The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Soldes chez LACOSTE : jusqu’à 50% de réduction
Voir le deal

C'est toujours mieux a la carte qu'au menu
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1142
Sujet: C'est toujours mieux a la carte qu'au menu   Ven 30 Juil 2021 - 1:11
Celui qui aime faire des propositions



Cela fait quelques jours que nous avons eu cette nuit des plus tumultueuses. Les dégâts, même s’ils sont plus ou moins circoncis, pour notre protection, avec du bricolage de fortune, ils restent bels et bien visibles. Les stigmates d’une nouvelle menace qui n’augure pas des lendemains faciles. J’avoue être très curieux sur ce sujet et je me promets de me pencher sur cette soudaine invasion, surtout que nous n’avons pas été les seuls touchés. De ce que j’ai pus voir des cadavres avant de les bruler, aucune marques ou traces ne pouvaient les différencier du modèle de morts plus tranquille. Il y avait forcement une explication a cette mutation mais ce n’était pas avec nos spécimens et les moyens à notre disposition que nous aurions

Il y a des décisions a prendre et j’ai bien ma petite idée quant a ce que je ferais si j’étais chef, sauf que je ne le suis pas. C’est assez étrange d’être en bas de la hiérarchie a observer seulement et en même temps, c’est parfois plus simple pour observer les choses. L’organisation, la répartition des effectives, les défenses… ça ne doit pas être les sujets de préoccupations qui manquent pour les dirigeants de cette petite communauté. Je vois bien qu’Elena est soucieuse et je me doute que cette gestion des urgences ne doit pas l’aider non plus dans sa quête pour retrouver Luke.

Si, pour le moment, je continue de rester dans mon rôle de force tranquille et d’aider comme je le peux a mon niveau, ca ne m’empêche pas de me souvenir d’un paiement que la jolie Grecque me doit. C’est la raison pour laquelle je suis aller au NML la veille et que je me suis levé top ce matin pour tout préparer. Ca m’a demandé pas mal de travail et de patience mais le résultat me plait bien.

En fin de journée, alors que j’ai surtout aidé pour les travaux, je viens voir celle qui m’a fait signer pour venir avec ce groupe avec un air de gamin malicieux. Je prends une pose surjoué d’ado dragueur pour lui lancer :

« J’ai entendu parler d’un p’tit resto sympa qui vient tout juste d’ouvrir et vue que j’ai ouïe dire qu’il y avait une jeune femme ici qui était endettée d’un diner, que penses tu d’aller jeter un œil a la carte ce soir ? »

Je lui fais un clin d’œil avant d’ajouter :

« En plus il parait que le chef est fort bel homme et qu’il y a même un service de voiturier si d’aventure le vin est trop bon. Et promis, si ce n’est pas à la hauteur de tes espérances, je m’engage a subir toutes les leçons de sirtaki possibles pour une représentation privée. »

J’ai été commerciale, je sais faire des offres difficiles a refuser. Je reste a la regarder avec mon sourire en coin, content de lui proposer cette petite surprise « imprévue ».




Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 582
Sujet: Re: C'est toujours mieux a la carte qu'au menu   Ven 30 Juil 2021 - 16:56
Ce qu’elle redoutait leur avait finalement éclaté au visage au pire des moments. Ces créatures mutantes leur avaient donné quelques sueurs froides dont elle conservait le souvenir effroyable, ressassant inlassablement les scènes de cet assaut bestial qu’ils avaient repoussé laborieusement. A la suite de cet incident, Peter et elle n’avaient pas tardé à en venir à une conclusion évidente : ils ne pouvaient pas rester ici. Outre les dégâts matériels innombrables qu’ils s’étaient efforcés de rafistoler, le moral des troupes était au plus bas et le groupe semblait avoir désespérément besoin d’un nouveau départ. L’avantage, c’était que le bus leur offrait toute la liberté dont ils avaient besoin pour se déplacer sereinement à la recherche d’un nouvel abri où ils auraient l’opportunité de se reconstruire, tous ensemble. Mais pour le moment, ils devaient prendre leur mal en patience et attendre le retour d’une grande partie de leur effectif, disséminée dans les quatre coins de la région pour ne pas faciliter l’organisation…

Elena soupira, fatiguée. Son sac était fait depuis quelques jours déjà, et tout le monde à la ferme était sur le qui-vive, prêt à quitter le navire au signal. Dès qu’ils auraient rassemblé tout le monde, ils prendraient la route sans un regard en arrière. Après tout, Fall City ne leur renvoyait qu’un sinistre reflet, celui de leurs échecs, de leurs peines inaudibles. Sans doute qu’un nouveau décor saurait aseptiser les affres purulentes dont ils souffraient. Du moins, l’espérait-elle. Les yeux cernés d’empreintes sombres, le teint plus pâle qu’à l’ordinaire, elle enfouit ses doigts entre ses cheveux, raclant son cuir chevelu une énième fois alors que ses orbes fatigués parcouraient les différentes annotations de sa carte. Un point de chute. Ils avaient besoin d’un nouvel abri. La présence accrue des New Eden, l’existence de ces nouveaux rôdeurs et la menace omniprésente de Luke et son réseau obscurcissaient ses réflexions, embourbant son esprit dans un maelstrom insupportable. C’était une véritable cacophonie dans son crâne. Elle pesta dans sa langue natale, avant que Sebastian ne s’annonce. Elle l’invita à entrer, et se retourna sur sa chaise, l’expression terne contrastant terriblement avec le sourire malicieux de l’homme.

Elle inclina légèrement la tête sur le côté, avant de lever les yeux au ciel. « Sebastian… Est-ce que c’est vraiment le moment ? » Elle souffla, las, avant de désigner le plan qu’elle examinait. « J’ai des tonnes de choses à faire avant le retour des autres, et il faut trouver un point de chute en espérant qu’on aura le temps de semer avant l’hiver pour ne pas mourir de faim accessoirement… Bien sûr, si ces bestioles savent skier aussi ce ne sera plus une préoccupation. » marmonna la grecque, acide. Elle jeta un long regard au chef d’entreprise, mi réprobateur mi amusé. C’était difficile de ne pas succomber au charme impertinent de l’homme, elle l’admettait volontiers. « Et puis on ne devrait pas trop s’éloigner au cas où, ce ne serait pas raisonnable… » Au cas où ils reviendraient. Ce qui la terrorisait. « Je gâcherais l’ambiance en plus, à tous les coups. » ajouta la brune en faisant une moue désolée. Il s’était sûrement donné beaucoup de mal, elle commençait à le connaître.


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1142
Sujet: Re: C'est toujours mieux a la carte qu'au menu   Ven 6 Aoû 2021 - 1:43
Celui qui est bon vendeurs


Je me plais à observer un peu la jolie Grecque qui s’affaire avant de lui indiquer ma présence. Elena est vraiment une femme comme je les aime, elle ne joue pas la carte de la fille fragile, elle s’investie sans compter et elle n’a aucun complexe à s’assumer telle qu’elle est. D’ailleurs, on est loin d’une précieuse qui aime minauder ou faire semblant quand elle se retourne pour me dévisager avec un visage qui prouve qu’elle a plus que besoin de cette petite pause pour sortir de ce quotidien pesant.

Je m’amuse un peu de la voir lever les yeux au ciel. Son agacement ne me freine absolument pas dans mes projets, bien au contraire, cela fait un peu parti du petit jeu qui s’est instauré entre nous. Si c’est le moment ? Évidemment, il n’y a pas meilleur timing quand le moral est atteint et que le physique commence a suivre, pour se vider la tête. Je regarde le plan qu’elle montre et qui ne semble pas la ravir pendant qu’elle m’explique ce qu’elle cherche. Délicatement je pose ma main sur la sienne pour l’arrêter dans son avalanche de mauvaises excuses :

« Elena, que tu ne sois pas à ce repas serait ce qui gâcherait le plus l’ambiance a mes yeux, surtout que le chef n’ouvre son restaurant qu’une fois de temps en temps… sans compter que cela sera le bon moment pour échanger avec une personne qui est doué pour trouver des solutions. »


Je porte galamment sa main a mes lèvres dans un baise main a la fois humoristique et chargé de sens, tout en lui faisant un clin d’œil. L’idée est surtout de la détendre mais si on doit parler « travail » en mangeant pour qu’elle se sente mieux, on le fera, je ne suis pas un homme fermer a ce genre d’idée, j’espère juste que la bouteille que j’ai déniché lui donnera d’autre envie de discussion. C’est plus sérieusement que j’ajoute :

« Tu as besoin de te changer les idées, depuis quand tu ne t’es pas posée pour un vrai repas chaud ? T’écrouler avant l’heure ne servira a rien tu sais ? Accorde-toi un peu de temps pour souffler, promis je ne t’arrache pas trop longtemps a ton labeur. »


Sans lâcher sa main, je l’éloigne un peu des plans avec mon petit sourire en coin :

« Sans oublier que refuser ou différer reviendrait à t’exposer a des recours en recouvrement plus des pénalités avec une révision des intérêts. Je m’en voudrais de te faire vivre cela. Et ne t’inquiète pas, nous ne serons pas loin et tu as ma parole que je te protègerais en cas de souci. »


Je laisse quelques secondes passer avant d’ajouter, avec un petit air malicieux :

« Tu penses que nous pouvons partir tout de suite ou dans une petite heure ? »




Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 582
Sujet: Re: C'est toujours mieux a la carte qu'au menu   Sam 7 Aoû 2021 - 19:46
Le contact de sa peau contre la sienne la ramena soudainement à lui, l’extirpant des tréfonds tortueux de ses réflexions effrénées.  Ses yeux soulignés de marbrures aux teintes obscures tombèrent sur cette main dont elle découvrait les reliefs, les textures. Elle l’observa un moment, le visage toujours fermé. Elle était consciente des efforts répétés de l’homme qui s’entêtait à rechercher sa compagnie, sans qu’elle ne comprenne réellement ses motivations. Mais cette prévenance à son égard faisait croître en elle un sentiment âpre de culpabilité, alimenté par la désagréable et honteuse sensation de n’être qu’une vulgaire imposture. N’entretenait-elle pas une cruelle et perfide illusion qu’il finirait par dissiper ? Qu’en serait-il alors de sa déception ? La lui cracherait-il au visage comme Jesse l’avait fait ?

Elle secoua la tête, pouffant avec amusement. « Oh vraiment ? Tu piques ma curiosité, je me demande qui est cette personne providentielle ! » mentit effrontément la brune, piquant avec une délectation assumée l’orgueil de son ami. Elle était plus que consciente des aptitudes de l’homme et de sa capacité à raisonner avec lucidité et stratégie, en toutes circonstances. Il était devenu en l’espace de quelques semaines à peine un élément indispensable du petit groupe. Mais le lui dire ne ferait que gonfler un peu plus un ego déjà bien portant.

Le geste de l’aîné Brody surprit brutalement sa cadette et l’empreinte incandescente laissée sur son épiderme par ses lèvres crépita de mille frissons. Déstabilisée, troublée, elle dompta néanmoins sa gêne derrière sa contenance inébranlable, avant de rouler des yeux lorsqu’il s’inquiéta de son régime alimentaire, lui offrant par la même occasion, une issue de secours.

« Tu ne vas pas t’y mettre toi aussi ! Sache que je désapprouve totalement cette synergie insupportable entre Gabriel et toi. Je commence à soupçonner un odieux complot. » L’hispanique était constamment sur son dos et il redoublait d’énergie ces derniers jours. Elle se laissa entraîner par l’homme en marmonnant avec humeur, et le regarda avec un mélange d’exaspération et d’amusement alors qu’il proférait des menaces imaginaires, invoquant la législation disparue comme arme ultime. « Tu t’en voudrais oui, bien sûr… » Elle arbora une moue volontairement dubitative. « Me protéger ? » se moqua Elena avec un haussement de sourcils. « Ce n’est pas pour moi que je suis inquiète. » se hâta-t-elle de préciser.

« Tu ne vas pas renoncer, pas vrai ? » soupira la brune avant de secouer la tête, vaincue. Elle savait reconnaître une cause perdue lorsqu’elle en voyait une. Et insister ne lui serait d’aucun secours ce soir ; Sebastian était aussi sinon plus obstiné qu’elle quand il avait une idée en tête.  Elle jeta un dernier coup d’œil sur l’amas désordonné de documents qui jonchait son bureau avant de capituler. « Laisse-moi le temps de prendre une douche et je te rejoins. » Ses yeux roulèrent de nouveau dans leur cavité et elle ne parvint pas à réprimer un sourire en coin devant l’air bêtement victorieux de son ami.

La méditerranéenne s’activa pour faire sa toilette avant de s’immobiliser devant le miroir pour se confronter froidement à son terne reflet. Depuis combien de temps arborait-elle cette expression dure et accablée ? La pulpe de ses doigts glissa sur son visage, près de la poche qui soutenait son regard sombre. Elle était loin, la Elena pétillante et solaire d’Athènes, constata la jeune femme, sans trop savoir ce que ça lui inspirait sur l’instant. Elle n’était définitivement plus la même personne, et sans doute que la nécrose qui avait atteint son âme se propageait désormais sur la façade froide qu’elle renvoyait...

Elle osa alors s’aventurer dans la chambre de Faith pour emprunter quelques artifices qui sauraient lui rendre un peu de chaleur. Elle saupoudra sans excès ses joues de blush rosé, malhabile dans des gestes qui ne lui étaient plus familiers. Elle sourit intérieurement à l’idée qu’elle serait plus à l’aise à nettoyer une arme. Hésitante, elle cueillit une robe qui remplaça rapidement la sienne. Elle s’observa un moment avec une pudeur rare chez elle, résista à la tentation de se désister simplement pour se réfugier dans sa solitude, avant de s’armer de courage. N'était-elle pas Elena Hortos ? Fière, entreprenante, et pétrie d'assurance ?

Une demi heure plus tard, elle retrouva Sebastian au rez-de-chaussée , prêt à partir. Les autres étaient tous occupés ou dans leurs chambres ; elle s’en était assurée avant de sortir de la sienne. Seul Gabriel paraissait tenir compagnie à son partenaire du soir, à son plus grand désarroi. Il afficha une expression exagérément impressionnée par l’apparence exceptionnelle de la grecque « Cendrillon a l'intention de braquer le palais royal ? » Il se pinça les lèvres pour ne pas éclater franchement de rire en désignant du regard le Desert Eagle qui se balançait au bout du bras de la jeune femme, contrastant évidemment avec son allure. Il s’approcha pour se pencher vers elle « Passe une bonne soirée. » Il lui offrit un clin d’œil avant de disparaître. Elle haussa les épaules en croisant le regard de Sebastian. « J’espère que le chef ne sera pas trop offusqué si je prends quelques précautions. » Sortir désarmée par les temps actuels ? Hors de question.


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1142
Sujet: Re: C'est toujours mieux a la carte qu'au menu   Mar 17 Aoû 2021 - 1:06
Celui qui a raté sa carrière de chef


C’est un plaisir sans nom que de voir la jolie grecque essayer de trouver des arguments alors qu’elle sait déjà que j’aurais réponse a tout. J’avoue être friand de nos petites joutes qui rend le quotidien un peu moins pesant. Je note une petite étincelle dans son regard qui me laisse penser que nous aurons notre diner ce soir et ne retient pas un petit rire quand elle me demande qui va etre son partenaire mystère de soirée.

« Je préfère ne pas te gâcher le suspense, mais j’ai bon espoir qu’il soit a la hauteur de sa réputation. Il n’a peut être pas fait 10 ans d’études mais il parait qu’il tient la route quand même en gestionnaire de crise. »


J’aime vraiment la voir grogner avec cette façon unique ou l’on devine facilement qu’elle est aussi tentée qu’agacée. C’est vraiment devenu un petit jeu entre nous et j’ai le sentiment que c’est même une forme d’échappatoire que de retrouver cette ambiance de gosses qui aiment avoir le dernier mot. Je laisse échapper un sourire énigmatique quand elle émet la possibilité d’une éventuelle entente entre moi et Gabriel. Avec un air malicieux, surjouant celui que j’ai trop longtemps eu devant le fisc en étant un peu trop sûr de moi et de mon bon droit, je lui argue :

« Il me semble qu’il n’y a aucune règle interdisant les collusions au sein de l’équipe ? »


Je ne me départie pas de mon sempiternel air amusé quand je la vois ronchonner un peu plus a l’évocation que je la protègerais alors qu’elle se voit plus être la protectrice des autres. C’est vrai que lors de l’attaque des super Z, heureusement qu’elle n’a pas perdue son sang-froid, là ou certains ont fait pales figure voir se sont juste portés pales, pour défendre l’indéfendable, elle avait excellé.

« N’en dis pas plus sinon je vais t’avouer que cette invitation est juste pour abuser de tes compétences de garde du corps. »


Malgré tout je comprends son inquiétude et, même si je refuse que cela soit un frein a cette soirée, je prends le temps de la rassurer :

«  L’humour mis a part, tu as ma parole que nous ne serons pas loin, nous aurons les talkie a porté de main et en cas de danger nous arriverons au galop. »


Je suis un homme prudent et j’ai déjà pris les devant en cas de souci. Avec ce qui s’est passé et mon côté responsable, il n’était pas envisageable que nous partions a l’autre bout de Seattle sans moyen de communication. Même si cette soirée se veut divertissante, cela ne fera pas du monde un endroit meilleur ou moins dangereux. Quand elle commence a capituler en réalisant que je ne renoncerais pas, je prends un petit air de gamin fier de lui en haussant les épaules façons « Sorry but not sorry ».

Je lui laisse prendre sa douche de bonne grâce et patiente utilement en regardant les documents qu’elle a laissé derrière elle avec un œil critique. Même si je me promets de ne pas lui parler de sujets « prises de tête » je compte bien lui toucher quelques mots quant aux améliorations possibles. J’ai abandonné mes études durant ma dernière année de génie civile et environnementale, mais j’étais passionné par mon cursus et ma vie chez les Oblivions m’a permis de me perfectionner dans les constructions « post apo ».

Gabriel ne tarde pas a me rejoindre, surement plein d’espoir que je lui dise si Elena va s’accorder une pause ce soir. Nous sommes a une conversation légère sur la vie dans le groupe quand je relève les yeux subjugué par l’apparition que je vois. Chose rare, je suis sans mot alors que Gabriel se montre plus taquin que moi sur les accessoires de ces princesses des temps modernes. Au moins, cela me permet de me sortir de ma rêverie et d’aller, également, tendre le bras a la jeune femme, tout en la gratifiant d’un compliment hautement mérité. Je ris doucement quand elle me demande si le chef ne prendra pas mal qu’elle sorte armée :

« Je crois que son père était un adepte du « sors toujours couvert mon fils », il ne pourra donc que se féliciter d’autant de présence d’esprit et puis, si les plats ne sont pas a ta convenance, il saura ce qu’il l’attend. »

Je lui fais un clin d’œil complice avant de la conduire a la voiture. Comme promis, la route n’est pas longue et je me garde bien de lui masquer le trajet. En cas de problèmes, il faut qu’elle sache rentrer sans moi, mais je ne me prive pas du plaisir de lui couvrir les yeux lorsque nous arrivons au pied du bâtiment que j’ai déniché. Un ancien penthouse de luxe ou je me suis fait un devoir de nettoyer la terrasse, trouver lampions, dresser une table digne de grand restaurant et apporté tout ce qu’il fallait pour finaliser mes plats sur place. La végétation du jardin suspendu de l’époque a pris possession d’une grande partie de l’endroit et lui donne un air d’Eden végétale. Je demande a Elena de garder les yeux encore un peu fermé alors que je vais allumer toutes les bougies et cierges que j’ai prévus. Je ne suis pas peu fier de l’effet que cela fait avec le soleil couchant.

« Je te préviens, ne nous ai réservé la meilleure table du restaurant. Tu peux ouvrir les yeux… »

Je lui laisse le loisir de découvrir l’endroit avant de tirer sa chaise avec prévenance :

« J’espère que tu n’es pas trop déçue de subir ton paiement ici, je te préviens, le vin est déjà en train de décanter et le chef ne propose qu’un menu unique. Pour me rattraper de cette déconvenue, je te laisse carte blanche sur les sujets de conversation, mais note bien que celui d’une demoiselle Hortos ne me déplairait pas. »





Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 582
Sujet: Re: C'est toujours mieux a la carte qu'au menu   Sam 21 Aoû 2021 - 17:39
Elena croisa le regard de Sebastian, suspendu à sa silhouette, comme figé par le temps. Elle esquissa un sourire mi flatté mi amusé par la situation inhabituelle, surtout face à ce mutisme exceptionnel qui en disait plus long que mille mots, de la part de l’homme. Elle consentit à prendre son bras non sans laisser échapper un rire à sa remarque sur le chef. « J’espère en tout cas que le chef n’est pas un adepte de la fine gastronomie qui privilégie l’esthétique à la quantité car je pourrais dévorer Sheitan ! » avoua la grecque avec un sourire complice. Elle avait peut-être oublié de faire une pause déjeuner aujourd’hui, songea-t-elle maintenant que les protestations sourdes de son estomac se manifestaient.

Le trajet jusqu’au « restaurant » fut rapide, conformément aux conditions établies à l’avance et en cela, la brune était déjà un peu rassurée. Elle pourrait sans doute se permettre de laisser pour quelques heures derrière elle les nombreuses responsabilités qui l’étouffaient quotidiennement. Piquée par la curiosité, la jeune femme se pressa pour sortir du véhicule avant de se heurter à Sebastian qui faisait déjà écran de son corps pour lui bander les yeux. Le sourire retors qu’il affichait fit naître une ride contrariée sur le front de la brune qui sentait la frustration la gagnait. Maintenant qu’elle y était, elle brûlait d’impatience de découvrir ce qu’il avait préparé !

« C’est indispensable ? » tenta-t-elle avant d’obtempérer dans un soupir non sans aviser l’homme d’un long regard réprobateur. Elle n’aimait pas particulièrement être surprise : les responsabilités dont elle avait hérité dans ce monde hostile avait fait naître chez elle un besoin impérieux de contrôle et elle supportait difficilement de se laisser porter. Elle inspira profondément pour relativiser : elle faisait confiance à Sebastian, n’est-ce pas ? Il se révélait être un allié précieux après tout, en plus de cette complicité naturelle qui les avait immédiatement rapprochés.
A l’aveugle donc, ses jambes avançaient prudemment, peu à l’aise, guidées par un Sebastian sûr de lui dont les mains la tenaient fermement. C’était… étrange. Cette sensation. Elle était vulnérable, privée de sa vue, et elle avait pourtant l’impression de n’avoir jamais été autant en sécurité qu’à cet instant.

Lorsque le chef d’entreprise lui demanda de patienter encore un peu, Elena trépignait sous son masque d’impassibilité. Elle souleva finalement les paupières et resta d’abord sans voix devant le spectacle qui s’offrait à elle. Lèvres entrouvertes, ses orbes glissaient avec émotion sur chaque recoin, chaque détail transformé et imaginé par l’homme. Un sourire émerveillé se dessina sans qu’elle ne s’en rendre compte sur son visage, sans qu’elle ne se lasse de sa muette contemplation. Les rayons safranés du soleil transperçaient les lianes végétales pour inonder la terrasse de ses derniers éclats, et les dizaines de bougies et autres lampes rendaient l’endroit féerique, comme hors du temps.

« Wow, c’est… C’est superbe, Sebastian, vraiment. » Il s’était surpassé, réellement. Elle se retourna vers lui, reconnaissante. Elle s’installa là où il l’invita avec la galanterie qu’elle lui connaissait, tout en admirant la finesse avec laquelle la table avait été dressée également. « Du vin à décanter ? Aurais-tu l’intention de me saouler pour m’extirper d’embarrassantes confessions ? » l’œillade pétillante, gorgée de malice, elle adressa un sourire rieur à son compagnon de soirée. « Je suggère un compromis : posons chacun notre tour une question à l’autre. On peut accepter d’y répondre ou s’exposer à un gage dans le cas d’un refus. » Il n’y avait pas de raison pour que seul le sujet Hortos soit abordé ce soir. Elle avait la ferme intention d’en découvrir davantage sur Sebastian également.


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Sebastian Brody
Sebastian Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1142
Sujet: Re: C'est toujours mieux a la carte qu'au menu   Mer 25 Aoû 2021 - 0:04
Celui qui fait bien le service


Rien qu’a voir le ravissement dans ses yeux et cette petite étincelle qui me manquait depuis des semaines, je ne regrette aucun de mes efforts. Pour voir son visage s’illuminer de la sorte, je sais que ca en valait la peine, pardon, elle en vaut bien plus encore. Je me surprends a resté pensif avec un doux sourire tout en contemplant sa joie. C’est plus a moi qu’a elle que je souffle, sans détacher mon regard de la jeune femme :

« Oui, c’est superbe… »

C’est assez étrange de me sentir aussi peu prolifique mais il n’y a rien besoin d’ajouter alors que j’installe Elena a cette table en m’amusant de voir qu’elle ne manque aucun des petits détails que j’ai préparés pour elle. Je ris doucement quand elle me demande si je compte essayer de lui soutirer des confessions en la soulant :

« Je n’ai pas prévu de chemise de rechange et qui te dit que je n’ai pas déjà fait une liste la fois ou je t’ai servie de taxi ? Tu m’as déjà tout balancé pour le sirtaki et tes capacités de cantatrice, n’oublie pas. Et puis, ne pas profiter d’un bon cru en bonne compagnie, cela serait pécher non ?»

Certes, ce n’est peut-être pas le meilleur du monde, mais le bon vin, qui plus est, étranger, se fait plus rare que le chocolat ou toutes ces denrées que l’on trouvait facilement dans des magasins a l’époque ou les avions et les bateaux circulaient encore. Il m’aura fallu plusieurs paris audacieux pour l’obtenir. Nous buvons peut-être une des dernières bouteilles du genre en attendant de faire notre propre vin. Je vois son œillade et sens que le repas va surement être plus agréable que le vin. J’aime nos joutes quand elle est d’humeur malicieuse et je n’imagine pas meilleure diversion pour lui faire oublier les drames que nous avons vécus.

Je fais une fausse grimace de négociant devant une demande de ristourne importante qui est en train de peser le pour et le contre pour ne pas vendre a perte. Mais en vrai, je sais que je vais déjà accepter sa proposition, cela fait partie de mes petits plaisirs :

« Melle est dure en affaire, mais j’ai tellement hâte de te voir vraiment danser le sirtaki avec un gage perdu que je vais me risquer a accepter. »

Je lui lance un petit clin d’œil complice avant d’aller chercher le vin, les entrées et lancer le réchaud sous les casseroles qui ont déjà bien mijoté. Je en suis pas un grand cuisinier, mais j’ai toujours aimé passé du temps en cuisine. Ces quelques années de survie avec ma mère et les retraités que nous avions recueilli a été riche en enseignement culinaire, même si mon registre est, du coup, « rustique », au moins il est adapté a cette vie de fin du monde. Qui plus est, j’ai fait un effort de présentation. Imitant les serveurs de grands restaurant, j’énonce le plat en surjouant :

« Entremet de légumes sur canapé et vérine surprise… tout est garantie 100% bio et local…»


Puis je lui sers le liquide grenat de façon a ce qu’elle le goute attendant son aval pour me montrer plus généreux. Si elle me dit qu’il est bouchonné, j’ai peur que ma solution de replis soit plus triviale. Leon nous a sponsorisé en quelque sorte de pas mal de bière, mais je crois en cette bouteille de vin.

« D’ailleurs, pour notre petite joute de question, je te propose d’ouvrir le bal.»






Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: C'est toujours mieux a la carte qu'au menu   
Revenir en haut Aller en bas  
- C'est toujours mieux a la carte qu'au menu -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: