The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-53%
Le deal à ne pas rater :
[Lot de 6] MIXA BEBE Gel très doux 2-en-1 corps et cheveux – 750 ml
21 € 45 €
Voir le deal

Lady Butterfly
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Daisy L. Newman
Daisy L. Newman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Poupoule de luxe effarouchée
ascendant michto dénonciatrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 273
Sujet: Re: Lady Butterfly   Jeu 7 Oct 2021 - 21:33
La musique s’éveillait dans la salle et on entendait quelques voix amusées et ravies par l’orchestre. Il n’y avait aucune fausses notes, tous les spectateurs présents comprenaient la chance et le privilège qu’était d’assister à une telle représentation. Le tableau était parfait. Daisy s’émerveillait toujours du lieu, elle n’imaginait pas plus bel endroit pour vivre un moment pareil. La jeune femme ne pouvait qu’imaginer l’extérieur, la mort et cette fameuse survie dont elle entendait vaguement parlé quand de nouveaux arrivants mettaient les pieds à Walla Walla. Tout semblait profondément surréaliste et discuter avec Ela la mettait devant ce fait. Il n’était d’ailleurs pas difficile d’imaginer le vertige qui pouvait la prendre à l’idée de vivre ici. Daisy était convaincue qu’elle trouverait ces marques, à cette pensée elle hocha la tête comme pour affirmer cette conviction.

Ela avait raison, les instants de bonheur étaient précieux et éphémères, il ne fallait pas les bouder et peut-être même les chercher. Mais courir après, Daisy savait mieux que quiconque ce qui pouvait se passer si la chute venait à arriver. Le moment dans lequel elle s’apprêtait à vivre lui donnait, elle-même, parfois le tourne, et peut-être un peu peur même. la moindre fausse note lui serait reprochée, la moindre erreur notée et pourrait peut-être même la dirigerait directement vers le dernier district, le fameux bidonville dans lequel elle n’avait jamais mis les pieds de sa vie et dans lequel elle ne souhaitait pas se rendre ou même finir. Cette idée lui faisait bien plus peur que la Zone Blanche. la liberté dont elle avait tant entendu parlé ces derniers temps avait-elle la même saveur que cet instant de musique ? Le temps le lui dirait certainement.

« Je ne souhaite pas bouder ou rejeter l’idée de bonheur. Je serais la première ravie à pouvoir me perdre parfois d’heureux souvenir, soyez en certaine Ela. Je compte sur vous me détacher du pragmatisme dans ce cas. » répondit-elle en souriant doucement. Oui, il était certain qu’avoir des alliées dans cette sobre recherche de bonheur ne serait pas de trop. Trouver le bonheur dans les choses désuètes avait entièrement sa place dans la vie de Daisy, mais à quel prix ? La frivolité n’était pas une qualité pour les femmes et les jeunes filles de New Eden. On leur apprenait d’autre chose. Daisy espérait ne pas gâcher l’image qu’Ela pouvait avoir d’elle, seulement, Daisy, ne souhaitait pas être seulement une idée que l’on se fait. Pourtant, elle devrait demeurer un fantasme sobre, une allégorie bienveillante dont les colères ne pourraient qu’être sourdes et inaudibles.

« Blanchisseuse ou non, cela ne nous empêchera pas d’être amie. En plus de cela, vous n’êtes pas que cela. Une ancienne architecte en plus de cela, si vous aimez vous perdre dans d’heureux souvenirs alors j’ose espérer que votre ancien métier vus apportait ce que vous désiriez et ainsi quelques bons souvenirs. » affirma t-elle. Oui, blanchisseuse, il était certain que dans le grand dessin hiérarchique de New Eden, Ela n’avait de place que celle qu’on lui donnait, cela ne l’empêcherait pas d’avoir des amies et de se priver de quelques soirées comme celle-ci si l’occasion venait à se présenter. « Nous avons tous notre place ici, et si nos rôles sont figés, n’oubliez pas que nous sommes des femmes et qu’il faut bien que nous nous serrions les coudes.  » Oui, parce que si Daisy ne remettrait jamais, jamais, en cause son système de vie et son quotidien de future Épouse et bientôt d’Épouse, elle savait tout de même pertinemment qu’elle pourrait être jetée parla grande porte si faux pas il y avait. Une chose qu’elle ne laisserait jamais arriver.

« Oh.. je dois vous avouer que je n’ai aucun talent de dessin. Malheureusement ce n’est pas quelque chose qui m’était attribué. Je crains que le piano ne soit qu'une revanche face au dessin. » fit-elle en riant doucement. Daisy, attentive l’écouta ensuite lui avouer que personne ne pouvait imaginer ce qu’elle vivait, et Daisy la croyait sur parole. Le peu qu’elle connaissait na laissait pas à penser que les survivants de Seattle eu encore une once de civilité et de savoir vivre.

Elle tourna la tête à la mention de son futur Époux. À vrai dire, elle ne l’avait jamais vu. Elle ne connaissait que son nom : Ethan Newman, il était à la tête de tout le sytème médicale de New Eden, certains allaient jusque’à dire que c’était un homme charmant et que cerise sur le gâteau, il était bel homme. Impatiente ? Oui, elle ne pouvait pas le nier. L’attente avait déjà bien assez duré à vrai dire.« Je ne l’ai malheureusement pas encore rencontré. C’est un homme charmant selon les dires des soeurs qui nous accompagnent dans la Zone Blanche. » avoua t-elle. « Je suis impatiente de le rencontrer, je dois bien vous l’avouer. C’est un moment que beaucoup d’entre nous attendons depuis longtemps maintenant. » Six ans, six années très exactement à se former, à se préparer à ce grand jour.

« Vous trouverez chaussures à votre pied, Ela, j’en suis convaincue. Appréhender est parfaitement normal, la nervosité prouve que la chose est importante. »


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Amrani
Ela Amrani
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 442
Sujet: Re: Lady Butterfly   Mer 20 Oct 2021 - 15:16
L’aider à se défaire du pragmatisme. Cela résonnait dans son esprit avec une certaine ironie. Elle n’était pas sûre de pouvoir lui dire que ce pragmatisme dont elle parlait lui avait été enlevé et que seuls les fragments de bonheur – ou l’illusion peut-être – lui permettait de ne pas perdre pied. Comme ici, dans cette immense salle de concert, alors qu’elle revêtait de si beaux vêtements, que le cadre était si beau et si faste, c’était bien les fragments de son ancienne vie – restés intactes car jugés inoffensifs – qui lui évitaient de ne pas perdre l’esprit, pas totalement. C’était en tous cas ce qui lui permettait d’être aussi souriante, aussi normale aux côtés de Daisy, et la semi-pénombre de la salle cachait magnifiquement bien le faux raccord dans son regard. « Je ferai de mon mieux, alors. » Lui répondit-elle, avec douceur.

L’architecture lui semblait bien loin à présent ; bien qu’elle ait pu contribuer à l’amélioration des structures à Fort Ward. Ça lui semblait si loin – et surtout entaché de souvenirs plus récents, qui n’avaient plus lieu d’être heureux. « Oh je… Je crois que j’ai vécu bien plus longtemps dans le faste des galas et réceptions politiques de mon mari que dans un cabinet d’architecture. Je n’ai plus dessiné depuis si longtemps. » Dit-elle, en esquivant un peu les explications. Ce qu’elle disait n’était pas dénué de vérité, de toute façon. Mais elle était touchée par les sentiments que la jeune femme lui prêtait. L’israélienne lui offrit un sourire tendre, avant de venir naturellement poser sa main sur son avant-bras, la pressant légèrement entre ses doigts, dans un geste de soutien. « Je suis bien d’accord, et vous pourrez toujours compter sur moi, Daisy. » Lui souffle-t-elle, de connivence. Peut-être était-ce un sentiment un peu maternel qui la poussait à être ainsi. Daisy vivait dans ce moule depuis si longtemps qu’elle ne connaitrait probablement jamais la femme qu’elle aurait dû être dans le monde d’avant. Peut-être. Tout comme Ela l’avait été, Daisy était façonnée dans un certains modèle – si ce n’est que les méthodes qu’elle avait subie étaient beaucoup moins douce que l’éducation que la jeune femme avait connue. Elles étaient finalement les mêmes, aujourd’hui ; mais le chemin parcouru était bien différent.

Elle se perdit un instant dans les images de violence et de mort qu’elle avait connu à Seattle et à Fort Ward – des flashs, parasites, qui n’étaient plus aussi nets qu’avant son traitement. Certains souvenirs étaient déformés, elle le savait, mais elle ne cherchait plus à les ramener ; ils n’étaient que souffrance et mort, ce n’était plus cette vie-là qu’elle vivait. Du moins, c’est ce qu’on lui avait promis, en quittant l’institut. Elle ne revint à l’instant présent que grâce à une note de musique, un peu plus haute, et puis à Daisy qui reprit la parole pour lui parler de ce fiancé, encore jamais rencontré. Elle eut l’air un peu surprise, mais elle se reprit le plus rapidement possible ; c’était parfois ainsi, ici. « Je suis certaine qu’il sera bon pour vous… Vraiment. J’ai foi en eux, et je vois que vous aussi. » Dit-elle, en la regardant avec un certain attendrissement ; elle semblait si impatiente, si heureuse. « Mon mariage était l’événement le plus attendu, de toute ma vie ; les essayages de robe, la préparation de la salle, le choix des mets auprès de traiteur, c’était terriblement stressant et épuisant, mais ça en valait la peine. » Dit-elle, en se replongeant à une époque remontant déjà à plus de dix ans. « Je vous souhaite beaucoup de bonheur, Daisy. Vous le méritez. » Sans doute était-ce trop naïve. Mais elles étaient à présent toutes les deux dans un schéma qui leur faisait encore croire que cette vie-là était heureuse.

Alors quand elle lui affirma qu’elle trouverait elle aussi, chaussure à son pied, elle s’empourpra un peu. La vérité, c’est qu’elle avait déjà eu sa chance, n’est-ce pas ? « Je ne sais pas si je pourrais de nouveau tomber amoureuse comme je l’ai été autrefois. Mais je ne suis pas exigeante, Dieu saura m’aider, et m’aiguiller dans cette voie-là. » Dit-elle, avec une certaine forme de confiance. « Il faut dire que ce n’est pas si facile, pour une étrangère comme moi, de rencontrer quelqu’un… » En réalité, ce qu’elle craignait était plus cette marque dans son dos, qu’elle ne pouvait cacher à celui qui la prendrait pour femme. Mais elle ne souhaitait pas l’inquiéter. « Mais ça viendra, vous avez raison. »

« Votre famille vous aide dans la préparation de cette nouvelle vie ? » Lui demanda-t-elle alors qu’une nouvelle note de violon monta, emplissant tout l’espace de sa mélodie lente et langoureuse.
Revenir en haut Aller en bas  
Daisy L. Newman
Daisy L. Newman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Poupoule de luxe effarouchée
ascendant michto dénonciatrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 273
Sujet: Re: Lady Butterfly   Mer 3 Nov 2021 - 21:25


Oui, un homme charmant. C’était tout ce qu’on avait été capable de lui dire sur le caractère de l’homme qu’elle s’apprêtait à épouser. Le monde dans lequel elle avait grandit, le monde dans lequel elle vivait même encore aujourd’hui n’était qu’un conglomérat de femmes. Les seuls hommes en réalité que ces jeunes femmes pouvaient côtoyer étaient leur père, leurs frères, et pour certaines, comme ce fut le cas de Daisy, leur patron. La jeune métisse avait eu la chance de pouvoir travailler un peu avant de rentre dans le grand bain, d’apprécier, peut-être comme Ela, une petite forme d’indépendance même si celle-ci fut un peu courte. Une récréation pourrait-on dire, avant de devoir rentrer dans les rangs. Il faut avouer qu’il y avait tout de même plus … rocambolesque comme aventures que celle de découvrir le monde biaisé sur travail au sein de la communauté de New Eden.

Désormais son quotidien ne serait que celui de bien présenter. Elle espérait peut-être un peu plus que de n’être qu’une jolie créature au bras d’un homme. Les Épouses, les femmes exemplaires entre ces murs n’avaient guère d’autres choix de trouver des activités autre qu’un métier à proprement parlé.

Les représentations comme ce soir permettaient à tout ce qui souhaitait se montrer de pouvoir se divertir, créer des liens, avoir des discussions feutrées comme celle qu’elle entretenait avec Ela. Très honnêtement, Daisy avait été un peu surprise qu’elles puissent avoir une discussion aussi fournie. Non pas qu’elle doutait des capacité de conversation d’la, mais il fallait avouer que toutes les deux ne pouvaient pas être plus diamétralement opposées en matière d’existence ces six dernières années. Daisy ne savait pas vraiment d’où elle venait, et peut-être était-ce mieux comme ça. « Voilà une soirée bien fructueuse, qu’en pensez vous ? » déclara t-elle en hochant la tête en réponse au fait qu’elles pourraient certainement compter l’une sur l’autre à l’avenir.

Face aux déclarations d’Ela, Daisy se demandait bien comment les équipes qui encadraient les nouveaux arrivants et les nouvelles arrivantes s’y prenaient pour faire accepter, pour certains l’inacceptable, dans la tête de certains. New Eden avait énormément de choses à offrir, Daisy ne doutait jamais de sa présence à Walla Walla. Seulement il semblait quand même que les réticences se butaient toujours sur les mêmes points. Peut-être poserait-elle la question à Ela, une fois que les deux femmes seraient un peu plus proches. La curiosité était certainement un très vilain défaut, mais la jeunesse en était bien souvent la première coupable. Daisy n’avait aucune intention de brusquer Ela, et elle n’était pas en charge de son intégration, mais peut-être une aide à ce que celle-ci se passe sans trop d’embuche.

« J’espère être compatible avec mon futur époux, et pouvoir lui apporter quelque chose qui lui manque.  » Daisy sourit. Elle attendait leur première rencontre avec une certaine impatience, elle en avait un peu marre d’entendre Soeur Martha lui faire les échos de ce qu’elle savait sur le Docteur Newman. La nonne vivait par procuration et il était donc difficile de lui en vouloir par beaucoup d’aspect, mais tout de même…

« Vous êtes charmante, vous n’aurez pas trop de difficulté, j’en suis convaincue. » affirma t-elle franchement.

Elle tourna sa tête vers Ela. « La vie de future Épouse est préparée dans la Zone Blanche, nous sommes quelques jeunes femmes à partager ce processus. » expliqua t-elle en regardant la représentation un peu distraire. Son frère et sa belle-soeur lui manquait, et leur maison aussi. Daisy n’avait pas vraiment eu beaucoup de temps pour aider sa belle-coeur enceinte de son premier enfant ces derniers temps. Mais elle espérait pouvoir passer quelques jours très prochainement histoire de respirer un grand bol d’air de la maison de son enfance.

« Mon frère et ma belle soeur attendent leur premier enfant, ils sont très concentrés sur l’arrivée de mon neveu ou de ma nièce. Mais ils me soutiennent comme ils peuvent. La Zone Blanche n’accueille pas beaucoup de visiteurs. »


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Amrani
Ela Amrani
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 442
Sujet: Re: Lady Butterfly   Lun 29 Nov 2021 - 10:57
« Des plus fructueuse, en effet. » Répondit-elle, sans devoir feindre une quelconque sincérité. Elle avait été intimidée au début - évidemment. Daisy s’apprêtait à devenir une femme importante - selon la définition de New Eden et de l’Adonaï. Passer la soirée à ses côtés lui semblait être un privilège et puis, finalement, quelque chose d’assez naturel. Peut-être que la différence d’âge entre les deux femmes l’aidait un peu à se sentir un peu plus en confiance - son passé aussi, qui se rappelait à elle à chaque note de musique. Des sentiments sincères et tendres se développaient pour cette jeune femme dont elle était encore bien loin de vouloir questionner sur ces choix de vie imposés par la société de l’Adonaï. Il fallait dire qu’Ela ne souhaitait guère poser des questions qui lui attireraient des ennuis ; son seul désir à présent était de faire partie de cette communauté. Quoi qu’il en coûte. Une expression bien ironique quand on sait ce qu’elle a déjà sacrifié bien malgré elle, au cours de ces derniers mois, pour rejoindre une idéologie qui, quelques mois plus tôt, lui était barbare et moyenâgeuse. Une idée toujours là, enfouie quelque part dans son esprit, mais enfermée à double tour pour ne pas lui causer plus de souffrance qu’elle n’en avait déjà. Il lui semblait tellement plus doux de vivre dans l’illusion - pour l’instant du moins.

Daisy était évidemment nerveuse - serait-elle suffisante pour son futur époux ? Voilà une question qui lui serrait un peu le coeur. « Je ne vous connais depuis que depuis deux heures à peine, et pourtant je suis persuadée que vous avez beaucoup à m’offrir, et il en sera de même pour votre mari. Rassurez-vous... » Dit-elle, avec bienveillance. Elles étaient encore loin de découvrir à quel point ce mariage serait à la fois une bénédiction et un drame pour une partie des convives - dont elle-même, d’ailleurs.

La musique accompagnait leur conversation, de doux murmures qui ne gênaient personne là-haut dans leur balcon privé. Peut-être qu’un jour, l’israélienne questionnera un peu plus la jeune femme sur cette zone blanche et cette vie à laquelle on semble l’avoir préparé depuis six ans maintenant. Quelque part, cela lui semblait irréel, mais de l’autre, l’architecte observait en silence. Le goût de la rébellion ôtée pour un bon moment encore. Elle souria à la mention d’un frère pour choyer aussi cette jeune femme, à peine sortie de l’adolescence. La famille, c’était important. Et si une part d’elle la trouvait encore jeune, Daisy serait rapidement plongée dans cette vie de famille qu’on lui imposait. Mais ce qui comptait présentement, ce n’était pas tant cette vie dictée que l’excitation et l’impatience qu’elle pouvait lire dans les prunelles de la métisse. Peut-être qu’au final c’était elle la plus heureuse dans cette histoire ; elle et toutes celles qui se préparaient à cette vie d’épouse et de mère. Ignorante d’une vie tout autre qu’elles auraient pu avoir avant, elles n'interrogeaient pas le système - parce qu’elles en faisaient partie. L’ignorance pouvait également être source de bonheur. Enfin, cela dépendait du point de vue, sans doute.

La musique reprit de plus belle sur les notes hautes et puissantes du violoncelliste, emportant avec elle leur conversation pour le reste de la soirée.

- FIN -
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Lady Butterfly   
Revenir en haut Aller en bas  
- Lady Butterfly -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: