The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Lady Butterfly
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ela Amrani
Ela Amrani
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 442
Sujet: Lady Butterfly   Mer 18 Aoû 2021 - 15:57
Il lui avait été un peu compliqué de trouver une tenue adaptée pour cette sortie au théâtre. Les quelques vêtements classiques qu’elle possédait n’étaient pas appropriés pour la soirée qu’elle était censée passer ce soir-là. A vrai dire, l’israélienne s’en serait bien passée. Mais la pression qui lui avait été mise sur les épaules ne pouvait être ignorée et plus encore, une jeune femme s’était proposé pour l’accompagner et la guider dans ce monde dans lequel Ela ne faisait que poser le pied depuis une dizaine de jours. Après ce séjour à l’institut psychiatrique de Colville et ce mois passé dans cette chambre de bonne dans le bidon ville de Walla Walla, l’israélienne cherchait encore ses marques dans ce dédale de rues si propres et entretenues. Une vie normale lui était offerte, après toutes les mésaventures qu’elle avait subie, il fallait dire que parfois, elle en avait encore le tournis.

Alors, pour l’aider à se préparer à ce rendez-vous particulier, l’israélienne avait fini par se tourner vers une femme qui lui avait tendu la main récemment ; Neela Pryiadarshan. Etablie ici depuis bien plus longtemps qu’elle, elle s’était présentée à sa porte avec la seule robe un peu correcte qu’elle avait, en lui demandant si elle pouvait l’aider à se rendre un peu plus présentable en vue d’une sortie au théâtre imposée, les mains un peu crispée sur le gilet qu’elle portait, intimidée. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’elle se rendait au théâtre, fut une époque où elle adorait ça, ainsi que tout le cérémonial qui allait avec. Mais elle n’était définitivement plus la même qu’autrefois. L’esprit est marqué par tous les sévices qu’elle a endurés, la confiance en elle brisée par tous les efforts de ses médecins pour la soigner. Un mal nécessaire, lui a-t-on dit. Elle comprenait. Du moins, y était-elle contrainte, à force. Aussi quand Neela avait accepté de l’aider, en lui proposant de prendre l’une de ses tenues, Ela s’était retrouvée bien embarrassée devant toutes ces étoffes de couleur ; trop voyantes, trop extravagante. Elle avait un peu paniqué. Mais l’indienne avait su trouver les mots et la conviction pour la faire enfiler une de ses robes indiennes toute de bleu nuit, un décolleté sobre décoré de bordure dorée, rappelée sur la bas de la robe. Mais ce qui était encore plus visible encore, était le grand voilà or accrochée à son col, venant habiller la robe d’un éclat lumineux et… excessivement voyant pour le regard d’Ela, alors que le sari épousait sobrement ses formes, l’or venant délicatement rehausser sa peau claire. Elle était somptueuse, élégante et, en se regardant dans le miroir c’est une ancienne image d’elle-même qu’elle revoyait. Il fallut encore quelques paroles rassurantes et son enthousiasme contagieux pour que Neela ne la convainc, avant que l’israélienne ne finisse par franchir le seuil de la maison de l’indienne, pour rejoindre la calèche qui l’attendait dans la rue pour l’amener jusqu’au District 2, où se trouvait la salle de spectacle où elle avait rendez-vous.

Ce soir, le Regency accueillait un concert donné par l’orchestre officiel de la ville ; l’Eden Symphony Orchestra. Ela devait y retrouver une toute jeune femme – elle ne lui donnait pas vingt-ans – qui avait déjà tellement d’allure et de prestance que l’israélienne n’avait pu que baisser sobrement les yeux et accepter son invitation à se joindre à elle. Si son histoire était peu connue à Walla Walla, elle restait néanmoins une nouvelle habitante de la communauté qui cherchait encore ses marques dans cette ville qui ne cessait de lui sembler surréaliste.

Replaçant une mèche de ses cheveux derrière son oreille, elle descendit de cet étrange taxi, regardant distraitement les chevaux s’éloignés dans un trot cadencé. Elle finit par se rappeler la raison de sa présence ici – sa mémoire défaillante lui créant par moment des absences – et remonta les escaliers la menant vers l’entrée du bâtiment. A l’intérieur, elle chercha timidement son hôte du regard, se plaçant légèrement en retrait et rougissant un peu des regards qu’elle attirait. Elle avait fait un effort – sans aucun doute – tant sur sa tenue que dans les quelques traits de maquillage qui sublimait sobrement son teint. Mais l’israélienne avait l’impression qu’on la regardait plus parce qu’elle n’avait pas sa place dans un tel endroit que parce qu’elle était belle à regarder. Quel ne fut pas son soulagement quand elle reconnut la jeune femme rencontrée récemment, s’avançant vers elle avec toute cette élégance et ce charisme qui l’avait séduit à leur rencontre. « Bonsoir, Miss Donaldson. » Dit-elle, avec une courtoisie non-feinte.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Daisy L. Newman
Daisy L. Newman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Poupoule de luxe effarouchée
ascendant michto dénonciatrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 273
Sujet: Re: Lady Butterfly   Dim 22 Aoû 2021 - 20:23
Daisy devait avouer que la moindre opportunité lui permettant de quitter la Zone Blanche même pour quelques heures était toujours bienvenue. Si les leçons de bonne manière, d’étiquette et autre n’avaient désormais plus de secrets pour la jeune femme, une bouffée d’air frais était toujours bienvenue. En plus de cela, il s’agissait d’une sortie en soirée qui lui laissait la possibilité de porter une belle robe et de s’apprêter légèrement plus qu’au quotidien. Daisy était une jeune femme coquette et élégante toujours en accord avec les principes de New Eden, quand elle se laissait aller à quelques fantaisies c’était toujours avec goût et avec une retenue tout à fait charmante. À dix-neuf ans, si elle n’avait pas toutes les libertés que l’on avait promis aux femmes et pour lesquelles beaucoup s’étaient battues. Elle avait le petit luxe de pouvoir faire preuve d’une frivolité qui ne pouvait pas courir les rues de Seattle.

Pour l’occasion, elle avait enfilé une de ses robes qu’elle attendait de pouvoir porter avec impatience. Elle avait que la couleur lui irait parfaitement au teint. Dans un satin violet indigo, Daisy remonta la fermeture éclair invisible de la robe cachée à sa droite, le long de sa silhouette. Pas un plis, pas une tâche, pas un accroc à la robe de satin, qui lui tombait au dessus des chevilles. Ceinturée à la taille, dans un savant drapé, qui tombait sur sa hanche, Daisy se retourna devant le miroir, puis volte face afin d’enfiler une paire de boucle d’oreilles, deux anneaux d’or desquels tombaient une breloque en perles chacune. Elle attacha ses cheveux dans un chignon bas, lisse et plaqué, avant d’enfiler une paire de sandales à talons dorés, elle prit une longue inspiration, avant de quitter sa chambre. Ce soir, elle allait à un concert.

Elle accompagnait Ela. Une bien mystérieuse nouvelle arrivante dont l’arrivée n’était pas passée inaperçue aux yeux de beaucoup. Daisy s’était portée volontaire avec l’idée de profiter de l’air frais de la soirée et de la légèreté que pouvait lui apporter le concert. Les nouveaux arrivants étaient souvent le sujet d’un certain nombre de rumeurs à leur sujet. D’où venaient-ils ? Que faisait-ils avant ? Comment avaient-ils survécu. Si bien que leur arrivée ressemblait souvent à un safari, où chacun cherchait à percevoir la bête étrange. À cette pensée, elle fut obligée de prendre une longue inspiration, alors qu’elle embarquait déjà dans un des taxis apprêté pour l’occasion. Les rumeurs allaient toujours bon train au sujet d’une nouvelle habitante. Elle regarda sa montre en soulevant légèrement sa manche, elle arriverait à l’heure, il n’était pas dans ses habitudes d’arriver en retard.

On l’aida à descendre, avant de lui souhaiter une bonne soirée. Le taxi tiré par des chevaux repasserait à la fin de la représentation pour la ramener dans la zone blanche. La jeune femme replaça la ceinture de sa robe, avant d’avancer vers cette silhouette connue qu’elle était venue rejoindre. Les deux femmes passeraient la soirée ensemble, entre discussion discrète murmurée à l’oreille l’une de l’autre sous couvert de leur mains, et d’appréciation du jeux de l’orchestre. Une opportunité toute trouvée pour Ela se trouver quelques marques afin de pouvoir s’intégrer rapidement dans cette communauté. Et qui de mieux qu’une future Épouse pour jouer les guides ?

« Bonsoir Ela. » répondit Daisy avec un sourire charmant. Elle s’approcha raisonnablement de l’israélienne. « Appelez moi Daisy. Ne nous formalisons pas de politesse outrancière. Nous sommes là pour passer un bon moment. Entrons, je suppose que quelques rafraîchissements nous attendent à l’intérieur. Je vous invite, évidemment!» continua t-elle en souriant joyeusement, en lui faisant signe d'entrer.


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Amrani
Ela Amrani
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 442
Sujet: Re: Lady Butterfly   Lun 23 Aoû 2021 - 20:40
Ce que Daisy pouvait avoir l’air jeune et en même temps tellement à sa place dans cet univers. La jeune femme se trouvait être en position de choix dans cette société, une position qui – fut un temps – était celle de l’israélienne dans leur Ancien Monde. Sans doute qu’à l’époque, ce serait elle qui aurait initié la jeune femme aux us et aux coutumes de ce monde. Mais ça, c’était avant. L’épidémie qui avait touché l’humanité tout entière lui avait fait emprunter une toute autre route. La césure avait déjà été violente pour Ela, qui s’était rapidement retrouvée confrontée à la réalité de sa condition – elle avait dû s’adapter. Et tout ce qu’elle avait appris aux côtés de Remnants – aux côtés de June – ces six dernières années, venait d’être totalement déconstruit, enfouit bien profond dans son esprit, pour correspondre à nouveau aux standards de cette société dégradante et humiliante pour la gent féminine. Pour autant, l’architecte se trouvait chanceuse – une preuve de plus que le traitement subi avait été efficace.

Quand elle avait reçu cette invitation, son premier réflexe avait été d’en avertir Ansbert pour le tenir au courant de son intégration dans la société de Walla Walla – il n’avait pu que la féliciter de prendre celle-ci à cœur, qui plus est aux côtés d’une Epouse. Alors oui, elle se sentait chanceuse et reconnaissante, et le sourire de soulagement qu’elle offrit à la jeune femme en était le témoin évident. « Bien… Daisy, merci. Je vous suis. » Elle était évidemment impressionnée par tout le décorum, mais elle n’avait pas encore vu l’intérieur ; faste et grossièrement luxueux. Après toutes les misères qu’elle avait vues au-dehors, comment était-ce possible ? Et comment pouvait-on refuser de faire partie de tout ceci ? C’était la première question qu’elle s’était posée en franchissant le seuil de la salle de spectacle.

Un bar classieux les attendait en effet, en fond de salle. Quelques tables étaient installées ainsi qu’un nombre infini de siège, prêt à accueillir les invités venu applaudir l’orchestre de New Eden. Mais ce ne serait très certainement pas là que les deux dames iraient s’assoir ce soir, parce que le statut de Daisy méritait mieux que la foule, elles seraient installées à l’un des balcons, dès que ces dames auraient choisis un rafraichissement. Pour ne rien cacher, Ela était à la fois fascinée et intimidée. Il y avait un air de déjà-vu qui la rassurait. « Vous savez, mon mari et moi venions souvent dans des endroits comme celui-ci avant… Avant que le monde tel que nous le connaissions ne s’effondre. » Aujourd’hui, elle se trouvait tout en bas de l’échelle sociale, mais peu lui importait sincèrement ; il n’y avait que de la reconnaissance dans ses yeux noirs.

Elle commanda timidement un cocktail de jus de fruits, avant d’accompagner Daisy dans les étages. Le balcon leur offrait une vue splendide sur la salle – de loin la vue qu’elle préférait. Son regard papillonnait alentours, émerveillée de voir et de retrouver ce faste qu’elle croyait mort depuis longtemps. Sur la scène les pupitres et les instruments des musiciens étaient déjà installés. « Je sais que vous avez grandis dans ce monde-là, mais… croyez-moi quand je vous dis que je n’espérais plus avoir l’occasion d’écouter à nouveau un orchestre symphonique jouer – comme avant. » Lui avoue-t-elle, alors qu’elles avaient pris place dans une loge où elles n’étaient pour l’instant que toutes les deux. Les boissons arrivèrent dans la foulée et leur fut servies sur un plateau. Elle se saisit du sien avant de se tourner vers son hôte du jour pour la remercier : « Merci pour votre invitation, cette ville est tellement vaste, je suis ravie de pouvoir le découvrir à vos côtés. » Dit-elle, avant de trinquer avec elle. « A cette belle soirée, merci encore une fois. »

Pauvre Ela, perdue dans les méandres d’un esprit reformaté, s’accrochant à de vieux souvenirs d’une ancienne vie pour ne pas totalement perdre pied.
Revenir en haut Aller en bas  
Daisy L. Newman
Daisy L. Newman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Poupoule de luxe effarouchée
ascendant michto dénonciatrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 273
Sujet: Re: Lady Butterfly   Mer 25 Aoû 2021 - 17:58
Quand le monde était tombé, avant que le monde ne touche à sa fin, des soirées comme ça, Daisy en avait connu des centaines, tenues par la main de sa mère aux cotés de sa mère et de sa soeur, pendant que son père et son frère conversaient d’autres invités. Daisy n’avait connu que le calme d’une vie outrancière dans son confort. Son nom de famille rimait avec argent. Ils habitaient l’un des plus beaux appartements de New York, et rien, rien ne lui était refusé. Sauf peut-être le caprice de vouloir mettre dans l’embarras sa famille, une chose à laquelle elle n’avait jamais songé. Trop jeune peut-être pour avoir ce genre de pensées. Quand le glas d’octobre 2015 sonna, les cartes avaient été distribuées et malgré tout l’argent du monde, son statut ne voulait rien dire face aux morts qui se relevaient.

Les places qu’elles auront pour la soirée, leur donneront l’occasion de pouvoir discuter sans être interrompues par d’intempestives demande de se taire. Ce qui était certains, c’était que le nouveau statut, ainsi que le futur statut de Daisy venait avec ses privilèges. Celui de pouvoir s’élever pour pouvoir apprécier le spectacle dans son ensemble semblait en faire partie.

Au bar, Daisy commanda une eau pétillante, avec plusieurs fruits rouges coupés ainsi que quelques feuilles de menthe qui flottaient dans sa boisson. Elle reporta son attention sur Ela, en lui offrant un sourire, avant de se laisser guider par l’ouvreur jusqu’à leur place. Daisy tendit l’oreille, alors qu’Ela lui fit la confidence qu’elle avait été habituée à ce genre d’endroit fut une époque, pas si lointaine. « Vraiment ? » demanda Daisy, alors qu’on leur indiquait la place. « Quel métier exerçait votre mari ? Et vous aussi, sûrement ? Vous ne serez pas trop dépaysé alors. » La jeune femme savait que sa mère n’était pas toutes les femmes, et que toutes les femmes ne choisissaient pas la vie de mère aux foyer.

Alors qu’elle prenait place, Daisy posa son verre sur une petite desserte, avant de s’asseoir sur son siège, appréciant quelques instants la vue, dans un soupir appréciatif. Elle fit un signe de main dans la foule à une de ses anciennes camarades de classe, qui avait elle aussi prit place dans un des balcons, en compagnie de ce que Daisy devinait comme étant don époux. Peu importe les grands discours et les grandes causes… New Eden leur apportait tout ce qu’elles désiraient, de la sécurité, du confort et la liberté de pouvoir assister à une représentation qui était une rareté sans l’ombre d’un doute. Daisy hocha la tête, elle ne faillirait pas face aux grandes phrases que l’on pouvait lui sortir. Cette soirée était la preuve qu’elle avait fait le bon choix. On pouvait la décrire comme superficielle, elle s’en fichait. Elle avait les réflexes de son éducation et si l’apocalypse en avait plein le nez à la reproduction sociale, Daisy n’avait pas l’intention de se défaire de l’adage qui disait que l’on était condamner à reproduire le milieu social dans lequel on avait été élevé.

« Le plaisir est partagé, Ela. J’espère que vous apprécieriez le concert. » répondit-elle, en inclinant son verre pour trinquer avec son interlocutrice et compagne du soir. Daisy se disait que sa vie serait désormais rythmée de ce genre de manifestations, peut-être le ferait-elle au bras de son futur époux, et qu’on lui demandera de simplement faire acte de présence. Mais dans le cas actuel, elle jouait fièrement son rôle de guide, malgré le fait qu’elle soit plus jeune qu’El. Daisy connaissait les coutures de New Eden, elle y avait grandit, comme le soulignait Ela.

« Trouvez-vous vos marques ? Je ne peux qu’imaginer une transition des plus étranges, entre l’extérieur et la vie à l’intérieur de nos murs.  » Une question naïve. Personne ne se doutait des sévices qu’Ela avait pu subir à son arrivée. Les habitants fermaient les yeux, et Daisy en faisait partie. Préférant la naïveté de soirée mondaine, que la réalité des caves et des bidonvilles dans lesquels elle n’avait jamais mis les pieds.


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Amrani
Ela Amrani
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 442
Sujet: Re: Lady Butterfly   Sam 18 Sep 2021 - 22:13
La jeune femme évoluait dans ce monde à l’image de l’israélienne quand elle avait à peine quelques années de plus, au bras de son mari. Abel, te souviens-tu de sa candeur ? De son regard qui s’émerveillait de tout et de l’élégance qu’elle revêtait dans ces robes que tu lui offrais ? Où est cette femme désormais ? Peut-être Ela devrait-elle essayer de se fondre dans les fantômes de son ancienne vie – aux côtés de Daisy et de ses avantages, elle s’y prêtait malgré elle. Il était plus facile de fuir dans un lointain passé plein de douceur et de bonheur que d’affronter les cicatrices encore fraiche de la veille. Et puis, la robe que Neela lui avait prêtée lui donnait des allures bien plus nobles qu’elle ne l’était réellement. Ela était faite pour ce monde, mais le destin en avait décidé autrement, la réduisant à cette frêle femme qui sentait sa tête lui tourner devant tant de faste retrouvé. « Mon mari était l’Ambassadeur du Pays d’Israël, là d’où je viens. » Elle était si fière, en plus. « J’ai été architecte, mais j’ai fait le choix à l’époque de laisser ma carrière de côté pour l’accompagner dans la sienne. » C’était un choix qu’elle n’avait jamais regretté, cela lui avait permis d’entrer d’un monde politique qui l’avait fortement intéressé. Elle avait également adopté le rôle d’épouse et de future mère avec élégance et conviction. Non, elle n’avait jamais regretté ces choix-là.

Elles avaient à présent pris place sur leur balcon et pendant que Daisy saluait ses connaissances, l’israélienne observait la scène et les instruments encore laissé seuls par leur propriétaire, un sentiment d’humilité dans le cœur. Non, vraiment, ils avaient fait du bon travail à Colville. « La musique me manquait. Je veux dire, nous en avions bien sûr. Mais pas… de cette qualité-là. Alors, je pense que je vais apprécier. » Dit-elle, avec un peu d’assurance. Leurs verres tintent l’un contre l’autre et les deux femmes de générations différentes se sourient sincèrement. Si elle n’avait pas demandé ce que contenait ce jus de fruits, elle fut surprise de sentir sur ses papilles les différentes saveurs des agrumes acidulés, contrecarrées par la douceur bienvenue de la mangue. Parfois, elle avait la sensation que tout ça n’était qu’un terrible rêve.

Daisy la ramène à elle, alors que son regard s’était un peu perdu sur ses pensées qui noyaient un peu son esprit. Elle était là, sans l’être parfois. « Oh je… C’est grand, à vrai dire. Je me perds encore un peu » Si grand. Elle espérait bien que son taxi saurait où la ramener ce soir, parce qu’elle était bien incapable de dire quelle direction elle devait prendre pour rejoindre le cinquième district. Rien que de son lieu de travail à chez elle, elle se perdait encore. Pourtant ce n’était pas quelque chose d’habituel, avant Colville. Elle était bien démunie face à tout ce dédale de rues et de maisons, et de sa population qui vaquait à leurs occupations comme si dehors le monde ne se mourrait pas à petits feux. « La vie est différente dehors, cela étant, je nous considérais encore comme… privilégiés. Je me rends compte à quel point aujourd’hui, ma situation était précaire là-bas. A quel point je me trompais. » Une conclusion qu’on lui avait fait intégrer à force de traitement et de discussions à répétition. Ce qu’elle vivait avant n’avait rien de normal, devait-elle dire alors. « Nous sommes plus en sécurité ici, sous la protection de l’Adonaï. » D’accord, peut-être la trentenaire avait l’air mécanique, en soufflant ces mots. Mais elle avait été formatée à la perfection. « Vous avez bien de la chance de ne pas avoir connu les souffrances du monde extérieur » Dit-elle ensuite, en se penchant légèrement vers elle, comme une confidence.

Et puis, les lumières se tamisent un peu, et les musiciens prennent place. Quelques secondes insoutenables encore pour Ela, et puis les premières notes s’élèvent et la transcendent. Son regard est un peu mouillé alors qu’elle laisse son cœur vibrer aux notes du violon. « C’est si beau, vous ne trouvez pas ? » Demande-t-elle, dans un souffle. Elle laisse le premier morceau se terminer pour applaudir, avant de se tourner vers sa compagne de la soirée. « J’imagine avec votre future statut, ce genre de spectacle risque d’être votre quotidien, en êtes-vous heureuse, Daisy ? » Lui demanda-t-elle, intéressée, mais point trop fort pour ne pas troubler la représentation. Etrangement, la réponse l’intriguait plus que la politesse ne l’exigeait.


If I could start again,
A million miles away
I would keep myself,
I would find a way.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas  
Daisy L. Newman
Daisy L. Newman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Poupoule de luxe effarouchée
ascendant michto dénonciatrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 273
Sujet: Re: Lady Butterfly   Dim 26 Sep 2021 - 20:36
« Heureuse ? » Répéta-t-elle, alors qu’elle reportait toute son attention sur Ela.

Daisy n’avait jamais envisagé sa vie comme ayant pour but le bonheur. Celui-ci était trop fugace pour considérer le bonheur comme une ligne à franchir. Le bonheur, être heureux ça ne voulait pas vraiment dire grand chose. La jeune femme, qu’elle était, avait encore la naïveté de croire que son petit monde était tout, tout ce qu’il y avait à connaître. Son bonheur, elle le savait étrangement lié à New Eden, son malheur tout autant. Sa place, sa future place n’était pas que sourires et joyeuses accolades dans un théâtre. Elle subirait aussi les foudres de celles qui à défaut de la jalouser, la haïssait d’avoir accepter un destin arriéré et rétrograde. Elle sourit doucement à Ela. Du haut de ses dix-neuf ans, elle n’avait pas vraiment la réponse à sa question. La quête du bonheur lui semblait vaine, pourtant, elle voulait bien essayer d’y croire, un temps.

« Le temps nous le dira, Ela. Le bonheur n’est pas une chose envier, puisqu’il peut s’en aller aussi vite qu’il est arrivé. Qu’en pensez vous ?  » comme sa position. Ce qu’époux donne, il peut très bien le reprendre. Ce que New Eden offre, ils peuvent toujours le lui arracher. De cela, elle en avait conscience.

Ela avait donc été architecte. Elle hocha la tête. Un beau métier, surtout si l’on en croit les édifices qui restaient encore intacts après six années de négligence et d’oubli. Son époux, un ambassadeur, elle avait donc été au premier rang de ce genre d’événements, peut être y trouverait-elle un peu de mélancolie ou d’heureux souvenirs. « Si je peux faire quoique ce soit pour vous aidez, n’hésitez pas. Notre communauté n’a pas son pareil. Je ne sais pas si je seras d’une très grande aide si jamais vous vouliez parler, mais n’hésitez pas, Ela, je vous le dis sincèrement. »

Le concert commence, les lumières s’éteignent, ce genre de moment est rare, très rare. Beaucoup on certainement oublier qu’il était encore possible, chanceuse, c’était bien comme cela que Daisy s’estimait. Reconnaissante sans l’ombre d’un doute, cela, elle l’était. Comment ne pas l’être après tout ? Elle n’avait pas à se soucier d’une survie éreintante, des nuits sans sommeils et des sommeils sans repos. La question d’Ela continuait à redonner dans sa tête au même rythme que la musique qui commençait. Était-elle heureuse que ces spectacles et tout ce qui pouvait aller avec son futur statut allaient faire partie de son quotidien ? Elle n’en savait rien. Mais, elle devait bien avouer qu’elle en appréciait chaque minute, espérant que ce ne serait jamais la dernière. Avait-elle donc si tort de ne vouloir que cela ? Un époux, une famille et un statut ? Était-ce donc si mal que cela ? Sa vie à New Eden ne valait certainement pas grand chose au yeux de beaucoup, mais c’était tout ce qu’elle connaissait, tout ce qu’elle défendrait, n’en déplaise à certains.

« Jouez vous d’un instrument ? J’ai appris le piano, je crains de ne pas pouvoir rivaliser avec le pianiste de ce soir, mais sans prétention, je peux dire que je débrouille assez bien. » souffla t-elle en souriant, avant de se redresser et baisser les yeux sur la scène. Oui, c’était très beau. Elle se mit à applaudir quand le premier morceau se termina.

« C’est magnifique. J’imagine que la musique manque à beaucoup de gens. Nous sommes privilégiées de vivre un tel spectacle ce soir.  »


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Amrani
Ela Amrani
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 442
Sujet: Re: Lady Butterfly   Mar 28 Sep 2021 - 22:25
Pour sûr, la question était naïve. Mais l’israélienne avait un peu perdu le sens des réalités depuis que les électrochocs étaient venus changer sa façon de penser. Le crâne serti de leur sermon dévot et de leur morale douteuse, l’esprit d’Ela cherchait refuge dans ce qu’il y avait de plus doux ; ces moments éparses de bonheur. Comme une note de musique sur un piano à queue, ou un baiser volé par un homme rencontré depuis peu. Le bonheur était une chose éphémère, c’est vrai. Mais aujourd’hui, la brune se contentait de chaque éclat, pour ne pas s’éparpiller en mille morceaux. « Je pense que les instants de bonheur sont précieux, Daisy. A défaut d’être continus. Il n’est pas à envier mais à vivre. Je chéris mes souvenirs heureux, y repenser ne me rend pas triste… tout du contraire. » Ceux-ci lui permettaient de survivre. Et sans doute que dans le regard que l’israélienne lui offrit, la jeune fille pouvait voir cette vérité derrière ces prunelles sombres, un peu fantomatique. Aujourd’hui, elle n’avait plus qu’eux ; les souvenirs de son mariage heureux pour la raccrocher à ce qui lui restait de vie. Le chagrin des moments perdus n’avaient pas leur place alors, parce que le gouffre serait trop grand.

Daisy l’écouta avec ce qui lui sembla être de la sincérité et de la compassion. Ela en était touchée, elle avait encore tant à attendre de cette nouvelle vie – cette nouvelle chance comme on aimait le lui rappeler. Cela n’empêchait pas certains soirs de sentir frémir entre ses omoplates, sa croix de Tau marquée au fer rouge. Un fardeau qu’elle ne pourrait jamais vraiment cacher, encore moins à celui qui accepterait de la prendre elle comme épouse un jour. Avec une certaine fébrilité, mais douceur, l’israélienne posa délicatement sa main sur celle de Daisy pour la remercier. « Je n’hésiterai pas, merci beaucoup. Si un jour, je peux vous rendre la pareille, n’hésitez pas. Mais je ne voudrais pas vous porter préjudice… » Si elle parlait de l’origine de son arrivée à Wallah Wallah, qui restait un sujet dont elle ne parlait pas – on le lui avait interdit – elle se rattrapa bien vite en ajoutant : « Après tout, je ne suis qu’une blanchisseuse du District 5. » Elle parvint même à le tourner légèrement en dérision, avant d’ôter sa main et de détourner la tête vers la scène pour écouter la musique qui faisait tant vibrer son cœur.

De nombreux vieux souvenirs l’habitaient en cet instant – ces souvenirs heureux mêmes, dont elle parlait plus tôt. Ceux qui comptaient. Ceux qui n’avaient pas attisé la désapprobation de ses geôliers et médecins. Sa vie d’avant. Ils avaient ainsi pu voir l’épouse qu’elle avait été alors, voir sans doute que tout n’était pas perdu. Elle pouvait le faire – elle le devait. Et à cause d’eux, à présent ; elle le désirait.

Quelques notes encore, et ce fut à la jeune fille d’interrompre la mélodie pour lui poser une question. Un instrument de musique ? « Oh non, mais j’aurai bien voulu. J’ai été initiée au violon, mais… Ce n’était pas là où j’excellais le plus. J’ai rapidement troqué l’archet pour le crayon à dessin. » Lui expliqua-t-elle alors, sur ce souvenir lointain de ses pauvres notes de musiques. Une mélodie plus grinçante qu’agréable, réellement. Le premier morceau se termina, et l’israélienne applaudit de concert, le cœur vibrant encore de la mélodie. « C’est vrai, tout ceci… toute cette ville. » Souffle-t-elle alors. « Je vous avoue que j’ai encore des vertiges quand je me promène dans les rues. Dehors, plus personne n’est capable d’imaginer… . » Lui confia-t-elle ensuite.

Elle hésita, un instant, avant de finalement lui poser une question un peu indiscrète, alors que la musique reprenait. « J’imagine… Vous devez êtes impatiente. A propos de votre mariage à venir, je veux dire… votre futur époux doit être quelqu’un d’important j’imagine. Est-il quelqu’un de bien ? » Elle savait bien qu’ici, tout mariage ne se faisait pas dans l’amour, elle n’avait pas totalement idée de l’ampleur que ce système patriarcal avait mis en place pour marier ces si jeunes femmes. Daisy sortait à peine de l’adolescence et pourtant, elle s’apprêtait à devenir une Epouse. Avait-elle hâte ? Était-elle prête seulement ? « J’étais terriblement nerveuse au mien… A l’idée de devoir remettre ça un jour, j’en frissonne déjà. » D’excitation ? D’appréhension ? Elle ne savait pas vraiment. En cet instant surtout, ses alliances lui manquaient. Jamais un jour, elle n’oserait réclamer ces bijoux si précieux qu’on lui avait enlevé. Des bijoux qui appartenaient au passé, de toute façon – n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Lady Butterfly   
Revenir en haut Aller en bas  
- Lady Butterfly -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: