The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
12 + 6 gratuites = 18 bouteilles – Vin ...
Voir le deal
59.99 €
-49%
Le deal à ne pas rater :
Roborock S5 max
274 € 542 €
Voir le deal

Take the time to bite into life
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1038
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Lun 21 Juin 2021 - 10:19
On parvient à passer deux portes coulissantes qui grincent de mécontentement, mais on se heurte ensuite à deux battants coupe-feu solidement entravée. Pas de quoi couper la chaine, pas le temps de déblayer les meubles qui encombrent le passage. Un vorace passe brusquement sa trogne décharnée par l’ouverture, je réagis instinctivement en lui faisant avaler l’acier de ma lame. Il se stoppe net puis retombe lentement en arrière. Je renifle, ça pue – comme d’habitude.

- On va faire avec, confirmé-je à Maeve après avoir croisé son regard.

Retour auprès de l’escaler Ouest, la chirurgienne nous apporte des précisions sur le plan que j’analyse en espérant l’enregistrer. De toute façon, ce n’est pas difficile : un unique carré qui desserre toutes les salles. Ce n’est pas un avantage, car ça signifie que si les charognes nous acculent, on aura plus aucune issue. Raaah je déteste ça, choisir la stratégie ; mais c’est moi qui ait été désignée comme cheffe d’équipe, alors c’est ma corvée.

- Luke, Deborah, vous resterez au pied des marches pour vous assurer que le passage reste exploitable, qu’on ait au moins une option de repli, Sun, Hasley, avec moi. On progresse tranquillement et surtout, on couvre Maeve, je m’efforce de ne pas la regarder, pour rester professionnel, pour ne pas risquer qu’elle voit le tressaillement de mes prunelles – on se jette quand même sacrément dans la gueule du loup, on touche à rien, on essaye pas de déblayer un accès bloqué. Si on est dans un cul-de-sac, on cherchera un autre chemin.

Et j’ai bien fait de préciser ça car une fois que tout le monde a approuvé et qu’on est descendu, on découvre un véritable chaos. A la lumière de nos torches, car il n’y a plus aucune source de lumière, on voit un couloir encombré de brancards renversés, de charriots couchés, de fauteuils roulant abandonnés et de corps inertes. Et tout cas, ils ne bougent pas pour l’instant. L’odeur est à gerber, les voraces qui traînent ici le font depuis très longtemps.

Avec des signes, je fais comprendre aux autres de veiller à où ils posent les pieds. Entre les outils de chirurgie, les seringues écrasées, les boites de médicaments, les portables fracturés, les éclats de verre et autres clefs égarées… le moindre coup de pied malheureux nous sera fatal. On entend déjà trop les mordeurs ici, alors qu’on s’enfonce précautionneusement dans ce mausolée. J’ai pris la tête, Sun ferme la marche ; à nous deux, on encadre Maeve. Hasley est en soutien.

Je lève soudain la main pour les arrêter. Devant nous, à quelques mètres, un contingent de cadavres. Ils errent, aveugles, râlant faiblement en gardant le nez en l’air. J’arrive à en dénombrer six, mais il peut y en avoir d’autres cachés. On a pas le choix de passer par là…



Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 672
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Jeu 24 Juin 2021 - 14:45
On couvre Maeve
Les mâchoires de la chirurgienne se crispent et, le temps de quelques secondes, ses paupières se ferment. Elle a horreur d’être dans cette position de princesse fragile que l’on doit protéger à tout prix comme si sa vie était soudain plus importante que celle des autres. Consciente néanmoins de sa position et surtout des atouts de ses compagnons, elle suit le mouvement sans opposer de résistance ni faire le moindre commentaire. Le ton très militaire de Jill l’aide inconsciemment à la dissocier de la femme qu’elle côtoie intimement. Ici, elle est sa supérieure, ni plus ni moins, ou en tout cas la doc essaie de s’en convaincre.
Les marches descendues - et deux compagnons en moins - les quatre femmes progressent dans ce décor de fin du monde. Elle a beau tenter de ne pas y penser, partout où son regard se pose, les images de ce que fût l’endroit cinq ans plus tôt se superposent à la désolation présente.

Prudemment, elles avalent quelques mètres, prenant garde à ne rien renverser, à ne rien casser, à ne pas se faire remarquer par une seringue brisée ou des nombreux morceaux de verre sur le sol. Quelques blouses blanches étendues là encore, quelques civils, anciens patients. Ici, pas de barrages de fortune, pas de portes bloquées. Ils n’avaient jamais eu l’opportunité de remonter, de retrouver la surface. Ils étaient morts dans les sous-sols sordides de l’hôpital dans des relents de produits chimiques et erraient comme des âmes en peine depuis tout ce temps.

La lampe torche braquée à hauteur d’épaules et le faisceau balayant le sol, les murs, elle manque de peu de percuter Jill quand cette dernière intime d’un geste de la main la fin de la progression. Quelques mètres devant elle, ces… choses. La gorge nouée, l’estomac tout autant, Maeve inspire un grand coup pour se redonner contenance. Clairement, elle n’est pas dans son élément mais il est hors de question de perdre son sang-froid ou de devenir un poids pour ses camarades. Balayant le mur à leur droite de sa lampe, elle repère une porte et relève le faisceau pour y découvrir une ancienne réserve de médicaments, probablement tous périmés. Malheureusement, l’ouverture de la porte fonctionne par clé magnétique et quand bien même elles la forceraient, le bruit attirerait les morts dans leur direction.

La salle convoitée se trouvant après l’angle de ce premier couloir, elles n’ont pas d’autres choix et Jill le sait. Tout comme Maeve sait que même si elles tentent toutes les deux de garder une certaine distance, la présence de la doc l’oblige à penser différemment, de façon plus sécurisée. “Je peux le faire” souffle-t-elle le plus discrètement possible à la responsable de terrain. Six. Elles sont quatre. Elle n’aura peut-être même pas à intervenir. Mais s’il le faut, elle a l’entraînement, et Arizona a perfectionné tout ça ces derniers mois. La quadragénaire n’a jamais eu à le faire, mais s’il le fallait, elle ne se dégonflerait pas.


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1038
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Mer 30 Juin 2021 - 11:57
Elle peut le faire.

Oui, je n’en doute pas. Le souci, c’est comment neutraliser ces six charognes sans faire de bruit qui en attirerait plus ? Réfléchir ne me servira pas à grand-chose et elles vont finir par s’apercevoir qu’on est là. Mieux vaut qu’on porte le combat sur les morts que l’inverse. Je hoche la tête et prends les devants alors, arme tenue fermement. J’ai l’impression que mon cœur va pulvériser mes côtes et que les voraces vont l’entendre.

Heureusement, ce n’est pas le cas. J’atteins un premier cadavre, le choppe comme je le ferai avec un vivant. Clef de bras, je le plaque contre un mur et ma lame s’enfonce derrière la mâchoire, esquivant ainsi l’os pour atteindre directement le cerveau. Il s’arrête net. J’essaye d’accompagner son mouvement du mieux que possible, mais déjà l’un de ses compères putréfié me tombe dessus. D’un avant-bras sous la gorge, je le retiens et peux observer en gros plan, dans ce macabre clair-obscur, ses dents noires qui claquent dans le vide.

L’une de mes partenaires met fin à ses râles, je lui rends la pareille en interceptant une charogne qui allait la chopper dans le dos. Le première coup est manqué, le tranchant de mon couteau n’ a fait que sectionner les chairs et les tendons du cou pour buter sur l’os. J’arrache l’acier de la peau nécrosé et empale férocement la tête de ma victime, qui penchait sur le côté. Putain, ça pue.

Au final, on y arrive. Les six corps retombent à nos pieds, sans – fausse – vie, mais c’est alors que les ennuis commencent. Bien qu’on ait fait de notre mieux pour rester en sourdine, on peut entendre les râles et autres bruits gutturaux qui s’excitent dans les couloirs. On ne va pas tarder à avoir de la visite. Et trop occupée que je suis à tendre l’oreille, je ne vois pas que l’une des dépouilles inertes, qu’on pouvait penser jusque là définitivement morte, se met à bouger. Elle se décolle péniblement de la cloison avec laquelle elle a quasiment fusionné et me choppe la jambe avec une vigueur surprenante.

- Putain !

J’ai serré les dents, mais ça m’a échappé. Je tente de frapper avec mon autre pied, mais je suis trop déséquilibrée pour réussir mon coup. Je lui ai simplement désaxé la mâchoire, mais ses deux mains me tiennent fermement ; et la cavalerie arrive…



Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 672
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Jeu 8 Juil 2021 - 1:03
Alors que la discrétion est de mise, la quadragénaire reste en retrait afin de ne pas être davantage un poids pour le reste de l’équipe. Ce n’est pas son élément, et la moiteur de ses mains en est la preuve. Les légers tremblements qu’elle perçoit également. Elle est chirurgienne. D’ordinaire, ses mains ne tremblent jamais. Mais c’est un cauchemar vivant, de ceux que l’on imaginerait jamais appartenir au réel. Privilégiée, elle ne conçoit toujours pas que cela puisse être le quotidien pour certains. Et voir ses coéquipiers éliminer ces créatures dans ce qui ressemble presque à une habitude l’impression tout autant que ça la rebute, là, quelque part dans sa morale à la noix. Plus loin encore, dans cette fragilité qu’elle cache mais lui colle à la peau, dans ses failles et des fêlures de femme, elle se demande comment une femme d’action comme Jill peut craquer pour elle.

Les râles, les corps qui chutent, retenus pour éviter le bruit, tout est millimétré, militaire. Voilà à quoi ils en sont réduits aujourd’hui. La mort est devenue mécanique, grossière, banale. Et dans ce chaos lugubre, la toubib n’a jamais autant accordé de valeur à son métier.

Le calme revient, une seconde à peine, et plus les râles reprennent, se rapprochent dangereusement. Leur objectif se trouve encore à plusieurs dizaines de mètres. Sans doute trop. En l’état, ce n’est pas impossible. Pénétrer dans la salle, s’enfermer à l’intérieur, récupérer le matériel. Mais ça signifiait ressortir à la merci de ces choses sans pouvoir les dénombrer avant. Ça signifiait aussi ne pas savoir combien s’en trouvaient possiblement à l’intérieur. Trop de questions, pas assez de réponses et c’est finalement le juron de Jill qui la sort de sa torpeur futile. Sa lampe vient se braquer sur sa compagne puis sur ce qui semble retenir sa jambe. Là, une dépouille gagne du terrain tandis que les autres restent sur leur garde par rapport à l’approche d’autres morts.

Non, ce n’est pas dans ses instincts. Oui, sa morale, même ici, lui souffle que tuer va à l’encontre de toutes ses convictions les plus profondes. Pourtant, c’est dans une pulsion qu’elle ne réfléchit pas que sa main vient se saisir de son couteau. Dans cette même pulsion que son pied vient s’écraser sur le poignet décharné de la chose. Dans cette même pulsion que la lame vient s’enfoncer dans la boîte crânienne sans préambules. Elle sent la chair putride s’enfoncer, arroser ses doigts. Elle connaît l’odeur de la mort, mais celle-ci l’oblige à porter une main à sa bouche pour retenir un haut-le-cœur.

Se relevant, elle se reprend pourtant bien vite, peu encline à passer encore plus pour la poupée fragile et inutile de service. “Il y a une réserve de matériel derrière cette porte. Ce n’est pas ce qu’on cherche mais elle donne accès à une salle d’auscultation qui permettrait de les contourner au besoin.” Ce n’est pas une solution parfaite. C’était même reculer pour mieux sauter, mais ça pouvait leur offrir une échappatoire si les choses leur échappaient. Et c’était bien là son seul atout.  


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1038
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Ven 9 Juil 2021 - 23:26
- Merci, que je souffle à la chirurgienne.

Est-ce mesquin de ma part de dire que je ne pensais pas que ce serait elle qui volerait à mon secours aujourd’hui ? Peut-être un poil. J’ai pas de problème à avoir eu besoin d’aide : toute la mécanique huilé du travail d’équipe, c’est justement de savoir qu’on est là pour veiller les uns sur les arrières des autres. Mais je m’étais comme mentalement schématisé les choses comme Maeve = personnalité à préserver ; et pas comme une membre de l’escouade à part entière. Grossière erreur.

Elle nous désigne la porte d’une réserve, qui donne elle accès à une autre issue. C’est une bonne nouvelle. Par contre, c’est une porte magnétique. Problème. Et en plus, elle est bloquée en mode verrouillé. Problème². Et on peut entendre les voraces qui s’amènent en nombre. Problème3. J’essaye de l’ouvrir, ça bouge pas – ou à peine. On a quoi comme option : faire demi-tour ? Fait chier. Se battre ? Trop risqué. On a eu les autres plus ou moins par surprise, ceux-là arrivent de front.

- Sun, retiens-les !

J’ai l’air de lui demander la lune, mais je sais qu’elle est débrouillarde, elle va se démerder. D’ailleurs, je la vois déjà pousser en catastrophe tout ce qu’elle peut au milieu du chemin. Chariot, fauteuil roulant, brancard abandonné. Un barrage de fortune qui devrait nous faire gagner quelques secondes.

- Allez, on s’y met !

Cette fois, je parle autant à Hasley qu’à Maeve, faut qu’on s’y mettre à trois. J’attrape la poignée pour montrer l’exemple, et je tire. On doit vraiment s’y démener ensemble. Là, le battant finit bon gré mal gré à s’écarter. Au terme d’un violent effort, je peux glisser la lame de mon piolet dans l’interstice de quelques millimètres qu’on a dégagé, et ainsi m’en servir de levier.

- Alleeez ! Que je grogne pour qu’elles ne relâche pas.

Sun, de son côté, donne le change à une masse de rôdeurs si dense qu’on ne peut les compter. Ils s’agglutinent contre les obstacles, qu’elle retient à grand peine. Dès qu’elle a une ouverture, elle allonge son sabre pour trancher des crânes en deux, mais la meute ne désemplit pas. Elle nous gueule de nous grouiller, le pire c’est qu’on fait ce qu’on peut ! … AH ! Enfin, j’ai pu passer une épaule, puis tout mon corps. Je balance le piolet à l’intérieur et peut désormais utiliser mes deux bras et tout mon corps pour pousser le battant qui résiste méchamment. On y arrive, le passage s’agrandit, assez pour qu’on passe toute.

- Go, go, go, go !

Qu’elles se magnent bordel ! Les quelques secondes pendant lesquelles je dois retenir la porte seule sont interminables. Dos contre l’encadrement, bras tendus, je lutte ma race et je sue à grosses gouttes. Mes complices s’engouffrent une à une, les mordeurs se déchainent en fendant à travers la pseudo-barricade, et je me laisse tomber du bon côté in extremis. D’ailleurs, quelques doigts pourris sont sectionnés par le gong. Les mains décharnées viennent tous gratter et frapper sur le battant magnétique, qui a au moins l’avantage de tenir tête à cet assaut. Je roule sur le dos et fixe le plafond éclairé par la lampe fixée à mon torse. Le souffle court, je suis vidée. Bon… ce qui est sûr, c’est qu’on ressortira pas par là.



Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 672
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Sam 10 Juil 2021 - 0:05
Pas le temps de s’appesantir sur ce qui vient de se passer. Ici, chaque seconde est précieuse, devient vitale. Et le sablier qui les retient menace de se briser au profit d’un nombre incalculable de ces choses. Un instant, Maeve reste interdite. En cinq années de chaos absolu, protégée derrière les hautes barricades de Fort Ward, c’est la première fois qu’elle en voit autant. La lumière électrique de sa lampe torche accroché à son sac balaie la troupe qui avance tout droit dans leur direction et elle sent son estomac se nouer un peu plus tandis que son coeur s’affole et bat la chamade, là, dans sa cage thoracique qui menace d’exploser. Ici, dans ce couloir sordide, elle n’a jamais été aussi près de la mort.
C’est finalement la voix de Jill qui la ramène brutalement à la réalité. Son absence n’a duré qu’une seconde à peine, peut-être deux mais la quadragénaire n’en gaspille pas davantage pour aller aider ses deux comparses et user du peu de force qu’elle possède pour pousser de toutes ses forces. “Putain…” Rage-t-elle dans un langage cru qui ne lui ressemble pas et en dit long sur son état actuel. Les râles se rapprochent et elle entend le sabre fendre l’air et des corps chuter au sol et elle force un peu plus, les mâchoires serrées, portée par une forme d’adrénaline qu’elle n’a jusqu’ici jamais eu à expérimenter. Elles gagnent peu à peu du terrain, tout comme les choses et c’est finalement la flic qui parvient à bloquer la porte, leur permettant un accès à la réserve.

S’engouffrant par l’interstice tout juste assez large pour leur gabarit, elle est rapidement suivie des autres et le clac brutal de la porte qui se referme devient soudain écho de salut. Tentant difficilement de reprendre sa respiration, autant pour l’effort fourni que par la peur qui la tiraille encore, elle se courbe en deux, les mains sur les cuisses, jetant un coup d'œil à Jill, au sol.
Se retenant d’aller l’aider, peu envieuse que leur affection soit trop visible dans cette situation, elle préfère balayer la zone de sa lampe et faire quelques pas dans la pièce toute en longueur et plutôt exigüe. Ici, contrairement au reste de l’hôpital, tout est resté en ordre, comme le dernier bastion de leur ancienne humanité. Poussiéreux certes mais… “Wow…” lâche-t-elle, encore le souffle court, en repérant quelque chose sur l’un des meubles. Là, sagement préservé durant ces cinq dernières années, un échographe ultra portatif, de ceux que l’hôpital avait reçu peu avant que tout s’écroule. Du genre à valoir plus de quinze mille dollars. Du genre beaucoup plus pratique que les gros appareillages et bijou de la technologie. De la taille d’un smartphone, et surtout, avec une lecture en temps réel. Plaçant soigneusement l’objet dans son sac à dos, elle le referme pour le replacer sur ses épaules, se retournant vers les autres.

Perdue dans sa trouvaille, elle a, durant quelques secondes, réussi à minimiser la situation. Et alors que son regard se perd sur ses coéquipières, elle sent son ventre se tordre à nouveau et pointe la porte au fond de la salle. “Il y a encore hum…” Elle ferme les yeux pour mieux visualiser un service qu’elle a pourtant parcouru pendant plus de quinze ans. “Deux salles d'auscultation qui communiquent directement. Après ça, on peut continuer dans cette voie et ressortir tout au bout du couloir mais il nous faudra retourner sur nos pas pour arriver à l’objectif. Ou on peut retenter le couloir dans la seconde salle d’ici une vingtaine de mètres. La réserve que l’on cherche se trouvera juste en face.” Rouvrant les paupières, elle acquiesce comme pour se confirmer à elle-même qu’elle ne s’est pas trompée dans ses analyses spatiales.

Est-ce qu’elle a envie de retourner dans cet enfer? Absolument pas. Est-ce qu’elle est terrifiée et que sa voix, tremblante, la trahit face aux autres? Affirmatif. Est-ce qu’elle veut finir sa vie dans une réserve d’hôpital par peur d’affronter le reste? Encore moins.


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1038
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Dim 11 Juil 2021 - 1:15
- Des trucs intéressants ?

La question est un peu bête, si j’en crois que « wow » de notre aînée à tous. Je ne demande pas de détails sur le moment, c’est sans doute un jouet de chirurgien qui ne fascinera que les initiés et je n’ai pas le temps pour un cours. Je préfère qu’elle garde ça pour la maison : Maeve est tellement sexy quand elle utilise des termes médicaux compliqués, je réserve l’apprentissage pour quand je suis en situation de pouvoir soulever sa blouse.

De leur côté, les voraces continuent de s’énerver sur la porte. Ça tient le choc, c’est tout ce que je demande. L’avantage c’est qu’on a fait une diversion, alors ils risquent de s’acharner ici un moment. Je prends une inspiration et me relève. Dans le doute, je vérifie quand même que j’ai pas été mordue ; l’adrénaline peut avoir l’effet pervers d’anesthésier ce genre de « désagrément ». La doctoresse nous déballe de mémoire les options qu’on a, et puisqu’il faut choisir…

- Deuxième option, j’imagine, si on peut sortir d’une planque et avoir la porte de la destination juste en face, je dis pas non, Sun, Haisley, ça va ?

Elles sont toutes les deux autant en nage que moi, mais à part ça, ça a l’air d’aller. Pas de vilain coup de dents non plus. La nippone vient d’ailleurs de terminer d’essuyer la lame de son sabre qui était maculé de sang coagulé. On est séparés de plusieurs mètres mais je peux quand même sentir l’odeur dégueulasse que ça dégage. J’inspecte mon piolet aussi, j’ai l’impression que le manche est tordu – il l’est – je le redresserai au bercail.

- On bouge.

J’ai le couteau en main, la lame inversée cette fois. Faut qu’on vase doublement gaffe, parce que le vacarmes des décharnés du couloir peut nous faire manquer un autre bruit plus proche. La formation reprend naturellement son schéma initial : Sun ouvre, j’encadre Maeve avec Haisley. Après ce qu’on vient de vivres, nos souffles sont plus appuyés dans le silence relatif.

- Rassure-moi, les autres portes ne sont pas magnétiques, que je glisse à la chirurgienne… et je ne plaisante qu’à moitié.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Take the time to bite into life   
Revenir en haut Aller en bas  
- Take the time to bite into life -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: