The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-50%
Le deal à ne pas rater :
Calendrier de l’Avent Funko Pop Harry Potter 2021 à -50%
30 € 60 €
Voir le deal

Lovely
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Calypso Ziegler
Calypso Ziegler
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 127
Sujet: Lovely    Mar 15 Juin 2021 - 22:23

Ce fût le regard vide d'Alice qui la tira de son cauchemar, se relevant d'un bond dans son lit, la respiration haletante. Ces rêves n'en finissaient plus depuis son retour, alors qu'elle réalisait doucement qu'elle n'était plus dans les ruines de ce laboratoire au Canada mais bel et bien dans son lit. Loin de toute cette folie, de ce scientifique devenu fou, et de l'agonie impuissante de la motarde. Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis leur retour, et pourtant... C'était comme revivre l'épisode des Skagit. A force de se concentrer sur tout autre chose la journée, son cerveau lui jouait des tours dès l'instant ou elle parvenait à effleurer le sommeil de bout des doigts. Les songes devenaient sombres, constants, et cauchemardesques. La ramenant à chaque fois à cet instant précis ou elle n'avait rien pu faire. Et si d'apparence, elle semblait encaisser ce retour relativement bien, la vérité était tout autre. Chaque instant ou son cerveau n'était pas occupé à travailler se retrouvait accaparé par les visions du Canada, de leur entrée dans ces ruines à la sortie catastrophique qu'ils avaient tous vécu dans une tension sans précédents.

A la recherche d'un souffle plus calme alors qu'elle venait instinctivement ramener ses genoux contre elle, inspirant profondément pour se calmer. Sans succès. Un sanglot déchira sa gorge alors qu'elle tentait de le taire, la gorge serrée par cette émotion qui la prenait à chaque fois au coeur au moment de ces réveils paniqués. La sueur froide qui glissait dans son dos n'était pas synonyme de nuit paisible, et la chamade interrompu de son coeur n'aidait en rien à retrouver ses esprits comme elle l'aurait aimé. Peine perdue.

Rejetant les draps qui couvraient son corps pour se lever d'un pas titubant, errant encore entre cauchemar et réalité à la recherche d'un peu d'eau pour rafraîchir ses idées et sa peau. Rester dans son lit à sangloter n'aiderait en rien à aller mieux après tout, n'est-ce pas ?
Et si parfois, elle songeait à en parler à Fried, elle s'y refusait inlassablement. Leur dernier échange avait été trop douloureux, pour qu'elle puisse oser se confier à lui comme à une époque ou pourtant, il avait pourtant su si bien l'écouter. Apprécier leur échange, jusqu'à ce baiser auquel elle s'interdisait à nouveau de songer plus d'une demi seconde. Ramenant ses boucles vers l'arrière de sa tête alors qu'elle se saisissait d'une bouteille d'eau laissée sur le petit bureau de sa chambre pour en boire quelques gorgées, inspirant à nouveau avec lenteur pour inciter sa respiration à se calmer petit à petit.

Du moins l'aurait-elle pu, si il n'y avait pas eu cette porte grinçante qui laissait entendre que quelqu'un rentrait dans sa chambre au moment ou elle se laissait à nouveau tomber sur le lit. Relevant son regard habitué à la pénombre d'un air paniqué pour deviner la silhouette de Fried, alors qu'elle ramenait contre ses épaules le kimono abandonné au pied de son lit pour couvrir le débardeur fin qui lui servait de vêtement de nuit. Nul doute qu'elle devait être belle comme ça, songea t-elle amèrement. Les yeux rougis par les larmes, avec la tête de celle qui enchaîne les nuits blanches depuis un peu trop longtemps pour être un signe de bonne santé.

Je ne vous ai pas entendu arriver. lâche t-elle en guise d'accueil, pinçant légèrement les lèvres pour serrer la ceinture à sa taille et se lever du lit pour lui faire face. Comme si de rien n'était, peu désireuse de parler plus longtemps de ces horreurs qui venaient encore la hanter dans ses nuits.



haunted by ghost
I am not the only traveler, Who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, Take me back to the night we met. (c) anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas  
Friedrich W. Eden
Friedrich W. Eden
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Severus Rogue
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 423
Sujet: Re: Lovely    Mar 22 Juin 2021 - 17:30
Cette mission au Canada n’avait pas tout à fait tourné comme il se l’était imaginé. Ressortir après ces mois d’enfermement – voir années, car cela faisait bien deux ans qu’il n’avait plus pris part à aucune expédition, à cause du vaccin – avait finalement éprouvé ses nerfs, et pas que les siens. L’épuisement était venu le cueillir à peine le pied posé sur le tarmac de Fort Ward. Sa blessure à la jambe avait été prise en charge, mais étant sans gravité il avait rapidement pu rentrer chez lui et retrouver le confort de son lit. C’était du moins ce dont il rêvait depuis qu’ils étaient partis mais, la réalité était tout autre.

Ses nuits n’avaient pas le repos qu’il espérait. Le silence de la maison – et ce, malgré la présence de Calypso dans ces murs – n’avait rien de rassurant, ni même d’accueillant. Ce qu’ils avaient découvert là-bas, les épreuves traversées venaient hanter ces moments où il espérait encore trouver le sommeil. Mais quand il fermait les yeux, il pensait à ce mort trop bien conservé, à toutes ces écritures gravées sur les murs, et dans tout ça, le visage d’Alice qui ressurgissait. Alors il ne dormait pas, tout simplement. Il écrivait, jusque tard la nuit, fixait le plafond jusqu’à ce que l’épuisement soit si total qu’il parvient à sombrer pour quelques petites heures. Le silence de la maison l’étourdissait. Enfin, jusqu’à ce que ça commence.

Depuis plusieurs nuits déjà, il l’entendait crier. Puis il l’entendait marcher dans la chambre à l’autre bout du pallier. La maison était petite et ancienne, les planches craquaient et ce malgré ses efforts pour être discrète mais, les sens en émoi de l’autrichien ne pouvait les manquer. Parfois, elle parvenait à se rendormir – du moins, le supposait-il – mais d’autres, il pouvait l’entendre crier, une nouvelle fois. Il regrettait qu’elle soit venue avec lui, là-bas. Peut-être sa présence n’était pas nécessaire ? C’était un mensonge. Mais il aurait voulu lui épargner tout ça.

Cette nuit encore, il est tiré de ses songes par un cri strident qui fait sursauter son cœur et qui le redresse sur son coude, le regard ensommeillé fixé sur la porte. Il finit par se laisser retomber sur le matelas dans un soupir quand les cris cessent enfin. Elle est réveillée – la planche aux pieds de son lit grince alors qu’elle se lève. Son état le torture, en réalité. Et elle ne semble pas vouloir en parler – ou lui parler, en particulier. Il sait qu’il a fauté, que cette intimité perdue, cette bulle qu’ils avaient tissée ensemble c’était lui qui l’avait faite explosée. Elle lui manquait. Surtout en cette heure où il ressentait le besoin de lui parler. Il s’inquiétait aussi pour elle, désireux de l’aider autant qu’il désirait qu’elle l’apaise. Mais pouvait-il, seulement ? Accepterait-elle ?

Il n’en était pas sûr. Pourtant, cette nuit-là, il décida de ne pas se rendormir et de ne plus ignorer sa détresse. Son cœur s’accéléra un peu, alors qu’il avait pris la décision de rabattre son drap pour de se lever et se diriger vers la porte. Dans le couloir, il hésita encore – et si elle s’était rendormie ? Non, probablement pas. A sa porte, il n’arrivait pas à décider s’il devait frapper ou entrer. Il s’arrêta pour écouter ses pas sur le plancher de bois. Enième soupire alors qu’il se rend compte qu’il retenait sa respiration jusqu’ici, avant qu’il ne se décide à pousser la porte de la chambre.

Calypso était assise sur son lit, les épaules dénudées et les cheveux en bataille. S’il n’y avait eu ses yeux rougis par les larmes et la moue pincée à ses lèvres, il aurait pu croire qu’il la réveillait à peine. Elle était belle, oui. Mais également fragile et épuisée. Lui-même baissa le regard avec pudeur alors qu’elle se penche pour récupérer son kimono qu’elle pose sur ses épaules pour se couvrir. L’homme n’a même pas fait attention à sa tenue, vêtu d’un simple short de pyjama, rien d’autre ne l’habillait. Il ne la regarde à nouveau que quand elle s’adresse à lui, un peu sèchement. Lui décide de rester dans l’embrasure de la porte, peu désireux d’avancer plus loin, plus près d’elle – elle l’intimidait. « Je… Je suis désolé. Je voulais voir si vous… si vous alliez bien. » Se justifia-t-il, tout doucement. Ses insomnies ne lui laissaient pas bonne mine, lui non plus. « Je vous ai entendu crier et je… Je suis venu voir si je pouvais… Faire quelque chose. » Parce que ce n’était pas la première fois, et qu’à force il se sentait démuni. Parce que peut-être pourraient-ils s’aider, un peu ? Était-ce seulement possible, de revenir comme avant ? A ce point précis où tous les deux assis dans le laboratoire, ils s’étaient soutenus mutuellement pendant que dans un autre bâtiment de Fort Ward, les leurs offraient à diner le poison qu’ils avaient eux-mêmes concocté ?



( crawling back to you )
i die everytime you walk away, don't leave me alone with me, see, i'm afraid of the darkness, and my demons, and the voices – see nothing's gonna be okay.


Revenir en haut Aller en bas  
Calypso Ziegler
Calypso Ziegler
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 127
Sujet: Re: Lovely    Jeu 24 Juin 2021 - 22:57

Son regard est résolument baissé, profitant de l'obscurité en espérant masquer les rougeurs de son regard. Bras croisés contre sa poitrine avant de réaliser que lui aussi n'est pas si couvert que ça, l'incitant à rester d'avantage concentrée encore sur les froissures des draps avant qu'il ne reprenne la parole. Assurant avec douceur qu'il voulait s'assurer qu'elle allait bien, précisant qu'il l'avait entendu crier au moment même ou elle s'apprêtait à assurer que c'était le cas.

Le silence qui en suivit en disait certainement long sur ses ressentis mais ... Qu'importait ? Pouvait-elle réellement continuer à faire semblant ? Après ce qu'ils avaient enduré la bas, elle en doutait fortement. Son esprit en tout cas s'effritait, lassé de construire chaque jour des barrières supplémentaires pour masquer sa douleur et sa peine. Quand à faire quelque chose... Elle ne peut pas s'empêcher de soupirer, venant glisser une main dans ses cheveux pour les ramener à l'arrière de sa tête, résolument décidée à éviter ce regard qui saurait la mettre à nue sur les émotions qui la saccageaient de l'intérieur.

Il faut laisser le temps au temps, je suppose... finit-elle pourtant par dire d'un air fataliste, tout en sachant que les choses étaient plus difficiles à faire qu'à évoquer. Je ne pensais pas vous avoir réveillé, je m'en excuse. rajoute t-elle avec un fond de sincérité, venant enfoncer ses mains dans les poches du kimono. C'était... Un mauvais rêve. Allaient-ils vraiment rester à se toiser de la sorte dans sa chambre ? Sans réussir à se parler ? Ca serait sans doute le pire scénario possible. Alors, elle tente.

Est-ce que votre jambe va mieux ? elle s'enquit même avec une pointe d'inquiétude qu'elle essaie pourtant de cacher de toute ses forces. Encore trop blessée par la présence de Hannah, cette manière qu'il avait eu de lui parler comme à une inconnue, qui désormais la laissait désarmée et perdue face à cette réaction qui semblait pourtant si proche de ce qu'ils avaient été un temps, avant ce baiser. Et pourtant... Il lui manquait. Ca n'était pas par vague, c'était constant. Chaque fois que son regard se posait sur sa silhouette n'aidait en rien à se détacher, comme elle aurait pourtant dû le faire. Venant passer une main gênée contre sa nuque avant de reprendre à l'attention du scientifique avec cette mesure qu'elle s'acharnait à travailler depuis son entrée dans la pièce.

Je vais bien Fried. Vraiment. Son regard se relevant finalement dans le sien, au risque de se trahir entièrement. S'interdisant de prendre le risque de se noyer dans ce regard bleu qui devait pourtant déjà savoir à quel point elle était mauvaise menteuse.

C'est juste que ... les choses auraient été tellement plus simples, s'il n'y avait pas eu Hannah. Cette distance qui s'était installé avec une aisance déconcertante, ces silences longs quand ils restaient dans la même pièce plus de quelques minutes. J'ai encore un peu de mal à oublier le Canada. Et Alice.

Surtout Alice. Le bruit mat du couteau qui s'enfonce dans son crâne, le regard vide. Ses hallucinations concernant cette femme que personne ne connaissait, l'incapacité à l'empêcher de rejoindre un monde dont elle ignorait tout. Le rire démentiel de cet homme qu'ils avaient ramené en vie, alors qu'il aurait mérité un sort pire que la mort. Comprenant l'importance capitale de ce qu'il pouvait finalement leur transmettre, mais il n'empêchait. Alice n'était plus, et lui continuait d'être là. Et y repenser l'incita à fermer les yeux pour empêcher l'afflux de larmes de venir briller dans ses yeux.

Et vous ? Il n'y avait pas eu qu'elle, ce jour là. Et toute blessée qu'elle puisse être, il n'empêchait. L'état de Fried l'importait toujours autant...


haunted by ghost
I am not the only traveler, Who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, Take me back to the night we met. (c) anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas  
Friedrich W. Eden
Friedrich W. Eden
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Severus Rogue
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 423
Sujet: Re: Lovely    Dim 27 Juin 2021 - 12:41
Le regard fuyant, l’obscurité de la chambre semblait leur offrir le couvert qu’ils cherchaient pour ne pas s’affronter. Il n’y avait qu’un mince rayon lunaire pour leur permettre de distinguer leur silhouette, mais nulle couleur venant trahir la gêne sur leurs joues. Juste l’opalescence de la lune pour marquer la peau blanche de Calypso quand elle passa devant la fenêtre pour faire quelques pas dans sa direction. Elle resta à distance de lui, à cause de ce mur dressé entre eux dont il était le seul responsable. Nié ses cauchemars ne lui était plus possible et après un court silence, elle se rendit. Il faut laisser le temps au temps, je suppose.... Il releva les yeux vers elle, pour l’observer pendant qu’elle continuait. « Ne vous excusez pas… » Répondit-il, doucement. « Je ne dors pas beaucoup, de toute façon. » La gêne entre les deux adultes est presque palpable, le désir de se rapprocher l’un de l’autre aussi, d’une certaine façon. Allaient-ils réussir à briser un peu la glace ?

Sa jambe. Il l’avait presqu’oubliée. Il baissa les yeux sur son mollet encore bandé, la lame avait traversé le muscle sans faire d’autres dégâts. Il lui faudrait probablement du temps pour marcher sans douleur, mais ; il avait eu de la chance, d’après Jacqueline qui s’était occupée de lui à son retour. Ç’aurait pu être pire. Il n’avait pas pu s’empêcher de se rappeler du sort d’Alice, en passant. « Oh… Mieux, ce n’est rien de vraiment grave. » Lui répondit-il, avant de relever les yeux vers elle, de chercher son regard. C’était plus fort que lui ; elle lui manquait. Leur bulle lui manquait, surtout maintenant sous le couvert de la nuit. Ils étaient un peu comme hors du temps à cette heure tardive, non ?

Elle fait encore ce geste, celui qui trahit son malaise, alors qu’elle passe une main derrière sa nuque pour décoller sa chevelure de sa peau. Les nuits étaient chaudes déjà. Mais il avait repéré ce tic gestuel qu’elle avait quand elle n’était pas sereine. Elle reprend à nouveau la parole dans une tentative peu convaincante de le rassurer. « Je sais bien. » Répondit-il, d’abord. Lui aussi se souvenait avec trop de précision du rire délirant de la jeune femme, de la peur qu’elle leur avait fait en braquant son arme vers Calypso. Il sentait encore sous ses doigts son pouls filant, incapables qu’ils étaient à pouvoir lui venir en aide. Et puis le sang poisseux qui avait coulé sur ses mains quand il avait pris soin que jamais, elle ne se relève en un de ces monstres assoiffés de chair. Le souvenir était encore traumatisant, et vif dans sa tête.

Et puis elle lui demande, alors qu’il s’était perdu comme elle dans le souvenir douloureux de ce genre. Il a une brève inspiration, bloquant son souffle un court instant avant de soupirer. « Je… ça va. » Mensonge. « Enfin, autant que vous je présume. » Là, on s’approchait un peu plus de la vérité. Il hésita ensuite, avant de finalement faire quelques pas dans sa direction, entrant finalement dans la chambre, la porte toujours entrouverte. Il voulait s’approcher d’elle et ce faisant, il aperçut les larmes retenues au fond des prunelles de la scientifique. Son cœur se serra dans sa poitrine. Qu’est-ce qui le retenait encore ? Qu’est-ce qui l’empêchait ? La certitude de faire plus de mal encore, sans doute. « Calypso je… » Commença-t-il, sans trop savoir où il allait réellement. « On peut… On peut peut-être oublier, juste cette nuit, ce qu’il s’est passé je… Je n’aime pas vous voir comme ça. » Dit-il, en faisant référence à eux, et non au Canada. Sa main se tendit en direction de la sienne pour l’inviter à la prendre. Lui-même était désarmé, face à elle, face aux souvenirs douloureux de cette expédition. La chaleur de sa main contre la sienne serait une bien maigre consolation, mais il avait besoin de ce contact, il espérait vraiment qu’elle accepterait. « Nous ne sommes pas obligés d’être seul pour affronter… tout ça. » Ajoute-t-il, doucement, la main toujours tendue dans sa direction.



( crawling back to you )
i die everytime you walk away, don't leave me alone with me, see, i'm afraid of the darkness, and my demons, and the voices – see nothing's gonna be okay.


Revenir en haut Aller en bas  
Calypso Ziegler
Calypso Ziegler
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 127
Sujet: Re: Lovely    Jeu 22 Juil 2021 - 17:20

Bien sûr que sa blessure à la jambe n'était rien de grave. Mais comme à chaque fois qu'elle se sentait gênée, elle ne pouvait pas s'empêcher de trouver tous les moyens possibles pour changer de sujet. Ne pas croiser ce regard qui la déstabilisait en quelques secondes. Evoquer une blessure en voie de guérison avait quelque chose de plus réconfortant que le départ d'Alice, et de ces yeux grands ouverts sur l'éternité. Se contentant d'une esquisse de sourire à sa remarque, alors qu'il laissait entendre qu'il n'allait pas mieux qu'elle.

Ca finit toujours par passer de toute manière... Vous le savez aussi bien que moi.

Même si dans l'instant, tout semblait si difficile. Son regard tombant à nouveau sur les draps froissés, incapable de trouver quoi dire pour relancer une conversation qu'elle appréhendait. Leurs relations n'étaient plus au beau fixe, et Fried l'avait suffisamment deviner blessée, pour pouvoir la voir à nouveau au fond du gouffre. Elle savait être forte, pourtant. Mais là... C'était à croire que la nuit ne faisait qu'exacerber ses doutes et angoisses.

Ce fût le son de sa voix qui lui fit relever les yeux dans sa direction, alors qu'il prenait la parole le premier. Les larmes brillant toujours au fond de son regard alors qu'il semblait proposer une courte trêve, au moins le temps que les blessures ne se cicatrisent un peu. L'observant avec ces milles et une questions qui les concernaient, et qu'elle n'osait aborder avec lui, hésitante. Sa main vint se tendre dans sa direction alors qu'il rajoutait qu'ils n'étaient pas obligés d'être seuls.

Pourtant, elle ne s'était jamais sentie autant ancrée dans sa propre solitude que depuis ce refus à son égard. Venant se mordre la lèvre un bref instant pour s'interdire de le souligner, de rappeler à quel point le regard victorieux de cette femme dans leur cuisine avait pu lui percer le coeur, songeant une minute à refuser cette main tendue. Et pourtant... N'y avait-il pas au fond d'elle une envie presque viscérale, que de le voir revenir un peu vers elle ? Ne serait-ce que pour apaiser un peu l'étouffement constant qu'elle ressentait quand ils se retrouvaient tous deux seuls dans cette maison qui lui semblait aussi immense que le vide de son coeur depuis l'expédition au Canada ?

Les secondes défilèrent alors qu'enfin, ce fût à son tour de tendre la main. Presque méfiante avant de venir s'ancrer dans la sienne avec une infinie douceur, son regard venant s'ancrer au sien au même titre qu'un noyé crevant la surface des vagues à la recherche d'un oxygène salvateur.

D'accord. souffla t-elle dans un murmure que lui seul put entendre, exerçant une légère pression pour l'inciter à venir s'asseoir sur le matelas qu'elle avait finalement rejoint à son tour. Sans doute un peu emprunté, au vu de leur tenue loin d'être conventionnelle pour une discussion sérieuse. S'assurant que le noeud de son kimono tenait bien en place pour ne pas dévoiler le tissu fin de ses vêtement de nuit, avant de reprendre a son attention en venant passer une main dans ses boucles blondes.

Au vu de l'heure, ne m'en voulez pas de ne pas vous proposer de café... lance t-elle sur un ton qui se veut amusé, bien que le coeur n'y soit pas. Se perdant à nouveau dans son regard avant de le quitter pour fixer le mur de la chambre, hésitant sur la marche à suivre avant que ses mots ne glissent sur ses lèvres par automatisme.

Je n'arrive pas à oublier sa mort. lâche t-elle finalement en évoquant Alice sans réussir à prononcer son prénom. Pinçant les lèvres, chassant de son esprit ces yeux clairs au fond desquels ne brillait plus l'étincelle de vie. J'aurai dû faire quelque chose, n'importe quoi. Pas seulement la regarder paniquer et mourir de la sorte, je ... les mots vinrent s'étrangler dans sa gorge alors qu'elle devinait un sanglot, cessant de parler pour l'empêcher de se faire entendre. Essuyant nerveusement ses yeux auxquels avaient déjà commencé à perler les larmes qu'elle s'efforçait de retenir mais que la fatigue empêchait de rester à leur place.

Je suis juste très fatiguée. Lâche t-elle dans un rire qui n'a pourtant rien de joyeux, fuyant son regard au même titre que son jugement.


haunted by ghost
I am not the only traveler, Who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, Take me back to the night we met. (c) anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas  
Friedrich W. Eden
Friedrich W. Eden
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Severus Rogue
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 423
Sujet: Re: Lovely    Ven 23 Juil 2021 - 16:09
Le temps semblait se suspendre alors que la scientifique l’observait avec ses grands yeux tristes et perdus. Semblant mesurer le pour et le contre de cette invitation, les risques qu’elle prenait ou tout simplement l’envie qu’elle avait de lui accorder ce contact qu’il ne méritait pas pour avoir transformé un premier baiser en un souvenir douloureux. Pourquoi lui ferait-elle ce cadeau d’ailleurs ? Après la façon dont il s’était comporté avec elle, après qu’elle l’ait découvert à moitié habillé dans la cuisine, accompagné d’une blonde qui lui ressemblait outrageusement. Plus blonde, plus jeune, … Mais sans saveur, sans intelligence, sans l’éclat qui caractérisait Calypso et qui la rendait si spéciale à ses yeux. L’insulte qu’il lui avait faite était sans nom, il se sentait coupable et honteux d’une attitude aussi minable, alors oui, pourquoi accepterait-elle finalement ?

Il était sur le point de reprendre sa main, de s’excuser et de disparaître quand elle finit par accepter, et glisser sa main contre la sienne. Il est tout autant surpris que rassuré par la chaleur de sa paume. Sa mâchoire se crispe une seconde - sous le coup de l’émotion cette fois-ci, qu’il contient. D’accord, souffle-t-elle, juste pour lui. A son tour, ses prunelles brillaient un peu. Il se sentait comme un enfant pris en faute à qui on accordait une seconde chance. Aussi grand qu’il était, du haut de son mètre quatre-vingt-huit, Friedrich se sentait tout petit à ses côtés. Elle l’attire un peu vers elle et l’invite à la suivre jusqu’à son lit pour venir s'asseoir sur le bord. Un peu gauche, il replie sa silhouette longiligne pour se faire une place à côté d’elle, laissant un silence un peu troublé s’installer entre eux. Il peut la voir du coin de l'œil, resserrer la ceinture de son kimono qui la couvre et se rend compte, un peu gêné lui aussi, du peu de décence de sa tenue.

Elle tente alors de briser la glace, et il esquisse un pauvre sourire en guise de réponse. Tout comme elle, le cœur n’y était pas vraiment. Entre ses démons et le malaise qu’il ressentait ici, à s’imposer auprès d’elle, l’autrichien ne savait pas comment détendre l’atmosphère. Son regard croise le sien à nouveau, c’est fou comme il a du mal à s’en détacher, tant il a envie de s’y perdre et de la ramener tout contre lui. Surtout quand elle le regarde ainsi, avec tant de tristesse dans ses yeux clairs. Et puis enfin, elle se lance, lui parle de ce qui l’empêche de dormir - sa détresse faisant écho à la sienne.

« Moi non plus, je n’oublierai pas. » Elle s’excuse, se dit fatiguée et à fleur de peau. Il n’y a pourtant pas de quoi s’excuser, et toutes les raisons du monde pour ne pas être bien ce soir. Alors il se permet un contact qu’elle lui a déjà accordé, venant poser sa main sur la sienne, entrelaçant ses doigts aux siens, dans un geste de réconfort. « Vous n’auriez rien pu faire de plus, vous le savez. » Lui dit-il, alors, en recherchant à nouveau son regard. « C’est différent de ce qu’on a l’habitude de faire ici, au laboratoire. » Parce que ce n’était pas la première fois qu’ils voyaient quelqu’un mourir, les cobayes qu’ils abritaient dans les sous-sols du laboratoire n’étaient pas destinés à survivre plus longtemps aux tests qu’ils leur infligeaient. Mais il était plus facile de s’en détacher et de prendre de la distance. Ils s'abîmaient toujours un peu, dans l'exercice mais… Voir une des leurs s’éteindre sous leurs yeux, sans qu’ils ne puissent rien y faire, impuissant face à la sauvagerie d’un homme à l’esprit dérangé avec lequel ils avaient pourtant dû composer pour apprendre et faire évoluer leur vaccin, c’était tout autre chose. Si Friedrich reste droit et froid, il en était tout autant bouleversé qu’elle.

« Vous devriez essayer de vous reposer. Je peux rester un peu, si vous voulez ? » Suggère-t-il, en distinguant un peu trop clairement les cernes sous ses yeux bleus, et la fatigue qui la rendait aussi fragile. Il avait envie de la prendre dans ses bras. L’instinct de protection qu’il ressentait pour elle en cet instant était puissant, mais il ne se le permettrait pas. Seul restait sa main, enlaçant la sienne délicatement.



( crawling back to you )
i die everytime you walk away, don't leave me alone with me, see, i'm afraid of the darkness, and my demons, and the voices – see nothing's gonna be okay.


Revenir en haut Aller en bas  
Calypso Ziegler
Calypso Ziegler
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 127
Sujet: Re: Lovely    Lun 30 Aoû 2021 - 22:36

Lui non plus n'oublierait pas. Ses lèvres se pincent en l'écoutant l'admettre, retenant un frisson quand ses doigts viennent se lier aux siens. Son regard ancré sur ce geste affectueux, relevant brièvement le regard vers lui alors qu'il reprend la parole.Peut-être qu'elle n'aurait rien pu faire de mieux, oui. Mais il y aurait toujours ce doute insidieux dans sa poitrine, alors qu'elle hausse les épaules, abattue. Alice n'était plus de ce monde de toute manière, et elle n'avait aucun moyen de remonter le temps pour empêcher certaines choses...

C'est différent oui.. Admet-elle du bout des lèvres, venant ramener une boucle qui glisse le long de sa nuque en relevant les yeux dans les siens. Alice... Elle n'aurait pas dû payer de sa vie cette expédition. Et les mots qu'elle prononçait... Ils me hantent . Elle ne pouvait s'empêcher d'y penser à chaque fois. Ces supplications hasardeuses qu'elles peinaient encore à comprendre.
Bien sûr, elle devait se reposer. A ce stade, son travail en pâtirait très rapidement si elle ne parvenait pas à s'octroyer  quelques heures de sommeil réparatrices. Et la question de Fried la pris de court, alors qu'il proposait de rester un peu à ses côtés, bien qu'elle ne put s'empêcher de demander maladroitement.

Il n'y à personne qui vous attends ?

Personne. Elle repensait bien sûr à cette femme plus jeune dans la cuisine, à peine habillée qui préparait le petit déjeuner comme si de rien n'était. Et si elle n'en prononça pas le nom, ni ne rentra dans les détails de cette journée qu'ils occultaient volontairement tous deux, les mots avaient rapidement franchis ses lèvres. Laissant une seconde de silence s'installer entre eux deux avant de reprendre, alors que ses doigts se serraient entre les siens.

Sinon... Je veux bien..

Aveu presque douloureux prononcé du bout des lèvres, fuyant son regard pour qu'il ne voit pas d'avantage de faiblesses. Mais parfois, cette solitude volontaire à le fuir constamment lui pesait. La ramenant encore et toujours à ce rapprochement qui faisait toujours battre son coeur un peu plus fort quand elle y repensait parfois, avant de rouvrir une petite blessure pour avoir osé y songer. L'envie de se reposer entre ses bras était présente, bien sûr. Comme à chaque promiscuité qu'ils échangeaient désormais rarement. Jamais, pour ainsi dire. Mais elle avait encore suffisamment de fierté pour ne pas le montrer.

Prenez place. Propose t-elle en venant rabattre les draps sur elle, s'installant en tailleur à sa propre place pour qu'il puisse se mettre un peu plus à l'aise. Ca ne l'empêche pas d'avoir conservé sa main dans la sienne.


haunted by ghost
I am not the only traveler, Who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, Take me back to the night we met. (c) anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Lovely    
Revenir en haut Aller en bas  
- Lovely -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: