The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -36%
HOTPOINT H8A1ES – Réfrigérateur ...
Voir le deal
319.99 €

Reset
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 783
Sujet: Re: Reset   Lun 9 Aoû 2021 - 13:30
L’envie tenace de placer ses mains autour de sa gorge et de serrer perdure. Sa cadette provoque de cette impertinence qui lui va si bien. Pourtant, même si la doc tente de le freiner, son sourire s’étire un peu plus. Ça lui a manqué. Ce jeu savamment dosé. Cette distance feinte pour mieux souligner ce qui n’a pas besoin d’être dit par des mots futiles qui gâchent tout. Insignifiants. Mensongers. Les actes ont davantage de poids. Trop de fois elle s’était laissée avoir par de belles paroles au goût de miel. Jill, c’était l’action. Directe. Franche. Sans détour. Et bon sang ce qu’elle aimait ça. Pour n’importe qui d’autre, dans n’importe quelle autre relation, dans un désir de balance plus équilibrée, plus normale, ça sonnerait creux, vide, indifférent. Une banale histoire de sexe comme il en existait mille. Mais dans ce tête à tête qui durait, c’était précisément ce qui pointait la profondeur, le lien, l’affection. Et c’était mieux que de longs discours vides de sens.

Ainsi perchée au-dessus de sa cadette, elle se mord la lèvre inférieure. Les envies dominent la raison et sa patience est soumise à rude épreuve. Tant de semaines passées à ne ressentir que le strict minimum, à se laisser bercer par le néant. Pause méritée et nécessaire mais la quadragénaire ne peut plus nier les ressentis d’un corps qui en appelle un autre. Cette chance, à présent parfaitement assimilée, prend un goût de renaissance. Et pas seulement physique. Elle en a marre. De se laisser dominer par des vieux traumatismes qui ont trop longtemps guidé ses actions, ses paroles, ont forgé des barrières trop hautes, l’ont rendu prisonnière d’une version d’elle que la canadienne ne supporte plus. Elle veut davantage. Ici, maintenant, demain, le temps qui lui reste…

“Hum hum… ?” rétorque-t-elle simplement, faussement sceptique, peu désireuse de s’attarder sur le sujet alors que son regard glisse sur les lèvres de sa partenaire.

Elle se retient pourtant. On éliminait pas toutes ces belles défenses en un claquement de doigts, même après une longue remise en question. Alors, comme souvent, c’est la flic qui prend les devants et tranche dans le vif. La formulation lui arrache un léger rire. Elle a envie de lui dire merci mais s’abstient. Maeve avait pensé que l’entreprise serait plus compliquée, qu’il lui faudrait ramer pour ne serait-ce que tenter de la retrouver, sans certitude de partager à nouveau une certaine intimité avec la jeune femme. Rien n’est totalement gagné, quelque part, elle en a conscience. Mais c’est Jill. Et bien qu’elle ne la réduise pas à cette facilité qu’elle prône tant, ici, maintenant, dans le manque, dans le doute, elle ne pourrait s’en trouver plus soulagée. Et diablement excitée.

Se penchant un peu plus, elle trouve son équilibre en posant un genou sur la chaise, entre les cuisses de sa cadette. “Je crois que vous faîtes un transfert, madame la psychologue” la nargue-t-elle gentiment dans un murmure. Rompant la distance entre leur visage, elle ne fait qu’effleurer ses lèvres des siennes. “Comme ça?” Oh oui ça lui a manqué. Cette Maeve. Celle qu’elle a longtemps considéré comme une simple version, qu’elle n’a autorisé que trop peu à se montrer. Le second baiser est plus appuyé mais reste chaste. “Ou… comme ça peut-être?” Et elle l’aime. Cette partie d’elle que la chirurgienne apprend à dompter, ou, à contrario, laisse prendre la place qui lui revient de droit. Libérée. Se reculant légèrement, le bout de sa langue vient flatter la lèvre supérieure de sa partenaire, et n’y tenant plus et s’étant suffisamment torturée ces dernières semaines pour les années à venir, elle fond sur elle dans un baiser qui est bien plus impactant que les mots soufflés plus tôt sur le manque.

Jill. Jill. Jill…..


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1171
Sujet: Re: Reset   Mar 10 Aoû 2021 - 4:28
- Ah ouais… ?

Ce sont mes derniers mots alors que mes paupières s’abaissent déjà avec langueur, que mon corps fourmille de l’envie irrépressible d’aller chercher ces lèvres qui me narguent. Son genou qui se trouve une place entre mes cuisses me fait retenir ma respiration, j’accueille son premier baiser, puis le second, en m’imposant une stoïcité mutine. Je ne la touche pas, je ne lui donne pas plus qu’elle ne me donne. Mais évidemment, ce jeu est voué à s’embraser. Lorsqu’on se trouve enfin pour un échange passionné, l’une de mes mains s’appose contre sa joue avec possessivité, l’autre vient agripper sa taille pour l’attirer contre moi. J’espère que le docteur Wheelan n’a pas d’autre rendez-vous, parce qu’il va être occupé…

*

Je suis en nage. Vraiment. 45°C dehors, 70°C dans le bureau – au moins. Je reboutonne mon short, renfile mon débardeur et renonce à refaire mon chignon ; j’ai vraiment pas l’énergie. Mes cheveux humides vont donc me ruisseler sur les épaules. Quand je vois la tête de Maeve, je me dis que je dois être au moins aussi rouge, mais je ne regrette rien. Elle par contre, elle va devoir accueillir ses prochains patients avec sa just fucked face – et le suçon violacé dans son cou. Oupsi. Je sais que c’est le moment où la plupart des gens caleraient une petite phrase flatteuse, ou un « tu m’avais vraiment manquée » supposé maladroitement mettre des mots sur un acte qui se suffiit à lui-même. Du coup, je ne fais rien de tout ça. Je l’admire plutôt, je crois que je cherche à m’imprégner des dernières images de sa beauté, capturé au naturel, que j’aurais pour aujourd’hui.

- Je sors cet après-midi, j’ai une affectation sur Seattle, une piste pour coincer ces fameux pilleurs marins, mais je lui passe les détails, on se voit demain ? Que je propose avec désinvolture.

Parce que je ne veux pas m’empresser de relancer la machine, parce que je ne veux pas de ce schéma où elle m’attend pour le diner du soir, parce que je ne veux pas sacraliser un fait ordinaire. Ces missions, aussi risquées soient-elles, c’est ma manière de contribuer au camp. Alors j’en parle avec la simplicité de celle qui se rend à sa caisse pour une énième journée de bipage en série.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 783
Sujet: Re: Reset   Mar 10 Aoû 2021 - 11:25
***

Le tissu passé sous l’eau fraîche qu’elle se passe sur le haut du corps est une réelle bénédiction. Peut-être pas autant que ce qui vient de se passer dans son bureau, ou plus précisément sur ce dernier mais elle ne peut retenir un soupir d’extase. Voilà une nouvelle grande première dans leur relation. Malgré les propositions répétées de sa partenaire, elle n’avait, jusqu'ici, jamais cédé aux avances de Jill au sein du dispensaire. Si ce n’était pas une preuve d’évolution…
Un sourire un peu niais collé aux lèvres, ce sourire, elle déchante rapidement quand ses yeux tombent sur la marque violacée sur sa gorge. Passant sa main dessus dans l’espoir vain d’en effacer la trace, elle lève les yeux au ciel. “T’as quel âge? Quinze ans?” Demande-t-elle en pure rhétorique en se tournant face à la flic, pointant son cou de l’index. Soupirant et se donnant des airs sévères qui ne prennent pas vraiment, elle se rhabille rapidement avant de relever ses cheveux. Stoppant son geste, elle prend conscience que c’est la seule barrière contre l’immaturité de sa cadette et les ramène sur son cou malgré la chaleur du diable qui règne dans la pièce. Levant une nouvelle fois les yeux au ciel, avec beaucoup moins de conviction, encore portée par quelques déferlantes de plaisir, elle acquiesce à la proposition de Jill, un petit sourire amusé au coin des lèvres. “J’ai un dîner romantique avec Mr. Hopper mais ça ne devrait pas s’éterniser, tu n’as qu’à venir en milieu de soirée?”

L’accord passé, elle ne lui fait pas l’affront de lui demander de faire attention et de revenir en un seul morceau. La quadragénaire a accepté la dangerosité de sa vie le jour où elle lui a demandé l’exclusivité, de nombreux mois auparavant. Un baiser langoureux plus tard, voire deux, elle la pousse gentiment vers la sortie, avec ce rire teinté de satisfaction pure. La porte refermée - qu’elle n’avait d’ailleurs pas fermé à clé - elle s’adosse contre cette dernière, se passant une main sur le visage. Ses doigts glissent à son cou, où elle se souvient tout à coup de la marque. “Merde…” souffle-t-elle doucement avant qu’un léger rire franchisse ses lèvres. Et voilà, elle aussi avait quinze ans maintenant.

***

Un rire comme elle n’en a plus connu depuis longtemps résonne dans le salon, qu’elle a du mal à contenir. Le repas est déjà bien entamé - presque terminé - mais les anecdotes de son invité la freinent régulièrement dans la manœuvre. Elle l’avoue sans honte, le septuagénaire est de loin son patient préféré et après ces dernières semaines, sa présence ici est une réelle bouffée d’oxygène. Comme toujours c’est lui qui a cuisiné, pouvant compter sur l’absence totale de talent de Maeve dans le domaine. À cause de la chaleur, les bougies ont été soufflées il y a longtemps et sont à peine consumées et les roses - des Scarlet Carson que ce dernier fait pousser dans son jardin - qu’il lui apporte régulièrement embaumeront son salon les jours prochains. Pour le moment, ce sont les fumets des plats encore sur la table qui ont rouvert un appétit précaire chez la chirurgienne. “Alors nous avons joué Hamlet, dans une version gay, et croyez-moi ma chère, après ça, la moustache a donné lieu à quelques quiproquos folkloriques me concernant. Ah… les années soixante-dix!” Narre le septuagénaire en agitant sa serviette d’un air dramatique avant de la reposer sur ses genoux. Les coudes sur la table, évidemment embarquée dans un énième récit de l’homme, le sourire de la doc ne la quitte plus. “Il existe d’autres types d’anecdotes vous concernant?” Ironise gentiment la brune. “Que voulez-vous, on ne vit qu’une fois!” Rétorque ce dernier en passant son pouce et son index le long de sa moustache. “Oui, j’ai déjà entendu ça quelque part…” souffle-t-elle, ses pensées glissant un instant sur Jill. Le silence se fait et pendant une minute ou deux, ils piochent généreusement dans leur assiette respective, avant que la toubib ne sente le regard appuyé de son invité sur elle. “Je suis content de vous voir à nouveau en forme ma chère. Le dispensaire n’était définitivement pas le même sans vous.”

Un peu de sérieux, une fois n’est pas coutume et la canadienne se contente d’un sourire timide avant que quelques coups à la porte ne les interrompent. “Oh! Un invité mystère? On joue à devine qui vient dîner?" Déjà il est reparti dans son rôle, lui, l’ancien acteur de théâtre qui n’a jamais réellement quitté la scène. “Une… hum.. amie. Je ne pensais pas la voir débarquer aussi tôt” s’excuse poliment la doc en se levant pour aller ouvrir la porte, découvrant sa cadette sur le perron. Laissant celle-ci seulement entrouverte, elle se glisse vers l’extérieur, sourire aux lèvres. “Désolée ça s’éternise.” Une petite grimace navrée déforme un instant ses traits. “Tu es la bienvenue évidemment, si tu veux te confronter à la concurrence….” plaisante cette dernière en lui laissant le choix d’accepter, ce qui pourrait être, ma foi, très amusant, ou de décliner et de reporter leur rendez-vous.


Spoiler:
 


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1171
Sujet: Re: Reset   Sam 14 Aoû 2021 - 19:13
Devant la glace de ma sale de bain, je m’ausculte en grimaçant. Sur ma peau halé par le soleil s’étale le bilan ordinaire : des bleus, quelques égratignures ou des brûlures de frictions. Rien de grave, mais ce sera forcément pas agréable dans les prochaines heures. Ensuite, mon cerveau fera abstraction, c’est mon quotidien. Aller, la douche ! C’est que j’ai une chirurgienne à aller voir ce soir – c’est elle qui m’a invitée. La reprise de notre relation se fait naturellement, je ne me sens pas forcée en tout cas. Mais si cette fois, je ne me priverai pas de l’idée d’aller voir ailleurs de temps en temps…

Une fois que l’eau chargée de crasse et de sang a fini de s’écouler, je me sèche, souffle de l’air chaud sur mes cheveux pour accélérer le processus, et… je réalise que j’ai oublié d’emporter mes fringues dans la salle de bain. Quelle truffe. Je balance mes affaires sales dans la panière prévue pour et quitter la pièce. J’essaye de traverser vite le couloir – je suis impudique mais pas exhibitionniste – mais, pas de chance, Oswald passe justement par là et pousse un cri de surprise haut perché en découvrant le spectacle.

- Regarde pas Osi ! Lui lancé-je en disparaissant dans ma chambre.

Je pouffe comme une gamine et ouvre mon armoire. Hop mini short, hop débardeur léger, hop paire de spartiates. Le style doc’martens me manque, mais il fait vraiment trop chaud pour imaginer porter des godasses fermées. Certes, il fait nuit, mais la chaleur ne retombe pas et j’ai assez suée pour la journée. Une fois prête, je vais grignoter un bout dans la cuisine, je remonte me brosser les dents et je sors au clair de lune.

Au moins, avec cette satanée canicule qui a chassé le moindre nuage, le ciel nocturne est magnifique. J’ai une soudaine envie d’inviter Maeve à sortir se balader sous les étoiles – après avoir piqué une bouteille de liqueur quelque part bien sûr. Voire quelques joints aussi. Bref, une belle nuit pour se détendre quoi, sous s’envoyer en l’air sous la grande ours. Mais elle m’a à peine ouvert la porte que je comprends à son attitude que mes plans seront contrariés, et elle me le confirme à l’oral.

- Ah, bah…

Je ris à sa petite plaisanterie mais pèse sérieusement le pour et le contre. Une soirée dinette avec son vieux septuagénaire ou aller trouver une autre personne avec laquelle chiller ? Je suis tentée de partir chercher le fun ailleurs, vraiment, mais je suis d’humeur doctoresse mûre ce soir. Et elle m’a manquée. Et elle m’a donné envie de plus ce matin. Et je suis curieuse de voir son papi bionique.

- Vas-y, j’peux me joindre à vous si tu veux. Y’a des sujets à éviter ? Genre la politique et la guerre de sécession ? m’amusé-je.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 783
Sujet: Re: Reset   Sam 14 Aoû 2021 - 22:50
Ouvrant la porte plus largement, elle laisse la jeune femme entrer, refermant derrière elle. “Tu ne sais pas dans quoi tu viens de t’embarquer…”

Dès que la flic pénètre le salon, le septuagénaire, malgré sa hanche bancale, se redresse avec une fausse aisance, la serviette posée sur sa cuisse chutant au sol dans un mouvement souple, et, parcourant la distance qui le sépare de la trentenaire non sans mal, tend une main dans sa direction. Attendant que la jeune femme obtempère, il la prend délicatement dans la sienne, plantant ses iris rieurs dans les siens. “Madame, vous ressemblez à mes rêves mieux que toutes celles qui les ont suscités. Vous avez ce quelque chose de délicieusement désinvolte qui ne se rencontre que chez les êtres libres. Mon imagination n’a rien à vous prêter que vous n’ayez déjà.” Et sans plus de cérémonie, il se penche pour lui offrir un baise main so old school qui fait sourire largement Maeve en même temps qu’elle lève les yeux au ciel. Acte I, scène 1 : ou comme le disait si bien son invité, the show must go on... “Angus Amolaric Hopper, enchanté très chère. Oh! Et avant que vous ne demandiez, je n’ai aucun lien de parenté avec ce bon gynécologue qui est le nôtre, même si j’ai eu mon petit succès à l’époque” affirme ce dernier dans un clin d’oeil évocateur tandis qu’il rend sa liberté à la brune. “Jill, voici Mr. Hopper, ou plus intimement… John” corrige la chirurgienne, dévoilant sans honte la fausse présentation de l’homme, se penchant pour ramasser la serviette au sol. Ce dernier, portant une main sur son coeur dans une théâtralité toute exagérée, se tourne à nouveau vers la jeune femme. “Avouez que ça a beaucoup moins de panache!”

Fermant les yeux, un sourire flottant toujours sur les lèvres, la quadragénaire sait qu’elle n’aura pas le dernier mot et s’avoue vaincue. “Tu as déjà mangé? En plus d’être poète et séducteur, John est un excellent cuisinier, ça vous fait déjà un point commun…” souffle la doc en commençant à débarrasser la table du salon pour faire de la place. Mais on n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace et dans un sourire malicieux, le moustachu louche sur sa cadette. “Quelque chose me dit qu’elle ne parle ni poésie ni cuisine” pouffe ce dernier avant de tendre son bras vers la flic. “Auriez-vous l'obligeance de raccompagner un vieillard jusqu’à sa place milady. Je promets de rester sage jusqu’à l’arrivée de la liqueur de prune” sourit-il à nouveau. “Ne le crois pas. Il n’est jamais sage. Et il tentera de te saouler avec sa liqueur” plaisante Maeve dans un murmure amusé en les abandonnant quelques instants le temps d’apporter les couverts sales en cuisine et de revenir avec le fameux alcool fait par le septuagénaire. “C’est une coriace” avoue l’homme en s’appuyant sur la flic pour reprendre place à table. “Mais j’ai bien peur qu’elle dise vrai” confesse ce dernier sans honte. “D’ailleurs, si vous avez un conseil, je suis preneur très chère. Maeve est trop raisonnable pour se laisser berner par ma liqueur et ma poésie a beau la transporter, elle n’a jamais passé la porte de ma chambre à coucher autrement que pour de banales auscultations, aussi surprenant que ça puisse être” chuchote-t-il juste avant que la toubib revienne avec trois verres et la fameuse bouteille.

Les servant chacun raisonnablement, Mr. Hopper intervient comme à son habitude. “Encore un petit peu. Voilà. Juste un peu. Un tout petit peu plus. Parfait” triomphe-t-il en claquant des mains avant de récupérer l’alcool, inclinant sa tête pour remercier son hôte et lève son verre vers la plus jeune des trois. “J’espère que vous serez plus inspirée que la docteure  - mais non moins époustouflante Maeve - pour porter un toast Jill.” Et il attend, impatient, comme une gosse devant un présent d’anniversaire. “Ne sois pas timide, il ne le sera pas” assure la doc en reprenant place autour de la petite table circulaire du salon.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1171
Sujet: Re: Reset   Dim 15 Aoû 2021 - 12:24
- Je l’aime déjà ! Que je ris de bon cœur quand Angus Amolaric Hopper a.k.a John me fait un baisemain, enchantée John, réponds-je avec un sourire, je peux t’appeler John, oui, je prends direct mes aises aussi, et à titre personnel, j’aime beaucoup : j’ai toujours dit que les prénoms en quatre lettres qui commencent par « J » sont les meilleurs.

Je comprends ce que Maeve lui trouve finalement, d’ailleurs, elle aurait dû me le présenter plus tôt ! Je la soupçonne de l’avoir jalousement gardé pour ne pas que je lui vole la vedette. Je m’attendais à un petit vieux très chiant et à la place, on a un petit bijou de papi ! Je suis donc jusqu’au salon en répondant :

- J’ai déjà grignoté, mais si y’a assez de restes pour moi…

Je vais pas dire non ! On est pas hyper bien lotis en nourriture ces derniers temps, alors même si c’est déraisonnable, je refuserai un peu de bonne cuisine. Parce que clairement, à la coloc’, on est pas des chefs étoilés hein… on est loin d’être chefs de base.

- Oh, je fais un peu de poésie pourtant : j’ai eu un groupe punk quand j’étais plus jeune, rétorqué-je en prenant le bras du septuagénaire, et je suis une grande spécialiste du « mac&cheese avec les fonds de frigo ». Mais… tu connais Maeve ? C’est un public exigeant…, et puisque celle-ci accuse mon nouveau complice de ne pas être sage, je lui glisse à l’oreille : je suis jamais sage non plus…

Le tout avec un clin d’œil, bien sûr. J’adore ce type. Et quand notre hôte s’absente quelque instant, voilà qu’il se penche vers moi pour me demander des conseils pour pécho – carrément. Je me retiens d’éclater de rire, parce que c’est trop cocasse pour ne pas marcher dans la combine et je ne veux pas que AAH pense que je me moque. Il a de l’ambition, j’aime ça ! Et si visiblement, la chirurgienne n’a pas dit en quels termes on se fréquente, je ne vais pas spoiler non plus.

- Je dois bien avoir deux-trois astuces oui… les mots clefs sont « surprendre », « musique », « audace » et…

Pas le temps, elle revient. Je vieux à sa place, j’en prends une également et attend sagement mon verre. Est-ce que j’ai soudainement envie de voir mon poto John réussir à pécho ma meuf ? Oui. Quoi ?! Pardon, je suis curieuse de nature et j’aime les expériences sociales ! Maeve pensait me présenter la concurrence, elle m’a offert un binôme. En vrai, le septuagénaire à un style. S’il a encore du carburant à la pompe, y’a un monde où cette soirée pourrait finir de façon… intéressante.

- Un toast ? Rholala… tu sais, quand t’es comme moi et que tu vois ce qui se passe hors de Fort Ward tous les jours, tout devient simple : je me dis qu’il faut profiter de tous les petits plaisirs qu’on a, je marque une pose et lance une œillade à John, et par « petit plaisir » j’entends « orgasmes sexuels » bien sûr, c’est Maeve qui m’a dit de pas être timide ! Moi, je souris – et je lorgne sur l’empreinte que j’ai laissé sur son cou, que je devine à travers ses cheveux, et les fins connaisseurs comme vous et moi savent que le monde des expériences à avoir ne s’arrête pas à 1 + 1 ou + avec -…, clin d’œil en direction du vieil homme, puis je lève mon verre, alors je propose un toast à toutes les expériences faites, et celles qu’il reste encore à faire.  


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 783
Sujet: Re: Reset   Lun 16 Aoû 2021 - 1:38
Un sourire naît sur les lèvres de la chirurgienne. Elle n’avait jamais réellement pensé à les présenter auparavant pour la simple et bonne raison qu’elle ne pensait pas Jill intéressée par ce genre de soirée. Et avec deux énergumènes comme eux, les étincelles étaient assurées, mais sans certitude absolue sur les conséquences, positives ou désastreuses. Elle aurait dû parier sur le fait qu’on ne pouvait honnêtement pas résister à John. La flic ne tarde d’ailleurs pas à prendre ses aises, pour le plus grand bonheur du septuagénaire, qui semblait avoir vécu déjà trente vies, avait toujours une anecdote pour tout et ne s’offusquait visiblement plus de rien, privilège de l’âge oblige. Quoi que, Maeve se demandait sincèrement s’il avait un jour été possible de le choquer vu sa personnalité extravagante et décalée. “Ma chère, appelez-moi comme bon vous semblera. Sifflez et je rappliquerai sur le champ au grand galop. La monture a beau avoir perdu en vitesse, il a préservé toute sa superbe n’est-ce pas?” Levant une nouvelle fois les yeux au ciel, pourtant amusée, la doc laisse le plat principal sur la table, glissant avant de partir une assiette sur le coin de la table, prenant le risque de les laisser en tête à tête.

Alors à la confession de la jeune femme, le vieil homme ne peut contenir une glousserie amusée, la détaillant sans gêne des pieds à la tête. “Une punk à l’absence de sagesse, je n’aurai pu rêver mieux pour cette fin de soirée” Un petit ricanement et il reprend son allure théâtrale, soudainement très intéressé par les révélations soufflées par sa cadette. “Surprendre, musique, audace” répète ce dernier dans une intense et profonde réflexion, jouant quelques instants avec sa moustache. Interrompus par le retour de leur hôte, il donne un léger coup de coude à sa comparse, plaçant son index sur ses lèvres en lui adressant un regard de connivence des plus enfantins.

Tous installés à table, le verre à la main, les paroles de Jill semblent trouver écho chez l’homme et bien que spectatrice, Maeve ne peut s’empêcher de laisser traîner son regard de l’un à l’autre, un large sourire figé sur ses traits. Après tout ce qu’elle venait de vivre, cette légèreté et ce grand n’importe quoi ne sauraient la ravir davantage. Les verres s’entrechoquent et la quadragénaire ne peut s’empêcher de se sentir aussi attirée par les propos qu’inquiète de la philosophie déployée à sa table. Quelque chose se serre, là, quelque part, mais elle l’évince rapidement, refusant de retomber dans des travers qu’elle s’est promis de corriger. Une seconde chance, c’est ce que la vie lui avait offert. Et elle n’était pas décidée à la gâcher. “Vous êtes officiellement ma nouvelle meilleure amie très chère” affirme le septuagénaire en cognant son verre à celui des deux femmes, renversant quelques gouttes de liqueur sur la nappe avant de s’en siffler une bonne gorgée. “Ça me rappelle une fin de tournée dans l’État de Washington en hum… 76? Peut-être bien 77. Nous avions fait un triomphe après une longue série sur ce bon vieux Othello et une grande soirée avait été organisée pour toute l’équipe. Le champagne coulait à flot, les drogues récréatives aussi” Un petit rire sous cape résonne avant qu’il ne s’octroie une nouvelle gorgée, tout aussi généreuse que la première. “Je vous passe les détails pour la pudeur de notre bien aimée Maeve mais je peux vous affirmer que le lendemain, certains de mes loyaux amis et collègues se sont retrouvés très embarrassés de se confronter à leur nudité sans se souvenir quel sein ils avaient loué la veille…” La chirurgienne manque de s’étouffer avec la liqueur quand elle prend conscience que son invité vient de narrer une orgie à sa table et le rouge lui monte joues, sous le rire plus que communicatif d’un John très heureux de son petit effet. “Surprendre…” souffle-t-il à l’adresse de Jill, faisant arquer un sourcil à la quadragénaire qui se rend compte qu’elle a manqué un épisode ou deux. “Mais revenons en à vous ma chère, et parlez-moi de votre groupe punk. L’avez-vous déjà entendu jouer?” Demande-t-il à la chirurgienne, qui, le verre à la main, vient appuyer sa tête contre le plat de l’autre. “Une année qu’elle a chamboulé ma vie telle une tornade et elle ne m’a offert aucune sérénade” glisse-t-elle sur le même ton théâtral que son vis-à-vis, un regard pourtant attendri adressé à sa cadette. Peut-être que le vin au cours du repas n’est pas étranger à son relâchement… Le regard perdure sans qu’elle n’en ai vraiment conscience, sans qu’elle ne cherche à masquer tout ce qui lui inspire la jeune femme présentement. Si bien que l’homme les observe l’une après l’autre, un petit sourire en coin. “Aurai-je déjà trop bu mesdames ou percevrai-je des ondes saphiques dans l’air?” Les yeux de la doc s’écarquillent avant qu’elle ne place sa main contre son visage, rouge de honte. “Mon Dieu qu’ai-je fait?” Ne peut-elle s’empêcher, ne pouvant retenir un rire franc alors qu’elle noie sa gêne dans une gorgée de liqueur.


Beat happy stars, timing with things below, Beat with my heart more blest than heart can tell, Blest, but for some dark undercurrent of woe that seems to draw-but it shall not be so..
Let all be well, be well

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Reset   
Revenir en haut Aller en bas  
- Reset -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: