The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-8%
Le deal à ne pas rater :
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
1099 € 1199 €
Voir le deal

It takes a lot to know a human
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 793
Sujet: Re: It takes a lot to know a human   Sam 11 Sep 2021 - 9:52
La quadragénaire acquiesce sobrement. Si elle comprend le sentiment de reconnaissance, elle ne le juge pas utile. Elle n’a fait que ce qu’elle-même aurait aimé qu’on fasse pour elle. La préserver du jugement et de l’indiscrétion d’autrui. Il n’était pas aisé de conserver les secrets de l’intimité dans une communauté fermée. Mais des épreuves aussi traumatisantes, des cicatrices aussi profondes, personne n’avait droit de regard sur ce genre de choses. Peu importe qu’il s’agisse de dignité ou de respect, la question ne s’était jamais posée. Cette histoire était celle de Layla et il lui appartenait, à elle et elle seule, de la partager ou non avec ceux qu’elle jugeait digne de cette confidence. C’est en tout cas ce qu’elle avait jugé bon d’appliquer à l’époque, et sa collègue l’avait rejoint.

Tirant sur sa cigarette dans une dernière bouffée, son regard se perd un instant dans le vide alors que la cendre menace de tomber. Oui, c’était son ressenti, et c’est précisément par crainte qu’on lui affirme l’inverse que Maeve gardait tout ça au fond d’elle. Plus ou moins comme elle l’avait toujours fait. Ses collègues n’en savaient rien, elle ne souhaitait pas ennuyer Arizona avec ses états d’âme, en tout cas pas plus qu’elle ne l’avait déjà fait en la blessant encore un peu plus et Jill… et bien… à force de lui répéter inlassablement de ne pas se prendre la tête et de profiter de la vie, avait tordu désagréablement ce pouvoir durement acquis de ce genre de confidences. Écrasant finalement la fin de sa cigarette dans le cendrier, suivant des yeux distraitement les derniers volutes qui s’en échappent pour mourir dans le salon, elle se laisse retomber dans le dossier du canapé. “Je ne sais pas” répond-elle doucement, ne sachant poser un diagnostic concret sur son état. “Si j’étais ma propre patiente, je tenterais de rationaliser tout ça et me tournerais vers l’aspect purement psychosomatique et psychologique de la chose. Mais quand l’esprit et le corps entrent en conflit, difficile de désigner un vainqueur” explique la doc en s’accordant une nouvelle gorgée de vin. “Presque autant que le conflit tête coeur…” précise cette dernière dans un sourire un peu triste.

Elle ne savait pas si cette bataille parlerait à l’Anglaise. Elle ne lui connaissait pas d’histoire d’amour mais la chirurgienne ne s’intéressant guère à ce genre d'affaires, il était possible qu’elle soit passée à côté. Ça ne la regardait pas de toute façon.

“Ne soyez pas désolée. C’était mon erreur. J’ai pensé bêtement que je pourrais l’aider.” Quelque part, elle l’avait fait. Elle évite de prononcer le nom de son amante dans un premier temps, pour des raisons évidentes de passé conflictuel, avant de penser que sa comparse était au-dessus de ça. Il était parfois usant que les histoires s’entremêlent ainsi, mais la Canadienne a besoin de poser des mots là-dessus, au moins une fois. S’entendre le dire pour l’exorciser une bonne fois pour toutes. “Elle était face à une bonne dizaine de rôdeurs et n’avait pas vu celui derrière elle. Les autres membres de l’équipe sont partis d’un côté. Je connaissais l’hôpital comme ma poche, j’ai pris une autre voie. Je suis arrivée derrière Jill et j’ai réussi à éliminer celui qu’elle n’avait pas vu, avant de me faire sottement piéger. Elle ne le sait même pas…” Pour ne pas qu’elle se sente coupable? Pour ne pas qu’elle se sente redevable? “Je ne suis pas douée pour gérer les sentiments dans le privé…” Mais Layla devait le savoir, pour sa proximité avec sa meilleure amie. Pour ce qu’elle avait fait à Arizona. N’avait pas dit. Avait dit…

Un léger rire passe ses lèvres. “Vous devez me prendre pour une de ces jeunes filles qu’on voyait partout dans les séries télévisées à une certaine époque, prisonnière de son mélodrame personnel…” Puis relevant les yeux sur l’intendante, elle la dévisage un instant. “Vous avez toujours l’air si forte et en contrôle de chacune de vos émotions.” Difficile de l’imaginer céder à qui que ce soit et perdre de cette dominance qui semble l’irradier.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Layla Jones
Layla Jones
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 784
Sujet: Re: It takes a lot to know a human   Lun 13 Sep 2021 - 19:22

Soufflant un petit coup par le nez, Layla souriait amèrement aux mots de la chirurgienne. Le conflit tête-cœur, effectivement celui-ci n’était pas des plus simple et si le parallèle pouvait être fait entre les résultats laboratoires et les ressentis du corporel… La dissonance qui accablait Mes Wheelan était plus que compréhensible.

Portant sa coupe à ses lèvres, elle hausse un sourcil lorsque la brune lui faisant face parle sans en dire assez. Heureusement, les explications ne tardent pas à venir et Layla y voit un peu plus clair. Une situation qui avait mal tournée, où la responsable avait essayé de venir en aide à … Miss Blair, nulle autre. Elle ne connaissait pas cette femme, mais avait le déplaisir de la trouver avec Roza. Elle savait aussi qu’il s’agissait d’une… conquête du garde forestier, rien qui ne puisse réellement lui offrir un bon jour aux yeux de l’Anglaise, mais tout ceci était superflu actuellement.

La gestion de sentiments personnels n’était pas non plus sa tasse de thé, comme les derniers événements de sa vie tendaient à le prouver. Difficile de ne pas avoir d’empathie pour la chirurgienne, même malgré le manque de délicatesse dont elle avait fait preuve envers Arizona.

- Mélodrame ? Bien que parfois très caricaturale, la télévision n’est que le reflet de la vie. Et c’est dans ce miroir que l’on invente des histoires pourtant bien inspirées de la réalité, pour que l’on se sente interpellé. Mrs Wh... Maeve, rien de ce que vous ne me racontez n’est injustifié. Vos réactions, votre besoin de prendre du temps pour vous afin de vous relever… De prendre de la distance pour mieux vous concentrer sur vous. Il ne s’agit pas de faiblesse ou d’égoïsme, mais de préservation et de force. Laissez-vous du temps et soyez indulgente envers vous-même. Croyez-moi, malgré ma façade marmoréenne, je ne suis pas plus en contrôle que quiconque lors d’événements difficiles. Nous sommes seulement humaines. Plus pragmatiques, plus cérébrales que la moyenne certes, mais humains.

Elle-même ne saurait trop comment elle réagirait s’il elle se retrouvait dans la même situation que la chirurgienne. Comment serait-elle avec ses proches ? Comment gèrerait-elle la peur qui s’infiltrerait insidieusement dans les fibres de sa chair ?


A wolf in sheep's clothing.
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 793
Sujet: Re: It takes a lot to know a human   Mer 15 Sep 2021 - 20:54
“Parfois j’aimerais que les gens se rappellent de cet état de fait. D’être juste humaine…” Qu’elle ne soit pas que le docteur Wheelan, forte, intransigeante, professionnelle, coincée, timide et toutes les autres étiquettes qu’on lui attribuait volontiers. Certes, elle l’avait cherché en s’enfermant dans ce rôle durant un temps. Mais il était parfois exténuant de toujours entendre les problèmes des autres et de tenter de les panser en mettant les siens de côté. Ce piédestal sur lequel on la plaçait était un moyen de pression parfois difficile à tenir. Trop d’attentes, trop de risques de décevoir. Si elle échouait, des vies étaient en péril. Devoir toujours être au niveau, même si c’était un challenge en soi, était pressurisant. Il y avait l’image qu’on avait d’elle et la personne qu’elle était vraiment. L'aller-retour entre les deux lui était de plus en plus difficile. “Je sais que vous êtes proche d’Arizona” souffle-t-elle doucement en osant un regard en direction de l’anglaise. Et par conséquent, qu’elle devait être au courant de certaines choses. “J’aimerais qu’elle cesse de me voir comme cette espèce de perfection que je ne suis pas et qu’elle ne se résume pas à son rôle ici. Qu’elle comprenne que jamais elle n’aurait été heureuse avec moi et qu’elle se laisse le droit de l’être avec quelqu’un d’autre.” Si le sujet semble différent de ceux évoqués précédemment, tout est lié pourtant aux yeux de la chirurgienne. Ce n’était pas une justification à son comportement, juste le désir d’une amie qui souhaitait voir un proche heureux et non bloqué dans une situation qui ne se débloquerait jamais.

Elle n’avait pas choisi de tomber amoureuse de Jill. N’avait pas anticipé que la flic serait celle à la cerner le plus justement. Pas seulement la doc, ni cette quadragénaire aux mille regrets. Juste elle, Maeve. Oui, elle ne serait probablement jamais heureuse avec elle, mais elle ne l’était clairement pas sans elle.

Laissant son regard dévier de longues secondes sur le liquide dans son verre, la toubib le fait danser un instant avant de porter le contenant jusqu’à ses lèvres pour s’abreuver une nouvelle fois. “L’insubmersible Layla Jones…” commence cette dernière en remontant ses yeux dans les siens. “Vous n’êtes pas fatiguée que les autres vous voient comme ça? Une figure d’autorité? L’intendante générale du camp? Qu’ils ne voient pas qui vous êtes réellement? Ou c’est un moyen de vous protéger? De vous préserver?” Peut-être que le sujet est trop personnel, trop délicat et Maeve accepterait un refus. Mais il est vrai qu’elle avait vu sa cadette au plus bas. Il ne serait pas étonnant que les barrières érigées après ça ne soient qu’une façade.

Doucement, la chirurgienne baisse le morceau de tissu noir qui masque la cicatrice à son avant-bras, celle-là même qu’elle ne montre à personne. “Ça devrait être le symbole d’une seconde chance et je ne l’assume même pas.” Voilà où elle en était réduite. La honte. D’avoir sauvé la femme dont elle est amoureuse sans oser lui avoir dit. Elle a beau faire des efforts, avec elle, c’est toujours un pas en avant et deux en arrière. Chaque fois qu’elle sort d’une zone d’ombre, c’est pour replonger dans un endroit plus sombre encore.

Un cercle vicieux qui l’épuise. Moralement. Elle veut juste lâcher prise. Pour de bon.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Layla Jones
Layla Jones
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 784
Sujet: Re: It takes a lot to know a human   Dim 19 Sep 2021 - 16:57

Maeve exprimait ses souhaits concernant Arizona et Layla hochait doucement de la tête. Tout ce que lui disait la chirurgienne, la militaire en avait bien conscience. Rien ne lui servirait de répéter tout cela à son amie.

- Ne vous en faites pas. Arizona est consciente de toutes ces choses. Il est simplement difficile de laisser le temps faire son affaire. Soit il passe trop rapidement, soit trop lentement. Et pour un cœur, il n’était pire torture que de devoir abandonner des sentiments sans réciprocité.

L’insubmersible Layla ? Une déclaration à la fois véridique et si erronée… L’orgueil était un outil indispensable pour conserver les apparences. Aidé d’arrogance et de résilience, cela pouvait donner l’impression d’être un roc, alors qu’elle n’était qu’une femme tentant de prendre sa place dans ce monde. La question de sa vis-à-vis la fit sourire : protection ou préservation ? Les choses étaient bien moins simples que cela.

- Désintérêt. Je n’ai cure de ce que les gens peuvent penser de moi, ils n’ont aucun droit sur moi, sur les détails de ma vie, sur les facettes de ma personnalité, sur mon passé ou mon futur. Ne pas être appréciée ne me terrorise pas comme certains. Je n’ai simplement pas ce besoin de connecter avec tout un chacun. Je choisis ceux avec qui j’ai envie de partager, car soyons franches, la plupart des gens sont simplement mués par la curiosité, par le jugement. Plus ils en savent sur tout le monde, plus ils détiennent d’arguments pour se sentir meilleurs que la plupart en connaissant tous les petits secrets des uns et des autres. Je ne souhaite pas gaspiller mon temps et ma personne pour des gens lambda. Cela est donc moins simpliste que par simple désir de me protéger ou de me préserver, mais cela est plutôt un fin mélange d’un tout plus complexe. Je ne peux que vous suggérer de pratiquer la chose. Ajoutait Layla en riant doucement.

Il semblait que la chirurgienne se sentait assez à l’aise pour baisser le bout de tissus cachant la morsure qui avait marqué sa chair. Les iris froids de l’intendante se posaient un petit instant sur cette cicatrice, avant de revenir à Maeve.

- Cela aura la symbolique que vous voudrez bien lui accorder Maeve. Celle-ci pourra même se muer en autre chose avec le temps. Un jour à la fois.


A wolf in sheep's clothing.
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 793
Sujet: Re: It takes a lot to know a human   Dim 19 Sep 2021 - 22:20
À nouveau elle acquiesce, tristement. Difficile de ne pas se sentir coupable du mal être de sa meilleure amie. D’ailleurs, rien que la pensée de ce titre lui donne parfois la nausée. Sa propension à détruire tout ce qui touchait à l’intime n’était plus à vérifier avec les années. La seule différence était qu’avant, elle était la seule à en souffrir. “Je suis loin d’être la meilleure des amies pour elle. Je suis contente qu’elle vous ai” tranche la chirurgienne dans un sourire quelque peu forcé. Savoir qu’il y avait une autre paire d’oreilles pour écouter ce qu’elle-même ne pouvait entendre, une autre épaule sur laquelle s’appuyer quand la sienne semblait si fragile, si futile. Un autre pilier, quand la représentation du sien semblait lézardé et sur le point de s’écrouler.

Relevant ses yeux sur l’intendant, elle s’autorise une nouvelle gorgée de vin, comme pour noyer ses doutes et ses mornes pensées dans l’alcool, à défaut de s’embrumer l’esprit avec ce dernier. Elle avait essayé déjà, à maintes reprises et le résultat était peu probant. Un interlude, trop court, pour un retour des problèmes trop brutal le lendemain. Alors elle écoute, envieuse de ce désintérêt des autres, ou au moins leur opinion. Non pas que Maeve s’attache particulièrement à l’avis du plus grand nombre, pas plus qu’elle ne le suivait quand il ne coïncidait pas avec ses idéaux, la vengeance après le banquet d’octobre en était la meilleure des preuves. Les rumeurs ne l’atteignaient guère mais il serait mentir que d’affirmer que le regard que l’on pouvait porter sur elle ne la touchait pas. Sa réputation avait toujours été primordiale pour elle et dans cet état de fait, impossible de prétendre être détachée de tout ce qui se disait à son sujet.

Pourtant, la quadragénaire ne peut être en accord parfait avec sa cadette. Peut-être l’aurait-elle été, dix ans en arrière, à son âge, sûrement même. Mais le temps avait fait son oeuvre et l’arrivée inopinée d’une certaine jeune femme dans sa vie telle une tornade, qui avait bouleversé toutes ses certitudes et ses schémas préétablis lui soufflait que s’ouvrir et baisser sa garde était parfois le bon choix. Non, rien n’était tout rose, rien n’était parfait avec Jill, mais la jeune femme restait une bouffée d’oxygène nécessaire à sa vie maintenant, peu importe la force avec laquelle elle luttait pour aller à contre courant. “Je comprends l’idée que vous exposez mais j’ai appris avec les années, avant ou ici, que laisser entrer quelqu’un est parfois tout ce qui nous manquait. On s’en rend compte trop tard, quand les risques sont déjà trop grands. Souffrir, être blessée, utilisée. Mais parfois, juste parfois, ces mêmes risques valent la peine d’être encourus.” Et si elle ne prônait pas ses choix comme étant les meilleurs, de même que sa situation, jamais elle ne renierait tout ce qu’il y avait de positif dans sa relation avec la flic. Elle avait eu besoin d’elle avant d’avoir envie de la laisser s’installer. Mais les faits étaient là.

Le regard sur sa cicatrice visible, elle finit par boire une autre gorgée avant de remonter le bout de tissu, cachant l’ignominie. “Vous avez raison, tout est une question de temps. Je ne suis sans doute pas assez patiente avec moi-même, je ne l’ai jamais été. Trop exigeante, trop dans le besoin d’excellence. J’ai évolué dans un monde masculin où il a fallu prouver ma valeur trois plus qu’eux. Ça laisse quelques traces j’imagine. Mais vous devez savoir de quoi je parle, vous travailliez dans les affaires non?” Et Layla était belle. Si pour beaucoup c’était une chance, dans le milieu professionnel, cet atout pouvait rapidement se retourner contre vous si le tempérament ne suivait pas.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Layla Jones
Layla Jones
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 784
Sujet: Re: It takes a lot to know a human   Lun 27 Sep 2021 - 17:56

Est-ce que Mrs Wheelan était une mauvaise amie pour Arizona ? Cela elle ne pouvait l’affirmer ou l’infirmer, n’étant pas concernée dans cette relation entre les deux femmes. Ne pas réciproquer les sentiments d’une amie n’est pas un crime, avoir du mal à faire preuve de tact et être amoureuse d’une autre, non plus.

- C’est à elle plutôt de le décider. Lançait l’Anglaise à la chirurgienne.

Elle pourrait toujours tenter de discuter de tout cela avec sa colocataire, cela les regardait. Arizona savait, malgré sa fierté, que quoi qu’il arrive elle aura une chambre ici pour s’y réfugier.

La discussion dérivait quelque peu vers le fait justement de laisser entrer dans gens dans leurs sphères personnelles. Mrs Wheelan marquait un point en rétorquant qu’il fallait parfois prendre des risques, même si cela pouvait résulter en blessures. Prenant une gorgée de vin, la jolie brune méditait un peu la chose. Outre quelques exceptions telles que Jeremiah ou Roza, il était vrai que l’intendante n’avait pas regretté de s’être ouverte aux gens qui lui étaient devenus proches. Ils étaient fort peu, mais d’autant plus précieux et cher à son cœur.

- J’essaierai d’appliquer ce conseil sage Maeve. Le ton était taquin, mais les propos pris au sérieux. Je vous recommande également d’employer un peu du mien cependant. Ajoutait la Britannique dans un sourire malicieux.

Moins se soucier de plaire aux autres, moins s’engager avec les gens qui ne comptent pas. Bref, il leur faudrait à toutes deux trouver un juste milieu sain dans leurs craintes et leurs combats, dans leurs attentes et leurs désirs.

Sa vis-à-vis en profitait pour recacher la fraiche cicatrice à son bras tout en verbalisant cette sévérité avec laquelle elle se traitait. Layla hochait de la tête, comprenant parfaitement cette exigence, ce besoin d’efficacité, d’excellence.

- Croyez-moi, je vous comprends plus que quiconque. Effectivement, j’ai évolué dans un monde d’homme. J’étais adjointe exécutive du PDG d’une compagnie d’armement privé. Il m’a fallu développer une bonne carapace et un fort caractère pour y survivre. Ainsi qu’une bonne descente. Plaisantait-elle. Les hommes sous-estiment les femmes et c’est là leur plus grande erreur. Aussi frustrant et injuste cela puisse être cependant, c’est cela qui forge des forces de la nature comme vous ou comme Mrs Phelbs. Ou comme elle-même, mais il ne fallait pas trop se flatter soi-même. Faites-vous confiance Maeve, laissez-vous le temps de vous remettre de cette épreuve nouvelle. Vous serez sur pied avant la majorité des gens ici qui se seraient retrouvé dans la même situation. Vous êtes cérébrale et non une imbécile heureuse, soyez en fière.


A wolf in sheep's clothing.
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 793
Sujet: Re: It takes a lot to know a human   Jeu 7 Oct 2021 - 21:40
Acquiesçant lentement, le regard un instant perdu dans le vague, la chirurgienne sait que son amie ne lui tournera jamais le dos, même si la chose allait à l’encontre de son bien être. C’était une des spécificités de la militaire. Derrière la carapace, une fois les murailles envolées, elle s’effaçait au profit et au besoin de ses proches. Sans doute trop…
Mais la quadragénaire ne dit rien de plus la concernant. Si elle était une relation commune entre les deux femmes présentes ce soir, chacune possédait un lien différent et particulier qui n’appartenait finalement qu’à elles.

Laissant un soupir amusé franchir ses lèvres, la canadienne est incertaine quant au fait de posséder la moindre sagesse, même dans ces conseils les plus avisés. Il était parfois aisé de la penser dans la raison, dans le juste. La blouse avait cet effet, moultes études sociales l’avaient prouvé dans leur ancien monde. Symbole de figure d’autorité et de savoir, l’on contestait rarement l’avis d’un professionnel de santé. Ça ne voulait pas dire que sa vision des choses était la plus sensée, loin de là. Maeve avait bien trop souvent l’impression de patauger dans un méli-mélo d’émotions diverses et variées sans parvenir à démêler le besoin, l’envie et surtout le mieux pour elle. Oui, la doc était finalement comme tous les autres. Incapable de se sortir de ses cercles vicieux. Ni plus intelligente, ni plus pragmatique, du moins pas dans le privé. Une pauvre gosse paumée, voilà tout ce qu’elle était, bien loin de cette chirurgienne sûre d’elle et soufflant d’intransigeance. Remontant son regard dans celui de la jeune femme, elle acquiesce à nouveau. “Je tâcherai de me souvenir de vos mots oui” assure cette dernière dans un léger sourire. Se préserver. Se protéger. Plus qu’elle ne le faisait. Car derrière la prudence, derrière la réserve, ceux qu’elle laissait finalement entrer la faisait souffrir, invariablement, autant qu’elle faisait souffrir d’autres. Et elle en avait assez.

Les mots s’ancrent, plus qu’ils ne le devraient et si un léger rire passe ses lèvres et qu’elle ponctue une partie du discours de l’anglaise par un “je ne me sens pas comme une force de la Nature…” elle ne nie pas son approche et ne la rejette pas, bien au contraire. La toubib avait passé ces dernières semaines dans une profonde dépression et ne s’était, par conséquent, rarement sentie aussi faible, physiquement et surtout moralement. Pourtant, elle finissait toujours par se relever. Depuis cinq ans, bien avant déjà. Tous les coups durs, toutes les claques. Oui, Maeve avait ce besoin masochiste de souffrir, de s’enterrer six pieds sous terre et de se laisser submerger par la vague. Mais après un temps, variable, elle remontait toujours à la surface. Toujours. Et cette nouvelle épreuve, ce nouveau coup dur ne devrait pas déroger à la règle. “Aux forces de la Nature?” Répond-elle simplement en trinquant à nouveau avec son hôte avant de boire une autre gorgée. “Nul doute que vous en faîtes partie.” Et la détaillant un peu plus longuement, ses yeux à la couleur difficilement identifiable, les traits de son visage, la froideur comme la douceur, à balance égale, qui pouvait se dégager de ces derniers. “Je regrette de n’avoir jamais osé briser les barrières plus tôt. Vous me paraissiez inatteignable, inabordable. Ce n’est pas un reproche, c’est quelque chose que j’ai toujours admiré chez vous. Mais j’imagine que ce n’est qu’une vision de surface et que beaucoup me voient ainsi aussi. Je suis contente que vous m’ayez invité ce soir, surtout après ce qui s’est passé plus tôt.”

Jouant un instant avec son verre, elle remonte sur les prunelles de sa comparse. “Parfois c’est plus simple avec quelqu’un qui ne fait pas partie de son cercle intime.” Les gens avaient tendance à penser qu’ils vous connaissaient par cœur ou déjà trop bien. Et le jugement devenait trop hâtif, l’agacement trop rapide ou le besoin de réconfort trop oppressant. Ici, il n’y avait rien de tout ça et c’était libérateur.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: It takes a lot to know a human   
Revenir en haut Aller en bas  
- It takes a lot to know a human -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: