment en chier. « Faudrait du froid. Pour ça, faut retourner à l’infirmerie. » Je soupire. Je ne vais pas devoir le porter quand même hein ?


Survivor

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1919
Sujet: Re: Il faut souffrir pour être beau | Nolan   Lun 8 Nov 2021 - 15:52
Je lui rends un sourire narquois, perdant un instant mon masque de mauvaise humeur. « Pas besoin d’être gentil, je préfère quand on est réaliste. » Je sais que je suis chiant, c’est pas un scoop. Surtout que, avec Tom ou Cass, je prends carrément plus de gants depuis longtemps. Faudrait quand même que je fasse gaffe à pas heurter leur sensibilité, on a ptet pas les mêmes limites. Surement même. Enfin, pour le moment, je me fais un brin plus sérieux. J’en oublie même de bouder comme un sale gosse, c’est dire.

Et à sa répartie, je lève un sourcil, avant de secouer la tête. « Tu crois vraiment qu’on perdrait notre temps ? Certes, on a pas beaucoup de main d’œuvre, mais je préfère la qualité à la quantité. Et je désespère pas de susciter des vocations quand on te verra en mode beau gosse médecin va. » Je lève un pouce dans sa direction, toujours aussi sérieux. Avant de souffler un « parfait » quand il dit qu’il fera ce qu’on lui dit. « J’aime avoir raison. »

Bon, c’est le moment de refaire la gueule là non ? Je me rends pas bien compte. Enfin pas tout de suite, vu qu’on parle chevaux. « Ah ouais ? T’as eu qui ? Et t’as retenté depuis ? » Pas comme si j’en faisais plusieurs fois par semaine maintenant. Et que j’allais pas me planquer là-bas pour m’occuper des chevaux quand j’ai besoin de souffler. Ca marche vachement mieux que de me cacher sous le bureau en tout cas. Et c’est un peu – mais alors juste un peu – plus constructif. Finalement, j’aurais dû l’emmener faire du cheval en vrai. Ca m’aurait évité la séance de torture.

Il est vraiment en train de me tapoter le ventre là ? Il se fout de moi ? L’avantage, c’est que je suis tellement au bout de ma vie que j’en oublie de me crisper ou d’avoir un mouvement de recul. Ou alors, je m’en rends pas compte. Et j’essaie hein, de gainer comme il dit. Sauf que je suis presque sûr que mes muscles sont en train de se marrer en essayant de me tuer. Au minimum. Et je me laisse tomber par terre avec un profond soupir. « Je sais que ça se paiera. » Et j’ajoute, un peu plus penaud. « Mais j’suis vraiment désolé. » Je me redresse avec une grimace et j’avise mon genou avant de secouer la tête. « Nan ça va, c’est pas gonflé. Juste douloureux au toucher, mais ça change pas beaucoup de d’habitude. » J’ai fini par m’habituer. Et puis les plantes de Cass’ font quand même leur petit effet. « On peut pas rester et se laisser mourir ici ? » Pour la peine, je me laisse tomber en arrière, les bras en croix, fixant le ciel instant. « Je sais que c’est débile, mais j’ai pas envie d’avoir l’air faible, surtout quand c’est moi qui demande un coup de main pour plus l’être quoi… tu vois la super logique ? Et j’arrive pas à relâcher la pression. » Ohlala, comme c’est surprenant tiens. J’ai un peu envie de me mettre des claques quand même là, de suite. Remarquez, ça doit aussi être le cas de Tom qui doit mourir d’envie de me coller un taquet à l’arrière du crâne. Et j’essaie de calmer le flot incessant de pensées que j’ai dans la tête, laissant filer un profond soupir. « J’espérais vaguement que ça me viderait le cerveau. Mais putain, non seulement c’est pas le cas, mais en plus ça tambourine maintenant. » Je finis par me redresser et par plier puis déplier doucement le genou, fronçant les sourcils. Non ça va aller je crois.


"Our wounds are often the openings into the best and most beautiful part of us."
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Il faut souffrir pour être beau | Nolan   
Revenir en haut Aller en bas  
- Il faut souffrir pour être beau | Nolan -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: