The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-27%
Le deal à ne pas rater :
-100€ sur la Montre connectée Samsung Galaxy Watch4 Classic 42mm
269.99 € 369.99 €
Voir le deal

Edge of the world
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Reese B. Maddox
Reese B. Maddox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2454
Sujet: Re: Edge of the world   Ven 10 Sep 2021 - 17:22
Arrête de faire ta mijaurée et ramène-toi ! Que je lui souffle vivement.

On attend pas bien longtemps pour atteindre la plage. J'ai les cheveux trempés qui dégoulinent sur mes épaules, mon t-shirt n'en mène pas plus large, j'essaie même pas de l'éponger alors que j'adresse un regard amusant à Valérian. Il m'dit que y'a une plage de sable plus loin, voilà qui sera plus sympa pour pas souffrir des pieds, effectivement. Je m'approche de lui, et quand nous sommes sur une surface un peu plus plane, je bondis sur ses épaules pour passer mes jambes autour de sa taille :

Allez, et plus vite que doucement ! que j'lui ordonne en pointant du doigt la direction.

Tant qu'il me balance pas par terre, on est bien. De toute façon on arrive rapidement à l'endroit qu'il vise, monsieur a déjà fait le tour de l'île de ce que j'en comprends et je le relâche que pour tituber sur le sable et m'y écraser dans la foulée. Tant pis si les grains me collent à la peau, de toute façon on devra repasser par l'eau pour remonter à bord du bateau, et avec cette chaleur ça sera pas bien grave de se tremper, quoi. J'ai un regard pour ce qu'il se passe autour sans rien voir bouger. Je me permets d'm'étendre un peu en envoyant le bras derrière. Valérian à côté d'moi, c'est la main que je passe dans son dos avant de lui adresser un sourire en coin :

Tu l'pensais vraiment ? L'idée de t'installer définitivement ici ? Que je lui demande soudainement. Je sais de quoi ça peut avoir l'air, en m'entendant le dire en tout cas, je me sens d'autant plus idiote de l'avoir laissé échapper. On dirait que c'est ce que je veux. Que ce moment s'arrête jamais. Peut-être au fond. Être dans une bulle où personne pourra jamais nous interrompre, à faire... Rien, ensemble au moins, et être surtout très loin de toutes les emmerdes que New Eden amènent dans son sillage. Est-ce que ça pourrait pas franchement valoir le coup ? Non pas qu'j'en aurais envie mais c'pour savoir, pour un ami, que j'ajoute dans la foulée avec un haussement d'épaules.

Bon, j'espère que je fais illusion, j'essaie. Mon cœur se serre, je saurais pas dire pourquoi, et je cherche pas forcément. Je le regarde avant de venir poser la tête contre son épaule. Mes lèvres épousent timidement sa joue, pour remonter jusqu'à sa tempe l'instant d'après.

Qu'est-ce que tu f'rais aujourd'hui, si tout ça était pas arrivé ? T'serais retourné en Grece ? Ouais, curiosité encore. J'm'demande comment seraient nos vies sans tout ça. Si y'aurait vraiment quelque chose à en tirer. Tu m'as pas dit la vérité, sur les raisons d'ta présence ici, je le relève maintenant alors que ça fait un moment. J'ai toujours en tête chacune de nos conversations ensemble. M'en souvenir fait partie d'un jeu que je joue constamment avec moi-même, sans jamais rougir de sourire quand j'y pense. Tu vas m'la dire aujourd'hui ?


I'll face the night and I'll pretend
I got Something to Believe in

Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2413
Sujet: Re: Edge of the world   Lun 20 Sep 2021 - 21:20
Pris au dépourvu, une exclamation de surprise échappa à Valérian lorsque Reese bondit sur ses épaules et enroula ses jambes autour de sa taille : s’il manqua de perdre l’équilibre, entraîné par l’élan de la jeune femme, il se rattrapa de justesse et se fendit d’un rire claironnant. Le poids qui étreignait en temps normal sa poitrine paraissait s’être subitement envolé : comme si les entraves qui l’étouffaient habituellement n’avaient plus aucune emprise sur lui en cet instant... « Tu pèses une tonne ! » protesta-t-il en riant.

Cahin-caha, ils atteignirent finalement la plage. Étreinte d’un bras de sapins, elle faisait face au Mont Rainier qui se dressait triomphalement au loin. Un silence réconfortant flottait sur la plage. Ils s’affalèrent ensemble dans le sable chaud et portèrent leurs regards vers cet horizon où jouait un camaïeu de verts et de bleus…

Lorsque Reese glissa une main dans son dos, Valérian inclina la tête dans sa direction et lui sourit : ses cheveux châtains, trempés, ondulaient sur ses épaules nues et des nombreuses gouttes d’eau étincelaient sur sa peau blanche. Le grec se perdit un instant dans sa contemplation, jusqu’à ce que la jeune femme ne l’interroge. Une ride pensive creusa alors son front. « Eh bien… après tout, pourquoi pas  ? » Son regard suivit la ligne verdoyante de l’horizon. « Avec tous les dangers qui se profilent, vivre sur une île apporterait son lot d’avantages… » Il pensait notamment à cette nouvelle variété de rôdeurs qui se propageait à une vitesse alarmante : si des hordes entières de ces créatures arpentaient Seattle, ils seraient incapables de leur opposer la moindre résistance.

Valérian regarda Reese. Il posa une main sur sa cuisse. « J’aimerais t’emmener loin d’ici. Sur un cheval blanc - comme dans les contes ! (il s’esclaffa brièvement) et que nous nous installions où ce merdier n’aurait plus la moindre emprise sur nous. » Il était en revanche trop cynique pour croire une telle perceptive possible : où qu’ils aillent, ils seraient inévitablement rattrapés par les horreurs de ce monde. « Nous y ferions l’amour à longueur de journée ; et ne nous embarrasserions pas de nous habiller. Voilà qui serait plaisant ! »  

Le sourire indolent du grec se figea lorsqu’elle posa sa tête contre son épaule. Il ferma les yeux au contact de ses lèvres contre sa joue, subitement apaisé. Ses sourcils se froncèrent cependant à la question qui lui posa Reese. « Je ne serai pas venu ici si rien de tout ceci n’était arrivé. » lui avoua-t-il soudain, le regard planté face à lui. « Je serais resté en Grèce ; et je me serais pleinement consacré à mon travail ; comme je me plaisais à le faire. »
     
Il resta un instant silencieux tandis que la jeune femme soulignait le mensonge qu’il lui avait raconté, bien des mois auparavant ; alors qu’ils venaient de se rencontrer. Ce souvenir fit tressaillir les lèvres de Valérian. Il contempla quelques secondes les vagues qui s’échouaient avec douceur sur le rivage et secoua la tête : « c’est une histoire idiote. » dit-il brusquement. « Stupide même. (il se pinça les lèvres) Quand j’étais en Grèce, j’aimais une femme. Nous nous fréquentions régulièrement. Et j’envisageais d’entamer une relation sérieuse avec elle. » Pour la première fois de sa vie, d’ailleurs. Un pâle sourire joua sur ses lèvres. « Ce qui n’était pas son cas. Elle est partie de Grèce effectuer un tour du monde peu de temps avant que n’éclate l’épidémie. J’ai promis à son père de la lui ramener saine et sauve ; et j’ai sauté dans un avion pour la retrouver à Seattle. »

Valérian évitait soigneusement de croiser le regard de Reese. « Le traffic aérien a été interrompu peu de temps après mon arrivée. Je l’ai cherchée pendant des mois, pendant des années. » Jusqu’à en perdre la raison et oublier son visage. « Quand j’ai finalement retrouvé cette femme, elle était avec un autre homme. Ce qui m’a plongé dans une colère noire. (il se tut à cet instant et serra les paupières) Je n’étais plus… je n’étais plus moi-même à cette époque. J’ai longtemps regretté mon comportement à son égard. »  

Un long silence flotta entre lui et Reese. Il rouvrit alors les yeux. « Tu connais la vérité maintenant. » et celle-ci lui était encore douloureuse. Les traits de Valérian se crispèrent : « Raconte-moi quelque chose, s’il te plaît. » lui demanda-t-il soudain d’une voix quelque peu pressante, implorante. « Ce que tu veux. N'importe quoi. »



- Oh boy, your eyes betray what burns inside you -

Awards 2020/21:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Reese B. Maddox
Reese B. Maddox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2454
Sujet: Re: Edge of the world   Lun 20 Sep 2021 - 22:06
Si on arrive à survivre de sexe et d'eau fraiche, ça se saurait, y'aura sans doute bien plus de d'abrutis pour fouler cette terre, que je lui souffle avec un sourire amusé. J'aimerais en rire encore un peu, mais il parle de m'amener loin avec son cheval blanc quand même, et ça me fait rouler des yeux forcément, en m'amusant de sa réaction. Comme si c'était possible. On voudrait que ça soit le cas, mais demain les morts apprendront à nager jusqu'à nous, et à respirer sous l'eau avec ça. Peut-être même à voler. C'est une jolie histoire, j'ajoute ça avec un bref haussement de sourcils, l'air de dire que c'est juste ça : une histoire.

Même si j'voudrais que ça soit la réalité, je pourrais pas vraiment m'y lancer sans tout faire foirer. C'est à ça qu'je pense. Valérian me déposerait loin d'toutes ces emmerdes, et il préfèrera les retrouver à force de me côtoyer. C'est le prix à payer pour être une emmerdeuse à priori, et pour pas savoir aimer les gens correctement. J'me contiens de pas être la chieuse que j'ai toujours été, juste pour maintenir une illusion qui finira par s'effriter à force.

Donc Monsieur était un bourreau de travail ? j'ai un nouveau rire : Je vois le genre, tout mon contraire. Dans le genre employé tire-au-flanc, j'me posais là, encore maintenant, Bill fait genre il s'en plaint pas mais j'ai capté les regards outrés sur le fait que je consomme plus que je sers.

Et j'écoute mon voisin. Sur ce qui l'a amené ici. Sur cette femme pour qui il a traversé l'océan. Sur sa réaction quand il a fini par la retrouver. Mon cœur se serre. Instinctivement, je m'écarte un peu, reviens me positionner à côté sans le toucher. Ma mâchoire se serre. Je devrais pourtant dire merci à cette fille, mais j'aime pas l'émotion que ça fait naitre en moi. Et c'est Valérian qui en est la cause.

Donc il y a un cœur sous ce brushing quasiment parfait ? Qui aurait pu s'en douter ? j'ai l'air un peu ironique en disant ça, sarcastique peut-être même. Tu l'aimes encore cette femme ?

La question me tord le ventre, la réponse me filera probablement la nausée. Ou alors c'est la chaleur, disons ça plutôt. Pour pas donner l'impression que je crève de jalousie à l'idée qu'il ait pu en aimer une autre. Et qu'il m'aimera peut-être jamais de cette manière, avec autant de force. J'en ai la gorge serré alors qu'il me demande une histoire. J'en ai pas des amusantes à donner. Et s'il a besoin d'être rassuré, j'peux faire un concours de la vie la plus à chier.

J'ai jamais envisagé de me poser sérieusement avec qui que ce soit, que je lui souffle en le regardant dans les yeux. Peut-être que c'est une manière de lui dire que même avec lui, je l'envisage pas totalement. Ou que j'ai juste envie de lui laisser croire. J'ai jamais été posé, de toute ma vie. Quand ça a commencé, j'ai voulu rejoindre ma dernière famille d'accueil, c'est eux qui m'ont élevé on va dire, mais je les ai pas trouvé, j'avais personne à chercher sinon, de toute façon, aucun ami non plus, je hausse les épaules. Y'avait personne de prêt à traverser l'océan pour moi, et je l'aurais fait pour personne, bref. Si on fait un concours des histoires tristes, tu perds, à l'évidence.

Je vais pas le pleurer d'avoir eu l'envie d'aimer assez fort au point d'être assez con pour traverser la moitié du globe. On change de sujet ?

Mais tu disais quoi à propos de faire l'amour à longueur de journée ? que je lui demande finalement en fronçant les sourcils. J'suis pas sûre de bien comprendre, je joue les imbéciles, ça va sans doute rassurer son égo brisé ça : P't'être tu peux me faire un dessin !


I'll face the night and I'll pretend
I got Something to Believe in

Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2413
Sujet: Re: Edge of the world   Dim 3 Oct 2021 - 23:19
Un souffle amusé s’échappa des narines de Valérian à la remarque de Reese. « Disons que m’absorber dans mon travail me permettait de ne pas trop penser ; aussi paradoxal que ça puisse sembler. » et, ainsi, d’échapper aux angoisses qui le tenaillaient en permanence, comme des aiguilles prêtes à le poignarder dès lors qu’il baisserait ses gardes. Se consacrer pleinement à son emploi lui avait permis de survoler cet océan déchaîné dont les vagues puissantes s’étaient soulevées pour tenter de l’atteindre. Toute sa vie, il leur avait ainsi échappé en s’abordant dans ses études, puis la réussite de son entreprise... « ce travail, c'était toute ma vie. » avoua-t-il avec ironie. Un bel appartement aux murs couverts de contrats, de récompenses… pour cacher l’inconsistance de son existence. Ah !

Valérian eut un sourire empreint de dérision. Il inclina la tête vers Reese. « Je te trouve au contraire très investie dans ton rôle : toujours prête à t’assurer de la qualité de l’alcool que tu sers. » souligna-t-il gracieusement, en faisant glisser un doigt le long de son bras. « … et à mettre dehors les éléments perturbateurs (il grimaça d'un air déconfit) mes fesses se souviennent encore de la rouste qu’elles ont reçue. Elles ne sont plus les mêmes, depuis. » Ces événements paraissaient à présent si lointains : comme si une existence entière s’était depuis écoulée.

Il plissa les yeux et contempla Reese. « Que faisais-tu, avant tout ça ? Tu parles rarement de toi. Je suis curieux d’en apprendre plus à ton sujet. (face à l’expression défiante de la jeune femme, il leva les mains en signe d’apaisement) pas nécessairement dans l’immédiat ! Disons plutôt, quand tu seras prête à me confier tes plus sombres secrets. » s'amusa-t-il. Reese était très mystérieuse. Derrière la carapace implacable et provocatrice qu’elle exhibait de façon ostentatoire, le grec décelait cependant une surprenante vulnérabilité ; des émotions fulgurantes qui fracturaient l’émeraude de son regard pour en libérer une étrange mélancolie.

Évitant soigneusement de croiser le regard de Reese, Valérian lui livra ensuite avec transparence le récit de sa venue aux États-Unis. S’il répugnait à s’exprimer à ce sujet, ayant chaque fois le sentiment d’apparaître extrêmement vulnérable, le grec savait qu’il devait être honnête avec la jeune femme. Son palpitant se figea néanmoins, gorgé d'effroi, lorsqu’elle s’écarta de lui. Seul le chuchotis des vagues chantonna pendant quelques secondes.

La voix de Reese s'éleva enfin et Valérian lui lança un regard surpris. Le venin dont étaient enrobées ses paroles le déconcerta. Il comprit soudain la raison de cette brusque animosité à son égard… « je… » commença-t-il avant que la jeune femme ne reprenne la parole, énonçant avec amertume l’existence solitaire qu’elle avait autrefois menée : je n’avais personne à chercher. Aucun ami non plus, énonçait-elle froidement, avec cette prétendue indifférence à travers laquelle le grec percevait la colère et les doutes qui la rongeaient.  

« Reese. » dit-il fermement lorsqu’elle se fut tu. Valérian attendit que ses prunelles d’émeraude soient ancrées dans les siennes : « C’est toi que je veux. (sa voix était grondante) Toi, et personne d’autre. » Il fallait qu’elle le comprenne. Bon sang, elle n’avait pas conscience de l’effet qu’elle lui faisait ! « Quand je ne suis pas avec toi, je pense constamment à toi : à tes yeux, à ta voix, à ton parfum… et quand je le suis, Reese, j’ai tellement envie de toi que c’en est un supplice ! »

Il éclata alors d’un rire rauque, joyeux : « je te veux depuis que je t'ai rencontrée. » reprit-il d'une voix chaude. « Alors je vais très volontiers te faire ce dessin. » Sans plus attendre, le grec fondit sur les lèvres de Reese et l’embrassa fougueusement, fiévreusement, tandis que ses mains glissaient avec avidité sur son corps. Il couvrit sa mâchoire, sa gorge puis sa poitrine de baisers, puis allongea la jeune femme sur le sable chaud...



- Oh boy, your eyes betray what burns inside you -

Awards 2020/21:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Reese B. Maddox
Reese B. Maddox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2454
Sujet: Re: Edge of the world   Lun 4 Oct 2021 - 0:07
Entre le bourreau d'travail et moi, y'a visiblement un monde abstrait. J'esquisse un sourire moqueur quand il relève que j'suis du genre mystérieuse. C'est un rire qui m'échappe, alors qu'il se rattrape pour dire qu'il veut en apprendre plus sur moi, quand j'serais prête à l'faire.

Et qu'est-ce que tu veux que je sois ? que j'lui glisse comme ça, œillade de biche en prime. Une maitresse d'école ? Avec le chignon tiré, la chemise boutonnée jusqu'au cou et l'air sévère derrière mes lunettes ? J'aurais fait claqué la règle sur tes doigts comme personne, j'espère qu'il a l'image en tête, parce que très clairement c'est exactement c'qu'il se passerait. Ou tu préfères peut-être l'infirmière qui ne porte absolument rien sous sa tenue ?

Froncement de sourcils univoques, j'attends qu'il prenne l'temps de la réponse pour me redresser doucement sur mon bras, et le fixer :

Non, pourquoi pas : une petite touriste américaine que t'aurais pu ramasser à un bar quelconque, le temps de lui montrer comment on gère les nuits torrides en Grèce ? Allons bon. M'aurait-il seulement abordé avec cette configuration ? Est-ce que j'lui aurais seulement répondre ? J'en sais rien. On devait pas fréquenter les mêmes bars dans le genre, sa réussite lui a ouvert des portes qui m'sont restées fermées de toute façon. Je peux être toutes ces femmes pour toi, s'tu veux, que j'souffle en minaudant légèrement.

Mais voilà qu'il remet les points sur les i en se rapprochant d'moi. C'est moi qu'il veut. Depuis qu'on s'connait. Je roule des yeux avant d'froncer les sourcils quand il insiste. Si c'est sa manière d'me convaincre, sans doute que j'me laisse un peu avoir. J'retiens un sourire idiot en l'fixant droit dans les yeux, tandis qu'il confirme qu'c'est un supplice d'pas pouvoir m'prendre comme il voudra. Il m'a eu, ça y est.

Ok, Stalker, j'vais te donner c'que tu veux avant qu'ton cerveau disjoncte encore plus et qu'tu deviennes trop taré pour penser à respirer, que j'lui souffle.

Notre baiser reprend, je tiens pas longtemps avant d'me retrouver avec son poids sur moi, allongée sur le sable. Les grains dans mes cheveux, nos baisers sont comme des morsures, affamées, intenses. Mon palpitant cogne contre ma poitrine si fort qu'j'en oublie de respirer pour de bon. La pression de sa bouche contre la mienne me donne l'impression de bouillir littéralement. J'aimerais le faire basculer, mais tout devient plus pressent, plus obligatoire l'espace d'une longue minute d'échange, et proche de retirer mon sous-vêtement, c'est un petit gémissement douloureux qui m'échappe :

Val, j'ai chaud, que je lui murmure à bout d'souffle. Il doit grogner un truc un peu dans l'même genre, tandis qu'le frottement du sable contre mes fesses m'arrachent une grimace douloureuse. J'crois que l'inconfort vient de là, c'est clair et net ! Nan mais j'veux dire, j'ai carrément le cul qui cuit là ! J'le fais basculer sur l'côté, me redresse, le saisis par les bras pour qu'il se relève à son tour : On rentre sur le bateau, et j'm'occupe de ton cas !

_____________


Retour sur le bateau, j'tangue un peu, sans doute à cause du mouvement des vagues contre la coque. J'ai l'air con parce que je manque de me vautrer avec Valérian qui me retient. Je boue toujours, et j'peux pas remettre le sable en cause à cet instant. L'avantage, c'est qu'maintenant qu'on est à un endroit plus sécure, on peut reprendre nos échanges là où on les a laissé, et qu'le contact de ses mains contre ma peau m'donne l'impression d'imploser littéralement. Il a une prise ferme sur ma cuisse tandis qu'j'étreins sa taille à l'aide de mes jambes. Je goutte le sel d'sa peau, on se retrouve contre l'une des banquettes à l'arrière, dans un mélange de nos corps indéfinissable. Un soupir m'échappe, je rouvre les yeux, grisée, plus alcoolisée sans doute qu'après une bonne bouteille.

Attend, attend : J'rêve où j'ai pris un coup d'soleil avec la marque de ta main sur ma cuisse ? que j'dis en regardant le résultat. J'suis un peu rousse écrevisse ouais. Et ça m'fait marrer d'autant plus avant de reprendre avidement sa bouche.


I'll face the night and I'll pretend
I got Something to Believe in

Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Leader | The Exiles
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2413
Sujet: Re: Edge of the world   Sam 16 Oct 2021 - 20:42
/!\
Spoiler:
 

« Je crois que j’ai encore du sable entre les fesses ! » s’esclaffa Valérian une fois revenu à bord en compagnie de Reese.

Le soleil jetait alors sur les vagues des éclats éblouissants depuis la voûte céleste. Le temps semblait s’être soudain suspendu ; comme si ses rouages s’étaient grippés. Maladroite, Reese trébucha. Le grec la rattrapa fermement avant qu’elle ne perde l’équilibre. Il la maintint tout contre lui, et, doucement, posa ses lèvres contre les siennes. Ce baiser, d’abord tendre, se transforma rapidement en une étreinte fiévreuse.

Étroitement enlacés, ils titubèrent jusqu’à la banquette, retirant à l’aide de gestes fébriles, impatients, leurs t-shirts qu’ils abandonnèrent par terre. Le contact de la peau de Reese contre la sienne attisa violemment l’envie de Valérian. Il eut l’impression qu’un puissant incendie se propageait dans ses veines ; consumant ses préoccupations, ses doutes, ses réticences ; et dévorant sa perception du monde jusqu’à ce qu’il n’en subsiste que Reese. Reese et ses lèvres chaudes. Reese et sa peau brûlante dont le parfum capiteux, presque sauvage, l’exaltait.

Incapables de se détacher l’un de l’autre, ils se laissèrent lourdement choir sur la banquette.

Le palpitant de Valérian, gonflé de fièvre, redoubla alors d’ardeur. Les coups qu’il portait contre sa poitrine, assourdissants, résonnaient avec force à ses oreilles et obscurcissaient de plus en plus son champ de vision. Ses lèvres s’aventurèrent avidement dans la gorge de Reese et glissèrent entre ses seins. Il s’immobilisa soudain, le souffle haletant, à la remarque stupéfaite de la jeune femme. Ses yeux se posèrent sur sa cuisse. « Ah oui ! » constata-t-il avec amusement. « Au moins, Bill saura que j’ai suivi à la lettre ses recommandations. » sa main glissa lentement à l’intérieur de sa cuisse. « Et que je t’ai protégée à mon corps défendant du soleil. »

Il reprit avec avidité la bouche de sa partenaire. À force de caresses et de baisers, le grec entreprit de découvrir le corps de Reese. Il guetta avec attention ce qui lui procurait du plaisir : les soubresauts de son abdomen, le rougissement de ses joues et les soupirs qui s’échappaient de ses lèvres entrouvertes. « Dis-moi ce que tu aimes. » lui chuchota-t-il à l’oreille. « Dis-moi ce que tu veux. »  Une danse sensuelle s’engagea alors. Ils se guidèrent, comme deux cavaliers au cours d’une valse, et se murent dans une parfaite synchronie. Valérian fit glisser la pulpe de ses doigts le long des tatouages de la jeune femme et sourit. « Elle te représente ? » demanda-t-il en découvrant l’image d’une femme absorbée dans son livre.

Avec l’accord de Reese, il défit ensuite son soutien-gorge. Il s’appliqua alors à embrasser, sucer et mordiller ses seins. La colère qui tentait habituellement, comme une puissante marée, de le submerger au cours de ses ébats, déferla soudain dans son subconscient. Le grec lui résista cependant. Il s’accrocha de toutes ses forces à Reese, comme à un point d’ancrage au coeur d’une obscurité étouffante. Avec elle, il ne voulait pas perdre pied. Avec elle, il n’était pas question de dominer, de prendre, ni de succomber à ses affres nocifs.

Il ne voulait pas être cet homme-là. Pas avec elle.

Les lèvres de Valérian, affamées, abandonnèrent les seins de Reese et déposèrent le long de son ventre, de ses hanches et à l’intérieur de ses cuisses des baisers. Il remonta jusqu’à son entrejambe et leva les yeux vers la jeune femme. « Est-ce que je peux ? » lui demanda-t-il d’une voix rauque. Lorsqu’elle acquiesça, il retira sa culotte, puis s’appliqua, avec sa langue et ses doigts, à prodiguer à son intimité des caresses ; guidé par les envies de sa partenaire...



- Oh boy, your eyes betray what burns inside you -

Awards 2020/21:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Reese B. Maddox
Reese B. Maddox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
The Gentle Bastards
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2454
Sujet: Re: Edge of the world   Dim 17 Oct 2021 - 14:42
Tu veux connaitre l'histoire de tous mes tatouages ? Je soupire ça, frustrée qu'il me pose des questions, et en même temps amusée qu'il le fasse maintenant. Je saisis son visage à deux mains, plante un regard farouche dans le sien l'instant d'après : Seulement si tu me racontes celle de toutes tes cicatrices, que je lui souffle avant de l'embrasser avec fougue.

Mais qu'il se taise bon sang, il voit pas qu'on est occupés, là ? Que c'est pas le bon moment pour les discussions d'comptoir, qu'il m'a déjà suffisamment draguer comme ça, qu'on peut passer à autre chose. J'suis conquise hein, il peut me mettre autant d'fois qu'il veut dans son lit si ça lui chante, j'y reviendrais sans doute pour prendre ma part. Et pour lui donner la sienne. Parce que c'est visiblement c'qu'il se passe entre nous : on se découvre évidemment, on s'admire mutuellement, on se touche avec curiosité et avidité, la maladresse des premières fois et de l'impatience. Je retiens pas mes soupirs, mes baisers sur sa peau sont comme des morsures insolentes, avec l'envie d'en avoir plus.

Lui descend, il explore, essaie je crois de trouver ce qui va m'faire chanter plus fort. Les mains sur mes hanches, j'essaie d'entourer les siennes de mes jambes mais il s'en libère dans sa recherche motivée. C'est un rire qui m'échappe : Tu peux, et tu dois, que je m'exclame à nouveau avec amusement, sans pudeur aucune quand il s'agit de ça. J'ai jamais eu honte de qui j'étais, de mon corps, de ma sexualité. Parce que baiser est un truc que tout le monde fait, et que je vois pas pourquoi on devrait s'en priver et en rougir. Quand mon amant s'donne du mal en plus, j'crois toujours qu'il faut le récompenser. Et Valérian a visiblement toutes les qualités requises pour m'faire perdre la raison.

Mes soupirs sont quasiment suffoqués tellement je prends mon pied. Une main dans ses cheveux, peut-être pour l'encourager un peu, une vague plus forte que les autres me prend, remonte de mon bas ventre pour m'emplir. Mon dos se cambre, ma respiration se relâche, comme une libération requise depuis trop longtemps. Cette tension est aussi délicieuse que désireux, et c'est presque tremblante que j'me retrouve à le regarder d'un oeil brillant alors qu'il se redresse. Lui a l'air du gars qui a fait son travail, et qui l'a bien fait en plus de ça. L'éclat malicieux se transforme en quelque chose de plus mutin, encore alors que j'attrape ses épaules fermement :

C'était pas mal, que je le félicite doucement, dans un rire moqueur : T'as l'droit à ta récompense du coup, de bonne grâce même, que j'ajoute tandis qu'mes mains jouent contre son torse quand je me redresse doucement. Mes lèvres saisissent les siennes, mes doigts sa virilité, dans des caresses assumées. Je dirais pas experte parce qu'on s'connait pas forcément assez pour ça, il n'empêche. De baiser en pression appuyée, j'en viens à le chevaucher et à prendre l'ascendant sur sa stature. Nos bassins collés, notre étreinte s'approfondit, tandis que j'enserre ses épaules doucement, prenant le rythme entre mes cuisses, les yeux plantés dans les siens.

Je sais pas trop ce que je ressens à cet instant. Un mélange de plein d'choses. De l'envie de tout lui prendre, de tout garder pour moi, de tout lui donner aussi. C'est très confus, presque au point d'me faire éprouver une pudeur nouvelle. Je me suis jamais sentie aussi nue devant le regard de quelqu'un qu'à cet instant. Pourtant, j'ai aucune envie qu'il arrête d'me voir comme il a l'air d'le faire déjà. Je veux que ça continue, pour pouvoir y lire pendant des heures cette image qui existe probablement que dans sa tête.


I'll face the night and I'll pretend
I got Something to Believe in

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Edge of the world   
Revenir en haut Aller en bas  
- Edge of the world -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: