The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -40%
-40% Polo Lacoste – imprimé crocodile ...
Voir le deal
72 €

The aftermath of destruction.
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hazel Parks
Hazel Parks
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Sanctuary Point
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 351
Sujet: The aftermath of destruction.   Mar 6 Juil 2021 - 17:21
The aftermath of destruction. Ij49

The aftermath of destruction.




J’ai pas dormi de la nuit. J’ai aidé maman avec les blessés, puis j’ai aidé à creuser la tombe pour Adam, juste à côté de celle de papa. J’ai aidé à mettre les morts dehors, puis j’ai essayé de ranger un peu. J’ai pris une douche et malgré l’épuisement, la nuit blanche, les émotions, j’arrive pas à trouver le sommeil.

Je peux pas le trouver. Tout me revient méchamment en boucle sans cesse et avec force. À quel point j’ai servi à rien, à quel point j’ai mis les autres en danger, à quel point j’aurais juste dû rester cachée avec Koda et pas faire chier tout le monde. J’ai pris des cachets aussi… des relaxants musculaires périmés. Ça marche pas trop. Je me sens bien molle, mais c’est pas assez. J’ai rien d’autre en ce moment… J’ai rapidement passé la maigre réserve qui me restait après le passage d’Ana-Lucia. Il faudra que je trouve autre chose prochainement, je pourrai pas tenir sans…

Je finis par me lever et arrête de m’entêter à dormir. Visiblement, ça fonctionnera pas de sitôt. J’enfile un short rapido et attrape un plaid. J’ai qu’un petit débardeur de soie sur le dos, mais j’m’en fous. J’compte pas croiser des gens à cette heure, pis cachée sous la couverture… Ça change rien. À pas de souris, je descends l’escalier. C’est calme dans la maison. Les gens dorment pour la plupart et d’autres font des rondes de surveillance dehors. Moi j’étouffe… Je fais un petit détour par la chambre froide et je chope une nouvelle bouteille d’alcool. J’ai même pas envie de me cacher pour la siffler franchement…

Toujours en faisant bien attention de ne pas me faire entendre, je sors dehors par la porte de la cuisine. Y a une petite brise fraiche qui vient de la mer. Automatiquement j’pense aux cadavres qu’on va devoir brulé et au fait qu’on aura au moins pas l’odeur direction maison… Je soupire et ravale cette boule dans ma gorge avant de reprendre ma route et d’aller rejoindre le bout du ponton. Là, je m’assois et m’ébouriffe un peu les cheveux. Je prends une grande inspiration et me frotte aussi les yeux. Cette clarté me pique un peu, mais ici… je suis seule et face à la mer… j’ai moins l’impression que les murs autour de moi se referment. Je débouche ma bouteille et commence à picoler toute seule comme la loque humaine que j’suis, emmitouflée dans mon plaid.  
Revenir en haut Aller en bas  
Julian Meyers
Julian Meyers
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Sanctuary Point
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 335
Sujet: Re: The aftermath of destruction.   Mar 6 Juil 2021 - 19:57
J’ai été incapable de fermer l’œil de la nuit. L’angoisse sourde qui me rongeait ne m’a quitté que lorsqu’Allegra m’a confirmé qu’Amy allait bien, qu’elle avait juste une épaule démise et qu’il faudrait simplement un peu de repos. Mais l’idée d’avoir pu la perdre, en un battement de cils, sans même savoir où elle était ou ce qu’elle faisait, m’a empêché de dormir. Même une fois tous les blessés soignés, les morts éloignés et le calme plus ou moins revenu dans notre sanctuaire saigné à blanc.

J’ai fait mon tour de garde avant qu’on me renvoie dormir. Et j’ai passé le reste de la nuit à tenir la main d’Amy, incapable de lui dire quoi que ce soit, le regard perdu dans le vague. Au bout d’un moment, j’ai abandonné l’idée de pouvoir dormir et, de peur de finir par la réveiller, j’ai quitté la maison, pour souffler un peu.

Mon regard s’attarde sur la silhouette fantomatique de la remorque entravant le portail, alors que le jour commence à poindre doucement le bout de son nez. Il y a quelqu’un perché dessus, aux aguets. Au moins, si on nous attaque de nouveau, on sera prévenus tout aussi rapidement. Et j’ai un profond soupir alors que je m’adosse contre le mur. Pour voir la silhouette d’Hazel qui quitte les lieux sans bruit, une bouteille à la main. Je devrais probablement la laisser tranquille mais, à dire vrai, j’ai du mal à rester seul avec mes pensées. Et puis, au pire, elle me dira qu’elle ne veut pas de moi. Je soupire à cette pensée, un peu inquiet à l’idée qu’elle s’éloigne comme ça de la maison sans rien dire à personne, surtout après ce qui s’est passé. Mais je la vois qui s’arrête au niveau du ponton et qui commence à boire, alors que le jour s’éclaircit encore un peu plus. J’hésite un instant, me sentant vraiment de trop. Sauf que quelque chose me pousse à m’avancer jusqu’à elle. Difficile de ne pas m’entendre alors que mes pas font craquer le bois. Je vois qu’elle tourne la tête et qu’elle me reconnait, mais elle ne dit rien. Alors, sans un mot, je m’assois à côté d’elle, laissant mes jambes pendre sr le bord du ponton. Je lui lance un regard avant de tendre la main pour attraper la bouteille et boire quelques gorgées. Je grimace avant de lui rendre et je fixe l’horizon, attendant de voir le lever du soleil. J’avoue, je reste pas vraiment combien de temps je reste comme ça, à lui piquer la bouteille de temps à autre. Mais je finis par passer un bras autour de ses épaules, sans vraiment réfléchir. « J’ai eu tellement peur pour toi pendant l’attaque. » Pas pour rien que je l’ai pas perdue de vue durant tout ce temps. Je m’en rends compte que maintenant, alors que, doucement mais surement, le ciel change de couleur.


Life is not about how your survive the storm, It's about how you dance in the rain.
Revenir en haut Aller en bas  
Hazel Parks
Hazel Parks
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Sanctuary Point
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 351
Sujet: Re: The aftermath of destruction.   Mar 6 Juil 2021 - 20:37

J’entends des pas derrière moi sur le ponton et l’espace d’un instant mon cœur rate un battement. Et si c’était Matias qui venait me faire la morale ? Me dire qu’en plus d’avoir bien fait de la merde hier, j’ai l’audace de me bourrer la gueule aujourd’hui ? Je me mords les lèvres, j’ai peur de tourner la tête, mais les pas se rapprochent doucement, faisant craquer le bois des planches du ponton sous leur poids. Je finis par trouver un tout petit peu de courage aller savoir où et quand je regarde par-dessus mon épaule, ce n’est pas mon grand frère que je découvre, mais Julian.

Comme nous tous, il n’a pas l’air bien. Le contraire aurait été étonnant. Amy a été blessé durant l’attaque cette nuit. Rien de grave au final, même si ça ne sera pas une partie de plaisir pour elle prochainement. Je ne peux pas m’imaginer comment son parrain s’est senti. Après leur histoire à tous les deux, les pertes qu’ils ont dû subir, je me souviens qu’il la cherchait paniqué hier. Je sais qu’il n’a pas vraiment quitté son chevet depuis, si ce n’est que pour aider dehors. Je… j’aimerais avoir les mots, mais je ne les aie pas. Je m’en veux de pas savoir lui dire quelque chose, de pas réussir à ouvrir la bouche tant j’ai la gorge sèche.

Il a pas l’air de mal le prendre et vient plutôt s’asseoir à côté de moi. Je m’attendais pas a avoir de la compagnie, je serre un peu le plaid pour pas trop me découvrir. Nos regards se croisent et il tend la main. Je lui passe bien sûr la bouteille. Visiblement on va en avoir besoin tous les deux et je peux pas faire autrement que de partager. Là en silence au bord de l’eau, au bout du ponton qui bouge un tout petit peu au rythme des vaguelettes qui viennent mourir sur nos berges. Le temps passe et on s’échange la liqueur de fruits de temps à autre. L’Alcool commence doucement à faire son effet en ce qui me concerne. Entre les cachets qui font effet qu’à moitié et ça… j’me sens juste un tout petit peu plus anesthésier.

Je sais pas combien de temps on passe comme ça, l’un à côté de l’autre, les yeux rivés sur l’horizon tandis que le soleil commence sa montée. L’eau par endroit devient comme un miroir, reflétant les rayons qui vont réchauffer le matin. C’est finalement le grand blond qui finit par bouger le premier, passant l’un de ses bras autour de mes épaules. Mon cœur fait un grand bond dans ma poitrine et un deuxième quand il brise le silence.

- Désolée. Je sais que… j’ai été plutôt inutile. Dans vos pattes. Je déglutis avec peine avant de regarder mes pieds nus qui trempent dans l’eau depuis un moment. J’ai honte, j’ai le rose aux joues autant pour ça qu’à cause de l’alcool. J’ai vraiment eu peur pour vous tous. Pour toi. Normalement j’aurais peut-être pas prononcé ces derniers mots, mais mon état me permet pas de faire le tri comme je le ferais d’ordinaire. À faire attention à tout ce que je dis. Si j’avais pas eu besoin qu’on vienne autant à ma rescousse, il y aurait sans doute moins de blessés. Vous auriez mieux géré, je vous aurais pas déconcentré.

Je finis par me taire pour ravaler cette boule dans ma gorge. J’ai juste envie de me blottir contre lui, de lui demander à nouveau pardon, de le sentir me prendre dans ses bras… je… Je résiste comme je peux à vrai dire. C’est mieux comme ça. Je suis une sangsue. Je vais prendre tout ce qu’il a à donner et moi en retour je vais juste lui apporter des soucis et des problèmes.

Je sers un peu le goulot de la bouteille dans ma main, avant de le ramener à mes lèvres et d’en prendre une nouvelle gorgée. Vaut mieux que je ravale tout ce bordel qui demande un peu trop à sortir. Faut mieux que j’étouffe ce que je commence un peu à réaliser.
Revenir en haut Aller en bas  
Julian Meyers
Julian Meyers
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Sanctuary Point
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 335
Sujet: Re: The aftermath of destruction.   Mar 6 Juil 2021 - 23:27
Je pensais pas que ça me ferait autant de bien. Juste de rester là, en silence, avec elle. A boire certes et ça, c’est peut-être pas le truc le plus malin du monde après la nuit qu’on vient de passer. Mais au moins, on fait pas ça tout seul dans notre coin. Et j’avoue que j’ai vraiment besoin de me vider la tête, d’oublier cette terreur qui continue de me nouer le ventre à chaque respiration.

Je prends une grande inspiration, profitant du paysage magnifique qu’on a sous les yeux, avant de finir par prononcer quelques mots. « Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes Haz’ ? » Je penche un peu la tête pour l’observer avec plus d’attention, sourcils froncés. « T’as fait ce que t’as pu. On a tous fait ce qu’on a pu. T’aurais pu t’excuser si t’étais restée planquée sous un lit pendant que tout le monde se battait, là d’accord. Ou si t’avais pas bougé d’un pouce une fois dehors. Mais t’as fait de ton mieux. » Je sais bien que ça a pas suffi à sauver Adam et qu’elle s’en veut, je l’ai bien vue à ce moment-là. Mais elle peut pas porter toute la culpabilité du monde à elle toute seule, elle tiendra jamais le coup. Quand elle me dit qu’elle a eu peur pour nous, mais aussi pour moi, j’ai une ombre de sourire et, de ma main libre, je vais effleurer sa joue. « Faut pas t’inquiéter pour moi. J’suis comme les vieilles carnes, je résiste à tout. » Et je vois les gens que j’aime être blessés, mourir, ce genre de trucs. « Et tu sais, avec des si on pourrait mettre j’sais plus quelle ville en bouteille. Si ça se trouve, si j’étais pas venu t’aider, je me serais fait mordre. Ou j’aurais été devant le portail quand il a été défoncé par le pick-up. On sait pas ce qui se serait passé. » Ca aurait pu être tellement pire. Malgré la perte d’Adam, en vérité, on s’en sort pas si mal. Alors ouais, on a des blessés, mais ça reste léger malgré tout. Et ils se remettront. On était pas prêts pour ce qui nous est tombé dessus et va falloir qu’on y réfléchisse sérieusement.

J’ai pas envie de risquer de les perdre une nouvelle fois. Et je prends pleinement conscience de l’attachement que j’ai développé pour chacun des habitants de cet endroit en quelques mois à peine. Bien plus que dans notre ancien groupe. Je parle même pas d’Hazel, elle c’est un cran au-dessus malheureusement. Je finis par prendre une inspiration et j’attrape la bouteille qu’on a bien entamée pour la poser juste à côté de nous. « Hey, regarde-moi. » J’attrape son menton pour le relever un peu et je la fie, le plus sérieusement du monde. « Personne ne t’en veut pour quoi que ce soit. Tu le sais ça ? On a manqué de chance, de préparation. Mais on était pas tous seuls pour affronter ça heureusement. » Sans nos invités du moment, franchement, je sais pas si on s’en serait sortis. Même nos démolisseurs de l’extrême ont réussi à aider pile quand on en avait besoin. « Alors sois pas désolée pour quoi que ce soit. Surtout pas pour ce qui a pu arriver hier soir. » J’effleure son menton du bout du pouce avant de le relâcher et de tâtonner pour récupérer la bouteille. Ouais, boire un coup, c’est une bonne idée ça.


Life is not about how your survive the storm, It's about how you dance in the rain.
Revenir en haut Aller en bas  
Hazel Parks
Hazel Parks
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Sanctuary Point
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 351
Sujet: Re: The aftermath of destruction.   Mer 7 Juil 2021 - 1:40

Julian essaie de me remonter le moral en disant que j’ai pas été une tâche hier. C’est gentil de sa part… Mais j’aime pas qu’on me mente pour que je me sente moins merdique. Ou alors, il croit vraiment ce qu’il me dit et j’aimerais tant me voir au travers de ses yeux… Dans un cas comme dans l’autre, j’ai toujours cette lourdeur au cœur, ce poids immense sur mes épaules qui menace de m’envoyer sous terre constamment. Je repense à tous nos blessés, je repense à Adam qui a rejoint papa sous le saule… J’ai mal, j’ai tellement mal. Je suis responsable dans les deux cas, responsable d’avoir servi à rien, d’avoir agi trop tard, de ne pas avoir été à la hauteur des autres.

Ses doigts effleurent ma joue, alors qu’il me dit de pas m’inquiéter à son sujet. J’aimerais que ces doigts s’attardent plus longtemps dans cette caresse toute simple et je me mords l’intérieur de la joue en y pensant. Faut que j’arrête de trop réfléchir, c’était juste une petite attention pour me rassurer, pour me réconforter et je devrais pas autant en être avide.

J’préfère tourner un peu la tête, éviter le regard du charpentier. Je le braque donc sur mes pieds dans la flotte. L’espace d’un instant, comme une gamine qui croit encore à des trucs qui existent pas, j’espère qu’un monstre viendra m’attraper par les chevilles pour m’emporter dans les profondeurs du bras de mer, pour me faire disparaitre à tout jamais et laisser ma famille en paix, laisser mes nouveaux amis en paix. Rien ne vient bien évidemment.

Mon cœur se serre quand il me dit qu’ils auraient pu être devant le portail lorsque les autres l’ont défoncé. Mon sang se glace dans mes veines à cette possibilité. J’ai pas l’audace de me dire que j’y suis pour quoi que ce soit si ça n’est pas arrivé, mais l’idée que ça aurait pu me noue l’estomac comme jamais. Je sais pas si j’aurai été capable de les aider après un tel accident, capable de supporter la vue de leurs cadavres si jamais...

Je ferme les yeux un petit moment pour reprendre pied dans la réalité. Julian me demande de le regarder, mais j’en ai pas la force. Je sens cependant ses doigts qui soulèvent mon menton pour forcer nos regards à se croiser, tournant mon visage vers le sien.  J’ai du mal à soutenir ses yeux; la honte, la timidité, un intérêt que j’assume pas, que j’essaie d’effacer de mon esprit… et sans trop m’en rendre compte, je retiens mon souffle. Je veux vraiment croire ce qu’il me dit, j’ai besoin d’y croire. Son pouce effleure mon menton, avant qu’il ne me relâche et s’occupe de la bouteille à nouveau.

Moi je me remets à respirer et c’est que là que je me rends compte que j’avais arrêté. Quelle idiote j’fais… Je serre un peu le plaid qui glisse sur mes épaules et quand Julian a terminé avec la bouteille, je m’en resserre une grande gorgée moi aussi.

- Merci. Pour les mots, pour sa présence, pour le réconfort qu’il m’apporte. C’est pas une bonne idée de boire à cette heure j’suppose, mais au moins j’suis pas toute seule. Je tente un peu d’humour pour détendre l’atmosphère et détourner un peu son attention de sur ma culpabilité monstre. Comment tu vas toi ? Amy s’est endormie ?

J’espère qu’il s’est rien fait. Qu’il l’a dit s’il s’est blessé. Peut-être qu’il ne veut pas qu’on s’inquiète davantage ? Cette idée-là me vrille le crâne dans tous les sens…

- Tu t’es pas blessé ? T’es certain ?

Je relève mes yeux noirs pour les plonger dans ses iris verts. Verts comme j’en aie rarement vu. Une couleur si vibrante et définie, où par moment on pourrait presque distinguer quelques paillettes d’or. Je décide de reporter mon attention sur la bouteille et la rattrape à nouveau de ma main libre ne retenant pas le plaid. Je la porte à mes lèvres et décide d’en vider encore quelques centilitres. Vaut mieux ça et endormir ma tête en ce moment…
Revenir en haut Aller en bas  
Julian Meyers
Julian Meyers
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Sanctuary Point
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 335
Sujet: Re: The aftermath of destruction.   Mer 7 Juil 2021 - 9:26
J’ai un vieux doute sur le fait qu’elle écoute réellement ce que je lui dis. Mais je peux décemment pas lui laisser croire qu’elle a la moindre part de responsabilité dans ce qui nous est tombé dessus cette nuit. Sauf que je sais qu’elle se sent mal, comme nous tous. Et qu’elle va probablement en tirer les pires conclusions. Alors je lui parle, j’essaie de trouver les mots, même si je suis pas vraiment le plus adroit sur ce coup-là. Parce que j’ai eu tellement peur pour elle, pour Amy, pour les autres, que je me sens pas légitime à jouer au gars qui prend les choses avec du recul. Encore moins avec une nuit blanche dans les pattes.

… et encore moins avec cette envie de l’embrasser et de la prendre dans mes bras. J’ai l’impression de me perdre dans ce regard tellement triste à chaque fois que nos yeux se croisent et que mon cœur rate un battement. Déjà en temps normal, j’ai du mal à gérer mais là, c’est encore pire. J’aurais probablement dû faire demi-tour, parce que là, ça sent la connerie à des kilomètres. Sans compter l’alcool qui commence déjà taper. Je suis plus habitué à boire autant, à jeun et sans avoir dormi.

J’ai quand même un sourire quand elle me remercie, avant de loucher sur la bouteille qu’on a vidée aux deux tiers à nous tous seuls. Et je grimace à sa remarque. « Non, c’est pas une bonne idée. Mais après la nuit qu’on a passée, tout est bon à prendre pour arriver à souffler un peu. Tu crois pas ? Et puis, on est deux, on se surveille mutuellement. » Un truc du genre. « Tant que tu m’obliges pas à sauter à l’eau pour aller te récupérer, ça devrait aller. » Et elle me demande de nouveau comment je vais. « Amy s’est endormie oui. J’ai eu du mal à la lâcher, mais je suis dit qu’à la longue, j’allais la réveiller. »

Et quand son regard accroche de nouveau le mien, autant dire que là, c’est le trou noir. Genre vraiment. Je me sens incapable d’aligner deux pensées cohérentes et je suis tout aussi incapable de détacher mon regard d’elle. C’est comme si, l’espace d’une seconde, plus rien d’autre n’avait d’importance. Et je serais bien incapable de dire si je suis soulagé ou déçu qu’elle finisse par reporter son attention sur autre chose.

Okay, je suis déçu.

Mais j’ai pas dit non plus que j’étais cohérent.

Je déglutis et j’essaie de remettre mon cerveau en état de marche. Avec l’alcool, autant dire que c’est laborieux. « J’ai pas de blessures. J’ai jamais de blessures. Je passe mon temps à voir les gens tomber autour de moi et j’ai jamais rien. » Je me rends même pas compte de l’amertume qui transparait dans ma voix et je reprends, sans même réfléchir. « J’ai cru que j’allais perdre Amy hier. » Pour la peine, je lui reprends la bouteille et je bois avant de souffler, dans un murmure. « C’est ma fille Haz’. Elle est pas au courant. Personne est au courant. » Ceux qui l’étaient sont morts. « Et je me suis dit que si ça se trouve, elle allait mourir sans que je puisse lui dire. » Je finis par relever les yeux vers elle, remarquant que son plaid a glissé et qu’elle a un débardeur en soie qui couvre… pas grand-chose. Là encore, mon cerveau semble décidé à se faire la malle. « Et quand le rôdeur s’est attaqué à toi… je… » Je fronce les sourcils, incapable de trouver mes mots. Pour aller chercher ses lèvres des miennes. C’est stupide, je sais. Au pire, je pourrais dire que l’alcool m’a fait faire une connerie si elle me repousse non ?


Life is not about how your survive the storm, It's about how you dance in the rain.
Revenir en haut Aller en bas  
Hazel Parks
Hazel Parks
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Sanctuary Point
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 351
Sujet: Re: The aftermath of destruction.   Mer 7 Juil 2021 - 20:50

J’ai cet engourdissement agréable que me procure l’alcool. Enfin. J’ai rien mangé ni but de la nuit, j’ai avaler trois cachets périmés et enfin… Ce que j’ingurgite commence à faire effet comme il fait. Non, c’est vraiment la pire idée qu’on ait eu Julian et moi, de boire autant. Encore que, si lui a été plus sage que moi et a mangé un truc, c’est moins grave… Sauf que j’en doute un petit peu, juste de voir combien il est inquiet pour Amy, à quel point même s’il la sait dans la maison voisine, il a l’air de s’en faire.

J’hoche de la tête quand il dit qu’il a jamais rien et que c’est tous ceux qui l’entourent qui tombent toujours. J’ai pas perdu autant de gens que lui, mais il peut pas savoir à quel point je compatis. Ça serait sans doute mal venu que j’lui dise que j’me sens comme lui, ce serait un peu l’insulter que de le comparer à la nana la plus pathétique du coin. Je pince les lèvres alors, pour m’empêcher de déblatérer des conneries, mais j’hoche de la tête au moins, à défaut de le serrer contre moi pour le réconforter un peu. C’est que… c’est… différent. Enfin, ça l’est devenu. Je sais pas quand ni comment, mais voilà. Je refuse d’aller dans ce coin-là de mon crâne. Vaut mieux que j’évite d’être aussi tactile que d’hab c’est tout. Je laisse la bouteille à Julian, toujours en me forçant dans cette contemplation de mes pieds sous l’eau.

Je relève le nez par contre quand il me fait une confidence et non pas des moindres. Je pense que mon cerveau à une crampe sur le moment. Je me pose bien trop de questions d’un coup et j’arrive plus à suivre mon esprit affecté par les vapeurs d’alcool. J’dois avoir l’air complètement idiote, à le regarder la bouche entre ouverte comme si j’allais dire quelque chose, mais heureusement les mots ne franchissent pas mes lèvres. Je crois pas que c’est le moment de lui demander comment ça se fait ? De lui dire qu’il faut absolument qu’il parle avec sa filleu… sa fille. Faut qu’elle sache, elle a le droit, surtout en pensant qu’elle a perdu tout le monde sauf son parrain. Qui est en fait son père. Woah, je commence un peu à m’embrouiller moi-même. Faut que je lâche le morceau… Je pense pas que le grand blond ou moi-même on soit vraiment en état d’avoir cette discussion. Nos regards se croisent à nouveau tandis qu’il reparle du rôdeur qui a essayé de faire de moi son quatre heure… Sans lui et Chad, je serais à côté de mon père à l’heure qu’il est, sous le grand saule pleureur.

Faut que je le remercie encore, que je le rassure que tout va bien, je veux pas qu’il s’inquiète pour moi, je mérite pas… Je…

Je le vois pas venir. Une seconde on parle et l’autre d’après ses lèvres se colle aux miennes. C’est le vide intersidéral dans ma tête. Mon cœur rate un battement et j’ai ce nœud de barbelés qui s’agite dans mon estomac. J’ai l’impression d’être dans un manège lors de la première chute des wagons. Mon cœur se met à battre avec bien trop de force, au point où ça m’en fait presque un peu mal. J’devrais le repousser, pour son propre bien. Il faut pas qu’il s’approche de moi comme ça. J’suis… j’suis mauvaise pour la santé.

Et pourtant.
Je suis faible. Je me hais pour ça. Au lieu de briser cette proximité, je m’enfonce dedans un peu plus, je me colle à lui, m’accroche à son cou pour lui rendre ses baisers.

Il y a tellement longtemps qu’on m’a pas embrassé.

C’est doux, c’est entêtant, c’est enivrant. Je suis plus au contrôle des commandes, honnêtement. Entre la fatigue, les émotions fortes et l’alcool. Je me perds dans le moment. Cette pause du monde qui nous entoure tandis que nos souffles se mélangent et que le piquant de sa barbe m’érafle doucement le visage.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: The aftermath of destruction.   
Revenir en haut Aller en bas  
- The aftermath of destruction. -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: