The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -50%
Bracelet connecté Xiaomi Mi Band 4C à ...
Voir le deal
14.99 €
-26%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Disque SSD Interne 2 To
154.59 € 209.99 €
Voir le deal

Take the time to bite into life
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 671
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Dim 11 Juil 2021 - 22:31
“Suffisamment pour une alternative non négligeable si on ne trouve pas ce qu’on est venu chercher” souffle-t-elle, la respiration toujours quelque peu saccadée. Inutile de noyer tout le monde dans un jargon médical barbant, surtout après ce qu’elles viennent de vivre. Chacune doit avoir hâte de sortir de cet enfer anciennement aseptisé, Maeve la première. Ce n’est clairement pas son univers, et encore moins son élément. Elle n’est pas un atout ici mais un poids, et ce n’est pas un sentiment que la quadragénaire apprécie particulièrement d’inaugurer. Sans compter le risque réel de mourir. Une seconde. Il lui suffirait d’une micro seconde d’inattention pour terminer ses jours précisément là où elle a passé le plus de temps dans sa vie. Ironique macabre…
Un claquement de doigts, et la force de ses coéquipières n’y changerait rien.

Attendant que ses partenaires se mettent d’accord sur le plan à adopter, elle reste à proximité de la flic et suit de près Sun qui ouvre la voie. La prochaine salle semble clean, du moins sans présence étrangère, ni vivante, ni morte, ni cet entre-deux qui continue de la terrifier. Le couteau à la main, la chirurgienne serre tellement le manche que les jointures de ses doigts blanchissent et il lui faut toute la concentration du monde pour répondre à la jeune femme. “Pas entre les différentes salles non. Et pas dans la réserve qu’on vise. On entreposait que du matériel commun.” Et parce la canadienne sait qu’elles ont déjà eu la mauvaise surprise de trouver une porte magnétique dans la réserve qu’elles viennent de quitter, elle se sent obligée de préciser “Il y avait pour environ cent mille dollars d’équipements dans la dernière.” Ce qui justifiait un minimum de sécurité à l’époque.

Elles continuent de progresser et les râles s’estompent, redeviennent lointains tandis que les coups continuent de pleuvoir contre la porte qui semble toujours tenir bon. Maeve ne peut retenir un soupir de soulagement. Sun leur fait signe de s’arrêter quand cette dernière ouvre la seconde porte. À l’intérieur de la seconde salle, un corps - à première vue inanimé - gît sur le sol dans une énorme tâche de sang coagulé et à présent noirâtre, accentué par la lumière électrique de la torche. Sun ne prend aucun risque et son sabre tranche la partie supérieure du lobe frontal. Mort. Définitivement. Qu’il en ait eu besoin ou non. Et là, à côté du corps, un badge avec une initiale et un nom. M. N’Guyen. Le cœur de la chirurgienne rate un battement et elle sent sa gorge se nouer au souvenir du jeune homme. Stoppée dans son élan, elle reste quelques secondes à fixer ce qui reste de lui. C’était une chose de voir tous ces corps, une autre, beaucoup plus difficile à encaisser, de se rendre compte qu’on avait côtoyé cet ancien lui. Le pire, c’est qu’elle est incapable de se souvenir de son prénom. “Merde…” murmure-t-elle de façon presque inaudible en fermant les yeux.

C’est pas le moment Maeve ressaisis-toi bordel.

“On continue” tranche cette dernière d’un ton plus froid qu’elle ne l’aurait voulu mais déterminée et résolue à terminer leur mission.

Elles parviennent enfin à la porte qui donne sur le couloir, à une vingtaine de mètres des cadavres ambulants qui martèlent encore celle de la première réserve. Comme toujours, Sun ouvre la voie et s’assure que le couloir est libre. Si la présence des morts est “lointaine”, différents obstacles obstruent l’accès à la porte. Les femmes se regardent à tour de rôle. Pas d’autres choix que de retirer tous les brancards coincés entre eux, les fauteuils et quelques fournitures laissées là en guise de dernier rempart. Bon sang il fallait vraiment être désespéré….

Maeve s’active et sitôt l’entreprise commencée, les coups semblent cesser à l’autre bout du couloir. Malgré leurs précautions, le bruit attire à nouveau le petit groupe de créatures dans leur direction...



+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1038
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Mar 13 Juil 2021 - 10:54
Et bah si on veut mon avis, c’est dommage que ces cent mille dollars d’équipement n’ait pas pu servir à empêcher cette maladie de tout foutre en l’air. Je ne fais pas part de ma pensée à Maeve bien sûr ; déjà parce que ce n’est pas le moment, mais en plus parce que je ne voudrais pas qu’elle le prenne pour elle.

On progresse donc, toujours à la lueur de nos torches qui découpent de larges disques dans les ténèbres oppressantes. Le décor ne varie malheureusement pas vraiment de ce qu’on a l’habitude de voir sur le terrain. Avec le temps, on cesse d’essayer de comprendre ce qui a pu se passer et on agit, c’est tout. A l’image de Sun, qui s’assure que la dépouille d’un docteur ne reviendra pas nous bouffer. J’ai un regard en biais pour la chirurgienne, qui a l’air de marquer un temps d’arrêt, mais je ne m’immisce pas dans sa bulle. Elle nous propose de continuer d’un air qui veut dire qu’elle a été affectée, mais je respecte l’effort qu’elle fournit. Si on doit en recauser, ce sera plus tard…

On attend notre destination mais comme rien n’est jamais simple, la porte est obstruée. Je maudis intérieurement les survivants désespérés qui ont fait ça et me met immédiatement au travail avec les autres. Fatalement, on a beau être aussi précautionneuses qu’on le veut, le moindre bruit résonne dans ce couloir de malheur et il finit par attirer l’attention des voraces.

- Putain… continuez ! Que je leur grogne en prenant mon tour de diversion.

Je pousse l’un des brancards qu’on vient de déplacer en travers du chemin, avec dans l’idée de retenir le flux pendant que mes partenaires terminent. On a un peu de marge, les rôdeurs galèrent à progresser dans ce bordel et puisqu’ils se bousculent les uns les autres, le trajet est d’autant plus chaotique. Néanmoins, y’a un truc qui me percute alors que je vous Haisley ouvrir la porte de la réserve – enfin.

Elle l’a « poussée ». Ça veut dire que si on s’y réfugie toutes et que les morts viennent encore s’agglutiner contre le battant, il y a des chances que l’un d’eux actionne la poignée sans même le vouloir, et on l’aura dans le cul – et pas comme j’ai tendance à apprécier. Les premières cadavres viennent se coller mollement au brancard, bras tendus, je m’arcboute dessus et fait une contre-poussée pour les stopper.

- Rentrez, dépêchez-vous ! Je les distrais et j’arrive !

Maeve a dit que c’était un carré ce couloir, pas vrai ? Donc en faisant le tour, je devrais revenir au même point. Je serai largement plus mobile seule que dans un groupe de quatre à veiller sur ma meuf, alors j’ai confiance. Dès que les filles ont obéi – je compte sur Sun pour tirer la chirurgienne de force à l’abri si elle traine de trop – je lâche le brancard et entame ma retraite. Assez vite pour ne pas me faire rattraper, assez lentement pour qu’ils ne se désintéressent pas de moi.

Ça tambourine dans ma poitrine, je me fais encore des sueurs froides quand au détour d’un charriot renversé, un vorace sans jambes tente de me saisir. Mon couteau s’enfonce dans le sommet de son crâne sur toute sa longueur et en ressort souillé de viande putréfiée. Je n’entends plus que le nuage de râles désormais, je ne peux qu’espérer que le reste de mon équipe n’a pas de souci. Dès qu’on a tourné à l’angle, la réserve n’est plus tant en danger, alors j’envisage d’accélérer…

… c’est le moment que choisit ma torche pour un moment de faiblesse. Elle clignote et m’abandonne dans le noir total. Mon genou heurte durement le fauteuil roulant que je m’apprêtais à éviter, la douleur me paralyse une jambe et mon autre pied se prend dans les anses d’un sac abandonné au milieu du chemin. Je me ramasse, serre les dents, alors que mon épiderme s’hérisse. Les mordeurs s’approchent, inexorablement. Je rampe maladroitement pour essayer de garder de l’avance tout en tapotant sur ma lampe défectueuse. A chaque choc, elle me délivre un ou deux flashs sur une meute toujours plus proche, heureusement ralentie par les obstacles.

- Merde ! Putain ! Que je m’exclame pour décharger la pression.

Et la lumière fut, mais les rôdeurs sont trop près. Je n’ai plus d’autre choix que de dégainer mon flingue pour tirer dans le tas…


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 671
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Mar 13 Juil 2021 - 21:54
Avant même que la chirurgienne puisse protester et amorcer le moindre mouvement en direction de Jill, deux bras enserrent sa taille et la tirent en arrière pour la forcer à entrer dans la réserve. La porte refermée, elle tente à nouveau de se frayer un chemin vers l’extérieur, lançant un regard glacial à Sun. “On peut la laisser là-bas!” Lui crache-t-elle au visage, tentant de la repousser, en vain. “Jill sait ce qu’elle fait! Plus vite on récupère ce pour quoi on est venu, plus vite on se tire de cet enfer!!” Serrant les mâchoires, c’est une bataille de regard qui s’en suit et le bleu rencontre le noir, le temps que la doc ravale son venin et la colère qui est en train de lui vriller les entrailles. C’est long, sans doute trop, et Maeve finit par détourner le regard dans un long soupir hargneux.
Derrière la porte, elles peuvent entendre les rôdeurs passer devant elles sans s’y attarder, ce qui signifie que la flic est en train de les attirer ailleurs. Inspirant un grand coup, il faut encore quelques secondes à la toubib pour détourner ses yeux de cette sortie et se reprendre pour se focaliser sur l’instant présent en tentant de faire abstraction du reste. Son cœur est sur le point d’exploser, quand, enfin, sa lampe balaie les différents meubles. Les premiers ont les tiroirs ouverts et quand la quadragénaire s’approche pour en extirper les feuilles de radiologie, celles-ci ont trop pris l’humidité et sont…. fichues! Retenant un juron, cette dernière s’empresse de vérifier les autres, pestant contre leur malchance. Il faut attendre de parvenir aux rangements du fond pour enfin trouver leur bonheur, encore empaquetées dans du plastique. “Là! Prenez-en le plus possible, chargez vos sacs au maximum!” Elle fait passer les paquets et les deux autres femmes suivent le rythme dans un travail à la chaîne qui a maintes fois fait ses preuves.

C’est long, trop, et elle ne peut s’empêcher de penser à sa...merde pourquoi ces mots sont toujours si difficiles à dire après plus de huit mois? Accélérant la cadence, elles referment toutes les trois leur sac et se redressent. Sun toujours en tête, elle vérifie que la voie est libre et leur fait signe de la suivre au moment où des coups de feu retentissent dans un des couloirs, faisant sursauter la chirurgienne dont le cœur rate plusieurs battements. Les deux autres se regardent et sans se consulter partent à la suite de la direction logiquement prise par la flic.
Pourtant, au lieu de les suivre, c’est dans la direction opposée que la doc se met à piquer le sprint de sa vie. Longeant le couloir qu’elles ont emprunté quelques minutes plus tôt avant d’être bloquées, elle tourne rapidement au premier angle qui se présente. Ici, dans ce dédale géométrique, tous les chemins mènent à Jill.

Bifurquant une nouvelle fois à droite dès que l’occasion se présente, elle finit par déboucher précisément dans le couloir où, au sol, Jill est en train de descendre un à un les créatures bien trop proches d’elle. Les deux autres ont dû arriver derrière eux mais ils sont nombreux, trop, et bien trop proches de la brune. Se remettant en branle, elle est heureuse que la mécanique du corps soit automatique tant ses jambes ne semblent plus vouloir la porter, noyée par la peur.

À moins de deux mètres de Jill, un rôdeur la surprend depuis une ancienne salle d’examen et la bouscule, la faisant valser sur le côté, tête la première contre le métal d’un brancard. Sonnée, le reste de son corps percute violemment le sol et le mobilier s’écroule sur ses jambes. Le son a été atténué par les coups de feu et elle sent le sang couler de son arcade. La vision trouble, il lui faut quelques secondes pour rouvrir les yeux et tenter d’y voir plus clair dans le chaos ambiant. Une odeur de poudre mélangée au sang et à la mort vient emplir ses narines et les oreilles lui sifflent. Quand la doc tourne la tête sur le côté, elle peut voir que le mort qui l’a surprise est également tombé et qu’il rampe vers une Jill qui ne l’a pas vu, trop occupé avec ceux qui arrivent de front. Tentant de se redresser, elle constate qu’elle est coincée au niveau des genoux par deux brancards écroulés et qu’elle ne peut s’en dégager. Clignant des yeux à plusieurs reprises, elle sort le couteau de son étui et attrape le cadavre ambulant par la cheville, le tirant de toutes ses forces en arrière. Heureusement plus attiré par les coups de feu, il se débat mollement et la lame s’enfonce dans sa nuque. Ce dernier roule sur le côté et, encore sous les effets du coup pris sur la tête, Maeve ne se rend pas compte que la lame est restée dans sa boîte crânienne.

C’est précisément le moment où l’une de ces créatures choisit de passer par-dessus les deux brancards enchevêtrés sur la toubib et chute lourdement sur elle. Accusant le coup, l’adrénaline a au moins le mérite de lui redonner pleine possession de ses moyens. Trop tard…
Maeve a beau essayer de se dégager de cette prison et de son assaillant, les entraves la bloquent solidement. Pourtant elle lutte. Du peu de force qu’elle possède, du peu de technique, de cette rage intérieure qu’elle ne pensait jamais connaître, jamais trouver. Les mains s’écorchent sur son ventre, heureusement protégé par ce foutu gilet par balles. Sa respiration s’accélère pour oxygéner un cœur qui manque de céder. Les doigts décharnés arrivent au niveau de sa poitrine mais les repousser ne fait que retomber un peu plus le corps sur elle, les mâchoires se rapprochant dangereusement de sa gorge. La panique s’installe, s’insinue dans ses veines, dans chaque fibre qui compose son corps. Elle va crever ici, dans ce putain d’hôpital dans lequel elle a sauvé tant de vies. Les mains solidement ancrées sur les poignets de la créature, elle sent ses ongles s’enfoncer dans les chairs abîmées. Elle n’a même pas l’occasion d’en être dégoutée. Les mâchoires gagnent du terrain, claquent et dans ses yeux vitreux, elle peut lire la seule et unique volonté qui reste à ces choses. Se nourrir. D’elle. L’haleine est pestilentielle. Le sang, la putréfaction…. Quelques centimètres, c’est tout ce qui reste.

Une larme roule sur le côté de son visage. Là, à quelques secondes de la morsure, de la mort, aucune image ne défile devant ses yeux. Dans un dernier sursaut, elle lâche l’un des poignets de cette chose et fait barrage de son bras au moment où les mâchoires se referment sur ses chairs. Là, dans ce couloir, au milieu des râles, des tirs et des gémissements, un cri mêlant douleur et désespoir résonne soudain.

Elle sent les dents s’enfoncer dans son derme, creuser dans ses muscles et tenter d’arracher. Un coup de feu venant de derrière elle retentit et la créature retombe sur elle, lâchant sa prise. Trop tard.


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1038
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Mer 14 Juil 2021 - 11:01
BLAM. BLAM. BLAM. BLAM. BLAM.

Des voraces s’effondrent. Certains définitivement, d’autres non.

BLAM. BLAM. BLAM.

Je rampe à reculons, pour pouvoir regagner du terrain, mais ne n’est pas simple.

BLAM. BLAM. BLAM.

J’ai la sensation que si je cesse de presser cette foutue détente plus de trois secondes pour me remettre sur pieds et leur tourner le dos, je vais me faire choper. L’odeur puante du sang coagulé se mêle à celle de la poudre et me donne une putain de nausée. Les morts sont tellement près que je reçois des giclures de fluides putréfiés quand je leur éclate le crâne, mais j’ai même pas peur. Pas vraiment. J’ai toujours su, dit et répété que je crèverais comme une anonyme en mission, c’est dans l’ordre des choses. Alors pendant que je prends rendez-vous avec Belzébuth, les autres ont intérêt de rentrer avec ces satanés feuilles de radiologie !

La confusion atteint son sommet quand je vois qu’une partie de la meute fait volte-face. Pourquoi ? Dans quel but ? Mon cerveau est trop bloqué sur l’urgence pour percuter, alors je continue de flinguer les horreurs à ma portée. Les corps s’étalent, un à un, jusqu’à ce qu’un cri bien humain, et juste dans mon dos, me glace d’effroi. Ma tête manque de se décrocher tellement je la tourne rapidement. J’ai redécouvert mes gênes communs d’avec les hiboux.

- MAEVE ?? Que je m’étrangle.

Qu’est-ce qu’elle fout là ?

Je déteste cette sensation, ce n’est que la première fois que je la ressens. Ce nœud qui tord l’estomac, ce feu qui brûle les entrailles à l’acide. Moi, si professionnelle, si maitrisée sur le terrain, j’ai soudainement occulté le soldat pour n’être plus que la femme. La femme qui voit une personne chère se faire bouffer par un de ces trucs. Je dois pourtant coller une balle à deux charognes avant de pouvoir me redresser d’un bond, tendue comme jamais je ne l’ai été. La crosse de mon arme s’écrase à deux reprises sur le crâne mou du vorace qui mord la chirurgienne. L’os s’enfonce, il cesse de bouger, je l’arrache violemment à son étreinte mortelle, mais ça ne m’empêche pas de me défouler en lui broyant le reste de la tête d’un violent coup de semelle.

Je ne réalise pas que les voraces ne me suivent plus, je ne réalise pas que Sun et Haisley sont en train de faire l’impossible en contenant le reste de la meute. Je n’ai que deux choses en tête : sortir Maeve d’ici et engueuler mes partenaires de l’avoir laissée toute seule. C’était leur putain de job de veiller sur elle pendant que je faisais diversion, merde ! J’en tremble, mes jambes sont en coton et je transpire littéralement d’angoisse. Je. Déteste. Cette. Sensation.

- Viens, accroche-toi à moi, dis-je à mon amante en l’aidant à se relever, j’te sors d’ici.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 671
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Mer 14 Juil 2021 - 15:50
Son prénom résonne quelque part dans cet abattoir morbide mais elle ne reconnaît pas la voix, ne peut que tenter d’en deviner la propriétaire. L’effort est de toute façon de trop. Son cerveau ne peut que se concentrer sur l’insupportable douleur dans son avant-bras. Même ici, dans la panique, dans le chaos, elle peut sentir les chairs meurtries et le sang imbiber le tissu de son haut noir. Le bras et non la gorge… Son bras.
Le corps à présent inerte sur le sien est violemment retiré et elle inspire à plein poumons. Les entraves à ses jambes sont également poussées et à part quelques douleurs dues au choc, rien ne semble cassé. Si son réflexe premier est de refuser l’aide de la jeune femme, par fierté, par volonté de ne pas se montrer plus faible qu’elle ne l’est déjà, le coup reçu à la tête et l’étourdissement ressenti dès qu’elle se relève prend le pas sur son orgueil. Laissant Jill passer un bras à sa taille, elle place l’un des siens autour de ses épaules et progresse lentement dans le couloir encore jonché de matériel en tout genre.

Le bras blessé ballant, elle sent l’hémoglobine s’écouler rapidement sur son poignet, sa paume, le long de ses doigts pour goutteler sur le sol dans un rythme régulier. Si la douleur est difficilement supportable, la brûlure qui s’en dégage l’est tout autant. Serrant les dents et s’évitant ainsi l’effort de parler, elle se laisse porter vers un extérieur qui prend des allures de salut. Car soudain, dans cet exigu, elle étouffe, devient claustrophobe. Un mètre est avalé, puis deux, dix… Elle perd soudainement ses repères spatio-temporels, mille pensées venant percuter sa matière grise sans qu’elle puisse se rattacher à une seule.

Sa bêtise. Jill. Arizona. Le dispensaire. La douleur. Ivy. Roza. La douleur. Une clope. Quinn. Ses échecs. Ses réussites. La douleur. Ces choses. La morsure. La douleur. Le vaccin. La….

Le vaccin. Et parce que Maeve est chirurgienne, parce qu’elle ne croit en rien sinon les sciences, parce qu’elle n’a jamais eu besoin de se raccrocher à l’idée d’une entité supérieure au-dessus de sa tête, parce que les chiffres et les statistiques sont sa croyance la plus absolue, parce que le pessimisme s’en mêle dans ces sous-sols crasseux aux relents de mort, elle n’y voit pas une assurance de survie. Là, aidée par Jill, elle ne peut que penser au pourcentage de risque qu’il ne soit pas efficace sur elle. Aucun vaccin n’était jamais efficace à cent pour cent, surtout maintenant, même avec les moyens que possédaient le laboratoire, même avec les talents de Friedrich. Quelque part, il existait ce risque qu’il ne fonctionne pas sur quelqu’un. Le vaccin n’était pas une certitude de s’en sortir et de ne pas se transformer, juste une chance supplémentaire.

Une chance en plus, c’est tout ce qu’elle a. Mais elle se garde bien de le dire à haute voix. D’une part, parce qu’elle ne veut pas s’avouer vaincue tout de suite ni inquiéter davantage sa petite amie...merde… ce n’était pas si difficile à dire finalement. Ensuite, parce qu’elle n’en avait pas la force.

Arrivées en bas des escaliers, ceux-ci lui paraissent être soudainement une épreuve insurmontable et il faut l’aide de Luke pour parvenir en haut de ceux-ci. Ici, la lumière du jour est visible au loin mais la tête lui tourne encore. Espérant secrètement que c’est seulement à cause de son arcade ouverte et non de ce qui est déjà en train de se diffuser dans son corps, elle continue de mettre un pied devant l’autre, toujours silencieuse. Elle veut voir. Les dégâts. Ce qui l’attend. A besoin de les voir. Alors elle avance, mètre après mètre, le regard porté vers cette porte.

Ce n’est qu’une fois enfin à l’air libre qu’elle stoppe ses pas, obligeant Jill à en faire de même. Il le faut. Se dégageant doucement de son étreinte, elle retire le gilet par balles qui lui donne la sensation d’étouffer, difficilement, aidée par elle ne sait trop qui. Ce n’est pas ça qui l’intéresse. Doucement, inspirant un grand pour se donner du courage, elle décolle le tissu collé à sa peau dans un gémissement de douleur, mâchoires serrées à l’extrême et relève la manche jusqu’au coude. Là, dans le creux de son avant-bras, la mâchoire a fait bien plus de dégâts qu’elle ne le pensait. Si les chairs n’ont pas été complètement arrachées, il n’en reste pas moins une plaie profonde et de laquelle le sang continue de s’écouler un peu trop abondamment. “Le...véhicule” réussit à articuler la chirurgienne. Il leur faut atteindre le véhicule. “Je dois arrêter ça.” Et elle parle de l’hémorragie. C’est étrange, même ici, de réussir à compartimenter, de réussir à aller à l’essentiel, de prioriser. Et un rire nerveux franchit ses lèvres. Au moins, Maeve était encore Maeve.  


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1038
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Jeu 15 Juil 2021 - 1:16
Ça prend une éternité. J’ai l’impression d’être perdue dans ce foutue couloir alors que c’est juste un putain de carré. J’ai les oreilles qui bourdonnent et le cœur qui rebondit de mes côtes à mes poumons. Je dois soutenir Maeve d’un bras et ne pas lâcher le flingue de l’autre, alors ce n’est pas la progression la plus facile de l’année. Surtout que le chemin est semé d’embûches – et plus spécifiquement de brancards, de charriots, de fauteuils et de dépouilles.

- Tu restes avec moi, ok ? Que je lui souffle entre les dents, pour l’encourager à ne pas se laisser aller à l’inconscience, je t’ai fait rentrer ici, alors je t’en fais sortir.

C’est une promesse. Quand bien même je la sais stupide et clichée ; parce qu’en vérité, si le destin me verse une nouvelle armée de rôdeurs sur la gueule, on se ferait juste bouffer toutes les deux. Remarque, si on se fait bouffer, Maeve oubliera vite que j’ai pas tenu parole. Bref, je baratine de la merde avec cette déclaration et j’aime pas ça non plus. J’aime rien de ce que je ressens en ce moment, parce que ça me donne l’impression d’être… vulnérable.

Enfin, on trouve le bon escalier et Luke descend nous aider. Je ne peux retenir un râle alors que le poids de la chirurgienne, qui commençait à me flinguer le dos, est réduit de moitié. On doit encore traverser l’hôpital, heureusement vide de toute présence, parce qu’on a semé pas mal de plomb là-dessous. Lorsqu’on retrouve l’extérieur et que le jour nous crache son soleil à la gueule, je me sens brûlante. Ou glacée. Un peu des deux. Maeve s’arrête, alors je l’imite. Derrière, Sun et Haisley nous rejoignent, couvertes de tripes putrides. La blessée demande le véhicule mais moi, je vois rouge.

- Putain, c’est comme ça que vous la surveillez ?! L’objet de la mission était putain de simple pourtant : ramener le matériel intacte et le docteur Wheelan en vie !
- C’est bon, lâche-nous Jill ! S’énerve Sun à son tour, on a eu les feuilles ET on est venues sauver ton cul ! C’est quoi ton problème ?!
- Mon prob…, je me coupe – ça me troue le cul qu’elle demande, mais elle s’est fait mordre, bordel !

Je sens que ça jette un blanc et que sur le coup, Sun ne trouve pas la bonne répartie. Haisley en profite pour s’immiscer, plus posée que sa partenaire :

- Maeve est vaccinée, non ? Ça devrait aller…
- Mais c’est pas la question ! C’est que vous deviez…
- Yo Jill, me coupe Luke en posant une main sur mon épaule, on a plus urgent là.

Je décolère pas mais je regarde mon pote, puis la chirurgienne. Ah oui, la voiture. J’arrive pas trop à savoir si je gueule sur mes camarades parce qu’ils ont failli à la mission ou parce que j’ai besoin d’évacuer la peur que j’ai eu. Ce qui me soule, c’est que je crois que c’est la deuxième option. C’était un beau merdier là-dessus et compte tenu des circonstances, c’est déjà un miracle qu’on ait laissé personne sur place.

Tandis qu’on progresse vers le véhicule, mes yeux sont aimantés par le bras de mon aînée. Ça pisse le sang, c’est moche et… vaccin ou part, ça me fout la nausée. Parce que ces dernières années m’ont appris que morsure égal mort. On sait que le remède a fonctionné par le passé, mais si c’était un coup de chance ? J’ai la bouche sèche et le cerveau vide. Quand j’ouvre les lèvres, j’ai l’impression que ce n’est pas moi qui parle.

- On peut encore le couper si tu veux…

Je lui désigne son bras du menton. Mon timbre a été bizarre ; trop froid, trop détaché, trop artificiel. Je parle de son bras bien sûr. Parce que pas de bras, c’est mieux que de crever…


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 671
Sujet: Re: Take the time to bite into life   Jeu 15 Juil 2021 - 15:09
Les yeux rivés sur les dégâts infligés à son bras, la quadragénaire ne prend pas part au débat qui s’en suit. Présentement, elle le trouve futile au possible et a tous les droits de mettre en avant son égoïsme face aux sentiments des autres. La doc a de toute façon toutes les difficultés du monde à rassembler ses idées et se focaliser seulement sur l’une d’elles. La brûlure remonte lentement le long de son bras, s’invitant déjà jusqu’à son épaule. C’est presque comme si elle pouvait sentir le poison irradier ses veines et s’infiltrer à vitesse grand v dans son organisme.
Les voix bourdonnent à ses oreilles et si la chirurgienne a envie de défendre Sun et Halsey, la force lui manque. Ce n’est pas de leur faute. C’était sa décision de partir de son côté, et elle ne pouvait que se blâmer d’en payer ce genre de conséquences. La justice viendrait plus tard. Pour l’heure, elle remercie intérieurement Luke de couper court à la colère de Jill et de l’aider à rejoindre le véhicule.

Ici, elle ne pourrait rien faire d’autre que désinfecter sommairement la plaie et tenter de stopper l’écoulement de sang mais c’était toujours ça de pris. À un mètre de la voiture, la voix de Jill la coupe pourtant net dans son élan. Le couper. Ses yeux s’agrandissent sous le choc avant de se teinter d’une lueur haineuse tandis qu’elle attrape la flic par le col et la plaque contre la carrosserie. Avec le peu de force qui lui reste, l’effort n’est pas des plus violents mais ça suffit pour qu’elle plante ses iris dans ceux de la jeune femme. “Personne ne touche à mon bras” tranche-t-elle avec hargne. Et louchant à nouveau sur sa blessure, elle remonte des yeux bien plus désespérés vers sa partenaire. “Ne les laisse pas le couper” demande cette dernière sur un ton qui s’apparente plus à une supplique, avant de se reprendre, y mettant plus de conviction. “Peu importe ce qu’ils diront. Peu importe leurs arguments. Ne les laisse pas le couper.”

Sans ça, plus d’opérations, plus de bloc, plus de chirurgie. Et si Maeve est capable de privation, d’adaptation, sans son métier elle sait qu’elle n’est rien. Elle sait qu’elle n’aura pas la force de se remettre de cette épreuve. Elle en a surmonté d’autres. Mais elle refuse de se retrouver face à celle-ci.

Relâchant la flic, elle finit par grimper dans le véhicule qu’on vient de lui ouvrir, quémandant l’aide de Deborah pour récupérer la trousse de premier secours. La jeune femme lui débouche une solution antiseptique et la toubib ne fait pas dans la demie-mesure ou l’excellence. Se calant au fond d’un siège, elle inspire et expire à plusieurs reprises avant de vider la bouteille au-dessus de la morsure. Serrant les dents, les paupières fermées, elle contient autant que possible le gémissement de douleur qui menace de la faire vriller et compte mentalement les secondes pour ne pas risquer de tourner de l'œil.

Les autres s’activent, prennent place dans la voiture tandis que Deborah lui tend une bande stérile. “Nan! Ça ne servirait à rien!” Pas assez épais, pas assez solide. Sans compter que la morsure d’une de ces choses doit contenir une multitude de bactéries. Trop. Si elle ne crevait pas de ça, c’est une septicémie qui risquait de l’emporter. Se tournant vers Jill, elle lui tend une paire de ciseaux. “Découpe la manche de mon haut!” Celle de son bras valide. La laissant faire, elle attrape l’un des bouts, le plaçant par-dessus la plaie. “Tiens l’autre bout solidement. Voilà, comme ça!” Faisant plusieurs fois le tour de son avant-bras, elle inspire et expire à nouveau à plusieurs reprises avant de tirer de son côté, serrant au maximum le bandage de fortune. Cette fois, elle ne peut contenir un râle plaintif de douleur. “Fais un nœud" réussit-elle à geindre avant de se laisser retomber en arrière. Un garrot, avec le temps de route, reviendrait à dire adieu à son bras. Un relais tampon est encore la meilleure chance qu’il lui reste de le préserver. Si tenté que ce soit son problème majeur.

La tête calée sur l’appuie-tête, elle sent son front commencer à perler sous les derniers efforts. Bon sang ce qu’elle a chaud. Incroyablement chaud.


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Take the time to bite into life   
Revenir en haut Aller en bas  
- Take the time to bite into life -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: