The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -38%
LEGO® Harry Potter™ – Le Magicobus
Voir le deal
24.99 €

Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5247
Sujet: Re: Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main   Mar 19 Oct 2021 - 14:29
Celle qui lance un sujet delicat


Je reste avec un sourire énigmatique a faire pâlir d’envie la Joconde mais qui laisse entendre ce qu’il veut a Derek. Il n’aura pas mieux de la maniaque que je suis, évidemment, je vais lui laisser sa chance, mais il y a fort a gager que vu mon niveau d’exigence et celui de son j’men foutisme, ca va pas passer du premier coup. Maintenant, l’espoir fait vivre non ?

Par contre quand il insiste pour Connor, je fronce les sourcils, vraiment surprise d’imaginer mon colocataire avoir fait cela au celui que j’ai longtemps appelé tête a claques. Je l’écoute, avec attention et bienveillance, et ma perplexité laisse place un visage soulagée. Pour le coup, j’étais présente a ce qu’il raconte et, étrangement, nous n’avons pas vu les mêmes choses lui et moi.

« Tu m’as fait tellement peur Derek ! J’étais la quand ca c’est passé, souviens toi, je me suis même interposé. Pour le coup je suis prête a te jurer sur ec que tu veux que Connor ne l’a pas étranglé, oui il l’a attrapé par le col de son vêtements pour le secouer et c’est mal, mais ca n’a pas été plus loin. Milou avait poussé a bout Connor mais il ne l’a ni frappé ni étranglé. Il a été capable de ce contenir.»


Bon je l’avais un peu aidé, mais il avait quand même réussi malgré les efforts de tous pour le faire dérailler. Derek se trompait sur Connor, et cette discussion me confortait dans le fait que le leader des expendables, malgré ses défauts, restait un homme bien. Il avait envie de faire au mieux pour les autres et, malgré sa place ingrate, il ne lâchait rien pour s’investir dans son groupe. Il avait été capable de donner une seconde chance a ceux et celles qui l’avaient déçu, dont moi, et pour cela je lui étais reconnaissante.

La fabrication des munitions n’est pas compliquée et Derek semble bien s’en sortir. Je l’épaule mais il a déjà compris la base et je sens que cette activité peut lui être bénéfique, qu’il reste ou veuille partir. Nous passons un certain temps a cet apprentissage où ma patience et son intérêt font bon ménage avant qu’il ne lance une question que surement d’autre se pose. Le temps que je trouve quoi lui répondre il me propose d’autres horaires et j’acquiesce.

« Vas pour 10h alors et oui, ca me va parfaitement, je pense que tu as compris le trucs. »


Je soupire en sachant que le reste de la conversation ne vas pas être plaisante mais est surement nécessaire pour être franche et transparente avec lui.

« Et pour te répondre, non, Connor n’est pas le père du bébé… en fait… il n’y a pas de père, juste une mauvaise rencontre. »


Je plante mon regard dans le sien avant d’ajouter :

« Et tu connais le géniteur qui m’a violée, tu as essayé lui voler sa voiture… »


Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Derek Watson
Derek Watson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 304
Sujet: Re: Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main   Mer 20 Oct 2021 - 23:38
Bon, Alex défend Connor bec et ongles, c'est officiel. Même quand je lui mets le nez dans la merde... enfin, dans les preuves, elle arrive à nier et lui trouver des excuses. Moi je dis qu'on devient pas chef de faction en étant un enfant de choeur, mais ça je vais pas lui dire parce que je sens que j'ai tort, de toute façon.
Et elle a beau dire, secouer Milow comme il l'a fait devant toute sa faction, ça fait pas tellement montre de retenue et de capacité à se retenir.
D'autant plus que sans l'intervention d'Alex, je suis pas certain de l'issue de cette situation.

- Si tu le dis, maman, on va dire que j'te crois. Tu le connais mieux qu'moi après tout.

Je joue les bons élèves en lui sortant quelques munitions pas dégueu et qui semblent lui convenir, au point qu'elle accepte même mes demandes de modification pour les horaires de travail. Je suis refait. Et pas tellement en retard sur le planing de la journée du coup ! Malin le Derek, qu'est-ce que vous croyez.
Et bon, là ça dérape un peu. En fait non, ça dérape tout court.
Non, Connor est pas le père. Soit, en soi je m'en fous, ça me regarde pas. Même si ses mots laissent entendre que la grossesse était pas voulue.

Et donc. Là ça dérape. Je repose la munition que je tenais en tournant les yeux vers la jeune femme, d'abord sans comprendre. Je le connais ? J'ai tenté de lui voler sa voiture ? Elle est drôle, elle... j'en ai volé plusieurs, des bagnoles, dans ma vie. j'esquisse un sourire moqueur à cette pensée, que je n'ai pas le temps de lui partager : la vérité vient de s'écraser contre mon lobe frontal. Ou gauche, ou droit, je sais pas trop. Mais ça a tapé fort. Lui ? Le psychopathe qui a failli me tuer ? Ma voix s'étrangle un peu alors que le cheminement se poursuit entre mes neurones et synapses. Alors ça fait de toi.. ça fait d'toi l'écureuil qui m'a.. J'arrive même pas à cracher la fin de ma phrase tant elle me paraît surnaturelle. Tu m'étonnes qu'elle réagissait bizarrement quand on en parlait.

- Je sais pas c'qui est pire.. c'que t'as fait, ou que t'aies rien dit quand.. que t'aies fait comme si.. tu savais pas.

Je me prends un élan de colère dans la gueule, mêlé à du dégoût, et une peur panique quand mon connard de cerveau me ramène sans prévenir à cette fameuse journée d'horreur. Je dois être blanc comme un linge, déjà que je suis pas du genre bronzé.
Je lance mon bras en avant et la chope par la gorge, la plaquant contre le mur juste derrière elle. J'ai la respiration erratique, saccadée. Pendant un instant j'ai envie de serrer les doigts autour de son petit cou frêle, d'autant qu'elle ne fait pas le moindre geste pour se défendre. Puis je pose les yeux sur son ventre. Si je la tue, je tue un futur nouveau-né. Je peux pas faire ça. Je suis pas un putain de monstre. Je suis pas comme elle.
Je la lâche dans un à-coup après quelques secondes de silence à la fixer.

- Je dois..
Sortir ? Fuir ? Vomir ?
Trio gagnant, je sors en courant et me casse la gueule sur la marche d'entrée, à genoux dans la poussière. Et là je vomis tripes et boyaux, et surtout le petit-déjeuner que cette traîtresse m'a servi. ça se trouve elle m'a empoisonné cette connasse. Dans un dernier haut-le-coeur, j'achève la vidange par un peu de bile qui coule mollement sur mon sweat. Le fameux sweat préféré.
J'ai un goût de gerbe dans la bouche, du vomi sur mes fringues, de la crasse sur mon futal et mon rimmel qui me coule sur les joues quand je me mets à pleurer nerveusement, sans m'en rendre compte.
Je savais que ce serait une matinée de merde.


Normal People,
Scare me a lot.
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5247
Sujet: Re: Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main   Sam 23 Oct 2021 - 15:35
Celle qui assumme


« Surtout j’étais la Derek. Mais apprends à le connaitre et tu comprendras mieux ce que j’essaye de te dire. »

Je lui souris, je ne sais pas encore les drames qui nous attendent et qui vont meurtrir notre leader, nous privé de Bruce comme bras droit et me propulser a la gestion de pas mal de choses. Pour le moment j’essaye juste de rassurer ce jeune homme que je pense un peu paumer. Je ne fais pas l’autruche, je sais parfaitement de quoi Connor est capable quand il est en colère, surement mieux que personne ici, mais je sais aussi de quoi il est capable pour les siens. Milou l’a poussé a bout, mais il ne l’a pas frappé, ce qui, quand on connait le contexte, prouve bien que le sportif n’est pas l’homme violent que Derek pense avoir vue.

Au moins il a l’air se s’amuser un peu a faire des munitions et, pour un premier jet, son travail est loin d’être mauvais. En fait cette journée aurait pu parfaitement bien se passer et se finir si, mue par une envie de transparence, je ne lui avais pas fait comprendre qui était le géniteur de mon bébé, par extension, ce que j’avais fait a ses doigts.

Je devine son trouble quand il répète mes mots et ne peux qu’opiner du chef pour lui signifier qu’il a raison, avec un regard douloureux, chargé de culpabilité. Oui c’est ce psychopathe, oui c’est moi qui lui ai coupé les doigts, oui je n’ai pas eu le courage de lui avouer de suite. Si j’ai fait au mieux de ce que je pouvais faire dans l’instant, surement qu’il n’a pas mesurer a quel point se jour-là, il avait frôler le gouffre. Je suis prête a assumer sa colère, je la mérite. Sans prévenir, après un silence pensif, il m’attrape la gorge et j’ai un hoquet de surprise qui se change très vite en grimace de douleur alors que mon dos heurte le mur de la caravane. Je ne fais rien pour me défendre ou le dégager, je reste juste les yeux dans les siens, me noyant dans sa fureur alors que je sens le tremblement de ses extrémités, comme s’il lutait pour savoir s’il devait serrer plus ou pas. Le fou n’aurait pas hésité.

Il y a une certaine ironie a ce qu’il me fasse ce qu’il reprochait, a tort, a Connor. Je pourrais essayer de crier, de me débattre, de supplier, mais je ne reste immobile, attendant la suite. J’ai appris que les hommes aiment que les femmes gigote et essayent de leur résister. Ca attise leur folie et au final, ils sont encore plus brutaux.

Je sens que se retenir lui coute, puis, je vois son regard descendre sur mon ventre qui abrite la descendance de la personne qui déteste surement le plus au monde. Sans prévenir, il me relâche et semble presque fuir alors que je m’écroule presque sur les fesses en toussotant et massant mon cou meurtri.

Je le vois se ramasser et l’entend vomir. Avec difficultés, je me relève, attrape une bouteille d’eau et un essuie propre pour venir a coté de lui. Je garde une distance, plus par pudeur que par méfiance pour m’accroupir comme je le peux et lui tendre la bouteille avec l’essuie :

« Je n’ai pas eu le courage de te le dire tout de suite, c’est compliqué d’assumer d’avoir été séquestrée, violée et torturée par un fou qui m’a mise enceinte. Pour ça je m’excuse comme je suis désolée pour tes doigts, j’espérais vraiment que tu pourrais aller te les faire recoudre… »


Mais James m’avait vue venir et avait tout gâché, bien évidemment.

« J’ai vraiment fait tout ce que j’ai pu pour que tu n’aie pas a devenir un de ses jouets, pour ce que ca vaut…j »





Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Derek Watson
Derek Watson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 304
Sujet: Re: Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main   Lun 25 Oct 2021 - 2:31
C'est l'apocalypse dans ma tête. Une tornade incontrôlable de sentiments, d'émotions contradictoires et dans lesquels je suis incapable de me retrouver. Je crois que c'est la première fois que ça m'arrive. D'habitude.. d'habitude et depuis si longtemps, je m'arrange pour en avoir rien à foutre de quoi que ce soit, ni de qui que ce soit. J'ai menacé, j'ai volé, j'ai fait du chantage dégueulasse à de pauvres survivants pour ma propre survie. Même pas pour mon confort. Juste parce que c'était eux, ou moi. Et que je voulais que ce soit moi.
Et jamais, jamais dans toutes ces merdes que j'ai faites et provoquées, je m'en suis voulu. Jamais mon cerveau ne s'est mis en carafe à ce point, au point d'avoir l'impression que mon crâne va exploser sous la pression, que je vais mourir étouffé dans mon propre marasme de pensées. Tout au plus j'ai eu un accès de remord une fois ou deux, vite disparus après quelques gorgées d'alcool frelaté.

Mais là non. Là c'est différent. Là, c'est pas moi qui ai fait du mal, et déjà, ça, c'est pas habituel. Là j'ai un cas de conscience et ça non plus, c'est pas commun. C'est même... carrément pas normal. J'essaye de recoller les pièces du puzzle, de superposer miss écureuil 2021 et Alex, la super-maman du camp. De superposer la nana affolée qui en pleurait de me couper les doigts en me promettant que tout irait bien, et la meuf accro au ménage qui est venue ramasser mes caleçons sales dans ma piaule.
J'essaye de faire comprendre à ce con de cerveau que le mioche qui lui occupe le bide est le fils d'un psychopathe et d'une écureuil. Et ça il a du mal à le capter, je dois bien avouer.

A mon côté, je la vois rapidement approcher. Enfin rapidement. Façon de parler, mais disons qu'elle a pas hésité un quart d'heure ni ne s'est barrée en courant après ce que je venais de lui faire. J'attrape le torchon qu'elle tend sans un remerciement et m'en sers pour me nettoyer le bas du visage et frotter comme je peux mon sweat. Je l'écoute attentivement, même si je ne daigne pas lever les yeux vers elle. Ses mots frappent, et ils frappent fort. En fait j'avais pas fait le rapprochement entre notre "rencontre" et tout ce qu'elle vient de me balancer. Tout ce qu'elle a vécu.
Je tends les doigts pour chercher la bouteille d'eau et me rince la bouche avant de cracher un peu plus loin. Et enfin je relève mon regard au fard fuyant vers elle. Je dois avoir l'air d'une ado trop maquillée qui vient de se faire larguer. Je reste un bon moment à juste la fixer sans un mot. Sans animosité non plus, étrangement. Juste... de l'incompréhension. J'ai toujours du mal à assimiler tout ce qu'elle a dit.

Quand j'arrive à rassembler quelques bouts de pensées, je recule de ma flaque de gerbe et pose mon cul par terre, près d'elle.
- Je savais pas... je savais pas. J'ai bien senti que t'étais pas consentante, là-bas. Mais.. tu vois, c'était tellement.. tellement chelou ? j'arrivais pas à savoir. Un coup tu lui obéissais, un coup tu essayais de me défendre. je pigeais que dalle.. Et franchement j'ai cru que j'allais crever. Après avoir été violé, si tu veux tout savoir. Parce qu'il me regardait bizarre, quand même. Je passe une main dans ma tignasse pour la ramener en arrière, avant de venir regarder mes phalanges manquantes.
Comment c'est arrivé ? Je veux dire. Tout c'qu'il s'est passé. Comment ça t'es tombé dessus ? Tu... Tu vas faire quoi du gosse ?
Je lui demande pas pardon. J'accepte pas ses excuses. j'en suis pas encore là, pas encore capable. En fait je m'en fous, je veux savoir, je veux comprendre. Pourquoi je demande pas qui c'est ? Ben voyons. Vous croyez vraiment qu'elle me le dirait ? La blague.

- Il s'est passé quoi pour toi.. j'veux dire. Après, quand j'suis parti ?
Et.. comment ça s'fait qu'il t'a libérée, aussi ?


Normal People,
Scare me a lot.
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5247
Sujet: Re: Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main   Lun 25 Oct 2021 - 19:42
Celle qui assumme


Je le regarde avec la peur d’être malvenue pour rester a ses cotés alors que je lui tends l’eau et l’essui. Je comprends sa réaction, son dégout et je m’en veux terriblement. Certes, je ne pouvais pas faire grand-chose de plus que je ne l’ai fait pour le sauver de James, même s’il le ne saura jamais, mais il a raison sur un point, j’ai surement trop attendu pour lui dire la vérité.

Le temps semble suspendu jusqu’au moment ou il fini par accepter mon aide, du moins, ce que je lui propose. Je ne me formalise pas de l’absence de remerciement, je n’en attendais pas. C’est même moi qui lui suis reconnaissante car il écoute mon explication sans se braquer ou essayer de fuir. Quand il daigne m’adresser un regard, je note que son maquillage n’était pas waterproof. Il me fixe sans que je ne cherche a me dérober et je le devine en réflexion profonde quand a la suite des choses.

Je le vois finir par s’assoir et en fait de même, avec précaution, du fait de mon ventre, et sachant pertinemment que je ne saurais pas capable de me relever toute seule. Je reste a attendre patient qu’il trouve ses mots et l’écoute. Je me doute bien que ca le ramène a un moment terrible, un de ceux que moi aussi j’aimerais oublier. Quand il me dit qu’il a eu peur d’être violé et tué, c’est avec précaution que je lui confirme :

« C’est surement ce qui se serait passé avec des tortures en passant. Il a aussi un ami, Alan, un ancien expendables que Connor a dégagé sans savoir quel monstre c’était, il partage beaucoup de choses avec lui, il te l’aurait surement présenté en fin de course…»


Ma voix est douce même pour raconter le synopsis d’une agonie qui a été la mienne et qui a du être celle de beaucoup de monde. Je redresse la tête avec un air désespéré et blessé quand il me demande trop de choses. Je passe ma langue sur mes lèvres, pas certaines d’être capable de tout dire :

« c’est la faute a la malchance. Il m’est tombée dessus en apprenant que j’étais une traitresse, il m’a… il m’a obligé a subir beaucoup de choses en sachant qu’il aurait pu tout raconter a Connor. Cela aurait été la fin de mon petit frère, de Violet et de Daemon si j’avais été prise… »


Et la mienne aussi accessoirement mais, étrangement, il y a certaines choses que je n’aurais pas enduré sans eux, préférant surement la mort. Mais la question ne se pose pas, elle ne s’est jamais posée. Je suis la, je suis en vie, et même si on m’a fait du mal, je sais que ca guérira. Je ne suis pas de celles qui s’apitoient sur son sort.

« Le fait que ce bébé est conçu du viol d’une vierge fait qu’il le veut plus que tout au monde. Il… il m’a bien dit que si je le perdais, il me forcerait autant de fois qu’il le faudrait pour que je retombe enceinte, mais ce n’est pas pour ca que je n’ai pas envisagé de le faire passer…»

Avec hésitation, lui demandant la permission du regard, je prends doucement sa main et la pose sur mon ventre. Un petit habitant gigote dans cet endroit devenu un peu trop étroit pour lui. J’ai un sourire tendre en ajoutant, avec un air pensif :

« Des que je l’ai vu sur l’échographie je l’ai aimé de toute mon âme. C’est mon enfant, pas le sien. Quand il sera en âge, je lui raconterais une belle histoire avec un papa comme tous les enfants en rêve… »


Et je le garderais loin du fou. Je le protègerais du mieux que je le peux, d’autant plus que je sais que je ne suis plus seule maintenant.

« Maintenant tu sais tout, peut être même plus que Connor lui-même. Tu es le seul ici a avoir vu le géniteurs du bébé et a surement comprendre pourquoi j’ai su peur de lui. Mais, au moins, ici, il ne pourra plus nous faire du mal, ni a toi, ni a moi et mon bébé.»





Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Derek Watson
Derek Watson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 304
Sujet: Re: Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main   Ven 29 Oct 2021 - 15:19
C'est drôle. Je voyais Alex comme... une menteuse émérite -et elle l'est-, une manipulatrice patentée -elle l'est aussi-, et une fouille-merde sans couille (ni ovaire) juste bonne à jouer les caporales en chef pour se trouver une petite place tranquille dans un groupe. Une sorte de parasite humain, qui s'infiltrait juste ce qu'il faut pour se rendre utile et soi-disant indispensable à son hôte, dont elle tirait bénéfice de la plus égoïste des façons.
En fait, je crois toujours que c'est le cas. Et d'un sens je ne peux pas lui en vouloir, c'est exactement ce que je faisais, ce que j'étais jusque là. Sauf qu'en plus je me barrais avec les ressources du groupe quand je commençais à m'emmerder avec ceux qui n'étaient que des utilitaires à mes yeux. Bref, un parasite, mais en pire qu'elle.

Mais là, pour une fois, je la voyais autrement. Je comprenais ce qu'elle avait vécu, je comprenais ses actes.
Est-ce que ce que j'avais vécu moi aussi justifiais de faire de moi un sale con égoïste, en conséquence ? Est-ce que l'excuser elle m'excusait moi ?
Je passai un long moment à la fixer en l'écoutant me parler, tant perdu dans ses paroles que dans mes réflexions. Je notai d'un froncement de sourcils le nom d'Alan. Je croyais qu'il avait... juste quitté les expandables. Pas qu'il était devenu un psychopathe en puissance.

- Connor... Le groupe entier, protègera ton bébé. Jamais il le reprendra. Même moi j'm'y opposerai, donner un gosse à un malade comme lui, ça rentre pas dans mon arbre des possibles. Et pourtant crois-moi, il est plein de branches aussi tordues les unes que les autres.
J'ai eu une enfance de merde. Genre.. vraiment. Alors si je peux éviter ça à un autre gosse, j'le ferai.


Je la laissai poser ma main sur son ventre, avec une certaine réticence. Pas que je sois réfractaire au contact, loin de là, mais là ça tournait un peu trop au mélodrame et à l'intime. Quelques petits mouvements sous sa peau me surprirent, et ... je me surpris moi-même à en étirer un sourire amusé, cherchant à rencontrer les petits coups, pieds ou mains d'un être encore inconscient du monde de merde dans lequel il allait naître.
Puis je retirai ma main et reculai légèrement, retrouvant mon visage fermé, les bras croisés devant moi.

- J'vois. J'suppose que t'étais pas... obligée de me raconter toute l'histoire, donc j'présume que je te dois des remerciements ou quelque chose comme ça.
Pourquoi tu veux pas qu'on le retrouve pour le tuer ? Le géniteur fou.


Je repris une gorgée d'eau, et essuyai mes joues teintées de noir avant de reprendre :

- Confidences pour confidences, j'ai vécu de la merde, moi aussi. Mais... avant l'invasion. Je suis pas devenu un connard égoïste et sur de ses certitudes sans raison. J'veux pas d'pitié, et je dis pas que ça excuse quoi que ce soit.
J'ai pas réellement eu de parents. Une mère alcoolique, un père absent et violent. Il a voulu m'envoyer dans un centre de.. redressement pour homosexuels. Je m'suis barré de chez moi, j'avais seize ans. J'ai vécu dans la rue. J'ai volé, j'ai dealé, j'ai fait des trucs... dont y'a pas de quoi être fier. Et pourtant je m'en veux pas, fallait juste que j'm'en sorte. C'était moi ou les autres.


Difficile de déterminer quoi quelque émotion que ce soit dans ma voix. Tout ça c'est du passé. Et les regrets, ça change rien à ce qui a été fait.

- J't'ai toujours pris pour... une mauvaise personne. Mais j'suppose que c'était toi.. ou lui.

Je me redressai et la reluquai avant de lui tendre la main pour qu'elle puisse se lever à son tour.

- j'vais retourner bosser. J'crois que j'ai besoin de réfléchir à tout ça.


Normal People,
Scare me a lot.
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Bras Droit | Expendables
Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5247
Sujet: Re: Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main   Lun 8 Nov 2021 - 21:41
Celle qui adopte Derek

Lui raconter tout cela, avec calme, est un exercice compliqué Déjà, parce qu’il y a les émotions qui ont envie de s’y mêler, je sens ma voix vibrer de temps a autre, mais aussi parce qu’il y a cette crainte du jugement, cette culpabilité vicieuse avec laquelle je dois vivre. Pourtant, je ne faiblis pas et assume son regard, aussi énigmatique soit il. Pense t’il que j’ai bien mérité mes malheurs ? Que je mets tout le monde en danger en ayant trouvé refuge, pour moi et mon bébé, ici ? Que j’ai cherché ce qui m’arrive ? Ou pire, que je mens, que j’ai tout inventé ?

C’est extrêmement compliqué de regarder une personne droit dans les yeux et d’assumer en même temps avoir été son bourreau en même temps qu’une victime. Je ne sais absolument pas comment je réagirais a sa place et j’ai suffisamment de dégout envers moi pour réaliser que je serais sans pitié pour cette femme déguisée en écureuil qui m’a coupé des doigts. Je n’ai pas l’égocentrisme de penser que mon malheur puisse éclipser le sien. Après ce qui me semble être un interminable silence, il prend enfin la parole et me surprend a se concentrer sur ce bébé qui a déjà une histoire très sombre avant même de naitre. Je crois que de tout ce qu’il pouvait me dire, c’est la seule chose que mon cœur de maman avait besoin d’entendre pour que Derek devienne une personne digne de mon respect et mon affection. Je suis donc sincère quand, d’une toute petite voix, je lui dis :

« Merci… »


Il n’a pas tort, Connor et les Brody m’ont déjà fait cette même promesse. Je ne sais pas encore qui habite mon ventre, mais je sais que les Expendables feront leur possible pour que cet enfant ne finisse pas dans les griffes du fou. Je note, au passage, que Derek a eu une enfance qui le rend soucieux des autres enfants.

« Tu ne me dois rien. Je te devais la vérité, et j’aurais surement du tout te raconter plus tot… c’est moi qui te dois des excuses. »

Je me raidis quand il pose une question qui me donne un frisson : pourquoi je ne balance pas le fou. La réponse est complexe, un cruel mélange de peur, de refus de mettre les autres en danger ou de donner au fou ce qu’il veut. Je ne suis pas capable de réellement expliquer ce qui me retient le plus. Je n’ai pas encore mesuré que, sous son masque de respectabilité, James attend surement le pied ferme que je trahisse notre « accord » sur mon silence. Qui croira une ancienne traitresse qui accusera le grand Capitaine Seattle ? Avec pudeur, je me contente d’un :

« Tu veux vraiment le traquer ? C’est le meilleur moyen de se retrouver a nouveau piéger… surtout que l’on ne connait que son masque.»


J’écoute avec attention l’histoire de Derek et fronce les sourcils, soucieuse, quand il parle de centre de redressement. Comment une telle chose pouvait encore exister avant la fin du monde ? Je suis sensible a son émotion et pose ma main sur son bras avant de lui répondre en douceur :

« Personne n’a jamais dit que es un connard égoïste tu sais ? Et je suis bien placé pour savoir que même avec les meilleures intentions du monde a la base, on a parfois pas le choix pour survivre. En tout cas, je suis contente que tu sois ici, maintenant, tu as une famille bienveillante et tant que j’y serais, je te jure que personne ne te jugera ici ou te mal traitera. »

Je lui offre un sourire sincère un genre de « bienvenue dans la famille » qui peut surement faire un peu peur a Derek. Mais je suis certaine qu’il a juste besoin de s’habituer a l’idée d’avoir un vrai foyer et que tout ne va pas virer au drame pour aller mieux. Je me mords un peu la lèvre quand il me dit m’avoir prise pour une mauvaise personne. Personnellement, je ne me vois pas autrement. Je n’arrive pas a lui répondre, je n’ai pas encore réussi a digérer tout ce que j’ai du faire pour sauver ce frère toujours perdu. Quand il me dit devoir réfléchir et retourner au travail, j’opine du chef, comprenant qu’il a besoin d’être seul :

« Si un jour tu as envie de parler, de ca, ou d’autre chose, n’hésite jamais. »

Je lui fais un petit salut avant d’aller a la pile de linges sales trouvés chez lui, moi aussi j’ai du travail qui m’attend.


Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main   
Revenir en haut Aller en bas  
- Deux doigts en moins ne justifient pas un poil dans la main -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: